Histoire parallèle du pacte du diable : Mark retourne à l'école

508Report
Histoire parallèle du pacte du diable : Mark retourne à l'école

Le pacte du diable
par mypenname3000
Droits d'auteur 2013

The Devil's Pact Side Story : Mark visite le lycée.

Remarque : cela se passe pendant le chapitre 18 pendant que Mark recherche les vierges à l'école secondaire Rogers. Melody du chapitre 4 et les Cunningham Twins du chapitre 6 font leur apparition.

J'ai garé ma voiture dans le stationnement bondé de l'école secondaire Rogers. C'était une collection décousue de bâtiments en briques rouges et de portables gris. La classe avait déjà commencé et l'extérieur de l'école était désert. Je me suis dirigé vers le bureau de l'école, le panneau devant indiquait que les visiteurs devaient s'enregistrer. Le bureau était au premier étage du bâtiment principal, un immeuble de deux étages dont les couloirs étaient bordés de casiers peints d'un vilain vert-gris.

Le bureau était petit, un bureau de réceptionniste encombré, un petit couloir qui menait aux bureaux des principaux et des vice-principaux, quelques chaises sur lesquelles les gens pouvaient s'asseoir. La réceptionniste était une petite Indienne robuste nommée, selon une plaque en laiton, Archana Korrapti. Ses cheveux noirs grisonnaient et coupaient court à sa maman footballeuse.

« Bonjour », la salua-t-elle agréablement. « Comment puis-je vous aider, monsieur ».

J'ai souri. "Je suis ici à la recherche d'une chatte."

Elle cligna des yeux. « Je suis désolée, qu'avez-vous dit, monsieur », a-t-elle demandé avec un peu de chaleur.

« Détendez-vous, ça va. Je suis Mark, et c'est parfaitement normal que je baise n'importe laquelle des filles ici.

— Oh, oui, bien sûr, dit-elle en rougissant. « Tu vas être... avec nos filles. Oui, tout va bien. Elle a renversé son pot à stylos. « Oh, ma chérie. Oui, je suis désolé, je suis un peu énervé.

Je lui souris, rassurant. "Bien sûr bien sûr." Qui ne serait pas énervé quand un homme entre en voulant baiser vos étudiants.

Elle a sorti un classeur étiqueté « Insignes de visiteur » d'un tiroir. Elle a fouillé autour des stylos renversés et a trouvé un sharpie permanent et a écrit "Mark, Pussy Scout" sur le badge et l'a décollé de la page. « Cela doit être porté en tout temps, Mark. »

— Merci, dis-je en collant le badge devant.

La porte menant au bureau s'ouvrit et un mignon petit garçon de seize ans avec un visage en forme de cœur encadré de boucles noires. Elle avait de petites lèvres rouges boudeuses et des yeux marron qui pétillaient d'énergie. Sa peau avait un joli teint olive. Un t-shirt blanc moulant avec un arc-en-ciel sur ses seins, mettait en valeur sa belle paire de seins. Une jupe courte en jean sur des leggings blancs s'accrochait à son cul guilleret.

— N'es-tu pas jolie, ai-je grogné en me penchant au-dessus d'elle. Elle recula en se cognant contre la porte. Il a basculé vers l'intérieur de sorte qu'elle était coincée entre moi et la porte.

"Mme. Korrapti », a déclaré la fille.

"Oh, ça va, Jerri," dit la réceptionniste. « Mark est à la recherche de chatte. »

« Et n'êtes-vous pas une jolie chatte ? » Je caressai son visage tremblant. « Es-tu vierge, Jerri ?

— Non, marmonna-t-elle en détournant le regard de moi. Eh bien, je ne pensais pas trouver ma vierge sur la première fille.

"Eh bien, laisse tomber tes leggings et ta culotte," lui dis-je, ma bite dure dans mon pantalon suppliant pour un peu de soulagement.

Jerri a enlevé ses chaussures et a passé la main sous sa jupe et a baissé ses leggings blancs et sa culotte bleue en un seul mouvement, exposant ses cuisses crémeuses et olive. Elle a utilisé son exploit pour retirer les leggings, son pied gauche poussant les leggins vers le bas de sa jambe droite, épinglant le tissu au sol pour qu'elle puisse sortir, puis a répété avec son autre jambe.

J'ai tendu la main et caressé sa cuisse, sentant sa jambe lisse. "Dézippe mon pantalon et sors ma bite."

Sa main, tremblante, s'est étendue et a tâtonné avec le bouton de mon pantalon. Finalement, elle m'a détaché et a ensuite tiré la fermeture éclair vers le bas. Mon jean tomba autour de mes genoux alors qu'elle touchait mon boxer, sa main froide sur ma bite. Elle m'a sorti, ma bite bite dure.

« Détendez-vous », lui ai-je dit, « Je ne vais pas vous faire de mal, juste baiser votre petite chatte serrée. Tu es mouillé pour ma bite, c'est ça. Elle déglutit puis hocha la tête.

Ses jambes se sont séparées pour moi alors que je la soulevais, ses bras enroulés autour de mon cou. J'ai agrippé ses fesses, guidant son corps pour que ma bite puisse trouver sa chatte. Il m'a fallu quelques essais pour faire entrer ma bite dans son ouverture. Ma bite a glissé autour des lèvres de sa chatte et a cogné son clitoris. Et puis je l'ai fondée, ses lèvres soyeuses s'écartant pour ma bite, alors que je me glissais dans son ouverture chaude et serrée. Jerri gémit alors que je plongeais dans son ouverture étroite. Sa chatte douce et humide cède alors que je me glisse complètement dans sa chatte.

« Oh, wow, ne voudriez-vous pas un peu d'intimité ? » demanda la réceptionniste énervée.

"Naw, comme un public", répondis-je, baisant Jerri avec des baises lentes et courtes alors que ses jambes s'enroulaient autour de mes hanches. Elle était légère, peut-être cent livres, et je la tenais facilement, saisissant ses fesses et pétrissant ses joues gaies à travers ses jupes en jean. « Est-ce que quelqu'un t'a déjà regardé faire l'amour, Jerri ? »

« Non », a-t-elle haleté, puis a bégayé, « Umm, votre... hum... bite, ça... ça fait du bien en moi. "

« C'est excitant d'être observé, n'est-ce pas ? » Le souffle de Jerri était brûlant à mon oreille lorsqu'elle a répondu : « Oui. »

Je l'ai baisée un peu plus vite, un peu plus fort, sa chatte était si bien sur ma bite, humide, serrée et chaude. Ses jambes étaient des étaux autour de ma taille et elle remuait ses hanches, se redressant pour répondre à ma poussée, écrasant son clitoris contre mon os pubien. Derrière elle, la porte du bureau cognait contre ses gonds à chaque fois que je poussais en elle, faisant un bruit sourd dans le bureau.

« Qu'est-ce qui se passe ! » une voix masculine rugit derrière moi. J'ai jeté un coup d'œil en arrière pour voir un homme grand et en forme dans la cinquantaine. Ses cheveux blonds étaient coupés court et blanchissaient avec l'âge. Des yeux bleus féroces me fixaient.

