Qu'est-ce qui ne va pas chez moi? - 2

367Report
Qu'est-ce qui ne va pas chez moi? - 2

Encore une fois, je déteste l'admettre, mais voir le garçon couvert de sable et de sueur venir en courant de la forêt, sa peau sale couverte de taches roses et d'égratignures rouges causées par des objets qu'il avait croisés dans les bois, eh bien, c'est arrivé. pour moi. J'ai fermé les yeux juste une seconde pour reprendre le contrôle et j'ai senti ma bite gonfler jusqu'à atteindre une rigidité totale. Au moment où j’avais ouvert les yeux, il s’était arrêté net dans son élan. Les chiens aboyaient toujours derrière lui et j'étais là, devant lui. Tout son corps tremblait et j'ai réalisé qu'il sanglotait. Je pouvais à peine comprendre ses paroles à cause des pleurs alors qu'il me suppliait d'appeler les chiens.
J'ai hésité un moment, savourant la terreur du garçon et le regardant simplement, faisant tout ce que je pouvais pour éviter la sensation de picotement entre mes jambes. Une fois que j'ai repris le contrôle, j'ai poussé un fort sifflement. Le chien a immédiatement arrêté d'aboyer et l'enfant a regardé par-dessus son épaule juste à temps pour voir les trois grosses bêtes noires glisser entre les arbres et se coucher là où commençait la plage de sable. Puis il m'a regardé et a pris une profonde inspiration frissonnante. Il a ouvert la bouche pour dire quelque chose, mais je ne l’ai pas laissé faire.
"Venez ici!" Dis-je avec un ton de voix calme mais en colère, sachant très bien que c'étaient les premiers mots que je lui disais depuis qu'il lui avait ordonné d'enlever ses sous-vêtements. Il n'a pas bougé. J'ai baissé un peu le volume et j'ai mis un peu plus de venin dans mon ton, "Putain, petite merde, ne me fais pas me répéter et amène ton petit cul ici tout de suite, putain !" Pour ajouter à mon propos, j'ai claqué du doigt et j'ai pointé le sol devant moi. Au même moment, l’un des chiens grogna de manière menaçante. Le garçon a commencé à pleurer encore plus fort, mais a commencé à se diriger lentement vers moi.
Trop lentement. "Je l'ai dit maintenant!" J'ai sifflé, beaucoup plus doucement et avec autant de force que possible. Son rythme s'accéléra et en quelques secondes, il se leva, tout son corps tremblant, à quelques mètres de moi. Son corps tout entier était affaissé, sa tête baissée et même si je ne pouvais pas voir son visage, je savais que ses yeux étaient fermés. Sinon, il regarderait ma bite palpitante, ce qui, je pensais, serait trop pour lui. J'ai découvert que j'avais raison, quand j'ai sifflé et lui ai dit de me regarder, alors que son visage apparaissait dans mon champ de vision, il desserrait les yeux.

"Je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps avec une merde comme toi," dis-je doucement et sans tout le venin. Je pouvais voir mes mots le frapper comme si je l’avais giflé au visage. Je savais qu'il y avait beaucoup de souvenirs qui lui traversaient la tête, qu'on le traitait de petite merde et pire encore. Je connaissais exactement les choses à dire au garçon pour l'atteindre. "Regarde toi! Tu es dégoutant! Couvert de saleté et de crasse et puant l’enfer ! Je pouvais dire qu'il voulait détourner le regard de moi, mais il avait trop peur pour le faire. Alors j'ai augmenté un peu la mise, en baissant la voix et en l'aspergeant à nouveau de venin, j'ai dit : "Et tu vas payer cher pour avoir essayé de me fuir, espèce de putain de pédé sans valeur !"
Cela l'a fait. J'ai vu encore plus de larmes inonder ses yeux et ses sanglots se sont transformés en hurlements de bébé. Et il a détourné le regard de moi.
Avec ses yeux pleins de larmes, même lorsqu’il baissait les yeux, il ne voyait pas ma main venir vers lui. Je l'ai giflé si fort qu'il a perdu l'équilibre et a failli tomber. Il a poussé un cri perçant et ses deux mains sont allées à l'endroit de son visage où je l'ai frappé.
"Je ne t'ai jamais dit de détourner le regard de moi", dis-je fermement, alors que ses yeux gonflés et gonflés se tournaient vers moi. Je ne sais pas si j’irais jusqu’à dire que ses yeux étaient encore pleins de peur. Son expression montrait plus de douleur et de confusion que d'effroi. "Maintenant, va dans ce putain de lac et nettoie toute cette merde de ton corps, puis je déciderai de ce que je vais faire pour te punir pour avoir couru." Il hésita. "Maintenant!" J'ai aboyé.
Il était dans le lac en un éclair et je lui ai donné des instructions pendant qu'il se nettoyait. "Enlevez tout ce sable de vos aisselles", ou "Je vois encore du sable collé à ce pitoyable morceau que vous appelez une bite", ou "Maintenant, assurez-vous qu'il ne reste pas un putain de grain de sable dans la fissure de votre cul." Une fois toute la saleté disparue, je l’ai fait rester dans l’eau jusqu’aux genoux pendant que je l’inspectais. Je l’ai touché un peu, mais pas autant que je l’aurais vraiment souhaité. Je lui ai demandé de lever les bras pour m'assurer qu'il avait bien nettoyé ses fosses, de soulever ses couilles et sa bite pour vérifier s'il restait du sable en dessous et j'ai même rétracté son prépuce, ce qui l'a fait crier, seulement pour voir que la tête de sa bite était encore recouverte de sable.
"Tu as raté un endroit, putain de petit pédé de merde!" J'ai serré fort sa bite et j'ai broyé le sable contre sa tête de bite sensible. Il a crié. "Je vais devoir te punir pour ça aussi, petit connard.!" Puis j'ai pris une profonde inspiration et j'ai libéré sa bite de mon emprise. "Maintenant, nettoie cette petite bite de bébé et s'il reste ne serait-ce qu'un putain de grain de sable dessus, je te jetterai à mes chiens et les laisserai déchirer ton putain de corps chétif membre par membre!"
Le garçon a rapidement plongé dans l'eau et ses mains ont commencé à donner l'impression qu'il se masturbait, même si je savais mieux. À ce moment-là, se branler était la chose la plus éloignée de son esprit. Alors qu'il terminait son travail de nettoyage, j'ai traversé la plage à grands pas jusqu'à un endroit graveleux supportant un gros rocher plat. Toujours jusqu'aux genoux, il m'a regardé quand il était satisfait d'avoir enlevé le dernier grain de sable accroché à son corps.

"Venez ici!" J'ai commandé. Il bougea plus vite qu'auparavant. J’en étais content. J’en pouvais à peine plus. Lorsqu'il m'a atteint, j'ai examiné à nouveau tout son corps, trouvant quelques morceaux de sable dans ses épais cheveux noirs, dont je lui ai parlé, ainsi que la promesse d'une punition supplémentaire en conséquence. Mais j'ai décidé de ne pas le renvoyer dans le lac pour les éliminer. Comme je l'ai dit, je pouvais à peine le supporter. Ensuite, je l'ai attrapé par les épaules et je l'ai retourné pour qu'il soit dos au rocher, puis je l'ai poussé vers le bas alors que je lui ordonnais : « Asseyez votre cul sans valeur et préparez-vous pour votre première punition ! Il est tombé davantage sous ma force que par sa propre volonté.
J’avais parfaitement choisi l’endroit. Son visage était au même niveau que mon entrejambe et ses yeux exorbités et pleureurs regardèrent de nouveau de près ma bite en colère. Je l'ai entendu gémir : "Non..." une seconde avant de lui dire ce que j'attendais de lui.
"Ouvre ta putain de bouche et suce ma bite, méchant, petit pédé!"

