Frapper la courbe (Chapitre 1)

840Report
Frapper la courbe (Chapitre 1)

S'il vous plaît noter avant de lire: Si vous recherchez une lecture rapide sans intrigue et sexe immédiat, ce n'est pas pour vous et je vous encourage à partir. Si vous aimez une histoire avec une intrigue et que vous n'avez pas besoin de sexe tout de suite et à chaque instant, alors je vous encourage à rester.

..................................................

Si vous avez des critiques ou des commentaires, n'hésitez pas à les laisser dans la section des commentaires. Je vais essayer de répondre à tous les commentaires qui contiennent des questions, des suggestions ou toute autre chose qui pique mon intérêt.

Merci et j'espère que ma première tentative d'écriture sur ce site vous plaira.

Et ainsi nous commençons.

-KWAR14

06/08/14

.................................................. ......

.................................................. ......

.................................................. ......

Frapper la courbe (Chapitre 1)



Le soleil tape sur mon dos, irradiant de la chaleur dans tout mon corps. Je suis appuyé contre le bas de la tour de surveillance où le bois est chaud contre mon bras. En fait, je suis censé être là-haut en service, mais j'ai cédé ma place pour qu'Hannah puisse parler à Kara. Toutes deux sont assises là-haut et parlent comme les filles font quand elles sont réunies pour faire quelque chose - et que quelque chose me méprise actuellement, me lançant des regards hostiles avec leurs bras croisés et leurs lèvres serrées. Non pas que je ne le méritais pas après ce que j'avais fait à Kara la nuit dernière. Alors je serre les dents et j'accepte, c'est le moins que je puisse faire.

Ma tête bat la chamade, en partie parce que j'ai la gueule de bois, mais aussi parce que je ne peux pas m'empêcher de penser que cette fois, je ne pourrai pas arranger ma relation. J'ai merdé. Ouais, peut-être que j'ai un peu paniqué quand Kara m'a de nouveau lâché le truc "je suis amoureuse", mais rétrospectivement, sortir avec cette fille au feu de joie hier soir après avoir bu quelques bières n'était pas la bonne façon de Faites avec. Quand Kara nous a vus ensemble, les bouches entrelacées, les langues dansant l'une autour de l'autre et sa main dans mon short, l'enfer sur terre s'est déchaîné. Je ne me souviens pas m'être jamais sentie aussi coupable et effrayée en même temps que lorsqu'elle est venue me crier dessus avec une bouteille de bière à la main comme si elle allait me frapper. J'avais gracieusement fait glisser la fille avec qui je sortais, je serai damné si je me souviens de son nom, de mes genoux et je me suis levé, les mains levées en signe de reddition et j'ai dit: "Attends, Kara, je peux t'expliquer!" Nous savons tous que je ne pouvais pas faire ça. Kara m'a juste regardé avec des yeux brûlants et a dit d'une voix brisée : "Comment as-tu pu ?" avant qu'elle ne renverse la bière sur ma tête.

Un rire dur interrompt ma réminiscence et je lève les yeux pour voir Kara me tirer dessus avec ses yeux alors qu'Hannah, ma meilleure amie, me regarde d'un air désapprobateur. Je prends cela comme un signal pour l'appeler un jour.

"Hé les gars, je vais rentrer à la maison." Je dis en attrapant ma chemise et mes sandales, "J'espère que vous passerez une bonne journée, et Kara, je suis vraiment désolé pour la nuit dernière." Je reçois un regard de Kara et un hochement de tête d'Hannah en retour. Au moins, c'est mieux que de se faire crier dessus. Malheureusement, je devrai m'occuper de cela demain, et probablement pendant un bon moment après cela, car aujourd'hui se trouve également être le dernier jour avant la rentrée des classes.

J'enfile ma chemise et commence à marcher vers le bureau des sauveteurs, espérant voir mon patron Mike afin que je puisse toucher mon dernier chèque de paie et le remercier pour un bon été de travail. En y arrivant, j'entends Mike parler au téléphone à l'intérieur, sa voix profonde prenant ce ton apaisant auquel je suis si habitué lorsqu'il explique à sa femme que, non, il n'a pas oublié leur anniversaire, et qu'il Je voulais juste la surprendre avec un rendez-vous spécial ce soir. J'étouffe un petit rire alors qu'il soupire bruyamment et raccroche le téléphone.

« Comment ça va, Ryan ? » Il me demande.

"Eh bien patron, d'après ce que j'entends, ma journée n'a pas été si différente de la vôtre." Je réponds.

"Jésus, Ryan, tu as 16 ans ! Tu ne devrais pas avoir de problèmes avec les filles ! Surtout pas en été !" déclare Mike, faisant des gestes sauvages avec ses mains.

En prenant en compte tous les mouvements de la main et en les combinant avec son épais accent italien et son apparence générale à la Mario, je ne peux m'empêcher de rire. « Ouais, eh bien j'ai fait des choix stupides hier. lui dis-je alors que je tends la main vers le comptoir et attrape mon chèque de paie sur la pile en attente d'être distribué. "Mais bon, je voulais vraiment vous remercier pour un super été, M. Pazzini, ce fut une expérience formidable et j'apprécie vraiment que vous m'ayez embauché."

Mike me sourit simplement et secoue la tête, se moque de ma bonne façon de s'adresser à lui quand il dit : "Tout le plaisir était pour moi, M. Harlow."

Il me prend la main et me dit : « Tu prends soin de toi et tu réussis bien à l'école cette année maintenant.

Lui serrant la main en retour, je lui dis, "Toujours Mike." Dans ma meilleure impression de papa Harlow, je dis alors: "Comme mon père me le dit toujours, 'Le baseball est peut-être la raison pour laquelle tu vas dans une certaine école, mais souviens-toi pourquoi tu y es en premier lieu. Ton éducation te fera avancer fils, pas un jeu.'"

