Sheer Envy parties 2 et 3

900Report
Sheer Envy parties 2 et 3

Il m'avait fallu des heures pour m'endormir après ce que j'avais vu cette nuit-là. Mon esprit était sous le choc, une tempête tourbillonnante d'émotions. J'avais vu le père de mon ami - un homme que j'admirais secrètement pendant des années - entrer dans notre chambre la nuit pendant notre sommeil hebdomadaire et agresser notre autre amie inconsciente pendant qu'elle dormait. J'avais vu ma première vraie bite. J'avais été témoin de ma première agression sexuelle. J'avais vu du sperme pour la première fois, en regardant sa grosse bite l'avoir giclé sur le visage inconscient de mon ami. J'ai passé les heures suivantes à le parcourir dans ma tête.

Pourquoi Claire et Tara ne se sont-elles pas réveillées ? J'ai réalisé que ce devait être le gâteau au fromage que Théo, le beau père de Taras et apparemment sexuellement déviant, avait préparé pour le dessert la veille au soir. J'avais donné ma part à mes amis lorsque Théo était sorti de la pièce, ayant fait le plein de dîner et ne voulant pas le blesser en le refusant.

Avait-il fait cela auparavant ? J'ai réalisé que la semaine d'avant, il avait attendu pour nous donner le dessert jusqu'à ce que nous ayons fini notre film d'après-dîner. Nous nous sommes endormis peu de temps après et nous nous sommes réveillés en nous sentant particulièrement groggy. J'avais été plus touché, me sentant un peu malade le lendemain. Mais avant cela, nous n'avions jamais mangé ni été directement au lit, alors j'ai décidé qu'il était peu probable qu'il nous ait drogués avant.

S'intéressait-il uniquement à Claire ? Je me suis brièvement demandé, espérons-le, s'il s'intéressait à moi de la même manière. Mais non. J'étais la "mignonne" de notre petit trio. Claire était la grande et mince blonde pâle avec les énormes seins du bonnet E qui se promenait sans soutien-gorge avant l'heure du coucher. Tara était la fille bronzée, sportive, à la recherche d'un modèle de fitness avec un corps parfait. J'étais juste le nerd. Les garçons ont appelé mes amis chauds, mais le meilleur que j'ai eu était "mignon". La petite tache de rousseur faisait face au gingembre qui avait l'air 5 ans plus jeune que les autres et s'habillait de façon conservatrice, se cachant sous des vêtements amples tandis que les autres montraient leurs atouts. Et bien sûr, Tara était sa fille, donc c'était peu probable - même si j'ai ressenti un bref éclair d'excitation à cette pensée taboue. Mais non, il était allé droit sur Claire, remontant sa chemise, jouant avec ses gros seins et violant sa bouche pendant qu'elle dormait.

La question suivante était, le ferait-il encore ? Je ne voyais aucune raison de ne pas le faire et j'ai commencé à planifier, à réfléchir à des moyens de rester éveillé pour en voir plus la prochaine fois, en espérant le voir s'aggraver et faire plus à mon ami. En espérant que peut-être, éventuellement, il se lasserait d'elle et se tournerait vers moi.

Malgré mon inexpérience, j'avais toujours secrètement fantasmé sur des choses que mes amis qualifieraient de malades. Des choses comme le viol. Alors cette nuit avait été un rêve devenu réalité, même si j'étais malade de jalousie que, comme d'habitude, Claire ait été choisie à ma place. J'ai commencé à jouer avec moi-même, confiant que mes amis resteraient endormis et un peu excité par cette pensée. J'ai commencé à me traiter un peu plus brutalement, en pinçant mes mamelons et en jouant avec mes seins comme il avait joué avec Claires. Je me suis caressé, imaginant que c'était ses gros doigts au lieu des miens. Je mis trois doigts en moi, me traitant plus durement que jamais alors que je fantasmais que Théo reviendrait pour plus, seulement pour me trouver en train de jouer avec moi-même et de tourner son attention vers moi à la place. Peut-être qu'il saisirait ma tête et forcerait sa grosse bite veinée dans ma bouche ? Ou peut-être qu'il grimperait sur moi, et prendrait ma virginité ? Mes pensées sont devenues de plus en plus perverties jusqu'à ce que j'atteigne mon paroxysme et que je sombre dans un sommeil profond et réparateur.

