Usine 42

569Report
Usine 42

Jill Vinston a erré dans les couloirs du poste de garde de l'État de Walace. Elle n'avait pu trouver aucun des autres membres de X.P.Q.R depuis son arrivée dans le manoir, et elle commençait à s'inquiéter de ne plus jamais les revoir. Il y avait encore d'autres portes verrouillées dans la maison, mais elle n'avait pas les bonnes clés, alors elle avait fouillé le poste de garde à la recherche de quelque chose d'utile. Jusqu'à présent, elle n'avait pas trouvé grand-chose, à part plus de zombies et une ruche inhabituellement grande au bout d'un des couloirs.

Jill entra dans l'une des pièces pour trouver une bibliothèque qui avait été écartée pour révéler un trou dans le sol. Dans le trou se trouvait une échelle. Jill descendit l'échelle pour trouver d'autres couloirs, ceux-ci en pierre froide, et il y avait une odeur de moisissure. En allant plus loin dans le couloir et autour de quelques coins, constamment prudente avec son Beretta prêt, elle comprit pourquoi. Le sol s'est incliné vers le bas et il était évident qu'il n'y a pas si longtemps, il avait été recouvert d'eau.

Jill franchit les doubles portes au bout du couloir et entra dans une grande pièce avec un char géant au centre. Le réservoir était brisé et vide maintenant, probablement la raison pour laquelle il y avait eu de l'eau qui inondait le sous-sol. Elle a commencé à faire le tour du réservoir, se demandant ce qui pouvait bien se trouver à l'intérieur. Alors qu'elle tournait l'un des coins, elle vit. Trois requins, l'un d'eux assez grand avec deux plus petits, se sont retournés et se sont effondrés sur le sol en ciment. Ce n'étaient pas des requins normaux, ils semblaient mutilés et en décomposition.

Figures, pensa Jill, tout dans cet endroit est mort et pourri mais toujours en mouvement. Il y avait trois portes au sous-sol, à part celle par laquelle elle était entrée. Elle entra dans l'une d'elles pour trouver ce qui ressemblait à une sorte de salle de conférence... et quelque chose de beaucoup plus étrange. Cela semblait être des racines de plantes, mais elles avaient traversé le plafond et elles étaient énormes. Jill n'avait rien vu là-haut qui semblait avoir des racines. Pourtant, elle ne voulait pas se rapprocher, alors elle se tourna et sortit de la pièce.

Les deux autres pièces se sont avérées tout aussi inutiles que la première. Elle a vu comment l'eau avait été évacuée... mais par qui ? Et la même personne mystérieuse avait fait une descente dans le placard à fournitures à côté de la salle de drainage et avait pris tout ce qui était utile. Soupirant, Jill quitta le sous-sol et remonta à l'étage. Il n'y avait qu'une dernière pièce à vérifier, par une autre série de doubles portes près de l'arrière du poste de garde. Jill entra rapidement dans la pièce, balayant son arme pour tout ce qui pourrait attaquer, puis haleta.

Au centre de la pièce se trouvait une plante géante, clairement à quoi appartenaient les racines. Il y avait une grande cosse au milieu et de larges vignes qui en sortaient avec une substance moussue couvrant toute la pièce. Jill était abasourdie par sa taille et avant qu'elle n'ait eu la chance de réagir, il y eut un bruit sourd quand l'un des tentacules frappa la porte derrière Jill, la fermant. Cela attira l'attention de la femme, se tournant pour saisir la poignée, mais elle ne tournait pas. Puis elle sentit l'une des lianes s'agripper à sa jambe et l'éloigner de la porte.

Jill poussa un cri et son pistolet vola alors qu'elle était soulevée du sol vers l'usine. D'autres vignes semblaient la prendre au piège, la saisissant par les poignets et les chevilles et l'étalant devant le monstre végétal géant. Jill luttait férocement, essayant de se libérer, mais cela ne servait à rien. Elle commença à se demander comment cette monstruosité allait la tuer, car cela ne faisait aucun doute. Mais l'usine avait d'autres projets.

