3- La petite soeur de mon chéri du lycée - pt. 3 (Action ou Vérité)

866Report
3- La petite soeur de mon chéri du lycée - pt. 3 (Action ou Vérité)

---------------------Partie 3  - ACTION OU VÉRITÉ - ---------------------

Beaucoup de choses ont changé dans le temps qui a suivi. Ma petite amie, Chloé, est allée dans un autre État pour aller à l'université. J'ai choisi un collège dans notre ville natale.

J'étais un peu perdu. Chloé et moi étions toujours amoureux, du moins j'étais avec elle... mais je supposais qu'elle voyait d'autres garçons dans sa nouvelle école.

Sans Chloé, je n'avais plus de raison légitime de traîner chez elle. Je passais lui dire bonjour de temps en temps, mais c'était plutôt pathétique de traîner avec sa famille quand nous étions séparés.

Chloé m'a manqué. Sa famille me manquait. Et Cindy m'a vraiment manqué. Je fantasmais constamment sur elle, sur ces soirées cinéma.

Les mois passèrent...

Chloé m'a appelé un après-midi, un peu paniquée. Son frère aîné avait eu un accident. Elle ne savait rien de plus, si ce n'est qu'il était au Valley Hospital. Sa mère et son père allaient là-bas. Elle m'a demandé si je pouvais courir jusqu'à la maison et informer Cindy, car elle rentrerait bientôt de l'école et n'avait pas de nouvelles. C'était avant les téléphones portables, ils n'avaient donc pas pu contacter Cindy.

J'ai roulé jusqu'à la maison aussi vite que j'ai pu. Cindy venait de franchir le pas de la porte. Elle a été surprise de me voir et m'a fait un grand sourire en ouvrant la porte. Cela a rapidement changé quand elle a vu l'expression sur mon visage. Je lui ai parlé de la situation et j'ai essayé de calmer sa soudaine panique.

« Nous devons aller à l'hôpital ! Pouvez-vous me conduire à l'hôpital ?"

Nous avons couru jusqu'à ma voiture et sommes allés à Valley General. Cindy était assez stressée pendant le trajet, mais nous étions tous les deux soulagés de voir les regards heureux sur le visage de ses parents lorsque nous sommes arrivés dans sa chambre. Sa voiture était détruite, mais il n'avait subi qu'une fracture au bras. Il devait rester pour un casting, mais tout allait bien.

J'ai appelé Chloé et je l'ai prévenue.

Nous y sommes tous restés jusqu'à sa libération. Ils étaient très reconnaissants d'avoir attrapé Cindy et de l'avoir amenée à l'hôpital. Ils ont décidé de prendre des hamburgers sur le chemin du retour et m'ont invité à les rejoindre.

Cindy m'a accompagné jusqu'à sa maison. C'était une belle route... une conversation polie. À un moment donné, j'ai attrapé sa main et lui ai dit à quel point sa famille me manquait et que je traînais chez elle. Elle m'a serré la main et a dit que ça lui manquait aussi. "C'est bizarre de ne pas avoir Chloé dans les parages. Et nos soirées cinéma sur le canapé me manquent"

"Parle-moi de ça" pensai-je.

Le dîner était bon. Ses parents ont demandé comment se passait l'école, mon travail, etc. Ils étaient polis et favorables, mais je me sentais toujours comme un homme étrange.

Après le dîner, Cindy a dit: «Allons regarder un film» et a couru en bas. J'ai feint l'ennui...  "Puis-je vous aider à nettoyer, ou quoi que ce soit ?"

Sa mère a souri : « Non... vas-y. Je vais te faire du pop-corn.

Je suis descendu et Cindy courait partout, nettoyant la pièce. Je l'ai regardée bouger. Elle avait changé son uniforme scolaire pour un t-shirt jaune clair et un short soyeux rouge. Elle avait l'air si bien... encore mieux que plus tôt le même jour. Des bras et des jambes bronzés, minces mais musclés, et des fesses fermes et rondes. Je pouvais dire qu'elle portait un soutien-gorge, à ma grande déception, mais compréhensible puisque ses parents étaient encore debout.

Elle a allumé la télévision et a commencé à chercher une bonne émission. Sa mère est descendue avec du pop-corn et du coca pour nous.

Je remerciai sa mère et m'assis sur le canapé, laissant beaucoup de place à ma droite pour Cindy... plus que je ne le ferais normalement, mais sa mère regardait.

Et Chloé n'était pas là.

