Devenir Omega, partie 1

1.3KReport
Devenir Omega, partie 1

Devenir Omega, partie 1

Elle se tenait devant un miroir dans le hall d'un hôtel, le cœur battant, le souffle court. Bientôt, tout serait différent. Elle serait différente. Elle n'en avait aucune idée. Mais même alors, là, elle savait qu'elle changeait.

Bien sûr, elle avait toujours été une salope. Elle avait même toujours été un peu soumise. Elle adorait baiser, bien sûr. Mais c'était juste ça : elle adorait baiser, alors elle s'est fait baiser. Elle n'aimait pas encore que les gens aiment la baiser. Le fait qu'elle rendait les autres heureux n'était pas tout à fait enregistré.

Pas avant ce jour-là. Elle avait été invitée ici par un partenaire de longue date, qui semblait toujours la connaître mieux qu'elle ne se connaissait elle-même. C'est comme ça qu'elle aimait ses partenaires, généralement : plus intelligent qu'elle, contrôlant, complètement dominant et un peu sadique. Elle aimait se sentir petite. Minuscule. Incompétent. Mais il était autre chose aussi : il était gentil. Gentil. Dominatrice et stricte, bien sûr, mais douce quand c'était important. Si elle avait été du genre à s'engager envers un homme, elle se serait engagée envers lui. Elle lui faisait plus confiance qu'elle ne lui faisait le plus confiance.

Il lui a dit que si elle aimait être une salope, elle aimerait certainement ce qu'il avait prévu. Elle aimait être une salope. Elle n'a posé aucune question.

Jeudi, son téléphone a sonné. Son cœur bondit.

Lui : 17 h le samedi, au Downtown Hilton, chambre 804.

Elena : Ok, j'y serai !

Lui : Il te manque quelque chose ?

Elena : J'y serai, monsieur. Désolé monsieur :-/

Lui : Bonne fille.

Et puis, moins de dix minutes plus tard, son nom était de nouveau sur son écran.

Lui : Après avoir quitté le travail le vendredi, achetez un t-shirt blanc, deux tailles trop petites. Essaye le. De retour à la maison, prenez des ciseaux et coupez-le tout autour, à trois centimètres sous vos aréoles. Portez la microjupe en velours que vous savez que j'aime et des talons noirs de quatre pouces. Pas de soutien-gorge, pas de sous-vêtements. Cheveux raides avec une vague douce - vous voyez ce que je veux dire. Arrivez à 16h45 et prenez un verre au bar de l'hôtel pour calmer vos nerfs. Confirmez que vous comprenez.

Elena : Je comprends Monsieur.

Lui : Bonne fille.

Hélène : Attends ! Puis-je porter une veste monsieur? Ça va être vraiment inapproprié dans un bar d'hôtel Monsieur.

Lui : Non, Elena.

Elena : ... d'accord Monsieur.

C'est ainsi qu'à 16 h 57 samedi, Elena se tenait devant un miroir dans le hall de l'ascenseur au huitième étage de l'hôtel Hilton, le cœur battant et le souffle court.

Mais oui, elle aimait son apparence. Ses cheveux, auburn foncé et ondulés, disparaissaient derrière ses épaules avant de s'enrouler doucement devant ses lames. Ses yeux, verts et perçants. Sourcils noirs, féroces. Elle n'avait que 23 ans et elle avait l'air magnifique, mais quelque part dans ses yeux apparaissait la sagesse d'une femme beaucoup plus âgée.

Elle sourit quand elle descendit vers sa poitrine. Mordilla doucement sa lèvre. J'ai senti ses cuisses rougir, ses spasmes clitoridiens. Elle ressemblait vraiment à une salope. Ici, dans ce bel hôtel luxueux, ses mamelons traversaient des draps en coton serrés. Elena était ronde. Ses seins pesaient lourdement contre le tissu ; ses mamelons étaient exposés et évidents. La base de ses seins tomba sous l'horizon de son tee-shirt déchiré.

Près de dix pouces de son ventre étaient visibles. Ses seins étaient gros mais son ventre était plat, son nombril serré et percé. Une boucle dorée avec une émeraude. Elle l'avait percé quand elle avait seize ans et ne l'avait jamais changé.

