Tante Ruth 2

219Report
Tante Ruth 2

Ruth 2/la belle-sœur

Le lendemain matin, je pouvais à peine prendre le petit déjeuner en prévision de cet après-midi avec Edith, la belle-sœur de ma tante. Ma tante Ruth avait l'air horrible assise de l'autre côté de la table. J'ai demandé : « Comment va Al ? "Pas bien, je ne pense pas qu'il tiendra encore longtemps" dit-elle. Ses yeux se sont remplis de larmes. Les enfants étaient assez tranquilles pour changer. Pas de dispute ni de gémissement.

Je me suis promené derrière elle et j'ai commencé à lui masser le cou et les épaules. Ils étaient aussi serrés qu'un tambour. Tante Ruth a dit : « Oh, c'est tellement bon, tu as une belle touche. Je n'ai pas beaucoup dormi la nuit dernière. Je pense que je vais m'allonger un moment. S'il m'arrive de m'endormir, assurez-vous de me réveiller avant midi pour que je puisse aller à l'hôpital. Elle s'est allongée sur le canapé et j'ai continué à lui masser le cou jusqu'à ce qu'elle s'endorme. J'ai préparé Susan et Ted pour l'école et j'ai envoyé Karen à côté chez Edith. J'ai mis l'alarme à 23 h 45 et j'ai descendu les escaliers pour terminer les cartes de visite que j'avais imprimées avant qu'Edith ne vienne me voir hier. Je pouvais à peine me concentrer, je n'arrêtais pas de penser à Edith et à ce beau corps aux longues jambes. J'ai réussi à terminer la course juste avant que l'alarme ne se déclenche.

Quand je suis monté à l'étage et que je suis entré dans le salon, ma tante Ruth était allongée sur le dos et son peignoir s'était déchiré en bas. Ses jambes étaient suffisamment écartées pour que je puisse voir sa culotte blanche avec son buisson brun visible à travers. Malgré son air hagard, je trouvais que je commençais à bander. Quand j'ai levé les yeux, je l'ai vue me regarder. Nous avons tous les deux tourné trois feuilles de rouge. Elle se couvrit et se leva et monta dans sa chambre et finit de s'habiller. Elle est partie environ une demi-heure plus tard et a dit qu'elle serait à la maison vers six heures pour le dîner, puis qu'elle retournerait à l'hôpital à huit heures.

Vers midi et demi, je suis allé chez Edith à côté pour déjeuner avec elle et Karen. Je pouvais à peine détacher mes yeux d'Edith. Elle portait une robe qui laissait voir la plupart de ses seins et elle n'avait pas mis de slip en dessous. Chaque fois qu'elle passait devant une fenêtre, on pouvait voir à travers. Je pouvais dire qu'elle n'avait pas mis de soutien-gorge ou de culotte non plus. J'ai eu du mal à rester assis là à la regarder. Karen est venue et a sauté sur mes genoux et m'a donné un baiser. Elle a dit "Je t'aime Oncle Bob" "Eh bien, je vous aime tous les deux" ai-je dit. À quatre ans, elle était aussi mignonne qu'une oreille d'insecte. Elle a dû ressentir quelque chose, car elle a commencé à frotter son entrejambe contre mon érection. Je ne faisais pas attention car j'avais mon pied entre les jambes d'Edith et j'essayais de le mettre dans sa chatte. Comme beaucoup de petites filles, elles ne savent pas pourquoi mais savent que lorsqu'elles se frottent elles ont une sensation agréable entre leurs jambes. Je suis devenu encore plus difficile avec elle en train de faire ça, réalisant ce qui se passait, je l'ai soulevée et lui ai donné un câlin et une légère tape sur son derrière et j'ai dit l'heure de ta sieste.

Quand Edith est revenue dans la chambre après avoir mis Karen au lit, je pouvais à peine respirer. Ma bite essayait déjà de sortir de mon jean. J'ai pensé que je ferais mieux de faire quelque chose ou je ne vaudrais pas un barrage en tant qu'amant. J'ai dit prenons une tasse de café et donnons à Karen une chance d'aller dormir. Elle nous versa une tasse à chacun et alors qu'elle posait les tasses, je tendis la main et la tirai sur mes genoux et lui donnai un profond baiser passionné. Elle a répondu avec sa propre langue et nous avons exploré la bouche de l'autre. Nous nous sommes embrassés longuement et j'ai laissé ma main caresser ses seins à travers sa robe. J'ai glissé ma main sur le devant de son haut décolleté et j'ai frotté ses mamelons entre mon pouce et mon index, ils ont pris vie et sont devenus fermes presque durs. Elle respirait plus vite et sa poitrine a commencé à monter et descendre alors que je continuais à caresser et à pétrir ses magnifiques seins. Finalement, elle se leva, me prit la main et me conduisit dans sa chambre. Son lit était un beau lit à baldaquin avec un dessus en dentelle à baldaquin. J'ai lentement soulevé sa robe au-dessus de sa tête et j'ai regardé son beau corps, ses cheveux roux flamboyants et les yeux bleus les plus brillants que vous ayez jamais vus. Il a la peau blanche avec des taches de rousseur sur tout le corps, les seins de la taille d'un pamplemousse avec ses mamelons pointant droit vers moi m'ont coupé le souffle. Elle tremblait alors que je l'attirais à moi et je l'embrassais passionnément.

