Interstate Innocense II

1KReport
Interstate Innocense II

"Cours Danny, cours !"

Nous nous sommes assis dans cette station sombre pendant près d'une heure. J'ai répété à Becky à quel point sa bouche était bonne, et elle ne s'est jamais fatiguée de l'entendre. Alors que le bus était assis à cette gare, j'ai pensé que ma bouche la ferait se sentir aussi bien, et je lui ai demandé si elle le pensait.

"Oui Danny, je parie que ce serait le cas. Je te laisserais... tu sais, si tu le voulais." dit-elle. "Tu es le garçon le plus gentil que j'aie jamais rencontré."

Je l'ai lentement repoussée dans le coin, contre ses oreillers, et ses jambes se sont ouvertes. Je baissai les yeux sur sa nudité. Un clair de lune est apparu à travers notre fenêtre et je l'ai vu se refléter sur des milliers de petits poils blonds sur sa poitrine et son ventre. Elle avait l'air si sexy ! Quand j'ai regardé sa chatte, j'ai vu plus de poils là-bas. Elle était blonde aussi, un peu plus longue que celles qui couvraient son ventre, mais pas beaucoup. C'était un peu plus épais là-bas, et avait l'air très très doux. Je la sentis à nouveau avec ma main, touchai les lèvres douces et fermes de sa chatte, tirai dessus alors qu'elle passait ses doigts dans mes cheveux, me souriant méchamment.

"Embrasse-moi là-bas Danny, je pense que j'aimerais vraiment ça. Utilise ta langue sur moi. Utilise tes lèvres sur moi. Caresser moi avec tes doigts et mordille moi."

Tout pour ma petite Becky ! J'ai fait ce qu'elle m'a demandé, et elle avait aussi très bon goût ! J'étais un peu inquiet de son goût, mais une fois que j'ai commencé, une fois que j'ai senti sa réponse à ma bouche, j'ai continué à lécher et à embrasser sa petite chatte partout. Elle tenait fermement ma tête et gémissait très doucement, ce qui était une bonne chose, car le bus était presque silencieux maintenant. J'ai levé les yeux, passé son petit nombril et j'ai vu que ses mamelons étaient vraiment durs.

J'ai utilisé une main pour les pincer. Elle a tremblé quand je l'ai fait, et j'ai alors senti beaucoup de chair de poule sur elle. Elle a clairement aimé ça. Avec mon autre main, j'ai écarté sa chatte et j'ai trouvé ce petit nœud que je savais qu'elle aimait que je touche. Je pense que c'est devenu plus difficile pour elle de rester tranquille, parce qu'elle a enroulé ses jambes autour de ma tête et m'a serrée. J'avais encore une main libre, alors j'ai essayé de me souvenir de ce qu'elle aimait d'autre, me rappelant que je faisais quelque chose avec ça plus tôt. Lentement, cela me revint, alors que je commençais à glisser mes doigts dans et hors de sa chatte, juste en dessous du petit nœud que je léchais.

"Mon cul aussi, Danny," gémit-elle. Oh oui, je me souviens maintenant. Ses mamelons ont dû être pincés à tour de rôle, mais j'ai pu glisser les doigts dans et hors de ses deux trous et lécher son nœud, mais je pouvais à peine respirer, elle me serrait si fort. Elle m'a dit que j'allais vraiment bien. . . "Juste comme ça," dit-elle. Elle m'a dit de continuer, "Juste comme ça et ne t'arrête jamais, jamais."

Déjà! Peux tu croire ça? J'ai continué comme j'étais, certain de la faire se sentir vraiment bien. Tout d'un coup, sa chatte a commencé à me gicler. Juste un peu à coup sûr, et pas grossier du tout. Ce n'était pas du pipi, j'en étais sûr ! Parce que la giclée avait le même goût que sa chatte, chaude et salée. Et, alors qu'elle tirait très fort sur mes cheveux, elle murmurait mon nom encore et encore. Finalement, ses jambes se sont à nouveau ouvertes et j'ai pris une grande inspiration profonde.

Quand je suis allé la lécher un peu plus, elle m'a arrêté. Elle a juste tenu mon visage entre ses mains. J'ai essayé de rester immobile, mais j'ai regardé sa chatte un peu plus et il semblait que ses petites lèvres de chatte avaient enflé. Je suppose que la sienne a fait ça quand elle était contente. Quand je l'ai regardée, elle a ouvert les yeux et m'a regardé comme si elle était vraiment timide. Mais quand je lui ai fait un grand sourire, elle m'a tiré vers son visage pour qu'elle puisse me donner un baiser mortel.

