Mes années universitaires - Partie 1

861Report
Mes années universitaires - Partie 1

Je suppose que je devrais commencer par mon premier jour d'université pour pouvoir jeter les bases.

J'ai postulé dans cinq universités différentes et j'ai reçu cinq lettres d'acceptation. Mes notes étaient très bonnes et mes notes au SAT l'étaient également. J'aurais pu aller dans une bien meilleure école que moi, mais la poche de mon père était ma principale préoccupation.

J'ai choisi une université d'État bien connue qui restera anonyme. Inutile de dire que c'était une grande école qui était alors bien connue pour faire la fête. Croyez-le ou non, j'étais le seul à ne pas le savoir à l'époque.

Mes parents m'ont suivi à l'université dans le camion de mon père. Dieu merci, il n'a pas plu ce jour-là car la plupart de mes affaires étaient à l'arrière.

Nous avons été accueillis par les classes supérieures habituelles à notre arrivée et ils nous ont montré ma chambre de dortoir. Papa a été immédiatement contrarié parce que c'était une étudiante. La fille qui nous a fait visiter a expliqué que nous étions séparés.

"Les filles sont à un étage et les mecs à l'autre. On n'empêche pas les mecs de rendre visite aux filles ou vice versa, mais au moins on ne se douche pas ensemble", rigole-t-elle.

Cela n'a pas vraiment fait que mon père se sentait tout chaud et flou à l'intérieur. Heureusement, le fait de remarquer que certains des joueurs de football emménageaient lui a fait perdre la tête ; mon père est un passionné de sport.

Mes parents sont restés jusqu'après le déjeuner ; puis je leur ai dit "Je devrais probablement déballer et me promener sur le campus pour savoir où sont les choses".

J'ai reçu un sermon sévère de papa : "Tu es ici pour une éducation et tu dois garder les yeux sur la balle". Mon père dit toujours des choses comme "Tu dois garder les yeux sur la balle", comme si je savais vraiment ce que ça voulait dire.

"Je le ferai" souris-je.

Maman a commencé à pleurer et puis j'ai commencé à pleurer, mon père soupirait parce que nous pleurions ; tout est allé en enfer. Nous avons finalement fait des câlins et des bisous et j'ai vu de l'eau jaillir dans les yeux de papa.

"J'appellerai tous les soirs et je rentrerai le week-end autant que je le pourrai".

Je n'avais aucune intention de rentrer chez moi le week-end ; les vacances suffisaient. Je n'avais pas besoin de leur dire cela cependant.

"Je veux dire merde, papa est un dictateur, je suis libre maintenant".

Mes parents sont partis alors j'ai commencé à déballer. Je savais que le nom de ma colocataire était Sandy, même si elle était introuvable. Elle était apparemment venue la veille parce que son côté de la pièce était déjà propre et correct.

« D'après l'apparence des choses, elle est peut-être un peu trop ordonnée à mon goût ». Je pensais.

D'une manière ou d'une autre, j'avais été placé dans le dortoir pour sportifs. Je pense que c'est parce que j'ai accepté trop tard l'offre de l'école. J'en avais fini avec la course sur piste; mes temps ne m'auraient pas valu une place dans cette équipe de toute façon. Je courais toujours tous les matins mais pas pour la compétition ; c'était pour que je puisse manger de la pizza et ne pas me sentir coupable.

La chambre était plus grande que ce que je pensais avoir deux lits, un lavabo et une place pour un micro-ondes et de la vaisselle.

"Bien, je peux réchauffer mon stock de tas de nouilles et je n'aurai même pas à quitter la pièce".

Il n'y avait qu'un seul placard et j'espérais que mon colocataire m'avait laissé de la place. J'ai rassemblé environ quatre choses ensemble pour raccrocher et j'avais du mal à les tenir; quand je l'ai vu.

"Oh putain ça ne peut pas être!"

Là dans mon placard; dans MON placard, il y avait une nouvelle tenue de pom-pom girl parfaitement repassée et brillante.

"Qu'ai-je fait à Dieu pour mériter cela" ?

"Génial je suis en chambre avec une salope snob, putain de pom-pom girl". Vous ai-je déjà dit que je détestais les pom-pom girls ? Après mûre réflexion, j'ai considéré que je pouvais me tromper.

"C'est peut-être une gentille fille, pas une snob qui essaiera de voler n'importe quel mec avec qui elle me voit. Ouais et peut-être que je gagnerai aussi à la putain de loterie".

J'ai déballé mes affaires, fait mon lit et sorti mes affaires de filles avant de partir explorer le campus. Chaque endroit où j'allais avait un élève de la classe supérieure pour me saluer et me dire où j'étais; et pourquoi j'avais besoin de savoir où j'étais.

J'espérais rencontrer quelqu'un qui connaissait les ficelles du métier et me faire visiter, mais je n'ai jamais ; et j'ai dû patauger tout seul. J'ai fait mon chemin vers la bibliothèque et la classe supérieure là-bas semblait assez populaire.

Les filles affluaient autour de ce type ; J'ai essayé de passer devant lui et d'entrer dans le bâtiment quand il m'a attrapé par le bras.

"Bonjour, je m'appelle Bill."

Je ne savais pas à l'époque, mais je serrais la main de l'homme qui allait changer ma vie pour toujours. Il briserait toutes les fondations que mes parents ont passé dix-huit ans à essayer de m'inculquer.

Je ne l'ai tout de suite pas aimé; un gars qui a tant de femmes qui l'adorent doit être un faux ou un cochon prétentieux. Je lui souris en lui serrant la main ; puis l'a rapidement chassé de mon esprit.

Après avoir passé tout l'après-midi à marcher sur le campus, j'avais faim alors je suis allé au réfectoire. J'ai été assez impressionné; il y avait tout ce à quoi vous pouviez penser et surtout, ils ont fait une bonne tranche.

