Mon premier petit ami 3

506Report
Mon premier petit ami 3

En bas, Sam a mis de la musique sur la chaîne stéréo du salon et m'a dit de danser pour lui. Il s'est assis sur le canapé, les jambes écartées et les mains dans l'entrejambe pendant que je trébuchais en essayant de danser. Ce n’était pas facile avec les talons aiguilles, sur la moquette et plusieurs fois j’ai failli perdre l’équilibre et tomber. Chaque fois que je trébuchais, le sourire de mon demi-frère apparaissait un peu. De temps en temps, il me disait de faire quelque chose comme : « Frotte-toi les seins et montre-moi quelle pute tu es » ou « Retourne-toi et penche-toi pour que je puisse voir ce cul.

Le mot Embarrassing ne correspondait pas vraiment à ce que je ressentais comme justice. Mortifié ou humilié conviendrait peut-être mieux. Même si je dois admettre que j'étais plus excité que je ne le pensais jamais. Je ne pouvais pas croire ce qui se passait ni ce que cela me faisait ressentir. Je pense que la chose la plus surprenante était qu'à chaque fois que Sam me traitait de fille, ou de salope, ou de pute, eh bien, je sentais une pulsation entre mes jambes à chaque horrible nom qu'il m'appelait, donnant l'impression que ma bite devenait encore plus dure que dure. . J'ai dansé maladroitement, sentant les yeux de mon demi-frère bouger partout sur moi alors qu'il était assis là, frottant le devant de son jean. Il n'arrêtait pas de m'insulter et me disait ce qu'il trouvait chez moi sexy.
"Merde, regarde ça, tes jambes ont l'air toutes glabres et merde, tout comme celles d'une fille."
"Tu penses à moi en train de sucer ces seins pendant que tu les frottes, salope ?"
"Penche-toi un peu pour que je puisse voir ton petit cul serré. Ouais, c'est ça, petite pute.
Je n'ai aucune idée de combien de temps cela a duré, même si je sais que je me suis poussé autant que possible, en essayant de ne pas montrer à Sam à quel point j'étais excité. Seulement quand je n'en pouvais plus, j'ai lentement déplacé une main le long de mon corps et je l'ai glissée sous la mini-jupe noire que je portais, et j'ai commencé à me toucher entre mes jambes.
"Oh, putain ouais," dit Sam. Sa voix était douce, mais son ton sifflait et était assez dur. "Tu te fais tellement chaud, en dansant pour ton petit ami, que tu dois commencer à jouer avec ta chatte ?"
J'ai presque arrêté de faire ce que je faisais et j'ai expliqué l'évidence à Sam, à savoir que j'avais une bite, pas une chatte, mais ensuite ça m'a frappé. J'étais peut-être un garçon, mais alors que Sam était assis là et reluquait ma danse maladroite, frottant le renflement que sa queue faisait dans son pantalon, il a vu une fille, portant des bas et un soutien-gorge, une mini-jupe et de hauts talons, comme ainsi qu'une longue perruque brune et un visage tout maquillé. C'était comme si je jouais un rôle. Et vu la taille de la bosse dans le pantalon de mon nouveau petit-ami, je pensais aussi que je faisais du assez bon travail. J'ai commencé à agir comme je l'avais fait plus tôt dans l'après-midi, avant que Sam ne me surprenne en tenue de fille, alors que je me promenais dans la maison, me comportant comme une fille avec un poignet mou et m'assurant que mes fesses bougeaient et que mes seins étaient poussés. Et quand ça m’a frappé, tout a changé.
Je ne peux pas l’expliquer, mais d’une manière ou d’une autre, à ce moment-là, je ne me sentais plus maladroit ou mal à l’aise. J'ai trouvé mon centre d'équilibre et soudain, les talons aiguilles que je portais semblaient faire partie de mes pieds et je n'avais plus peur de tomber. Et au lieu de saisir ma bite dure, je l'ai poussée contre mon ventre et je l'ai frottée, comme si je me frottais une chatte. J'ai levé mon autre main de ma poitrine remplie de chaussettes jusqu'à ma bouche et j'ai coincé un de mes doigts entre mes lèvres peintes. J'ai pris une profonde inspiration et j'ai essayé de serrer tout mon corps, tout comme le ferait cette bimbo blonde qui chantait pour le président. J'ai battu mes cils masqués vers Sam et j'ai pressé mes genoux l'un contre l'autre.
"Baise-moi!" s'exclama-t-il et avant que je m'en rende compte, mon beau et viril demi-frère était debout et j'étais enveloppé dans ses grands et forts bras.