L'usine 42 était assez pleine, après s'être nourrie des deux autres qui étaient entrées dans sa tanière. Ils avaient été complètement coconnés dans la mousse qui recouvrait les murs et il n'y avait aucun moyen pour Jill de se rendre compte que les cadavres de Chris Eddington et Barry Starton n'étaient plus que de simples morceaux au plafond. Après deux gros repas comme ça, la Plante 42 n'aurait plus faim pendant un moment, maintenant elle s'ennuyait. Ses vignes avaient commencé à se déplacer sur le corps de Jill, découvrant rapidement qu'elle était une femme. La Plante 42 n'était ni un homme ni une femme, mais elle avait découvert que les femmes humaines étaient plus amusantes à jouer, et jusqu'à présent, elle n'avait pu jouer qu'avec les zombies.

Sentir la chaleur du corps de Jill avec ses vignes a dit à Plant 42 qu'elle n'était pas un zombie. S'il avait une bouche, il aurait souri. Au lieu de cela, il a simplement étendu ses minuscules barbes des vignes et a commencé à couper les vêtements de Jill, très soigneusement. Il ne voulait pas la couper ou la blesser, juste la déshabiller. Jill regarda les vignes couper sa chemise et son pantalon de son corps.

Que diable faisait-il ? elle pensait. Pourquoi est-ce que ça ne me tue pas et qu'on en finisse avec ça ?

Un peu plus d'une minute plus tard, Jill ne portait que ses bottes. Ses gros seins se soulevaient avec la respiration haletante de Jill et une couche de sueur couvrait son corps. Elle ne savait toujours pas exactement ce qui se passait, mais observer les vignes assez longtemps lui avait donné une idée qu'elle n'aimait pas. La plante 42 a de nouveau abaissé ses barbes, puis les vignes ont recommencé à se déplacer sur le corps de Jill, le caressant. Ils se sont déplacés sur ses seins, ses jambes, son dos, son cul et son entrejambe. L'un d'eux s'est même levé et lui a caressé le visage. Jill s'est mise à pleurer. Elle avait raison, cette plante allait la violer. Elle ne voulait pas que cela se produise, les vignes étaient si longues et épaisses, mais il semblait qu'elle n'avait pas vraiment son mot à dire en la matière.

La vigne qui se frottait contre l'entrejambe de Jill a finalement amené son bout aux lèvres de sa chatte et a commencé à pousser dans la femme. Jill cria en sentant la liane commencer à la pénétrer. Cela l'a élargie et ses larmes sont venues plus rapidement. La vigne s'enfonça davantage dans Jill, sentant ses parois vaginales se resserrer, essayant de repousser l'envahisseur. La vigne est juste allée plus profondément, appréciant l'étanchéité. Il recula et s'enfonça en elle, commençant à trouver un rythme.

Lorsque cette vigne est entrée, celle sur la poitrine de Jill s'est enroulée autour de chacun de ses seins et les a rapprochés, avant de glisser à travers son décolleté et de commencer à la baiser. Ce n'était pas aussi désagréable pour Jill que la vigne dans sa chatte. La vigne effleurait ses mamelons de temps en temps, les caressant jusqu'à la dureté. Mais la rudesse dont ses seins étaient manipulés annulait tout le plaisir qu'elle ressentait. La vigne montait et descendait sur la poitrine de Jill, à travers ses seins, et est finalement allée encore plus loin, pénétrant dans sa bouche béante. Les yeux de la femme s'écarquillèrent à cette nouvelle violation. Elle a commencé à tousser et à bâillonner, et était reconnaissante quand la vigne s'est retirée, seulement pour la faire rentrer quelques secondes plus tard.

Jill a fait l'erreur de penser que les choses ne pouvaient pas empirer, seulement pour avoir une troisième vigne enfoncée entre ses fesses. Non, pensa-t-elle suppliante, s'il te plait, non, pas ça. Mais le monstre végétal n'était pas psychique, et même s'il l'avait été, il n'aurait pas écouté. Il a poussé sa troisième vigne dans l'anus de Jill, provoquant une secousse de tout son corps. Elle a réussi à pousser un cri aigu, qui a duré un court instant, puisque la vigne sur ses seins avait cessé de plonger dans sa bouche. Son cri fut cependant coupé par une quatrième vigne qui s'intéressait à sa jolie bouche. Celui-ci venait juste au-dessus d'elle, il pouvait donc s'enfoncer dans sa gorge serrée comme il le souhaitait.

