Les Chroniques de Craigslist : Chapitre 1 :

813Report
Les Chroniques de Craigslist : Chapitre 1 :

Clause de non-responsabilité:
Dans cette série, vous ne trouverez aucun inceste, viol, drogue, coercition, violence grave, science-fiction, fantasy, bestialité, scat, nécrophilie ou quoi que ce soit de nature très offensante, y compris les relations sexuelles avec des mineurs. Cette série se concentre sur les personnages, les intrigues, l'humour et se déroule dans un environnement sexuel. Veuillez en profiter dans ce contexte. Si vous connaissez mon travail précédent, vous êtes dans la même situation.

Note sur le format : Ces chapitres seront interconnectés, mais il y aura beaucoup de personnages différents, certains pourront réapparaître. Au début de chaque chapitre, il y aura une brève introduction et description du personnage, et il sautera ensuite dans le point de vue de ce personnage.





Les Chroniques de Craigslist : Chapitre 1
Cynthia, 24 ans, cheveux châtains courts bouclés, bonnets larges, maigre. Cynthia ressemble à une fille/femme, quelqu'un qui a dormi avec des animaux en peluche jusqu'à l'adolescence et qui s'est livrée à d'interminables sessions d'appels téléphoniques du type "non, je t'aime plus". Bien qu'elle ne soit pas religieuse, elle est certainement conservatrice, modeste et critique fréquemment ceux qui dorment. Elle est diplômée d'université avec un bon travail et son propre appartement. Elle est actuellement célibataire et n'a pas eu de petit ami depuis qu'elle a découvert que son amant la trompait il y a six mois. Bien qu'elle soit généralement douce, calme, timide, etc., elle ne tolérera pas la tricherie et lui a botté le cul.)