J'ai acheté une tranche de pizza et je me suis assis tout seul. Une fille m'a demandé si elle pouvait me rejoindre. Nous nous sommes présentés et avons eu une de ces discussions où vous ne dites rien. La seule chose que j'ai trouvée remarquable était le nom d'un professeur mignon qui était assis sur le mur du fond.

J'étais assez excité quand j'ai découvert qu'il serait l'un de mes professeurs. Il n'a pas fallu longtemps avant qu'il ne fasse nuit et j'ai dit poliment que je devais retourner au dortoir.

En marchant, je pensais au professeur mignon. Il était jeune et je me demandais s'il y en avait beaucoup comme lui. Avant que je m'en rende compte, j'étais de retour au dortoir.

Mon esprit est revenu à nouveau au fait "Je suis maintenant un colocataire d'une pom-pom girl".

J'espérais vraiment qu'elle était laide, mais une personne très gentille. Quand je suis entré dans ma chambre, elle était là en train de plier des vêtements; mes esprits ont coulé. Cette fille était l'une des plus belles filles que j'aie jamais vues. Je me suis immédiatement sentie inférieure et quelque peu laide. C'était une grande blonde avec une poitrine beaucoup plus grosse que la mienne.

Quand je suis entré dans la pièce, elle s'est retournée et a souri "Megan".

"Oui, et tu dois être Sandy".

Nous nous sommes serré la main et elle a lancé une tirade sur le fait que c'était agréable ici; et à quel point elle était heureuse que je sois sa colocataire.

J'ai pensé qu'elle était nerveuse; « Je veux dire, pourquoi serait-elle heureuse que je sois sa colocataire, à part le fait que je ne constituais pas une menace pour elle ? »

Il s'est avéré que Sandy était vraiment gentille; une bavarde constante cependant et elle m'a raconté toute l'histoire de sa vie. J'étais heureux qu'elle fasse tout le discours; cela a enlevé la gêne de notre première rencontre.

"J'ai été cheerleader tout au long du lycée. Notre équipe a remporté le tournoi d'élite. Je suis vraiment fier d'avoir été sélectionné pour faire partie de l'équipe ici".

Je ne lui ai pas dit ce que je ressentais à propos de tout ce truc de cheerleading; J'ai juste souri. Elle a parlé jusqu'après minuit, mais je n'avais pas d'autre endroit où aller, donc ça ne me dérangeait pas.

Environ une semaine s'est écoulée et j'ai rencontré quelques personnes avec qui discuter à l'heure du déjeuner et à l'extérieur. Je n'étais pas invité aux nombreuses fêtes qui se déroulaient sur le campus; donc je commençais à me sentir un peu déprimé.

"Est-ce que je passe pour un snob, est-ce que j'ai l'air inaccessible, putain je suis moche ?

C'est ce qui me passait par la tête quand je suis passé dans ma chambre pour prendre un livre d'algèbre. J'ai ouvert la porte et Sandy était là avec une amie.

Je me suis figé pendant une seconde; "Est-ce que j'interromps quelque chose" ?

"Pas du tout" sourit-elle.

Son ami était le gars de la bibliothèque celui qui semblait si populaire. J'ai pensé que cela supposait que ce type traînait avec Sandy ; elle est magnifique après tout. Je me dirigeai vers mon casier et attrapai le livre d'algèbre.

"Megan, d'accord" il a tendu la main et je l'ai prise.

« Oui et vous ?

Il a semblé un peu surpris que je ne me souvienne pas de son nom.

"Facture".

"Oh oui je me souviens maintenant je t'ai rencontré à l'extérieur de la bibliothèque".

"Tu vas en cours d'algèbre" ?

« Pas encore, le cours n'est pas encore prévu pour deux heures. J'espérais pouvoir trouver un endroit agréable et confortable sur le green pour étudier ; de préférence avec un café au lait ».

"Super je te rejoins mes cours sont terminés pour la journée".

Je me suis dit que ce gars est prétentieux; Je ne l'ai pas invité. J'ai regardé Sandy. "Voulez-vous venir aussi"?

"Je dois aller en cours vous deux continuez".

Nous avons quitté le campus pour nous rendre au café du coin et j'ai commandé mon latte ; il a commandé une tasse de café ordinaire. Il m'a parlé des soirées auxquelles il était allé et m'a demandé si j'en avais été.

"Je suis nouveau ici et, eh bien, je n'ai pas été invité."

Il a ri en disant "Vous allez attendre longtemps si vous voulez des invitations; présentez-vous, personne ne s'en soucie. À moins qu'il ne s'agisse d'une fraternité invitée uniquement; toutes les fêtes sont ouvertes à tout le monde".

Nous nous sommes assis sous un grand orme; il m'a dit qu'il était en deuxième année dans un programme de 5 ans. Il n'était pas sûr de passer tout son temps ici ; ou transfert dans une autre école.

"Sandy sera-t-elle contrariée si tu vas dans une autre école" ?

Il a ri "Pêchez-vous pour voir si Sandy et moi sommes en couple" ?

J'ai répondu un peu trop vite; "Non, non, j'ai juste pensé à quel point tu étais assis à côté d'elle sur le lit".

Il rit encore ; J'ai aimé son rire, il était sincère.

"Non, je suis trop jeune pour être dans une relation sérieuse, j'ai juste des amis. Certains amis sont plus proches que d'autres" dit-il avec un sourire narquois. "Ensuite, d'autres ne sont que des amis comme Sandy. Je suis ami avec son frère, il est senior ici.

J'acquiesçai de la tête.

"Je vais te dire, je vais te donner ta première invitation même si tu n'en as pas vraiment besoin".

"Allons-nous y aller en tant qu'amis ou amis proches ? ai-je demandé avec mon propre sourire narquois.