Au milieu de la triple pénétration et de la branlette espagnole, la santé mentale de Jill a glissé. Elle a perdu toute pensée rationnelle et tout concept de douleur et de plaisir et tout à coup, tout lui a semblé incroyablement bon. Ses pleurs se sont transformés en gémissements de plaisir et elle a commencé à se débattre d'avant en arrière, n'essayant pas de s'échapper, mais d'obtenir plus de vignes en elle. Elle a balancé sa tête sur la vigne dans sa bouche et a poussé ses hanches d'avant en arrière, entre celles de sa chatte et de son cul. Elle ne pouvait pas faire grand-chose pour celui entre ses seins, mais il faisait beaucoup lui-même. Jill sentit l'extase monter dans son corps, jusqu'à ce qu'elle soit amenée à un orgasme engourdissant. Son corps se balançait fort et elle criait fort, même avec la vigne dans sa bouche.

Alors qu'elle commençait à descendre après avoir joui, la santé mentale de Jill a commencé à revenir et elle a réalisé ce qu'elle venait de faire. Elle était complètement malade d'elle-même, mais cela n'a pas empêché les vignes de continuer à s'enfoncer en elle de toutes les manières possibles. Cela a continué pendant un bon moment, l'esprit de Jill se brisant et se brisant finalement. Elle n'a pas pleuré, elle n'a pas gémi, elle s'est juste accrochée, laissant les vignes faire leur chemin avec elle. Enfin, elle sentit une sorte de grondement remonter toutes les vignes. C'était presque comme un vibromasseur pour elle. Puis elle sentit le sperme commencer à exploser en elle, recouvrant ses entrailles et jaillissant sur ses seins. Elle était de couleur verte, presque brillante et elle picotait lorsqu'elle touchait sa peau, à l'intérieur ou à l'extérieur. Elle a été forcée d'avaler des tonnes de sperme de plante, et il coulait toujours de ses lèvres. De même, sa chatte et son anus étaient remplis au-delà de leur capacité, tandis que sa poitrine était totalement recouverte de glu.

Lorsque la plante a fini de tirer ses charges dans et sur la femme, elle l'a simplement relâchée, la laissant tomber au sol et éclabousser dans une mare humide de sperme. La plante recroquevilla ses vignes pour dormir et Jill, stupéfaite d'avoir été libérée, se dirigea vers la porte, la trouvant maintenant déverrouillée. Elle quitta la pièce et referma la porte derrière elle, s'y appuyant lourdement. Elle était nue et couverte de bave. À son insu, il était très toxique. Pas assez pour la tuer, mais pour l'affaiblir et la désorienter, provoquant même des hallucinations. Mais elle ne le savait pas, elle savait juste qu'elle se sentait épuisée à cause de l'épreuve qu'elle venait de traverser.

Et ce n'était pas fini. Jill n'était pas restée assise là une minute avant d'entendre le bourdonnement des abeilles au bout du couloir. Elle se força à se relever et courut vers la porte du couloir suivant, entrant et refermant la porte derrière elle. Jill respirait fortement et commençait à avoir un peu de vertige. Elle se sentait ridicule de se promener uniquement avec ses bottes, mais elle n'avait pas le choix. Ses vêtements étaient toujours avec la plante, et en plus, ils avaient été déchiquetés. Alors elle continua, trébuchant de temps en temps.

Jill entra dans l'un des dortoirs, sachant qu'il y avait un lit à l'intérieur, et peut-être des vêtements. Ses yeux s'écarquillèrent de joie à la vue qu'elle vit. « Chris ! » s'exclama-t-elle, se déplaçant vers lui et le serrant dans ses bras, sans penser à sa nudité visqueuse actuelle. Le vrai Chris était mort, dans la même pièce avec ses vêtements, mais encore une fois, elle ne le savait pas. Elle serrait en fait un zombie dans ses bras, l'odeur de la mort s'en dégageant fortement. Les hallucinations avaient commencé à s'installer.