Sa jupe, lui semblait-il, était peut-être plus courte que son ventre exposé. C'était auburn, comme ses cheveux, et avait été annoncé comme dix pouces. Mais ici, enseigné contre sa peau, il ne couvrait rien. Il étreignait ses hanches et ne cédait pas. Là où de nombreuses microjupes s'effilochent en un plaid d'écolière ludique, la sienne tient fermement le long de sa cuisse et se replie à peine dans le pli sous son cul.

Ses seins étaient gros, son cul était plus gros. Il bouillonnait parfaitement, montait en ballon et se repliait sur lui-même, puis se larguait en deux jambes parfaites, serrées et belles.

Elle se mordilla la lèvre une fois de plus, rompit le contact visuel avec son reflet et se dirigea vers la chambre 804. Elle frappa avec une fausse confiance et entendit un appel de l'intérieur : "C'est ouvert !"

La porte grinça. Elle s'est glissée à l'intérieur. Sa tension s'est dissipée.

Une douce musique classique remplissait la salle. Chopin, peut-être. Des bougies dans des sacs en papier bordaient le hall jusqu'à l'espace de vie central.

"Bonjour," dit-elle, plus comme une question qu'une salutation.

« Nous sommes ici », dit une voix familière. Nous?

Elle passa le seuil de l'espace de vie sous une salve d'applaudissements. Deux inconnus étaient assis sur le canapé. Mais se tenant devant elle, tenant un verre de blanc, c'était Lui.

Elle a toujours oublié à quel point il était magnifique. Il était plus âgé qu'elle - la trentaine. Comme toujours, une manche longue gaufrée contenait à peine ses abdos de planche à laver. Des yeux bleus perçants pénétraient son âme. Elle savait qu'elle était jolie, mais elle avait toujours pensé qu'il était bien plus beau qu'elle.

« Du vin, Elena ?

« Ouais, Jack. Merci."

« Excusez-moi, Jack ? »

Elle hésita. Regarda les deux inconnus sur le canapé.

"Euh, avec eux?"

"Oui, Hélène. Ils savent ce que vous êtes.

Son visage s'empourpra.

"Oui monsieur. Je voudrais du vin monsieur.

Les hommes sur le canapé rirent.

« C'est une gentille fille, Jack. Comme tu l'as dit.

Elena sentit sa respiration s'intensifier. Jack sourit, lui tendit la main.

"Elena, prends ça."

Dans sa paume se trouvait une petite pilule transparente, pas plus grosse qu'une aspirine en vente libre.

« Qu'y a-t-il, monsieur ? »

« Prends-le et je te le dirai.

"Oui Monsieur," dit-elle, et elle avala la pilule avec une gorgée de vin avant d'avoir un moment pour réfléchir.

« Cette petite pilule, Elena, va t'aider à voir la vérité. La vérité sur qui vous êtes. De ce pour quoi tu es. Comprenez vous?"

"Bien sûr Monsieur. Mais qu'est-ce que c'est, en fait ?"

"Chimiquement, c'est une dose normale de MDMA, une demi-tablette d'acide et un doux mélange d'autres, hein, herbes et épices", a déclaré Jack. Les hommes sur le canapé rirent. "Ne vous inquiétez pas", a déclaré l'un d'eux. "Nous l'avons pris aussi."

Des semaines plus tôt, Elena avait dit à Jack qu'elle n'avait jamais exploré plus de drogues que l'herbe et le vin. Elle a mentionné qu'elle était curieuse et Jack a dit qu'il penserait peut-être à créer une expérience pour elle. Elle avait complètement oublié l'interaction.

"Mais c'est tellement plus que ça, Elena. Cela vous aidera à trouver votre vrai moi. Cela vous aidera à découvrir votre objectif. Asseyez-vous, détendez-vous. Prenez un verre de vin. Nous sommes tous ici pour aimer et apprendre. Nous sommes là pour toi, Elena.

Elle n'avait vraiment jamais senti son rythme cardiaque faire tout à fait ce qu'il faisait. Il semblait battre si vite que c'était impossible. Elle avait expérimenté des trios à l'occasion. Mais trois hommes ? C'était autre chose. Elle s'est souvenue de ce qu'Il lui avait dit il y a plusieurs semaines : La peur n'est qu'excitation dans une autre veste.