Il rit encore une fois ; "Pourquoi ne commençons-nous pas en tant qu'amis. Ensuite, si vous décidez d'être mon ami proche, nous traverserons ce pont.

Il s'est arrangé pour venir me chercher dans ma chambre à sept heures ; et comme toute jeune fille, je me demandais quoi porter.

"Sandy, que penses-tu que je devrais porter" ?

« Habille-toi chaudement ; tu pars avec Bill et tu devras éloigner les vautours. La seule façon de le faire est de t'habiller chaudement ».

Elle a commencé à fouiller dans mon placard et a choisi une courte robe noire. Je l'avais étiqueté comme ma "tourne la tête des gars". "Pensez-vous que cette robe pourrait en dire plus que ce que je devrais dire en ce moment" ?

Elle a répondu en jetant ma robe sur le lit avec une paire de talons à bout ouvert. Passons à mon tiroir à friandises ; elle a sorti une paire de hauts de cuisse noirs et un string noir. Se déplaçant très rapidement maintenant, elle ouvrit son casier et attrapa une grande barrette en cuivre ; tous sont allés sur le lit avec la robe.

"Maintenant, habille-toi pour que je puisse te coiffer".

J'ai fait ce qu'on me disait et elle m'a fait asseoir pour me brosser les cheveux. Elle l'a retirée et a mis la barrette en cuivre dedans.

En regardant dans le miroir, elle a dit "Voilà qui devrait éloigner les vautours".

Il m'a semblé qu'elle devient assez sérieuse quand il est temps de choisir quelque chose à porter. "Peut-être que je devrais m'abstenir de lui demander son avis la prochaine fois" pensai-je.

Bill est arrivé avec une demi-heure de retard ; c'était une chance que nous ne sortions pas ensemble, sinon il aurait été dans l'eau chaude.

"Il est sept heures et demie maintenant Bill pas sept".

"Tu vois, c'est pour ça que je n'ai pas de petite amie", a-t-il ri.

"D'après ce que j'ai entendu, tu as beaucoup d'amis qui sont des filles"

"Oui, je suppose que tu pourrais dire ça" sourit-il.

Nous marchions vers la fête en parlant, en riant et en passant un bon moment quand il a soudainement dit "Visez ça".

Je lui ai lancé un regard interrogateur avant qu'il ne dise "Allons quelque part et faisons connaissance".

Je lui ai lancé un regard "je ne pense pas".

"Pas comme ça je veux entrer dans ta tête; apprendre à te connaître. Entrer dans ta culotte peut venir plus tard" ajouta-t-il en riant.

"Où veux-tu aller"?

"Je connais juste l'endroit" m'a-t-il assuré.

Il m'a emmené dans un bar et j'ai vite compris qu'il était impossible que je sois servi.

« Je n'ai que dix-huit ans et j'en parais quinze ; ça ne va pas marcher ».

"Ce qu'il a dit?

"Vous pourrez peut-être être servi, mais il n'y a aucun moyen qu'ils me servent".

"On n'est pas là pour l'alcool, je t'ai amené ici parce que c'est calme et qu'ils ont un mec au piano".

"Nous sommes passés d'aller à une fête et de danser où tout le monde est sûr de se saouler ; à boire du soda et écouter du piano" ?

Ce n'était pas mon idée d'un bon moment, mais je l'ai accepté.

Notre conversation a plutôt bien commencé. Il m'a parlé de son enfance et de certaines des choses les plus folles qu'il avait faites au lycée.

C'est devenu un peu bizarre quand il a demandé "Qu'est-ce que tu fais pour t'amuser" ?

« Je ne sais pas ; pas grand-chose, je suppose ».

"Allez tu peux faire mieux que ça. Tu aimes danser" ?

"Oui, j'aime danser".

"Bon ce n'est pas si difficile, tu aimes faire la fête" ?

"J'aime faire la fête".

"Ok, maintenant sois parfaitement honnête avec moi, qu'est-ce que tu aimes faire plus que toute autre chose au monde" ?

Je suis tombé sur cette question; Je ne pouvais vraiment pas trouver de réponse.

"Sauf si vous avez été abusé ou n'avez pas été avec un bon amant; votre réponse doit être le sexe".

"Euh d'accord" dis-je.

"Bon maintenant que nous sommes tous les deux d'accord sur le fait que le sexe est la chose la plus agréable que vous puissiez faire, parlez-moi de votre vie sexuelle".

"Va te faire foutre c'est personnel"

"Allez je vais vous parler du mien".

Après beaucoup de persuasion, j'ai commencé à lui parler de mes expériences sexuelles. Il avait quelque chose en lui qui le rendait excitant plutôt qu'embarrassant.

Il s'illuminait quand je lui racontais chaque nouvelle expérience ; et sonder pour tous les détails.

"C'est tellement bizarre que je le dise à un gars que je connais à peine ; toutes les choses que je devrais garder secrètes".
Il m'adressa un sourire réconfortant.


Quand je lui ai parlé d'une liaison lesbienne avec une amie proche, il m'a embrassée avec amour. je me sentais déchirer; mais a réussi à retenir les aqueducs.

Il commença alors ses rencontres et c'était une bonne chose qu'il soit en début de soirée ; parce que les siens étaient beaucoup plus étendus que les miens. Il les savoura tous comme s'il s'agissait de bonbons.

Quand il était finalement tard ; J'ai fait tout le bâillement et j'ai mis les bras en l'air. Il m'a alors fait une offre que j'ai failli accepter. Je me sentais un peu intimidé par toute son expérience, alors j'ai refusé.

Il me raccompagna au dortoir et m'embrassa légèrement sur les lèvres. "Votre offre devient de plus en plus tentante par le moment" J'ai réussi à me forcer à entrer dans mon dortoir.