Samedi après-midi
Je deviens plus excité que je n'aurais jamais cru possible. J'ai un vibromasseur depuis l'âge de seize ans, mais je n'ai jamais eu à remplacer les piles aussi souvent. Pour la première fois de ma vie, je considère le fait que je pourrais avoir besoin de me faire baiser. Wham-bam, merci monsieur, et passez à autre chose. J'ai toujours fustigé mentalement les gens qui ont fait de telles choses. Sexe en dehors d'une relation? C'est juste demander une maladie ou une grossesse non désirée ou d'autres conséquences indésirables. Je me suis toujours sentie d'une moralité ou de valeurs plus élevées ou d'une maîtrise de soi ou d'une telle connerie. Mais maintenant, avec mes doigts engourdis et mon avant-bras douloureux à cause du vibratathon de ce matin, et devant lutter contre l'envie de trouver l'objet phallique le plus proche et de le coincer en moi, j'ai l'impression que je pourrais comprendre le désir sexuel de surmonter le manque d'un relation et résultant en deux personnes avec peu de connexion qui font juste l'acte et se séparent.
Je continue d'espérer que si je le branle, les envies que je ressens s'atténueront et que je pourrai reprendre ma journée normale. Je décide qu'il est temps de regarder ce porno que mon ex a laissé ici quand nous avons rompu. Il s'appelle Rockin the Bed et contient une photo photoshoppée d'une blonde avec d'énormes faux seins et d'un homme musclé avec une énorme bite qui a l'air plus douloureuse qu'amusante. Tim a essayé de me faire regarder ça pendant que nous l'avons fait une fois, je l'ai fait éteindre, parce que, eh bien, c'était effrayant. Pourquoi ça rendrait le sexe meilleur d'avoir cette fausse merde à la télé. Cela m'a fait me sentir indésirable, je suppose. Je mets le DVD, ferme les stores et m'allonge sur le canapé. Je fourre ma main dans mon pantalon de survêtement, mais au-dessus de ma culotte en attendant que le générique se termine et que les choses amusantes commencent. C'est toujours surprenant de voir à quel point ma culotte est chaude et humide quand je ne penserais pas que j'étais mouillée, mais apparemment je le suis.
Différentes scènes de sexe sont montrées, c'est du porno standard, nous l'avons tous vu, je suppose. Je frotte lentement mes doigts de haut en bas sur ma culotte jusqu'à ce que je ne puisse plus le supporter et je dois les mettre sous la culotte. Waouh, elle est mouillée ! Mon majeur se fraye un chemin entre mes lèvres humides et je le pousse jusqu'à l'ouverture de mon vagin, puis lentement jusqu'à mon clitoris. Mon doigt atteint mon clitoris, et avec une petite pression, se déplace au-dessus du clitoris, lui donnant un petit coup, puis le bout du doigt fait une fois le tour du clitoris, puis redescend et légèrement dans et autour de mon vagin. Répéter. Oh mon Dieu, répétez. A l'écran, deux blondes sucent à tour de rôle une énorme bite. Ils sont à genoux et on dirait qu'ils ont juste envie qu'il éjacule dessus. Je n'ai jamais été fan de la main qui saisit l'arrière de la tête, le genre de domination que les hommes ont sur les femmes dans le porno. C'est dégradant. Mais pour une raison quelconque, en ce moment, je pense que je comprends. J'aimerais pouvoir attraper un homme par les cheveux et coincer sa tête entre mes jambes et le sentir sucer mon clitoris. Il y a quelque chose dans le désir et sa nature animale.
Bientôt, l'homme est allongé sur le dos, et une femme monte sur lui et chevauche sa bite durement, tandis que l'autre fille s'assoit sur son visage. La première fille le martèle, je ne vois pas comment c'est physiquement possible. J'ai été au top, mais j'ai toujours été lent et j'ai fait plus de broyage que de marteau-piqueur. Pour moi, c'est toujours lent et doux et faire l'amour. Je n'ai jamais aimé qu'un homme utilise le mot F, ou prenne un ton dominant ou quelque chose comme ça. Je ne le laisserais jamais jouir sur mon visage ou mes seins. Et pas de gifle pendant qu'on y est. Le sexe est une expression d'amour, pas de domination. Du moins, c'est ce que j'ai toujours pensé. Pas vrai cependant, je pense que je pourrais comprendre l'autre côté de celui-ci. Peut-être que le sexe peut vraiment être juste du sexe et s'amuser et, eh bien, jouir et baiser. Mon majeur est maintenant fermement coincé dans ma chatte, et alors que je commence à me doigter frénétiquement, ma paume continue de claquer contre mon clitoris et j'adore ça. Les gémissements avaient commencé il y a un moment et devenaient maintenant hors de mon contrôle.
A l'écran, l'homme fait une fille en levrette tandis que les filles sont en soixante-neuf. Donc une fille se fait baiser fort et se fait lécher en même temps. Je n'ai jamais aimé la levrette, j'aime le contact, le face à face, les bisous, peut-être une petite succion du cou, mais quand il est derrière moi, je me sens distant et objectivé ou quelque chose comme ça. Mais en ce moment, j'ai envie de me faire baiser par derrière. Je veux une bite qui rentre et sort aussi fort qu'il le peut. L'homme baise un peu plus fort et jouit. Il se retire et son sperme coule de sa chatte alors que la fille en dessous la lèche et suce son clitoris d'un coup. Ma main gauche a inconsciemment attrapé mon sein droit, le frottant et le pressant. Je gémis bruyamment pendant que je jouis, et je sens mon vagin se contracter autour de mon majeur, et les vagues de plaisir s'éloignent de ma chatte et je commence à trembler et à sourire de façon incontrôlable. J'ai envie de m'évanouir.
Quelques minutes plus tard, je reviens en quelque sorte à la conscience normale, me sentant un peu comme un morceau de gelée, sans muscle ni os et seulement capable de secouer ici et là. Ma main est toujours plantée sur ma chatte plus par tergiversation qu'autre chose. Mes yeux sont obsédés par le sexe à la télévision. Je m'interroge sur mes ex-petits amis. Ils ont tous fini par essayer de me rendre un peu "plus sauvage". Je me sentais toujours bizarre et gêné lorsque j'essayais de parler sale, ou dans n'importe quelle position où nous n'étions pas face à face. Le mot F était interdit. Je ne sais pas, peut-être que j'ai juste l'impression d'essayer d'être quelqu'un que je n'étais pas et qu'ils verraient à travers moi et réaliseraient que je n'étais pas un être sexuel fou et sauvage, mais un prude qui faisait juste semblant. Peut-être parce qu'ils me connaissaient déjà comme cette prude, ils ne croiraient pas ma sauvagerie et donc je suis gêné rien que d'y penser. Je me demande si j'étais avec un nouvel homme si je pouvais être sauvage dès le début. Je me souviens avoir pensé à cela au sujet d'aller d'abord à l'université. C'était de nouvelles personnes, je pouvais totalement me réinventer. Vous ne pouviez pas simplement passer du statut de pom-pom girl à celui de nerd au lycée, ils vous connaissent tous déjà, cela semblerait artificiel et faux et vous ridiculiserait. Même genre de chose. Et avec ça, et un peu plus de réflexion tout au long de la journée, j'ai décidé que A. je voulais baiser, et B. je me réinventerais, deviendrais sauvage et fou et C. pour la première fois de ma vie je BAISERais et pas faire l'amour.