Respirer. Ralentir. C'est d'accord. Vous lui faites confiance.

"Combien de temps ai-je avant qu'il ne se déclenche?" elle a demandé. "Monsieur."

« Vous commencerez bientôt à le ressentir, et cela deviendra réel dans peut-être trente minutes. Détendez-vous, soyez ici. Nous sommes tous ici par amour. Pour toi."

Elle prit place sur le canapé. Elle connaissait sa place. Elle s'assit entre les deux inconnus. Ils étaient beaux, gentils. Plus jeune qu'Il ne l'était - peut-être la fin de la vingtaine, peut-être la trentaine.

"Voici Aaron", dit Jack en désignant la droite d'Elena. C'était un bel homme à la peau foncée. Fit, construit. Il a failli percer sa chemise. Il était chauve et fringant, avec un Warby Parker mince et un charmant sourire. Elle sourit et lui prit la main.

"Et voici Scott," dit-il maintenant, pointant vers sa gauche. Scott était un homme plus mince mais bien défini. Mèches brunes et blondes bouclées. Une mâchoire serrée. Il aurait pu être sauveteur dans sa jeunesse. Elle lui sourit.

"Tu es magnifique ce soir, salope," dit Jack. Elena grimaça. Rougi. Regarda les hommes à côté d'elle. Jack l'a fait signe avec une gorgée de son vin.

"Nous stigmatisons le mot" salope ", n'est-ce pas", a déclaré Jack. Tous les trois sur le canapé hochèrent la tête.

Il s'assit sur une chaise en face d'Elena et des hommes sur le canapé. A croisé les jambes. «Nous stigmatisons complètement la mentalité de soumission - les femmes qui veulent plaire. Nous stigmatisons l'idée de service, de servir de manière désintéressée, d'être en moins que quelqu'un d'autre.

Il secoua la tête comme si l'idée était absurde. Elena était sûre qu'il était venu avec ce petit discours préparé, mais elle s'en fichait. Elle était hypnotisée. Elle l'était toujours quand il parlait.

"Et donc les gens comme vous, Elena, les salopes et les bimbos qui sentent profondément que leur corps est pour le service, ressentent cette sombre angoisse. Il se sent sale, n'est-ce pas? Pourquoi ces mots doivent-ils être négatifs ? Pourquoi se présenter comme ça - sexualisé et prêt à donner - signifie que quelque chose ne va pas chez vous. Cela ne veut-il pas dire tout le contraire ? Cela ne signifie-t-il pas que vous êtes altruiste ? »

Elena hocha la tête.

« Et les gens comme nous ? On nous fait sentir que nous te manipulons d'une manière ou d'une autre, Elena. Nous pensons que nous vous trompons, d'une manière ou d'une autre. Donc, nous ressentons aussi l'angoisse. Cela limite notre potentiel. Cela limite la vôtre.

Les hommes acquiescèrent également. Elena sentit une tendresse dans ses bras, une sensibilité à la brise la plus douce, une fraîcheur en elle qu'elle ne pouvait expliquer. Jack pointa son doigt vers Elena et le leva. Elena comprit et se leva, toujours entre les deux hommes sur le canapé. Elle pouvait sentir leurs yeux sur son cul. Elle pouvait sentir leur regard parcourir le jus de sa chatte le long de ses cuisses. Son clitoris trembla. Elle sentit son bassin pousser là où elle se tenait, ses fesses se serrer.

« Ce soir, ma salope, nous allons être nous-mêmes. Nous allons faire exactement ce qui vient naturellement. Nous allons trouver votre véritable objectif.

Ses yeux se sont fermés. Sa vision se brouilla et revint.

« Et demain, quand vous vous réveillerez, vous vous réveillerez heureux, avec un sentiment de liberté, un sentiment de soulagement. Ça te plairait, n'est-ce pas, ma salope ?

Hélène sourit. A hoché la tête.

"Dis-le, salope."

"Je veux trouver mon vrai but ce soir, Monsieur. Je veux savoir pourquoi je suis, monsieur.

Les hommes applaudirent, tous les trois. Une vague d'amour profond et d'appréciation l'envahit. Tout à coup, la paix. Rien que la liberté. Espoir. Désir.