"C'est bon," dis-je. « Je suis Mark et je peux baiser vos élèves. »

La colère disparut de l'homme, se dégonflant hors de lui. « Je... ouais, bien sûr, Mark. »

J'ai continué à baiser la salope adolescente et j'ai demandé à l'homme : « Vous êtes le principal ? » Il hocha la tête, "ouais."

"Je parie que tu as toujours voulu baiser un étudiant," ai-je demandé. La chatte de Jerri me rapprochait de plus en plus de mon orgasme.

« Je l'ai toujours fait », a-t-il répondu, mais il a ensuite rapidement ajouté : « Mais je n'en toucherais jamais ! »

« Aujourd'hui est votre jour de chance, Jerri va aller dans votre bureau, se pencher sur votre bureau et vous laisser quelques secondes bâclées. Je veux que tu t'amuses.

"Merde!" il maudit. "Je... putain." Il déglutit. "Ouais ok." Puis il sourit, une sorte de sourire affamé.

Cela n'allait pas être très long, la chatte de Jerri était incroyable sur ma bite. Je l'ai pilonnée plus fort. La porte claqua bruyamment derrière nous. Elle haletait dans mon oreille alors que le plaisir se précipitait dans son corps. J'ai serré ses fesses et j'ai gémi à travers mes dents serrées alors que j'inondais sa chatte adolescente de sperme. Haletant, je me suis retiré d'elle et elle a glissé sur le sol.

« Les directeurs attendent », lui ai-je dit et elle se leva.

Avec un sourire excité et un entrejambe bombé, le directeur la prit par la main et la conduisit dans son bureau. Je les ai regardés disparaître et j'ai vu mon sperme couler le long de ses cuisses. Quelques instants plus tard, un gémissement sourd et rauque et la gifle de chair sont venus du bureau du directeur.

« Oh mon Dieu », gémit le directeur. « La chatte d'adolescent est aussi serrée que je le pensais ! Oh, tu es une sale salope, Jerri ! »

J'ai laissé la réceptionniste se masturber au son du directeur clouant le petit Jerri, et j'ai commencé à marcher dans les couloirs jusqu'à ce que j'arrive dans la première salle de classe et que j'entrai directement. "Désolé de vous interrompre."

« Qui êtes-vous ? » a demandé le professeur en se levant de son bureau. « Je suis en plein cours ! »

« Mark Glassner, Pussy Scout », me suis-je présenté. "Je cherche de belles chattes vierges." L'enseignant a craché d'indignation et je me suis contenté de lui parler : « Enseignants et élèves, restez assis tranquillement jusqu'à ce que je vous dise le contraire ou jusqu'à ce que je pars », ai-je ordonné. Le professeur se rassit, clignant des yeux de surprise. "Alors, levez-vous si vous êtes vierge."

Cinq garçons et sept filles se sont levés. Je ne voulais pas que les garçons se lèvent, alors j'y ai pensé. J'étais vierge jusqu'au lycée et ce n'était pas juste que toutes ces filles ne se plaignent pas de moi. Peut-être que je pourrais aider un gars timide ou impopulaire. Il y avait plein de chattes dans le lycée.

« Hein, les filles, combien d'entre vous ont encore leur hymen alors ? » ai-je demandé, voulant mettre les choses importantes de côté.

« J'ai utilisé une brosse à cheveux », a rougi un rouquin tandis qu'une fille noire a murmuré : « Gymnastique ». Une brune et une latina ont toutes les deux perdu leur équitation. Les trois autres se contentèrent de rougir, n'admettant pas comment ils avaient fait éclater leurs cerises.

« Eh bien, quelle fille ici est la plus salope ? » J'ai demandé. La plupart de la classe a pointé du doigt une fille légèrement potelée dans le dos avec un visage mignon, nommée Addison. "Eh bien, salope, penche-toi sur le bureau et laisse ces gars se casser la première noix."

"Bien sûr", a répondu joyeusement Addison, et j'ai cligné des yeux. La fille semblait excitée et a baissé sa culotte et a relevé sa jupe exposant un cul agréablement dodu et une chatte rasée dégoulinant de fluides.

Le premier adolescent vierge, nerveusement, s'est approché de la fille, tirant sa bite durcie. « Je... euh... » balbutia-t-il.

"Ohh, glissez-le simplement dans ma chatte", gémit Addison, remuant ses hanches. "Tu peux le faire. Je ne mordrai pas ! Elle gloussa et le mec frotta sa bite sur sa chatte et trouva son trou. « Hum, c'est une belle bite ! » Addison gémit en se glissant à l'intérieur.

Ensuite, le jeune a juste commencé à pomper contre elle, se délectant de sa première sensation de la chatte chaude d'une femme. Les quatre autres vierges regardaient, excitées de pouvoir enfin baiser la chatte d'une fille, et jalouses de leur camarade de classe qui les a devancés.

Addison gémit sans raison. « Ohh, une si belle bite ! J'aime une bite dans ma chatte coquine! Euh, plus fort, plus fort, étalon ! »

Ses gémissements me suivirent dans le couloir. C'étaient des garçons chanceux, Addison était définitivement une salope. Dans le couloir, j'ai vu une fille asiatique disparaître dans la salle de bain. Hier soir, j'avais promis à mes amis de leur procurer leurs propres esclaves et Tom était le dernier que j'avais besoin d'avoir. Tom m'a demandé de lui trouver un petit adolescent asiatique avec un buisson poilu pour esclave sexuelle. Cette fille était petite et asiatique. Heureusement, elle avait un buisson velu.

J'ai suivi la fille dans les toilettes et elle a sursauté de surprise quand elle m'a vu, s'exclamant dans une langue asiatique. Elle était petite, ses seins petits, à peine bosselés sous son chemisier violet, ses cheveux bleu-noir longs et raides. Sa peau était pâle comme n'importe quel Caucasien, mais avec une teinte légèrement olive et crémeuse qui la transformait en une créature exotique.

"Es-tu vierge?" Je lui ai demandé.

« Hai », a-t-elle répondu en hochant la tête.

« Avez-vous votre hymen, alors ? » Elle fronça les sourcils. « Ta cerise ? Votre tête de jeune fille ? »

"Désolé, je ne comprends pas", a-t-elle dit avec un accent mélodique épais.

"D'où viens-tu?" demandai-je, curieux.

« Shishibone, Japon », a-t-elle répondu. « Je suis étudiant en échange.

"Se déshabiller."

L'air abattu, elle a tiré son chemisier violet sur sa tête, exposant un soutien-gorge blanc uni. Elle se pencha, dénoua ses chaussures et les retira, suivies de ses chaussettes. Puis son jean bleu s'est détaché. Elle était mince, avec des hanches de garçon et un cul plat. Elle a rougi quand j'ai vu sa culotte, regardant toujours le sol. Elle tendit la main derrière elle, tâtonnant sur le fermoir de son soutien-gorge, et ses seins se révélèrent alors qu'elle enlevait son soutien-gorge de son épaule. Ses seins étaient de petites bouffées de chair, avec des mamelons noirs et durs. Enfin, elle a enlevé sa culotte, exposant une forêt noire de poils pubiens, si épais que je ne pouvais même pas voir sa chatte.