*
Rencontres occasionnelles
W4M
Une femme a besoin de sexe - 24
Cher Craigslist,

Je suis une femme de 24 ans. Je suis excitée et j'ai besoin de baiser. Sans attaches. Je suis mince et mesure cinq pieds six pouces. J'ai un travail sérieux, donc je dois être discret. Je ne veux pas de gars qui dorment autour d'une tonne, doivent être sans drogue ni maladie. En général, je n'ai des relations sexuelles que dans le cadre de relations sérieuses, mais pour l'instant, j'ai décidé que cela faisait assez longtemps et je veux en avoir et j'aimerais un homme qui se trouve dans une situation similaire.
*


J'ai posté cette annonce samedi soir et je suis allé me ​​coucher. Dimanche matin, j'ai vérifié l'e-mail de l'adresse que je viens d'enregistrer spécifiquement pour poster cette annonce. J'étais choqué. J'ai eu plus de réponses que je ne voudrais en compter. Heureusement, hotmail m'a informé qu'il y avait 34 nouveaux messages dans ma boîte de réception. Je vous épargne les détails ennuyeux, mais j'ai eu toutes sortes de réponses. Un vieil homme effrayant qui a continué à m'envoyer des e-mails pendant une autre semaine, même si je ne lui ai jamais répondu, qui consistaient en des poèmes sexuels décrivant ce qu'il voulait me faire. J'ai eu beaucoup de photos de bites. Pas exactement le bon message à envoyer, donc je ne leur ai jamais répondu. J'en ai choisi quelques-uns qui ressemblaient à des gars assez gentils qui ne se déplaçaient pas beaucoup, leur ai répondu et l'ai lentement réduit au cours d'une semaine à un gars. J'en avais deux autres en réserve, juste au cas où. Il s'appelait Ben

Voici le premier message de Ben :

Bonjour,

J'ai 23 ans et j'ai aussi un bon travail. J'ai obtenu mon diplôme il y a un an et demi, et ma principale petite amie d'université et moi nous sommes séparés pour des raisons pratiques lorsque cela s'est produit (j'ai obtenu un bon travail dans une autre ville), et je suis célibataire depuis. Je suis un peu timide avec des gens que je ne connais pas, mais avec des amis, je ne suis ni timide ni docile. Mais j'ai des problèmes pour rencontrer de nouvelles personnes, principalement parce que je n'aime pas trop les bars ou les clubs ou quoi que ce soit, et je ne pense pas que les filles qui fréquentent les clubs qui dorment beaucoup soient vraiment mon type de toute façon. Je ne pense pas non plus vraiment que le sexe en dehors des relations soit une bonne idée, mais j'ai passé longtemps sans sexe et je commence à repenser cette position. Garder vraiment un petit nombre de partenaires est une bonne idée, peut-être qu'un copain de baise est ce dont j'ai vraiment besoin, on dirait que vous pensez peut-être la même chose. Eh bien, n'importe qui, faites-moi savoir si je suis resté en dessous du seuil de chair de poule auquel vous pouvez répondre.

PS voici une photo de mon énorme bite au cas où vous vous poseriez la question.
*
(et voici une photo d'un coq)

Après quelques e-mails, nous avons commencé à parler sur la messagerie instantanée, et nous avions le même sens de l'humour et nous nous entendions assez bien et semblions que nous allions nous rencontrer bientôt. Il semblait un peu timide à ce sujet et j'ai fini par être le premier à suggérer que nous nous rencontrions. Chaque jour au travail, j'étais excité quand il envoyait un nouvel e-mail et j'avais hâte de rentrer chez moi et de lui parler en ligne. Jeudi soir, moins d'une semaine après le post, j'ai proposé que nous nous rencontrions demain. Un rendez-vous du vendredi soir semblait amusant. Nous avons tous les deux convenu dans une conversation guindée que nous nous rencontrerions dans un lieu public, dînerions dans un restaurant assez sympa, puis retournerions à son appartement pour regarder un film et le reprendre à partir de là, avec la possibilité de mettre fin au rendez-vous à tout moment. là-dedans. Fondamentalement, nous voulons simplement nous assurer que l'autre personne n'est pas psychotique ou un menteur pathologique ou quoi que ce soit du genre, et que nous nous entendons suffisamment, puis nous nous entendrons probablement et nous séparerons ensuite. Nous avons tous les deux continué à nous assurer que l'autre personne était avec nous sur la même page qu'il s'agissait de sexe et de ne pas trop s'attacher ou penser que c'est une chose sérieuse, c'est juste une aventure.


