Charles aide sa mère à ressentir à nouveau du plaisir Chapitre 7

793Report
Charles aide sa mère à ressentir à nouveau du plaisir Chapitre 7

Mots de l'auteur :

Bonjour à tous merci d'avoir lu mon histoire jusqu'à présent, il m'est venu à l'attention d'un lecteur très honnête que mon histoire est devenue très ennuyeuse, je suis désolé si vous vous sentez comme ça, sur mon autre forum je n'ai jamais vraiment eu quelqu'un le dire moi cela donc je n'y ai jamais pensé.

De plus, certains d'entre vous remarquent peut-être des erreurs de grammaire et d'orthographe, d'autres sont simplement par erreur, je ne suis pas un écrivain professionnel et l'écriture ne fait pas partie de ma description de poste, vous ne verrez donc pas grand-chose en termes de technologie de frappe avancée avec moi , également en ce qui concerne l'orthographe, certains mots peuvent être orthographiés différemment dans le cas de réaliser et réaliser, pour moi la première façon est correcte, je ne suis pas américain, je suis australien.

Je voudrais remercier le commentateur Anon pour ses commentaires, je travaille actuellement sur le chapitre 9 de mon histoire, donc ce chapitre et le suivant ne subiront aucun changement, mais peut-être que je peux apprendre de votre commentaire et voir si je ne peut pas s'améliorer avec ce chapitre.

Merci de prendre du temps pour lire ceci.

Salutations

Tombée de la nuit.






Des semaines plus tard, alors qu'ils continuaient à expérimenter et à repousser les limites de la condition de Sue, leur amour s'était pleinement épanoui et ils étaient vraiment amants.

Lentement, Charles est passé d'un sommeil profond à un état de semi-conscience, il ne pouvait plus sentir sa mère allongée sur lui mais il ressentait une sensation distincte de quelque chose d'humide glissant de haut en bas sur son bois du matin, il tendit la main gauche et sentit une grosse chevelure qui va et vient.
"Mmmm matin maman." Dit-il avec un gémissement, il sentit ses lèvres glisser de sa bite lui permettant de répondre.
"Bonjour chérie, je pensais que je me débarrasserais de ça pour toi." Dit-elle avec un sourire avant de retourner à sa succion, il leva la main droite pour s'essuyer les yeux, c'est alors qu'il sentit quelque chose frapper fort contre sa tête.
"Aie." Dit-il alors qu'il se souvenait que sa main était toujours dans le plâtre, il pouvait sentir sa mère rire alors qu'elle continuait à le sucer, il pouvait déjà sentir un mal de tête arriver.

Il ne savait pas depuis combien de temps sa mère le suçait, mais il sentait déjà la sensation familière de sa boule sur le point d'être évacuée, il serra les dents et poussa un gémissement en sentant son sperme lui remonter la bite et voler hors de sa tête, Sue a cessé de secouer la tête mais a continué à sucer, elle voulait son sperme dans son ventre, tout ça.

Elle attendit lentement que sa bite devienne molle et la sentit glisser de sa bouche, elle avala une fois de plus et glissa sur son corps jusqu'à ce que leurs visages soient à nouveau ensemble, Charles se frottait la tête avec sa main gauche là où il l'avait frappée avec sa droite , Sue s'avança un peu plus et embrassa le petit bleu qui s'y était formé.
« Est-ce que c'est mieux, chéri ? » Ils s'embrassèrent doucement et Charles répondit.
"Un peu maman merci." Dit-il en lui donnant un autre baiser, Sue sourit alors qu'elle s'éloignait et se levait du lit.
« Je vais prendre une douche, tu veux me rejoindre ? Demanda-t-elle, le taquinant en donnant à son mamelon une longue et dure traction, il pouvait sentir son sang se battre pour lui donner une autre érection.
"Laisse-nous une minute maman." Il a répondu, elle a relâché son mamelon et il a vu ses gros seins rebondir alors qu'elle se levait du lit et se détournait de lui, elle se tortillait un peu plus dans le cul en quittant la pièce.

Seul, il était libre de ses pensées, il lui était venu à l'esprit il y a quelques semaines que lui et sa Mère n'étaient plus seulement Mère et Fils, ils étaient maintenant et pour toujours amants, liés encore plus spécialement par le sang, Charles sourit, il savait ce qu'était le bonheur, il n'éprouvait aucun regret, aucun dégoût, il montrait à sa Mère la véritable étendue de son amour.

Il se souvenait avoir entendu l'histoire du héros grec Œdipe, à qui on avait dit une prophétie selon laquelle il tuerait son père et épouserait sa mère, c'est ce personnage grec que Sigmund Freud a inventé avec sa conviction que tous les enfants souhaitent avoir des relations sexuelles avec leur parent du sexe opposé, dans son cas c'était sa mère, il n'y avait aucun désir de tuer son père, mais il ne voulait vraiment personne d'autre que sa mère, pour lui elle était tout, personne d'autre n'avait d'importance.

