Découverte de Sammy Pt. 1

877Report
Découverte de Sammy Pt. 1

NOTE DE L'AUTEUR : Ce travail est purement fictif. Toute similitude avec des événements ou des personnes réels peut être une coïncidence.

Anneau, anneau, anneau. "Bonjour?"
"Jen, c'est moi !"
« Oh, hé, Sam ! elle répondit. « Wazzup ? »
"Eh bien, puisque c'est officiellement le premier jour de l'été, j'ai pensé que je devrais t'inviter !" J'ai dit.
Et c'était l'été. Le temps devenait de plus en plus chaud chaque jour qui passait, et mes camarades de classe étaient devenus de plus en plus impatients de sortir de l'école. Cependant, depuis que nous étions en neuvième année, nous avions eu des examens, et maintenant les vacances d'été étaient plus douces et plus rafraîchissantes que jamais.
Depuis que nous avions tous étudié, cependant, je n'avais pas beaucoup vu Jen récemment même si nous allions à la même école. Maintenant que nous étions libres, cependant, j'avais hâte de l'avoir.
Jen gloussa. "D'accord. Ce serait génial ! Mais je dois aller demander à ma mère, attends une seconde... attends, tout de suite, non ?"
"Euh, ouais," répondis-je. "Oh, mais assurez-vous que ça va puisque mes parents ne seront pas là pendant un moment. Ils sont allés à Twin Peaks pour regarder un match de hockey, et ne seront pas de retour avant tard."
J'ai entendu des pas lointains au-dessus de la ligne et un faible discours. Un instant plus tard : "Yay ! C'est bon, elle allait vérifier une maison avec des clients de toute façon."
"Bien grande!" criai-je.
« Je serai là dans cinq minutes, d'accord ? Elle habitait à quelques pâtés de maison et marchait souvent jusqu'à chez moi.
« Mkay, voyou ! »
« Adios ! »
J'appuyai sur le bouton rouge de mon téléphone et m'allongeai sur mon lit. Ma chambre était à l'étage, assez grande - 16' par 13' ? - et mon lit était au centre. La reine que mon père avait utilisée enfant, il y avait dessus un gros doudou blanc, qui était extra-doux et très chaud. Même dans la chaleur de l'été texan, j'ai gardé la climatisation très élevée juste pour pouvoir l'utiliser. J'ai toujours aimé le froid de toute façon - bien que je sache que le Texas n'est pas le meilleur endroit où vivre pour une fille comme moi.
En face de mon lit se trouvait une niche dans laquelle se trouvait mon bureau d'ordinateur avec mon Mac bien-aimé assis dessus, endormi. À droite du bureau se trouvait la porte de ma salle de bain - la mienne, que j'aimais beaucoup. Si je regardais à ma droite, il y avait une assez grande fenêtre qui dominait le mur. Elle était toujours recouverte d'épais rideaux marron car je n'aimais pas trop la lumière. La pièce était assez sombre, la façade en bois sombre sur les murs y contribuant. Ma chambre a été conçue pour ressembler à l'intérieur d'une cabane en rondins, pas comme Lincoln Logs, mais plutôt comme du contreplaqué teinté sombre - juste plus chic.
Le mur de gauche avait une commode avec mes vêtements à l'intérieur et, à droite d'eux, une porte donnant sur le couloir. Mon petit placard était à gauche de mon ordinateur avec des portes coulissantes. Les portes étaient d'immenses miroirs, que j'utilisais souvent.
Toujours allongé dans mon lit, j'ai réalisé que j'étais toujours en pyjama. Bien qu'il soit environ quatre heures de l'après-midi, je n'avais pas eu besoin de me changer car j'avais fait mes corvées mensuelles toute la journée, d'où la raison pour laquelle j'invitais juste maintenant Jen.