"Eh bien, tu es ce que Tom voulait," murmurai-je pour moi-même, et tendis la main vers sa chatte. Elle a reculé et j'ai crié : « Ne résiste pas ! » Elle s'est arrêtée et j'ai glissé ma main dans ses poils pubiens doux et soyeux et j'ai trouvé la fente étroite de sa chatte. J'ai glissé mon doigt à l'intérieur, m'enfonçant dans ma première articulation, puis ma deuxième articulation, puis j'étais tout au fond d'elle, ne sentant aucune résistance. Je soupirai, eh bien elle avait déjà crevé son hymen.

"Quel est ton nom?"

"Hikaru," murmura-t-elle alors que je commençais à la doigter. Mon pouce a trouvé son clitoris dur, le frottant en cercles lents. Sa chatte a commencé à s'humidifier et sa respiration s'est accélérée.

"Hikaru, tu vas être l'esclave sexuelle de Tom," lui ai-je dit. « À la sortie de l'école, vous attendrez à l'extérieur à la zone de débarquement qu'il vienne vous chercher. Il conduit une camionnette Toyota rouge. Vous ferez tout ce qu'il voudra. Vous l'aimez et serez à lui aussi longtemps qu'il vous voudra. Comprenez vous?"

Elle hocha la tête, la tête inclinée avec soumission. "Oui. Je serai un bon esclave pour Tom.

« Penchez-vous sur le comptoir », ai-je ordonné. "Je vais te casser pour Tom."

Hikaru se pencha sur le comptoir. De dos, elle ressemblait presque à une enfant jusqu'à ce que vous voyiez cette forêt noire et touffue entre ses jambes. J'ai sorti ma bite et mon téléphone et j'ai appelé Tom. Lorsque le téléphone a commencé à sonner, j'ai glissé ma bite dans sa chatte humide. Elle se tendit alors que ma bite commençait à pousser en elle et son visage se tordit dans un mélange de douleur et de plaisir.

"Hé," gronda une voix endormie dans le téléphone.

J'ai commencé à la baiser avec des poussées lentes et elle a soupiré doucement. "J'ai trouvé ton esclave."

"Vraiment," dit Tom, excité.

« Ouais, c'est une mignonne petite étudiante japonaise en échange », lui ai-je dit. "Belle, chatte serrée."

"Tu l'as baisée ?"

"Je la baise maintenant," lui dis-je. «Elle me regarde par-dessus son épaule et elle a un beau sourire sur son visage. Je t'enverrai une photo.

« Merci », a répondu Tom, la voix épaisse d'excitation

J'ai raccroché et pris une photo de Hikaru, son visage de poupée encadré par ses cheveux bleu-noir et l'ai envoyée à Tom. J'ai glissé mon téléphone dans ma poche et j'ai attrapé ses hanches et j'ai commencé à baiser fort Hikaru. Elle soupira juste en se mordant la lèvre. Elle était étrangement calme et j'aimais que mes femmes fassent du bruit quand je les baise. Je pourrais lui ordonner de gémir, mais je préférerais qu'elle le fasse toute seule. Alors, j'ai glissé une main sur son côté, atteignant son aine et j'ai commencé à pincer son clitoris avec mes doigts. Sa chatte s'est resserrée pendant que je caressais son clitoris.

Sa respiration s'accéléra alors que je jouais avec son clitoris. Un gémissement sourd et rauque s'échappa de ses lèvres, puis sa digue se brisa et elle haleta : « Oh, ton outil m'excite ! En remuant mon chaudron ! Elle gémit d'une voix rauque. "Remuer moi! Remuer moi! Mon chaudron est en train de déborder ! Sa chatte se contracta sur ma bite alors qu'elle jouissait. « Oui, je bouillonne ! Iku ! Iku !"

Les portes de la salle de bain s'ouvrirent. "Oh mon dieu, M. Beck est un vrai connard", se plaignit une adolescente noire en entrant.

"D'accord, la remise des diplômes est dimanche, pourquoi est-ce qu'il... Putain !" son amie haleta en me voyant labourer Hikaru par derrière.

L'adolescente noire était une belle fille avec un nez mignon. Sa peau était de couleur chocolat, ses cheveux noirs étaient tressés en rangées sur son cuir chevelu se terminant par des tresses perlées à la base de son cou qui cliquaient lorsque sa tête bougeait. Elle portait un jean bleu moulant et une chemise de concert Lady Gaga noire. Son amie avait la peau claire, un visage rond, des yeux noisette et de longs cheveux bruns. Elle portait une jupe noire rayée de rouge et un haut licou rouge.

« Ne pars pas, » ordonnai-je rapidement, « et ne crie pas. Tout va bien. J'ai le droit de baiser des adolescentes. Je suis une Pussy Scout, ici pour vérifier le talent de toutes les salopes !

"Oh," la fille noire déglutit, ses yeux s'écarquillant alors qu'elle buvait à la vue d'un homme adulte en train de baiser un petit adolescent asiatique.

« L'une de vous deux, les filles vierges ? » J'ai demandé. La chatte d'Hikaru était plus serrée alors qu'elle baissait les yeux avec honte sur les gens qui la regardaient baiser, ne gémissant plus de plaisir. Elle cessa de gémir quand les filles entrèrent, se mordant la lèvre et détournant les yeux de honte.

"Non", a admis la fille noire tandis que son amie blanche hochait la tête.

« Avez-vous votre hymen ? »

— Non, murmura-t-elle, mortifiée. Son amie noire a ri : "Elle a fait éclater sa cerise avec une carotte." La fille rougit encore plus.

« Je parie que vous les filles devez pisser ? » demandai-je en souriant à la pensée que je venais d'avoir. Les deux filles hochèrent la tête. « Bien, fille noire, laisse tomber ton pantalon et ta culotte et fille blanche, descends et laisse ton ami faire pipi dans ta bouche. »

"Mince!" s'exclama la fille noire. "Tu es un méchant cracker." Elle déboutonnait son pantalon et le fit glisser le long de ses jambes chocolat, suivi de son string rouge, exposant un buisson noir et poilu. Son amie s'est agenouillée et a placé ses lèvres sur la chatte de l'adolescente noire. « Putain, tu vas me laisser faire pipi dans ta bouche, Petrina ?

— Ouais, marmonna Petrina, incrédule.

"Petrina, tu devrais être heureuse, tu deviendras une jolie petite salope pipi", lui ai-je dit. "Rien ne vous rend plus heureux que de boire le pipi de quelqu'un."

"Oh, Fernie, laisse-moi te faire pipi", supplia Petrina, mes ordres transformant ses pensées. Fernie haussa les épaules et de l'urine jaune éclaboussa la bouche de Petrina. Petrina a scellé ses lèvres sur la chatte de son amie, avalant aussi vite qu'elle le pouvait.

"Merde, c'est tellement méchant", ronronna Fernie. "Bon Dieu, ma chatte est en train de se mouiller."

— Je suppose que tu devras manger sa chatte, Petrina, ordonnai-je.

Petrina a commencé à lécher la chatte noire de Fernie, un aperçu de la chatte rose au milieu de la forêt de cheveux noirs pouvait être vu pendant que Petrina mangeait son amie. J'ai pilonné Hikaru durement et j'ai senti ce moment de libération jouir alors que je regardais la salope pipi lécher la chatte de ses amis pour la nettoyer. J'ai gémi et enfoncé ma bite profondément dans la chatte serrée d'Hikaru et j'ai tiré ma charge durement dans sa chatte. Je me suis retiré de sa chatte serrée et ses lèvres étaient si serrées que mon sperme n'a pas coulé. Hikaru haletait, l'air abattu.