Il s'est levé du lit, sa tentative de bander avait échoué et sa queue était maintenant molle entre ses jambes, il s'est dirigé vers la fenêtre voisine et a ouvert un peu les rideaux pour voir le monde extérieur, il a été baigné dans la lumière dorée Alors qu'il sentait sa peau commencer à chauffer, il ferma les rideaux et prit une profonde inspiration, il sourit une fois de plus car il pouvait à peine distinguer sa mère chanter sous la douche.

Il se dirigea vers la cuisine et se trouva un sac en plastique, il le plaça sur son plâtre et l'attacha en place, avec cela fait, il se dirigea vers la salle de bain.

Il se tenait à l'entrée de la porte ouverte et regardait sa mère danser et chanter sous l'eau, elle se lavait avec le savon puis l'amenait devant sa bouche et l'utilisait comme un microphone, il ne l'avait jamais vue aussi heureuse dans sa vie, du moins pas après la mort de son père, la vue le rendit encore plus heureux.

« Y a-t-il de la place pour moi dans cette douche ? » Demanda-t-il en interrompant sa performance, elle se retourna avec un sourire presque égal au sien et répondit.
"Je pense que nous pouvons en trouver." Charles s'avança et entra dans l'eau chaude, lui donnant une sensation instantanée d'être rafraîchi. "Charles, aimeriez-vous un lavage de seins?" a demandé Sue.
"Un lavage de seins, qu'est-ce que c'est?" Il a demandé.
"Ce que je fais, c'est que je mets du savon sur mes seins et que je les utilise pour laver ton corps, ton père en a beaucoup profité." Il pouvait dire que sa mère était de nouveau d'humeur joueuse.
"Ça a l'air bien." Il a répondu, Sue a saisi son sein gauche dans sa main et l'a fait mousser avec le savon, elle l'a fait à son tour à l'autre, une fois cela fait, elle a remplacé le savon et l'a prise sous les seins à deux mains, elle a poussé ses seins recouverts de savon vers le haut contre la poitrine de Charles et a commencé à les frotter de haut en bas, Charles pouvait sentir ses mamelons dressés se frotter contre sa chair alors qu'elle continuait cela encore et encore, de temps en temps, elle faisait mousser ses seins encore et encore, il pouvait sentir sa bite essayant encore une fois de devenir dur.

Lentement, elle se déplaça de sa poitrine vers son ventre, alors qu'elle se déplaçait de haut en bas, elle pouvait sentir quelque chose piquer le bas de son décolleté, elle s'éloigna un instant pour découvrir que Charles arborait maintenant une érection complète, elle regarda Charles avec un curieux sourire avant de tomber à genoux, elle engloutit sa bite avec ses seins et commença à les faire glisser de haut en bas sur sa bite dure, elle pouvait sentir ses veines se presser contre la chair douce de ses seins alors que sa bite glissait à travers eux, la respiration de Charles avait commencé pour augmenter et elle pouvait elle un doux gémissement quitter ses lèvres, à chaque poussée vers le bas, il avait l'impression que sa bite devenait de plus en plus dure.

Sa bite était encore sensible depuis la pipe de ce matin, il pouvait déjà sentir son sperme prêt à sortir de sa bite, il a fait de son mieux pour le retenir mais cela n'a fait qu'augmenter la pression, avec une forte croissance, son sperme a jailli de sa bite avec une telle force que les premiers coups ressemblaient plus à des geysers alors que les éclaboussures sur le visage de Sue, le reste éclaboussaient sur ses seins créant un petit étang entre sa queue et le sommet du décolleté de sa mère.
"Charles regarde le gâchis que tu as fait..." Elle leva les yeux vers lui et lui adressa un sourire narquois. "Maintenant, je vais devoir me laver à nouveau."
"Laisse-moi maman."

Ils ont fini leur douche et se sont habillés sans autre incident, ils se sont dirigés vers le salon où ils se sont assis et ont regardé la télévision, alors qu'ils regardaient Charles a décidé qu'il était temps de faire un autre pas pour aider sa mère à se rétablir, il s'est levé du canapé et dit.
"Laissez sortir aujourd'hui." Il pouvait déjà voir l'inquiétude sur le visage de sa mère, puis alors que les souvenirs de son succès ces semaines avant et depuis lui apportaient un sourire et sa confiance, elle se leva du canapé et dit.
"Laissez-moi prendre mon sac." Il regarda un peu surpris et fier de sa Mère, il attrapa son portefeuille et l'attendit à la porte.