Cindy grimpa sur le dossier du canapé et se laissa tomber à côté de moi. Elle a commencé à parcourir les chaînes, mais n'a pas eu de chance de trouver quoi que ce soit qui semblait intéressant. Nous avons atterri sur une vieille comédie que les deux avaient déjà vue. Nous avons discuté pendant tout le spectacle. C'était super de parler avec elle et de tout rattraper. Elle était très sportive (ce qui explique ses jambes et son petit cul serré). Profiter de l'école. Pas de petits amis.

La prochaine apparition était également un raté.

Cindy souffla... « C'est ennuyeux. Avez-vous autre chose à faire ? »

Je l'ai regardée avec un sourire narquois... "Je peux penser à quelques choses... tu as une couverture ?"

Elle a ri et m'a donné un coup dans l'épaule. "Je n'ai pas oublié."

Elle regarda les escaliers, puis se leva et courut à l'étage. Je l'ai entendue parler à son père, puis elle est redescendue et a fermé la porte derrière elle en bas des escaliers.

Elle a fermé la porte.

Je n'ai jamais vu cette porte fermée. Cela n'aura PAS l'air normal pour son père.

Elle a rampé sur le canapé, s'allongeant à ma droite, sur l'oreiller latéral, les pieds vers moi. Elle a glissé ses pieds nus sous mes jambes.

Elle était une vision, là à côté de moi. Jambes bronzées, corps tonique, longs cheveux blonds encadrant son beau visage. Aucun maquillage ne cache sa beauté naturelle.

Nous avons discuté un peu plus, puis j'ai repris mon courage et j'ai demandé : "Tu veux jouer à Action ou Vérité ?"

Elle a affiché un sourire malicieux : "Action ou vérité ? ...ça dépend"

"Sur...? Ça dépend de quoi?"

« Ça dépend si tu vas tricher. Cela dépend si vous allez utiliser de la glace.

Hahaaaa... elle s'en souvient.

J'ai commencé, "Action ou vérité?"

Cindy : "La vérité"

Moi : "As-tu été une bonne fille au cours de la dernière année ?"

Cindy (riant): "HA- J'ai été une sainte"

Moi : "Ne pas fumer, boire ou gambader ?"

Cindy :                                                                             les cabrioles soient sûr sûr que je suis sûr que je suis sûr que je n'en ai fait aucun. À mon tour... Action ou Vérité.. »

Moi : « Vérité »

Cindy : "Je vous ai manqué ?"

Moi : « Tu n'as aucune idée. J'ai pensé à toi tous les jours"

Cindy : « C'est gentil. Tu étais aussi dans ma tête. ...vérité"

Moi : "Tu as vu quelqu'un ?"

Cindy : « Tu veux dire des garçons ? ...non"

Moi : « Vraiment ? Pas de cabrioles ? Pas de garçons ? Je ne le crois pas. ... vérité"

Cindy : « Et vous ? N'importe quelles filles?"

Moi non. Juste l'école et le travail"

Cindy : « Et je n'y crois pas non plus...

...vérité"

J'ai dû essayer de tester les eaux

Moi : "Est-ce que tu penses à moi quand tu joues ?"

Cindy m'a regardé d'un air surpris et a laissé échapper un petit rire.

"Diddle ? Est-ce un mot de code pour enfoncer des épingles dans une poupée vaudou ? »

Je ris et secouai la tête. "Toujours le petit malin. Non, pas exactement... pour être honnête, j'ai beaucoup réfléchi à toi »

Cela la laissa à court de mots. Elle me regarda avec un sourire nerveux.

J'ai continué : "Êtes-vous toujours vierge ?"

Cindy : « Hé, tu triches. C'est mon tour. Mais, oui... Je vous ai dit que j'étais un saint. Ma question : Quand avez-vous perdu votre virginité ?"

J'ai ri, "J'allais choisir 'oser', mais je vais répondre... J'avais quinze ans. Avec une jolie fille avec qui je suis sorti avant de rencontrer Chloé. Mon tour. Alors, un saint, et une vierge ? Avez-vous déjà touché le pénis d'un garçon ?"

Elle a ri en entendant le mot "pénis". "Eh bien... j'allais choisir 'oser', mais je vais répondre (en souriant)... Non... Je n'en ai même jamais vu un ... enfin, sauf en images."

"Sérieusement? Jamais? Pas même celle de ton frère ?

"Non. Jamais. Pourquoi ne me montres-tu pas le tien ?

J'ai ri, "Je n'ai pas choisi 'oser'. Vous ne respectez pas les règles"

Cindy : "D'accord... une autre question, hein ? Avez-vous déjà touché le "pénis" d'un garçon ?"