J'ai regardé Fernie se tordre sur les lèvres de Petrina, haletant bruyamment. J'ai senti une pression dans ma vessie et j'étais sur le point de me diriger vers une stalle, quand je me suis arrêté. Il y avait une jolie petite salope pipi ici. Pourquoi gaspiller ma pisse dans les toilettes alors que Petrina adorerait faire pipi. Et puis une pensée encore plus méchante est entrée dans mon esprit.

"Hikaru, prends la place de Petrina en léchant Fernie," ordonnai-je. "Petrina, enlève ta culotte et viens me sucer la bite."

Petrina se leva, passant la main sous sa jupe pour retirer un string bleu, son visage était en désordre avec de la pisse et du jus de chatte. Hikaru s'agenouilla gracieusement sous Fernie et commença à lécher doucement la chatte de Fernie. La fille noire grogna, attrapa la tête d'Hikaru et lui fourra la tête dans la chatte.

« Mange-moi mieux, abeille ! » aboya Fernie. « Ouais, c'est ça, enfonce ta méchante langue dans ma chatte. Mhh, tu es peut-être un mangeur de chatte de catégorie A.

Petrina s'est agenouillée devant moi et a sucé ma bite humide dans sa bouche. Elle était à genoux et je lui ai ordonné : « Écarte tes jambes et commence à faire pipi, salope. »

La fille écarta les jambes. Elle a sucé plus fort ma bite, puis son urine a éclaboussé le sol, formant une flaque jaune qui s'est répandue sur le carrelage. L'urine s'est accumulée jusqu'à ce qu'elle s'agenouille dans sa propre pisse. J'ai tenu sa tête serrée et j'ai commencé à pisser dans sa bouche, soupirant alors que la pression dans ma vessie se relâchait. C'était presque comme une éjaculation, pas presque intense, mais cette même sensation d'éjaculation coulait à travers ma bite, envoyant un picotement agréable dans mon corps, rendue d'autant plus excitante en pissant dans la bouche d'une jolie fille. Quand ma vessie était vide, je l'ai retiré de sa bouche et elle a toussé, plus d'urine coulait sur son visage, son cou, pour tacher son dos nu.

"Tu as sale le sol, salope pipi," criai-je. "Pends-toi et lèche cette pisse comme une bonne petite salope de pisse."

L'adolescente rampa en arrière et plia la main, grimaçant alors qu'elle léchait son urine sur les sols carrelés sales. Putain c'était méchant et j'ai senti ma bite durcir alors que l'adolescente se dégradait. Je me suis déplacé derrière elle, relevant sa jupe. Elle leva les yeux, alarmée et aboya : "Continue à lécher, salope, ne t'arrête pas juste parce que tu es sur le point de te faire prendre ta première bite !"

Sa chatte était recouverte d'un tapis de poils bruns, mouillés d'urine. Je me suis agenouillé sur le sol, heureusement la flaque d'urine n'a pas atteint cette distance, et j'ai frotté la tête de ma bite sur sa chatte et je l'ai lentement poussée en elle. Elle gémit en lapant son pipi sale, son dos se cambrant alors que sa chatte cédait la place à ma bite. Mon Dieu, c'était bien de baiser une chatte d'adolescente serrée, j'ai construit un rythme régulier.

"C'est sale!" Fernie gémit. Hikaru aimait vraiment lui lécher la chatte, maintenant. Les bras de la fille japonaise étaient enroulés autour de la taille de la fille noire, serrant ses fesses. Hikaru avait un avant-goût de la fièvre de la jungle et dévorait la chatte des filles noires comme si c'était la chose savoureuse du monde. C'était probablement le cas. Rien n'avait meilleur goût que le jus de chatte d'une femme.

La porte de la salle de bain s'ouvrit et une fille envoyant un texto sur son téléphone intelligent entra, si concentrée sur son téléphone qu'elle atteignit le premier stand avant de réaliser ce qui se passait. Ses yeux bleus, encadrés de lunettes à monture rouge, s'écarquillèrent de surprise, sa main se portant à sa bouche. Elle portait une longue jupe noire et un chemisier blanc classique rentré dans sa jupe. Ses cheveux étaient noirs, coupés courts, avec une seule mèche rouge, il laissait une frange qui était en contradiction avec sa robe conservatrice.

"Oh, jeepers," haleta-t-elle puis rougit, fermant les yeux.

"Es-tu vierge?" ai-je demandé, une fille habillée de cette façon conservatrice doit l'être mais elle a fait non de la tête. "Eh bien, si tu dois faire pipi, Petrina ici veut le boire, n'est-ce pas salope?" J'ai claqué le cul de Petrina et elle a haleté, "Oui!" et se remet à lécher sa pisse.

"Je... quoi," balbutia la nouvelle fille. "Tu veux que je pisse... c'est ce pipi qu'elle lèche ?"

"C'est une salope pipi," ai-je ri, baisant lentement dans la chatte de Petrina. "Alors remonte ta jupe et laisse tomber ta culotte et laisse-la boire ta pisse et manger ton petit minou."

Une culotte rose à froufrous est sortie de sous la jupe de la nouvelle fille et elle s'est dirigée vers Petrina. Petrina se leva, enroulant ses bras autour des hanches de la fille alors que sa tête disparaissait sous la jupe de la fille. La chatte de Petrina a serré ma bite pendant que la nouvelle fille se détendait, la bouche ouverte de crainte, alors qu'elle pissait dans la bouche de Petrina. J'ai continué à baiser la salope pipi et puis elle est venue alors qu'elle avalait la pisse de la nouvelle fille, sa chatte palpitant autour de ma bite.

J'ai continué à la baiser et la nouvelle fille a gémi : "Oh wow, sa langue est bien remplie", a-t-elle haleté. « Hum, elle est presque aussi bonne suceuse de chatte que ma cousine ! » Un délicieux frisson parcourut la nouvelle fille : « Sa langue est agile. Je parie qu'elle a déjà sucé la chatte d'une fille.

"Oh elle l'a fait", gémit Fernie. «Nous lez dehors tout le temps! C'est comme ça que je sais qu'elle a éclaté sa cerise avec une carotte. Je l'ai regardée le faire ! Fernie ronronna. « Et cette petite salope asiatique apprend à faire du bon travail. Je vais couvrir ton visage de mon jus, mon sucre. Continue de sucer mon clitoris, petite salope lesbienne ! Oh merde, j'arrive ! Cette lezzie bee-atch me fait jouir !"

La nouvelle fille a haleté, "Oui, juste là, salope pipi. Lèche ma chatte sale propre. Oh oui, oh putain oui, c'est incroyable ! Oh, oh, ici ça éjacule, bébé, ici ça éjacule. Bois ma fille cum comme tu as bu mon pipi!”

La nouvelle fille a sauté sur le visage de Petrina et a trébuché en arrière, et a glissé sur le pipi et est tombée sur ses fesses. « Oh, tire ! » elle haleta et se leva rapidement en regardant ses fesses. Elle a atterri directement dans la flaque d'eau et avait une énorme tache humide sur son cul.