Quelques instants plus tard, elle était prête et ils ont franchi la porte ensemble, il l'a regardée n'hésiter pas à chaque pas vers le devant de la porte d'entrée, Charles a ouvert la porte et s'est tenu de l'autre côté, il pouvait voir la peur et le doute s'était glissé dans l'esprit de sa mère, il pouvait la voir trembler très légèrement, elle déglutit difficilement et avança son pied droit en franchissant le seuil entre sa maison et la bande de nature, son pied se posa sur l'herbe et un nouveau sentiment de fierté la remplissait, elle avançait son pied gauche, elle souriait de son succès, une fois de plus Charles était rempli de fierté.

En quelques pas, elle était pleine de confiance alors qu'elle marchait côte à côte devant de nombreuses maisons familières, ils parlaient comme eux aussi, c'était agréable de la revoir au moins à un égard, elle était à nouveau sa mère, après vingt ans minutes de marche, il n'y avait plus d'hésitation, c'était à nouveau naturel pour elle, ils croisaient l'étrange compagnon de marche, homme et femme, après les premières quelques fois, elle était à nouveau à l'aise avec les deux sexes, s'arrêtant même pour parler et discuter sur occasion.

Ils se sont rendus dans un parc près d'un magasin du coin, ils ont pris une glace et une boisson chacun, puis se sont dirigés vers un banc dans le parc, ils se sont assis là pour manger, boire et parler, ils sont restés là pendant quelques heures, ils ont regardé l'enclos des oiseaux avec des étangs à poissons combinés, ils ont regardé les enfants jouer sur l'équipement et avec différents jouets, Sue a même renvoyé une balle perdue.

Après avoir quitté le parc, ils se sont dirigés vers la rue principale et ont fait du lèche-vitrines, ils se sont demandés les fenêtres pendant quelques heures de plus avant de se diriger vers un magasin de poulet pour déjeuner, ils ont apprécié une assiette de frites avec de la sauce ensemble, ils ont continué à rire et discuter, sans penser qu'ils s'embrassaient passionnément, ils se fichaient de savoir qui les voyait, ils étaient amoureux.

Ils finissaient leur repas et continuaient leur chemin, ils croisaient de temps en temps des amis s'arrêtant pour discuter quelques instants avant de repartir, de temps en temps ils s'embrassaient, c'était comme si c'était un jeune couple dans la fleur de l'âge relation, pour ceux qui les ont vus, c'était simplement un manque d'âge, ceux qui les connaissaient ont commencé les rumeurs et les rumeurs.

La journée sembla se terminer rapidement, ils venaient juste de remarquer à quel point il faisait noir, ils rentrèrent lentement chez eux en se tenant la main.
Juste au moment où le soleil était presque parti, ils arrivèrent à leur porte d'entrée, ils passèrent le seuil encore plein de rires et de joie, alors que Charles fermait la porte derrière eux Sue passa ses bras autour de son cou, Charles la plaqua contre le mur en l'embrassant avec autant de passion qu'il le pouvait.
Juste au moment où il était sur le point de manquer d'air, Sue l'a poussé fort, il a souri en la regardant tomber à genoux, elle a défait sa ceinture et le bouton en haut de son jean, elle a ensuite lentement tiré la fermeture éclair vers le bas révélant son sous-vêtement en dessous , elle a baissé un peu son jean et a fait de même avec ses sous-vêtements, avant qu'elle ne soit allongée là, douce, c'était la chose qu'elle voulait, elle s'est agenouillée en avant et a commencé à lécher de haut en bas le dos de sa bite, Charles pouvait sentir le sang se précipita pour satisfaire son désir, en un éclair presque il était dur et prêt pour elle, elle prit sa queue dans sa main droite et commença à le branler, elle le regarda avec un sourire déviant, elle garda les yeux sur les siens alors qu'elle apporta sa langue une fois de plus contre sa chair dure et veinée, sa bite avait un goût délicieux, elle referma ses lèvres autour de sa tête et la suça de tout son poids, Charles poussa un grand cri de plaisir alors qu'il se stabilisait pour ne pas tomber en arrière, avec quoi ressemblait à une aspiration sans fin, elle a commencé à déplacer ses lèvres le long de sa hampe, la sensation ne s'est intensifiée qu'à mesure qu'elle entrait de plus en plus de sa bite dans la bouche et la gorge, elle a remonté ses lèvres et sans avertissement a claqué puis redescendu, Charles a donné pousse un autre grand cri de plaisir alors qu'il place sa main droite sur le mur voisin pour obtenir de l'aide, avec sa main gauche libre, il agrippe l'arrière de sa tête alors qu'elle continue de la faire bouger de haut en bas sur son manche toujours plus dur.
"Oh maman, c'est incroyable." Il a commenté alors qu'elle augmentait la vitesse de son balancement, elle s'est arrêtée un instant et a lentement commencé à pousser sa bouche de plus en plus loin dans son arbre, bientôt elle ne pouvait voir que son ventre dans son viseur mais sa bouche continuait de descendre, elle ne l'a pas fait ' Je ne sais pas combien elle avait avalé mais elle continuait.

