L'INTRUS_(2)

1KReport
L'INTRUS_(2)

L'intrus
De : Patrick Augello

C'est mercredi. Le pire jour de la semaine. Aussi connu comme le jour où je fais le trajet de vingt minutes avec ma belle-mère, Lisa, jusqu'au bureau du Dr Levinowitz pour discuter de mes problèmes. Après l'incident, mes blessures, ainsi que les frais médicaux et le stress, ont déchiré ma famille. Ma mère biologique s'est suicidée après avoir vu le visage mutilé de sa précieuse fille. Eh bien, corps mutilé vraiment. Elle ne pouvait pas supporter la douleur émotionnelle, alors elle a pris sur elle de boire une demi-bouteille d'eau de Javel suivie d'une poignée de vodka.

Lisa est une femme formidable, vraiment. Elle veut bien faire et elle a aidé mon père à réparer son cœur brisé dans les années qui ont suivi tout ce qui s'est passé. Cependant, elle n'est pas une remplaçante. Elle n'a pas le même visage doux et mes mêmes yeux verts brillants que ma mère avait. Alors qu'elle m'aidait à sortir de la voiture et à monter dans mon fauteuil roulant en cuir noir, je n'ai pas pu m'empêcher de jeter un coup d'œil aux moignons décevants où mes jambes devraient être. Ce que je donnerais pour revoir quelqu'un face à face. J'ai ignoré l'idée, comme je le fais habituellement, l'ignorant comme un faible fantasme; un rêve qui ne se réalisera jamais.

« Je te verrai dans une heure, Nicole. Dit Lisa d'un ton rassurant en me tournant le dos ainsi qu'au Dr Levinowitz.

"Alors, nicole, commençons par ces cauchemars dont tu n'arrives pas à te débarrasser." Dit le Dr Levinowitz avec son accent juif new-yorkais professionnel. Il parlait avec une sorte d'ennui, comme si j'étais juste un autre patient pour lui. Une autre fille triste de 18 ans. Je me demandais même pourquoi je venais encore le voir, me souvenant que c'était à cause de mon désir éternel de voir mon père heureux, et la seule façon de le faire était de prétendre que j'allais mieux ; que j'étais heureux aussi.

"Ils sont les mêmes tous les soirs, Dr. Je vois le visage de cet homme horrible dans tout ce que je fais."

La pièce sembla tourner autour de moi alors que je commençais à rappeler mes rêves au Dr Levinowitz. Ils étaient toujours un souvenir exact des événements de cette journée infâme. Un mélange de sons, d'émotions, des médias sans fin et de l'attention de la presse. Je semblais entrer en transe alors que mes yeux se troublaient et que mon esprit subconscient renversait ses secrets bien connus à l'homme assis en face de moi.

C'était un lundi matin d'avril normal et morne au lycée de Clifton Heights. Je n'étais qu'un étudiant de première année à l'époque, maladroit et solitaire. J'avais de gros cheveux touffus, un monosourcil solide et j'avais un léger problème de poids. J'avais une amie, qui s'appelait Marissa, et elle avait agi de manière assez distante ces derniers temps. Elle n'a jamais vraiment voulu être vue avec moi, craignant toujours d'être considérée comme "pas cool" par les enfants populaires pour avoir traîné avec le plus grand perdant de l'école.

Alors que je marchais dans le couloir vers mon premier cours d'anatomie, je l'ai vu. Evan cranshaw, le plus beau spécimen de mâle que l'on puisse demander. Il avait de grandes et larges épaules, des dents parfaites, des yeux bleu électrique brillants et des bras de la taille de ma cuisse. Ses cheveux étaient un peu indisciplinés, mais cela le rendait encore plus irrésistible.

Je l'ai suivi en classe, me préparant à succomber à l'ennui sans fin de la voix de Mme Greene, sachant que dans les cinq minutes je me serai complètement déconnecté du matériel de cours pour fantasmer sur l'homme sans défaut assis deux sièges à droite de moi.

Au fur et à mesure que ce scénario prédit se déroulait, je me suis retrouvé à glisser de plus en plus profondément dans mes rêveries, jusqu'à ce qu'il semble que rien ne puisse m'en sortir. Rien à part le son du haut-parleur qui crépite.