Mike me sourit alors que je franchis la porte dans la chaleur torride de la Floride. Je saute dans ma voiture, ma fidèle Chevy Tahoe, et rentre chez moi avec, espérons-le, juste assez de temps pour terminer tous mes devoirs d'été avant de devoir me lever pour aller à l'école demain. La procrastination est peut-être mauvaise pour vous, mais bon sang, j'étais bon pour ça.

------------------------------------------



Le réveil qui sonne dans mon oreille me réveille et me met immédiatement de mauvaise humeur. Je claque ma main sur le bouton snooze et repousse avec colère mon visage dans mon oreiller. Personne du matin, je ne le suis pas. Je bâille en m'allongeant sur mon lit et contemple la journée devant moi, passant mes mains dans mes cheveux bruns ondulés. Le premier jour de ma première année. La plus grande année de ma carrière au lycée, tant au niveau scolaire que sportif. Mes pensées sont interrompues par l'ouverture brutale de ma porte par ma petite sœur clairement agacée. En réalité, je n'ai que 11 mois de plus qu'elle, ce qui nous rend tous les deux assez vieux pour nos notes respectives, mais même si nous ne sommes pas si éloignés en âge, je la considère toujours comme une enfant parfois. Dieu sait qu'elle peut agir comme telle.

"Ryan, sors ton cul paresseux du lit. Il n'y a aucun moyen que tu me mettes en retard pour mon premier jour de lycée." elle a crié. Le lycée ici où nous vivons en Floride est un peu différent. Nous avons la 9e année (première année) dans le même bâtiment que notre collège (5e à 8e année) et ce n'est qu'à votre deuxième année que vous pouvez déménager dans le nouveau bâtiment du secondaire pour les élèves de la 10e à la 12e année. Alors Claire, ma sœur, étant une élève de 10e année, va maintenant venir à l'école avec moi. Je gémis intérieurement en réalisant que je devrais m'occuper de sa merde tous les matins pendant que je la conduisais à l'école. Entre cette réalisation et le souvenir que non seulement je venais de détruire ma relation avec mon ex-petite amie, mais aussi de mettre à rude épreuve ma relation avec mon meilleur ami en le faisant, je me suis dit que dans un avenir prévisible, cette année allait être nulle. .

J'essaie d'empêcher ces pensées négatives de tourner dans ma tête alors que je vais me lever de mon lit, puis je me rends compte que Claire se tient toujours dans l'embrasure de la porte avec un drôle d'air sur le visage.

« Qu'est-ce que tu regardes... Qu'est-ce que tu fous, Claire ? Sortez ! » Je balbutie en réalisant que mon bois du matin fait une énorme tente dans mes draps et que ma sœur de 16 ans fixe ma bite couverte. Je m'ajuste à la hâte pour que mon érection ne soit pas aussi visible que Claire rougit et recule hors de la pièce en rigolant "Je suis désolé, Ry... Mais on dirait que quelqu'un est réveillé après tout."

Je tends la main vers ma table de chevet et ramasse la balle de baseball en mousse. En le jetant sur la porte qui se referme, je crie "Sortez !" Mon esprit tourne, ma petite sœur vient juste de voir ma bite - à quel point est-ce embarrassant ? Ne vous méprenez pas, ma "petite" sœur, si elle peut jouer les gamines, n'est plus une gamine, du moins physiquement. Ses seins bien développés, son corps tonique grâce à toutes ses danses et son joli cul le prouvent. Combinez cela avec ses longs cheveux bruns et ces yeux verts perçants que tout le monde dans ma famille partage sauf moi (j'ai un vieux brun ennuyeux) et elle n'est en aucun cas une fille peu attrayante. Mais, n'y allez même pas, bande de pervers. Elle est ma soeur.

« Putain, qu'est-ce qui se passe ce matin ? Je me dis en me levant et en commençant à fouiller dans mes vêtements à la recherche de quelque chose de respectable à porter lors de mon premier jour de retour à l'école.



J'ai fini de choisir mes vêtements, décidant d'aller avec le t-shirt classique du créateur et une paire de jeans délavés. Je les enfile rapidement, je jette un coup d'œil dans mon miroir pour m'assurer que tout est en ordre et dévale les escaliers à toute vitesse dans l'odeur merveilleuse de la cuisine de ma mère. J'ai tourné au coin de la rue et je suis allé dans la cuisine où mon père et ma sœur prenaient déjà leur petit-déjeuner à table et ma mère me préparait une assiette remplie de pancakes aux pépites de chocolat - mon préféré.

« Merde maman, je ne savais pas que c'était mon jour de chance aujourd'hui ! dis-je en lui donnant un rapide baiser sur la joue et en m'asseyant à table.

"Bonjour à vous aussi, et ne vous attendez pas à ce que cela devienne un événement régulier maintenant." Elle a répondu en posant mon assiette avec un verre de lait au chocolat.

J'avalai ma nourriture comme un homme affamé, fourrant des pancakes dans ma bouche et les arrosant de grandes gorgées de lait au chocolat. C'est là le petit-déjeuner des champions. Pendant ce temps, Claire me regarde comme si j'étais un animal et mon père me regarde par-dessus son journal avec ses sourcils levés dans un « tu es sérieux ? expression.

"Quoi?" J'exige la bouche pleine de nourriture.

« Tu es dégoûtant. Comment peux-tu même mettre tout ça dans ta bouche d'un coup ? dit Claire la bouche légèrement ouverte. Eh bien, au moins elle agit normalement en m'insultant. J'espère essayer d'oublier toute la scène de l'érection du matin autant que moi.

"Fermez-la." Je marmonne en finissant mon petit-déjeuner en un temps record. Mon père secoue la tête et se remet à lire le journal. Il est du genre silencieux et intense. Quand il parle, ce qui n'est pas si fréquent, vous écoutez et vous écoutez bien. Franchement, c'est l'opposé de ma mère. Elle est du genre pétillante, parle toujours, s'agite, sourit et rit comme si elle n'avait aucune raison d'être triste. Mais bon, on dit que les contraires s'attirent.