Elle nous a fait changer de place. Je la vis se lever, sa petite robe retroussée autour de sa taille fine. Elle me laissa la regarder nue quelques instants. Elle était si chaude. Puis elle m'a fait reculer dans le coin et m'allonger contre les oreillers. Elle s'assit et étendit ses jambes, de sorte que ses pieds pendaient un peu dans l'allée, et posa sa tête sur ma poitrine, et me regarda. J'étais content parce qu'elle avait l'air à l'aise allongée là comme ça, me regardant droit dans les yeux. Et je n'avais rien à redire. Elle me tenait à nouveau la main. Elle m'a aussi posé une question. Une réponse à laquelle je pourrais réellement répondre sans être gêné ou honteux.

« Voulez-vous me reparler de votre livre ? Demanda-t-elle gentiment, ses yeux bleus brillant dans le doux clair de lune, ses cheveux blonds étalés sur mes genoux.

"Oui, Becky." J'ai répondu. "Je peux certainement." Alors j'ai commencé à lui raconter l'histoire de Frodon et des hobbits. Lorsque le bus est sorti de cette petite station sombre un peu plus tard, elle dormait et elle avait l'air très à l'aise et heureuse. Je sais que je l'étais, quand je me suis endormi.

Quand je me suis réveillé, notre bus était arrêté dans la circulation dans une grande ville. Quand ma tête s'est dégagée, j'ai pu lire une plaque d'immatriculation sur une voiture en dessous de nous. Arkansas. Je pensais que nous étions peut-être à Little Rock. C'était une grande ville, et Becky et moi avions une escale de trois heures et demie là-bas avant de prendre un bus pour Marshall, au Texas. Je me suis souvenu que ma mère voulait que j'appelle à la maison, que je récupère. J'ai frotté le bras de Becky jusqu'à ce qu'elle commence à se réveiller. J'ai pensé que nous avions dormi quelques heures, à en juger par l'horloge d'une banque que nous passions. Nous avions besoin de nous rhabiller. Mais avant de nous habiller, elle a donné un baiser humide au bout de ma saucisse en érection. Mmmmm.

Nous étions prêts quand le bus est arrivé à la gare. Elle m'a fait descendre du bus en me tenant fermement la main. J'avais nos deux sacs en bandoulière et je la suivis alors qu'elle traversait la gare bondée.

"Asseyez-vous ici, Danny," dit-elle. "Je reviens tout de suite."

Je me suis assis à une petite table, me sentant plutôt fatigué mais heureux, alors que je regardais Becky se faufiler dans la foule. J'ai gardé un œil sur elle pour m'assurer qu'elle n'était pas dérangée. Je l'ai regardée faire la queue dans une petite cafétéria et remplir deux tasses avec quelque chose. Mais elle n'a pas fait la queue pour payer ! Elle s'est faufilée juste à côté d'hommes de grande taille et s'est dirigée vers un petit comptoir, où elle a mis d'autres trucs dans nos boissons. Elle revint à table en souriant méchamment.

"Becky," grondai-je. « Tu les as volés ! »

"Je ne l'ai pas fait," dit-elle innocemment. "Les recharges sont gratuites." Ah, j'ai pensé. Cela n'avait pas vraiment de sens, mais j'étais un peu fier d'elle pour s'en être tirée et tout. Je n'ai jamais vraiment eu le courage de voler quoi que ce soit. "Tiens, Danny. J'ai mis de la crème et du sucre dedans. C'est mon mélange spécial de café et de chocolat chaud."

C'était super! C'était un peu fort et chaud, mais ça m'a réveillé. Je l'ai bu assis près de Becky, pendant qu'elle me faisait rire. Elle se moquait de tous les gens autour de nous, j'ai failli souffler un peu de mon verre par le nez. Bientôt, nous étions tous les deux un peu nerveux à cause du café, alors nous avons décidé d'aller explorer le quartier. J'ai jeté nos sacs sur nos épaules et nous sommes partis. Ce n'était pas un très beau quartier, mais quand nous avons trouvé une épicerie, Becky a dit que nous devrions y aller.