***

Bien que les autres aient été drogués, j'ai été le dernier à me réveiller. Je suppose que rester éveillé si longtemps m'avait durement touché. Tara m'a secoué pour me réveiller, déjà brillant et pétillant, et je me suis assis lentement. J'ai repensé aux événements de la nuit dernière et je me suis dit que ça devait être un rêve saisissant. Je n'en avais certainement pas envie, mais cela avait plus de sens.

"Allez" dit joyeusement Tara "Tu ne veux pas manquer le petit-déjeuner !"

Nous nous sommes rhabillés à tour de rôle dans la salle de bain de Taras, et j'en ai profité pour m'asperger le visage d'eau en repensant à tout ce que j'avais vu - ou rêvé - la nuit dernière. Nous sommes descendus en groupe, et là se tenait Théo, nous souriant heureux depuis le poêle alors qu'il préparait un lot de crêpes.

« Juste à temps ! J'espère que vous avez tous faim !

« Je meurs de faim », a répondu Claire. « En plus, j'ai un goût bizarre dans la bouche. »

Un regard inquiet traversa le beau visage de l'homme. « Oh ? Vous vous sentez bien ? »

Je me mordis la lèvre, soudainement terrifié qu'il soit découvert, mais Claire se contenta de sourire, répondant avec empressement "Rien que les pancakes ne puissent réparer !"

"Je suis content de l'entendre", dit-il avec un rire joyeux, glissant une crêpe de la poêle à frire sur l'assiette devant Claire avant de se tourner vers moi. « Et toi, Amy ? Tu es un peu pâle, as-tu dormi la nuit dernière ?

"Oui!" J'ai répondu un peu trop rapidement avant de me reprendre et de me forcer à sourire. "Je suis juste un peu groggy. J'ai juste besoin de me réveiller un peu."

Theo acquiesça pensivement alors qu'il s'occupait des pancakes. "Eh bien, j'espère que tu te sentiras mieux bientôt. Nous ne voudrions pas que tu tombes malade."

Et ainsi le reste de la journée se passa à peu près comme d'habitude. Nous sommes allés nager, nous avons déjeuné, regardé des films et parlé des garçons. Mais pendant tout ce temps, je n'arrêtais pas de penser à Théo. Son corps, en voyant sa bite, et certainement le fait qu'il nous ait drogués afin d'utiliser mon ami comme jouet sexuel. Je suis rentré chez moi vers six heures, et c'était tout ce à quoi je pouvais penser. A partir de là, j'étais obsédé. J'ai commencé à chercher du porno viol, j'ai lu des histoires de personnes qui avaient été droguées et agressées, j'ai lu sur diverses drogues consommées et j'ai cherché des moyens de les contrer pour pouvoir tout revoir la semaine prochaine. J'ai aussi commencé à penser à des façons de faire semblant de le manger, ou même de le vomir après.