*


Après un bon rendez-vous, nous nous sommes bien entendus, nous avions mangé et nous nous sommes retrouvés dans son appartement. C'était agréable et propre, et nous nous sommes assis sur son canapé et avons allumé un film avec la condition que nous allions passer un peu plus de temps à nous connaître avant de faire l'acte. Il l'a allumé puis est allé dans sa cuisine pour nous chercher des boissons. Il posa les verres sur la table basse et s'assit. J'ai immédiatement sauté sur lui avec passion. Je me suis allongé sur lui et nous nous sommes embrassés vigoureusement. Ses mains étaient un peu timides et je les ai attrapées. J'ai planté une main sur mes fesses et l'autre sur ma poitrine. J'ai enfoncé mes hanches dans les siennes et ses mains ont commencé à serrer et à frotter avec confiance. J'ai sucé sa langue, légèrement mordu sa lèvre, sucé son cou et frotté sa poitrine. Je m'assis un peu et j'arrachai presque mon chemisier. Ma main droite descendit jusqu'à son entrejambe et frotta son renflement dans son pantalon.
Il perdait à nouveau un peu confiance en lui et j'ai attrapé sa main qui me frottait les fesses, j'ai déplacé sa main sous mon sketch, sous ma culotte et sur la joue nue de mon cul. Son autre main a repris confiance en moi et a défait mon soutien-gorge, puis il a sucé mon sein.
"Baise-moi Ben," gémis-je. Il m'a attrapé et nous avons roulé sur le côté sur son canapé. Il a retiré sa chemise pendant que je travaillais à défaire son pantalon. J'ai retiré son pantalon et son boxer a pulsé avec sa bite lancinante qui sortait tout droit. Il a embrassé passionnément ma poitrine, suçant chaque mamelon, et m'a roulé sur le dos alors que ses mains se tendaient sous et agrippaient le dos de ma culotte et il les tirait le long de mes jambes. Il a senti mes pieds et mes jambes, donnant de légers baisers en cours de route, et donnant un petit baiser et sucer ma chatte avant de revenir sur moi. Il a attrapé un préservatif de son pantalon sur le sol et l'a mis très rapidement. Il était au top et prêt.
"Baise-moi Ben", ai-je exigé. Il a poussé sa bite dans ma chatte en attente, elle était si humide et prête. Je viens presque de réaliser qu'une grosse bite d'homme me pénétrait. Il a poussé lentement au début, apparemment pour me sentir, voir avec quoi j'étais à l'aise. Quelque chose que j'aurais apprécié avant, mais maintenant c'était condescendant.
"Baise-moi plus fort!" J'ai gémi. "Plus fort, plus fort, plus fort," gémis-je alors qu'il commençait à me baiser avec férocité. Ses couilles giflaient mon cul et j'enroulai mes jambes autour de lui pendant qu'il me baisait.
"Oh Cynthia," gémit-il.
"Baise-moi plus fort, salope", ai-je exigé en serrant les dents. Ma chatte en adorait chaque seconde, et mon clitoris se faisait également pilonner par lui, et elle se dirigeait vers un immense orgasme. Je pouvais dire que j'aurais mal demain, mais je m'en fichais du tout.
"Oh!" J'ai crié car je savais que l'orgasme était juste au coin de la rue. « Jouis en moi, remplis ma chatte serrée ! Donnez-moi tout votre sperme !
Il gémit et je regardai son visage alors que ses yeux se fermaient et que ses hanches délivraient le martèlement le plus dur jusqu'à présent. Je suis venu fort, ma chatte l'a serré si fort qu'il a presque poussé sa queue, et je me suis sûrement senti bien, parce qu'il est venu instantanément. Il s'est effondré sur moi alors que j'étais allongé en extase et j'ai en fait souhaité qu'il n'y ait pas de préservatif et je pouvais sentir son sperme suinter en moi. Oh, j'étais tellement satisfait.