J'ai combattu mon premier instinct, qui était de m'éloigner de Sam, et à la place, j'ai retiré mes mains de mon entrejambe et de ma bouche, et je me suis serré contre lui, mes bras s'enroulant autour de son dos. Il a commencé à bouger, et pendant quelques secondes j'ai encore perdu l'équilibre, puis j'ai réalisé qu'il y avait un rythme dans les mouvements de Sam, et si je bougeais avec lui...
Nous avons dansé. Lentement, nos corps se sont déplacés ensemble, autour du salon. Les bras de Sam étaient autour de ma taille et de temps en temps, une de ses mains descendait et je la sentais sur mes fesses. Mes bras parcouraient tout son dos, ses épaules et parfois je passais un bras entre nous pour sentir sa poitrine, mon visage y étant également blotti. J'ai même tendu la main et palpé son cul musclé plusieurs fois. Je n’avais jamais vraiment dansé au ralenti auparavant, alors avec mon corps si serré contre celui de Sam, je me suis simplement déplacé avec lui. Je n’ai trébuché que quelques fois, avec ces pointes aux pieds et la moquette épaisse et tout, même si je n’avais aucune crainte de tomber avec les bras de mon petit ami autour de moi.
Au bout d'un moment, un bon moment peut-être, j'ai senti le corps de Sam se tendre contre le mien. Je pensais qu'il était peut-être sur le point de tirer une charge, ce que j'avais réussi à m'empêcher de faire, en gardant à l'esprit la promesse faite par mon petit ami. Si j'étais bon et que je faisais tout ce qu'il disait, il promettait de me laisser descendre. Mais quand j'ai senti son corps se tendre et que j'ai cru qu'il allait gicler, j'ai vraiment dû me battre pour ne pas faire pareil.
Mais bon, il ne venait pas. J'avais mon visage blotti contre sa poitrine, juste là où son bras de peau commençait à s'enrouler autour de moi, et je respirais en quelque sorte l'odeur à partir de là, mon nez presque enfoui dans son creux. Il ne s’était pas douché après ce que nous avions fait plus tôt dans l’après-midi, et étant donné qu’il en était descendu deux fois, eh bien, Sam sentait plutôt mauvais. Et je déteste presque l’admettre, mais j’adorais son odeur. Chaque respiration que je prenais sous son bras rendait mon sang de plus en plus chaud. Et après tout ce temps à danser avec nos corps serrés l'un contre l'autre, Sam était tout ce que je pouvais sentir. Il était tout ce que je pouvais ressentir. Et j'ai failli gicler. Mais Sam a bougé un peu la tête et a fait un tic à son épaule, ce qui a fait bouger ma tête pour que nous soyons face à face, peut-être à quelques centimètres de nous, eh bien...
Je ne pouvais pas dire ce que signifiait son regard. Il avait presque l'air effrayé. Sa voix était à peine un murmure et je pouvais sentir les douces bouffées de ses mots sur mes lèvres. "Je suis tellement content de t'avoir rencontré, Tammy," dit-il et ses bras se resserrèrent un peu autour de moi. "Et je suis content que tu veuilles être ma petite amie."