Ça a traîné, mais j'étais tellement excité. Nous avons fait toutes les choses habituelles, mais toute la journée j'ai continué à penser à ce que j'espérais voir après que les autres soient allés se coucher. Mais la catastrophe a frappé - Claire a trop mangé pour le dîner, et quand Theo est entré alors que nous avions fini de regarder un mauvais mouvement d'horreur pour nous donner de la mousse maison, Claire a mis la sienne de côté. Elle n'en mangea qu'une fraction, tandis que je regardais Theo essayer de cacher sa déception. Normalement, j'aurais supposé que c'était parce qu'il voulait que nous apprécions ses créations, mais bien sûr, maintenant, je savais mieux. Je doute que les autres l'aient remarqué, mais j'ai vu ses yeux s'attarder sur la poitrine impressionnante de Claire où les contours sombres de ses mamelons pointaient sur son haut blanc transparent habituel, ses seins enviables se tendant à nouveau contre le tissu alors qu'elle s'asseyait sur le canapé, alors qu'elle s'est excusée et s'est concentrée sur le film terrible que nous avions regardé. Son expression déçue m'a dit que mes propres espoirs pour cette nuit-là venaient de disparaître. J'ai mangé le mien, sachant qu'il ne serait pas assez stupide pour prendre le risque maintenant de toute façon, et que cela pourrait le faire douter de tout son plan si je ne le faisais pas, et nous nous sommes endormis peu de temps après.

Mon sommeil, bien que certainement plus profond que ce que j'obtiendrais à la maison, n'était pas aussi profond qu'il l'avait été cette nuit-là, il y a quelques semaines, lorsque je soupçonne que nous avions été drogués pour la première fois. J'ai été le premier à me réveiller. Alors que je réfléchissais au lit, j'ai réalisé que Théo avait pris soin de me donner un dessert spécifique. M'avait-il donné une dose plus faible, à cause de mes étourdissements ces dernières fois ? J'ai commencé à réfléchir à la façon dont je pourrais utiliser cela à mon avantage, et quand les autres se sont réveillés, j'ai fait semblant de dormir un peu plus longtemps. Je me sentais bien éveillé, mais j'ai agi un peu groggy.

Quand nous sommes descendus, Théo était encore en train de préparer le petit déjeuner.

"Bonjour, les filles" dit-il avec un sourire "Est-ce que tout le monde a bien dormi ?"

Nous avons hoché la tête et avons donné un chœur de oui, et il m'a regardé "Et toi, Amy? Je sais que tu t'es senti un peu mal le matin les dernières fois où tu as dormi."

"Beaucoup mieux cette fois", dis-je, me donnant intentionnellement l'air juste un peu groggy. "Mais toujours pas à cent pour cent."

"J'espère que ce n'est pas une réaction à quelque chose que j'utilise pour cuisiner. J'essaierai quelque chose de différent la prochaine fois, je pense connaître le problème."

"J'ai hâte d'y être", dis-je avec un sourire très sincère, espérant que cela signifiait un médicament beaucoup plus faible. Je n'étais toujours pas sûr de pouvoir me débarrasser de sa nourriture sans être découvert, et je soupçonnais que je pouvais trouver un moyen de contourner une dose plus faible.

Le reste de la journée fut normal, une fois de plus. Nous avons nagé, nous sommes allés faire du shopping, nous avons déjeuné, puis je suis rentré chez moi, frustré et excité. J'ai continué mes recherches, et j'ai même commencé à jouer avec le maquillage. Pourrais-je lui faire me regarder comme ça ? Pourrais-je lui faire me toucher la prochaine fois, au lieu de Claire ?

J'ai continué à planifier et à rêver.

Encore une semaine qui traîne. Une autre semaine d'école, des bavardages inutiles et toutes les choses que j'aimais habituellement mais que je ne pouvais pas. Je me suis retrouvée encore plus jalouse de Claire, et ça me dérangeait à chaque fois qu'un homme la regardait. J'avais du mal à me concentrer sur les études, et mes émissions de télévision, youtubers et jeux habituels semblaient fades et sans intérêt. Au lieu de cela, je me suis plongé plus profondément dans mon obsession pour les agressions sexuelles, passant le plus clair de mon temps à rechercher du porno viol mal joué, à parler sur des forums ou à jouer des rôles avec des hommes étranges dans des forums de discussion.