Finalement, son nez pressé contre son os pubien et elle ne pouvait pas aller plus loin, Charles agrippa fermement l'arrière de sa tête en la maintenant fermement en place, Sue pouvait sentir que son souffle s'essoufflait et voulait se retirer, mais la force qu'il mettait sur l'arrière de sa tête l'empêchait de bouger.

Cela lui sembla une éternité mais finalement elle tira sa tête en arrière et hors de sa queue, une longue couture de salive gardant ses lèvres connectées à sa queue.
"Maman, c'était incroyable." Il a commenté en haletant fort, elle lui a donné un baiser sur la tête puis s'est remise sur ses pieds, ils se sont embrassés en entrant dans le salon, ils se sont déshabillés et se sont retrouvés nus devant l'autre une fois de plus, Charles a pris ce temps pour regarder sa mère une fois de plus, il ne pouvait pas croire à quel point elle était vraiment belle, dans l'esprit de Sue, elle pensait la même chose, et dans son cœur, elle voulait lui donner la seule chose qu'il méritait pour toute l'aide qu'il lui avait apportée.
"Votre si belle maman." Sue rougit en entendant cela, Charles se pencha pour poser une fois de plus ses lèvres sur les siennes, il pressa son corps contre le sien et prit son sein droit dans sa main gauche, sa langue explora sa bouche comme la sienne le fit en retour, il caressa et pressa ses seins dans sa main, il pouvait l'entendre gémir dans sa bouche à chaque mouvement de ses doigts.

Il sentit des doigts s'enrouler autour de sa bite en la dirigeant entre ses jambes, son sexe était pressé contre son sexe et il pouvait sentir sa chaleur venir de l'intérieur, il commença à pousser lentement d'avant en arrière, plus de gémissements résonnaient dans sa bouche, il pouvait sentir Le mamelon dur de Sue pressait contre sa paume, à chaque poussée, il pouvait lentement sentir son jus commencer à recouvrir son sexe, il poussa un gémissement de son propre sentiment le désir de vouloir enfoncer son sexe au plus profond du corps de sa mère, Sue s'éloigna de leur baiser et a poussé un gémissement fort.
"Charles, ta bite se sent si bien en frottant contre ma chatte…. Voulez-vous me goûter ? » Elle a demandé.
"J'adorerais maman." Il l'a embrassée une fois de plus et lui a donné une autre pression sur le sein avant de la laisser partir, elle a reculé et sa bite s'est jetée en arrière le frappant durement dans le ventre, il l'a regardée s'asseoir sur le canapé et lui a ouvert les jambes, elle a placé sa main sur ses cuisses et fit glisser ses ongles de haut en bas en laissant de petites marques rouges, Charles tomba à genoux et approcha son nez de sa chatte, il prit une profonde inspiration et prit son parfum aussi profondément que possible dans son être.
« Tu sens une odeur incroyable, maman. » Il a frotté le bout de son nez autour de sa chatte avant d'étendre sa langue et a commencé à laper autour de ses lèvres externes, il pouvait goûter le jus qui s'était accumulé à cause de sa bosse, Sue tremblait au simple contact de sa langue contre sa chair tendre et sensible, Sue a pris ses seins dans ses mains et a commencé à presser et taquiner ses mamelons avec son pouce et ses index, son corps frissonna alors que sa langue glissait sur son clitoris.
"Oui Charles, fais en sorte que maman se sente bien." Elle a plaidé en fermant les yeux et en appréciant les sensations traversant son esprit et son corps.