J'ai soupiré et me suis levé pour aller me changer, en appuyant sur play sur mon Mac et en lançant l'alarme silencieuse de Bloc Party. J'ai ouvert le tiroir du haut de ma commode et j'ai attrapé un débardeur violet uni, un short, un nouveau soutien-gorge et une nouvelle culotte. Je n'avais pas un grand sens de la mode - je m'en fichais surtout. Bien sûr, je me suis assuré que mes couleurs étaient assorties et tout, mais je n'aimais pas vraiment les trucs à froufrous et les robes et tout ça. Mes vêtements étaient pour la plupart simples, à l'exception des chemises que j'avais récupérées auprès de mes groupes préférés. J'aimais beaucoup la musique, même si la plupart de ce que j'aimais n'était pas très populaire auprès de mes camarades de classe. Jen partageait mes goûts, ce qui nous rapprochait beaucoup et était même à l'origine de notre amitié. Un jour, en CM2, elle avait dit "belle chemise" à mon débardeur Franz Ferdinand. Nous avons commencé à converser et nous nous sommes entendus tout de suite.
Avec mes vêtements civils à la main, je me tournai vers la droite et me regardai dans le miroir. J'avais des cheveux châtain clair mi-longs, des yeux bleus souvent décrits comme «perçants» et de véritables piercings aux oreilles. J'étais caucasien, issu d'un mélange de cultures européennes et très pâle. Jen a souvent plaisanté en disant que j'étais un vampire en raison de ma pâleur et de ma haine de la lumière - dont elle partageait également la dernière. Les gens que je rencontre pour la première fois me demandent souvent si je me sens malade, mais je le suis rarement.
Toujours en regardant dans le miroir, j'ai retiré mon haut de pyjama actuel. Mon soutien-gorge blanc a été révélé, et je l'ai détaché et l'ai enlevé aussi. Il n'avait pas vraiment couvert grand-chose - mes seins étaient de petites merveilles de bonnet A. Ils ne bombaient que d'environ un pouce et demi, ce qui me faisait espérer que je n'avais pas fini de me développer, mais j'étais à peu près sûr que oui, compte tenu de mon âge de quinze ans. J'étudiai momentanément ma taille, mince comme jamais. Bien que je mangeais souvent et en grande quantité, j'avais toujours eu un poids presque insuffisant. Je suppose que j'avais un taux de métabolisme très rapide.
Levant les yeux, j'ai remarqué que mes mamelons étaient debout, durs au centre de mes aréoles d'un demi-pouce de diamètre. J'ai lentement mis mes index dessus et j'ai appuyé doucement, savourant la bonne sensation que j'avais découverte il y a de nombreuses années. J'ai commencé à les frotter, puis j'ai pris mes seins dans mes mains et j'ai joué avec eux. Fermant les yeux, je les ai frottés pendant un moment, les déplaçant de haut en bas sur ma poitrine, surpris d'être si excité. Ma main a ensuite erré jusqu'à mon bas de pyjama, et je me suis retrouvé à le tirer avec ma culotte. Maintenant entièrement nue, je pouvais voir dans le miroir le rose de mes lèvres intérieures légèrement sortir de ma chatte, suspendu entre mes jambes. Habituée à tenir le rythme d'une chatte rasée, je m'étais rasée la veille.
Je m'allongeai sur la partie de mon lit en face du miroir et écartai doucement les doigts de ma main droite sur ma motte. Mon index et mon majeur écartèrent lentement mes lèvres et se frayèrent un chemin à l'intérieur de ma chatte. Je gémis de joie alors que mon pouce commençait à frotter mon clitoris. Ma main gauche jouait toujours avec mes seins. Mes doigts faisaient des va-et-vient, et je pouvais me sentir encore plus humide qu'avant. Une partie de mon jus a commencé à s'écouler alors que je me dirigeais vers mon orgasme, alors que mon pouce effleurait mon clitoris encore et encore. Je gémissais assez fort maintenant, et si près de jouir.
