Un intermède tranquille

1.7KReport
Un intermède tranquille

Je me tiens au pied de la table en vous regardant attentivement. Le silence fait des ravages dans vos sens déjà surexcités. Mes yeux parcourent votre visage en prenant note de la légère écartement de vos lèvres, du sillon entre vos sourcils et de l'évasement de vos narines, autant de signes de votre conscience accrue. Mon regard se pose des questions sur les muscles de tes bras, serrés et serrés, jusqu'aux poignets en cuir autour de chaque poignet, reliés entre eux et maintenus au-dessus de ta tête avec une seule attache. Bien que je ne puisse suivre l'attache que jusqu'au bord de la table, je sais qu'après avoir disparu de ma vue, l'épaisse corde noire s'enroule pour passer sous la longueur de la table et se sépare en deux attaches qui finissent par attacher chaque pied à une table jambe.

Alors que je te regarde allongé là, nu et tremblant devant moi, je ne peux m'empêcher de m'éveiller à ta vue. Bien que vous vous soyez volontairement soumis aux contraintes, le bandeau qui vous maintient maintenant dans un état de conscience constant était un bonus auquel vous ne vous attendiez pas. Je sais que vous avez été excité par cela; le doux gémissement qui s'est échappé de tes lèvres alors que je l'ai glissé sur tes yeux un cadeau mort. Je connais ton corps aussi bien que le mien ; chaque contour, chaque défaut me sont aussi familiers que mon propre visage. Je sais que vous êtes excité, et je sais que vous êtes nerveux.

Après avoir glissé le lourd bandeau de cuir en place, je me suis déplacé vers l'endroit où je me tiens maintenant et je regarde et j'attends. J'ai vu tes mamelons durcir de froid et de nervosité. J'ai vu votre respiration passer de lente et régulière à superficielle et rapide. Je regarde maintenant la tension dans vos muscles augmenter et votre corps se resserrer dans une anticipation effrayante. Il y a une fine couche d'humidité sur votre peau et le pouls dans votre cou est visible lorsque votre cœur bat sauvagement dans votre poitrine. Je ne peux pas croire que vous ayez été silencieux. J'ai demandé votre silence mais j'ai douté profondément de votre capacité à le donner. Cette petite mesure d'obéissance fait monter en flèche mes espoirs. Jusqu'où me laisseras-tu aller ? Combien allez-vous endurer avant de prononcer les mots qui exigeront votre libération ? J'ai de tels projets pour nous si seulement tu me fais confiance, rends-toi à moi.

Je suis conscient du moment exact où vous atteignez votre limite. Vos lèvres s'entrouvrent et vous inspirez profondément pour vous préparer à parler. Je dépose fermement une paume sur ton genou gauche. Vous expirez de soulagement. Je ne sais pas si vous êtes soulagé que je sois toujours là ou que le jeu ait commencé. Quelle que soit la raison, votre corps se détend sur la table, tranquille et immobile. Je commence à préparer la pièce autour de vous pour que mes plans se passent bien. Les bruits mêmes de mon travail semblent vous apaiser et votre respiration revient à la normale. Un sourire prédateur soulève les coins de mes lèvres alors que j'imagine toutes les façons dont je prévois de perturber votre calme actuel.

Le premier élément qui a attiré mon attention est un ensemble de tondeuses de toilettage. Récemment, je t'avais demandé d'arrêter de te raser le pubis, en anticipant le jour où tu te mettrais fermement entre mes mains. En les ramassant, je retourne me placer entre tes cuisses écartées. En regardant votre visage, je suis curieux de savoir quelle sera votre réaction au prochain son. Mon attention est récompensée lorsque votre corps tout entier se secoue contre les contraintes tandis que la tondeuse bourdonne de vie. Je pose les tondeuses vibrantes contre la peau de l'intérieur de votre cuisse et vous devenez rigide. Votre poitrine se soulève alors que votre respiration devient irrégulière. Vous n'avez aucune idée de ce qui envoie les minuscules vibrations à travers vos zones les plus sensibles, seulement que les sensations sont là. De ma main libre, je saisis les poils pubiens que vous portez maintenant et les éloigne fermement de votre peau. Alors que les tondeuses se déplacent sous mes doigts et près de votre peau, un gémissement vous échappe, assez fort pour entendre le bourdonnement des tondeuses. Dans un réflexe de défense automatique, votre ventre plat se replie sur lui-même, devenant concave au fur et à mesure que votre corps se prépare à fuir ou à se battre. Il suffit d'un instant pour que la compréhension se lève et que la posture défensive se détende quelque peu.