Le zombie n'était pas mort depuis assez longtemps pour oublier les allures d'une femme nue. Sa bite a commencé à durcir alors que la femme le serrait dans ses bras et il a découvert que sa faim constante de chair rencontrait une faim tout aussi forte de sexe. Jill sentit la dureté se presser contre son ventre ferme et sourit. "Chris, si je ne savais pas mieux, je dirais que tu étais plus heureux de me voir que d'habitude." Puis elle se souvint qu'elle était nue. "Oh... ouais..." Elle regarda le visage pourri devant elle, elle ressemblait à un Chris vivant.

"Pourquoi tu ne dis rien ?" Jill lui a demandé. Ses mots étaient comme de la bouillie pour le zombie. Il ne savait pas ce qu'elle disait, mais il savait qu'il la voulait. Il déplaça ses mains vers ses seins, les serrant. Jill en fut surprise, mais sentit une chaleur monter entre ses jambes. "Chris... ne..." Mais elle ne voulait pas qu'il s'arrête. Elle avait été attirée par Chris depuis qu'elle l'avait rencontré pour la première fois. Maintenant qu'ils étaient piégés dans ce manoir infernal et que leurs chances de survie étaient minces, pourquoi ne pas céder à la tentation ? Au moins, sa dernière expérience sexuelle ne serait pas d'avoir été violée par une plante. Elle approcha son visage du sien et embrassa ses lèvres, déplaçant sa langue dans la bouche de Chris.

Une partie de l'esprit en décomposition du zombie lui a dit de mordre maintenant et de manger le morceau gribouillé dans sa bouche, mais il lui restait encore assez de côté humain pour se rappeler comment embrasser. Il repoussa sa langue grise et gonflée dans la bouche de Jill, continuant à serrer ses seins et à pincer ses mamelons. Jill gémit dans la bouche du zombie, pressant son corps nu contre le sien. Elle descendit une de ses mains, continuant à l'embrasser, et la fit glisser sur le devant de son pantalon. Ses doigts s'enroulèrent autour de la bite dure qu'elle y trouva et lui donnèrent une secousse.

Le zombie gémit, l'une des seules choses vocales qu'il pouvait encore faire. Cela fit sourire Jill. « Comme ça, hein ? Elle a déplacé sa main d'avant en arrière sur le sexe un peu plus. Elle haleta en sentant une des mains de Chris bouger entre ses jambes et pousser un doigt en elle. Le zombie a commencé à pousser son doigt dans et hors de la chatte de la femme. Cela a duré quelques minutes, avant que Jill ne pousse Chris sur le lit et lui retire son pantalon, laissant sa verge se libérer. Ne pas avoir à se déshabiller facilitait les choses et elle se contenta de le chevaucher, laissant le dur glisser dans son corps.

Jill et le zombie gémirent ensemble et commencèrent à se frotter l'un contre l'autre. Le zombie plaça ses mains sur les fesses de Jill et l'attira de plus en plus fort contre lui alors qu'il se levait pour la rencontrer. Jill cria et se pencha sur Chris, embrassant son cou et remontant à nouveau vers ses lèvres, bougeant sa langue pour jouer avec la sienne. Sa bite se sentait incroyablement en elle et elle sentit un orgasme approcher.

Thomas venait de finir de tuer Plant 42, une tâche qui avait été incroyablement facile après s'être fatigué à baiser Jill et avoir obtenu la Shield Key. Il était sur le chemin du retour, quand il entendit des gémissements et des cris qui ne pouvaient être que de la baise. Curieux, Thomas passa la tête dans la pièce d'où ils venaient et put à peine retenir son rire. Il y avait Jill Valentine qui frottait avec plaisir un zombie et en aimait chaque minute. C'était mieux que de baiser le cadavre de Lara Croft et de vaporiser sa cervelle sur tout le mur plus tôt. Même s'il aurait aimé enfoncer sa bite dans Jill, cette scène était bien trop divertissante pour être interrompue. Au lieu de cela, il a déboutonné son pantalon et a commencé à caresser son membre déjà dur en regardant le couple baiser derrière ses lunettes de soleil noires.