Chaque fois qu'il atteignait le bas de ses lèvres, il rencontrait une petite cascade de jus, c'était comme siroter un nectar sucré et cela envoyait ses papilles gustatives en surmultiplication de saveur, perdant sa scène, il enfonça sa langue profondément dans son canal d'amour.
"CHARLES OH DIEU CHARLES !!!" Elle cria, en un instant il sut ce qu'il avait fait.
"Je suis désolé maman." Il a plaidé.
"Charles, ce n'est pas ça, c'était si bon." Ses lèvres se transformèrent en un large sourire.
« Attends, tu me dis que tu n'as pas ressenti de douleur ? » demanda Charles plein d'entrain.
"Pas de douleur du tout, ne t'arrête pas maintenant Charles." Elle a supplié, Charles a hoché la tête et est retourné à sa chatte, il n'aurait jamais pensé qu'il aurait jamais la chance de goûter ses entrailles, encore une fois il lécha autour de ses lèvres mais quand il eut fini, il ramena sa langue une fois de plus en elle, le sentiment de sa langue la touchant plus profondément qu'elle ne pensait qu'elle ressentirait à nouveau lui coupa le souffle, elle avait l'impression que cela faisait une vie qu'elle n'avait pas ressenti quelque chose de si bon, il n'y avait qu'une chose de mieux, mais elle voulait profiter de ce sentiment un un peu plus, Charles a décidé de passer lui-même à l'étape suivante, il a levé son index droit et alors qu'il léchait son clitoris une fois de plus, il a poussé son doigt aussi profondément que possible, bien qu'il soit capable de la pénétrer, c'était toujours très serré et il pouvait sentir ses murs serrer son doigt avec une force incroyable, Sue poussa un grand cri de plaisir alors qu'elle agrippait le canapé, Charles savait ce que cela signifiait et il retira son doigt et plaça sa bouche sur ses lèvres, jet après jet de jus coulait de son canal remplissant sa gorge et sa bouche jusqu'à ses limites, il lui fallut trois grosses gorgées pour tout avaler, son gémissement était tombé à un faible roucoulement et Charles retira sa bouche de ses lèvres, il commença à embrasser son chemin Le ventre de la mère entre ses seins et enfin arriver à sa bouche haletante, leur baiser était à nouveau rempli de passion, ils se ravageaient la bouche l'un de l'autre, Charles se déplaçait et sa tête pressée dans l'ouverture de la chatte de Sue, Sue se sépara de leur baiser et donna un autre gémissement ressentant quelque chose d'autre qu'elle pensait ne plus jamais ressentir.
« Emmenez-moi Charles. Elle a expiré, leurs lèvres se sont jointes une fois de plus et Charles a commencé à pousser lentement sa bite à l'intérieur de son sexe, c'était incroyablement serré, c'était presque comme s'il baisait une vierge, mais il n'y avait pas d'obstruction, moulin par moulin sa queue a continué à glisser au plus profond d'elle, cela n'a fait qu'augmenter le désir dans leur baiser, cela lui a semblé une éternité mais sa bite a finalement atteint le fond, leurs lèvres se sont séparées et Sue a poussé un gémissement de bonheur presque silencieux, lentement Charles a commencé à retirer sa queue, les mains de Sue se sont lancées et accrochée à son dos, ses ongles profondément enfoncés dans sa chair, il regarda la poitrine de sa mère secouer de haut en bas à chaque respiration remplie de plaisir.

Il a pris sa bite au point de presque tomber et a commencé à enfoncer une fois de plus, cette fois il a bougé plus vite, ce qui a amené Sue à lui enfoncer ses ongles encore plus profondément, ses seins se sont levés et sont tombés encore plus vite et plus fort comme gémissement après gémissement s'échappa rapidement de ses lèvres dans une concession rapide.

À chaque poussée, il augmentait sa vitesse, il se mit lui-même à gémir en rafales rapides correspondant presque à celles de Sue, avant longtemps il la baisait à un rythme régulier, c'était incroyable d'avoir sa belle chatte humide mais serrée essayer encore et encore de fais-le jouir.
"Maman, ta chatte me serre si fort, c'est incroyable." Il a commenté.
"N'arrête pas chérie, c'est si bon." Il ne pensait pas qu'elle l'écoutait, elle était trop absorbée par le plaisir dont elle avait envie depuis si longtemps, même s'il pensait que cela ne faisait que quelques semaines.
"Chérie, je peux te monter s'il te plaît?" Elle a demandé ses mots semblaient être formés à partir d'un gémissement.
"Bien sûr maman." Il a répondu quelque peu déçu, il a retiré sa bite de sa chatte et l'a sentie tomber fort alors qu'elle quittait son ouverture, Sue s'est levée du canapé et Charles a pris sa place, sa bite se tenait comme un soldat attendant ses ordres, Sue a chevauché les hanches de son fils et a placé sa tête de bite au bout de son ouverture, lentement avec un long gémissement complet, elle a fait glisser sa chatte le long de sa bite, Charles a poussé un gémissement en agrippant les cuisses de sa mère, une fois qu'elle a atteint le bas, elle s'est assise là pendant un instant, elle voulait juste profiter de la sensation de bite en elle, Charles la regarda, ses yeux étaient fermés et elle avait un sourire sur son visage qui rendrait le chat du Cheshire jaloux, elle ouvrit lentement les yeux et Charles put voir le bonheur dans eux.
"Charles tu te sens si bien, c'est incroyable." Elle a dit ivre d'ecstasy.
"Profites-en autant que tu veux maman, je ne suis pas pressé." Il a répondu, elle a fermé les yeux une fois de plus et Charles pouvait sentir ses muscles serrer sa bite encore et encore, il ne pouvait pas croire à quel point c'était bon avec sa bite qui ne bougeait même pas en elle, elle a ronronné alors qu'elle commençait à soulevant ses hanches permettant à sa bite de glisser en elle, elle s'éleva aussi loin qu'elle le voulait avant de redescendre, Charles ne put s'empêcher de laisser échapper un gémissement sonore alors qu'elle commençait à augmenter lentement sa vitesse jusqu'à ce qu'elle soit confortable.
"Oh mon dieu, ça m'a tellement manqué." Sue a crié.
"Tu peux l'avoir quand tu veux maman, ma bite est à toi." Il a répondu.