Je me lève et débarrasse mon assiette de la table, et, étant le frère et le fils incroyable que je suis, prends aussi les assiettes de Claire et de mon père. Cela suscite bien sûr une autre hausse des sourcils de papa et un commentaire sarcastique de Claire qui dit: "Wow. Ryan? Être un gentleman? Papa, je ne sais pas à ce sujet, pourrait être un signe de l'apocalypse. "

En riant, je lui effleure l'oreille en passant devant elle sur le chemin de l'évier pour faire la vaisselle. Pour finir, j'attrape le torchon et me sèche rapidement les mains. Je regarde l'horloge, 7h56. Seulement 19 petites minutes jusqu'à ce que l'été soit officiellement terminé. J'ai toujours détesté cette période de l'année. Oui, je vois des amis que je n'ai pas vus depuis l'année dernière, je prends de nouveaux cours intéressants et je me remets en route pour le titre de baseball d'État que Kennedy High (mon école) est sûr de remporter cette année. Mais - oui, je sais que tous mes professeurs d'anglais seraient déçus par ce début de phrase - cela signale également la fin de ma liberté face à toute la pression de bien réussir à l'école, de bien jouer sur le terrain et d'obtenir une offre pour aller dans une putain de bonne école. Vous voyez, le baseball, c'est mon truc. Je vais bien. Très bien. Recrue numéro un dans l'état de Floride, bien... et rien de tout cela n'a d'importance. Quand les dépisteurs viennent appeler et commencent à se présenter aux matchs au printemps, je dois préformer. Si je ne le fais pas, ce classement numéro un ne signifiera rien. Ne vous inquiétez pas, pendant l'intersaison (qui est maintenant), j'essaie de limiter mes discussions sur le baseball et pendant que je m'entraîne pour rester en pleine forme, ma vie ne tourne pas autour de ça, comme plus tard dans l'année.

Je prends mes clés sur le comptoir et dis à Claire de se préparer à partir. Ma mère revient dans la cuisine et me jette un coup d'œil avec ses yeux, semblant approuver la façon dont je me suis habillée pour le premier jour d'école. "Je suis content que tu aies opté pour le conventionnel cette année, chérie." elle dit. (Vous voyez, l'année dernière, un de mes amis, j'ai eu cette grande idée de me déguiser en... En fait, une trop longue histoire. Peut-être que je vous raconterai plus tard.)

Je lui fais mon plus beau sourire et lui dis que je l'aime avant de courir vers ma voiture. Je monte à bord, allume le moteur et baisse toutes les vitres pour laisser entrer l'air frais du matin dans la voiture. La porte du passager s'ouvre et Claire monte à bord. Je recule la voiture hors de l'allée et commence à rouler vers l'école.

"Hey Ry, le lycée n'est vraiment pas si différent du lycée, n'est-ce pas ?" me demande Claire inquiète.

"Ne t'inquiète pas pour ça Clairebear, sois juste toi-même et tout ira bien. Tes amis seront là avec toi, et s'ils ne le sont pas, tu m'auras toujours !" dis-je en la regardant.

Elle me lance un regard, probablement parce que je l'appelais Clairebear--, le surnom de ma famille pour elle quand elle était vraiment petite--, mais me sourit d'une manière qui dit "Merci".

Nous nous garons sur le parking à 8h10. Cinq minutes jusqu'à ce qu'on doive être en classe. Nous sortons de la voiture et commençons à marcher jusqu'à l'école quand Claire voit une de ses amies, pousse un cri de fille et court vers elle, m'oubliant déjà complètement. Autant avoir besoin de mon aide pour s'adapter. « Ouais, au revoir à toi aussi ! je lui crie dessus. Je reçois un majeur levé en réponse. Classique. De l'adorable petite fille inquiète à l'enfant diabolique en quelques secondes. Je secoue la tête et soupire quand je sens un poids énorme sauter sur mon dos. Trébuchant en avant, je me redresse et secoue le coupable. En me retournant, je sais déjà que c'est mon ami Nick Dillon qui a réussi le petit tour de force d'essayer de faire du stop. Tous 6'0, 190 livres de lui. Non pas que j'ai été construit très différemment. À 5'11 et 175 livres de presque tous les muscles de mes entraînements, j'étais en pleine forme.

Il me sourit et je ne peux pas m'empêcher de sourire en retour alors que nous nous tapons les mains dans notre salutation habituelle. « Mec ! Qu'est-ce que j'entends dire que tu as eu une brune qui claque l'autre soir ? »

Il me sourit et je ne peux pas m'empêcher de sourire en retour alors que nous nous tapons les mains dans notre salutation habituelle. « Mec ! Qu'est-ce que j'entends dire que tu as eu une brune qui claque l'autre soir ? »



« Comment savez-vous à propos de cela ? » je grogne.



« Tout le monde est au courant. Kara a râlé à tous ceux qui écoutent à quel point tu es un connard mec.



"Merde. Je veux dire qu'elle mérite de se moquer de moi, je l'ai trompée, mais merde. Tu penses qu'il y a une chance qu'elle laisse tomber ça bientôt ? je lui demande alors que nous traversons les portes principales et que nous nous dirigeons vers notre classe.



"Ryan, mec. C'est de Kara dont nous parlons. La reine du drame. Vous attendiez-vous honnêtement à quelque chose de différent, je veux dire à quoi pensiez-vous ? Allez mec c'est comme .. "



"Je pensais que Kara m'avait dit qu'elle m'aimait et que je n'étais pas du tout prête pour ce type d'engagement." je l'interromps avec.



« Elle a dit quoi ?



"Elle a dit qu'elle était amoureuse de moi."