Son corps tremblait davantage, mais sa bouche restait fermée. Je lui ai cogné violemment la tête avec ma main et j'ai répété mon ordre avec un ton plus doux mais plus en colère. "Putain, je t'ai dit de t'ouvrir et de commencer à sucer, espèce de petit connard sans valeur!" Cependant, avant de lui donner la chance d'ouvrir la bouche tout seul, ma main était de nouveau sur l'arrière de sa tête et j'ai attrapé une poignée de ses cheveux humides et j'ai tiré. Il a ouvert la bouche pour crier, mais le son a été étouffé par ma bite. Je ne pouvais pas tenir une seconde de plus. Si je n'avais pas mis ma bite dans la bouche du garçon, j'aurais gaspillé ma charge, je l'aurais giclée partout sur la plage. Cela ne suffirait pas, pas quand j’avais un beau garçon nu, se sentant plus bas qu’il ne l’avait jamais été dans sa « vie », plus effrayé qu’il n’avait jamais connu, exactement comme je l’avais programmé pour qu’il soit. Et il était à moi, à prendre. C'est exactement ce que j'ai fait. Ce que je devais faire. J'ai poussé ma bite dans la bouche chaude du beau garçon et j'ai poussé un hurlement animal. Quelques secondes seulement se sont écoulées avant que je sente les muscles de mon tronc commencer à fléchir. Je me suis mis dans sa bouche seulement quelques fois avant de commencer à exploser. Je me suis enfoncé profondément en lui, sentant les muscles tendus de sa gorge essayer de se dilater pour accueillir ma bite. Le premier jet de mon sperme a graissé le passage étroit et une seconde plus tard, j'avais toute ma bite dans sa bouche. Je pouvais sentir son nez se presser contre mon os pubien couvert de poils et son menton légèrement pointu poussant mes couilles. J'ai tiré deux boules de sperme dans le gosier du garçon. Je sentais sa gorge se contracter à chaque jet et chacun s'enregistrait sur son visage tendu et tendu. Ensuite, j'ai sorti un peu ma bite, sachant qu'il aurait besoin de respirer et que je voulais m'assurer qu'il avait un bon avant-goût de mon sperme. Et pendant tout le temps que je tournais, j'ai hurlé et j'ai dit au garçon : « Avale mon sperme, putain de pédé ! » ou « Mange ma putain de charge, petite merde ! » Le fait que tout son corps tremblait, s'agitait alors qu'il essayait de me repousser et que des larmes coulaient de ses yeux fermés ne faisaient que tirer plus fort. Tout comme le fait de savoir que mon hybride principal Chachi/Lost-boy avait rêvé de ce scénario précis. Des rêves qui étaient un amalgame de rêves humides et de cauchemars. Alors que je remplissais la bouche du garçon de mon sperme, je savais qu'il pensait à tous les sermons, conférences et commentaires dont j'avais rempli ses souvenirs, aux méfaits de ce que je lui faisais. Je savais aussi que la part Chachi en lui serait repoussée par ce qui lui arrivait. D’après le peu de séquences que j’ai vues du personnage, s’il y avait une chose que je dirais à son sujet, ce serait qu’il était complètement fou de filles. Il était si chaud pour cette fille aux yeux bleus que je soupçonnais que Chachi n'avait jamais pensé à avoir la bite d'un autre mec dans sa bouche.
Le réalisme de la simulation était si précis que j'ai presque oublié que le beau garçon torturé au début de l'adolescence n'était rien de plus qu'une image projetée dans mon esprit par un ordinateur. Cependant, en baissant les yeux sur son visage, en voyant ma bite remplir sa bouche, en entendant ses haut-le-cœur et ses gorgées, en sentant la puissante odeur de sa sueur et de sa pisse… Je lui ai tiré un peu la tête, gardant toujours ma bite fermement logée dans sa bouche. , pour me donner une meilleure vue de son corps. Je ne pouvais pas y croire. La bite du garçon était un peu plus longue que je ne l'avais vue auparavant et elle projetait un jet cristallin de pisse jaunâtre sur nos deux corps nus. J'ai encore enfoncé ma bite profondément et la prochaine boule de sperme qui a éclaté dans le garçon était presque aussi grosse que les premières et comme ces premières, je l'ai tirée directement dans sa gorge, directement dans son ventre. Et j’ai sûrement sorti quelques liasses de plus que je n’en aurais fait si je n’avais pas réalisé que le garçon se pissait dessus. C’est à ce moment-là que, alors que tous mes sens étaient concentrés sur la charge que je déversais sur le garçon, j’ai presque oublié qu’il n’était pas un vrai garçon. Mon orgasme était si incroyablement intense que rien d'autre ne m'importait.
Puis j’ai senti le corps du garçon se relâcher. Les contractions des muscles de sa gorge autour de ma bite ont cessé. Il a arrêté de me frapper les cuisses et le torse avec ses bras filandreux. Et soudain, j'ai eu l'impression de supporter tout son poids avec la main que j'avais enveloppée dans ses cheveux épais et noirs à l'arrière de sa tête. Alors que les dernières boules de sperme coulaient de ma bite encore presque dure, j'ai réalisé ce qui se passait.
Le garçon s'était évanoui. J’avais demandé au simulateur un réalisme total et c’est ce que j’ai obtenu. Une fois mon orgasme calmé et revenu à mes sens, j'ai ajusté mon schéma de pensée et me suis adressé au simulateur. C’était comme je le pensais. Le garçon ne pouvait pas suivre la quantité de sperme avec laquelle j'inondais sa cavité buccale. J'avais bouché ses voies respiratoires avec mon sperme et avec l'énorme effort qu'il déployait pour essayer de me combattre, son corps a rapidement épuisé ses réserves d'oxygène. S’il avait réellement été une vraie personne, j’aurais dû immédiatement lancer une aide d’urgence. Il a dégagé ses voies respiratoires et lui a fait du bouche-à-bouche pour lui sauver la vie. Avec ce garçon, cependant, tout ce que j'avais à faire était d'adresser le simulateur avec une pensée et tout à coup, le garçon était à nouveau animé.

Il toussa et bafouilla. Des gouttes de blanc gluant jaillirent de sa bouche, frappant mon bas-ventre et mon aine. Je le tenais toujours par l'arrière de la tête et sa toux lui faisait tirer les cheveux durement. Au milieu de ses gags, il sanglotait aussi. Je l'avais là où je le voulais. C'était un garçon brisé.
Quand sa respiration fut presque revenue à la normale, je relâchai mes cheveux et il s'effondra sur le gros rocher plat. Une fois de plus, son corps était couvert de crasse, mais cette fois, sa sueur et ses larmes étaient mélangées à mon sperme et à sa propre pisse, ainsi qu'à un peu de sang qui avait coulé des égratignures qu'il avait reçues lors de sa brève course à travers le forêt. Quelques-unes des taches roses sur son corps, là où il s'était cogné contre des arbres ou d'autres obstacles lors de sa vaine tentative de s'échapper de moi, devenaient sombres, devenant de véritables bleus. Son corps tremblait légèrement avec ses doux sanglots et ses respirations laborieuses et je le trouvais plus beau que jamais.
Il était temps de changer de tactique et de commencer la deuxième phase de ma séance.