À chaque glissement de sa bite en elle, elle sentait des vagues et des vagues de plaisir, sa chatte faisait des bruits obscènes humides à chaque poussée sur sa bite, Charles pouvait sentir que sa bite et ses couilles étaient complètement trempées, de petits coups de plaisir le remplissaient comme des gouttelettes courait sur ses testicules en agitant ses cheveux et ses nerfs.

Sue s'est arrêtée et s'est assise encore une fois, Charles était un peu curieux de son arrêt en mouvement.
"Est-ce que quelque chose ne va pas maman?" Il a demandé.
"Je pense que je ne suis pas loin d'avoir un orgasme." Elle haletait. "Ce qui signifie que tu vas jouir bientôt aussi." Elle poussa un autre gémissement.
"Je suis très proche de maman." Charles a admis.
« Serait-ce trop demander ou trop dégoûtant de te demander de jouir en moi ? Le simple fait d'entendre ces mots magiques fit trembler le coq de Charles, et le mouvement correspondant fit gémir Sue également.
"J'adorerais maman." Il a répondu avec un sourire fier, Sue a souri en retour alors qu'elle respirait profondément et a commencé à soulever ses hanches une fois de plus, elle a claqué sa chatte durement sur sa queue et a commencé à bouger aussi vite qu'elle le pouvait, ses seins rebondissant comme des balles de basket sur le visage de Charles implorant son attention, Charles tendit la main et serra ces gros melons dans ses mains, à chaque poussée vers le bas, il les serrait encore plus fort.

Charles pouvait sentir ses couilles se préparer à se dégager, et il fit de son mieux pour tenir plus longtemps.
"Maman, je vais bientôt jouir." Il a supplié.
"Fais-le bébé, jouis dans maman, laisse-moi sentir ton bébé faire du jus en moi." Ses yeux s'ouvrirent et sa bouche poussa un grand cri de plaisir alors qu'il libérait son sperme refoulé au plus profond du ventre de sa mère, le contact de Charles cum en elle était suffisant pour pousser Sue sur le bord et laisser échapper un autre cri de charge de plaisir d'elle aussi, Charles pouvait se sentir jouir cinq, pas six, pas sept fois en elle, il n'avait jamais autant joui de sa vie, pas même avec Emily, et il semblait qu'il n'avait pas encore fini, Sue saisit sa chatte serrée autour de la bite de Charles dans l'espoir de garder tout son sperme en elle, mais elle pouvait sentir de petites quantités commencer à couler de ses lèvres.

Après une minute, Charles a finalement arrêté de jouir, ses mains sont tombées des seins de Sue et ont atterri de chaque côté de lui sur le canapé, Sue est tombée en avant, la tête appuyée à côté de son cou, ils ont tous les deux haleté fort, leurs corps remplis d'épuisement, il a fallu un quelques instants, mais Sue pouvait sentir un chatouillement dans sa chatte puis un pop alors que la bite de Charles tombait de sa chatte maintenant remplie de sperme, elle pouvait sentir plus de gouttes s'infiltrer de son trou qui se fermait lentement, Charles pouvait sentir ces gouttes laisser des flaques sur sa bite.

"Tu es libre maintenant maman, tu es libre." commenta Charles alors qu'il haletait.
"Oui, je suis libre, mais je ne suis plus qu'à toi." Elle répondit en haletant.

Ils restèrent là une demi-heure sans bouger, Charles avait passé ses mains autour de la taille de Sue en la tenant fermement.
Sue commença lentement à s'asseoir et descendit de la taille de Charles, Charles pouvait voir du sperme sec tout autour de sa bite et de la chatte de sa mère, il avait fait du bon travail et cela le fit sourire, il regarda la main droite de Sue prendre sa chatte en coupe et jouait avec lui devant lui alors que sa main gauche serrait son sein gauche et taquinait son mamelon.
"Charles je me sens si bien." Sur ce, elle enfonça son majeur profondément dans sa chatte, elle laissa échapper un autre gémissement, elle pouvait sentir son doigt légèrement enduit de son sperme qui remplissait toujours sa chatte à ras bord, elle retira le doigt de son sexe chaud et l'apporta jusqu'à sa bouche, elle a placé le doigt aussi profondément qu'elle pouvait aller et a fermé ses lèvres serrées autour de lui, elle s'est tenue là et a serré son sein plus fort en suçant son doigt avec tout ce qu'elle valait, avant de le faire glisser de ses lèvres complètement propre.