*

Je me suis réveillé pour réaliser que ma rencontre glorieuse et orgasmique n'était qu'un rêve. Il était 2 heures du matin et mon rendez-vous avec Ben était encore dans une journée de travail. Je pouvais sentir le jus de ma chatte couler entre mes fesses et tremper le lit. J'étais tellement excité. J'ai débattu pendant une seconde si je devais me réserver pour du bon sexe ce soir (espérons-le), mais je n'ai pas pu lutter contre l'envie. J'ai enfoncé ma main et frotté furieusement sur mon clitoris, faisant des cercles sur mon clitoris avec pression. J'ai pensé au visage O de Ben, à lui qui me remplissait de son sperme, à ses hanches qui poussaient de plus en plus fort, à se faire baiser comme jamais auparavant, et bientôt je jouis.


Je n'ai jamais eu une journée de travail aussi longue de ma vie. Je ne pouvais pas attendre sept heures. Quand je suis sorti du travail, je suis rentré chez moi et j'ai essayé de faire avancer l'horloge, et j'ai essayé de m'occuper en nettoyant mon appartement puis en prenant une douche, en me faisant belle, en sentant bon, tout ça. Je portais la jupe que je portais dans mon rêve, celle-là et un chemisier bleu, avec mon soutien-gorge rose préféré.


A sept ans, j'ai rencontré Ben dans un Wal-Mart. Pas classe, je sais. Mais c'est un grand endroit, avec beaucoup de caméras et de gens, parfait pour rencontrer un étranger sur Internet. Nous nous sommes rencontrés au rayon livres. Il avait l'air sympa. Pas vraiment grand, un peu timide, mais pas reclus, mignon. Il m'a vu de l'allée voisine et a souri et j'ai souri et nous savions tous les deux que nous nous étions trouvés. Je suis resté dans mon allée, regardant un livre, et il a marché au coin de la rue et à côté de moi. Il a pris un livre et a toujours prétendu que nous ne nous connaissions pas.
"C'était bon pour toi aussi ?" demanda-t-il en lisant la quatrième de couverture d'un livre.
"Quoi?" J'ai demandé.
"C'était bien, nous devrions refaire ça un jour", a-t-il dit avec un sourire narquois.
"Avez-vous faim?" J'ai demandé.
« Oh, c'est déjà ton tour pour l'oral ? » dit-il d'une voix un peu maladroite. "Qu'est-il arrivé à la chevalerie ?" Il a demandé. Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire.

Nous sommes allés chez Applebee, avons partagé une conversation agréable, avons mangé de la nourriture et étions trop excités par ce qui allait arriver plus tard dans la nuit. Bientôt, je le suivis jusqu'à son appartement dans ma voiture. Il est temps pour moi de briller, il est temps pour moi de devenir la cow-girl sexy, agressive, gémissante, vulgaire et impitoyable. Il était temps pour moi de lui montrer à quel point je pouvais devenir sauvage et folle.

Nous nous sommes garés et sommes entrés ensemble dans son immeuble, prenant l'ascenseur avec un mélange de maladresse silencieuse et d'excitation, voulant bosser.