Elle gloussa.

"Tu ne joues pas à ce jeu correctement" la grondai-je, "je prends un mulligan sur cette question."

Cindy : "Qu'est-ce qu'un "mulligan" ?"

"C'est là que je saute une question parce que je ne veux pas répondre"

Elle fronça les sourcils. « Parlez de tricherie. Vous devez répondre à chaque question et exécuter chaque défi dans ce jeu. "

« Oh, alors tu es un expert de ce jeu ? ... D'accord, il y a peut-être eu des attouchements il y a longtemps avec mon cousin quand nous avons tous les deux découvert que nos bites avaient des raideurs. Assez de ça cependant... A mon tour"

Cindy : "Osez"

Enfin. Je jure qu'elle n'y est jamais allée. Je l'ai regardée et mon cœur s'est mis à battre la chamade. Elle était allongée sur le canapé, perpendiculaire à moi, avec ses pieds nus sous ma jambe, de belles jambes bronzées pliées, ses genoux joints. J'ai déplacé ma main droite vers ses pieds, "D'accord. Souvenez-vous de vos règles... vous devez exécuter chaque défi »

Elle me regarda avec des yeux plissés et un sourire malicieux.

Moi : « Ouvre tes jambes »

Son visage a perdu son expression, mais son regard était fixé sur moi. J'ai baissé les yeux de son visage angélique et j'ai regardé ses jambes. Les muscles se détendirent et ses genoux s'écartèrent... juste un peu.

J'ai passé ma main de son pied à l'intérieur de ses mollets. "Plus. Ouvre plus tes jambes... Je veux mieux te voir"

Ses genoux s'écartèrent davantage. J'ai caressé ma main jusqu'à sa jambe et passé son genou, puis redescendu jusqu'à son pied. J'ai levé son pied droit et l'ai déplacé vers le bord du canapé, puis j'ai déplacé son pied gauche vers l'arrière, derrière mes fesses. Avec ses pieds écartés, ses genoux voulaient retomber ensemble. Je les arrêtai et écartai davantage ses genoux jusqu'à ce qu'ils se détendent.

Je pouvais maintenant regarder entre ses jambes. Mes yeux la regardèrent de haut en bas et se posèrent sur son entrejambe. Son short rouge était trop grand et lâche sur elle, donc je pouvais voir un peu à l'intérieur de la jambe de son short.

Le coup d'œil sur la jambe de son short envoya du sang affluer vers ma bite, qui était déjà éveillée. J'ai jeté un coup d'œil à la porte fermée des escaliers et j'ai prié pour pouvoir l'entendre si quelqu'un descendait les escaliers. Mes yeux retombèrent sur son entrejambe.

"Montre-moi tes sous-vêtements"

Cindy : « Je pense que c'est mon tour. Montrez-moi vos culottes ... je veux dire vos sous-vêtements. »

J'ai regardé mon pantalon et mon excitation était évidente. Ma bite avait créé tout un renflement dans mon pantalon, toujours penché et essayant de se soulever hors de la contrainte. J'ai déboutonné mon Levi's et j'ai ouvert la braguette pour exposer mes sous-vêtements. Rien n'apparaissait à part le tissu. Ma bite était toujours enroulée sous ma braguette.

Cindy regarda mes sous-vêtements, puis de nouveau vers moi.

« Tu as l'air un peu mal à l'aise. Pourquoi ne le sors-tu pas ?

J'ai souri : "À mon tour... écarte ton short et montre-moi ta culotte."

Ses genoux se sont instinctivement légèrement rapprochés. Je tendis la main et écartai doucement ses jambes.

Elle m'a regardé et a essayé de sourire, mais ses lèvres tremblaient. Elle était très nerveuse... mais elle s'est penchée et a tiré la jambe de son short vers le haut et vers le centre, exposant une culotte jaune clair, autour de l'endroit où se trouverait son buisson.

"En bas... je veux voir en bas"

Elle a déplacé ses doigts vers le bas et a écarté son short pour que je puisse voir sa culotte où elle couvrait sa chatte. Il y avait une tache humide au centre.

Je fantasmais sur ça depuis toujours. Ma bite était sur le point de casser les coutures de mon jean.

"Désolé, je ne peux pas gérer ça. Je dois m'adapter"

J'ai levé mes fesses et ai baissé un peu mon pantalon, j'ai baissé la main dans mes sous-vêtements et j'ai déplié ma bite pour qu'elle puisse se redresser. Je ne l'ai pas retiré, mais les yeux de Cindy étaient fixés sur mes mouvements.