Je ne pouvais rien dire. Le fait qu’il ait changé mon nom en « Tammy » ne m’a même pas mis en colère. Il a pris une profonde inspiration, puis, comme s'il avait vraiment peur que je le refuse, il a demandé : « Puis-je t'embrasser ? Au lieu de répondre verbalement, j'ai simplement rapproché mon visage, réduisant le pouce entre nous, sentant nos lèvres se toucher. Il m’avait déjà embrassé auparavant, et je ne comprenais pas très bien, mais à un moment donné, ce baiser me paraissait meilleur, parce qu’il me l’avait demandé. Et quand il a commencé à essayer d'enfoncer sa langue dans ma gorge, eh bien, je l'ai ouverte aussi grand que possible pour qu'il puisse l'enfoncer le plus profondément possible.
Il faisait chaud et lourd, et alors que nous dansions et nous embrassions en même temps, j'ai commencé à trébucher de plus en plus fréquemment. Avec le désir qui envahissait mon corps, ma coordination en souffrait et sur ces talons pointus, je ne pouvais tout simplement pas garder mes jambes évanouies sous moi. Puis je l'ai perdu et j'ai cru que j'allais toucher le sol. J'avais une de mes mains sur la poitrine de Sam et l'autre sur son entrejambe, donc je n'avais vraiment rien à saisir. Je tombais, puis je flottais. Soudain, j'étais dans les bras de mon petit ami et il m'a porté à travers la pièce.
Sam m'a déposé au bas des marches et il m'a dit qu'il voulait surveiller mes fesses pendant que je montais les escaliers. Je lui ai fait un bon spectacle, remuant mes hanches autant que possible avec les talons, et j'ai même soulevé ma mini-jupe plusieurs fois, lui donnant une vue complète de mes joues couvertes de culotte. Il était toujours debout en bas des marches lorsque j'arrivai en haut.
"Maintenant, redescendez", dit-il, ce sourire sur le visage. Alors qu'il me regardait, il était sûrement capable de voir jusqu'à la mini-jupe jusqu'à l'endroit où ma bite dure et mes couilles dépassaient à travers la culotte sans entrejambe que je portais. "Putain ouais, tu es une jolie fille", l'entendis-je chanter, alors qu'il frottait le gros renflement de son jean. Et alors que j'atteignais le bas des escaliers, la main de Sam s'est tendue et je l'ai prise. Mon copain m'a aidé à descendre les dernières marches.
Il m'a donné un tendre baiser sur les lèvres, puis il a reculé en me regardant de haut en bas, puis il a dit : "Je reviens tout de suite, ne bouge pas." Et sur ce, il était parti. J'ai regardé Sam monter les escaliers en courant, je l'ai entendu courir dans le couloir, et quelques secondes plus tard, il était de retour, redescendant en courant, franchissant les marches deux à la fois. Il portait quelque chose dans ses bras, dont j'ai réalisé qu'il s'agissait de sa veste d'écolier. Il l'a mis sur mes épaules et a commencé à me ramener vers la cuisine.
Mais quand nous sommes arrivés à la porte du garage et que Sam a attrapé la poignée, je me suis reculé un peu et j'ai dit : « Non, s'il vous plaît.
La poigne du garçon plus âgé se resserra autour de mes épaules alors qu'il ouvrait la porte. "Je veux sortir et fumer une cigarette, je ne peux pas le faire ici, sinon mon père va la sentir et me botter le cul." Je n’ai toujours pas bougé. « Ne t'inquiète pas, Tammy, personne ne nous verra. Il fait sombre dehors. Et si quelqu’un te voit, eh bien, tu ressembles vraiment à une fille, et je doute fortement que quiconque puisse un jour reconnaître qui tu es vraiment.

J'étais un peu réticent, mais sachant que c'était ce que Sam voulait, j'ai suivi. Et je n’aimais vraiment pas ce truc de « Tammy », mais j’avais assez de bon sens pour ne rien dire à ce sujet. Rappelez-vous qu'il n'y avait qu'une demi-douzaine de maisons dans le quartier à cette époque, donc je savais qu'il y avait de fortes chances que personne ne me voie. Et je savais aussi que deux des six maisons avaient une vue sur notre cour arrière. Même si à cette époque de l'année il était déjà huit heures, mais avec ce que je portais...
Seul Sam ne m'a pas conduit dans la cour arrière. Au lieu de cela, il m'a fait traverser le garage jusqu'à l'avant de la maison. "Allons nous promener." Ce n’était pas une question.
"Non, Sam, s'il te plaît," suppliai-je quand même. Mais avec ses bras autour de moi et portant les talons que je portais, je n'avais pas d'autre choix que de l'accompagner.
"S'il te plaît," dis-je doucement, mais pour qu'il puisse entendre alors que nous commencions à marcher dans l'allée, bras dessus bras dessous, et que je pouvais entendre chaque clic de mes talons sur le trottoir. « Si nous retournons à l’intérieur, je ferai ce que tu veux de moi. Je vais encore te sucer la bite," je m'arrêtai un instant, essayant de penser à ce que je pourrais offrir d'autre. "Je vais te lécher les couilles et te branler. Tout ce que vous voulez. S'il te plaît, Sam, retournons à l'intérieur.
"Tu vas faire tout ça de toute façon," siffla-t-il. "Mais il y a quelque chose que nous allons faire en premier." Nous avons quitté l'allée et heureusement, j'ai senti au début que Sam me guidait vers la gauche, loin de la plupart des autres maisons. Puis j’ai réalisé que nous nous dirigions vers la partie sous-développée du quartier. Là où la route se terminait et tout ce qu'il y avait était un grand champ entouré de bois. Mais nous ne sommes pas allés aussi loin. Riley arriva dans l'allée en terre battue d'une des maisons encore en construction. Il y avait quatre murs extérieurs et un toit, mais il y avait quelques gros trous dans les sols et, même si la plupart des colombages étaient terminés, il n'y avait aucun mur à l'intérieur. Cela avait été compliqué de gravir l'allée en terre battue, puis de gravir les marches de fortune menant à la porte d'entrée (qui n'avait même pas encore de bouton).
"Tu vois," dit-il en me donnant un doux et rapide bisou sur les lèvres, "personne ne nous verra ici." Il a atteint ma poitrine et a commencé à me toucher, mais cela ne me semblait pas bien. Puis j'ai réalisé qu'il fouillait dans la poche poitrine de sa veste, que je portais par-dessus ma tenue girly.
Sam sortit un paquet de cigarettes de sa poche, puis il s'éloigna de moi, rompant tout contact entre nous. Je me suis soudain senti horriblement étrange. J'étais là, essayant de ne pas tomber de la paire de talons hauts de plusieurs centimètres sur mes pieds endoloris, je portais des bas résille et une culotte avec un gros trou, une mini-jupe et un haut tube, avec la veste de Sam par-dessus. moi. C'était une nuit d'automne fraîche et j'avais une grande partie de la peau exposée à l'air. J'ai courbé mes épaules et j'ai serré sa veste autour de moi. Et j'ai regardé Sam sortir un paquet d'allumettes entre le paquet et l'emballage de cellophane, puis il en sortit une cigarette et la mit entre ses lèvres.