Le week-end est enfin arrivé, et encore une fois j'ai passé toute la journée à réfléchir à ce que j'espérais voir ou vivre. Nous sommes sortis déjeuner, nous avons fait du shopping et nous nous sommes amusés à jouer au ballon dans le parc, Tara nous surclassant comme d'habitude. Le soir venu, nous avons regardé la télé et fait un peu de shopping en ligne. Après le dîner, nous nous sommes changés, avec Tara et moi en pyjama et Claire, bien sûr, portant un haut sans manches blanc ample qui, d'une manière ou d'une autre, a fait encore plus pour accentuer ses atouts que d'habitude. J'ai remarqué qu'elle avait également décidé de porter un short en coton ample ce soir.

Nous nous sommes installés pour regarder un film d'horreur, et quand ça a traîné, j'ai commencé à m'inquiéter que Théo ne nous donne pas de dessert. Qu'il avait changé d'avis sur son comportement de prédateur. Mais alors que le film atteignait un crescendo, la musique la plus tendue, avec nous tous penchés en avant sur nos sièges, il a sauté au coin de la rue en criant "Dessert!" faisant sauter Tara et moi presque de nos sièges alors que Claire laissait échapper un cri effrayé.

Nous avons tous ri et il nous a présenté à chacun une exquise mousse au chocolat. Je ne pus m'empêcher de sourire comme une idiote à la pensée de ce qu'il voulait dire, et heureusement il prit cela comme une simple envie de dessert. Il nous a donné à chacun une mousse spécifique et a souri pendant que nous creusions. J'étais sûr qu'il m'avait donné une dose plus faible de la drogue qu'il nous avait administrée, alors j'ai fait semblant d'avaler ma première bouchée et alors qu'il se détournait, J'en ai habilement gratté la majeure partie dans un sac en plastique en attente que j'avais placé dans mon sac à main pour cette raison. J'avais pratiqué ce mouvement exact d'innombrables fois au cours des derniers jours et j'étais fier de moi pour l'avoir réussi si parfaitement. Au moment où ses yeux revinrent sur moi, j'en raclais avidement les derniers morceaux dans ma bouche.

"Wow" rit-il alors que je commençais à lécher les bords du petit bol à dessert "Je pense que je vais devoir te faire une double portion la prochaine fois."

"Oui, s'il te plaît", haletai-je pratiquement, à peine capable de cacher à quel point j'étais impatiente de le voir baiser mon amie dans son sommeil.

Il a souri fièrement en se tournant pour partir, et j'ai vu son regard s'attarder sur Claire, sa chemise remontant légèrement alors qu'elle était à moitié étalée sur le canapé, ses jambes écartées de la manière la plus peu féminine alors qu'elle fixait intensément le visage fou de le tueur sur l'écran de télévision. C'était un rapide coup d'œil, mais assez pour que je le remarque avant de quitter la pièce et de retourner dans le couloir.

"Ferme les jambes" dit Tara à Claire.

Claire a simplement souri, a sorti sa langue et a dit "Nah", et c'était tout.

Le film s'est terminé quelques minutes plus tard avec le personnage principal pensant qu'elle s'était échappée, seulement pour être attaquée par derrière avant que l'écran ne devienne noir et que le générique ne s'affiche. Nous nous sommes brossé les dents et nous nous sommes préparés pour aller au lit.

Je ne me souvenais même pas m'être endormi. Je me suis réveillé à sa voix, alors qu'il appelait le nom de sa fille.

« Tara ! » insista-t-il alors que mes yeux s'ajustaient à la faible lumière. Je pouvais le voir là de l'autre côté de la pièce alors qu'il relâchait son épaule, vêtu d'une chemise noire et du même caleçon ample dont je me souvenais de ma dernière expérience.

Apparemment satisfait, il se leva et se dirigea vers nous. Il sembla s'arrêter un instant lorsqu'il vit que j'avais pris le côté du futon où Claire dormait habituellement, et aboya son nom en la secouant rapidement.