"Veuillez respecter le serment d'allégeance." Dit la voix féminine avec lassitude. J'ai emboîté le pas alors que tout le monde se levait. "Je jure allégeance au drapeau des États-Unis d'Amérique." Personne n'a chanté la promesse familière avec elle, sauf moi. Typique. "Et à la république, pour laquelle il-..." La voix s'interrompit, et fut suivie d'un cri à glacer le sang. "VEUILLEZ NE PAS. S'IL VOUS PLAÎT. NON. OH MON DIEU AIDEZ-MOI ARGH--..."

« TOUT LE MONDE VIENT DANS LE COIN DE LA SALLE. MAINTENANT !! Cria Mme Greene, sa voix crépitant de peur. Alors que tout le monde se blottissait dans le coin, j'ai remarqué que Mme Greene avait oublié de verrouiller la porte. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, la poignée cliqueta et la porte s'ouvrit pour révéler un homme vêtu de noir de minuit, avec un masque de ski sur le visage. Il mesurait environ 6 pieds de haut, soit 6 pouces de plus que moi. J'ai tremblé de peur quand il a fouillé dans sa poche et a sorti une arme de poing de ses profondeurs.

"Bien bien bien. Regardez nous avons ici! Cela va être aussi simple que de tirer sur des poissons dans un tonneau." À travers les fentes pour les yeux du masque de ski, j'ai vu les yeux en amande de l'homme pétiller de joie.

"Ce serait tout simplement trop facile..." pensa-t-il à haute voix. "Je pense que je vais beaucoup m'amuser avec vous avant de vous finir tous. Mais d'abord..."

L'homme s'est approché d'un garçon, Joseph, assis dans le coin en face de moi, et lui a tiré entre les yeux. Une ondulation de terreur et d'effroi absolus engloutit la pièce. Mme Greene poussa un cri étouffé.

"C'était pour vous montrer à tous que je ne blufferai pas aujourd'hui. VOUS ! À l'avant MAINTENANT !"

Mon cœur se serra lorsque l'homme sans nom pointa son doigt ganté vers moi.

"J'AI DIT MAINTENANT ! NE ME FAITES PAS ATTENDRE !"

J'ai déambulé jusqu'à l'avant de la pièce.

"Hé, moche." Dit l'homme avec un empressement malade. "Vous êtes sur le point de recevoir le plus grand plaisir sexuel qu'un homme ne vous offrira jamais de toute votre vie."

J'ai regardé embarrassé et honteux, car Evan ne pouvait pas détacher ses yeux de moi. En fait, ça m'a en quelque sorte excité. Au moins, il sait maintenant que j'existe.

"Voyons d'abord tes seins souples !" Cria l'homme alors qu'il arrachait mon tee-shirt evanescence pour révéler mon soutien-gorge blanc uni en dessous, soutenant une paire de 36 C.

"Quelle classe est-ce de toute façon, Anatomie? Parfait. Je vais vous donner une leçon sur le corps humain que vous n'oublierez jamais. Si je vois l'un d'entre vous détourner le regard de ma leçon, ou protéger vos sens de quelque manière que ce soit, je vais n'hésite pas à te tirer dessus comme un chien malade." L'homme rit avec une joie maniaque.

"D'abord, je vais vous montrer à tous à quel point le corps peut tolérer. L'anatomie humaine est une chose merveilleuse. Elle peut supporter de nombreuses extrémités lorsqu'elle est mise à l'épreuve. Nous allons commencer par démontrer l'élasticité et l'allongement de l'anus !"

La salle regarda en panique tandis que l'homme me criait des ordres. "Déshabille-toi, sale salope ! Aucun homme ne mettra jamais sa bite à moins d'un pied de toi, alors autant profiter de ça tant que ça dure !"

Mon cœur fit un petit bond, un sentiment d'embarras total mélangé à de l'excitation à l'idée qu'Evan voit mon corps nu. Me penchant sur le bureau de Mme Greene, l'homme étrange a écarté mes joues, exposant mon trou du cul et ma chatte poilus et jamais rasés. Il a ensuite expliqué,

Ici se trouve le sphincter, le muscle qui expulse toute ta merde. Cependant, les pédés de nos jours aiment se baiser le trou du cul. L'anus a été fait pour la circulation à sens unique, mais comme je l'ai dit, le corps humain peut faire des choses incroyables..."

L'homme s'est approché du tableau noir, où il a ramassé le bâton de mètre en bois. La chose devait avoir cent ans, avec de la rouille se formant aux extrémités métalliques et des éclats suspendus à la surface de tous les côtés.

"Je vais vous montrer à tous à quel point vos entrailles sont longues!"