Sandy était là et elle semblait plutôt bien ivre.

"C'est génial, j'aurais pu aller avec Bill pour une nuit pleine de sexe. Au lieu de cela, je vais garder un ivrogne".

Elle a tâtonné pour se déshabiller; et a tâtonné encore plus en essayant d'enfiler son pyjama.

"As tu besoin d'aide?"

Elle m'a dit maintes et maintes fois comment elle pouvait gérer cela; et n'avait pas besoin de mon aide. Après ce qui m'a semblé une éternité à essayer de me dire à quel point sa nuit avait été géniale, elle s'est endormie sur mon lit. Elle était assez dure et je savais que je n'allais pas la relever.

"Putain, elle est sur mon oreiller préféré". Je suis allé dans son lit et je me suis endormi en pensant à Bill.

Bill semblait capable de me trouver partout où j'allais. Il m'a bousculé en sortant de classe; en allant à la bibliothèque et en allant au réfectoire.

"Fais-tu quelque chose ce soir"? m'a-t-il demandé au déjeuner.

"Vous ne pouvez pas me retenir tard, j'ai un labo à huit heures du matin".

"Je promets de te ramener tôt à la maison ; euh, je veux dire au lit tôt.

"Bill, tu n'enlèves pas ma culotte si facilement" souris-je.

« Tu peux garder ta culotte aussi longtemps que tu es dans mon lit » sourit-il en retour.

Il est arrivé à l'heure pour venir me chercher. J'ai pensé "Bien, il vaut mieux les former tôt".

"Je vous emmène faire un tour de la ville avec style".

Il était fier de sa Saab décapotable noire et m'a dit le modèle, la puissance, la taille du moteur, le type de roues et où il l'avait obtenu. J'ai entendu bla, bla bla, bla.

"Allez-vous conduire ou m'ennuyer à mort".

Il a ri de cela et a demandé "Qu'est-ce que vous conduisez" ?

"Toyota Corolla ne me demandez rien d'autre car je ne sais pas".

Nous roulions dans la ville et il n'arrêtait pas de me montrer des femmes sexy.

"Ma culotte reste définitivement ce soir".

"Allez ne me dites pas que vous ne pouvez pas apprécier une belle femme".

"J'apprécie les femmes, et elles ne doivent pas nécessairement être belles pour être belles".

"Je ne parle pas de passer votre vie avec cette femme, je parle d'être attiré par elle à des fins sexuelles. Pouvez-vous honnêtement me dire que lorsque vous recherchez des mecs, vous recherchez des moches qui sont beaux à l'intérieur" ?

"D'accord, d'accord, je vois ce que tu veux dire".

Nous nous sommes arrêtés dans un fast-food et la fille à la vitrine était mignonne ; "Que penses-tu d'elle"?

Il a souri et a dit "Ça n'a pas d'importance, je voulais juste que tu joues le jeu".

Il commençait à faire nuit quand il a dit "J'ai un défi pour toi".

"Vraiment quel genre d'audace" ?

"Je vous défie de flasher le prochain camion que nous verrons".

"Tu es dingue pourquoi ne pas flasher le prochain camion" ?

En riant, il a dit "Si je flashe quelqu'un, vous devrez me sortir de prison sous caution. Vous, d'un autre côté, pouvez flasher qui vous voulez et probablement faire sa journée".

"Et si je cause un accident" ?

"Ok, et quelqu'un qui est garé, est-ce que ça te ferait te sentir mieux ? Allez, ça va donner du fil à retordre à un gars et je parie que ça va t'exciter".

Je ne peux vraiment pas expliquer pourquoi j'ai accepté qu'il ait juste fait en sorte que cela paraisse si mauvais et tabou. Nous sommes passés à un arrêt et il s'est arrêté à côté d'un camion au ralenti. J'ai levé les yeux et j'ai vu que le camionneur me regardait droit dans les yeux; il a même souri.

Je n'allais pas aller jusqu'au bout; mais Bill m'a pincé la jambe. "Poursuivre".

J'ai souri au camionneur et j'ai soulevé ma chemise. Ses yeux s'écarquillèrent et il eut un très large sourire alors que Bill s'éloignait.

Je me sentais exalté; "Comment m'as-tu convaincu de faire ça" ?

C'était tellement excitant et Bill a trouvé trois autres gars pour que je flashe. Au moment où j'ai fini de flasher, j'étais super excitée.

Bill pouvait le dire alors qu'il m'attirait à lui et que nous commencions à nous embrasser. "Ressentez-vous le rush" ?

"Ça m'excite vraiment".

"Allez, j'ai quelque chose de mieux".

Il m'a emmené au cinéma et nous nous sommes garés au fond du parking. "Maintenant, enlevez tous vos vêtements".

« Quoi » ai-je demandé ?

"Enlevez-les tous; vous pensiez que flasher était une ruée, pensez juste à la chance de vous faire prendre nu".

J'étais effrayé; mais Bill était tellement excité que ça m'a vraiment excité. Il a décompressé son pantalon et a sorti sa bite déjà dressée. "Tu vas te déshabiller". J'ai demandé.

"Non juste toi".

Je regardais sa bite et je le voulais tellement putain. J'ai enlevé mon haut puis mon jean. J'ai hésité avec mon string alors il m'a tiré à lui et m'a embrassé. C'était tout ce dont j'avais besoin et ça aussi.

Il faisait noir maintenant sous les néons à bonne distance du théâtre. Alors que je le regardais, il m'attira sur lui et nous commençâmes à nous embrasser.

Je me suis soulevé et j'ai abaissé ma chatte humide sur sa bite. J'ai haleté quand il est entré en moi, c'était si bon. L'excitation, la peur et mon désir me chargeaient tous. J'ai commencé à me balancer sur lui et il a gémi. Il embrassait mes lèvres, mon cou et mes seins. J'ai eu un regard nerveux vers le haut; Je n'ai vu personne, mais mon cœur battait de peur.