Il y a de nombreuses années, peu avant mes premières règles, j'avais découvert en me baignant l'art de me faire plaisir, et cela n'avait fait que s'améliorer à mesure que je me développais de plus en plus. Il m'a fallu une semaine entière pour comprendre que mon clitoris était un centre de nerfs, et un mois de plus pour atteindre un orgasme. Je ne m'étais pas fait plaisir assez longtemps pour en avoir un. J'avais eu « la conversation » avec mes parents à l'âge de neuf ans après avoir accidentellement rencontré mes parents en train de faire l'amour. Avant cela, j'avais toujours considéré toutes les zones du sud comme sales, mais ensuite j'avais appris qu'elles avaient un but, et je suis devenu curieux.
En raison de mon état d'extase profonde et aussi en raison de la lecture de "Positive Tension" de Bloc Party (une chanson ironique intéressante dans les circonstances), je n'ai pas entendu Jen franchir la porte. Je ne l'ai pas entendue quand elle a monté les escaliers, ni quand elle a appelé mon nom. Elle n'a pas non plus entendu mes gémissements et a commencé à ouvrir ma porte.
« Sam ?
Cette fois, je l'ai entendue. Voyant sa main sur le côté de la porte qui s'ouvrait rapidement, j'ai crié et j'ai attrapé un oreiller, le mettant sur ma chatte pendant que je m'asseyais et retirais mes doigts de mes propres profondeurs.
Elle a crié aussi, bien sûr, puisque je l'avais surprise. Elle s'est alors précipitée encore plus rapidement, l'effet inverse de ce que j'avais voulu. Ses yeux s'écarquillèrent alors que nous criions à nouveau à l'unisson.
« Sam ! Mon dieu, je suis TELLEMENT désolé ! » dit-elle en s'effondrant contre la porte, la fermant accidentellement.
Comme je n'avais pas eu d'autre oreiller à temps, mes bras étaient croisés, couvrant mes seins. Elle ne pouvait pas vraiment me voir, en fait. Elle voyait à peu près autant que si j'avais porté un maillot de bain. Pourtant, c'était bizarre puisque je n'étais pas en maillot de bain, ou quoi que ce soit d'autre.
J'ai repris mon souffle. "C'est bon, Jen, ce n'est pas ta faute..."
Jen avait les cheveux noirs foncés, également mi-longs, et les yeux brun foncé. A quinze ans également, elle avait l'air un peu chinoise, malgré sa peau un peu plus foncée. Cependant, elle était en fait majoritairement blanche et seulement un quart de Chinoise. Elle portait un débardeur Bravery bombé sur sa poitrine et une jupe en jean très, très courte qui descendait jusqu'à ses poignets, révélant de longues jambes fines qui ressemblaient à...
J'ai arrêté le train de mes pensées. Cela avait été étrange, ai-je pensé, puis j'ai sorti ce train de mon cerveau.
Jen parlait. "... je ne savais pas. Qu'est-ce que tu faisais de toute façon ?"
"Euh... j'étais en train de changer..." Ce n'était pas un mensonge, mais ce n'était pas l'entière vérité.
"Oh, eh bien, je suis encore désolée..." dit-elle.
"C'est bon," répondis-je. "C'est juste que personne ne m'a jamais vu nu avant..." Et c'était vrai. Depuis que j'avais huit ans, mes propres parents ne m'avaient même pas vu en entier.
"Pourquoi pas?" dit-elle avec un étrange demi-sourire. "Vous êtes magnifique!" J'ai souri et, inconsciemment, mes bras se sont détachés de leur place sur ma poitrine. "Et en plus, tu n'es pas techniquement nu, je ne vois vraiment rien." J'avais l'étrange impression qu'elle essayait. Et puis j'ai réalisé que mes seins n'étaient pas très bien couverts, et elle devait l'être aussi, alors que ses yeux s'écarquillaient en disant : "Mon Dieu, tes seins... ils sont-"
Je devins rouge de gêne. "Je sais, vraiment petit," marmonnai-je.
"Eh bien, oui," dit-elle. "Mais ça va. J'allais dire qu'ils étaient mignons."
Un sentiment étrange grandit en moi. "Mignon?"