"Mec, tu sortais ensemble depuis une semaine, c'est quoi ce bordel ? Je suis content que tu ne sois pas resté après ça, c'est une merde effrayante. Je veux dire que ta méthodologie n'était pas idéale pour rompre mais bon pour toi mec.



"Ouais, j'essaie juste de l'oublier." lui dis-je alors que nous entrons dans notre salle de classe déjà bondée et choisissons deux sièges à l'arrière qui sont encore vides.



« Oublier quoi ? » dit une voix que je connais trop bien derrière moi.



"À propos de la façon dont il s'est lié avec cette nana pour rompre avec la folle de Kara. Tant mieux pour lui, n'est-ce pas Hannah ? Nick intervient utilement.



"C'est déjà assez grave qu'il l'ait fait, la dernière chose dont il a besoin en ce moment, c'est que tu boostes son ego pour ça, connard géant." dit Hannah en s'asseyant à côté de moi. C'est ce que j'aime chez elle. Elle peut être furieuse contre moi, mais elle restera toujours à mes côtés contre vents et marées, ma Hannah. Hannah Reynolds et moi sommes les meilleures amies depuis le jour où elle m'a trouvé en train de construire un château de sable dans le bac à sable à l'école maternelle et a commencé à m'aider à y mettre la touche finale avant qu'un des enfants plus âgés ne vienne et ne le jette par terre. Je me souviens encore comment elle s'est levée et a commencé à crier après l'enfant parce qu'il était stupide. Elle a bien grandi depuis. Elle est méchamment intelligente et a un corps pour lequel la plupart des filles tueraient. Debout à 5'7 avec des cheveux brun foncé et des yeux qui ressemblent à du chocolat fondu, elle est un aimant pour les gars. Je fais de mon mieux pour les éloigner d'elle.



"Ouais, je pense que cette fille est folle et Ryan est un homme intelligent pour se sortir de cette situation." dit Nick, contrariant davantage Hannah.



"La fille" folle "lui a seulement dit ce qu'elle ressentait pour lui, comment cela justifie-t-il qu'il la trompe avec une allumeuse au hasard à la fête du feu de joie?"



Je me recule dans mon siège et essaie de rester en dehors pendant qu'ils vont et viennent. C'est un argument qu'aucun d'eux ne gagnera, ils sont tous les deux têtus à une faute. En regardant autour de moi, je vois des visages familiers à gauche et à droite, à l'exception d'une fille dans le coin avant gauche de la pièce. Je bouge sur mon siège pour essayer d'avoir une meilleure vue. Tout d'un coup, mon bras reçoit un solide coup de poing et je grimace de douleur.



"Aïe, c'était pour quoi ?" je demande à Hannah en me frottant tendrement le bras. Elle frappe fort pour une fille.



"Après tous vos problèmes de filles récemment, vous pensez que regarder la nouvelle fille avec de la bave qui sort de la bouche est une bonne idée?" dit Hannah avec désapprobation.



"Je ne la regarde pas ou quoi que ce soit, c'est juste bizarre de voir quelqu'un de nouveau, tu sais?"



"Non mec, tu la surveillais totalement." Nick s'exclame utilement, avec un sourire stupide sur le visage. Il sait qu'Hannah va m'en vouloir pour ça.



« Ne sois pas un cochon, Ryan. La situation est déjà assez mauvaise comme ça. Ne faites rien pour aggraver les choses et pour l'amour de Dieu, s'il vous plaît, n'impliquez pas la pauvre nouvelle fille dans ce spectacle de merde. dit Hannah.



"Ouais mec, n'alimente pas le feu." ajoute Nick.



En soupirant, je pose ma tête sur mon bureau. Bien sûr, maintenant, ils peuvent s'entendre sur quelque chose. Je ne l'examinais même pas... pas vraiment. Je veux dire, tout ce que je pouvais voir, c'était ses cheveux blond foncé qui lui tombaient dans le dos. Le reste, je ne pouvais que fantasmer. Je décide cependant qu'Hannah avait raison. Il y a un temps et un lieu pour tout et en ce moment je ne devrais draguer personne. Je dois laisser toute cette situation de Kara se dénouer avant de passer à autre chose. Je l'ai peut-être trompée, mais je ne suis pas un connard total. Je ne veux rien frotter sur son visage.

Les annonces du matin ont lieu vers 8h30 et notre professeur prend le rôle peu de temps après. Je regarde mon emploi du temps et me souviens que j'ai AP Calculus première période. Exactement ce dont j'ai besoin. Quelques problèmes mathématiques difficiles pour me distraire de la vraie vie en ce moment. Le reste de mon emploi du temps est assez facile, du moins selon mes normes, AP Economics, AP Psychology, US History, Italian, AP English et Public Speaking complètent ma gamme. Ma période de déjeuner est également le moment idéal, juste à midi, divisant mes cours presque en deux.



La cloche sonne pour la première période et je rassemble mes affaires et me dirige vers Tournesol, Hannah en remorque. Nick dit au revoir alors qu'il se dirige dans un couloir différent vers son cours de première période. Nous le reverrons au déjeuner. Il se trouve qu'Hannah et moi partageons exactement le même emploi du temps cette année, ce qui est du jamais vu dans notre école de 1 500 élèves. Je ne me plains pas, je pense que ça va être génial. Merde, peut-être que je peux même la convaincre de faire certains de mes devoirs ! (Dans mes rêves peut-être.)



Nous entrons dans la salle de classe et nous asseyons à l'arrière comme d'habitude. Notre professeur, M. Hammond est un dur à cuire. Ce cours ne sera en aucun cas facile. Il entre dans la salle et immédiatement les bavardages de la classe s'éteignent.