Lors des premiers passages, les tondeuses ne touchent jamais votre peau en enlevant seulement les extrémités du buisson que vous avez fait pousser. Lorsque l'excès a été coupé, je place une paume chaude à plat sur votre cuisse, vous invitant silencieusement à rester immobile. Je place la tête de la tondeuse contre ta peau et commence à raser les poils restants. Bien que les tondeuses soient neuves, je sais qu'elles attrapent souvent un poil et tirent. Je suis impatient de voir la réaction de votre corps à ces fortes douleurs. En me déplaçant lentement, je traîne les tondeuses sur chaque contour, chaque recoin. Votre corps réagit avec une excitation évidente, les vibrations des tondeuses grattant vos terminaisons nerveuses les plus sensibles. Je soulève et sépare, pousse et caresse, me rassurant que le travail est fait. Lorsque votre aine est aussi lisse que possible avec l'outil à portée de main, je sors un gros pinceau de maquillage de ma réserve. Ses poils sont doux et usés. Je l'applique doucement sur tout votre aine, chaque coup est un murmure de toucher qui entraîne votre corps plus profondément dans le fantasme.

Tu m'entends alors que je m'éloigne de toi une fois de plus. Maintenant, il y a le bruit de l'eau courante et votre esprit passe au crible frénétiquement les centaines de possibilités. Les bruits de mon retour ne font rien pour calmer vos pensées agitées. Il y a le moindre mouvement d'air sur votre poitrine et vous anticipez mon toucher là-bas. Vous êtes surpris quand à la place il y a la sensation de chaleur humide sur votre centre maintenant glabre. Une serviette chaude soigneusement drapée sur la zone récemment rasée adoucira les poils qui restent. La chaleur vous apaise encore une fois et j'attends que votre corps soit complètement détendu avant de placer un glaçon moulé directement sur votre mamelon gauche. Au fur et à mesure que le nœud durcit dans la révolte, il se moule dans une minuscule fente dans le cube et ne sert qu'à le maintenir en place. Un autre gémissement sort de tes lèvres et les ondes sonores semblent voyager directement jusqu'à ma chatte. Je peux sentir mon propre corps se préparer à l'orgasme.

Vous sentez un nouveau changement dans ma position, mais les sensations de guerre dans votre mamelon et votre aine vous empêchent de trop vous concentrer sur moi. Soudain, la serviette est retirée et le vent d'un seul ventilateur de plafond au-dessus de votre tête envoie des frissons sur la peau chaude. Vous identifiez rapidement le son suivant comme le bruit de la crème à raser expulsée de la boîte. Immédiatement après cette pensée se trouve la sensation de la mousse fraîche lorsqu'elle est appliquée sur votre peau. Ensuite, le chatouillement de l'eau glacée qui coule le long de votre poitrine. Plus de mouvement puis de chaleur, la chaleur glorieuse de ma bouche alors que je couvre le cube fondant et votre mamelon en un seul mouvement. En écartant le cube avec ma langue, je suce vivement le morceau dur, réchauffant la zone réfrigérée avec friction ainsi que ma propre chaleur. Alors que le sang et la sensation reviennent dans cette zone, vous êtes à nouveau pris au dépourvu alors que j'applique un autre cube sur le mamelon droit négligé. Avant de retirer ma bouche par la gauche, je mords doucement avec mes dents, sans autre raison que de te sentir trembler sous mes mains et ma bouche. Ton corps se cambre pour rencontrer ma bouche et ton excitation grandit.

Vous gémissez de déception lorsque ma bouche vous quitte et encore, d'excitation lorsque mes doigts caressent vos parties les plus sensibles. Le doux sondage de mes doigts vous taquine, créant une douleur profonde dans vos entrailles. Les différentes sensations arrivent vite et fort et votre corps réagit rapidement à chaque nouvelle. Le frottement d'un rasoir sur votre aine, la douceur de ma main qui traîne dans son sillage et le doux jet d'air servent tous à augmenter l'excitation que vous ne semblez pas contrôler. Lorsque je suis satisfait de la douceur de votre peau, je nettoie la zone avec la serviette que j'avais mise de côté auparavant, puis je m'éloigne pour attendre encore une fois.