"Ouais," répondit-elle. "Je pense que je ne peux pas vraiment bien les voir..."
Je retirai lentement mes bras de ma poitrine. C'était si étrange de laisser quelqu'un me voir. J'étais généralement très prudent avec moi-même.
« Ouais, ils le sont ! dit-elle en les regardant. "C'est pas mal d'avoir des petits seins !" elle a continué. "Certains garçons aiment ça, et, personnellement, je les aime mieux-je veux dire... je pense qu'ils sont mignons aussi..." Elle baissa les yeux pendant une seconde, mais je ne remarquai rien à ce moment-là. Je me suis toujours senti mal pour ma poitrine, mais certaines personnes peuvent les aimer ? C'était une nouvelle pour moi, et une très bonne nouvelle.
Elle continua, regardant à nouveau ma poitrine. "J'aurais aimé que les miens soient plus petits. Ils sont assez gros, cependant." Et ils étaient bombés à quatre pouces sous son débardeur. La sienne avait été la première à pousser le plus dans notre école, et beaucoup de filles l'enviaient. Personnellement, j'aurais aimé avoir ses seins, beaux et gros, amusants à...
J'ai encore fait tomber ce train fou de ses rails.
J'ai remarqué qu'elle regardait toujours ma poitrine, puis elle a remarqué que j'avais remarqué et levé les yeux.
"J'aimerais avoir le vôtre," dis-je. "Je pense que ta taille est mignonne aussi..."
"Merci!" dit-elle en souriant. Puis elle fronça les sourcils. "Je déteste quand les gens disent que je bourre mon soutien-gorge !"
"Oh, ouais, j'ai entendu cette rumeur..." répondis-je avec bienveillance. "J'essaie de l'écraser quand je le fais, mais ça continue quand même..."
« Tu leur dis que tu sais que je ne sais pas ? demanda-t-elle.
"Eh bien, non..." répondis-je. "Je suis presque sûr que non, mais, techniquement, je ne sais pas vraiment..." Je ne sais pas ce qui m'a fait dire ça, mais ça semblait être la meilleure chose à dire.
En colère maintenant, pas contre moi mais contre les commérages, Jen a dit: "Eh bien, maintenant tu peux dire que tu le fais!" Et avec ça, elle a soulevé son débardeur, révélant un soutien-gorge rose. Mon cœur a raté un battement. Elle a ensuite défait son soutien-gorge et me l'a montré. "Tu vois ! Pas de rembourrage !" Mais je ne regardais pas son soutien-gorge. Mes yeux étaient concentrés sur ses seins, qui étaient aussi gros et voluptueux que je m'y attendais. Ses aréoles mesuraient un pouce de diamètre et les mamelons au centre étaient, j'ai été surpris de le voir, debout. J'ai réalisé que les miens l'étaient aussi.
« Sam ? J'ai de nouveau levé les yeux. Je n'avais jamais réalisé que Jen était si belle. "Êtes-vous d'accord?"
"Oui je vais bien." J'ai répondu, mais j'étais mieux que bien. Nos yeux se regardant, nous avons, comme par télépathie, soudainement... craqué. Je ne savais pas pourquoi, ou ce qui était drôle, mais le rire de Jen était si contagieux que ça n'avait pas d'importance. Tout en riant, mes yeux retrouvèrent les seins de Jen, qui tremblaient de haut en bas sur sa poitrine brûlante. Qu'est ce qui ne va pas avec moi? Je pensais. Depuis quand suis-je attiré par une autre fille ?
Mais le rire a atténué tout malaise que nous avions eu, et Jen a dit, toujours à moitié riant, "Tu vois? Ce n'est pas si mal d'être nu devant ton meilleur ami!" J'ai dû accepter; c'était, en fait, super.
À l'improviste, elle a ensuite dit assez calmement: "Vous n'avez peut-être pas encore fini de vous développer. Ils n'ont peut-être pas déjà atteint leur taille maximale."