Je l'ai allongée sur le lit en écartant ses jambes pendant que je me positionnais entre elles. Je me penchai et recommençai à explorer l'intérieur de sa bouche avec ma langue. J'ai pris les deux mains et j'ai caressé, caressé et malaxé ses seins fermes. J'ai pincé et roulé ses mamelons entre mon pouce et mes index avant de glisser vers le bas pour prendre son sein gauche dans ma bouche en le suçant doucement. Ma langue roula sur son mamelon et sa respiration devenait plus rapide alors que son estomac commençait à se convulser. Elle gémissait très doucement alors qu'elle passait ses doigts dans mes cheveux. Je me suis déplacé vers son sein droit et j'ai commencé à le sucer. Ma main a glissé entre ses jambes et j'ai doucement commencé à masser les lèvres extérieures de son vagin. J'ouvris ses lèvres et glissai mon majeur entre ses lèvres et dans sa chatte humide. Son jus coulait et lorsque j'ai glissé un autre doigt dedans, j'ai été surpris de voir à quel point elle était serrée. J'ai alors réalisé que même si elle avait 39 ans, elle n'avait jamais eu de bébé. Son vagin était le même que lorsqu'elle était une jeune fille.

Alors que je glissais mes doigts jusqu'à son clitoris et que je commençais à la masser, je la sentis haleter et elle laissa échapper un faible gémissement en jouissant. J'ai sucé sa belle poitrine tout en continuant à doigter sa chatte serrée. Quand je l'ai sentie jouir à nouveau, je me suis glissée entre ses jambes et les ai placées sur mes épaules. J'ai enfoui mon visage dans son buisson rouge ardent, c'était comme du velours doux sur mon visage et mes lèvres. J'ai inséré ma langue entre ses lèvres et l'ai doucement tirée de sa fente jusqu'à son clitoris. Alors que je faisais rouler ma langue sur et autour de son clitoris, elle souleva son cul et je sentis son corps trembler lorsqu'elle revint. J'ai pris ses jambes et les ai repoussées vers sa poitrine pour pouvoir pénétrer sa chatte plus profondément avec ma langue. J'ai inséré deux doigts dans sa chatte humide, puis j'ai pris mon majeur et je l'ai inséré dans son cul extrêmement serré.
Le muscle sphincter était très fort et tendu. J'ai dû le masser pendant plusieurs secondes avant qu'il ne me permette de glisser en elle. Pendant que je le faisais, j'ai senti Edith serrer son trou du cul et je lui ai dit de se détendre. Elle a chuchoté "Je n'ai jamais eu personne qui m'ait fait ça" J'ai dit: "Si tu te détends, je pense que tu vas aimer ça." J'ai commencé à plonger mon doigt dans et hors de son trou du cul tout en continuant à lui lécher la chatte. Je prélève autant de jus de sa chatte que je peux avec ma langue, puis je le frotte autour de mon doigt; de temps en temps je retirais mon doigt et insérais ma langue. Quand je l'ai fait, j'ai senti Edith aspirer son souffle et elle appuyait sur ma langue en essayant de la pousser plus loin dans son cul et elle jouissait à chaque fois que j'insérais ma langue dans son cul.

