Première fois_(3)

1.5KReport
Première fois_(3)

C'était au printemps 1999 et j'étais en terminale au lycée, je venais d'avoir dix-huit ans. J'étais dans l'équipe de volley-ball, en bonne forme physique et prêt à affronter le monde.

Nous venions de gagner notre premier match et après un discours d'encouragement de l'entraîneur Azzerelli, il nous a envoyé aux douches. Je m'étais souvent retrouvé excité dans les douches après l'entraînement pendant que je regardais les autres se doucher. Je les regardais comme j'avais la tête sous le jet d'eau, donc ce n'était pas évident. OU alors j'ai pensé. L'une des filles de mon équipe était plutôt sexy, mais ne semblait jamais avoir de petit ami. Il y avait une rumeur qui circulait selon laquelle elle aimait les filles et ne voulait rien avoir à faire avec les mecs. J'étais à ce stade délicat où je ne savais pas ce que j'aimais.

J'admet. J'ai couché avec un mec. Est-ce que j'ai aimé ? Pas vraiment. J'adorais quand il me caressait, mais quand il s'agissait de jouir, cela ne s'était jamais produit. Je l'ai juste mis sur le compte du fait qu'aucun de mes amis qui avaient couché avec leur petit ami n'était venu non plus. Le lycée est déjà assez frustrant, maintenant ça ? Alors, me voilà, regardant les chics de mon équipe et me demandant si je suis tordu de m'être mouillé sur leur corps.

C'est alors que Claire s'est approchée de moi. Nous étions presque seuls dans le vestiaire. J'avais encore pris mon temps doux et elle l'avait remarqué. Elle a attendu que la dernière des filles quitte les douches et m'a regardé droit dans les yeux. "J'ai remarqué que tu me regardais, Sammy." Oh mon dieu, quelqu'un savait. J'ai presque trébuché sur moi-même en essayant de trouver une excuse ou quelque chose comme ça. Elle rit et leva la main sur mon épaule. Elle a vu le désespoir sur mon visage. « Calme-toi chérie. Je ne dirai rien. Je sais que vous avez entendu les rumeurs à mon sujet. J'ai simplement hoché la tête. « Ils sont vrais, Sammy. Je suis lesbienne. La lesbienne a roulé sa langue en douceur et m'a fait me sentir un peu mieux. Elle prit ma main dans la sienne et rapprocha son corps mouillé et nu du mien.

Je ne savais pas ce qui allait se passer, mais je n'allais pas le combattre. Elle pressa doucement ses lèvres contre les miennes. Nous étions tous les deux nerveux et tremblions légèrement. Le premier baiser était pour le moins gênant. Elle s'est penchée en arrière et m'a dit de me détendre alors que ses yeux souriaient dans les miens. J'ai baissé les yeux sur ses seins. Ses mamelons étaient aussi durs que les miens. J'ai senti un pincement d'excitation me parcourir à nouveau alors qu'elle m'embrassait. Ses lèvres étaient douces. Je fermai les yeux et elle laissa sa langue glisser entre ses lèvres et dans ma bouche. Elle a sondé doucement autour de ma bouche et cajolé ma nervosité hors de moi. Avant que je m'en rende compte, nos langues dansaient et nos corps étaient complètement pressés l'un contre l'autre.

Elle m'a conduit du côté des douches où il y avait des bancs derrière des rideaux de douche bleu foncé bon marché, pour les filles qui étaient timides. Elle m'a poussé à m'asseoir sur le banc. Alors que je descendais, elle bougeait avec moi. Elle s'agenouilla devant moi alors que je m'asseyais sur le banc. Elle tendit la main et ouvrit la douche, l'eau chaude tombant en cascade sur mon corps et éclaboussant sa poitrine.

J'ai simplement regardé alors qu'elle écartait mes jambes et qu'elle se rapprochait de moi. Je pouvais sentir ses mamelons frotter contre l'intérieur de mes cuisses. Dieu j'étais excitée! Elle embrassa mon cou et s'arrêta pour sucer mes seins. Sa bouche se sentait si bien autour de mes mamelons. J'ai gémi. « Chut ! » Elle gloussa et reporta son attention sur mon corps. Mon cœur battait la chamade alors qu'elle se rapprochait lentement de plus en plus de ma chatte. Je pouvais sentir mon clitoris palpitant d'anticipation.

Enfin, elle a glissé sa langue entre mes lèvres, effleurant légèrement mon clitoris. J'ai haleté. Les vagues de plaisir qu'elle a envoyées à travers mon corps avec ce seul mouvement m'ont presque fait jouir à ce moment-là. J'attendais ça depuis toute mon adolescence ! De sa main droite, elle écarta mes lèvres et mes cheveux. Elle a levé les yeux vers moi et a souri en abaissant son visage vers ma chatte. Alors que sa langue rencontrait mon clitoris à fond, je me penchai en arrière et fermai les yeux. Je ne pouvais pas croire à quel point c'était bon. Elle passa sa langue autour de mon clitoris comme un serpent, et dans et hors de mon trou serré.

Je n'ai pas pu tenir plus longtemps. J'ai attrapé une poignée de ses cheveux et poussé son visage plus profondément dans ma chatte douloureuse. J'étais si près. Et puis elle gémit. L'explosion a secoué mon corps. Tout mon corps s'est tendu, mes cuisses se sont serrées fermement autour de sa tête alors que sa langue continuait à me baiser. Le gémissement qui s'est échappé de mon corps a rempli tout le vestiaire et a probablement été entendu dans le gymnase. Je sentis mes yeux rouler dans ma tête alors que mon dos s'arquait. Ma respiration était haletante. Sa langue était implacable et ne s'arrêtait pas. Elle m'a fait jouir, mon corps se tordant de plaisir, ses mains sur mes hanches me tenant fermement en place.

Une fois que mon corps est devenu mou, elle a laissé mon apogée se calmer. Elle me sourit en embrassant mon corps, s'assurant de mordiller et de sucer à nouveau mes seins. Mon corps trembla lorsque je sentis sa langue faire rouler chaque mamelon dans sa bouche. C'était une chose de vous amener à l'apogée; c'est une chose complètement différente que quelqu'un d'autre le fasse. J'étais totalement essoufflé quand elle a amené sa bouche à la mienne. Je pouvais me sentir sur elle, alors qu'elle se rapprochait. Quand elle a glissé sa langue dans ma bouche, je me suis goûté pour la première fois. J'étais douce et légère. Je l'ai aimé. Elle approfondit le baiser et je bougeai pour embrasser son cou.

"Qu'est-ce qui se passe ici ? !" hurla notre coach. "Finissons ça une autre fois Sammy, avant que l'entraîneur ne fasse exploser son top." Nous nous sommes dépêchés de nous habiller et avons trouvé une excuse pour des problèmes féminins. Il nous a quasiment laissé tranquille.

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

La vie d'un Playboy Chapitre 10

CHAPITRE 10 Je n'ai pas duré longtemps sur le marché libre une fois que l'école a repris. Littéralement, mon premier jour de retour dans le domaine universitaire, j'ai été proposé cinq fois par plusieurs très jolies filles. J'étais un grand homme sur le campus, avec une bonne réputation après avoir couché plus que ma juste part de belles femmes. Alors que beaucoup s'étaient éloignés de moi par peur de ma petite amie Ice Queen, maintenant que Kaia était partie, j'étais de nouveau libre. Mais mon temps avec Kaia m'avait aussi gâté. J'avais eu une magnifique petite amie bisexuelle qui était disposée...

1.1K Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.