Jill n'a même pas remarqué que la porte s'ouvrait ou que Thomas se branlait. Le poison ravageait fortement son cerveau, faisant bouillir sa peau. Elle versait de la sueur, d'autant plus qu'un acte sexuel régulier l'avait provoquée et qu'elle développait une vision en tunnel. Tout ce qu'elle pouvait voir était le visage de Chris alors qu'elle battait sur sa bite, son plaisir augmentant à chaque bosse. Finalement, elle tendit son corps et jouit, sentant Chris jouir avec elle, sa semence se déversant dans son corps. Elle n'a même pas remarqué la sensation de brûlure du sperme infecté. Elle s'effondra sur son amant, respirant fortement et son cœur battant si vite qu'elle pensa qu'il pourrait exploser.

À une telle proximité, l'odeur du zombie a fait son chemin à travers l'hallucination jusqu'aux sens de Jill. "Chris, chéri... tu as besoin d'un bain. Tu pues," lui dit-elle entre deux bouffées d'air. Elle baissa les yeux vers lui en souriant, mais quelque chose semblait étrange chez lui. Elle plissa les yeux et le regarda de plus près, puis cria alors que la vue du zombie devenait nette. Mais tout était trop tard. Le désir du zombie était parti avec son sperme et maintenant il ne restait plus qu'avec l'autre faim. Alors que Jill criait, le zombie lui mordit la gorge.

Thomas était déchiré entre la tristesse de voir une autre si belle fille se faire tuer et l'amusement total face à l'hilarité de la situation. À la fin, les deux sentiments ont été noyés alors qu'il venait lui-même. Son sperme jaillit et atterrit sur le sol alors que le cri de Jill se transformait en un gargarisme humide alors que le zombie lui arrachait la gorge, le sang se répandant sur tout le lit. Jill retomba en avant contre le zombie, mollement. Sa chair pâlit rapidement et sa respiration ralentit. Elle regarda la porte, remarquant qu'elle était ouverte. La dernière chose qu'elle vit alors que les ténèbres de la mort la réclamaient était Thomas en train de ranger sa bite, un sourire froid sur le visage.

Articles similaires

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

763 Des vues

Likes 0

Découvrir que je suis gay partie 3

Alors quelques jours plus tard, après avoir rompu avec Lizzy, je m'habituais à l'idée d'être à nouveau célibataire. Quand j'étais à l'université en cours avec McKenzie, il a commencé à s'asseoir à côté de moi et a dit Est-ce que Lizzy et toi avez rompu parce que je vous ai embrassé? J'ai regardé McKenzie et j'ai dit Non, la raison pour laquelle Lizzy et moi avons rompu, c'est parce que j'aimais t'embrasser. Après avoir dit que je me suis levé de mon siège, j'ai ramassé mon sac et je suis allé sortir de la leçon pendant que je marchais, mon professeur...

1.9K Des vues

Likes 0

Ma journée avec James

James et moi nous étions rencontrés via une annonce sur Craigslist que j'avais publiée quelques semaines auparavant, mais nous ne nous sommes jamais vraiment mis en contact. J'ai tapé le message qui changerait tout. Hé, je pense que je suis prêt à le faire. James a répondu en quelques minutes, Parfait, j'ai congé demain. Je vais chercher une chambre d'hôtel et viendra te chercher dans la matinée, de cette façon, nous pouvons passer toute la journée ensemble. « Mon cœur a raté un battement, j'étais tellement excité que je ne pouvais pas croire que cela se produisait réellement » Cela semble...