Il a attrapé ma taille et a commencé à me déplacer à un rythme lent. Il suçait mes mamelons et guidait mes hanches. Ma chatte était si chaude qu'elle était en feu. Je voulais tellement qu'il jouisse en moi. Ses mains et ses bras étaient vraiment forts et sa bite était si dure que c'était merveilleux.

Il a commencé à pousser chaque fois que je me suis abaissé; et ses gémissements devenaient de plus en plus forts. L'idée de lui plaire m'amenait au bord du gouffre. Je savais qu'il allait bientôt souffler à cause de son tempo croissant.

La peur était partie donc c'était juste mon désir maintenant. Je mordis ma lèvre inférieure alors que mon dos s'arquait. Je savais que quelque chose se passait; mais je ne pouvais pas me concentrer dessus. Je le chevauchais aussi vite que possible quand j'ai mis mon poing dans ma bouche et j'ai crié.

Il a continué à pousser; me déplaçant de haut en bas en poussant à l'intérieur de moi. Il sursauta et me serra fort contre lui alors que je serrais mes muscles intérieurs aussi fort que je le pouvais. Je pouvais sentir ses spasmes de bite "Mmm c'est tellement chaud putain".

J'étais allongée dans ses bras quand j'ai remarqué que la capote était baissée sur la Saab. Au cours de nos ébats amoureux, il l'avait ouvert.

"Oh mon Dieu" J'ai roulé sur lui, j'ai ramassé ma chemise et j'ai essayé de couvrir mon corps avec. Il a mis la voiture en marche arrière et nous sommes partis; Je ne pouvais pas supporter de regarder derrière.

Quelqu'un m'avait-il observé ? Est-ce que beaucoup de gens m'ont vu ? Je lui ai donné un coup de poing dans le bras "Tu es un connard".

Il a juste ri et a dit "Tout un groupe de personnes aurait pu quitter le théâtre; juste à temps pour voir le point culminant d'un autre spectacle".

Puis, en rentrant chez lui, il m'a demandé sérieusement; "Est-ce que tu as passé une bonne nuit"?

"Je ne sais pas si ça n'a pas encore vraiment pénétré".

"Allez, tu es magnifique, je sais que si je te voyais chevaucher la bite d'un mec sur le parking, je me considérerais comme très chanceux".

Je ne savais toujours pas ce que je ressentais à ce sujet alors qu'il me déposait et m'embrassait pour me souhaiter bonne nuit.

"Puis-je te voir demain"?

"Ai-je le choix" ?

"Je suppose que non" fut sa réponse en riant alors qu'il partait.

J'étais allongé dans mon lit en pensant à la nuit. "Ce n'est pas moi, je ne flashe pas les gens et je ne fais pas l'amour dans un parking".

Je ne savais pas de quoi il s'agissait ; pourquoi il était si convaincant. Était-ce parce qu'il était si spontané ? Il était comme un petit enfant dans son excitation. Il pouvait vous lancer un regard si malicieux que cela vous donnait envie de jouer avec lui. Être avec lui ce soir avait été éprouvant pour les nerfs, et pourtant, très excitant. J'ai finalement conclu que je m'amusais avec lui; mais j'allais devoir le maîtriser; c'était fou.

Le lendemain, j'étais en classe et mon professeur préféré est entré dans la salle en soufflant, soufflant et tout en sueur. De toute évidence, il venait de terminer un entraînement.

"Bonjour la classe" dit-il en changeant de chemise au milieu de l'amphi. Il s'entraînait sérieusement et régulièrement parce qu'il allait très bien. Ses abdominaux étaient de quinze sur une échelle de un à dix.

Bien sûr, cela m'a fait penser à flasher ces camionneurs la nuit précédente. Je me disais si Bill avait raison "Est-ce qu'ils sont devenus durs rien qu'en regardant mes seins" ?

Je me demandais si le professeur aimerait que je le flashe. J'ai certainement aimé quand il a flashé la classe. J'ai commencé à penser à être nue dans la voiture et à grimper sur Bill. Je commençais à ressentir ces frémissements ; il faisait plus chaud ici.

« Mégane » ?

Les mains de Bill étaient si fortes que je pensais.

« Mégane » ?

Putain de merde, le professeur dit mon nom.

"Ah oui professeur" ai-je réussi à trébucher. Je n'ai même pas sorti mon livre.

"Voulez-vous nous rejoindre?"

Tout le monde s'était installé au premier rang ; mon visage était si rouge que je pouvais sentir la putain de chaleur. Quelqu'un a ri alors que je me précipitais vers eux.

"Vous semblez être dans une profonde réflexion ; y a-t-il quelque chose que vous voudriez partager ?"

Est-ce que tous les enseignants utilisent cette ligne, pensai-je. Leur est-il enseigné à l'école des enseignants?

"Non monsieur, je n'ai rien à partager désolé". C'était la faute de Bills, je pensais.

Je suis retourné dans mon dortoir et je pouvais à peine entrer par la porte. Il devait y avoir onze ou douze femmes dans ma chambre. Sandy était là et ils parlaient tous en même temps.

Vous ne le savez probablement pas à moins d'avoir eu une expérience personnelle ; mais il y a une certaine odeur qui imprègne d'avoir plus d'une pom-pom girl dans la même pièce.

Pour le nez non averti, cela pourrait sentir bon comme un fin mélange de parfum sucré. Pour ceux d'entre nous qui savent mieux cependant; ça sent la pute. En avoir une douzaine dans la même pièce ça sentait le bordel.