Elle tenait toujours son short de côté, et ses jambes se sont en fait ouvertes un peu plus alors qu'elle regardait le contour de mes sous-vêtements.

"Montre... montre-le-moi", balbutia-t-elle, les yeux toujours fixés sur mes sous-vêtements.

"C'est vrai... tu n'as jamais vu de pénis... de "coq" ? ... est-ce un meilleur mot ?"

Elle n'a pas répondu. Elle a juste regardé. Ses yeux étaient grands ouverts et sa bouche légèrement ouverte.

"Retire un peu ta culotte. Je veux voir tes lignes de bronzage. Elle a déplacé ses doigts vers sa culotte et a écarté un peu l'ouverture de la jambe, exposant sa ligne de bronzage et un peu de poils pubiens sur le dessus. Ses cheveux étaient châtain clair, fins et assez clairsemés.

Je me suis penché et j'ai tenu mon sous-vêtement serré contre mon érection, et j'ai ouvert la braguette pour que la peau nue de ma bite soit visible, à peu près au milieu de la tige.

"Sortez-le" murmura-t-elle.

« Je veux voir ta chatte. Tirez votre culotte jusqu'au bout pour que je puisse tout voir.

Elle a abaissé sa prise sur sa culotte et l'a complètement écartée. Levant les yeux entre ses jambes bronzées, ouvertes à mon regard, se trouvait sa ligne de bikini pâle et un petit buisson aux cheveux clairs, surmontant la plus belle chatte que j'aie jamais vue. Son clitoris dépassait ses lèvres rose clair et sa petite chatte dégoulinait de mouille.

Mon cœur battait; mon esprit s'emballait... tellement excité que je pouvais à peine bouger - je me suis juste figé et je l'ai regardée... buvant chaque détail.

Elle a brisé ma concentration, "Sortez-le!"

Je levai les yeux vers son visage. Son beau visage innocent... innocent, mais définitivement excité. Elle était presque haletante, la bouche ouverte, les yeux rivés sur le renflement de mon sous-vêtement.

J'ai répondu : "Pourquoi ne le retirez-vous pas ?"

Sans hésiter, elle a tendu la main, a fourré sa main sous la ceinture, a attrapé ma bite et l'a sortie de mes sous-vêtements.

"C'est tellement gros" dit-elle, les yeux écarquillés, en serrant le manche. À 8 ", je suis au-dessus de la taille moyenne, mais pas "porno large". Quoi qu'il en soit, ma bite avait l'air absolument énorme dans sa petite main.

Elle avait relâché sa culotte, mais elle était restée sur le côté et ses jambes étaient encore plus écartées maintenant qu'elle se penchait en avant. Son exquis petit minou toujours en pleine vue. Je me penchai et la frottai légèrement, faisant glisser mes doigts de haut en bas jusqu'à ce qu'ils soient mouillés. Les ramenant à ma bouche, je la goûtai pour la première fois.

J'ai remis ma main sur sa chatte et j'ai glissé un doigt en elle. Je pouvais à peine le faire glisser au-delà de la première jointure. Elle était si serrée. Elle ne mentait certainement pas sur le fait d'être vierge.

Tenant toujours ma bite, elle a utilisé sa main gauche pour repousser ma main... repoussant mon doigt hors d'elle. Un doigt était inconfortable pour elle.

Un doigt... même pas à fond.

J'ai regardé sa main délicate enroulée autour de ma bite et j'ai pensé "jamais dans un million d'années". Ma langue, cependant...

Elle a serré et relâché ma bite, et a déplacé sa main dessus, mouillant sa paume quand elle l'a passée sur la tête. Elle a déplacé sa main vers mes couilles, prenant doucement chacune d'elles, puis revenant à ma bite. Elle passa son doigt sur les veines et autour de la tête, complètement hypnotisée. Elle lui donna une dernière pression, puis s'allongea contre l'oreiller latéral.

J'ai léché mes doigts et j'ai commencé à frotter son petit bouton ; elle a fermé les yeux.

"Oui j'aime ça. Continue de faire ça"

Sa main droite tomba sur sa culotte et la tira plus fort sur le côté. Elle a poussé vers le bas sur ses pieds, écarté davantage ses genoux et arqué son bassin vers le haut contre ma main.

Il n'y avait plus d'expression sur son visage maintenant. Sa bouche était légèrement ouverte et ses yeux tournaient comme des fous sous les paupières fermées.