je ne pouvais plus le supporter; ma bite était si dure que je pensais qu'elle allait se casser. J'ai remonté son corps et pendant que je l'embrassais, j'ai pris ma bite et l'ai insérée dans l'ouverture d'environ deux pouces. Sa chatte jaillissait de son jus et je l'ai glissée dans quelques centimètres supplémentaires. Elle était très serrée mais elle prenait ce que je lui offrais. Sa respiration était très rapide, et avec chaque centimètre que je mettais en elle, elle laissait échapper un gémissement bas. J'ai poussé les quatre pouces restants en elle et elle s'est cambrée et est revenue. J'ai commencé à pomper lentement en elle. Quand j'ai poussé ma bite à fond, je pouvais sentir son utérus, et j'ai déplacé ma bite dans un mouvement circulaire pour que la pointe frotte sur l'ouverture de l'utérus avant de sortir jusqu'au bout de ma bite, puis je replongeais en elle. . Chaque fois, elle a grogné et poussé son bassin vers le haut pour rencontrer ma bite. Elle gémissait et gémissait alors que je commençais à pomper en elle, de plus en plus vite. Elle a chuchoté "Ohhhh, Ohhhh mon dieu, je ne peux pas croire ce que tu me fais. Je ne peux pas arrêter de jouir, Oh merde, je vais encore jouir Ohhhhhhhhhhh » et elle a poussé son bassin vers le haut en moi jusqu'à ce que ma bite soit enfouie au plus profond d'elle et que son corps se mette à vibrer et que ses jambes tremblent lorsque je la sentais jouir. Cette fois, elle est venue dans un torrent et il s'est déversé sur les bords de sa chatte, et alors que je plongeais dans et hors de cette chatte serrée, son jus gicleait partout et coulait le long de sa fente de cul. Je ne pouvais plus me retenir et j'enfonçais ma bite aussi profondément en elle que je pouvais et quand j'ai senti son utérus s'ouvrir, je suis entré directement dedans. Elle a attrapé mon dos et ses jambes enroulées autour de mes déchets et elle a poussé aussi fort qu'elle le pouvait en sentant mon sperme se vider dans son utérus. Elle laissa échapper un cri sourd en revenant puis s'effondra sur le lit. Elle est restée allongée là pendant un long moment, épuisée, alors que j'embrassais et blottis son cou.
Finalement, elle s'est tournée sur le côté et m'a souri en disant : « Je n'ai jamais été aussi satisfaite que je l'ai été ces deux derniers jours. Vous avez réveillé en moi des sentiments que je n'avais jamais ressentis auparavant. Tu m'as fait jouir plus ces deux derniers jours que je ne l'ai fait ces deux dernières années, même avec mon jeune ami dans la rue. Je n'ai rien dit mais ça m'a fait me sentir puissant.

Après que nous nous soyons allongés là pendant un moment, je me suis levé et je suis entré dans la salle de bain. Je n'étais là que depuis quelques menuets quand j'ai entendu Karen entrer dans la chambre et dire: "Tante Edith, je ne peux pas dormir." J'ai fermé la porte de la salle de bain en la laissant entrouverte. J'étais un peu secoué parce que nous avions oublié de verrouiller la porte de la chambre. J'ai entendu Edith dire que ce n'était pas grave, allez dans la cuisine et achetez-vous un cookie pendant que je m'habille. Dès que je l'ai entendue partir, je suis revenu dans la chambre et je me suis vite habillé. Edith s'est habillée et est allée dans la cuisine, et s'est tenue entre Karen et le porche arrière pour que je puisse me faufiler et descendre au sous-sol et retourner à l'unité de mes tantes.

J'ai commencé à travailler sur un nouveau travail qui était arrivé la veille. Environ une heure plus tard, Edith est venue par la porte du sous-sol et a dit qu'elle avait endormi Karen et je pouvais dire par le sourire sur son visage qu'elle n'en avait pas encore fini avec moi. Elle portait une robe en coton léger et je pouvais voir qu'il n'y avait pas de lignes de culotte ou de soutien-gorge. Mon dieu qu'elle était belle, les taches de rousseur et tout. Pour une femme de son âge, ses seins étaient encore fermes et la robe en coton s'étirait sur eux d'une manière qui vous mettait l'eau à la bouche. Je finissais juste de préparer le type pour le nouveau travail, quand elle s'est approchée derrière moi et a tendu la main et a attrapé ma bite et m'a embrassé dans le cou. J'ai eu un instant dur et j'ai presque laissé tomber le type que je tenais. Je l'ai posé et me suis retourné et l'ai tirée vers moi. Je sentis ses seins doux et fermes contre ma poitrine alors que je l'embrassais chaleureusement.