L'odeur âcre de l'allumette allumée me frappa le nez, remplaçant l'odeur réconfortante de Sam et l'odeur du bois fraîchement coupé. Puis, alors qu’il portait l’allumette à la cigarette entre ses lèvres, j’ai remarqué que ce n’était pas une cigarette normale. Elle était pointue aux extrémités et ridée, pas lisse comme une cigarette moyenne. Et quand il l’a allumé et qu’une odeur différente m’a frappé le nez, ça a cliqué. Mon demi-frère a pris quelques bouffées du joint, puis, apparemment nonchalamment, il m'a tendu le tube froissé et fumant. Je suis resté là, frissonnant et je l'ai regardé. Je n’avais jamais fumé de pot auparavant. J’avais déjà tiré des bouffées de cigarettes ordinaires et je n’aimais pas beaucoup ça.
Puis nos regards se sont croisés et j'ai vu l'expression changer sur le visage de Sam. Il s'est déplacé contre moi et a passé un bras autour de ma taille. Il m'a donné un baiser, qui avait un goût étrange, puis il s'est retiré et a levé son autre main vers mon visage. L’articulation était entre ses longs doigts maigres.
"Je vais le tenir", dit-il doucement, en me serrant légèrement là où son autre main était venue reposer juste en dessous de ma hanche. « Inspirez simplement lentement. »
Sam a porté le joint à mes lèvres et j'ai fait ce qu'il a dit. Au début, ce n'était pas si mal. J'ai senti la fumée dans ma bouche, et elle avait un goût très bizarre, mais quand la fumée a touché le fond de ma gorge et qu'elle était sur le point d'atteindre mes poumons, je l'ai perdue. Comme toujours lorsque j'essayais de tirer une bouffée de cigarette. Sam retira rapidement sa main de mon visage et avant que je puisse réellement tousser, sa bouche recouvrait la mienne. Tandis que j'expirais violemment, il inspira mon souffle. Puis je le vis expirer un peu de fumée.
«Essayons de cette façon», dit-il lorsque j'ai repris mon souffle. Je l'ai regardé prendre un profond coup sur le joint, puis lorsqu'il l'a retiré, ses lèvres ont trouvé les miennes et les ont ouvertes. Il a expiré, alors j’ai inspiré. J’avais envie de tousser, mais ce n’était pas si grave que je ne pouvais pas contrôler mon réflexe. Il m'a dit de retenir le plus longtemps possible. J'ai toussé juste un peu, quand j'ai finalement expiré. Mais dans l’ensemble, ce n’était pas si mal.
"Je préfère ça comme ça," dis-je doucement en regardant Sam dans les yeux.
"Ouais, je pensais que tu le ferais," sa voix était accusatrice et ses yeux changèrent, mais seulement pour un éclair, puis il prit un autre gros poumon plein de fumée de pot, puis déposa un autre gros baiser bouche ouverte sur moi. J'ai inhalé profondément, prenant autant de fumée qu'il me le proposait. Et quand il a arrêté d'expirer, j'ai senti sa main sur mon ventre nu, se déplaçant lentement vers le haut, et il a commencé à lécher l'intérieur de ma bouche avec sa langue. Quand je ne pouvais plus retenir mon souffle, j'ai commencé à expirer et, à ma grande surprise, Sam a aspiré mon souffle dans ses poumons, là où il avait commencé en premier lieu. Au même moment, sa main arriva enfin sur ma poitrine et, fouillant sous le haut du tube et le soutien-gorge, il commença à jouer avec mon téton.