Je me suis frayé un chemin jusqu'au casier et j'ai échangé un livre d'histoire contre un livre de physique. J'ai ensuite dû repousser mon chemin. Ces salopes égoïstes égocentriques ne m'avaient même pas remarqué ; J'avais besoin d'un café.

Bill m'a rattrapé au café, je pense qu'il le jalonnait. J'étais en ligne quand il s'est faufilé derrière moi et m'a pincé les fesses.

J'ai sauté en poussant mon bassin vers le gars devant moi. Le gars s'est retourné pour voir ce qui se passait. Je me tournai pour crier après Bill et il avait sauté sur un siège à une table voisine. Il était assis là avec un air ennuyé sur son visage ; comme s'il n'était pas la cause de toute cette scène. Je me suis retourné avec mon visage rouge et je me suis excusé auprès du gars que je venais de gifler. Est-ce que cette journée peut être pire, pensais-je?

Le gars pensait que c'était une bonne blague cependant; il a dit "Ça ne me dérangeait pas du tout; bien que cela fonctionne généralement mieux lorsque vous vous faites face."

Je me suis assis à table avec Bill et il avait ce sourire de merde sur le visage.

"Je suis en colère contre toi" lui dis-je.

"Non, tu ne peux pas être en colère contre moi, c'est vendredi."

Je l'ai regardé comme s'il avait deux têtes. « Qu'est-ce que tu veux dire par c'est vendredi ?

"Vendredi, c'est fête ; si tu es en colère contre moi, tu ne voudras pas y aller avec moi ce soir. Megan ma chérie, c'est une fête à laquelle tu voudras aller".

"Vraiment, qu'y a-t-il de si bien dans cette fête ?"

"C'est une fête en toge ; pas de vêtements, beaucoup d'alcool, de danse et qui sait" ?

"Ça a l'air intéressant."

"Ils vous donnent un drap quand vous arrivez et le drap ne dure jamais la nuit" dit-il avec un sourire.

Bill était tellement excité que ses yeux pétillaient de malice. Il a commencé à courir vers la porte et a dit qu'il appellerait à huit heures pour me chercher. "Ils devraient vraiment mieux verrouiller l'asile", ai-je pensé.

La fête était dans une maison de fraternité sur le campus; Bill a payé des frais de couverture pour nous deux. Ils avaient un panier à linge commercial où ils distribuaient les draps. Bill s'est déshabillé jusqu'à son boxer et je me suis déshabillé en soutien-gorge et string.

Le gars à la porte aimait son travail; il m'a regardé et m'a dit "Chérie, tu as un cul qui fume". Cela n'a jamais dérangé Bill le moins du monde; il a juste souri et a dit "Amusons-nous". Bill m'a aidé à nouer correctement le drap; ceci étant ma première soirée toge après tout.

Nous avons emménagé dans une grande pièce avec des tables de nourriture et de boisson alignées sur un côté. Il y avait abondance à manger ; tout, de la pizza au brocoli. Au centre de la table se trouvait ce grand bol rempli de préservatifs. J'ai rougi en le voyant.

Un mec mignon mélangeait des boissons à une autre table. Derrière lui, les étagères étaient remplies de bouteilles d'alcool à gogo. Il y avait d'énormes baquets débordant de glace ; et fûts de bière. Ils avaient un D.J. complet avec tout l'équipement et des haut-parleurs extra larges".

"Wow ces gars savent faire la fête".

Il était tôt et la musique était légère alors que les gens buvaient et bavardaient. Cela semblait être une humeur facile pour apprendre à se connaître.

Bill m'a amené au bar "Qu'est-ce que tu veux boire ?"

J'ai regardé le barman mignon "Pouvez-vous me faire un thé glacé Long Island s'il vous plaît; Je n'en ai jamais eu et j'ai toujours voulu essayer".

"Bien sûr, n'importe quoi pour la jolie dame".

Bill me présentait aux gens quand j'ai commencé à tousser et à cracher. "Cette boisson a le goût du gasoil, je crois que je vais vomir"

Il a ri et a dit "Reste ici, je vais t'apporter quelque chose que tu aimeras".

La nouvelle boisson qu'il m'a donnée n'avait pas du tout le goût de l'alcool ; c'était à la fois aigre-doux.

« Qu'est-ce qu'il y a, Bill ? »

"Je ne sais pas si c'est un coup de poing qu'ils font pour les filles qui ne supportent pas le thé glacé de Long Island".

Je lui ai donné un coup de poing dans le bras. Nous avons eu une part de pizza et quelques verres de plus. La fête progressait ; avec la musique de plus en plus rapide et la conversation plus forte.

Les gens dansaient et des bangs circulaient. Quand le bang nous est parvenu, Bill m'a montré comment l'utiliser. J'ai eu une quinte de toux ; il m'a giflé le dos et l'a transmis.

Je n'avais vraiment pas la tête au pot, mais c'était difficile de dire passer. Le bang revenait encore et encore ; J'ai continué à avoir des quintes de toux; mais ça faisait effet.

"D'accord, je me sens plutôt bien".

J'attrapai la main de Bill et l'entraînai sur la piste de danse. "Je suis peut-être un poisson hors de l'eau, mais pas ici sur la piste de danse".

Bill était assez bon et il avait de l'endurance. Je préfère danser à un rythme rapide; pas que la danse lente soit mauvaise.

Un air plus lent est venu et nous avons dansé vraiment provocateur. Bill me broyait le cul et je faisais la même chose avec sa jambe.

"Cela m'excite vraiment".

J'ai regardé autour de moi et personne ne nous a même jeté un second coup d'œil. Nous n'étions pas les seuls à danser de manière séduisante.

Bill m'a laissé sur la piste de danse pendant une pause pour faire le plein. Puis la musique a recommencé; et je viens de commencer à danser. Je n'avais pas besoin de Bill comme partenaire. Deux gars ont comblé le besoin et nous avons commencé à danser de manière vraiment provocante.