Ces longs moments de silence et d'incertitude vous rendent de plus en plus anxieux. Je regarde, fasciné, pendant que vous combattez l'envie de vous tortiller. Vos muscles se tendent lentement et vos fesses se déplacent légèrement contre le bois lisse du plateau de la table. Me déplaçant aussi silencieusement que possible, je récupère une longue bougie conique que j'avais allumée en essayant de mettre l'ambiance pour la soirée. Lorsque la première goutte chaude frappe votre estomac tendu, votre respiration siffle entre vos dents et votre corps recule de surprise. Plusieurs autres gouttes sont lâchées rapidement pendant que je déplace la bougie vers le sud, vers vos pieds. Une seule goutte trouve sa marque en votre centre même et je suis étonné par les fluides qui commencent à couler de l'intérieur de vous. Sachant que vous êtes aussi excité que moi, j'abandonne toute anxiété que je nourrissais encore et commence à jouer sérieusement.

Je monte sur la table pour que mon con soit directement sur ta bouche ouverte. Je veux sentir le souffle jaillir de tes lèvres alors que je continue à te torturer avec la cire fondue. Le coup soudain de ta langue contre ma fente humide me prend par surprise et un gémissement s'échappe avant que je puisse l'arrêter. En représailles à votre bravoure soudaine, je me baisse sur votre bouche et broie ma chatte gonflée sur votre bouche. Sans hésitation ni remords, tu commences à me sucer le clitoris. Alors que mes hanches commencent à tourner et que l'orgasme dont j'ai envie se rapproche, vous relâchez mon clitoris et utilisez votre langue pour plonger profondément dans mon centre douloureux, me baisant lentement avec le seul appendice possible. Incapable de me contrôler, je commence à te bosser le visage pour de bon, atteignant…..atteignant l'orgasme qui est si proche maintenant. Alors que la tension à l'intérieur de moi atteint un sommet, ma chatte se resserre autour de ta langue et un flot de fluides inonde ta bouche. Un gémissement aigu ne laisse aucun doute quant aux résultats de vos coups de langue.

Je tombe en avant, les mains à l'extérieur de vos hanches, à bout de souffle. Alors que j'essaie de me remettre de l'orgasme violent, je sens ta langue évacuer doucement le sperme de ma chatte. Votre langue tombe doucement dans les plis, saute légèrement sur les pics enflés et nettoie toute trace de l'orgasme que vous m'avez donné. En pure gratitude, je commence à utiliser ma propre langue sur votre corps, traçant les contours de votre abdomen, plongeant légèrement dans la crevasse de votre nombril, et enfin m'installant pour entourer et taquiner vos mamelons durs. J'aime le goût de ta peau, l'odeur de ton excitation, la texture de ton corps.

Cédant un instant à mes propres besoins, j'explore simplement avec les mains et la bouche, ne me distrayant plus en vous faisant plaisir. Mes mains vous parcourent dans un massage sensuel qui crée des tensions plutôt que de les soulager. Ma bouche échantillonne chaque centimètre de toi qu'elle peut atteindre, tétant et goûtant, implacable dans sa faim. Sensuellement, j'utilise ma propre peau pour tester la douceur de la vôtre, frottant mon corps sur le vôtre dans une danse aussi vieille que le temps lui-même. Mes tétons frôlent ton aine, mes mollets reposent légèrement contre tes joues, mon ventre repose contre ta poitrine. Je n'arrive pas à m'approcher assez près, mon besoin de toi est si grand que je me moulerais dans ta peau si je le pouvais.

"Bébé s'il te plaît….?" Vos mots brisent la brume de sensation que j'ai créée et me ramènent au présent. Mon visage n'est qu'à quelques centimètres de votre excitation, je me concentre maintenant sur la quantité abondante de liquide qui s'échappe de votre corps. En n'utilisant que le bout de ma langue, je commence à balayer l'évidence de votre excitation comme vous l'aviez fait pour moi quelques minutes auparavant. Au premier contact, votre corps se secoue contre les contraintes. Alors que je presse fermement contre ta peau, enroulant ma langue pour laper ton jus, un faible gémissement vibre en toi. Ton corps se tend sous moi et tes hanches bougent sans relâche alors que tu essaies de manœuvrer ma bouche sur ton sexe plus complètement. Un gémissement de frustration crie votre déception alors que je glisse hors de votre corps pour me tenir à nouveau à côté de vous.