"Bienvenue sur AP Calculus. Ce n'est pas un cours pour les faibles de cœur. Si vous pensez que vous ne pourrez pas vous donner à 100% ici et réussir, détrompez-vous. Si cela ne vous convient pas, je vous conseille de quitter cette pièce maintenant. Il regarde chaque membre de la classe un par un, rencontrant les yeux de chaque enfant. "Pas de preneurs je vois. Très bien, commençons. dit-il en allumant le Smartboard. "Vous pouvez trouver mon programme en ligne si vous en avez besoin, je n'aime pas tuer des arbres, donc la plupart du travail de cette année se fera via la page Web Moodle de l'école. Si vous ne l'aimez pas, c'est tant pis. » Avec cela, il plonge dans la classe la tête la première, sans perdre une seule seconde. Lorsque la cloche sonne 45 minutes plus tard, j'ai mal à la main d'avoir pris des notes et je la secoue avec véhémence.



"Excellente façon de commencer notre journée pour le reste de l'année, hein ?" demande Hannah alors que nous sortons de la pièce et nous dirigeons vers l'aile ouest où se trouve notre classe Econ.



"Ouais, j'adore mes maths avec un côté de professeur dur à cuire." dis-je sarcastiquement. « Au moins, Econ est censé être facile. Tous les gars que je connais qui l'ont pris l'année dernière l'ont dit comme du gâteau et que le professeur est un mec vraiment cool.



"Espérons-le, nous aurons besoin de quelque chose pour rebondir après Calc, je peux juste le sentir." dit Hannah alors que nous tournions un coin et que je tombais sur la seule personne que je ne voulais pas voir aujourd'hui, Kara. Ses livres volent partout dans le couloir et j'attrape à peine son bras à temps pour l'empêcher de les suivre jusqu'au sol. "Merde", je pense "et dire que cette journée ne pourrait pas être pire."



« Regarde où tu vas connard. Tu aurais pu.. » Elle lève les yeux et réalise que c'est moi qui l'ai renversée « VOUS ! L'avez-vous fait exprès ? » me crie-t-elle.



"Non. Non. Non. Je suis vraiment désolé Kara, je ne regardais pas où j'allais, c'était totalement de ma faute. Je balbutie en me penchant rapidement pour l'aider à ramasser ses livres.



"Ouais Harlow, tu montres son homme!" dit quelqu'un qui passe dans le couloir comme si j'essayais de la renverser. C'était exactement ce dont je n'avais pas besoin en ce moment.

Kara, bien sûr, considère cela comme une confirmation que je l'ai effectivement rencontrée exprès. Elle devient rouge betterave sur le visage et je peux voir des larmes se former au coin de ses yeux. "Je te déteste Ryan Harlow" chuchote-t-elle avant de se retourner et de courir dans la salle de bain des filles, me laissant debout tenant ses livres au milieu du couloir avec un regard perplexe sur mon visage.



Hannah me tape sur l'épaule, me prend les livres et dit: "J'ai ce Ry, ne t'inquiète pas trop pour ça, je vais lui parler." Elle se dirige vers les toilettes des filles et me lance un dernier regard apitoyé par-dessus son épaule avant d'aller vraisemblablement calmer son amie. Ai-je mentionné qu'elle est une sainte? Parce qu'elle l'est vraiment. Je me sens mal, mais je ne peux rien faire, alors je me ressaisis et je vais en cours.



Le reste de la matinée se passe beaucoup moins d'événements et j'en suis incroyablement reconnaissant. Au moment où le déjeuner arrive, j'ai presque oublié le petit incident dans le couloir, mais bien sûr, Nick parvient à le rappeler dès qu'il me voit à la cafétéria. Le gars est un grand ami, brutalement honnête et loyal jusqu'au bout mais l'empathie n'est pas son fort.



« Yo Ryan ! Ai-je entendu dire que tu as renversé Kara dans le couloir ce matin, mec ? Je ne veux pas avoir l'air d'un connard, mais tu ne penses pas que c'est juste un peu exagéré ? »



"Je ne l'ai pas fait exprès, connard, je ne regardais tout simplement pas où j'allais et elle a tourné un coin en même temps que moi." dis-je en me mettant derrière lui dans la file d'attente.



"D'accord, d'accord, je vais te croire, juste pour cette fois." dit Nick en me donnant une forte tape dans le dos.



Je choisis un cheeseburger et une salade emballée avec une bouteille d'eau pour mon déjeuner, je paye le tout et me dirige vers ma table où Hannah et quelques-uns de mes coéquipiers de baseball sont déjà assis. Le déjeuner passe rapidement alors que je retombe dans les plaisanteries normales de mes amis alors que nous nous remémorons nos étés et parlons de l'année à venir. Au moment où la cloche sonne pour signaler la fin de la période, je suis enfin de bonne humeur.



Les deux périodes suivantes passent rapidement. En cours d'italien, l'enseignant essaie essentiellement de savoir où la classe est en termes de capacités afin qu'elle puisse déterminer par où commencer dans le manuel. En anglais, le professeur, un jeune diplômé qui a captivé les gars de la classe, nous donne la lecture de cette année et commence notre discussion en classe sur notre livre de lecture d'été, A Thousand Splendid Suns. Une fois l'anglais terminé, Hannah et moi allons à nos casiers respectifs, puis nous nous retrouvons pour marcher jusqu'au cours d'art oratoire, le dernier de la journée.



Alors que nous entrons dans la salle, je remarque que Kara est dans la classe et je me fais un devoir de m'asseoir le plus loin possible d'elle même si je réalise que je mets Hannah dans une situation où elle doit choisir entre moi et Kara. Hannah se mord la lèvre inférieure d'une manière qui fait battre mon cœur et fait un pas vers moi. Mon cœur bat dans ma poitrine et je ne sais pas pourquoi. Et puis elle se retourne et va s'asseoir à côté de Kara. J'ai l'impression que tout mon corps se dégonfle. Ma poitrine se serre et j'ai du mal à respirer. Pour une raison inexplicable, je suis coincé là à vouloir faire quelque chose, n'importe quoi pour lui faire changer d'avis. Même si je sais que c'est la bonne chose à faire pour elle et que je n'ai pas le droit de vouloir qu'elle me choisisse plutôt que Kara, je ne peux pas m'empêcher d'être jaloux et je me déteste pour ça. C'est Hannah. Ma meilleure amie Hannah. Pourtant, en ce moment, je souhaite qu'elle soit quelque chose de plus pour moi qu'une amie. J'ai besoin de me ressaisir. Trouvez une diversion. Emprunter cette voie ne peut mener qu'à des ennuis dont je n'ai pas besoin en ce moment.