Rincant dans l'embarras, elle se dirigea vers l'évier et retira sa jupe, la lavant dans le robinet. Son buisson était noir, soigneusement taillé et trempé de jus de chatte. J'ai regardé son beau cul pendant que je baisais Petrina. La cloche sonna, mettant fin à la période, alors que je tirais ma charge de sperme dans la chatte de Petrina. Elle haleta et haleta quand je me retirai. Fernie remontait son pantalon, un sourire satisfait sur les lèvres.

"Hikaru, habille-toi et n'oublie pas d'attendre devant", ordonnai-je en remontant mon pantalon et en tombant sur une paire de filles qui restaient bouche bée devant un homme sortant des toilettes. Je les ai interrogés et aucune des filles n'était vierge, ou si mignonne, alors je me suis excitée dans le couloir bondé.

C'était le chaos dans le couloir. Si une fille passait par là, je l'attrapais, je lui demandais si elle était vierge, en criant sur le bruit de tous les étudiants. Pendant que j'interrogeais cette fille, trois autres filles passaient devant que je n'ai pas pu demander. Puis le couloir s'éclaircit, soudainement, et une autre cloche sonna, commençant la période suivante. Je suis entré dans la salle de classe voisine et j'ai trouvé un professeur très attrayant, jeune, probablement fraîchement sorti de l'université.

L'enseignante, Mlle Blythe, selon la plaque sur son bureau, était une bombe rousse fougueuse avec une paire de gros seins tendant un chemisier sans manches et bronzé. Tous les garçons de la classe ont commencé avec convoitise par l'enseignante alors qu'elle écrivait sur le tableau blanc, ses seins tremblant sous son chemisier. Son joli cul était couvert par une jupe crayon moulante jusqu'aux genoux, qui était du même bronzage que le chemisier.

La classe de Miss Blythe comprenait trois garçons et cinq filles vierges. Malheureusement, tous avaient cassé leur hymen, un à vélo, deux avec des crayons et deux faisant du sport. J'ai décidé de donner une friandise aux garçons vierges et Miss Blythe était plus qu'heureuse de se pencher sur son bureau. Elle a relevé sa jupe et a baissé son string noir, exposant une chatte nue de tout poil. Tous les garçons de la classe gémirent de désir, et quelques filles, je le remarquai.

J'ai apprécié une fille latina vigoureuse avec une belle paire de seins pendant que les garçons se relayaient contre le professeur. La fille latina avait une chatte serrée, la seule chose qu'elle lui avait enfoncée dans la chatte était un crayon. J'ai apprécié sa chatte en regardant Miss Blythe se faire monter par le premier adolescent, un grand boutonneux de seize ans.

Il tient à peine trente secondes. Quand il a enfoncé sa bite dans la chatte de son professeur, il a pompé cinq fois et a tiré sa charge. Il a trébuché en arrière en marmonnant : « Merci Miss Blythe » et la prochaine vierge a pris sa place, un enfant en surpoids qui avait une respiration sifflante alors qu'il baisait son professeur. Il avait de l'endurance, cependant, pendant trois minutes complètes avant de lancer sa charge dans son professeur.

Quelques-uns des autres garçons de la classe avaient sorti leurs bites et se branlaient en regardant leur professeur se faire baiser par le troisième garçon. L'un des adolescents qui se branlait portait une veste Letterman et quelques-unes des filles regardaient sa bite avec intérêt. Il fit signe à une jolie fille aux cheveux bleus et elle rougit et s'agenouilla et suça sa bite dans sa bouche.

C'était comme si le barrage s'était rompu lorsque cette fille avait sucé la bite du sportif dans sa bouche et que les étudiants se mettaient en couple, apparemment sans se soucier de qui ils étaient. Les filles baisaient et suçaient partout dans la classe. Une fille noire était penchée sur un bureau et baisée par derrière par un garçon asiatique. Une rousse à l'air ordinaire a soulevé sa jupe et a fourré sa chatte dans le visage de la fille noire et elle a juste commencé à laper le clitoris de la fille ordinaire.

Une deuxième fille a rejoint la fille aux cheveux bleus en train de sucer la bite du jock. La troisième vierge créma la chatte de Miss Blythe et un grand adolescent noir dégingandé a pris sa place et Miss Blythe a gémi son appréciation alors qu'elle tombait sur la bite du black. Deux filles se sont embrassées pendant qu'une paire de garçons se branlait en les regardant. Le chemisier d'une fille était ouvert et une charge de sperme a éclaboussé ses seins et l'autre fille s'est penchée, léchant le sperme des seins de son amie tandis que l'autre mec a injecté sa charge dans ses cheveux et sa joue.

J'ai gémi et j'ai écrémé la chatte de ma latina vigoureuse. Quand j'ai sorti le premier garçon à baiser, Miss Blthye a glissé sa bite dans la chatte de la fille latina et a commencé à pomper. Peut-être qu'il tiendrait plus longtemps à sa deuxième fois. Alors que je marchais vers la porte, j'entendis une exclamation et me retournai pour voir le garçon sortir, un grand sourire sur le visage. Je suppose que non, pensai-je en quittant l'orgie.

La salle de classe suivante avait quelques visages familiers, dont Hikaru et la fille habillée de façon conservatrice qui a pissé dans la bouche de Petrina. Une seule fille dans cette classe était encore vierge. Elle s'appelait Felicity et c'était une fille aux cheveux noirs, grande et dégingandée, avec ses cheveux noirs coiffés d'une longue tresse française. Non seulement elle était vierge, mais elle a dit qu'elle avait toujours un hymen intact.

Il y avait deux garçons vierges dans la classe, et j'ai laissé Hikaru et la fille vêtue de façon conservatrice, Maya qu'elle s'appelait, en faire des hommes pendant que je déboutonnais le jean de Felicity. J'ai glissé ma main le long de sa culotte et elle a repris son souffle, tremblant alors que j'envahais sa culotte. Ses poils pubiens étaient soyeux sur ma main et j'ai doucement sondé sa chatte et j'ai senti une fine membrane m'empêchant d'aller trop profondément.

"Eh bien, c'est ton jour de chance, Felicity," lui dis-je. « Retrouve-moi au mât du drapeau après l'école et je te ramènerai à la maison et tu feras éclater ta cerise. »

"Je... oh, d'accord," balbutia Felicity, troublée. Derrière elle, Maya haletait dans un orgasme. La vierge originale de Maya avait fini rapidement, mais l'un des sportifs avait sauté dedans et avait commencé à la baiser et l'avait amenée à un orgasme hurlant.

De retour dans le couloir, je suis allé, un vierge en bas, un à emporter. Et, en prime, j'avais trouvé l'esclave sexuelle pour Tom. Je souriais, sur le point de tourner au coin du couloir, quand une fille maigre, les cheveux blond miel nattés dans le dos, est passée et je lui ai attrapé le bras.

"Vierge?" J'ai demandé.

« Non », a-t-elle répondu.

Je l'ai poussée dans le placard à fournitures du concierge, j'ai retiré ses collants, j'ai soulevé sa jupe rouge et j'ai commencé à lui labourer la chatte. Elle gémit et me sauta dessus, enroulant ses jambes autour de mes hanches, alors que je la baisais dans l'étagère des fournitures. Une bouteille d'eau de Javel est tombée en rebondissant sur le sol, avec des rouleaux de papier toilette. Lorsque le concierge nous a trouvés, je nous ai retournés, m'appuyant contre l'étagère et j'ai relevé sa jupe, exposant son cul de coquin.