J'ai léché mes doigts à nouveau et j'ai recommencé à lui frotter la chatte, en me concentrant sur le petit bouton du dessus. Sa tête a commencé à hocher légèrement la tête, me disant que c'était le bon endroit... continuez comme ça.

Ses jambes ont commencé à trembler un peu et ses muscles se sont resserrés. J'ai augmenté le tempo et la pression sur mes doigts, et j'ai regardé son visage alors qu'elle jouissait. Complètement silencieuse, son visage vira au rouge et ses yeux se resserrèrent alors qu'elle le traversait.

Cela ressemblait à un fort point culminant, mais je sais que je l'ai apprécié beaucoup plus qu'elle. La vision de son beau visage, ce visage innocent que je connaissais depuis si longtemps, roulant jusqu'à l'apogée, est celle que je chérirai pour toujours.

Son corps se détendit et elle laissa échapper un grand soupir et se laissa tomber dans le canapé.

Je retirai ma main et suçai mes doigts, savourant chaque parcelle d'elle. Elle ouvrit les yeux et sourit, puis regarda ma bite.

"Je veux te voir jouir"

« CINDY ! »

C'était la voix de son père.

Nous nous sommes figés en l'entendant d'en haut. Nous avions tous les deux supposé que ses parents dormaient maintenant.

« Cindy ! Vient en haut!"

Cindy sursauta en panique. J'ai fourré ma bite dans mon pantalon et je l'ai boutonné plus vite que jamais. J'ai tiré l'oreiller sur mes genoux pour cacher mon érection.

Cindy a ouvert la porte et a couru dans les escaliers.

J'étais content qu'il n'ait pas appelé mon nom.

Quelques minutes passèrent. Je pouvais les entendre parler, mais je ne pouvais pas dire ce qui se disait. Cindy est redescendue et a dit que je devais y aller. Elle devait se coucher. Je remis tout en place et me dirigeai vers la porte d'entrée. J'ai pensé dire bonne nuit à ses parents lorsque Cindy m'a laissé sortir, mais j'ai décidé qu'il valait mieux rester silencieux.

J'ai chuchoté à Cindy « déverrouille la porte latérale du bas et mets ta chemise de nuit. Je vais me faufiler dans ta chambre dans un moment"

Je suis parti avant qu'elle ne puisse commenter.

....................Suivant : Partie 4  - Revenir en douce -

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Éveil éternel : chapitre six

***Avertissement*** Comme d'habitude, ce n'est pas mon histoire. Je n'ai créé, modifié ou édité aucune partie de cette histoire. C'est l'œuvre de Captius. __________________________________________________________________________________ Comme toujours, n'oubliez pas de noter et de commenter. Et merci à ceux qui ont commenté le dernier chapitre que c'était mieux que la défiance. Cela a rendu Mishikail insupportable et presque impossible à gérer haha. Non, mais vraiment, vous l'avez fait toute l'année jusqu'à présent (même si nous en sommes à quelques semaines). Chapitre six : Rétribution et engagement Au cours des quatre semaines suivantes, les choses se sont déroulées plutôt bien, aussi bien qu'ils le pouvaient...

1.9K Des vues

Likes 0

Chalet 13 – Partie 1

Cette histoire parle d'une femme qui choisit de vivre son fantasme sexuel pour un rapport sexuel forcé anonyme, à l'insu de son mari. Si vous n'aimez pas ce type d'histoire, ou quelqu'un qui aime faire des commentaires désobligeants anonymes, sautez cette histoire. J'apprécie les messages privés qui fournissent des commentaires et/ou des idées constructifs... REMARQUES : Aux fins de cette histoire, le géosexing est défini comme une variante du géocaching, dans laquelle les hommes et les femmes utilisent le système de positionnement global (GPS) pour désigner ou rechercher des lieux dans lesquels avoir des relations sexuelles avec une personne consentante. Il ne...

1.7K Des vues

Likes 1

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

Papa rentre du travail (pt. 7)

Cela faisait quelques jours que papa et moi n'avions pas pu nous amuser. J'étais tellement excitée pour lui que je voulais le violer à chaque fois que je le voyais, mais maman était généralement là et je sais qu'elle paniquerait au minimum si elle savait ce que nous faisions. J'ai quand même profité de toutes les occasions pour le taquiner. Un jour, nous faisions tous le dîner ensemble et je me suis assuré de me frotter un peu contre lui à chaque fois que nous nous croisions et j'ai frotté son entrejambe avec ma main quelques fois quand j'étais sûr que...

1.3K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.