Déposant légèrement une main sur le bas de votre ventre, je commence à tracer de petits cercles juste au-dessus de votre pubis. « Chut, pas encore bébé. Soyez juste patient et je vous récompenserai », je le promets. Me déplaçant à nouveau vers mon sac, je vous laisse dans une excitation confuse. La prochaine phase de ma séduction est essentielle à mes objectifs finaux. Je sais que je devrai vous éveiller au-delà de la pensée raisonnable ou vous ne me permettrez jamais de réaliser mon fantasme le plus secret. De retour debout au bout de la table, entre vos cuisses, je commence à verser de l'huile tiède sur la peau du bas de votre corps. En commençant par vos cuisses, je masse lentement vers le haut. Je passe mes mains sur tes jambes musclées, du genou à la hanche, en faisant des cercles lentement et en appuyant profondément. Alors que je m'approche de votre centre, je peux vous sentir tendu sous mes mains. J'évite cette zone sensible qui a tellement besoin de mon toucher et je te sens te détendre dans une déception frustrée. Encore et encore, mes mains voyagent de vos genoux vers le haut, chaque voyage devenant légèrement plus long que le précédent. Je masse le haut de vos cuisses, l'intérieur d'elles, l'extérieur d'elles, et enfin je passe mes mains le long de l'arrière de vos cuisses vous faisant vous soulever légèrement de la table pour me donner une marge de manœuvre. Vos hanches sont en mouvement constant maintenant, montant et descendant lentement par rapport à la position de mes mains. Inconsciemment, vous gémissez sans arrêt alors que la douleur à l'intérieur de vous monte. Vous êtes aussi excité que je ne vous ai jamais vu.

Lentement, pour ne pas vous effrayer, j'écarte doucement vos fesses, faisant courir mes doigts sur la crevasse, ne fouillant que légèrement entre elles. Il n'y a aucun changement dans votre comportement. Pétrissant tes joues dans mes mains, je déplace mes doigts toujours plus profondément entre tes fesses. Après de longs moments, je brosse ton trou du cul avec un seul doigt. Vos hanches sursautent spasmodiquement, poussant vers le bas puis vacillant vers le haut comme si au dernier moment votre esprit avait du mal à exercer une petite mesure de raison dans notre intermède. Enhardi par ta réaction, je répète le coup. Les résultats sont les mêmes, sauf que cette fois vos hanches s'enfoncent avec beaucoup plus d'enthousiasme et remontent avec beaucoup moins de conviction. Extatique de mes progrès, je déplace un seul doigt pour m'asseoir légèrement contre votre rose, attendant….voulant que vous fassiez le premier pas. Sans hésitation ni pensée évidente, tu te presses contre mon doigt et tu ouvres pour mon invasion. Alors que je regarde le chiffre disparaître en toi, je suis submergé par le besoin de te baiser et j'ai du mal à garder le contrôle.

Je suis capable de glisser tout mon doigt en toi du premier coup. Une fois enfoui en toi, je tiens le doigt encore en voulant te laisser le temps de t'adapter. Apparemment, ce n'est pas nécessaire, alors que vous commencez à vous cogner les hanches de haut en bas sur la table, en vous baisant avec mon doigt. Je verse plus d'huile tiède sur ton aine et sur ma main. Bientôt, je vais tenter un deuxième doigt. Vos mouvements frénétiques me disent que vous n'allez pas m'arrêter ce jour-là. Enfin, je vais prendre ton trou du cul vierge.

Quelques instants plus tard, j'ai deux doigts qui glissent dans et hors de ton bourgeon. Votre bague se serre autour de moi alors que vous continuez à baiser l'air. Chaque coup semble vous pousser plus près du bord. Un troisième doigt glisse à l'intérieur de vous et votre bosse ralentit. La brûlure est devenue suffisamment chaude pour vous distraire de votre désir. Afin de raviver les feux en vous et d'éteindre le doute qui s'insinue lentement dans votre esprit, je me penche en avant et vous prends dans ma bouche, aspirant doucement la source de votre besoin. Une seule seconde s'écoule avant que vous ne repreniez la danse érotique que vous aviez abandonnée. Je peux sentir votre anneau anal se détendre et se desserrer, et ma chatte gonfler et se resserrer. C'est l'heure.