« Pourquoi ne baiserais-tu pas son cul serré ? » dis-je au concierge.

La fille gémit de douleur alors que la bite du concierge glissait dans son trou de cornée. Sa chatte est devenue très serrée alors que le concierge lui a alésé le cul et que je lui ai labouré la chatte. Bientôt, la fille haletait et gémissait de plaisir, me serrant fermement pendant que ses deux trous étaient baisés. Le concierge est venu en premier, probablement le premier avant-goût du cul d'adolescent qu'il ait jamais eu. Je créai sa chatte quand son orgasme la traversa. Quand je suis sorti, le concierge essayait sa chatte, s'amusant quelques secondes bâclées.

Juste au moment où je marchais dans la salle de classe voisine, la cloche a sonné et la période était terminée et les élèves se précipitaient hors de la classe, traînant les pieds dans l'école. J'ai vu une jolie fille disparaître à l'extérieur et je me suis précipité après elle. Elle avait les cheveux auburn en queue de cheval et ressemblait à Mary de dos. Quand je l'ai rattrapée, elle avait déjà traversé la cour et était entrée dans le bâtiment du gymnase/cafétéria et était sur le point d'entrer dans les vestiaires.

J'ai toujours voulu entrer dans les vestiaires des filles, me régaler les yeux d'une pièce entière pleine de chair d'adolescente nue et jouer avec elles. J'ai donc suivi l'adolescent blond miel dans le vestiaire. Je n'ai pas été déçu et ma bite est devenue dure en un instant. Partout où je regardais, il y avait des filles à moitié déshabillées, mettant des soutiens-gorge de sport, enfilant des shorts de sport et des t-shirts. Une fille a crié et tout le monde s'est figé, couvrant leur chair nue avec tout ce qui était à portée de main.

Une enseignante de gym s'est levée de son bureau et est sortie en trombe. "Qu'est-ce que tu fais?" demanda-t-elle. C'était une femme bouledogue, le visage rougissant de colère, et on aurait dit qu'elle pouvait juste m'arracher la tête à mains nues si elle le voulait.

« Toi, va enseigner aux garçons aujourd'hui, et ne dis à personne ce qui se passe ici ! » ai-je aboyé. "Les filles, alignez-vous, nues."

Le professeur sortit stupéfait et la quinzaine d'adolescentes commencèrent à se déshabiller. Un bourdonnement confus résonnait dans le vestiaire alors que les filles s'interrogeaient, se demandaient ce qui se passait. Ma bite faisait rage alors que je retirais mes vêtements, et les filles ont rougi, certaines regardant hardiment ma bite, d'autres détournant le regard avec embarras. Et certains qui détournaient le regard se faufilaient vers des pics curieux.

Enfin, toutes nues, quinze magnifiques adolescentes se sont alignées devant moi. Ils étaient petits et grands, sinueux et maigres. Certains avaient de gros seins, d'autres des petits. All their breasts were perky with youth, nipples pointing upward and bouncing as they walked. Most had pubic hair, only a few were shaved bare. Some had hairy, thick bushes, while others were neatly trimmed for bikini season. Some were skinny, some were pleasantly plump.

Sadly, none had their hymens. Three had broken theirs during gym class this year, a few others with dildos, various phallic vegetables, horseback riding, and doing the splits. I walked down the line, eying each girl up, hefting a breast, feeling a nipple, or sliding my hand across a shaved cunt, my cock jutting hard in front of me, bouncing as I walked.

“Okay, girls, for gym class we're going to have ourselves a nice little orgy,” I ordered. “So grab a partner and discover how great it is to pleasure another woman.”

Friends paired up with friends and the locker room was filled with feminine sighs and moans and giggles. Addison, the slightly plump, in a kinda sexy way, red-headed I met earlier, was bent over a bench while a Black girl ate her cunt. An Asian girl and a White girl were sixty-nining on the floor. Two blondes were making out, playing with each other's breasts.

I grabbed a busty brunette and sat down next to Addison and enjoyed a nice titty fuck. The plump red-headed moaned and gasped next to me as I enjoyed the brunette's rubbed my cock with her tits. The brunette's name was Daffodil, and her tits were soft and pillowy as she fucked them up and down on my cock. Her pink tongue would lick my cock head on the down stroke, sending a delightful shudder every time. Addison moaned as she came on the Black girl's face and I moaned as I shot my load all over Daffodil's big tits.

Addison and the Black girl started licking my cum off Daffodil's titties, and sucking her brown nipples. My cock hardened at the sight. Addison kissed down Daffodil's body and found her sopping wet cunt and ate her out as the Black girl sucked one Daffodil's big tits.

I stood up and noticed Latina girl and a Black girl taking a shower, rubbing their bodies together and I went and joined them. I fucked the Black girl, pushing her against the shower stall, while I had the Latina girl eat my ass out. The Black girl's cunt was tight and she moaned like a bitch in heat as I reamed her. The Latina girl's tongue felt amazing as she licked my ass, shoving her tongue inside my tight hole. And then the saucy Latina teen slipped a finger in and I felt that incredible feeling of having my prostate massaged and shot a huge load into her friend. When I pulled out of the Latina girl wasted no time diving into the Black girl's sloppy cunt.

Some of the girls had changed partners, Addison was tribbing with an Asian girl on the floor. Daffodil was eating a Black girl's cunt while the auburn-haired girl I followed into the shower ate Daffodil’s cunt. I found another Asian girl and fucked her ass while another girl sucked on her cunt. Her ass was tight and hot and I fucked her hard while she panted in pleasure. When I creamed her ass, the girl eating her pussy sucked my cum out of the Asian girl's ass.

In the shower, a daisy chain of five girls formed, and I watched while two girls took turns sucking on my cock. The girls in the daisy chain formed a circle, each girl sucked on someone's cunt while another girl sucked on her pussy. They all were moaning and every few minutes one would cum, bucking and shouting her pleasure. Was anything more beautiful than young women pleasuring each other? Mary, of course, but nothing else could compare. I came all over the faces of the two girls sucking on my cock and watched as they licked my cum off their faces, then kissed each other passionately, sharing the bounty of my sperm.

Before the period ended, I bent a the auburn-haired girl I initially followed into the locker room, over a bench. She had been getting her cunt eaten out by Addison. Addison giggled, her face sticky, and found another girl who was free and the pair slipped into a sixty-nine. I spread the auburn-haired girl's ass open and buggered her good and hard. Her ass was tight and hot on my cock as I reamed her ass, pulling on her auburn ponytail, and I shuddered when I came inside her.

Sadly, the period was over too soon and I had my virgin to find. The girls, reluctantly, got dressed, and a few were talking about having a slumber party tonight to continue. I wish I could be there, but Mary's family was coming over for dinner and I was hoping to fuck both her sisters tonight.

I was starving, and the cafeteria was just up the hall from the locker room. It was the first lunch period, I learned, from a saucy girl with brunette hair while waiting to get some food. Her name was Whitney and she wasn't a virgin. Whitney complained about having first lunch.

“It's just too early in the day, I get hungry again around last period,” Whitney bitched. “I signed up for second lunch for my senior year.” Whitney explained that Rogers had too many students to fit them in the cafeteria at once, so they had three lunch periods. “I had third lunch my last semester and it sucked. I was so hungry by the time it came around. Second period is where its at.”