"Merci Monsieur. Merci à vous tous."

Ses mains étaient maintenant sur ses seins. Caressant distraitement, traçant.

"De rien, salope", a déclaré Aaron, une main remontant sur sa cuisse. Elena écarta distraitement ses jambes, ronronnant en appréciant l'insulte, à l'idée qu'elle puisse être touchée par un parfait inconnu sans réfléchir. Elle rougit. Trop enthousiaste ? "Je suis désolé, monsieur, je... je ressens juste l'amour en ce moment."

"On le sait, salope, et on le ressent aussi de ta part, notre chérie."

Jack vérifia son verre. "Salope, va chercher plus de vin."

C'était un ordre doux, mais Elena sentit sa chatte se serrer. Jack avait établi le pouvoir, elle l'avait perdu. Elle était de service; ils devaient être servis.

"C'est pour ça que je suis, monsieur." Elle gloussa et une autre vague d'amour la submergea. Elle se retourna et se dirigea vers la cuisine.

"Non, salope," dit Jack. Elena jeta un coup d'œil en arrière.

« Rampe jusqu'à la cuisine. Comme un chien."

Trois hommes lui rendirent son regard. Pendant un long moment, rien d'autre que le Nocturne n° 2 en mi mineur de Chopin dansa dans la pièce. Anticipation.

Et puis, presque de leur propre gré, ses genoux ont fléchi et elle est tombée sur la moquette. Ses yeux restèrent fixés sur les siens. Sa respiration s'intensifia.

"Oui monsieur. Comme un chien, monsieur.

Elle se tourna, détournant le regard des hommes, et posa ses paumes sur le tapis. Elle savait que sa chatte était exposée pour tous, et elle savait qu'elle dégoulinait. Ses doigts chatouillèrent le tapis, et elle ferma une fois de plus.

Elle rampa lentement, délicatement.

« En fait », dit Aaron. "Je pense que je suis fixé sur le vin." Sa voix était plus proche qu'elle ne s'y attendait.

« Puis-je vous apporter autre chose, monsieur ? » dit-elle sans se retourner.

"Oui. Mettez votre visage dans le tapis, le cul en l'air », ordonna-t-il. C'était ça. Elle avait vraiment su que ce moment arrivait - ce beau moment de service complet à un parfait inconnu - depuis le moment où elle avait rencontré Jack, il y a des mois.

"Oui, Monsieur," dit-elle.

Et elle a obligé. Elle a collé son cul, pressé son visage contre le tapis. Elle était toujours si positive qu'elle pouvait sentir chaque fibre pousser sa joue. Ses yeux papillonnèrent à nouveau. Elle est tombée amoureuse de la sensation d'être présente. Être au sol. Être lorgné.

"Messieurs, venez voir à quel point cette salope est bonne", a déclaré Aaron. Elle entendit des pas.

"Je vous ai dit que c'est une petite fille obéissante - elle a juste besoin d'un petit coup de pied de l'autre côté", a déclaré Jack. « N'est-ce pas, ma salope chérie ?

"Oui monsieur. Comment puis-je vous rendre tous si heureux en ce moment - aussi heureux que je me sens ?"

« Offrez-vous », dit-il.

Elle n'a pas bougé. Visage dans le tapis, cul à trois hommes, elle offrait tout ce qu'elle valait.

"S'il vous plaît messieurs. Puis-je s'il vous plaît vous donner moi-même, toute la nuit? Mon corps est à vous de le découvrir.

Aaron s'avança derrière elle. Une main toucha sa chatte. Elena sursauta. Hurlé. Les hommes riaient.

"Le cul d'abord, s'il vous plaît," supplia-t-elle. "S'il vous plaît, s'il vous plaît, ne prenez que mon cul en premier." Elle ne voulait pas ressentir de plaisir. Elle voulait ressentir la servitude. Se sentir désintéressé.

Jack tomba à genoux devant elle. L'a tirée du sol par les cheveux. « Êtes-vous prêt ? » demanda-t-il en saisissant sa gorge. "C'est le moment. C'est le début du reste de votre vie.