"J'en doute," répondis-je. "J'ai quinze ans, comment n'aurais-je pas pu être fait? De toute façon, je ne peux pas vraiment dire ..."
« Je peux, dit-elle doucement, et posa lentement ses mains sur mes seins.
J'inspirai brusquement, sans m'y attendre. Cela allait être plus facile que je ne le pensais.
Je n'avais pas l'habitude que quelqu'un me touche là-bas. C'était si étranger, si bizarre et si bon. Ses doigts s'appuyèrent sur moi alors qu'elle cherchait des signes éventuellement fictifs. Mes mamelons durs ont été effleurés alors qu'elle commençait à les masser presque, les déplaçant d'avant en arrière comme je l'ai fait.
C'était infiniment mieux que moi-même, cependant. C'était tellement sensuel, avec quelqu'un d'autre qui le faisait, et je pensais que j'étais au paradis. C'était tout un saut entre le fait que personne ne vous ait jamais vu nue et que quelqu'un - une autre fille, en plus - vous caresse les seins.
Mes yeux étaient encore grands ouverts à cause du choc et, après peut-être sept secondes, elle a lâché prise et a baissé les yeux. "Euh... désolée..." marmonna-t-elle. Souriant et confiant, j'ai répondu : "Pas de problème." Se regardant fixement, les visages à quelques centimètres de nous, nous, comme par télépathie, nous sommes soudainement... embrassés.
Ne vous méprenez pas, j'avais beaucoup embrassé avant. Et beaucoup étaient de très bons embrasseurs. Mais c'étaient tous des garçons. Cette fois, c'était tellement différent alors que nos langues erraient dans la bouche de l'autre, alors que nos bras s'enroulaient autour du corps de l'autre. Mon oreiller était toujours sur mes genoux en tailleur, et elle était agenouillée sur le lit devant moi, seulement vêtue de sa jupe super courte. Nous nous sommes embrassés pendant peut-être quinze secondes, qui étaient à ce moment-là les quinze meilleures secondes de ma vie. En nous interrompant, nos langues se touchant encore une seconde, nous avons regardé dans l'autre sens comme le feraient deux personnages d'une sitcom après avoir eu leur premier baiser. Mais ce n'était pas une comédie, même si c'était toute une situation. J'étais un peu gêné, je l'avoue. Je n'avais aucune idée de ce qu'elle pensait, si elle avait aimé ça ou trouvé ça répugnant ou quoi. Notre respiration profonde s'est graduellement ralentie alors qu'après environ trois secondes, elle a dit, toujours essoufflée : "Je pense... Je pense que je t'aime !"
Mon cœur s'est gonflé et j'ai rayonné. "Je t'aime aussi!", et bien que cela puisse sembler idiot de le lire, ce fut un moment très dramatique pour nous, et nous nous sommes lancés l'un contre l'autre. Je me suis retrouvé allongé sur le dos (toujours avec l'oreiller) avec elle allongée sur moi alors que nous nous embrassions. Pendant ce temps, nous nous sommes aussi caressés les seins et, je dois dire, les quinze meilleures secondes de ma vie ont continué à se mettre à jour. Beaucoup.
C'était si bon et si juste. Je l'aimais. Elle m'aimait. La peau contre la peau était la meilleure sensation au monde, surtout avec une couette super douce sous mon cul. Peut-être qu'après environ deux minutes, nous avons rompu et déclaré notre amour l'un pour l'autre une fois de plus.