En récupérant un bouchon de taille moyenne sur le sol à côté de moi, j'applique de l'huile de ma main libre sur toute sa longueur. Rapidement, je retire mes doigts de ton corps et le remplace par le plug. Je ne veux pas que vous vous resserriez avant de pouvoir vous préparer pour la prise. Vous gémissez bas dans votre gorge alors que le plug disparaît lentement à l'intérieur de vous. Expérimentalement, vous tournez et courbez vos hanches. Vos hanches commencent à bouger rapidement, de haut en bas, en appuyant fortement contre le dessus de la table. Je regarde ton corps se resserrer et se préparer à l'orgasme. Levant la main, je pince et tords rapidement votre mamelon droit assez fort pour vous distraire de l'orgasme imminent. « J'ai dit pas encore, bébé », j'exhorte fermement. « Maintenant, reste immobile. » En réponse, vos mouvements cessent, mais je peux dire que c'est difficile pour vous. Il y a maintenant un flux constant de liquide qui s'écoule de votre sexe. Tu étais plus proche que je ne le pensais.

Me déplaçant pour me tenir près de ta tête, je me penche en avant et je mets mon mamelon gauche dans ta bouche. Avidement, vous commencez à téter. Mes mains parcourent ton corps, ajustant les tétons et se déplaçant plus bas pour effleurer ton centre. Je masse, frotte, tire et pique, explorant votre corps comme si je n'en connaissais pas tous les contours. Les sensations dans ma poitrine semblent se traduire directement dans ma chatte, comme si elles étaient reliées par un fil sous tension. Chaque traction de ta bouche résonne au plus profond de mes murs. Des fluides s'écoulent également de mon propre corps maintenant, le préparant à ce qui est à venir. Me sortant de ta bouche, je me penche pour t'embrasser passionnément. Un instant, tu hésites avant de te perdre dans mon baiser. Vous savez que c'est ma forme préférée de préliminaires et vous vous donnez à fond. Nos langues s'emmêlent dans la bouche de l'autre, goûtant et taquinant ; tes dents s'accrochent légèrement à ma lèvre inférieure sachant que c'est un point chaud pour moi.

De minuscules contractions se propagent dans ma chatte alors que nos bouches s'accouplent, mais ce ne sont que de simples préludes à ce qui va bientôt arriver. Je suis lisse de désir et douloureux de besoin, mais je veux que ce soit aussi bon pour vous. Non, je veux que ce soit extraordinaire, la chose la plus excitante que nous ayons jamais faite. Après aujourd'hui, je ne sais pas si j'abandonnerai un jour ce contrôle que vous m'avez donné. Si vous n'aimez pas ça, je n'aurai peut-être jamais d'autre chance. Je m'éloigne de ton corps, de ta bouche. Je dois me calmer et tu es trop une distraction.

Je me détourne et ferme les yeux, car même la simple vue de vous lié et excité est plus que ce que je peux supporter en ce moment. Inévitablement, mon esprit se tourne vers vous. Je passe une fois de plus à mon sac à malices. Je sors le jouet restant et commence à appliquer du lubrifiant aux deux extrémités. Le gel souple de la sangle se pliera et se moulera à vos contours. L'extrémité en forme d'œuf opposée au godemiché le maintiendra fermement en place une fois inséré dans ma chatte. Je pourrai te baiser comme un homme le ferait, les mains errant sur ton corps pendant que le phallus artificiel entre et sort de ton corps.

Je reviens à ma place entre tes genoux, me penchant pour libérer tes pieds de leurs liens. Tirant légèrement sur tes hanches, je te déplace jusqu'à ce que ton cul se trouve juste au-dessus du bord de la table. Soulevant tes genoux, je les repousse vers ta poitrine. D'une main, je retire le plug de ton cul et le remplace par la tête du godemiché. Poussant lentement, je suis hypnotisé alors qu'il disparaît lentement à l'intérieur de vous. Un faible gémissement s'échappe de vos lèvres alors que votre virginité restante est prise. Me déplaçant minutieusement lentement, je contrôle mes propres besoins pour vous donner le temps de vous adapter à l'intrusion. Alors que j'entre en toi, l'œuf dans ma chatte se presse fermement contre mon propre point G.

Une fois que toute la longueur de la hampe est enfouie à l'intérieur de vous, je m'arrête, attendant de jauger vos réactions. Votre expression est celle de la douleur mêlée de plaisir. Le flux constant de liquide de votre sexe me dit que le plaisir l'emporte sur la douleur. Je vois la frustration de mon immobilité te pousser à dire : « S'il te plaît, bébé….. va me faire foutre maintenant… » tu murmures.