J’ai commencé par lui dire à quel point je le trouvais beau et à quel point il m’avait fait sentir incroyable. "Personne ne m'a jamais sucé la bite comme ça auparavant. Tu m'as fait la pipe la plus incroyable que j'ai jamais eue. Je n'arrêtais pas de roucouler, le félicitant à tous les niveaux auxquels je pouvais penser. Et j'ai attendu. J'ai attendu qu'il ouvre les yeux et me regarde. Il était à plat ventre sur le rocher et je me tenais au-dessus de lui. Lorsqu'il a finalement osé ouvrir les yeux, je lui ai laissé quelques secondes pour me regarder. J'étais toujours nue, toujours presque debout, je respirais toujours un peu fort et je le regardais droit dans les yeux.
Il y avait toujours de la peur dans ses yeux, qui augmenta un peu lorsque ses yeux aperçurent ma bite dure dégoulinante et palpitante. "Tu es la plus belle créature de toute cette putain de galaxie", dis-je après un moment, puis je me suis approché de lui. Ses yeux sont devenus encore plus larges à mesure que je me rapprochais de lui et ils se sont complètement fermés juste avant que mes lèvres ne touchent les siennes. Je l'ai embrassé doucement, goûtant le mélange de sperme, de sueur et de larmes sur ses lèvres. J'ai doucement poussé ma langue entre ses lèvres et je pouvais sentir sa réticence, mais il a ouvert un peu la bouche pour me laisser entrer. Le goût de mon sperme était plus fort dans sa bouche et ma bite presque dure s'est brisée jusqu'à atteindre une rigidité totale. À ce moment-là, je savais que mon deuxième orgasme serait encore plus époustouflant que le premier.

J'ai quitté sa bouche et j'ai commencé à lui lécher le visage. Entre les coups de langue, je lui ai dit à quel point je le trouvais incroyable, à quel point il me rendait beau et chaud. Alors que je léchais ses larmes, sa sueur et le sperme de son visage, je me suis assuré de lui en donner un peu avec ma langue. La plupart du temps, le garçon gardait les yeux fermés, sauf lorsque je faisais quelque chose de nouveau comme mettre ma langue dans son oreille ou dans une de ses narines. Et chaque fois que je mettais ma langue dans sa bouche, recouverte de ce que je venais de lécher sur son visage, ses yeux se serraient plus fort et tout son visage se froissait. On pouvait supposer qu'à ce moment-là, le garçon était bombardé par un barrage d'émotions. Je savais qu'il était repoussé par ce que je déposais dans sa bouche. Bon sang, je savais qu’une grande partie de ce que je lui avais fait l’avait repoussé, ou à tout le moins, lui avait fait une peur insensée. Je savais aussi que quelque part au plus profond des souvenirs du garçon, il se souvenait de s'être masturbé tout en fantasmant d'être pris par un homme. Le garçon savait que c'étaient ses meilleurs orgasmes, lorsqu'il rêvait d'hommes plutôt que de femmes. Et tout le monde dans sa vie avait toujours soutenu à quel point c'était mal, dangereux et mauvais. Et avec sa personnalité hétérosexuelle du milieu du XXe siècle, incurable grâce à Chachi, eh bien, je savais que je torturais vraiment le garçon. Et je n’étais même pas encore près d’en avoir fini avec lui.
J'ai commencé à lécher son cou et ses épaules osseuses. Chaque goût de lui faisait bouillir mon sang un peu plus chaud. Je me demandais si j’allais pouvoir descendre jusqu’à ses orteils longs et maigres avant d’éclater. C'était mon plan. Commencez par sa tête, léchez, embrassez et mordillez son corps, en contournant sa bite pour garder le meilleur pour la fin. Ensuite, mon plan était de le retourner et de remonter son corps, à l'envers (en contournant ses fesses, ce que j'allais faire avant de le retourner et de lui sucer la bite jusqu'à ce qu'elle éclate dans ma bouche).
Le visage enfoui dans l'une des aisselles du garçon, enfonçant ma langue dans la légère couche de poils noirs, reniflant et goûtant sa sueur fraîche, jeune et puissante, j'ai dû m'arrêter un moment, me calmer un peu, avant de continuer mon chemin. voyage. Et après l'avoir embrassé durement et profondément, le faisant renifler par le nez et sûrement sentir son odeur sur mon visage ainsi que la goûter sur ma langue, je me suis retiré de son visage et j'ai enfoui la mienne dans ses aisselles. Une fois que j’ai nettoyé chaque molécule de sueur du garçon de son aisselle et que les quelques poils doux et noirs ont été collés sur sa peau avec ma salive, j’ai bougé de haut en bas. Le haut de sa poitrine et ses mamelons étaient ma prochaine cible.
Mais quand j'ai commencé à lécher la peau glabre recouvrant l'os plat entre ses côtes, j'ai eu mon premier goût de sa pisse.
"C'est vrai", dis-je d'un ton agréable, soulevant mon visage de sa poitrine étroite et le regardant dans les yeux. Ils étaient légèrement ouverts, curieux, je suppose, de savoir ce qui était juste. "Jusqu'à ce que j'en ai juste un avant-goût," continuai-je, toujours d'un air gentil et doux, "j'avais complètement oublié que tu avais pissé partout pendant que tu t'étouffais avec mon jus de bébé." J'ai ri. Je savais que l'euphémisme pour désigner les trucs dégoûtants qui sortaient de la bite d'un homme était celui que sa mère utilisait toujours lorsqu'elle était suffisamment ivre pour parler de telles choses. Ses yeux s’écarquillèrent et j’y vis encore plus d’angoisse. Cette séance démarrait presque aussi bien que la précédente.