Je ne pouvais pas croire à quel point j'étais chanceux. Je n'avais jamais su que j'étais bisexuelle jusqu'à présent, et je le découvrais probablement avec la plus belle fille qui soit. Mais le meilleur était encore à venir, de loin. Elle est descendue sur moi et j'ai senti ses énormes seins sur mon ventre, ce qui était extrêmement sensuel. Puis, expérimentalement, elle a amené sa langue sur mon mamelon et l'a léché. Oh. Mon. Dieu. C'était exquis. Jamais personne ne m'avait léché auparavant, ce qui semble être une chose étrange à dire, aussi vraie soit-elle. Sa langue a alors commencé à tracer des cercles autour de mon mamelon, et bientôt, tout mon sein droit était dans sa bouche, entouré de ses lèvres. Elle suçait et léchait si bien qu'il était difficile de croire qu'il était possible de se faire plaisir. Elle a ensuite commencé à déplacer lentement ses lèvres sur mon sein pour qu'elles n'entourent finalement que mon mamelon, qu'elle a sucé extrêmement fort pendant que je gémissais. Elle a ensuite remis tout mon sein dans sa bouche, faisant ses lèvres plus petites jusqu'à ce qu'elles n'entourent à nouveau que mon mamelon et l'ont fait encore et encore, utilisant toujours ses mains pour caresser mon autre sein. Après un moment d'extase, elle a changé de sein et s'est concentrée sur mon gauche. De nouveau avec ses mains, elle caressait ma main droite maintenant, et c'était encore mieux du fait qu'elles étaient maintenant mouillées de sa salive. Ses mains étaient glissantes alors qu'elle me frottait. Encore une nouvelle meilleure quinzaine de secondes de ma vie.
Après être remontés, nous nous sommes embrassés à nouveau, et je l'ai retournée pour être au-dessus. J'ai fait ce qu'elle m'avait fait, plaçant ma langue sur ses mamelons. C'était mieux que de les sentir avec mes mains. Comme ils étaient si gros, c'était incroyablement agréable d'avoir tout son sein dans ma bouche, et moi, comme elle l'avait fait, je bougeais de haut en bas avec mes lèvres, en veillant à sucer fort.
Mes seins encore humides étaient glissants sur son ventre, mes mamelons durs poussant contre elle. J'ai changé de sein et j'ai adoré jouer avec sa belle mésange glissante. Je me suis beaucoup amusé à lui plaire, à sentir ses gémissements s'échapper d'elle. Nous savions tous les deux à ce moment-là que nous ferions n'importe quoi pour nous faire plaisir.
Au bout d'un moment, je me suis interrompu et je l'ai embrassée, et, à ce moment-là, nous nous sommes arrêtés pour parler.
Nous nous sommes embrassés. "Oh mon Dieu, tu es incroyable !" Je lui ai dit.
"Comme vous êtes!" elle répondit. Toujours dans une étreinte, je remarquai qu'elle regardait mon oreiller.
"Penses-tu..." commençai-je.
"Pensez-vous que nous devrions?"
"L'amour ne connaît pas de limites", ai-je cité.
« Et ce n'est pas comme si on pouvait tomber enceinte ou une MST ! dit-elle en riant, et notre destin était scellé. Elle m'a poussé vers le bas et, avec moi couché à plat, a attrapé l'oreiller et l'a jeté à travers la pièce. J'ai ri, et avec d'énormes papillons dans mon ventre, elle a lentement écarté mes jambes.
Son visage s'illumina. "Tu es magnifique," dit-elle sexy. Mes petites lèvres roses dépassaient encore entre mes jambes. Tremblant et respirant faiblement d'anticipation, je souris aussi. Sur ce, elle posa ses mains sur l'intérieur de mes cuisses, me donnant envie de rien de plus qu'elle touche enfin ma chatte. Elle a finalement placé une main sur ma chatte et l'a doucement frottée, me rendant extrêmement humide alors que ma chatte s'ouvrait lentement. "C'est tellement mignon!" Elle haleta. Toujours souriante et très curieuse, elle a ouvert mes lèvres en grand avec ses doigts, me regardant. Elle a touché tous les autres coins et recoins avant que son index ne pénètre lentement en moi. J'ai haleté. Comme avant, c'était infiniment mieux que quand je l'avais fait moi-même. Je ne pouvais pas croire ce qui se passait. C'était incroyable. Alors que son doigt glissant glissait plus loin dans mes profondeurs jusqu'à ce qu'il soit complètement dedans, son autre index commença à frotter mon clitoris. J'ai failli venir tout de suite, mais ensuite ça s'est amélioré. Elle glissa un autre doigt en moi, en prenant soin de ne pas rompre mon hymen, puis un autre. C'était merveilleux. Travaillant dedans et dehors, sa main entière couverte de mon jus, elle était fantastique. Mais ensuite, elle a apporté sa langue et l'a laissée se joindre à elle aussi. Bientôt, ça me pénétrait aussi quand ce n'était pas sur mon clitoris. C'était orgasmique. Littéralement. J'ai alors eu l'orgasme le plus intense que j'aie jamais eu. Mon corps tout entier tremblait alors qu'elle souriait au-dessus de moi, ravie de ce qu'elle avait fait et de mon délicieux jus qui coulait de ses lèvres.