Nous avons partagé quelques bouffées supplémentaires de pot, et beaucoup plus de baisers et de tâtonnements. Il n'y avait aucun moyen d'empêcher ma bite de devenir dure, car pendant un bon bout de temps, nous étions dans la maison à moitié construite, en train de nous défoncer et de nous embrasser, Sam avait ses mains entre mes jambes, me chuchotant à l'oreille quelle chatte chaude J'avais. Je n'ai pas pu résister à l'envie de tripoter sa bosse dure à plusieurs reprises et j'ai adoré ce que je ressentais lorsqu'il la poussait contre ma propre bite ou contre mon ventre. En fait, j'ai adoré presque chaque contact que Sam m'a donné. Je n'aurais jamais imaginé que mon demi-frère sombre et maussade pourrait me faire me sentir aussi incroyable que lui. C’était comme si tout semblait incroyablement incroyable pour une raison quelconque.
Quand nous avons finalement pris l'air et que Sam a regardé sa montre, il a commencé à rire. « Il n’est que huit heures quarante-cinq. Merde, je pensais qu'il était au moins neuf heures trente. Cela signifiait que cela ne faisait qu’environ quinze minutes que nous avions quitté la maison. J’aurais aussi pensé qu’au moins trois quarts d’heure s’étaient écoulés.
Sam m'a donné un rapide baiser puis a dit : « Rentrons à la maison, Tammy. Je veux te baiser. Mon esprit était ailleurs. Rien ne m'a mis en phase. Je suis sorti de la maison inachevée et j'ai emprunté l'allée de terre et de pierre en étant principalement soutenu par Sam. Et même lorsque nous arrivâmes sur la route assez lisse, je m'appuyai sur lui. Je me sentais en quelque sorte bancal, comme si ma coordination était un peu mauvaise. Mais pour une raison quelconque, je m’en foutais et je gardais une emprise étroite sur mon petit-ami.
"Pas si facile de marcher avec ça quand on est défoncé, n'est-ce pas ?" » dit-il doucement et il rit un peu. « Quand nous rentrerons à la maison, je les enlèverai pour toi. Vos pieds doivent vous tuer.
Ils l’ont fait, et pas seulement mes pieds, mais mes chevilles avaient l’impression qu’elles étaient sur le point de céder. Mais je m’en fichais vraiment. Et quand Sam m'a rappelé que j'étais défoncé, eh bien, tout avait du sens. Et pour être tout à fait honnête, j’ai adoré. J'étais une jeune fille sexy avec mon petit ami du lycée, et nous étions sur le point d'entrer et...
Qu'avait dit Sam ? Il voulait me faire quoi ? J’ai dit quelque chose, parce que je ne comprenais pas très bien ce qu’il voulait dire. J'étais peut-être habillé comme une fille, mais j'étais un garçon. Et un garçon ne pourrait pas en baiser un autre, n'est-ce pas ?
Mais alors que je préparais ma question dans mon esprit, j'ai senti l'emprise de Sam sur moi se resserrer. J'ai regardé autour de moi et j'ai perçu du mouvement. Quelqu'un était là. C'était l'un des voisins qui apportait ses déchets au bord du trottoir.
"Salut, Sam," dit l'homme avec sympathie, "Comment vont ton père et ta belle-mère?"
"Ils sont géniaux, M. McAllister," répondit Sam, tout aussi gentiment. Nous pouvions tous les deux voir l'homme me regarder. "Au fait, c'est ma petite amie, Tammy."