Alors, je me suis enfermé. C'est quelque chose que je fais plutôt bien quand j'en ai besoin. Je m'évade.

J'entends à peine M. Resch lorsqu'il dit que pour commencer la classe, nous devons faire une présentation d'un camarade de classe et qu'il désignera des partenaires. Il commence à parcourir la liste et le nom est flou.



"Hannah Richards et Carly Campagna." je l'entends dire. Je ne reconnais pas le deuxième prénom. Je regarde autour de moi et mes yeux se posent sur la nouvelle fille, celle de la classe principale. En y repensant, je pense qu'elle a été dans chacun de mes cours mais en italien, ce qui est surprenant puisque son nom de famille sonne italien. J'ai juste été trop distrait toute la journée pour le remarquer. D'un autre côté, cela signifie également que je ne pourrai pas être avec Hannah, ce qui assombrit davantage mon humeur.



"Ryan Harlow et Kara Stephens." traverse mes pensées. Ouais, ça vient d'arriver. Je ne peux même pas me résoudre à la regarder. Alors à la place, j'ai simplement laissé tomber ma tête sur mon bureau avec un bruit sourd audible.



Le gars à côté de moi se penche et dit : « Hé mec, c'est ton ex, n'est-ce pas ? Putain ça craint !"
ce qui, je pense, est l'euphémisme de l'année jusqu'à présent.



M. Resch dit à la classe que nous avons le reste de la période pour commencer à travailler sur nos intros et à utiliser le temps pour apprendre à connaître notre partenaire, ses goûts, ses dégoûts, ses antécédents, ses passe-temps et tout ce que nous voulons utiliser dans nos discours. La classe commence à se jumeler et à se mettre au travail. Je me lève lentement et me dirige vers l'endroit où Kara est assise, et m'assieds sur le siège à côté du sien.



« Écoute, dis-je, je sais que tu ne veux pas me parler, ni même me voir, alors je vais rester en dehors de ton chemin. Heureusement, nous savons déjà toutes ces conneries les uns sur les autres, donc l'écrire ne devrait pas être trop difficile.



Kara ne répond pas.



"Kara..." je commence.



« Ryan, ne le fais pas. Je ne veux plus entendre tes stupides excuses. Laissez-moi tranquille et j'espère que je ne déciderai pas de montrer à quel point vous êtes un outil complet dans mon discours, d'accord ? » dit-elle fatiguée avant de me tourner le dos et de sortir un morceau de papier pour commencer à écrire son discours.



D'une certaine manière, sa déception et sa tristesse sont pires que sa fureur contre moi. Si je pouvais revenir en arrière et changer ce que j'ai fait, je le ferais en un clin d'œil. Mais je ne peux pas. En soupirant, je sors un morceau de papier et décide que peut-être que si je lui donne la meilleure introduction de l'histoire d'un cours d'art oratoire, elle pourrait en fait tolérer ma présence même si elle ne peut pas encore me pardonner.



Trente minutes plus tard, j'ai fait environ la moitié de mon discours et je me sens plutôt bien. La cloche sonne et M. Resch nous rappelle de terminer nos discours à la maison et d'être prêts à présenter nos présentations demain.



Je me précipite vers la porte de la salle de classe, sans attendre pour parler à Hannah ou à qui que ce soit d'autre, et me dirige directement vers mon casier pour récupérer les livres que je dois ramener à la maison ce soir. Je remballe rapidement mes affaires et me dirige vers la voiture pour attendre Claire. Je vois Nick sortir du parking et il me klaxonne pour me dire au revoir alors que je lui fais un petit signe de la main. Je déverrouille la voiture, jette mon sac à l'arrière et monte. Allumant la radio, je m'adosse à mon siège et ferme les yeux, les jours où de nombreux événements me rattrapent.



La prochaine chose que je sais, c'est que Claire ouvre la portière et monte dans la voiture. Elle me regarde et la folie de la journée doit être collée sur mon visage puisqu'elle demande : « Qu'est-ce qui t'est arrivé grand frère ? Mauvaise première journée ? »



Sortant du parking, je secoue la tête et réponds : « Ouais, c'est une façon de le dire. Mais demander comment la journée s'est déroulée est mon travail, alors, comment s'est passée ta journée petite soeur?



"Oh, c'était génial ! Les professeurs sont tellement plus cool ici et… » elle continue en me racontant sa journée en parcourant toutes ses classes une par une et en louant toutes les expériences que le lycée offre que le collège n'a pas faites. Elle a l'air si heureuse, parfaitement satisfaite. J'aimerais que ça déteint sur moi.



Remarquant que j'avais cessé de prêter attention et que je semblais bouleversée, elle posa sa main sur mon bras et dit d'une voix consolante: "Si tu as besoin de parler de quoi que ce soit, je suis là pour toi Ry." Pour une raison quelconque, cela me touche vraiment et je suis tellement reconnaissante d'avoir une sœur aussi adorable et empathique. Avant que je ne m'en rende compte, je lui ai raconté toute l'histoire depuis le moment où Kara m'a dit qu'elle m'aimait, jusqu'à la tromper, jusqu'à l'incident dans le couloir aujourd'hui et enfin jusqu'au cours de prise de parole en public où nous nous sommes associés. La seule partie que je laisse de côté est cette petite partie déroutante à propos d'Hannah où j'ai laissé tomber ma garde et je me suis presque permis de la vouloir comme plus qu'une amie. Tout sortir de ma poitrine me fait du bien, et Claire s'avère être une assez bonne écoute.