« As-tu de l'argent, Danny ? Pour du beurre de cacahuète et des gaufrettes à la vanille ? elle me demanda. "C'est mon prefere."

J'ai promis de lui acheter le meilleur! Nous nous sommes promenés dans l'épicerie en nous amusant. Nous avons trouvé un grand bac plein de mélange montagnard et nous nous sommes servis de grosses poignées, en les fourrant dans nos bouches, en riant pendant que nous mâchions très vite. J'ai appris que Becky aimait aussi le jambon cru et les craquelins, alors quand nous avons eu ça aussi. Je l'ai apporté au registre et j'ai tout payé. Mais quand nous sommes sortis de l'épicerie et sommes entrés dans le parking, un homme est sorti et nous a crié d'arrêter !

"Cours Danny, cours !" cria Becky. J'ai attrapé sa petite main et nous avons couru. Elle pouvait courir assez vite, mais pas aussi vite que moi. Je n'étais pas sur le point de la laisser derrière moi. J'ai traversé une rue en courant, juste devant des voitures libérées d'un feu vert. Nous avions laissé derrière nous notre poursuivant. Becky s'arrêta de l'autre côté de la rue pour lui faire signe. Elle était si courageuse ! Je lui ai tiré la main et nous avons couru jusqu'à la gare.

"Par ici, Danny," dit-elle en me tirant dessus. Elle a monté les marches d'un bus en courant, quand nous sommes entrés, nous avons trouvé qu'il était vide. C'était une de ces voitures à deux étages et ça sentait le neuf.

"Tu es une mauvaise fille Becky !" hurlai-je en la suivant dans la longue et large allée.

« Qu'est-ce que tu vas faire à ce sujet, Danny ? Me donner une fessée ?

"Oui!" Elle a crié et s'est enfuie de moi, ses queues de cochon rebondissant, son sac se balançant sur son dos. Elle a couru dans l'allée puis dans les escaliers en colimaçon en hurlant lorsque je l'ai attrapée et que je l'ai jetée sur un siège.

"Non Danny NON !" Elle a plaidé. Mais cela ne lui a fait aucun bien. Au plus profond de mon esprit, je savais que nous jouions juste pour le plaisir, et c'était AMUSANT.

J'ai lutté avec elle, et elle a lutté pour se libérer, mais j'étais beaucoup plus fort. Elle se tortillait beaucoup, criait de sa voix aiguë. Il ne fallut pas longtemps avant que je l'aie sur mes genoux, sous mon contrôle. "Je suis si mauvais ! Je suis méchant !" Elle a pleuré. Je lui ai claqué les fesses. "Je suis toujours très mauvais !" Je l'ai frappée plus fort. "Je suis un tel criminel !"

J'ai soulevé sa robe, exposant son cul vêtu de culotte et l'ai giflée à nouveau; le son résonnait dans le bus. "Aïe ! Je suis une fille tellement méchante..." Claque. Quand elle m'a dit que j'avais complètement fessé toute la méchanceté d'elle, j'ai arrêté. Et elle est apparue si reconnaissante, assise sur mes genoux, ses jambes enroulées autour de moi et me serrant dans ses bras. Elle m'a donné un baiser très humide, une expression de sa gratitude, a-t-elle dit.

"Je pense que vous devez être affamé," dit-elle. « Je pense que je vais te préparer un déjeuner maintenant. Veux-tu me passer mon sac ? Bien sûr. Elle ouvrit une petite boîte de jambon et l'étala sur le biscuit et me la donna. L'un après l'autre. Elle mangeait environ un craquelin de jambon sur trois.

Quand nous avons eu soif, elle a fouillé dans son sac et en a sorti une bouteille de Pepsi. J'ai haleté. « C'est ce que tu as volé ? Elle acquiesça.