Bill est revenu et a juste rejoint il n'y avait pas de jalousie. Avant que je m'en rende compte, nous avions trois filles qui dansaient avec nous. Tout le monde se broyait les uns les autres; tenir, guider les hanches et beaucoup se regarder dans les yeux.

J'avalai la boisson que Bill m'avait apportée et tirai une autre bouffée du bang. J'ai réussi cette fois sans tousser.

"Il fait tellement chaud ici" pensai-je.

J'ai retiré le drap de moi et j'ai dansé dans mon string et ma culotte. Réalisant ce que j'avais fait, j'ai regardé autour de moi; il y a eu une réaction en chaîne avec tout le monde perdant ses draps.

À un moment donné, je me suis retrouvé à danser avec une fille qui frottait sa chatte contre ma jambe ; alors je me suis moqué de son cou. J'ai cherché Bill autour de moi; Je ne pouvais pas le voir mais je m'en foutais.

Cette fille me faisait chaud alors j'ai tendu la main et j'ai attrapé l'arrière de ses cheveux. Je l'attirai à moi et l'embrassai durement. Ma langue dardait dans sa bouche pour atteindre sa langue chaude. J'ai senti quelqu'un me broyer le cul; Je me suis retourné et une autre fille m'a attrapé et m'a embrassé fort. J'étais comme un sandwich pressé par ces filles ; et leurs corps se sentaient si bien contre le mien.

J'ai senti quelqu'un faire courir sa main de ma chatte jusqu'à la fissure de mes fesses en traçant la ligne de mon string. Je ne savais pas qui c'était et je m'en fichais. La fille devant moi enfonçait mon visage dans son soutien-gorge ; et ses seins contre mon visage. En me balançant d'avant en arrière, je pouvais sentir l'intérieur de mes cuisses devenir humide. La musique s'est arrêtée et le gars a annoncé qu'il faisait une pause de cinq minutes.

Tout le monde a quitté la piste de danse alors je suis allé avec la foule. J'étais vraiment putain d'excitée; et ma tête était si embrumée que ça me faisait frissonner.

"Ralentissez le tigre, il est encore tôt".

"C'est tellement difficile de calmer Bill que je suis prêt à baiser, sucer, lécher et mordre."

Mon corps était si enflammé que le moindre contact me faisait frissonner. Je n'avais jamais été aussi prêt; Bill a vu cela et m'a dirigé vers une porte latérale pour prendre l'air.

Je me tenais dehors dans l'air frais d'octobre, vêtue seulement d'une culotte et d'un string.

"Megan va bien"

Le brouillard commençait à se dissiper dans ma tête "Jésus, Bill, nous sommes dehors en sous-vêtements".

Il cligna des yeux "Tu viens de remarquer ça ?

"Oui, je suppose que je me suis un peu emporté".

"Emporté?" dit-il incrédule. "Si je n'étais pas venu, je pense que tu serais sur la piste de danse en train de faire l'amour en ce moment."

Nous sommes retournés à l'intérieur et la musique battait à nouveau son plein. Les gens dansaient là-bas avec à peine quelque chose sur eux. Certaines des filles avaient enlevé leurs soutiens-gorge et dansaient seins nus. Beaucoup de gars regardaient; et leur désir était évident.

Bill a dit "Attendez ici, je vais nous chercher une recharge."

Le bong est revenu alors j'ai pris une autre bouffée et j'ai regardé les filles danser les seins nus les unes avec les autres. J'ai commencé à rougir et ma peau picotait partout.

"Je veux être là-bas, je veux être au milieu de tout ce désir."

Bill est revenu avec nos boissons; J'ai attrapé le mien et je l'ai rapidement abattu. Mes hanches se balançaient comme si elles étaient en pilote automatique.

J'ai attrapé sa main "J'ai besoin de danser."

Il rit alors que je le traînais sur la piste de danse. Pendant que je dansais, je me rapprochais de plus en plus des filles aux seins nus. La foule de mecs les acclamait.

J'ai regardé Bill dans les yeux et j'ai dit "Je suis désolé" ; Je le quittai et me frayai un chemin à travers la foule.

Passant la main autour de moi, j'ai tâtonné avec le fermoir de mon soutien-gorge et je l'ai arraché. Je l'ai lancé dans la foule et les gars ont applaudi lorsque j'ai rejoint les autres filles et que j'ai commencé à danser.

Bougeant sur la musique, ma tête nageait; et l'érotisme était écrasant. J'écrasais une fille et j'en embrassais une autre. Un de mes seins était caressé par une fille; et ma main serrait le cul d'un autre. Soit nous nous sommes embrassés longuement et passionnément ; ou tendu la langue pour toucher les autres par courtes bouffées de chaleur. Je pouvais sentir mes cuisses humides ; et je savais que si je ne m'arrêtais pas bientôt, j'allais culminer.

Bill m'a attrapé par derrière; m'a retourné et m'a embrassé. Il m'a ensuite emmené dans une chambre inoccupée.

"Je veux que tu me baises si fort que ça fait mal !" J'ai supplié.

"Hold on I will fuck you hard; you will feel it for a week, but hold on".

I started to pull his boxers off and he backed away. "WHAT THE FUCK IS YOUR PROBLEM, I YELLED?” While pushing him in the chest.

I was burning with desire and he is fucking backing away. "What the fuck?”

He peeked out the door and then opened it; a girl came in wearing only bra and panties.

"Megan this is Carrie do you mind if she joins us?”

"The way I feel right now!!!" "I don't care if you invite the entire football team.”

I smiled at Carrie I could still hear the music and my hips started to sway. Bill brought Carrie over and she kissed me. That was the only introduction I needed; and I kissed her back very hard.