Juste cette scène était suffisante pour rendre Charles dur à nouveau, il viendrait plus qu'il ne l'aurait jamais su, et aurait de la chance de jouir contre pendant des heures mais sa bite était plus que prête à jouer.
Sue ouvrit les yeux à cette vue et sourit, elle relâcha sa poitrine et prit sa bite dans sa main droite, elle se pencha sur lui et plaça sa main gauche sur le dossier du canapé, ses seins étaient juste dans son visage et il ne pouvait pas respirer sans sentir ces petits poils sur sa peau.
"Est-ce que mon bébé a besoin de jouir à nouveau si tôt?" Elle a demandé avec luxure et sexualité dans sa voix, elle a poussé sa main le long de sa bite aussi loin qu'elle pouvait aller debout comme ça, Charles a poussé un gémissement étouffé fort alors qu'il prenait une bouchée de mésange.
"Je suis dur maman mais je ne pense pas que je pourrai encore jouir pendant quelques heures." Sue eut un sourire diabolique.
"Donc, peu importe à quel point je te branle, tu ne ressentiras jamais la sensation atroce de jouir?" Sue pouvait sentir sa tête se frotter de haut en bas entre son décolleté, elle tira sa main sur son sexe et l'enfonça à nouveau fort, Charles poussa un autre cri sensible de douleur et de plaisir.
"Maman, je suis sensible s'il te plait ne fais pas ça." Il a supplié.
« Qu'est-ce que c'est ? » Elle a retiré sa main une fois de plus et l'a claquée à nouveau sur son manche, il a crié une fois de plus en sentant l'agonie et le plaisir du travail manuel de sa mère.
"Voulez-vous vraiment que j'arrête ?" Demanda-t-elle, une fois de plus elle pouvait sentir sa tête trembler.
"Non maman." Sue a ri.
"Alors que diriez-vous de me baiser à nouveau." Elle relâcha sa prise sur sa bite et se redressa, il la regarda s'allonger sur le sol et lui ouvrir grand les jambes, Charles se leva du canapé et se positionna au-dessus du corps rempli de désir de sa mère.

Il sentit la main de sa mère s'emparer à nouveau de sa bite, elle commença à tirer sur sa hampe le guidant vers son ouverture fermée, Charles pouvait sentir ses lèvres commencer à entourer sa tête, Sue retira sa main et la remit à ses côtés, Charles ferma ses yeux et il a commencé à repousser sa bite délicate dans le canal de sa mère, le moindre contact envoyait un plaisir angoissant à travers lui, il pouvait sentir que l'intérieur de sa chatte était encore trempé et enduit de son émission précédente, c'était presque apaisant de se sentir son sperme frais recouvrant sa bite dure et chaude, il a lentement commencé à se retirer et à le remettre lentement en place, son corps était toujours épuisé et il n'avait ni la force ni l'endurance pour une baise rapide, dedans et dehors, dedans et dehors, il a continué ses poussées lentes, Sue roucoula doucement en sentant la bite de son fils bouger lentement à travers ses entrailles, elle se sentait détendue et c'était agréable, elle était toujours très excitée mais c'était comme un bon massage apaisant pour sa chatte.

"Mmm ça fait du bien Charles, continue comme ça." Elle étendit ses bras au-dessus de sa tête et ferma les yeux comme si elle se réveillait d'un bon sommeil, elle plaça ses bras derrière sa tête et rouvrit les yeux une fois de plus et regarda dans les yeux de Charles, elle pouvait voir à quel point il était essayé mais il avait Cela faisait si longtemps qu'elle voulait tout ce qu'elle pouvait obtenir, c'est alors que Charles sentit la paroi de sa chatte serrer sa bite comme un étau, il poussa un cri et s'arrêta de bouger.
"Est-ce que je te serre trop fort Charles?" demanda-t-elle d'un ton enjoué.
"Maman, je veux jouir, mais je n'ai plus rien." Ses bras cédèrent lentement et il pressa son corps contre le sien, son corps était immobile et elle pouvait sentir sa bite autrefois dure commencer à rétrécir et à glisser hors de sa chatte maintenant détendue.