1.8K Des vues

Likes 0

Chalet 13 – Partie 1

Cette histoire parle d'une femme qui choisit de vivre son fantasme sexuel pour un rapport sexuel forcé anonyme, à l'insu de son mari. Si vous n'aimez pas ce type d'histoire, ou quelqu'un qui aime faire des commentaires désobligeants anonymes, sautez cette histoire. J'apprécie les messages privés qui fournissent des commentaires et/ou des idées constructifs... REMARQUES : Aux fins de cette histoire, le géosexing est défini comme une variante du géocaching, dans laquelle les hommes et les femmes utilisent le système de positionnement global (GPS) pour désigner ou rechercher des lieux dans lesquels avoir des relations sexuelles avec une personne consentante. Il ne...

1.7K Des vues

Likes 1

Première fois_(3)

C'était au printemps 1999 et j'étais en terminale au lycée, je venais d'avoir dix-huit ans. J'étais dans l'équipe de volley-ball, en bonne forme physique et prêt à affronter le monde. Nous venions de gagner notre premier match et après un discours d'encouragement de l'entraîneur Azzerelli, il nous a envoyé aux douches. Je m'étais souvent retrouvé excité dans les douches après l'entraînement pendant que je regardais les autres se doucher. Je les regardais comme j'avais la tête sous le jet d'eau, donc ce n'était pas évident. OU alors j'ai pensé. L'une des filles de mon équipe était plutôt sexy, mais ne semblait...

1.5K Des vues

Likes 0

Joan va à Las Vegas #6

Ma femme Joan a voyagé avec moi lors de voyages d'affaires. Pendant que je travaille, Joan est à la recherche d'éventuelles aventures sexuelles. Le prochain voyage d'affaires était à Las Vegas. Las Vegas est un pays des merveilles pour les adultes : Casinos, Showgirls, artistes célèbres et merveilleux hôtels et centres de villégiature. L'hôtel où nous logions était le Cosmopolitan. Nous avions une suite Lanai. C'était une suite à deux niveaux avec un bassin profond privé et un accès direct à la piscine en bambou de l'hôtel. Joan avait acheté de nouveaux vêtements pour le voyage. Elle a acheté des robes...

952 Des vues

Likes 0

Empire perdu 39

0001 - Tempro                              0403 - Johnathon              croissance 0003 - Conner                              0667 - Marco                     -------- 0097 - As                                    0778 - Jan                       0098(Lucy) 0101 - Shelby (vaisseau-mère)        0798 - Céleste 0125 - Lars                                     0908 - Tara 0200 - Ellen                                    0999 - Zan 0301 - Rodrick                                1000 - Xérès Derrick leva les yeux du sol vers Shelby frottant le côté de son visage qui semblait réel ! Pas comme un hologramme solide mais de la vraie chair et du sang ! Reprenant ses pieds, il s'éloigna lentement de Shelby qui n'avait pas encore bougé. Je ne sais pas qui ou ce que tu es...

792 Des vues

Likes 0

Le vase chinois

Le vase chinois par Mlle Irène Clearmont 1 Préparation. ---------------------------------- C'est la chose à propos du cambriolage, vous pouvez entrer par effraction dans un berceau, par exemple une maison de banlieue et net une télévision et un lecteur DVD et pour tous vos ennuis, vous gagnerez peut-être cent livres ou même moins. Chaque jour, vous courez le même risque qu'un professionnel mais les mathématiques du hasard vous verront répondre de vos crimes devant les magistrats en peu de temps. L'alternative est de passer du temps à rechercher et à rechercher la cible parfaite et à gagner quelques centaines de milliers. Deux...

509 Des vues

Likes 0

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

338 Des vues

Likes 0

Nourrir les jeunes

Norm avait le sentiment qu'elle savait qu'il la harcelait et cela le rendait prudent. Voulait-elle se faire violer ? Elle ne ressemblait pas au leurre typique de la police avec la façon dont elle était habillée. La salope s'habillait un peu bizarrement en fait ; un trench-coat ample, un large chapeau souple et des lunettes de soleil surdimensionnées. Non, pas un flic mais… eh bien, Norm espérait qu'elle n'était pas travesti. L'homme d'âge moyen devait rentrer au bureau pour une réunion importante et il ne voulait pas être en retard. Mais parfois, ces pulsions prenaient le dessus et il devait agir en...

2K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.