"Et plus." elle a expliqué. "Et, vous ne le saviez même pas, jusqu'à ce que cet homme nous poursuive." Elle avait raison bien sûr, mais elle n'avait pas volé de décapsuleur. Je l'ai souligné. Elle se pencha et posa le bouchon de la bouteille sur le rebord métallique de la fenêtre et lui donna un coup sec avec sa paume, et le bouchon métallique s'envola. Ouah! Une partie du Pepsi a écumé, mais j'ai été impressionné. Elle m'a tendu la bouteille et j'ai pris une grande gorgée. Nous buvions abondamment, rotant souvent. Nous avons mangé plus de crackers et fini une deuxième bouteille de Pepsi, avant qu'elle ne glisse de mes genoux, allongée sur le siège à côté de moi, sa petite robe retroussée pour que je puisse clairement voir ses sous-vêtements, et comme elle était bronzée aussi ! Je n'avais pas vraiment remarqué, mais on aurait dit qu'elle passait beaucoup de temps au soleil. Pendant que je regardais, ses petites jambes se sont ouvertes. Sa culotte était mouillée ! J'ai pensé qu'elle aimerait peut-être un léchage. J'ai demandé.

"Becky, veux-tu que je te lèche la chatte maintenant ?"

"S'il te plaît, Danny, fais-le. Lèche-moi la chatte maintenant."

J'ai retiré sa petite culotte et j'ai plongé avec impatience. Elle était mouillée, peut-être parce qu'elle était assise sur mes genoux pendant qu'elle me nourrissait. Je sais que ma saucisse avait été très dure tout le temps. Je pris mon temps pour la lécher, et elle gémit et gémit. J'aimais prendre mon temps, et je trouvais qu'elle devenait de plus en plus excitée. Elle a tiré sa robe de plus en plus haut jusqu'à ce qu'elle puisse jouer avec ses seins. J'adorais la regarder faire ça pendant que je la léchais. Finalement, je me suis souvenu de mes doigts et j'ai recommencé à boucher ses trous. J'ai mis mes doigts dans sa chatte plus loin que jamais, l'étirant. Elle a adoré quand j'ai glissé mon pouce dans son cul.

"Oh Dany Dany !" cria-t-elle, ses mains frottant ses petits seins, pinçant ses mamelons. Elle me regarda avec nostalgie, son visage rougissant.

"Je veux que tu le mettes en moi Danny. Veux-tu mettre ta saucisse en moi maintenant?" J'étais assez certain de ce qu'elle voulait dire. Ma bite était vraiment inconfortable, s'efforçant de se libérer de mon short.

Je retirai mon pouce de son cul et me levai, enlevant mon short. Elle regarda ma saucisse dure, léchant ses lèvres. Je me tenais entre ses jambes, réalisant à quel point ce moment était spécial, mais je ne savais pas vraiment comment procéder. Je me sentais très maladroite en rampant entre ses jambes, sur elle. Becky m'a aidé en attrapant ma bite et en la guidant vers sa jeune chatte humide.

« Glisse-le dans Danny. Je veux que tu le fasses.

J'ai poussé en elle. Elle a crié, mais je ne pense pas à la douleur. J'ai glissé jusqu'en elle. Oh mon dieu, comme c'était bon ! Elle se débattait comme une folle sous moi ; nous risquions de tomber des sièges. J'ai posé une jambe sur le sol pour nous stabiliser, et j'ai essayé de la retenir un peu. Elle a enroulé un bras autour de mon cou et m'a tiré vers son visage et elle m'a embrassé et m'a mordu la lèvre.

"Tu es si gentil, Danny, je t'aime." roucoula-t-elle. J'ai pensé que c'était très gentil de sa part de le dire. J'ai commencé à entrer et sortir d'elle, presque instinctivement. Elle haletait à chaque fois que je m'enfonçais en elle. Nos yeux étaient verrouillés, notre respiration était lourde, nos mouvements ont commencé à se compléter. "Oh mon Dieu, oh merde !" gémit-elle. "Tu te sens si bien... tu es si bien..." Je me sentais comme un champion, la regarder m'a peut-être fait oublier à quel point ma bite se sentait bien glisser dans et hors de sa chatte serrée humide, parce que lorsque j'ai concentré mon attention sur ma bite, j'ai commencé à sentir cette vague me submerger. Oh non! Je ne savais pas vraiment quoi faire. J'ai continué à pomper, bien sûr, mais j'ai prévenu Becky aussi vite que possible.

« Becky ! » J'ai pleuré. "Becky, je suis, je suis..."