Elle glissa hors de ma prise et ouvrit ma braguette et mon bouton supérieur laissant mon jean glisser au sol. Elle a tiré mon caleçon jusqu'à mes chevilles et a pris ma bite dure dans sa bouche. J'ai commencé à déplacer mon cul d'avant en arrière et ma bite a commencé à aller profondément dans sa gorge et à ressortir. Je l'ai baisée comme ça pendant environ cinq ou six menuets. Elle a continué à essayer de me faire pénétrer plus profondément dans sa gorge. Je l'ai lentement glissée sur le sol et j'ai commencé à lui baiser la bouche. J'étais en position de pompe et je ne pouvais pas croire qu'elle me prenait tous les sept pouces et demi dans sa gorge. Elle respirait par petites gorgées alors que je m'éloignais d'elle, puis elle prenait mes fesses et me tirait profondément dans sa gorge. C'est tout ce que j'ai pu supporter et j'ai joui profondément dans sa gorge. Presque chaque morceau est allé directement dans son estomac. Quand elle m'a retiré partiellement de sa gorge, elle a aspiré la dernière goutte de sperme de moi. J'ai failli m'effondrer sur elle parce que mes bras étaient devenus des spaghettis et mes jambes tremblaient, j'étais complètement vidé. Nous nous sommes allongés sur le sol en nous tenant l'un l'autre pendant un bon moment avant qu'elle ne se lève et nous dise qu'elle ferait mieux de remonter les escaliers et de surveiller Karen. Je suis retourné au travail mais mes jambes étaient faibles et je pouvais à peine me tenir debout alors j'ai décidé d'arrêter pour la journée et je suis monté les escaliers et j'ai fait une sieste.

Ma tante Ruth est revenue de l'hôpital vers 17 heures. Elle pleurait et a dit qu'ils ne pensaient pas que mon oncle passerait la nuit. Je suis allé à côté et j'ai parlé à Edith de son frère. Elle allait le voir tous les soirs avec ma tante ; pendant que je gardais les enfants. Mon oncle est mort cette nuit-là à 22h33.

Pendant les deux jours suivants, nous étions occupés à organiser les funérailles. Edith et ma tante étaient assez bouleversés par la mort de l'oncle Al, même s'ils savaient qu'il allait mourir pendant plusieurs mois. Je voulais consoler Edith mais nouveau je devais garder mes distances. Les enfants étaient assez séparés aussi, surtout les deux plus âgés. Le petit savait que quelque chose de mauvais s'était passé mais ne pouvait vraiment pas tout comprendre.

Le cortège funèbre de Mes Oncles a été le plus long de l'histoire de Saint Paul. Il mesurait un peu plus d'un mile. Il y avait cinquante-deux voitures d'escouade, plusieurs ambulances et un camion à crochet et à échelle du service d'incendie. plus beaucoup de voitures ordinaires. L'église était remplie à pleine capacité et débordait dans la pelouse avant. Oncle Al était très populaire auprès du grand public. En tant que flic de rue qui parcourait le centre-ville, il s'était fait des centaines d'amis.
Je n'ai jamais été à un enterrement avant ou depuis qui avait plus d'amour et d'affection pour un individu que celui de mon oncle Al.
(Tous droits réservés à l'auteur)

Articles similaires

Dans la famille (partie 5)_(1)

« Voulez-vous de la compagnie ? » Cam passa la tête sous la douche. Je la regardai à travers des yeux plissés alors que je retirais mes cheveux mouillés de mes yeux. La Belle au bois dormant est enfin debout. ai-je taquiné. Elle laissa échapper un petit rire et ouvrit la porte vitrée. Tu dois perdre la serviette tu sais. dis-je en regardant la serviette qu'elle serrait si fort contre son corps. Elle entra et jeta sa serviette par terre à l'extérieur. Il y avait de la vapeur dans la douche donc je ne pouvais pas vraiment la voir clairement, mais je pouvais la...

1.1K Des vues

Likes 0

Toucher - Chapitre 2

Toucher - Chapitre 2 Les choses se gâtèrent rapidement, Kelly et moi venions de faire l'amour ensemble sans vraiment savoir pourquoi nous l'avions fait. Était-ce parce que je suis tombé sur elle et qu'elle ne voulait pas m'arrêter ? Mais alors elle participait tout autant... Je n'arrivais pas à comprendre. Nous avons essayé de nous parler juste après mais nous nous sentions tous les deux bizarres l'un avec l'autre, c'est pourquoi je ne l'avais jamais draguée auparavant, je savais que cela ruinerait notre amitié. J'ai essayé de sortir de là aussi vite que possible sans avoir l'air d'un abruti complet. Je...

1K Des vues

Likes 0

Première fois_(3)

C'était au printemps 1999 et j'étais en terminale au lycée, je venais d'avoir dix-huit ans. J'étais dans l'équipe de volley-ball, en bonne forme physique et prêt à affronter le monde. Nous venions de gagner notre premier match et après un discours d'encouragement de l'entraîneur Azzerelli, il nous a envoyé aux douches. Je m'étais souvent retrouvé excité dans les douches après l'entraînement pendant que je regardais les autres se doucher. Je les regardais comme j'avais la tête sous le jet d'eau, donc ce n'était pas évident. OU alors j'ai pensé. L'une des filles de mon équipe était plutôt sexy, mais ne semblait...