Son appartement était agréable et propre, pas aussi propre que dans le rêve, mais propre pour un mec. Il vivait seul et je me suis assis sur son canapé et j'ai posé mon sac à main. Il m'a demandé si je voulais un verre et j'ai dit que oui et il est allé à la cuisine pour en faire un. Sur un coup de tête, j'ai décidé d'aller dans la cuisine. Je m'avançai derrière lui lentement et silencieusement. Il m'a crié dessus dans l'autre pièce, mais je n'étais pas là. Il versait deux coca puis ouvrit une bouteille de rhum et commença à en verser. Dès qu'il a posé la bouteille, j'ai bondi, tendant la main, l'attrapant, le serrant par derrière. Il ne faisait que quelques centimètres de plus que moi et lui a chuchoté « baise-moi » à l'oreille. Je sentis son sexe durcir dans son pantalon. Il s'est retourné et j'ai commencé à défaire sa ceinture.
Il avait l'air totalement choqué alors que je me mettais à genoux et que je sortais sa bite, lui donnant un petit coup et embrassant le bout avec précaution. Il était coupé et faisait environ six pouces et demi de long. Je me suis levé et j'ai exigé qu'il me baise immédiatement. Il sourit, me regarda, se lécha les lèvres. Secoua un peu la tête, avec cet immense sourire collé dessus, comme s'il savourait ce moment et s'emparait de cette femme sexy réalisant essentiellement son fantasme. Il a tendu la main et m'a pris par le cul. Cela m'a un peu surpris car il n'était pas un grand gars musclé, et pas beaucoup plus grand que moi, et probablement seulement trente livres de plus que moi, mais il m'a porté et a peloté mon cul, alors que je l'étreignais et suçais son cou. La prochaine chose que j'ai su, c'était qu'il me jetait sur son lit et grimpait sur moi.
"Baise-moi Ben," dis-je. Je me sentais bizarre et presque gêné, un peu comme si j'étais dans un film ou pas vraiment moi-même. Une partie de moi était choquée que ces mots sortent réellement de moi, mais je n'avais aucun problème à me laisser aller et à devenir la fille sauvage et folle. "Donne-moi ton énorme bite, baise-moi jusqu'à ce que tu exploses," gémis-je. Les vêtements ont commencé à voler et bientôt sa queue m'a pénétré. J'ai balancé mes hanches vers lui, broyant ma chatte contre lui, enroulant mes jambes autour de lui alors que je lui demandais de me baiser plus fort. Je lui ai demandé de me remplir et ses hanches ont meurtri les miennes. Il m'a mordu le cou avec juste assez de force pour que je le désire davantage.
Je voulais être sauvage, je voulais être folle et la quintessence du désir masculin, la femme parfaitement folle. Je voulais être au top. Je suis venu et j'ai exagéré, criant et hurlant des obscénités. Le plus drôle, c'est que j'avais toujours pensé que les cris orgasmiques des autres femmes étaient si faux et forcés, et pendant que je le faisais, en exagérant, j'avais aussi l'impression de libérer une autre partie de moi. Même si je pensais que c'était forcé, j'avais l'impression que ça venait vraiment de moi, c'était vraiment moi qui criais "putain !"
Je voulais être tellement folle que je l'ai attrapé et lui ai demandé de s'allonger sur le dos. J'ai grimpé dessus et je suis devenue la cow-girl sauvage, martelant ma chatte et sa bite ensemble. Je l'ai baisé jusqu'à ce que mes jambes brûlent et je l'ai encore baisé. "Frappe-moi le cul !" J'ai gémi et il l'a fait. Il l'a fait trop doucement et ça n'a pas fait beaucoup de bruit. "Plus fort" ai-je demandé et il l'a fait plus fort. Nous avons répété cela plusieurs fois jusqu'à ce que je puisse sentir une empreinte de main rouge se former sur ma joue trempée de sueur, et j'ai adoré. Je revins et m'effondrai sur lui. Je voulais tellement être sauvage et fou que je refusais de m'arrêter de bouger. Au lieu de cela, j'ai chuchoté, d'une voix profonde et sensuelle, "Baise-moi par derrière."
"Oui maman", a-t-il dit avec un sourire narquois et s'est levé et m'a fait par derrière. Je l'ai aimé. J'ai repoussé et gémi et j'ai adoré la façon dont ses mains agrippaient mes seins. Je me suis allongé sur le ventre et il était sur moi, me baisant par derrière. Mes mains agrippèrent son cul serré et l'attirèrent contre moi.
« Jouis en moi, salope », lui ai-je demandé.
"Oh, je suis proche", gémit-il. J'ai planté mes mains sur le lit et j'ai poussé vers le haut. Je me retournai et m'allongeai sur le ventre, et le tirai vers moi. Ses genoux étaient de chaque côté de mon estomac et sa bite collée directement sur mon visage. J'ai arraché le préservatif et je l'ai jeté de côté. J'ai sucé sa bite et l'ai caressé avec ma main et l'ai regardé droit dans les yeux et j'ai dit que son orgasme commençait dans la chute de sa mâchoire et je l'ai goûté éjaculer dans ma bouche. J'ai gardé le premier jet de sperme dans ma bouche, j'ai fermé les yeux, je l'ai sorti et je l'ai branlé, léchant le bout de sa bite alors qu'il laissait sa charge de sperme se répandre sur mon visage, mon cou, mes seins et ma main. . J'ai juste gémi et léché tout autour de mes lèvres. Mes mains l'ont frotté et j'ai savouré chaque dernière goutte. J'ai donné une dernière bonne succion à sa bite puis je l'ai laissé s'allonger à côté de moi.
Après un long moment de respiration lourde, il a dit: "Tu n'es pas une star du porno, n'est-ce pas?"
J'ai juste ri et j'ai dit "non".
« Alors… tu veux te marier ? Je suis libre demain », a-t-il déclaré. Cela semble un peu effrayant au moment où je le tape, mais il plaisantait évidemment et exprimait à quel point j'étais parfait et sexy, j'adorais ça.
"Je pense que je suis occupé demain, en fait," dis-je.
"Faire quoi? Vous pouvez annuler », a-t-il dit,
« Enfoncer ta cervelle. »

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.