"Ok, ok... ça va... allez Danny," dit-elle, sa voix si rassurante que je me détendis un peu et commençai à gicler en elle, plus que jamais auparavant, même dans sa bouche. C'était si bon que je pense que j'ai peut-être mordu son épaule un peu trop fort, mais elle ne s'est pas plainte du tout, elle m'a juste tenu pendant que je pompais de la glu en elle. "Bon garçon, tire-le en moi. Bon garçon, tout ce que tu as!" Je l'ai fait. Tout ce que j'avais. J'étais tellement excité. Elle a tenu mon visage entre ses mains et m'a donné un de ses grands baisers humides. "Mm." dit-elle. "Tu es merveilleux, Danny." Je pensais qu'elle était assez merveilleuse aussi. Et je le lui ai dit.

"Becky, je t'aime vraiment." lui dis-je, ma voix se brisant. "Tu te sentais si bien. Je n'ai jamais su ce que c'était. Je n'en avais aucune idée." Ma bite était toujours enfouie en elle, devenant un peu molle, mais je l'ai laissée en elle parce qu'elle était chaude et confortable là où elle était, et elle ne m'a pas demandé de la retirer. Nous sommes restés ainsi un moment. Elle m'a dit à quel point ça lui faisait du bien que je la baise. Et cela m'a un peu excité à nouveau. Finalement, elle le remarqua et haleta un peu.

« Danny ! Est-ce que tu deviens encore dur ? » J'ai hoché la tête, un peu honteuse, espérant que ça ne la rendait pas folle. « Goody… J'espérais que tu le ferais. J'ai duré beaucoup plus longtemps cette fois, probablement trois ou quatre minutes. je lui ai bien donné; elle a crié mon nom encore et encore. Elle s'est beaucoup agitée à la fin et a tremblé de partout. Ses yeux se sont fermés et elle a crié très fort, je pensais que tout le monde à la gare routière viendrait en courant. Quand j'ai recommencé à jouir, elle m'a tenu le visage en me souriant gentiment, m'encourageant à la remplir !

Nous nous sommes habillés et avons rangé notre nourriture. "Nous devons aller laver Danny," dit-elle en me tendant la main. Elle nous a conduits aux toilettes, où nous nous sommes séparés. Je suis allé à l'évier et j'ai mouillé un tas de débarbouillettes, et je suis entré dans l'une des cabines et j'ai nettoyé du mieux que je pouvais. Je l'ai fait deux fois vraiment, je voulais m'assurer que si Becky embrassait ma bite, elle aurait un goût propre. J'espérais qu'on pourrait s'amuser un peu plus, je suppose. Je l'ai attendue devant les toilettes des femmes. Quand elle est sortie et m'a vu, elle a souri timidement. Elle s'est approchée de moi et s'est tenue devant moi en me regardant. Je mis mes bras autour d'elle et la serrai contre moi. Elle a commencé à pleurer un peu, et ça m'a rendu triste, j'espérais que je ne l'avais pas rendue malheureuse ou blessée de toute façon. Elle m'a assuré que non.

"Je suis juste heureuse, c'est tout", a-t-elle expliqué. Je pense que c'était peut-être la première fois que j'étais vraiment troublé par le comportement d'une fille, mais cela s'est certainement reproduit, plusieurs fois. "Parce que tu es si gentil avec moi."

J'ai appelé ma mère à frais virés depuis une cabine téléphonique tandis que Becky se tenait à proximité. J'ai assuré à ma mère que tout allait bien, merveilleux en fait. J'ai un peu parlé à ma mère de ma nouvelle amie Becky, et quand je l'ai regardée, elle rougissait, me regardant d'un air rêveur. Nous sommes retournés à notre bus vide et avons mangé plus. Elle a insisté pour me nourrir. Nous avons mangé les sandwichs que ma mère avait mis dans mon sac, ainsi que des chips et des crackers. Elle m'a fait des gaufrettes à la vanille et des sandwichs au beurre de cacahuète pour le dessert. J'étais vraiment plein quand elle a cessé de mettre de la nourriture devant ma bouche. « Veux-tu du lait,
Dany ? On pourrait aller te chercher du lait. . ."

J'ai secoué ma tête. "Je suis vraiment rassasié, Becky." J'ai expliqué. Elle a eu un regard satisfait sur son visage et nous nous sommes détendus sur nos sièges. Elle m'a demandé de lui en dire plus sur mes livres.

"Précisément là où tu t'étais arrêté hier soir, Danny, ils étaient dans cette auberge et Frodon a disparu." Elle s'est endormie environ vingt minutes plus tard, la tête sur mes genoux, mais je suis resté éveillé pour ne pas rater notre bus.