"Boire mon sperme était ta punition pour avoir détourné le regard de moi pendant que je te parlais," j'ai gardé ma voix agréable et juste au moment où je lui rappelais pourquoi je l'avais puni, il a commencé à détourner le regard de moi. Mais ensuite il se figea et ses yeux sombres et effrayés se fixèrent encore plus sur les miens. « Et je dois encore te punir pour ne pas avoir nettoyé tout le sable de ta pitoyable petite bite. Et aussi pour avoir essayé de me fuir. Puis, l’air encore plus heureux qu’avant, j’ai ajouté : « Ça va être une mauvaise chose. Vraiment mauvais. C’était une erreur de votre part d’avoir essayé de fuir. J'ai souri vivement et j'ai secoué lentement la tête d'avant en arrière. "Et je ne peux pas laisser quelque chose d'aussi odieux que se pisser dessus sans une sorte de pénalité", continuai-je doucement, comme si je me parlais. "Je pense que tu vas devoir goûter ma pisse pour ça." Je pouvais voir ses émotions chaotiques traverser son expression. Puis je suis redescendu et j'ai commencé à lécher la poitrine lisse du garçon.
Il laissa échapper un gémissement surpris lorsque je m'accrochai pour la première fois à l'un de ses minuscules tétons. Et pendant que je stimulais le petit nœud, j'ai vu sa bite bouger, ce qui m'a fait intensifier mon attaque sur sa petite mésange. Il n'a pas fallu longtemps au garçon pour arrêter d'essayer de réprimer ses gémissements, ses gémissements. Ses bruits ne faisaient que me stimuler davantage. Alors que je passais de son premier mamelon au second, j'ai vu que sa bite avait grandi d'au moins un pouce de plus et était devenue presque deux fois plus grosse. J'ai passé autant de temps sur sa deuxième petite morsure que sur la première, savourant ses sons, ses odeurs, la sensation de ses minuscules cailloux sombres dans ma bouche et la sensation de son corps flétri sous moi. Quand j'ai eu fini, sa bite était dure comme un os et beaucoup plus grosse que ce à quoi je m'attendais. Je pouvais voir le bout de sa tête de bite dans le petit trou creusé dans son prépuce. J'espérais avoir de la retenue pour pouvoir accomplir ma mission comme prévu. Aussi chaud que je me sentais, je devais vraiment me poser des questions.
Il m'a fallu tout ce que j'avais pour ne pas toucher la grosse bite qui se balançait sur son ventre serré et concave. Ou touchez ma bite pendant que je léchais le mélange de crasse de son torse. Chaque minute environ, je revenais vers sa bouche et partageais avec lui des goûts incroyables. Finalement, ses expressions nauséabondes se sont atténuées alors que je lui nourrissais des goûts de son corps. Je passerais un peu de temps à le regarder dans les yeux une fois que je l'aurais nourri de tout ce que j'avais sur la langue. J'avais le sentiment qu'il se battait pour détourner le regard de moi, même s'il ne l'a jamais fait. Et parfois, le garçon avait l’air d’apprécier ce que je lui faisais. D'une manière ou d'une autre, j'ai réussi à lécher, grignoter et embrasser les crêtes pointues et saillantes de ses hanches, sans m'approcher à moins d'un pouce de son impressionnante bite. Avez-vous une idée à quel point cela a été difficile pour moi. J’avais soufflé une énorme putain de boule peut-être une demi-heure plus tôt et je savais que si je l’avais voulu, ma deuxième éruption aurait pu éclater en une minute. Cependant, ce n’était pas ce que je voulais, et je ne voulais pas non plus laisser le garçon sentir mon contact sur sa bite pour l’instant.

Ses jambes étaient longues et fines, avec une petite quantité de duvet sombre poussant sur les moitiés inférieures. Le goût de sa pisse était plus fort ici que sur son torse. Après avoir mis ma langue dans sa bouche, pleine de son propre goût, j'ai demandé d'une voix agréable, en regardant ses yeux profonds et sombres, "Peux-tu goûter ta propre pisse ?" Les yeux du garçon s’écarquillèrent et je vis la peur revenir sur son visage. J’ai eu un regard dans les yeux, un regard que je savais qu’il considérerait comme menaçant et il a commencé à hocher la tête. «Dis-moi», dis-je.
"Je peux goûter mon pipi", marmonna-t-il doucement, les larmes lui montant aux yeux.
J'ai laissé mon expression s'adoucir et j'ai touché son visage du bout des doigts. "Dis-moi," demandai-je gentiment, "pourquoi as-tu pissé partout?"
Ses yeux sombres s'ouvrirent encore plus grand et il parut confus. J’ai commencé à me demander si, à part le fait que je lui disais que c’était le cas, il savait qu’il avait vidé sa vessie. Il secoua la tête, ne sachant que dire.
"Qu'est-ce que tu faisais quand tu t'énervais?"
"Étouffement", prononça doucement le garçon, alors que ses larmes atteignaient le point de déborder et commençaient à parcourir son visage anguleux.
"Avec quoi tu t'étouffais ?"
Encore une fois, ses yeux brillèrent et son visage se tordit. Il était à court de mots.
« Dois-je demander deux fois ? » Dis-je avec un peu de colère derrière mes mots.
"Non," répondit-il rapidement, "Je m'étouffais, sur…" Il y avait un battement de sang chaud dans ma bite alors que je regardais le beau garçon et le regardais lutter pour dire ce dont il avait besoin. "... Sur ta, ta, bite et tes affaires," dit-il finalement.
"Quel truc?" Je souriais toujours et utilisais le ton sucré, parvenant à avoir l'air un peu curieux.
"Votre…" Je savais que son esprit bourdonnait. Il cherchait dans ses souvenirs le mot poli pour désigner les choses avec lesquelles il s'était étouffé. Je savais que c'était un souvenir qu'il ne retrouverait pas. Les seuls mots que le programme de simulation avait dans la mémoire du garçon étaient des expressions idiomatiques. Il connaissait tous les gros mots pour mes affaires, mais pas un seul mot correct ou poli pour les qualifier. Finalement, il a dit : « Vos trucs de connards », et j'ai pu voir dans ses yeux l'espoir que je trouverais ses paroles acceptables.
Je n'ai pas changé d'expression ni de ton, mais je lui ai dit : "Ça s'appelle sperme, jus de bébé, sperme, sperme... Tu as déjà entendu ces mots, n'est-ce pas ?"
Il acquiesca.
"Alors," j'ai soudainement adopté une posture et un ton défavorables, "Je vais te demander encore une putain de fois, avec quoi t'étouffais-tu quand tu es allé pisser partout dans ce putain d'endroit ?"
Il y eut un autre éclair sur son visage et dans la seconde qu'il lui fallut pour commencer son discours, ses yeux se tournèrent vers ma main, qui quitta son visage adorablement torturé et se leva, prêt à frapper.

"C'était ton sperme," éjacula-t-il, "ton sperme, ton sperme", il prit une profonde inspiration puis avec un ton presque confiant, il termina, "Je m'étouffais avec ta bite et ton jus de baise quand j'ai fait pipi. »
Je m’y mettais et je ne voulais pas encore le lâcher. Je me suis fait paraître encore plus en colère et j'ai sifflé : « Espèce de petit pédé ! Il grimaça et tenta rapidement de détourner le regard de moi, bien qu'il s'arrêta avec un rapide coup d'œil à ma main levée et prête. Puis je me suis rapidement levé et j'ai regardé du visage du garçon à ma bite. "Est-ce que ça ressemble à une bite pour toi?" Dis-je doucement mais durement. Avant qu’il ait eu le temps de répondre, je lui ai épargné cette peine. "Est-ce que j'ai un putain de petit connard de bébé sans valeur comme toi?" Il regardait ma bite enragée et bougeait lentement la tête d'avant en arrière, faisant tout ce qu'il pouvait pour me répondre. "Dis-moi avec quoi tu t'étouffais, petite conne", et pour la première fois, j'ai élevé la voix. "Dites-moi!" J'ai crié.
« Bite », dit-il rapidement, « bite et sperme. Ta bite. Ton sperme. Je me suis étouffé avec ta bite et j'ai joui.
Je m'adoucis une fois de plus et ramenai lentement le bout de mes doigts vers son visage. "Bon garçon", ai-je roucoulé et je l'ai embrassé tendrement pendant un moment, avant de retourner à ma mission et de commencer à lécher les chevilles du garçon. Cependant, en passant devant son entrejambe, j'ai marmonné juste assez fort pour qu'il entende : "Il y a une petite bite de bébé qui ne vaut rien." Puis il a ajouté un mensonge éhonté : "C'est tellement dégoûtant que je ne veux même pas y toucher." Cela palpitait et, alors que je détournais mon visage du sien, je souris.
J'ai dû essuyer le sable de ses pieds avant de commencer à les lécher et à lui sucer les orteils. Comme ses mamelons (et l'intérieur de ses cuisses), il gémissait et haletait lorsque je nettoyais ses pieds sales. La plante de ses pieds était le seul goût sur son corps qui ne me plaisait pas. Il avait parcouru trop de saletés et d’autres choses et même après les avoir essuyées du mieux que je pouvais avec ma main sèche, elles avaient toujours un goût sale. Cependant, je me suis forcé à continuer, ressentant un peu d'émotion en sachant que je faisais quelque chose que je trouvais plutôt répugnant et en sachant qu'une fois que j'aurais léché, grignoté et embrassé chaque centimètre carré de son corps, j'obtiendrais. ma récompense.