Bill took her bra off as she was kissing my breasts. He smiled "I am going to watch for a few minutes if you don’t mind.”

"There might not be much left of her when I am done." I purred.

"I’ll take my chances" he replied.

Carrie was so soft and her smell was a delight. I didn’t want to stop kissing or feeling her smooth skin. She laid me down on the bed and pulled off my thong.

She looked over at Bill and said "This is quite wet would you like to feel?”

She threw it at his grinning face; he caught it and brought it to his nose. "Mmm smells fresh". She then pulled her panties off; and threw them at him.

I pulled her down on top of me and kissed her; caressing her soft tongue with mine. I was beyond turned on at this point; I felt like a volcano ready to erupt. Putting one knee on either side of my head she pushed her hot pussy on my mouth. It was so very wet and tasted really sweet. I licked her lips and opening; she started to moan and push her pussy harder on to my tongue.

I felt her hands on my pussy and her fingers were probing my insides. I squeezed my legs together trapping her hand and flicked her clit. She moaned and balled her hand into a semi fist. I thought I was being split in half. I screamed and she started to rotate her hips; getting juices all over my face. She pulled her hand out of my pussy and squeezed my clit.

"Good god!" J'ai crié.

I started to cum; It was not just a wave of pleasure. It started deep inside and exploded; I completely lost what I was doing. She was rubbing my nub with her fingers and I couldn’t think. I couldn’t focus as I felt my face getting wetter; she moaned out really loud.

Carrie then moved off my face before kissing me softly on the lips; she whispered in my ear "Thank you".

To be honest I do not really know what I did but my face was soaked and she was smiling. We both turned and looked at Bill.

"Come here" I taunted.

He smiled and dropped his boxers revealing a rock hard cock. The veins were so pronounced it looked almost purple. He started kissing Carrie and I took him in my mouth with vigour. I licked his bald balls and up his shaft. When I got to the tip there was a pool waiting for me to lick clean.

Moving back to his balls I noticed Carrie was now sharing with me. Both our tongues started licking up his shaft until they touched at the top. We would pause for a short kiss then resume. Bill was making loud moaning noises and swearing in lust.

"Let me sit down or I am going to fall down"

We told him to lie down and he obeyed; allowing Carrie to climb on his cock. I turned and put one knee on either side of his head facing Carrie. She started riding his cock and I pushed my pussy against his face.

As I leaned over and kissed Carrie I felt Bill’s tongue probe my asshole. It sent shivers up my spine. Carrie was kissing me and riding his cock; while Bill’s strong tongue was pushing into my ass.

When Carrie began to pinch both of my nipples it was too much. I screamed out and climaxed again; I could feel lots of my wetness on Bill’s chin.

Bill was matching her every move with strong thrusts. Carrie was moaning and holding on tight to my nipples; I was over the edge with that pleasure; and the hot tongue in my asshole. Bill pulled his tongue out as he stiffened and moaned; I almost fell off him when he shuddered.

Carrie hopped off his cock to try and prevent him from getting off inside her. I took her place with my mouth and tongue licking up his sticky cum. It was so erotic tasting both him and her at the same time.

"I am spent; the dancing; sex, holy fuck.”

It took what seemed like hours to gather up our clothes. Bill thanked Carrie and I kissed her passionately.

"I hope to see you again" she smiled back at me.

As Bill walked me to my dorm my head cleared enough to recall everything I had done. I was not ashamed of anything; but worried what Bill would think of me.

"I am sorry; I just lost control I never expected to dance like that".

"Megan we are going to have so much fun".”

He kissed me and I said "Hey, you still owe me that hard fuck you promised me.” I then turned and ran up to my room.

I hope you enjoyed my college years part 1.


Love Megan

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Le Baiser Partie #3

Cela fait quelques semaines de ce qui s'est passé sur le canapé cette nuit-là, moi et ma jeune fille se frottant et s'embrassant jusqu'à l'orgasme. J'ai remarqué qu'à chaque occasion qu'elle pouvait avoir, elle essayait de me voir nue, sortant de la douche, s'habillant dans la chambre, se changeant pour aller nager, etc. Je savais que je devais lui parler de ce qui s'était passé et lui dire que ce n'était qu'un coup de foudre et que cela ne devrait plus jamais se reproduire. Je n'arrêtais pas de me souvenir de ce baiser sensuel chaud que nous avions eu et je...

904 Des vues

Likes 0

Infirmière gentille/Infirmière méchante

Note de l'auteur : J'ai dû retirer l'histoire de Pizza Boy parce que je l'ai finalement étoffée et vendue à un éditeur. Ils voulaient une publication exclusive pour l'histoire, elle a donc dû être retirée d'ici. Ce sera probablement la dernière fois que je tire une histoire pour un éditeur, mais je n'avais pas le choix cette fois-ci. Cherchez-le sur Amazon bientôt. Pendant ce temps : Je pose mes premières réflexions pour une histoire « Nurse Nasty » ici pour voir quel genre de réponse je reçois du merveilleux lectorat sur ce site. Si j'obtiens de bons commentaires, je terminerai l'histoire...

862 Des vues

Likes 0

De stagiaire à College Slut PARTIE 2

Ceci est la suite de la première partie avec le même titre. Pour bien comprendre l'histoire, je vous encourage à revenir en arrière et à lire la brève partie 1 de cette histoire. Aussi, voici quelques photos de la salope qui est l'inspiration de l'histoire; http://imgur.com/a/Brjjl -------------------------------------------------- -------------------------------------------------- ------------------------------------- Joe avait laissé à Sara un mémo lui indiquant ce qu'elle est censée porter le lendemain pour aller travailler. Sara est partie travailler en se sentant extrêmement nerveuse et gênée. Elle portait une robe noire très courte et étriquée qui couvrait à peine ses jambes et montrait un décolleté ample. Il lui...

772 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.