Après être resté allongé là pendant un moment, reprenant mon souffle, j'ai souri et j'ai dit : "Maintenant, c'est mon tour." Je l'ai poussée sur le lit et j'ai commencé à enlever cette jupe extrêmement courte. Le tirant lentement le long de ses jambes, j'ai ensuite fait de même avec sa culotte et j'ai haleté quand j'ai vu sa belle vulve alors que ses jambes s'écartaient.
Son corps nu lui-même était un spectacle céleste, dans sa couleur unie et sombre. Mais sa chatte était magnifique. Ses lèvres extérieures charnues et son clitoris rose étaient tout un spectacle. Ne pouvant attendre longtemps, je me suis penché et j'ai fait ce qu'elle m'avait fait, en commençant par ses cuisses avant d'explorer sa belle chatte. Ses lèvres intérieures avaient été cachées, mais après quelques frottements elles avaient été révélées et étaient exquises. J'ai lentement pris mon index et je l'ai sentie à l'intérieur, glissante, douce et chaude. Son jus a immédiatement recouvert mon doigt et a commencé à couler sur ma couette.
Mon autre index a trouvé son précieux clitoris que j'ai commencé à frotter tout en enfonçant un autre doigt. Bientôt, je n'ai pas pu attendre plus longtemps et j'ai amené mon visage sur sa chatte, ma langue frottant son clitoris avant de la pénétrer. Elle avait un goût différent du mien ; Je m'attendais au même goût. Mais elle avait meilleur goût. Je suis allé lécher chaque centimètre de sa petite chatte chaude et j'ai sucé fort son clitoris. Bientôt, elle gémit bruyamment et jouit, tout son petit corps sexy tremblant d'extase. J'adorais lui avoir donné autant de plaisir.
Toujours allongée sur le lit, elle a souri et ri, et je me suis laissé tomber sur elle et nous nous sommes embrassés. Ce fut certainement le plus beau jour de ma vie.
Toujours en train de s'embrasser, nos jambes ont fini par s'entrelacer. C'était génial, bien que légèrement ennuyeux de ne pas pouvoir jouir en faisant cela. Mais, avec une idée, j'ai quitté Jen et j'ai positionné un de ses genoux vers le haut. Son autre jambe était droite, parallèle au lit, et je m'assis dessus, près de ses hanches. Ma chatte se sentait bien sur sa jambe, mais je n'avais pas fini. Une de mes jambes était de chaque côté d'elle, alors je m'écarte un peu. Les chattes se touchaient maintenant, nous frissonnions et tremblions, les clitoris se frottant et les lèvres écartées. Il ne fallut pas longtemps avant que nous venions tous les deux à l'unisson, le jus coulant dans les chattes de l'autre. Tous les deux sexuellement épuisés, nous nous sommes à nouveau allongés l'un sur l'autre et nous nous sommes embrassés avant de nous allonger côte à côte, respirant fortement.
"Je t'aime, Sam," dit Jen.
"Je t'aime aussi, Jen," répondis-je.
Nous nous sommes souri, nous demandant comment nous avions pu avoir autant de chance.
"Alors..." commença Jen. « Est-ce qu'on le dit à quelqu'un ?
Nous nous sommes à nouveau souri. "Pas une âme."

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.