Il s'est tourné vers moi et j'ai fermé les yeux, m'assurant de garder ma respiration même si je dormais encore. Sa main agrippa mon épaule et je ressentis une bouffée d'excitation lorsqu'il aboya « Amy ! et m'a secoué doucement. Je restai immobile et le sentis s'éloigner de moi et revenir vers Claire.

Je savais quand il avait allumé la lumière, même avec mes yeux toujours fermés, la soudaine luminosité rose brillant à travers mes paupières le rendait évident, et je pouvais dire qu'il la repositionnait. J'ouvris les yeux à peine, et je pus le voir une fois de plus debout à la tête de Claire, frottant le renflement grandissant de son short.

"Putain ouais" grogna-t-il en se frottant d'une main, l'autre se penchant pour pincer les mamelons de Claire à travers son haut. "Montre-moi ces gros seins, petite salope."

C'était à peine plus qu'un murmure, mais ses mots m'excitèrent encore plus, et je sentis la chaleur croissante entre mes jambes alors qu'il soulevait lentement son haut, ses gros seins se déversant dans la lumière.

Je restai immobile tandis que je regardais, légèrement tourné sur le côté, dos au mur. La lampe au-dessus du futon sur lequel nous étions allongés brillait sur Claire alors que les grandes mains de Theos serraient et tâtonnaient sa chair, tirant et pinçant ses mamelons. La lumière qui brillait entre nous rendait un peu plus difficile pour moi de le voir, mais j'étais reconnaissant que cela rendrait probablement plus difficile pour lui de me voir aussi.

Il a continué à lui parler aussi, sa voix un grondement bas et rauque qui m'a envoyé un frisson dans le dos alors qu'il l'appelait une petite allumeuse, la complimentant sur ses seins. J'ai regardé jalousement alors qu'il se penchait, sa bouche couvrant un mamelon alors qu'il les suçait et les léchait, alternant entre eux avant de se retirer, de sucer et de tirer sur sa chair douce. Son autre main a commencé à bouger, et il m'a fallu un moment pour réaliser qu'il se penchait maintenant vers son short.

« Voyons si nous pouvons t'humidifier un peu » dit-il doucement en se levant une fois de plus, jetant rapidement un coup d'œil autour de la pièce avec ce que je pris pour un moment de culpabilité.

Mais ensuite il bougea, attrapant ses hanches et la tournant pour que ses jambes pendent du lit. Il la repositionna, son bras épais et fort faisant une boucle sous elle alors qu'il la déplaçait pour que sa tête repose contre mon ventre et ses jambes pendantes du lit. Je le regardai se mettre à genoux, tirant ses jambes par-dessus son épaule et tirant son short en coton léger sur le côté. Sous cet angle, je pouvais à peine distinguer une petite touffe de ses poils pubiens pâles alors qu'il enfonçait sa tête entre ses jambes. Ses épais cheveux noirs débordaient sur ses cuisses pâles comme une cascade de soie, et j'entendis sa respiration commencer à s'accélérer légèrement.

Avec la lumière de la lampe qui brillait maintenant dans ses yeux, je savais qu'il serait incapable de me voir. Mon envie et mon excitation étaient presque écrasantes lorsqu'il a commencé à la manger, et quand j'ai vu une de ses mains ramper sur son ventre plat pour caresser et peloter ses seins, je pouvais à peine me contenir. Je me suis penché, lentement et prudemment, et j'ai déboutonné mon propre haut de pyjama, et j'ai commencé à pincer et à tirer sur mes propres petits seins de bonnet B, taquinant et frottant mes aréoles comme il le faisait avec mon ami, pinçant et tirant sur mes propres mamelons durcis comme il a fait la même chose avec la sienne. Je n'étais pas assez courageuse pour mettre une main dans mon propre pantalon, mais j'avais envie de son toucher, et ma propre chaleur et moiteur me semblaient écrasantes alors que je jouais avec envie avec mes propres seins.