"Eh bien, la tromper était un coup de bite mais je te plains, Ryan. On dirait vraiment que vous avez eu une journée difficile. dit Claire quand j'ai fini mon histoire.



"Je sais. Mais bon merci de m'avoir écouté Claire, ça veut dire beaucoup. Je lui dis en la regardant pour lui faire savoir avec mes yeux à quel point j'apprécie qu'elle soit là pour moi.



"Bien sûr. À quoi d'autre servent les sœurs ? » me demande-t-elle avec un sourire rampant sur son visage.



"Beaucoup de choses... comme faire ma lessive, laver ma vaisselle, promener le chien, me faire chier", je plaisante alors que nous nous garons dans l'allée.



Elle me donne un léger coup de poing sur le bras et rit quand elle dit : « Oh tais-toi. Tu as dû gâcher le moment de liaison, n'est-ce pas ? »



"Je n'ai tout simplement pas pu résister, ma sœur, tu rends les choses si faciles." lui dis-je alors que nous entrons dans la maison.

Je monte dans ma chambre pour faire quelques devoirs, mais je finis par m'allonger sur mon lit. La prochaine chose que je ressens est une sensation de chaleur sur le bout de ma bite qui ressemble presque à... oh merde. Une bouche. Quelqu'un me fait une pipe. Je baisse les yeux et vois sa tête se balancer de haut en bas sur moi alors que je gémis et pousse légèrement dans sa bouche. Elle suce comme une pro, qui que ce soit. Prenant environ les trois quarts de ma bite de 7 pouces dans sa bouche, elle gémit autour de ma bite, envoyant des frissons à travers mon corps. Sa main prend mes couilles en coupe et commence à les rouler légèrement entre ses doigts. She lets my rock hard dick fall out of her hot, wet mouth and then starts licking her way up from my balls to the tip, where she swirls her tongue around like she licking an ice cream cone. It’s driving me crazy.



“Ooh, Baby please don't stop.” I moan.



I hear a giggle and then that glorious mouth goes to work to again. I still can’t tell who it is, but I’m sure as hell not complaining. I lose myself in feelings of absolute bliss as my manhood is treated like royalty by the sensuous tongue of this amazing girl. She stops sucking and licking and then I feel her start kissing her way up my stomach and chest, head down and brown hair spilling over her face. I groan. She looks up. My heart stops.



“Ryan, wake up.” Hannah says. Then something weird happens and her face shifts into Kara’s who says the same thing. Then Kara becomes my sister Claire. Claire becomes my English teacher (the hot college grad one). My mind reels. I have no idea what is happening to me right now.



“Ryan! Time for dinner!” I hear my mom yell from downstairs.



It was a dream. Thank god it was a dream. I must have fallen asleep as soon as I lay down on my bed and the crazy day I had transcended into a crazy dream. What was even up with the changing faces? And why were two of them Hannah and Claire? I don’t have any romantic feelings towards those two. I cannot figure it out.



Head still spinning, I try to compose myself and head into the kitchen to get dinner where my whole family is already seated and waiting for me.



Dinner, spaghetti and meatballs, is exquisite. My family and I make small talk throughout, talking about how our first day of school was, the upcoming year, all that stuff. After dinner, I decide to get in a quick workout before doing my homework that never got done earlier since I feel asleep. I head down to the basement and into our own little workout room. I start playing some workout tunes, real pump up type music, and get to work. I push myself hard in an attempt to clear my head, and it works. I hit my chest, core, arms, legs, and back and by the time I’m finished an hour and a half later, all of my muscles are on fire.



I walk back upstairs and pass my sister on her way into the media room who tells me, “You smell. That’s nasty.” in passing.



Taking a whiff of my body odor, I agree. I decide to take a hot shower, clean up and let the water soothe my tired body. I walk upstairs, grab a towel and head into the bathroom. I turn the shower on and get under the stream of hot water. Letting it run down my body, I turn my thoughts to the speech I have to give about Kara tomorrow. The more I think about it, the more confident I am that I’ll be able to deliver one hell of an introduction (you guys will hear the whole speech soon but not quite yet).



After my shower, I dry off, change, and get down to business... homework. By the time I’m finished everything it’s just past 9:00. I decide to see what’s on TV and go downstairs to the media room. My sister is lying on the couch watching some movie on HBO and my Dad is sitting in his reclining chair doing work on his laptop.



“This any good?” I ask Claire as I pick up her feet, move them off the couch and sit down in their spot.



“Not really, but better than that reality show about singing that Mom and Dad want to watch.”
she answers, placing her feet over my legs to get comfortable again.



“I heard that young lady, better watch that mouth or that singing show will be on before you know it.” My dad says from his chair.

“Sorry Dad!” says Claire, rolling her eyes at me. I cant help but laugh at her eye roll.



Without looking up from his laptop my dad says, “And if you roll your eyes at me again, you’ll really be sorry.”



“How does he do that?” she asks me animatedly, “That shouldn't be possible, he wasn't even looking!”



“Must be some psychic power you get when you get old.” I whisper back.



Claire chuckles, saying, “Of course he doesn't hear that one!”



“What can I say? I’m just too sly.” Je lui dis.



We settle in and watch the movie, none of talking for a while. The only sound besides the movie come from my Dad softly typing away on his laptop. Then he gets up, looks at me asks, “son, can you come with me into the kitchen? I need some help with something.”



“Sure Dad, no problem.” I answer, getting up and following him out of the room.



“Do you remember what I always tell you about hitting a curveball son?” il demande.



“Of course, dad. You tell me before most games.” I say, wondering where he is going with this.