649 Des vues

Likes 0

Soumission de la mère - Chapitre 12

Alex Morgan regarda autour de son dortoir, la pièce dans laquelle il avait passé les dernières années. Il avait pas mal de bons souvenirs ici, mais il y en avait un qui était exceptionnel. Quand son ami George l'avait poussé à créer un profil pour l'application de rencontres. C'était là qu'il avait rencontré la femme qu'il aimait maintenant, qui se trouvait être sa mère. Quand il s'était pointé aujourd'hui, George était content de le voir. George était beaucoup moins heureux d'apprendre qu'Alex déménageait et allait terminer ses études en ligne. Qui va m'aider quand j'ai des problèmes avec les filles, a...

1.1K Des vues

Likes 0

LA FILLE VAMPIRE 2

Angelina a couru de toutes ses forces après avoir atterri au sol. Il était 3h30 du matin. Le soleil se lèvera à 5 heures et elle doit rentrer chez elle aussi vite que possible. Elle regarda Michelle. Elle voulait cette fille depuis qu'elle l'avait vue jeter un coup d'œil sur Abilene. L'odeur de sa douce chatte flottait avec elle, la rendant follement excitée. Après une demi-heure à esquiver des bâtiments, des carrefours et des ruelles, Angelina est finalement arrivée chez elle. Elle se dirigea rapidement vers le portail, qui s'ouvrit tout seul, sachant que la maîtresse de maison était arrivée. Elle...

213 Des vues

Likes 0

Stéphanie - Juste quand les choses ont changé Pt. 2

Alors que je marchais jusqu'au manoir, la nuit dernière n'arrêtait pas de jouer dans ma tête. Je voulais juste rencontrer le chien, alors je me suis laissé entrer dans le chenil. Puis avant que je m'en rende compte, il m'avait assommé et me reniflait. Puis il a déchiré ma culotte et a commencé à me lécher la chatte, me poussant à l'orgasme contre mon gré. Quand j'ai pensé qu'il avait fini, il a sauté sur mon dos et m'a violée. Mais le pire, c'est quand je me suis laissé aller et que j'ai commencé à en profiter. Je me suis réveillé...

1K Des vues

Likes 0

Découvrir que je suis gay partie 3

Alors quelques jours plus tard, après avoir rompu avec Lizzy, je m'habituais à l'idée d'être à nouveau célibataire. Quand j'étais à l'université en cours avec McKenzie, il a commencé à s'asseoir à côté de moi et a dit Est-ce que Lizzy et toi avez rompu parce que je vous ai embrassé? J'ai regardé McKenzie et j'ai dit Non, la raison pour laquelle Lizzy et moi avons rompu, c'est parce que j'aimais t'embrasser. Après avoir dit que je me suis levé de mon siège, j'ai ramassé mon sac et je suis allé sortir de la leçon pendant que je marchais, mon professeur...

982 Des vues

Likes 0

Réunion excitée (partie 5)

(Voici la dernière partie écrite jusqu'à présent, je posterai le reste quand j'y arriverai.) Mes bras enroulés autour d'elle, je tenais son corps près du mien alors que nos deux orgasmes diminuaient. Je pouvais sentir son cœur battre plus lentement contre ma poitrine et sa respiration contre mon cou prendre progressivement un rythme normal. Elle se blottit contre le creux de mon cou et embrassa mon épaule. Un bras tenant toujours son corps, j'ai passé mes doigts dans ses longs cheveux et j'ai embrassé le haut de sa tête. Elle a ensuite levé la tête, embrassant mon cou et j'ai embrassé...

745 Des vues

Likes 0

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

715 Des vues

Likes 0

Jours de rencontres

C'était une belle journée à Woodrow Wilson High, situé dans le nord de la Californie. (Quel endroit étrange pour nommer cette école là-bas). Je m'appelle James Carter. Je suis un athlète régulier, j'ai joué dans presque toutes les équipes. Je suis entré dans ma première année de lycée, les hormones à leur apogée. Malheureusement, je n'étais pas le meilleur avec les femmes. Je pouvais parler avec eux, être cool avec eux, mais je ne pouvais jamais leur demander de sortir avec eux. J'ai essayé de changer ça bientôt. Je suis entré en première période, fatigué comme l'enfer, mais je fais quand...

609 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.