« Je le veux », dit-elle en luttant pour respirer. Faim. "S'il vous plaît, je le veux Monsieur." Le cliquetis métallique de la boucle d'Aaron derrière elle. Il faisait la queue. Lubrifiant sa bite.

"Alors dis-moi ton but."

Aaron a poussé, tout le chemin. cria Elena. « Je suis un manche de coq, monsieur ! je suis pour les autres. Je n'ai pas d'importance !

"Vous êtes des trous à utiliser", a déclaré Jack.

«Je suis des trous à utiliser, monsieur», cria-t-elle.

"Ouvre la bouche", dit Jack. Elle s'est conformée comme le néant qu'elle devenait. Il cracha au fond de sa gorge. Elle haleta, déglutit.

« Plus, Monsieur ! » Il a encore craché. "Suite!" Il lui a donné un revers sur le visage. Les couilles d'Aaron ont claqué contre sa chatte. Le pantalon de Scott tomba au sol.

"Plus fort monsieur !"

Jack frappa à nouveau. « Est-ce que tu ressens ça ? C'est vous qui êtes construit pour le service. Gifler! C'est que vous connaissez votre place. Gifler! C'est toi. Gifler! Devenir. Gifler! Une claque! Trimer. Gifler!

Elle a crié. Gémi. Aaron a baisé plus fort, plus vite. Scott a remplacé Jack devant elle et lui a enfoncé sa bite dans la gorge. Elle l'a emmené à la base.

Vorace. Faim. Halètement. En hurlant.

Les hommes ont échangé. Scott a branché son trou du cul ouvert. Aaron a baisé son crâne.

Elle ne s'était jamais sentie comme ça auparavant ; consommé en quelque sorte par la soumission complète, la liberté et l'amour dans des mesures égales au même moment.

Aaron prit sa tête entre ses mains. « Bouge tes mains, putain. Votre visage est le mien. Elle retira ses mains de ses hanches et les mit derrière son dos. Scott les a enfermés ensemble par derrière.

Aaron lui a baisé la gorge. Plus fort. Plus fort. Elle ne pouvait pas respirer mais elle s'en fichait. Elle sentit ses propres larmes couler sur son visage. Elle a été construite pour cela. Elle adorait ça. Elle était ceci.

"Je jouis, espèce de stupide putain de poubelle !" cria Aaron. Elle sentit à peine le jet de sperme frapper le fond de sa gorge. Scott frappa de plus en plus fort et gémit par derrière, son propre apogée s'accélérant.

C'en était trop pour elle. Elle a crié, fermé les yeux. "Ouhrhghf" autour de la bite d'Aaron. Son corps a eu des spasmes incontrôlables. Ce n'était pas seulement son cul, mais dans sa peau, dans son esprit. Dans son être même. Cela l'a consumée. "Putainkkkkk" cria-t-elle. L'orgasme la traversa comme un train de marchandises.

Elle s'effondra sur le sol.

Halètement.

Silencieux, mais pour le doux murmure du piano classique. Aaron et Scott, affalés à côté d'elle. Jack, assis dans le fauteuil devant elle, sirotant du vin. L'image de lui était plus nette, en quelque sorte. Plus réel. Plus cristallisé. Elle voyait le monde en haute définition pour la toute première fois.

« Lève-toi », dit-il, et elle le fit.

"Inclinez la tête", a-t-il dit, et elle l'a fait.

"Pourquoi es-tu?" il a dit.

« Je suis pour les autres », dit-elle. Et elle l'était.

Jack se leva. Il s'avança vers elle, posa son doigt sous son menton. Dans le murmure le plus doux, à peine audible, il parla une fois de plus. « Êtes-vous prêt à le montrer ? » Il a demandé.

"Oui monsieur," dit-elle. Et elle embrassa son cou. Il a souri.

« Viens avec moi », dit-il en lui prenant la main. Elle le suivit dans le couloir, les petites bougies dans des sacs en papier dansant et scintillant et la faisant sourire. Jack ouvrit la porte de la chambre et les yeux d'Elena s'écarquillèrent.

Sur le lit, écrit en roses : "Bienvenue dans ta renaissance." Des bougies scintillaient sur les étagères. Au milieu, une couronne d'épines et de roses. Elle cria : « Merci Monsieur ! C'est beau!"