L'homme a commencé à enfoncer le bâton dans mon trou du cul vierge. Le sentiment n'était pas nouveau pour moi, car je me suis souvent caressé à la pensée d'Evan Cranshaw.

Un pouce est entré, puis deux pouces, puis trois, quatre, cinq, six, jusqu'à 15 pouces. Je gémis d'une douleur inimaginable en sentant la rouille me gratter les intestins et les éclats se planter dans les parois de mes entrailles. Il lâcha alors le bâton de bois et s'exclama :

"Wow ! Est-ce que vous regarderiez ça ? Un 15 pouces entier !" Personne ne semblait étonné. Rien d'autre que la peur ne saisit la foule de mes pairs qui regardait.

"Maintenant, je veux vous apprendre à tous une leçon sur l'estomac humain. Une question qui a toujours tourmenté mon esprit, est la conséquence de l'ingestion d'excréments humains. J'aimerais beaucoup le savoir. Des volontaires ?"

La pièce était aussi immobile et silencieuse que jamais. Si calme, tout ce que vous pouviez entendre était ma respiration saccadée.

« Personne ? Eh bien, pourquoi ne pas te laisser choisir, ma chérie ? » Dit mon ravisseur en se tournant vers moi.

C'était ma chance. Je savais que j'allais être torturé jusqu'à la folie, alors pourquoi ne pas en profiter un peu ? Avec un visage apparemment réticent, j'ai pointé Evan.

"Je suis tellement désolée," marmonnai-je doucement, savourant secrètement l'idée qu'Evan succombe à mon corps.

"Bon choix!" Dit mon ravisseur. "Je crois que tu feras bien mon offre. Comment t'appelles-tu, mon fils?"

« Evan… » Cracha-t-il, un mélange de peur et de dégoût évident dans sa voix et son visage. Le dégoût de moi, ou la situation dans son ensemble ? Cela n'avait pas d'importance, car je savais qu'Evan allait bientôt me faire ressentir des choses que je n'aurais jamais imaginées dans mes rêves les plus fous.

"Maintenant, Evan, je veux que tu attrapes ce bâton de mètre et que tu tortures le trou du cul de cette sale garce jusqu'à ce que je le juge bon. Si tu refuses, je mettrai ce pistolet dans ta bouche et te ferai sauter la cervelle."

Evan, voyant peu de choix en la matière, a saisi le bâton de mètre et a commencé à le pomper dans et hors de mon anus serré. J'ai fait semblant d'être dans un état de choc et de dégoût.

"Qu'est-ce que tu fous, putain de paresseux ? Tu n'as même pas l'air de t'amuser ! Je veux que tu déchiquetes le trou du cul de cette chatte comme du fromage cottage. Ce n'est pas comme si elle l'utiliserait de cette façon de toute façon ."

"Suivant l'ordre du malade, Evan a commencé à enfoncer violemment le bâton de mètre dans mon être, le tordant, le déchirant. J'ai senti le bâton de mètre me déchirer l'intérieur et j'ai su que je saignais de l'intérieur. J'ai gémi avec un mélange de pure douleur et extase.

"C'est vrai !! Maintenant, sors le tout et mets ton visage sur son trou !"

Evan a fait ce qu'on lui avait dit. Le bâton de mètre est sorti de moi, avec chaque once de merde que mon corps avait traitée. Des morceaux bruns se sont déversés de mon trou du cul comme des chutes de Niagara, crachant sur le sol et Evan lui-même.

« Maintenant, espèce de fils de pute, tu vas mettre cette merde dans ta main et la manger comme une glace ! »

À cela, Evan se mit à sangloter. « Je ne le ferai pas, je ne le ferai pas », fut tout ce que je pus discerner parmi les supplications du garçon.

"Tu vas le faire, putain de connard, ou je te fais exploser la cervelle contre le mur !"

Evan, incapable de prendre une décision, s'est évanoui de peur et de dégoût, ainsi que de l'odeur pure provenant de lui-même et du sol sur lequel il a atterri.

« C'est ce qui arrivera à ceux d'entre vous qui me défient ! Cria l'homme en traversant la pièce vers le tiroir à ciseaux. Il attrapa les plus gros qu'il put trouver, une paire de voilages de cuisine. Revenant à Evan, il commença à couper la peau du garçon inconscient. L'homme s'est coupé sur tout le corps, jusqu'à ce que le sang s'accumule sur le sol. L'homme a ensuite déshabillé le garçon et, prenant les voilages, a coupé l'intégralité de la virilité d'Evan. Ensuite, il ramassa la merde avec sa main nue, prenant un moment pour savourer l'odeur, et l'étala sur les blessures d'Evan, s'assurant que le garçon mourrait de ses infections en quelques heures.