“Tell me. Repeat it back to me.” he says, gripping my shoulder and looking at me intensely.



“The thing about a curveball is that its only hard to hit when you don’t expect it. If you’re on the lookout for one, it’s easy. Just a matter of timing. But, if you do get caught off guard by it, fight it off, stay alive, don’t freeze up, and sure as hell don't go down without swinging if its near the strike zone.” I say in my best impression of him, still confused by what this has to do with anything.



"Bien. I want you to always remember that. And remember it’s not just a pitcher who can throw you curveballs, son. Life can too. Remember that.” he tells me intensely, gripping my shoulder even harder.



“Alright, sure, dad. What’s this all about?” I ask him, taking a small step backwards.



“Don’t worry about it. Nothing that concerns you right now. Just promise me you’ll keep that in your mind from now on.” He says, not quite meeting my eyes.



Before I can question him further, since I can tell he’s not telling me something, he turns his back on me and walks out of the kitchen and up the stairs to his room.



“Well that was odd.”, I think. I wonder what it was all about, I can’t remember my dad acting that weird ever before. I mean that was intense. Really intense. And the look in eyes had scared me, I don’t even know how to describe it but it was not normal.



I realize how exhausted I am, say goodnight to Claire and get ready for bed. As I turn my lights off, I think back on my the day. While it certainly wasn’t the best day ever, it was up there for the most memorable one. I close my eyes and everything fades away. My girl problems, my dad’s strangeness, it all goes black except for one thing-- the words my dad made me repeat about hitting a curve. I fall asleep with them ringing in my head and make a decision that from now on, I would try to take my dad’s advice and try to apply to life just like he asked me to. Hopefully tomorrow will prove to be a better day. Pulling the soft covers over my body and sinking into the softness of my mattress, I slowly fade into sleep.



-------------------------------------



End of Part 1: I know this was mainly an intro chapter that just managed to set up a bunch of different storylines and ideas, but I hope you enjoyed it nonetheless. The next chapter will both be longer, and contain more sex, actual sex this time not some dream. You may be surprised at what happens, maybe you see it coming already, but this series is sure to take you for a ride if you can manage to bear with me. Thanks again and, please, don't hesitate to comment, good or bad, I read every one and try to take them all into account.



KWAR14

Articles similaires

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

426 Des vues

Likes 0

Première fois que je partage ma femme

Eh bien, je ne sais vraiment pas comment commencer cette histoire, alors sautons directement dedans. C'est une vraie histoire vraie qui s'est produite et maintenant je la partage avec vous tous. Une fois que vous avez fini de lire cette histoire et que vous êtes intéressé par des photos ou des vidéos, veuillez m'envoyer un e-mail à [email protected]. Ainsi, mon histoire a commencé environ 2 ans après mon mariage. Mais avant d'entrer dans les gros détails, laissez-moi vous parler de nous. Je m'appelle Ethan et je suis un homme hispanique de 25 ans et ma femme Angelina est une femme hispanique...

796 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

450 Des vues

Likes 0

Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente. Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012. Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition. LA LITERIE DE LA BABYSITTER Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans. Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des...

1.2K Des vues

Likes 0

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

855 Des vues

Likes 0

Secrets à huis clos

J'ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés. J'ai toujours aimé l'idée d'en avoir un pour moi, mais je n'ai jamais pu trouver quelqu'un qui sortirait avec une femme plus jeune. C'était jusqu'à ce que je rencontre Jonathon. Jon a travaillé dans un magasin de violons, fabriquant et vendant son travail. Il n'était ni grand, ni petit. Il avait une belle carrure et un beau visage. Jon travaillait le jour où je suis venu dans son magasin. Je lui ai demandé de me faire visiter les lieux. Il a arrêté son travail et m'a fait faire le tour du...

854 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1.1K Des vues

Likes 0

Le père protecteur de Sara, partie 9

Le père protecteur de Sara partie 9 Tôt le matin, je me réveille juste avant l'aube, le ciel oriental n'a rien perdu de sa noirceur. Je suis allongé là entouré de mes quatre amants, inquiet de ce qu'aujourd'hui va apporter. Dans trois heures, Sara a rendez-vous avec un nouveau médecin. Une heure plus tard, sa nouvelle voiture sera livrée à la maison. Je voulais vraiment que Sara sorte de la maison, mais ce n'est pas ce que j'avais en tête. Mes yeux se sont adaptés au peu de lumière que la ville apporte et filtre dans la pièce. Sara et Little...

1K Des vues

Likes 0

Infirmière gentille/Infirmière méchante

Note de l'auteur : J'ai dû retirer l'histoire de Pizza Boy parce que je l'ai finalement étoffée et vendue à un éditeur. Ils voulaient une publication exclusive pour l'histoire, elle a donc dû être retirée d'ici. Ce sera probablement la dernière fois que je tire une histoire pour un éditeur, mais je n'avais pas le choix cette fois-ci. Cherchez-le sur Amazon bientôt. Pendant ce temps : Je pose mes premières réflexions pour une histoire « Nurse Nasty » ici pour voir quel genre de réponse je reçois du merveilleux lectorat sur ce site. Si j'obtiens de bons commentaires, je terminerai l'histoire...

927 Des vues

Likes 0

Je rencontre mon nouveau voisin et WOW

Ma famille venait d'emménager dans ce quartier dans une nouvelle maison, et c'est très agréable. Notre nouvelle maison a une piscine et s'élève sur deux étages avec les chambres au-dessus. La raison principale était pour moi d'aller à l'université locale qui est très appréciée dans la matière que j'étudie. Il ne nous a pas fallu longtemps pour rencontrer nos voisins car ils étaient très sympathiques. Nos voisins ont environ 30 ans. J'ai 18 ans. Il a l'air d'un vrai beau gosse et sa femme est hôtesse de l'air, très séduisante et souvent absente de chez elle sur des vols outre-mer. Il...

698 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.