Les mots, si doucement prononcés, brisent le contrôle ténu auquel je me suis accroché jusqu'à présent. Me retirant lentement, je suis encore plus excité par le petit gémissement de déception de votre part. Je commence à te baiser lentement, mais peu de temps après, tes miaulements de plaisir se combinent avec la stimulation de mon propre sexe pour m'envoyer en toi avec passion et vitesse. Je peux dire que ton orgasme est proche alors que tes hanches se cabrent sous moi, essayant d'enfoncer le gode toujours plus profondément dans ton cul. Tu n'es plus silencieux, me suppliant plutôt de te baiser plus fort, plus vite et plus profondément. En te regardant te baiser sans raison contre le gode et en entendant tes supplications criées, mon propre point culminant approche à la vitesse de l'éclair.

Alors que les premiers spasmes de l'orgasme traversent ma chatte, je regarde aussi le sperme jaillir librement de ton corps. Tu cries mon nom et j'enfonce mes ongles courts dans tes hanches alors que je m'avance une dernière fois. S'effondrant sur ta poitrine, ma propre poitrine se soulève sous l'effort. Je te sens bouger sous moi, laissant tomber tes jambes sur le côté de la table une fois de plus et ramenant tes mains au-dessus de ta tête pour se poser légèrement dans mes cheveux. Lorsque votre respiration s'est suffisamment calmée pour que vous puissiez parler, seuls 3 mots passent par vos lèvres : « Merci, Maîtresse ».

Articles similaires

journal d'une femme au foyer. partie un.

Se marier a causé beaucoup de stress dans nos vies. Rick refuse de me laisser travailler, et même avec une nouvelle maison en ville (dans un quartier à faible revenu) et des factures qui s'accumulent, il refuse de bouger. Cela nuit à notre relation et nous met à rude épreuve émotionnellement et sexuellement. Il travaille constamment. Le stress rend difficile pour lui d'être affectueux. Vous voyez où cela va. Je suis une bonne fille. Et une bonne épouse. J'ai essayé pendant des semaines de le satisfaire. Chaque matin, je l'ai sucé à sec. Quand il est rentré tard, j'ai mis mes...

1.8K Des vues

Likes 1

Je rencontre mon nouveau voisin et WOW

Ma famille venait d'emménager dans ce quartier dans une nouvelle maison, et c'est très agréable. Notre nouvelle maison a une piscine et s'élève sur deux étages avec les chambres au-dessus. La raison principale était pour moi d'aller à l'université locale qui est très appréciée dans la matière que j'étudie. Il ne nous a pas fallu longtemps pour rencontrer nos voisins car ils étaient très sympathiques. Nos voisins ont environ 30 ans. J'ai 18 ans. Il a l'air d'un vrai beau gosse et sa femme est hôtesse de l'air, très séduisante et souvent absente de chez elle sur des vols outre-mer. Il...

451 Des vues

Likes 0

RD et Mon's Rape 2

Nous serons de retour demain, avec les tenues que vous allez être autorisées à porter ici dans la maison, vous porterez ce qu'on vous dira, quand on vous le dira, et vous ne râlerez pas, n'est-ce pas ? Encore une fois, maman a juste hoché la tête pour être d'accord. Maintenant, puisque ça va arriver, autant le rendre aussi bon que possible. Il tendit à maman un joint que Chris avait allumé. Maman l'a pris sans changer d'expression et a commencé à inhaler. Matt s'assit à côté d'elle ; Chris de l'autre, et chacun a pris un sein et a commencé...

483 Des vues

Likes 0

Plaisir en famille_(4)

Linc Walker a garé son cochon devant la maison mobile délabrée, a jeté sa cigarette à moitié brûlée et est entré dans le coin cuisine-salon encombré de la roulotte de vingt-cinq ans !!! Quelqu'un ici, cria-t-il dans le silence, hé, Linda, tu es déjà rentrée !?! Connard, se marmonna-t-il en ouvrant le réfrigérateur pour prendre de la bière, si jamais elle était à l'heure, ce serait un putain de miracle, avant de tirer une longue bouffée de la bouteille au long goulot !!! Il était sur le point de se laisser tomber devant la télé quand il a entendu un chant...