Claire commençait à respirer plus rapidement, laissant échapper des gémissements étranglés occasionnels, et je pouvais voir des aperçus de sa bouche la léchant vigoureusement alors que la main qui ne s'occupait pas de ses seins frottait avidement son clitoris.

Après quelques minutes de plus, elle cambra légèrement le dos, un faible gémissement s'échappant de ses lèvres. J'ai rapidement retiré ma main de mon haut et je suis restée immobile alors qu'il se tenait debout, essuyant sa bouche avec le dos de sa grande et forte main.

Il recommença à ajuster Claire une fois de plus, sa tête glissant de là où elle reposait sur mon ventre, mais s'arrêta, ses yeux tombant sur moi. Je me figeai, fermant complètement les yeux et me rappelant de respirer. M'avait-il vu ? La lumière était toujours entre nous, et j'avais maîtrisé l'astuce consistant à ne garder les yeux ouverts qu'un peu, mais pourquoi s'était-il arrêté ? Je gardai les yeux fermés, attendant un signe de ce qu'il fallait faire ensuite.

"Eh bien merde", se dit-il, une main tirant sur mon haut. Je le sentis s'ouvrir à l'endroit où je l'avais déboutonné, et ses doigts lâchèrent un autre bouton, puis un autre. Je sentis de l'air froid passer sur ma poitrine alors qu'il retirait le tissu, et la chair de poule se répandit sur ma peau nue et pâle. Je suis sûr que mes joues étaient rouges d'humiliation, mais il ne regardait pas mon visage. Il serait sûrement tellement déçu. Il venait d'être tellement intéressé par la poitrine parfaite de Claire, ses grands bonnets E bandés qui attiraient les yeux de tous les hommes même si elle portait un pull. Il serait sûrement dégoûté par le mien, mes petits bonnets B pointus avec des aréoles que j'ai toujours trouvé un peu trop gros.

"On dirait que la mignonne petite Amy a de jolis petits seins" murmura-t-il doucement, une vague d'excitation traversant mon corps alors que ses grandes mains chaudes prenaient mes seins en coupe et les serraient. Il était sûrement juste excité et aimait tout ce qu'il avait devant lui après avoir vu Claire, mais j'ai quand même trouvé que son toucher était la chose la plus électrisante que j'aie jamais vécue, et j'ai eu du mal à garder ma respiration alors que ses doigts épais frottaient des cercles autour de mes mamelons alors qu'il dû à Claire. Je laissai échapper un soupir involontaire alors qu'il pinçait mes mamelons et tirait, et il gloussa. Puis ses mains ont disparu, et j'ai presque crié d'angoisse en sentant à nouveau son contact.

Je sentis un poids descendre au bout du lit, et ses mains attrapèrent mes hanches alors qu'il me tirait vers lui. Que faisait-il? Ses mains frottèrent ma peau et je me sentis en apesanteur dans ses bras alors qu'il déplaçait mes hanches vers le bord du lit. Pendant un moment, je fus courbé inconfortablement à la taille et dus me forcer à rester mou et insensible. Je sentis mes jambes pendre du lit, et je sus que je devais maintenant être côte à côte avec mon ami encore inconscient. Était-il sur le point de me faire ce qu'il avait fait à Claire ?

Il tira sur mon pantalon, le tirant vers le bas jusqu'à mes genoux, et soudain je me sentis à nouveau gêné alors qu'il continuait à le retirer, dégageant une de mes jambes molles avec quelques difficultés. Je ne pensais pas que je dormais bien, mais heureusement, cela devait être suffisant. Soudainement gothique, mes jambes étaient libres, pendantes au bord du lit.

Je me rasais soigneusement entre les jambes tous les matins depuis deux semaines et j'étais fier de la douceur de la peau.

"Oh c'est une belle petite chatte" siffla-t-il, ses doigts caressant doucement la peau fraîchement rasée, taquinant ma petite fente inexpérimentée. Je ne pus m'empêcher d'expirer, ma propre excitation me rendant fou alors qu'il se contentait de rire.