The food was sloppy joes and a salad, neither of which were any good. But I was starving, so I ate two sloppy joes and finished off the soggy salad, sitting at a cafeteria table while Whitney sucked my cock beneath the table. She's have to finish quickly, her food was getting cold and I be that wouldn’t improve its taste any.

Rumor was going around the school if you wanted to lose your virginity, find me, and a group of nerdy boys and one jock did exactly that. I found them each a girl, and sent them off to find an empty classroom and lose their virginities. When I shot my load down Whitney's mouth, I hoped the extra protein I gave her would tide her over until after school.

I continued my search for the second virgin and I was striking out. Three classrooms later, and I'll had accomplished was a few more lads losing their virginities. Between periods, I grabbed a nerdy girl with glasses and bushy, brown hair.

“Virgin?” I asked, rotely.

“Yes,” the girl blushed prettily.

“Do you still have your hymen?” I asked and here would come her no and how she lost it.

“Yes,” she whispered and I almost didn't make out her word.

I blinked in surprise, and lifted her green skirt. She stood frozen in fear as I slid my hand down her panties, feeling her silky pubic hair. Her eyes searched the crowd of students, but no one seemed to notice. I slipped a finger up her wet cunt and she jumped.

“Don't scream,” I ordered, “Just relax.” I slid in a little ways into her warm, sucking cunt and felt a thin membrane and relief surged through me. Finally, I found the last virgin I needed. “What's your name?”

“April Lovel,” she whispered.

“Good, meet me at the flagpole after school,” I told her. “Today, you're getting your cherry popped.

There were still two periods left and just because I found my virgins, didn't mean I was ready to go. There were plenty more girls to fuck, I thought with a smile. I saw my pee slut heading into the bathroom, followed by Maya, the conservatively dressed girl. I check in on them and found Petrina happily drinking her pee in a bathroom stall and Maya happily getting her sloppy cunt eaten out by Petrina.

“She's the best,” Maya moaned. “We're going to have a lot of fun this summer!”

I slipped into an English class. A thin, bony woman, who looked like all the fluids had been sucked out of her body, leaving a withered old hag behind, was reading from Shakespeare. Macbeth, I think. Not caring about virgins anymore, just looking for a girl to fuck. I noticed this cute, Asian girl, Cinnamon skinned, maybe from the Indian Subcontinent, or maybe from Malaysia. She sat in the back, her black hair cut short and streaked with red.

“Everyone, just listen to the teacher read for Macbeth,” I ordered, walking back to the class.

Her name was Jessamine and I bent her over her desk, flipped up her red and green tartan skirt and pulled down a pair of frilly, yellow panties. I rubbed her bushy cunt a few times, feeling her moistening then I slid into her and she groaned loudly.

“Oh man!” she gasped. “Umm, that feels nice.”

Sitting next to Jessamine, was a coffee-skinned, Black girl who watched with fascination as I fucked Jessamine. Jessamine was moaning loudly, urging me to fuck her harder and faster. Her cunt was tight and wet on my cock and my balls slapping against her clit as I fucked her.

“Take off your panties,” I told the Black girl and she pulled off a red panties from beneath her skirt. I smelled them, enjoying the spicy musk of her arousal then shoved the panties into Jessamine's mouth. “Your disrupting class, young lady!”

I fucked her hard, enjoying her muffled moans through her classmate's panties. Jessamine gripped the edge of her desk as I fucked her. The desk rasping on the linoleum floor of the classroom and was slowly inching its way forward. Jessamine cunt was a vice on my cock when she came and I thought the desk might collapse as she spasmed atop it.

When I was about to cum, I pulled out of her cunt, pulled the Black girls panties out of her mouth and jerked off into the sodden panties' gusset, leaving ropes of creamy cum plastering the crotch. “Here's your panties back,” I said. “You should put those on right away.”

The Black girl, flushing darkly, stood up and pulled the panties soaked in spit and cum up her creamy legs. She squirmed as she sat down, the creamy mess in her panties cool on her pussy. Jessamine pulled her panties back up and moved her desk back and sat down, pulling open her book to read along with the rest of the class.

In a computer lab, a Black girl sucked me off while I check my Hotmail account. Chris, one of my D&D buddies, emailed me a pic of Velvet, cum covering her enormous, G Cup breasts. Velvet was a bikini barista I turned into a sex slave for Chris this morning. There was another email from Quatch, another D&D buddy, thanking me for turning his little sister into his sex slave. “Little cocktease got what was cumming to her,” the email red and a pic of a girl's asshole leaking cum was attached.

In the Chemistry lab, I bumped into the Cunningham twins Mary and I had enjoyed at Loews last week. Both were looking great, their hair was blonde, Rose's long and braided and Daisy's short. They both hugged me and kissed me, excited to see me and my cock was excited to see them. Their clothes came off as the rest of the class were doing some sort of experiment. The twins had large breasts topped with dark nipples, Daisy's cunt shaved bare and Rose's covered by a blonde bush.

“We fuck mom and dad every night,” Daisy panted as she bounced on my cock. Her sister, Rose, sat behind her, cradling her sister's boobs as she rode me cowgirl style, and kissing her neck. “We sleep in their king sized bed and everyone just enjoys each other.”

“We've become quite close,” Rose giggled, licking her sister's neck. “Mom's even lezzed out with a few of our girlfriends. And last night, dad fucked Maya good and hard while Maya ate out mom's cunt. It was so wicked. Daisy and I rubbed our cunnies together as we watched.”

When I came in Daisy's cunt, Rose ate her out while I fucked her from behind. It was hot, watching one twin sister eat the other's cunt out. Rose's pussy was tight on my cock as I fucked her, hard and fast, and she moaned loudly into her sister's cunt. Daisy moaned just as loud, encouraging her sister to eat her.

“Yes, yes!” Daisy moaned. “You naughty slut, eat my cunny! Ohh, you know just how to lez on me! Yes, oh yes, my sweet Rosie is making me cum!”

Rose drank her sister's cum as it flooded her lips. It wasn't long after that, as I fucked her hard, that Rose came on my cock, her little cunt spasming deliciously. I groaned and shot my load into her hot little cunt. The two sisters lay on the floor, panting and cuddling, cum oozing out of Rose's cunt. They kissed, like reflections coming together and merging where their lips met.

I enjoyed a few more hot cunts before the school day ended. In a health class, the girls got a very detailed lesson on male anatomy and every girl in the class got to suck on my cock for a minute and then I finished up in the cutest girl's cunt. The boys got to enjoy the other girls, and the entire classroom was filled with naked, panting teenagers. There were two more girls than boys, and so they learned all about tribbing and how sweet it was to cum on another girls cunt. Their old teacher, Mr. Ward, jerked his cock quietly at his desk.

In a civics class, I bumped into Addison again and enjoyed her sloppy cunt as she blew three different guys, swallowing their cum like a pro, before I added my cum to her slutty cunt. When I left, their teacher was taking my place, giving Addison a very spirited lesson as the class cheered him on.

I bumped into Melody, who, along with her mother, I fucked at the Old Navy store last week. It had been Melody's sixteenth birthday, and her and her mom were playing hooky to celebrate. It had been hot watching mother and daughter eating each other's cunts, so I pulled Melody into the same janitor's closet I fucked another girl earlier today.