Sa bite était devenue molle pendant que je le réprimandais pour qu'il prononce des mots qu'il savait qu'il ne devrait pas dire, mais au moment où j'ai fini de sucer ses cinq premiers orteils, c'était à nouveau dur. Alors que je changeais de pied, j'ai également remarqué qu'une petite flaque de précum s'était écoulée de sa bite bien encapuchonnée. J'ai regardé ma propre érection pour voir la même substance de base suinter de moi. Alors, quand j'ai fini d'essuyer la saleté grossière de son deuxième pied de ma langue sur la sienne, avec ses yeux suivant attentivement chacun de mes mouvements, j'ai atteint ma propre bite et j'ai essuyé un doigt sur sa tête, ramassant une grosse boule de précum. . Puis j'ai déplacé mon doigt vers sa bouche, qu'il a fermée rapidement lorsqu'il a réalisé sa destination. Je laissai échapper un grognement doux et rapide, mais profond et grondant. Le garçon a ouvert la bouche instantanément et il a commencé à sucer mon doigt dès qu'il a passé ses lèvres.
Alors que je suçais sa deuxième paire d'orteils et que je passais un doigt sur l'âme de ce pied, le garçon a commencé à rire. J'ai dû prendre quelques respirations profondes pour éviter d'avoir des respirations trop énervées et parfumées de pieds puants. Après avoir donné un bon bain de langue à ses deux pieds, je lui ai donné un autre baiser profond mais tendre. Puis je lui ai dit de se retourner pour qu'il soit allongé sur le ventre. Son corps trembla alors qu'il obéissait. J'ai déplacé ma bouche de ses talons, sur les deux jambes une à la fois, puis en contournant ses fesses, j'ai commencé à goûter la peau du bas de son dos, même si je me suis permis de prendre quelques profondes bouffées d'air juste au-dessus de la fissure. ses petites fesses fermes. J’ai dû me retenir de plonger directement dans la fente en sueur du garçon.
Je pouvais voir la lumière au bout du tunnel, j’étais à mi-hauteur de son dos. Depuis que je remontais ses fesses depuis ses pieds, mon corps planait au-dessus du sien, dans une position semblable à celle d'une pompe. Alors que je commençais à enfoncer ma langue dans la fente entre ses omoplates, j'ai senti ma bite rebondir contre sa jambe. J'ai failli le perdre. J'ai fait un petit travail sur le haut de son dos et ses épaules, en veillant à garder mes hanches hautes pour empêcher ma bite de le toucher à nouveau. Cependant, alors que je blottissais sa nuque, au point où sa peau pâle cédait la place à la racine de ses cheveux foncés, je ne pus plus résister et laissai tout mon corps s'installer sur le sien.
"Tu es tellement chaud," sifflai-je à son oreille. J'ai senti son corps frémir sous moi et, par conséquent, la tige de ma bite, qui reposait tout en haut de sa fente, s'est enfoncée un peu. "Peux-tu sentir ma bite sur tes fesses?" Demandai-je doucement, pressant mes hanches un peu plus fort contre son derrière et sentant ma tige pousser un peu plus loin entre ses joues. Il hocha la tête contre mon visage. Je voulais pouvoir voir son visage pour ma prochaine déclaration, alors je lui ai dit de tourner la tête pour m'embrasser. Une fois notre baiser rompu, alors que nous nous regardions dans les yeux, j'ai dit avec une autre poussée de mes hanches: "Ça va être ta punition pour avoir essayé de t'enfuir, tu sais?" Dis-je rhétoriquement, puis je l'embrassai aussi doucement et tendrement que possible, avant de continuer. "Tu vas te faire enfoncer ma grosse bite dans ton petit trou du cul serré et je vais te baiser si fort que tu ne pourras pas t'asseoir pendant un mois."

Son expression était encore plus incroyable que je ne le pensais. Les larmes lui remplirent à nouveau les yeux et tout son visage changea, montrant sa peur et son anxiété. J'ai appuyé un peu plus, sentant encore plus mon corps épais enveloppé par sa fissure. "Mais tu vas devoir attendre un peu pour ça", dis-je et son visage s'éclaira un peu d'espoir. « Tout d’abord, je dois te punir pour avoir pissé partout sur toi-même. Mais avant même de faire cela, je pense que je mérite d’abord une petite récompense. Le peu d’espoir avait disparu de son visage. Il avait de nouveau l'air terrifié. "Il y a encore quelques endroits sur ton corps que je n'ai pas encore nettoyés." Et avec une dernière poussée de mes hanches, j'ai senti la tige de ma bite toucher le fond de sa fente et j'ai su que sa propre bite était fermement pressée entre son ventre et le rocher.
Avec un dernier baiser rapide, j'ai descendu son corps jusqu'à ce que mon visage soit juste au-dessus de ses petites fesses fermes. Ses muscles des fesses étaient petits mais toniques. J’aurais pu les saisir tous les deux dans une main, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’utiliser mes deux mains, voulant palper chaque petit globe séparément. J'ai pris mon temps en écartant ses joues, en reniflant et en reniflant en cours de route. Ses fesses étaient géniales. Probablement encore plus puant que la plante de ses pieds, cependant, la puanteur ne m'a pas causé le moindre dégoût. En fait, cela a provoqué exactement le contraire. J'étais tellement excité au moment où je me suis finalement permis de commencer à lui languer la fente en sueur que si j'avais attrapé ma bite à ce moment-là et lui avais donné une demi-douzaine de pompes, je savais que j'allais éclater.
Le temps n’avait plus aucun sens à ce moment-là. J'ai commencé par lécher le précum que ma bite avait coulé tout en haut de sa fente, puis j'ai lentement laissé ma langue descendre lentement. J’aurais peut-être mangé les fesses du garçon pendant dix minutes, une heure ou trois, je n’en avais aucune idée. Au début, le garçon s'est battu contre moi, puis au fur et à mesure que je m'y suis vraiment mis, sa fente dégoulinant de ma salive alors que j'essayais de passer ma langue à travers l'anneau musculaire serré, il a en fait écarté un peu les jambes pour que j'aie un meilleur accès. à ses fesses. Quand je me suis finalement arrêté, il lui a fallu quelques secondes pour se rendre compte que je ne reviendrais pas avant quelques secondes et il a tourné la tête en arrière pour me regarder.
Je le regardais avec un regard de désir intense dans les yeux et de la salive coulant sur mon visage. "Retourne pédé," dis-je avec un ton énergique, "Je veux un autre regard sur ta petite bite de bébé."
Il bougea lentement, mais obéit. Sa bite était toujours rigide et dure comme un os. Et j'ai vu, alors qu'il se retournait, qu'il y avait un gros point humide sur le rocher, là où se trouvait le bout de sa bite. "Regarde ça, petite conne," dis-je en désignant l'endroit sombre sur le rocher. « Tu as dû pisser un peu pendant que je te mangeais les fesses. Descendez là et léchez-le. Nous savions tous les deux qu’il n’avait pas pissé et nous savions tous les deux exactement ce qu’il léchait sur le rocher, mais je savais que le garçon n’envisagerait même pas de me corriger.