1.4K Des vues

Likes 0

Réunion excitée (partie 5)

(Voici la dernière partie écrite jusqu'à présent, je posterai le reste quand j'y arriverai.) Mes bras enroulés autour d'elle, je tenais son corps près du mien alors que nos deux orgasmes diminuaient. Je pouvais sentir son cœur battre plus lentement contre ma poitrine et sa respiration contre mon cou prendre progressivement un rythme normal. Elle se blottit contre le creux de mon cou et embrassa mon épaule. Un bras tenant toujours son corps, j'ai passé mes doigts dans ses longs cheveux et j'ai embrassé le haut de sa tête. Elle a ensuite levé la tête, embrassant mon cou et j'ai embrassé...

1.4K Des vues

Likes 0

Enfoncer ma mère_ (0)

Je m'appelle Max, j'ai 18 ans et je n'ai jamais vraiment pensé à ma mère comme un être sexuel. Je veux dire, c'est ma mère ! Mais elle a toujours été plus que ça. Mon père nous a quittés quand j'avais 10 ans, donc pendant 8 ans, c'est juste moi et elle qui ont renforcé notre relation. Elle est plus que ma mère; c'est une de mes meilleures amies. Ne vous méprenez pas non plus sur mon père. Il s'avère qu'il aimait juste les mecs - je ne peux pas m'attendre à ce qu'il vive un mensonge le reste de ma...

672 Des vues

Likes 1

Toucher - Chapitre 2

Toucher - Chapitre 2 Les choses se gâtèrent rapidement, Kelly et moi venions de faire l'amour ensemble sans vraiment savoir pourquoi nous l'avions fait. Était-ce parce que je suis tombé sur elle et qu'elle ne voulait pas m'arrêter ? Mais alors elle participait tout autant... Je n'arrivais pas à comprendre. Nous avons essayé de nous parler juste après mais nous nous sentions tous les deux bizarres l'un avec l'autre, c'est pourquoi je ne l'avais jamais draguée auparavant, je savais que cela ruinerait notre amitié. J'ai essayé de sortir de là aussi vite que possible sans avoir l'air d'un abruti complet. Je...

1.7K Des vues

Likes 0

DOUX SOPHIE !!

Sophie est l'enfant unique de mes voisins, c'est une douce jeune fille de 13 ans, mais il y a toujours eu quelque chose en elle qui m'a fait la regarder différemment des autres petites filles. Peut-être ses cheveux blonds bouclés, son joli petit visage, ses jambes lisses ou le fait qu'elle a une jolie petite paire de seins en herbe. Eh bien, tout a commencé un samedi, je me suis assis dans mon jardin à profiter du soleil et mes voisins étaient aussi dehors. Je n'ai pas l'habitude d'écouter les conversations des autres mais je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre que...

1.7K Des vues

Likes 0

3- La petite soeur de mon chéri du lycée - pt. 3 (Action ou Vérité)

---------------------Partie 3  - ACTION OU VÉRITÉ - --------------------- Beaucoup de choses ont changé dans le temps qui a suivi. Ma petite amie, Chloé, est allée dans un autre État pour aller à l'université. J'ai choisi un collège dans notre ville natale. J'étais un peu perdu. Chloé et moi étions toujours amoureux, du moins j'étais avec elle... mais je supposais qu'elle voyait d'autres garçons dans sa nouvelle école. Sans Chloé, je n'avais plus de raison légitime de traîner chez elle. Je passais lui dire bonjour de temps en temps, mais c'était plutôt pathétique de traîner avec sa famille quand nous étions séparés. Chloé...

691 Des vues

Likes 0

Empire perdu 39

0001 - Tempro                              0403 - Johnathon              croissance 0003 - Conner                              0667 - Marco                     -------- 0097 - As                                    0778 - Jan                       0098(Lucy) 0101 - Shelby (vaisseau-mère)        0798 - Céleste 0125 - Lars                                     0908 - Tara 0200 - Ellen                                    0999 - Zan 0301 - Rodrick                                1000 - Xérès Derrick leva les yeux du sol vers Shelby frottant le côté de son visage qui semblait réel ! Pas comme un hologramme solide mais de la vraie chair et du sang ! Reprenant ses pieds, il s'éloigna lentement de Shelby qui n'avait pas encore bougé. Je ne sais pas qui ou ce que tu es...

652 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.