A continué. . . .

Articles similaires

Famille d'accueil Chapitre 9

Salut les gars, désolé pour le temps que ça fait. J'espère que vous apprécierez ^_^ Les mêmes notes s'appliquent. Il s'agit d'une œuvre de FICTION tout semblant d'événements réels est entièrement une coïncidence. Si vous avez moins de 18 ans (ou 21 selon l'endroit où vous vous trouvez) ou s'il est illégal pour vous de lire ceci pour quelque raison que ce soit, ou si les relations sexuelles entre garçons/hommes vous offensent de quelque manière que ce soit, veuillez ne pas lire. sinon profitez-en ! _______________________________________________________________________________ Chapitre 9 Positif. Ce seul mot est resté dans la tête des garçons le reste...

2K Des vues

Likes 0

Le compagnon du champion 12

La fin de l'été dans le Menthino était une période chargée. Kaarthen se retrouva dans la gigantesque salle des cartes du palais. L'étage entier était une image en mouvement en temps réel de Menthino, des échelles sur rouleaux et des tables à cartes sur roues étaient le long des murs. Marcos était vêtu de façon presque décontractée d'une chemise en soie vert foncé et d'un pantalon Safi noir. La reine et deux princesses, Saliss l'aînée et Ruegin, écoutaient avec elle les plans annuels de migration des vastes plaines inondables vers Cardin. Trois Hjordis en Safi noir avec leurs cheveux relevés en...

2K Des vues

Likes 0

L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : Désolé :( je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis...

1.9K Des vues

Likes 0

Le père de mon ami 8

Le lendemain, c'était normal comme d'habitude. J'allais à l'école avec Jeanette et nous étudiions dans sa chambre après les salles, mais bien sûr, nous avions tous les deux quelque chose en tête qui serait classé sous « Coquine » si vous voyez ce que je veux dire. « Est-ce que vous vous êtes vraiment masturbé pendant que vous nous regardiez ? » J'ai demandé. Oui, il faisait vraiment chaud. Je veux dire qu'il te labourait comme un fou. Je suis surpris que les voisins ne nous râlent pas en ce moment. Je veux dire en te regardant, je n'aurais aucune idée que tu gémissais...

1.9K Des vues

Likes 0

journal d'une femme au foyer. partie un.

Se marier a causé beaucoup de stress dans nos vies. Rick refuse de me laisser travailler, et même avec une nouvelle maison en ville (dans un quartier à faible revenu) et des factures qui s'accumulent, il refuse de bouger. Cela nuit à notre relation et nous met à rude épreuve émotionnellement et sexuellement. Il travaille constamment. Le stress rend difficile pour lui d'être affectueux. Vous voyez où cela va. Je suis une bonne fille. Et une bonne épouse. J'ai essayé pendant des semaines de le satisfaire. Chaque matin, je l'ai sucé à sec. Quand il est rentré tard, j'ai mis mes...

1.9K Des vues

Likes 1

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

1.9K Des vues

Likes 0

Grand garçon 1

BigBoy 1 modifier 2 À la fin des années 70, après avoir divorcé de ma deuxième femme, j'ai commencé à frapper la scène de la fête à nouveau.. J'ai rencontré cette femme dans un bar une nuit décidé d'aller chez moi. En chemin, nous sommes passés devant une librairie pour adultes, Elle m'a demandé si j'y étais déjà allé et bien sûr j'ai dit oui parce que le la propriétaire était une cliente et une amie. Elle a dit qu'elle ne l'avait jamais été parce que elle était trop timide pour y aller toute seule.. Je lui ai proposé de l'accompagner...

2K Des vues

Likes 0

Les rêves d'Ashley

Tous les noms et l'emplacement ont été modifiés Faites-moi savoir comment vous aimez l'histoire. C'est ma première histoire ici. ================================== Quand j'ai posé les yeux sur Ashley pour la première fois, j'étais en 7e année. Nous étions jeunes. Mes premiers vrais sentiments ont commencé en 9e année. Son anniversaire était 2 semaines avant le mien. Quand j'ai eu 16 ans, j'ai organisé une grande fête. Et bien sûr, Ashley était là. Entre les années où j'étais l'une de ses meilleures amies, elle n'était pas de notre ville, elle a déménagé de Floride en 7e année. Elle était du genre timide. Mais...

2K Des vues

Likes 1

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.