"C'est bien", dis-je au bout d'un moment et le garçon cessa de lécher le rocher, tout en restant accroupi, ne bougeant que la tête. "Maintenant, venez ici et asseyez-vous sur le bord." Il a fait. Je pouvais dire par sa posture qu'il était épuisé. Je savais dans le grand schéma des choses que la session n'était en mouvement que depuis peu de temps. Une heure et demie, peut-être deux heures. Mais je mettrais beaucoup mon garçon à cette époque. Cependant, j'étais sûr que la phase suivante que j'avais prévue le rendrait peut-être encore plus énergique que dans notre temps ensemble.
Il était assis sur l'immense roche plate avec ses pattes inférieures duvetées suspendues au-dessus du bord. Ses épaules étaient courbées et sa tête était suspendue aussi bas que possible, avec lui toujours capable de me regarder dans les yeux. Ce n'était pas un garçon stupide. Il savait déjà mieux que de détourner moi. Sa bite faisait saillie entre ses cuisses sans poils, bien ton mais légères, juste une touche plus élevée que parallèle avec le sol. Il y avait une chaîne de cheveux en fluides clairs descendant de la tête de bite gainée du garçon. J’ai commencé à avoir l’eau à la bouche. Tout en léchant son propre pré-écume du rocher, sa bite s'était dégonflée un peu. C'était même sensiblement plus petit que je l'avais vu auparavant. Je savais que cela se mettrait en dure en quelques secondes, si je le prenais dans ma bouche. C’est ce que je voulais faire. Mais d'abord...
J'ai pointé entre ses jambes et sifflé: "Qu'est-ce que c'est?"
Sa tête s'est reprochée et j'ai vu la peur augmenter sur son visage. Il regarda ma main pointée, puis où elle pointait. Les parties de son corps qui n'étaient pas déjà colorées par des rayures ou des ecchymoses sont devenues rouge vif. Cela a commencé dans son visage, puis le rouge à la chasse rouge descendait son corps ectomorphe. À ce moment, il n'avait pas l'air pâle. Il baissa les yeux sur sa bite et nous l'avons tous les deux regardé tomber. Petit à petit, comme des poussées d'air libérées d'un ballon, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus perpendiculaire au sol, mais pointant. La chaîne de pré-émissation amincie et épaissie, tremblante et balancée, mais ne s'est pas cassée. Au moment où la bite du garçon a commencé à se ratatiner et à devenir remarquablement plus petite, elle a atteint le gravier à nos pieds.
"Qu'est-ce que c'est ?!" J'ai dit un peu plus fort et pointant plus de force. Et juste au moment où sa tête tira ses yeux de son entrejambe, mon autre main, le dos ouvert, lui frappa le visage. Sauf où je l'ai frappé (et ses bosses et ecchymoses), son corps entier est de nouveau pâle, même plus pâle qu'auparavant.
"C'est ma bite", a-t-il lâché.
«Vous appelez cela ratatiné, petite chose une bite ?! Merde, tu as à peine des cheveux qui poussent là-bas. Les bites sont poilues. Votre petit bébé-bite est-il velu?
"Non," murmura-t-il, me regardant, mais ne voulant pas.
"Je vais donc devoir demander une troisième fois", ai-je dit aussi doucement que son murmure. «Qu'est-ce que c'est ce petit, petit ver qui se balançait entre vos putains de jambes maigres!?!» J'ai de nouveau pointé d'une main et giflé de l'autre. Son attention a été, une fois de plus, prise par la main pointée et ce n'est que la dernière fraction d'une seconde que le mouvement de mon bras a attiré son attention et il tourna son visage vers lui. J'ai eu le côté de son visage assez fermement et tout son corps s'est déplacé avec la gifle. Il laissa échapper un glapissement douloureux et, alors qu'il se redressait et me regardait à nouveau dans les yeux, j'ai vu qu'il pleurait.

"C'est ma bite", ses paroles étaient à peine respiratoires et presque impossibles d'entendre ses sanglots doux, "mon bébé-bite."
"À quoi ça sert?" Demandai-je bourru, se rapprochant un peu de lui.
Ses yeux brillaient de pensée et il a dit, doucement et simplement, «rien».
"Rien?" Dis-je, essayant de paraître un peu plus agréable et assez curieux.
Un autre flash a croisé les yeux: "Eh bien, je l'utilise pour faire pipi et, eh bien, c'est dur et tout ça."
«Pouvez-vous faire des choses en sortir?» J'ai demandé, puis j'ai demandé à nouveau avec des mots différents: «Faites-vous des trucs en sortir?»
Il acquiesca.
"Fais-le." J'ai dit: "Promenez-vous dur et faites en sortir les choses."
"Moi, euh," commença-t-il et vit ma main ouverte s'approcher, alors il a saisi sa petite bite flasque et a commencé à la frotter. Ma main est tombée court et est retournée à mes côtés. J'ai regardé le garçon un peu. Il avait les deux mains à la bite, tirant et pinçant, tirant et tirant, caressant et tremblant, mais rien ne s'est passé. Eh bien, il s'est un peu long de toute la manipulation, mais cela n'a pas commencé à devenir dur.
«Putain de petit-bébé, bon à rien», ai-je craché après un moment ou deux. "Garçon, tu as un long chemin à parcourir avant que tu ne l'appellerez à nouveau cette chose pitoyable. Les bites sont grandes et dures et poilues », j'ai pressé mes hanches en avant et j'ai senti mes cuisses se cogner les genoux. «Dites-moi, lequel de ceux-ci est une bite et lequel est un morceau de spaghetti flétri?
"Le vôtre est une bite", a-t-il dit consciencieusement, "le mien est des spaghettis."
"Vous ne pouvez même pas obtenir le putain de chose difficile, n'est-ce pas?"
Il secoua la tête et commença à pleurer un peu plus fort.
"Vous êtes certainement une petite chatte sans valeur", dis-je dans un ton fort, clair et plutôt jovial. "Je ne peux même pas obtenir ce petit-bébé dur, pourrait aussi bien être une putain de petite fille." Je savais que cela lui reviendrait. Je l'ai fait programmer avec les souvenirs d'être raillé par ses camarades scolaires. Ils l'ont appelé tous les noms du livre. Bien qu'il y ait un garçon, un garçon plus âgé que Lost-Boy Prime, qui était le garçon le plus beau et le plus sexy de l'école, un garçon dont l'image a été utilisée dans plusieurs des fantasmes de masturbation que j'avais programmés comme souvenirs, dont un garçon Il y avait des souvenirs de désir et de désir profond et dans ces souvenirs que le garçon ne faisait que perdre le-garçon comme l'une des deux choses. Ce fut soit un petit fagot haché, "haché!" Ou un sifflement doux, "Putain de fille!" Ce sont les deux mots qui ont pire. Je pouvais dire que tout ce qu'il voulait faire était de se recroqueviller et de mourir. Et encore plus que cela, je savais qu'il voulait détourner de moi. Mais il n'a pas osé. Donc, après lui avoir donné un regard intense, j'ai détourné le regard de lui et j'ai commencé à se rendre.