"Putain, tu es tellement mouillée" dit-il dans ce même grognement rauque qu'il avait utilisé avec Claire, ses doigts me taquinant "La mignonne petite Amy est une salope secrète, hein ?"

Incapable de résister, j'écartai légèrement mes jambes encore pendantes et je le sentis reculer. avais-je été découvert ? Non. Je l'ai senti remuer Claire sur le lit une fois de plus, et j'ai été brièvement déçu, sûr qu'il était revenu à sa préférée. J'ai senti quelque chose reposer sur ma cuisse nue, et une seconde plus tard, il m'a attrapé à nouveau, me reculant et soulevant mes jambes, me positionnant de manière à ce que mes jambes soient largement écartées sur le lit.

J'ai osé ouvrir les yeux juste une fente, ma respiration toujours lourde, et j'ai réalisé qu'il nous avait tous les deux côte à côte avec nos jambes écartées, nos cuisses se touchant, alors qu'il se tenait en arrière en nous regardant. Sa grosse bite était entre ses mains, dure et méchante. Il montait et sortait entre ses jambes, une solide tige de muscle sillonnée de veines en colère et palpitantes, la tête violette bulbeuse exposée alors qu'il frottait de haut en bas avec ses mains fortes et puissantes, fixant nos chattes exposées.

J'ai regardé avec admiration alors qu'il accélérait le rythme, resserrant sa prise. Sa grande main pouvait à peine se refermer sur l'organe épais, et j'avais très envie de l'avoir en moi.

Il tendit sa main libre alors qu'il travaillait son arbre, la main sur sa queue maintenant floue. La tête bulbeuse brillait maintenant de liquide pré-éjaculatoire alors que sa main libre passait entre les jambes de Claire, et je la sentis se tordre à côté de moi. Cela sembla une éternité avant que sa main ne la quitte et qu'un doigt épais ne glisse le long de mon entrée vierge. Je fermai les yeux et m'autorisai un doux gémissement.

"Mmm, une petite salope tellement serrée" gémit-il en caressant lentement mes lèvres, son toucher aussi léger qu'une plume.

Il respirait fortement maintenant, et je pouvais entendre sa main travailler sur son sexe épais. Quand je ne sentis plus son toucher, j'ouvris les yeux une fois de plus, et je pus le voir debout, sa grande silhouette se penchant sur nous alors que sa main travaillait furieusement sur lui-même.

Il laissa échapper un grognement bas, puis un autre alors qu'il jouissait, des giclées de sperme atterrissant sur le ventre plat de Claire. Il en vint un autre, et un autre, et il se tourna légèrement, la dernière giclée atterrissant sur la peau pâle de mon ventre et descendant lentement vers mon nombril. Je tressaillis, mais heureusement, il ne semblait pas prêter attention.

Une expression de culpabilité ou de regret apparut sur son beau visage, juste un instant. Il s'est retourné et a produit un tas de lingettes hygiéniques avant d'essuyer rapidement et méthodiquement son sperme sur moi et sur Claire, les lingettes froides sur ma peau alors qu'il me nettoyait ses restes de liquide.

Il a glissé mon pyjama sur moi avec une expertise pratique, pinçant légèrement mon mamelon droit avant de boutonner à nouveau mon haut de pyjama.

Puis il s'est tourné vers Claire, et j'ai ressenti une brève bouffée de jalousie intense alors que je regardais ses mains parcourir son corps, se glisser entre ses jambes avant de redresser son petit short en coton, caressant ses gros seins alors qu'il redressait son haut blanc transparent.

Ensuite, nous avons été déplacés, ses mains fortes déplaçant nos corps mous vers nos positions sur le futon avant qu'il ne nettoie les dernières bribes de preuves et quitte la pièce, me laissant le cœur battant fort alors que mes doigts arrivaient enfin entre mes jambes pour s'occuper de mon propre désir irrésistible.

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.