Tout a frappé. Je connaissais cet homme. Il me connaissait. Et j'étais là, habillé comme une pute de deux ans, à moins de dix pieds entre nous alors qu'il me saluait. J'ai levé la tête seulement autant que nécessaire, pour ne pas être impoli, et j'ai fait un petit signe de la main à l'homme. Sam m'a pincé rapidement et durement les fesses et ma bouche s'est ouverte pour dire : « Aïe ! mais au lieu de cela, je m'entendis dire, sur un ton faussement aigu : « C'est un plaisir de vous rencontrer aussi, M. McAllister. Je priais pour que l'homme ne remarque pas le renflement sur le devant de ma jupe, même s'il disparaissait lentement à cause de ma peur.
"Tammy et sa cousine sont venues me voir et, eh bien, sa cousine a en quelque sorte le béguin pour Tom, alors nous avons décidé de faire une promenade pour qu'ils puissent passer un peu de temps seuls." Pendant tout le temps qu'il parlait, nous avons continué à marcher. Je pouvais sentir les yeux de l'homme bouger de haut en bas sur mon corps vêtu de manière inappropriée (sinon simplement inappropriée, du moins pas à cause de la météo) tout le temps que nous marchions devant sa maison. Et j'ai même cru sentir ses yeux sur mes fesses alors que nous nous éloignions de lui, puis j'ai réalisé que c'était la main de Sam sur mes fesses.
À la seconde où nous étions de retour dans le garage et la porte fermée, Sam m'a pris dans ses bras et m'a déposé un gros baiser humide. "Il te voulait", dit-il lorsque le baiser fut finalement rompu. "M. McAllister, je veux dire. Je pouvais le dire à la façon dont il te regardait. Je parie qu’il va entrer et baiser sa grosse femme en pensant à toi. Puis il m'a encore embrassé. Juste là, dans le garage. Et au bout d’un moment, nous sommes rentrés dans la maison.

Articles similaires

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

426 Des vues

Likes 0

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

854 Des vues

Likes 0

Première fois que je partage ma femme

Eh bien, je ne sais vraiment pas comment commencer cette histoire, alors sautons directement dedans. C'est une vraie histoire vraie qui s'est produite et maintenant je la partage avec vous tous. Une fois que vous avez fini de lire cette histoire et que vous êtes intéressé par des photos ou des vidéos, veuillez m'envoyer un e-mail à [email protected]. Ainsi, mon histoire a commencé environ 2 ans après mon mariage. Mais avant d'entrer dans les gros détails, laissez-moi vous parler de nous. Je m'appelle Ethan et je suis un homme hispanique de 25 ans et ma femme Angelina est une femme hispanique...

796 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

450 Des vues

Likes 0

Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente. Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012. Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition. LA LITERIE DE LA BABYSITTER Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans. Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des...

1.2K Des vues

Likes 0

Secrets à huis clos

J'ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés. J'ai toujours aimé l'idée d'en avoir un pour moi, mais je n'ai jamais pu trouver quelqu'un qui sortirait avec une femme plus jeune. C'était jusqu'à ce que je rencontre Jonathon. Jon a travaillé dans un magasin de violons, fabriquant et vendant son travail. Il n'était ni grand, ni petit. Il avait une belle carrure et un beau visage. Jon travaillait le jour où je suis venu dans son magasin. Je lui ai demandé de me faire visiter les lieux. Il a arrêté son travail et m'a fait faire le tour du...

854 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1.1K Des vues

Likes 0

Nos vacances libératrices - partie 1

Alice et moi étions en vacances ensemble depuis plusieurs années. Deux fois par an, nous allions en Europe pendant une semaine pour profiter du soleil, car aucun de nos partenaires n'appréciait la chaleur. Nous avions tous les deux un travail trépidant et appréciions la détente que pouvaient offrir des vacances entre filles. J'étais une grande brune, avec de bons os, une grosse poitrine, je suppose qu'on m'appellerait amazonienne en termes de structure corporelle. Alice était petite, très blonde, avec une jolie paire de seins mais très fine et délicate. Nous avons toujours ri ensemble, détendus dans notre peau et à l'aise...

430 Des vues

Likes 0

...

318 Des vues

Likes 0

Adorateur de bite - Partie 8

Adorateur de coq - Partie 8 Ainsi, à l'été 1994, j'ai décidé de déménager dans une petite ville appelée Alcolu, en Caroline du Sud, où vivait un homme qui avait une quarantaine d'années et il semblait être tout ce que je pouvais désirer. Il m'a dit qu'il avait du travail pour moi, ce qui était super. Il était très romantique dans ses lettres et ses conversations téléphoniques et mon cœur palpitait. Mes parents se demandaient si c'était la bonne décision, mais malgré cela, ils m'ont organisé une fête de départ avec toute ma famille et mes amis là-bas pour célébrer ma...

2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.