«Je devrais appeler l'un des chiens et le faire mordre cette chose sans valeur tout de suite. Faites de vous une vraie fille. Putain de petite chatte d'un pédé ne mérite pas de vivre, encore moins ... "
Ses sanglotons devenaient plus forts et ses mains ont commencé à bouger encore plus vite dans son entrejambe. Bien que sa bite, tout en semblant s'être encore plus longue, était toujours aussi sans vie qu'une nouille mouillée. Tout cela a eu l'effet opposé exact sur moi. Ma bite palpitait. Je ne voulais rien de plus que de le pousser dans sa bouche et de lui faire boire une autre charge de mon foutre. Et même si mon plan ultime était d'obtenir cette charge profondément dans son ventre, je n'avais pas l'intention de le lui donner dans sa bouche. Et j'allais devoir attendre un peu pour ça. Il a eu une punition de plus avant celui-là.
Je me suis concentré sur le contrôle de mon corps, en faisant tout ce que je pouvais pour supprimer les envies intenses et mes besoins primordiaux et palpitants. Je sens le nœud de pression entre mes couilles et le trou du cul commence à se détendre, prenant profondément les respirations, je me prépare. Il est prêt aussi. Il sanglotait de façon incontrôlable, tout son corps tremblant, ses mains allaient toujours à sa petite bite rose, mais avec beaucoup moins d'enthousiasme
qu'avant, sûrement la première fois qu'il a joué avec lui-même sans que cela ne devienne dur.
Je savais que je devais m'empêcher de me faire trop de travail, donc après quelques respirations profondes, j'ai dit: "Arrêtez." Je me suis forcé à ne pas simplement sonner ennuyé et comme si je ne m'en souciais pas, je me suis forcé à le ressentir aussi. C'était la seule façon de fonctionner. "Arrête. C'est une putain de perte de temps. Quel genre de pédé êtes-vous? Vous avez une bite dure juste devant votre visage et vous ne pouvez même pas avoir un putain de boner. "
Ses mains cessaient de bouger mais restèrent sur ses genoux, couvrant sa petite bite douce.
"Regardez-moi."
Je pouvais dire qu'il a fallu tout ce qu'il avait pour lever la tête et rencontrer mes yeux. Ses yeux étaient rouges et tellement gonflés en pleurant qu'ils étaient à peine ouverts et à travers toutes les larmes, je me demandais s'il était même capable de me voir. Ce n’était pas important.
"Il est temps pour votre prochaine punition", ai-je dit en sonnant et en essayant de me sentir aussi beaucoup moins excité que la perspective m'a fait ressentir. Je ne pouvais pas me laisser perdre le contrôle. Mais en regardant le corps nu du garçon commencer à trembler encore plus fort et plus de larmes inondant ses yeux, il était extrêmement difficile de me raviver. Mais je savais que si le plan allait fonctionner, j'avais besoin d'un contrôle total de mon corps. "Tu es une petite fille désagréable qui a énervé sur elle-même", j'ai pris un souffle profond et apaisant, "et pour cela, tu dois être puni."

Je pouvais dire que chaque once du garçon voulait me déchirer ses yeux larmoyants. Et qu'il ne savait pas, eh bien, à quel point il se sentait horrible, sachant ce que je lui faisais, m'a donné l'impression d'avoir plus de contrôle sur le garçon que de moi-même. (Et oui, au fond, je savais qu'en effet, j'avais un contrôle total sur la simulation. Bien que, avec l'incroyable réalisme du simulateur, il était assez facile d'enterrer cette connaissance si profonde que je l'ai à peine considérée.)
"Ouvrez la bouche," dis-je, en descendant pour saisir mon rigide, mais ne faisant plus de bite. J'ai pris une autre respiration profonde alors que je regardais le beau garçon, son visage à nouveau enduit de larmes, ouvrir la bouche, qui à la suite de son sanglot, était filandre avec Salvia. Cette vue n'a pas du tout aidé mes problèmes de contrôle. Mon envie était de pousser ma bite au fond de la gorge du garçon, sachant que le chemin était bien graissé et sachant que si je le faisais, il n'y aurait aucun moyen de m'empêcher d'éclater. Pas encore...
J'ai attrapé une poignée de cheveux noirs immobiles à l'arrière de sa tête d'une main, avec l'autre, j'ai guidé ma bite vers sa bouche. J'aurais aimé accorder beaucoup plus d'attention à ce que je faisais, plutôt que de me concentrer autant sur ma propre retenue. Il laissa échapper un gémissement lorsque la tête de ma bite a touché sa lèvre. Entendre cela n'a pas aidé un peu. J'ai pris une autre inspiration profonde et je me suis voulu de me détendre. C'était le seul moyen. C'était assez difficile et a pris la plupart de ma concentration et de ma concentration. Se détendre. Laisse faire.
J'ai tenu son visage là-bas pendant un peu avant de pouvoir faire ce que j'avais prévu. La tête de ma bite touchant ses lèvres, tout en ne plongeant plus dans sa bouche chaude et humide. Comme un bon garçon, il a combattu ses propres envies et a gardé la bouche grande ouverte. En fin de compte, j'ai dû fermer les yeux, c'était la seule façon de pouvoir me détendre assez. J'ai eu du mal à desserrer les muscles nécessaires et quand c'est finalement arrivé, ce n'était qu'une seconde avant qu'ils ne se refermaient à nouveau. Mais cela a suffi à envoyer un spray chaud de ma pisse dans sa bouche.
Son corps a réagi tout de suite. Il a essayé de fermer la bouche et en même temps, il a essayé de tousser et de cracher. Il a essayé de s'éloigner de moi, mais je l'ai gardé fermement là où il était avec ses cheveux épais et noirs serrés dans mon poing. Et je devais retirer mes hanches juste en contact, afin de ne pas sentir sa bouche pulvérisante toucher la tête de ma bite. Je me suis concentré avec tout ce que j'avais et, quand j'ai senti les muscles se détendre à nouveau, j'ai resserré ma prise sur l'arrière de sa tête et guidé ma bite vers sa bouche.
«Boire, salope!» J'ai grogné et j'ai commencé à pisser. Cette poussée a duré un peu plus longtemps que la première, mais seulement d'une seconde environ. Et cette fois, le garçon y était quelque peu préparé. Bien qu'il s'étouffe toujours et bafouillé dessus, réussi à cracher plus de ma pisse qu'il n'en a ingéré.