“How's your mom?” I asked as my cock slid into her wet cunt.

“Oh, things are just fine,” Melody moaned. “Last night, with her help, I seduced my step-dad. He was so scared at first, but then he really got into it. He really loved watching mom and me make out and then nearly had a heart-attack when mom ate his cum out of my pussy!”

“God that sounds hot,” I panted as I plowed into her cunt.

No janitor interrupted this time and I fucked Melody to a screaming orgasm and then left a load of cum in her body as the final bell tolled, ending the school day. “I bet your mom will love eating my cum out of your slutty pussy.”

“I bet she will,” Melody answered with a saucy smile.

As I left the janitor's closet, I felt like had I accomplished a lot today. I fucked more cunts then I ever thought I could, putting my sexual stamina wish to the test and it did not let me down. I wondered how many of those girls were on birth control. Maybe I knocked a few up, I thought with a smile. I found my two virgins, Alice and Felicity, waiting for me and led them to my car, wondering if they were on birth control. Maybe I could plant a pair of babies in their cunts.

We passed Hikaru as she patiently waited for her new master to come and take her away to her life as a sex slave. A slight smile graced her lips and she squeezed her thighs in excitement. I led the virgins to my car, and put them in the backseat of my silver Mustang and climbed in the front, starting the car.

“Okay, girls, let's go get those cherries popped,” I said, glancing in my mirror.

April looked nervous and Felicity wrapped an arm around her, hugging her and smiling excitedly. I backed out of the parking space and sped home, eager to transform these girls into women.

Articles similaires

Famille d'accueil Chapitre 9

Salut les gars, désolé pour le temps que ça fait. J'espère que vous apprécierez ^_^ Les mêmes notes s'appliquent. Il s'agit d'une œuvre de FICTION tout semblant d'événements réels est entièrement une coïncidence. Si vous avez moins de 18 ans (ou 21 selon l'endroit où vous vous trouvez) ou s'il est illégal pour vous de lire ceci pour quelque raison que ce soit, ou si les relations sexuelles entre garçons/hommes vous offensent de quelque manière que ce soit, veuillez ne pas lire. sinon profitez-en ! _______________________________________________________________________________ Chapitre 9 Positif. Ce seul mot est resté dans la tête des garçons le reste...

635 Des vues

Likes 0

Un intermède tranquille

Je me tiens au pied de la table en vous regardant attentivement. Le silence fait des ravages dans vos sens déjà surexcités. Mes yeux parcourent votre visage en prenant note de la légère écartement de vos lèvres, du sillon entre vos sourcils et de l'évasement de vos narines, autant de signes de votre conscience accrue. Mon regard se pose des questions sur les muscles de tes bras, serrés et serrés, jusqu'aux poignets en cuir autour de chaque poignet, reliés entre eux et maintenus au-dessus de ta tête avec une seule attache. Bien que je ne puisse suivre l'attache que jusqu'au bord...

451 Des vues

Likes 0

Découvrir que je suis gay partie 3

Alors quelques jours plus tard, après avoir rompu avec Lizzy, je m'habituais à l'idée d'être à nouveau célibataire. Quand j'étais à l'université en cours avec McKenzie, il a commencé à s'asseoir à côté de moi et a dit Est-ce que Lizzy et toi avez rompu parce que je vous ai embrassé? J'ai regardé McKenzie et j'ai dit Non, la raison pour laquelle Lizzy et moi avons rompu, c'est parce que j'aimais t'embrasser. Après avoir dit que je me suis levé de mon siège, j'ai ramassé mon sac et je suis allé sortir de la leçon pendant que je marchais, mon professeur...

444 Des vues

Likes 0

Grand garçon 1

BigBoy 1 modifier 2 À la fin des années 70, après avoir divorcé de ma deuxième femme, j'ai commencé à frapper la scène de la fête à nouveau.. J'ai rencontré cette femme dans un bar une nuit décidé d'aller chez moi. En chemin, nous sommes passés devant une librairie pour adultes, Elle m'a demandé si j'y étais déjà allé et bien sûr j'ai dit oui parce que le la propriétaire était une cliente et une amie. Elle a dit qu'elle ne l'avait jamais été parce que elle était trop timide pour y aller toute seule.. Je lui ai proposé de l'accompagner...

588 Des vues

Likes 0

Court, Sexy et doux : 2- Une explosion de Passion

Laissez encore des commentaires !! Espérons que vous apprécierez :) Chapitre 2: « Putain... j'avais oublié que Gloria venait aujourd'hui. Ça craint d'avoir des amis parfois gémit Beth, posant ses mains sur les épaules de Jericho et voyant ses yeux se poser sur sa poitrine. Elle aimait l'attention et elle savait qu'elle avait l'air bien pour une petite personne. Débarrassez-vous d'elle, je veux jouer supplia Jericho, mettant sa main sous sa chemise de nuit et frottant sa chatte à travers sa culotte, qu'il sentait mouillée, le faisant sourire jusqu'aux oreilles. «Croyez-moi... moi aussi. Habille-toi, mais dans... quelque chose de lâche, je...

673 Des vues

Likes 0

L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : Désolé :( je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis...

630 Des vues

Likes 0

Juste comme il est - Partie 3

Le lendemain matin, Stuie s'est réveillé du bruit de sa mère se préparant pour la journée. Il réfléchissait toujours à ce qu'il devait porter pour attirer l'attention d'une sœur dont il n'était toujours pas sûr. Il a choisi de porter son débardeur ajusté rouge vif et une paire de shorts de triathlon ajustés, souvent portés pour la pratique de la lutte, qui accentueraient son paquet et ses petits pains. Il ne pouvait pas trouver une paire complète de sandales ou de tongs facilement disponibles, donc les pieds nus feraient très bien l'affaire. Il passa devant les pièces de la maison jusqu'à...

670 Des vues

Likes 0

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

613 Des vues

Likes 0

Assermenté au secret

ASSERMENTÉ AU SECRET Elle feuilleta les papiers des hommes potentiels. « Vous ne me préparez sérieusement pas, avec aucun de ces hommes. » Elle a dit mécontent. S'asseyant sur sa chaise avec un air dégoûté sur le visage. “ Madison ! Soyez réaliste, vous avez 35 ans et vous êtes toujours célibataire ! Je sais que je suis ta petite sœur. Mais vous devez faire un effort si vous ne voulez pas être seul pour le reste de votre vie. » Mélanie a dit sincèrement. Madison se pencha en avant et continua à feuilleter les longs papiers blancs. Jusqu'à ce qu'elle sorte un...

566 Des vues

Likes 0

DOUX SOPHIE !!

Sophie est l'enfant unique de mes voisins, c'est une douce jeune fille de 13 ans, mais il y a toujours eu quelque chose en elle qui m'a fait la regarder différemment des autres petites filles. Peut-être ses cheveux blonds bouclés, son joli petit visage, ses jambes lisses ou le fait qu'elle a une jolie petite paire de seins en herbe. Eh bien, tout a commencé un samedi, je me suis assis dans mon jardin à profiter du soleil et mes voisins étaient aussi dehors. Je n'ai pas l'habitude d'écouter les conversations des autres mais je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre que...

457 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.