L'homme mystérieux a alors soulevé le pénis sectionné et s'est retourné vers moi. « Tu vas manger cette putain de bite », m'ordonna-t-il. "Je sais que tu voulais avoir une bouchée de ce jeune garçon ici, et maintenant c'est le moment !"

"Comment saviez-vous cela ? !" J'ai interrogé.

"Peut-être que ton, euh, 'ami' n'est pas du tout si amical avec toi !" dit-il avec malice.

Je tournai la tête et vis les yeux de Marissa pétiller.

"Toi!" J'ai crié. "C'est toi qui est derrière tout ça !"

«Oui», a-t-elle répondu parmi la foule des élèves de 9e année. "J'étais tellement ennuyé par votre obsession constante pour Evan, qui est MON ex petit ami après tout. Alors, j'ai pensé à un moyen de me venger de vous deux. Vous êtes puni pour être une salope dégoûtante qui vous poignarde dans le dos, alors il a eu ce qu'il mérite pour être un menteur infidèle !"

"Mais marissa..." m'écriai-je d'exaspération, "je pensais que nous étions amis..."

« Tu n'as pas d'amis. Qui pourrait être ami avec toi ? Elle répondit.

"D'accord, ne nous laissons pas distraire," dit l'homme. "Tu vas manger la bite, les couilles et tout le reste de ce garçon."

"Je ne le ferai pas !" J'ai répondu. J'avais toujours rêvé de sucer la bite d'Evan, mais j'avais imaginé qu'elle serait toujours attachée à lui.

"Si tu ne manges pas cette bite, alors je ferai frire ta vilaine petite bouche jusqu'à ce que tu n'aies plus le choix de ce que tu en feras !"

J'ai crié, donné des coups de pied et pleuré pendant que mon ravisseur m'attachait à la chaise de bureau de Mme Greene. Ensuite, alors que j'étais assis nu comme Adam et Eve, je l'ai vu se procurer une petite bouteille d'essence dans les profondeurs de sa robe noire.

"Parce que vous ne voudriez pas faire face à ma volonté, je vais vous apprendre une dernière leçon d'anatomie. Seulement cette fois, nous allons également incorporer un peu de chimie. Je vais me débarrasser de tous ces poils sur vos jambes, ainsi que ta vilaine moustache. On va la brûler !"

"Non!!" m'écriai-je.

"Oui!" Il a répondu. "Et cette pensée m'excite tellement que je vais demander à ton cher vieux professeur de me sucer pendant que tu brûles vif!"

Le regard d'horreur sur le visage de Mme Greene, je le savais, n'était qu'un acte. J'avais entendu des rumeurs sur ses putains de membres de l'équipe de football après l'école. Je savais qu'elle était une sale garce, et tout le monde aussi. N'ayant pas d'autre choix, Mme Greene a traversé la pièce.

L'homme a vidé le bidon d'essence sur mon visage et mes jambes alors que je criais et suppliais, mais en vain. Alors qu'il laissait tomber l'allumette, la dernière chose que j'ai vue de mes yeux éveillés était que Mme Greene se mettait à genoux alors que l'homme se procurait son monstre de 10 pouces, non circoncis et couvert de poils et de verrues.

Tout brûlait. Une douleur atroce a secoué mon corps mutilé Alors que l'obscurité m'engloutissait, j'ai entendu le cri à glacer le sang de Marissa lorsqu'un coup de feu a été tiré, suivi du son des sirènes de police. Un autre coup de feu a été tiré et tout est devenu noir.

Et donc ici je suis assis, vous parlant Dr. Levinowitz, quatre années douloureuses plus tard. Le ravisseur, comme vous le savez, a été abattu, ainsi que Marissa. Mes jambes étaient irrécupérables et ont dû être amputées. Mais me voici, après que mon esprit et mon corps aient été mutilés au-delà de toute reconnaissance, après avoir perdu ma mère et ma famille. Cette journée mouvementée est tombée dans l'infamie, pour n'être rappelée que par de vagues articles de journaux et des cauchemars obsédants. Je m'appelle Nicole et voici mon histoire.

La fin.

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.