Je me suis resserré et j'ai enlevé ma main de ma bite. Avec mon autre main toujours enveloppée dans ses cheveux noirs épais à l'arrière de sa tête, j'ai commencé à le gifler. Pas dur, attention, mais juste assez pour qu'il savait que je voulais dire les affaires. "Vous allez boire chaque goutte de ma pisse pour m'avoir fait lécher le vôtre de votre corps. Et si vous renversez encore une putain de putain de goutte, je vous ferai manger un morceau de ma merde à la vapeur, tout de suite de mon cul. " Maintenant, ce n'était pas quelque chose que je prévoyais de le faire faire. En fait, j'ai été dégoûté par l'idée. Piss était une chose. Mais l'idée que cette belle bouche soit entachée par la merde, eh bien, je suis peut-être un gars coquine, mais pas aussi coquine. Je savais cependant que la menace secouerait le garçon à son cœur. Ses lèvres scella autour de la tête de ma bite et je laissai échapper une autre poussée. Cette fois, je l'ai senti sucer, boire ma pisse. J'ai commencé un flux lent. Je pouvais dire qu'il n'aimait pas ça, mais il a tout avalé. Après un moment, je me suis un peu détendu et j'ai laissé le flux augmenter. Il a commencé à sucer et à avaler un peu plus fort et un peu plus vite. Ensuite, j'ai cessé de restreindre mon flux et lui a donné une giclée à part entière. Il a essayé. Je sais qu'il a essayé. Il a fait de son mieux, mais cela n'a pris qu'une seconde avant que je ne sente que le sceau que ses lèvres ait autour de mon cockhead échoue et la pisse a commencé à couler sur son menton.
Cette vue a envoyé une vague de sang entre mes jambes, ce qui a fait en sorte que mon flux s'arrête juste une seconde et à cette époque, le garçon a pris ce qu'il avait déjà dans sa bouche et, une fois que j'ai recommencé à faire chier à nouveau, il «D a obtenu le contrôle et à part ce morceau de dribble, il a avalé tout ce que je devais lui donner.

Articles similaires

Essayer quelque chose de nouveau_(1)

Essayer quelque chose de nouveau (3e personne) Toni et Justin viennent de rentrer dans leur nouvel appartement, celui de sa sœur Davina, après avoir passé toute la journée au centre commercial. Justin vient de proposer à Toni de nouvelles tenues mais ne les avait pas encore vues sur elle. La journée a été longue et ils sont tous les deux fatigués. Eh bien, on dirait que Davina n'est plus à la maison, dit Justin alors qu'ils entrent dans l'appartement. Justin aime quand ils sont seuls parce que Davina est toujours partout et ne les laisse pas devenir intimes. Je vois, exprime...

355 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

287 Des vues

Likes 0

DOUX SOPHIE !!

Sophie est l'enfant unique de mes voisins, c'est une douce jeune fille de 13 ans, mais il y a toujours eu quelque chose en elle qui m'a fait la regarder différemment des autres petites filles. Peut-être ses cheveux blonds bouclés, son joli petit visage, ses jambes lisses ou le fait qu'elle a une jolie petite paire de seins en herbe. Eh bien, tout a commencé un samedi, je me suis assis dans mon jardin à profiter du soleil et mes voisins étaient aussi dehors. Je n'ai pas l'habitude d'écouter les conversations des autres mais je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre que...

1.8K Des vues

Likes 0

La meilleure balade en quad de tous les temps

J'avais 14 ans quand j'ai eu ma première expérience. Je ne m'étais pas intéressé aux filles jusqu'à ce que j'entre en 8e année. J'avais quelques amies qui étaient ici des filles mais aucune sérieuse. Ma meilleure amie était une fille nommée Emily avec qui j'étais amie depuis longtemps. Plus je vieillissais, plus je m'intéressais aux filles et plus je pensais qu'Emily était la plus belle fille que j'aie jamais rencontrée. Avec ses longs cheveux blonds doux et ses beaux yeux bleus brillants. Chaque fois qu'elle me parlait, j'oubliais tout et ma bouche devenait sèche et je ne pouvais pas parler. Puis...

1.7K Des vues

Likes 0

RD et Mon's Rape 2

Nous serons de retour demain, avec les tenues que vous allez être autorisées à porter ici dans la maison, vous porterez ce qu'on vous dira, quand on vous le dira, et vous ne râlerez pas, n'est-ce pas ? Encore une fois, maman a juste hoché la tête pour être d'accord. Maintenant, puisque ça va arriver, autant le rendre aussi bon que possible. Il tendit à maman un joint que Chris avait allumé. Maman l'a pris sans changer d'expression et a commencé à inhaler. Matt s'assit à côté d'elle ; Chris de l'autre, et chacun a pris un sein et a commencé...

575 Des vues

Likes 0

Je pourrais t'aider... Partie I

Moi et ma copine allongé dans son lit. Elle avait 23 ans à cette époque, son nom est Tanya. J'étais nu, elle portait un haut moulant blanc et une combinaison en soie, également de couleur blanche. J'aimais la façon dont ses gros seins remplissaient sa chemise, ses mamelons étaient durs et poussaient encore plus mon excitation. Comme plusieurs fois avant de regarder un film porno. Mais quelque chose de très spécial était différent ce jour-là. Nous n'étions pas seuls... Je m'appelle Tomas, je suis un garçon de 27 ans aux cheveux blonds et aux yeux bleu verdâtre. Je mesure 6'2'' et...

571 Des vues

Likes 0

Heure alternative

Je suis le directeur d'un complexe pénitentiaire spécial dans le centre de l'Amérique du Sud et mes prisonniers appartiennent à une catégorie unique en raison de la nature de leurs crimes. Les prisonnières ici sont toutes des femmes attirantes... et ont eu la possibilité de purger trois mois ici en faisant des vidéos pornographiques crasseuses... ou de purger dix ans dans les prisons gouvernementales... une alternative, au mieux, désagréable. Les prisons gouvernementales sont surpeuplées... et mal gérées, et corrompues... et les femmes qui y purgent une peine sont inévitablement endommagées physiquement et mentalement à vie... si elles ont la chance de...

393 Des vues

Likes 0

W & Petit D 05

Il s'agit d'un livre de 25 000 mots divisé en sept chapitres. AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort, voire extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, situations et réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne doivent pas être tentées dans la vie réelle. Tous les personnages impliqués dans une activité sexuelle dans cette histoire ont plus de 18 ans. Si vous avez moins de 18 ans ou ne...

365 Des vues

Likes 0

Des moments amusants avec Romy

Je m'appelle Matt, j'ai 18 ans. Je suis juste un garçon ordinaire avec des cheveux blonds et des lunettes. Certains peuvent me traiter de nerd, mais je ne suis pas d'accord. Je viens de terminer mon entraînement au gymnase et je me suis rapidement rendu aux vestiaires pour me rafraîchir. Dès que la douche s'est ouverte, j'ai entendu un grand trébuchement suivi d'un cri. J'ai enfilé un pantalon et je suis allé à la source du son. Il semblait provenir du vestiaire féminin. Y a-t-il quelqu'un là-dedans? Oui, aidez-moi s'il vous plaît Quand je suis entré, j'ai été choqué de voir...

352 Des vues

Likes 0

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

293 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.