Il l'a embrassée. Profondément. Passionnément. Son cœur était inondé de l'amour de la servitude.

"Sur le lit, étalez l'aigle." Elle a obéi. Il posa la couronne sur sa tête. Enroulé un foulard autour de ses yeux, et le monde est devenu noir.

Derrière elle, elle entendit le bruit d'une casquette Sharpie. Ensuite, le feutre frais du feutre sur son dos. Elle ne pouvait pas comprendre ce qu'il écrivait, mais elle adorait la sensation.

Le bruit des sangles qui sortent de sous le lit. Des menottes métalliques verrouillées sur ses poignets, sur ses chevilles. Et puis il lui a chuchoté à l'oreille, très doucement, "tu es pour les autres". Il l'embrassa sur la joue.

"Je suis pour les autres", marmonna-t-elle pour elle-même.

Trace de pas. Ses pas, s'estompant vers la porte. Sa voix. Un murmure.

"Ouvre la porte. Laissez-les tous entrer. L'un de vous dans la pièce à tout moment.

Elle connaissait son but. Elle savait à quoi elle servait. Elle était prête à recommencer.

____

La deuxième partie arrive bientôt. Vous pouvez contacter l'auteur à verballicentia [at] g mail .com

Articles similaires

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

426 Des vues

Likes 0

Première fois que je partage ma femme

Eh bien, je ne sais vraiment pas comment commencer cette histoire, alors sautons directement dedans. C'est une vraie histoire vraie qui s'est produite et maintenant je la partage avec vous tous. Une fois que vous avez fini de lire cette histoire et que vous êtes intéressé par des photos ou des vidéos, veuillez m'envoyer un e-mail à [email protected]. Ainsi, mon histoire a commencé environ 2 ans après mon mariage. Mais avant d'entrer dans les gros détails, laissez-moi vous parler de nous. Je m'appelle Ethan et je suis un homme hispanique de 25 ans et ma femme Angelina est une femme hispanique...

796 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

450 Des vues

Likes 0

Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente. Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012. Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition. LA LITERIE DE LA BABYSITTER Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans. Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des...

1.2K Des vues

Likes 0

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

855 Des vues

Likes 0

Secrets à huis clos

J'ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés. J'ai toujours aimé l'idée d'en avoir un pour moi, mais je n'ai jamais pu trouver quelqu'un qui sortirait avec une femme plus jeune. C'était jusqu'à ce que je rencontre Jonathon. Jon a travaillé dans un magasin de violons, fabriquant et vendant son travail. Il n'était ni grand, ni petit. Il avait une belle carrure et un beau visage. Jon travaillait le jour où je suis venu dans son magasin. Je lui ai demandé de me faire visiter les lieux. Il a arrêté son travail et m'a fait faire le tour du...

854 Des vues

Likes 0

Nos vacances libératrices - partie 1

Alice et moi étions en vacances ensemble depuis plusieurs années. Deux fois par an, nous allions en Europe pendant une semaine pour profiter du soleil, car aucun de nos partenaires n'appréciait la chaleur. Nous avions tous les deux un travail trépidant et appréciions la détente que pouvaient offrir des vacances entre filles. J'étais une grande brune, avec de bons os, une grosse poitrine, je suppose qu'on m'appellerait amazonienne en termes de structure corporelle. Alice était petite, très blonde, avec une jolie paire de seins mais très fine et délicate. Nous avons toujours ri ensemble, détendus dans notre peau et à l'aise...

430 Des vues

Likes 0

...

318 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1.1K Des vues

Likes 0

Le père protecteur de Sara, partie 9

Le père protecteur de Sara partie 9 Tôt le matin, je me réveille juste avant l'aube, le ciel oriental n'a rien perdu de sa noirceur. Je suis allongé là entouré de mes quatre amants, inquiet de ce qu'aujourd'hui va apporter. Dans trois heures, Sara a rendez-vous avec un nouveau médecin. Une heure plus tard, sa nouvelle voiture sera livrée à la maison. Je voulais vraiment que Sara sorte de la maison, mais ce n'est pas ce que j'avais en tête. Mes yeux se sont adaptés au peu de lumière que la ville apporte et filtre dans la pièce. Sara et Little...

1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.