Sue serra son fils dans ses bras et l'embrassa sur la joue.
"Je pense qu'il est temps d'aller au lit mon jeune amant." Elle sentit sa tête bouger contre son épaule, elle sentit son poids s'élever et elle regarda Charles debout fatigué, Sue se leva du sol et aida son fils à se mettre au lit, elle l'allongea et tira les couvertures sur son beau corps, elle attrapa sa robe de nuit et l'enfila, elle la laissa lâche laissant sa chatte et le canyon de ses seins à la vue de tous, elle ferma la porte et alla à la cuisine pour préparer le dîner, elle était affamée et aussi fatiguée que lui, elle pouvait sentir son adrénaline commencer à se dissiper alors qu'elle se sentait incroyablement éprouvée tout à coup, elle décida de faire quelque chose de spécial pour eux ce soir et de mettre un rôti.

Charles travail pour le trouver au lit, il se leva toujours nu et partit à la recherche de sa mère, il pouvait sentir le bel arôme d'un agneau rôti alors il le suivit jusqu'à la cuisine, là il trouva la table à moitié dressée et le rôti prêt à être être servi, Sue était endormie à la table de la cuisine, il s'approcha d'elle et l'embrassa tendrement sur la joue.
"Maman, je pense que le dîner est prêt." Il chuchota à son oreille, elle gémit et leva lentement la tête, une fois assise droite, elle se frotta les yeux dans une tentative d'enlever le peu de sommeil qui restait encore, alors qu'elle étirait sa robe ouverte en lui exposant complètement ses seins une fois de plus, il tendit la main et en prit une dans sa main gauche et la serra fermement, elle poussa un gémissement de joie.
"J'espère que ce sont au menu." Il a commenté.
"Seulement si c'est le cas." Elle a dit atteint entre ses jambes et s'emparant de sa bite semi-dure. "Est-ce que voir et toucher les seins de mamans te rend dur Charles?" Elle a demandé gentiment.
"Dieu oui." Il a répondu par un ronronnement.
"Je pense que nous devrions manger quelque chose avant le tour 2." commenta Sue, Charles se pencha et embrassa sa bouche durement sur les lèvres, leurs langues explorant une fois de plus avant de se séparer à nouveau.
"Oui maman." Il a répondu.

Ils ont mangé un bon repas d'agneau, de pommes de terre et d'autres légumes mélangés, quand ils ont entendu frapper à la porte, Charles a rapidement mis son pantalon qui était allongé dans le salon et Sue a ramassé ses vêtements et a couru dans la pièce la plus proche et a fermé le porte pour s'habiller.

Charles ouvrit la porte et resta là, stupéfait.
"Non, ça ne peut pas être." Il a dit choqué, quelques instants plus tard, Sue est sortie de la pièce dans laquelle elle était et a demandé.
"Qui est-ce chéri?" Charles s'écarta et Sue tomba à genoux, debout dans l'embrasure de la porte se tenait un homme vêtu d'un uniforme militaire formel, elle n'en croyait pas ses yeux.
"Je suis à la maison Sue…. Je suis à la maison."

L'homme était son mari.

Articles similaires

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

426 Des vues

Likes 0

Première fois que je partage ma femme

Eh bien, je ne sais vraiment pas comment commencer cette histoire, alors sautons directement dedans. C'est une vraie histoire vraie qui s'est produite et maintenant je la partage avec vous tous. Une fois que vous avez fini de lire cette histoire et que vous êtes intéressé par des photos ou des vidéos, veuillez m'envoyer un e-mail à [email protected]. Ainsi, mon histoire a commencé environ 2 ans après mon mariage. Mais avant d'entrer dans les gros détails, laissez-moi vous parler de nous. Je m'appelle Ethan et je suis un homme hispanique de 25 ans et ma femme Angelina est une femme hispanique...

796 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

450 Des vues

Likes 0

Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente. Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012. Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition. LA LITERIE DE LA BABYSITTER Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans. Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des...

1.2K Des vues

Likes 0

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

855 Des vues

Likes 0

Secrets à huis clos

J'ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés. J'ai toujours aimé l'idée d'en avoir un pour moi, mais je n'ai jamais pu trouver quelqu'un qui sortirait avec une femme plus jeune. C'était jusqu'à ce que je rencontre Jonathon. Jon a travaillé dans un magasin de violons, fabriquant et vendant son travail. Il n'était ni grand, ni petit. Il avait une belle carrure et un beau visage. Jon travaillait le jour où je suis venu dans son magasin. Je lui ai demandé de me faire visiter les lieux. Il a arrêté son travail et m'a fait faire le tour du...

854 Des vues

Likes 0

...

318 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1.1K Des vues

Likes 0

Le père protecteur de Sara, partie 9

Le père protecteur de Sara partie 9 Tôt le matin, je me réveille juste avant l'aube, le ciel oriental n'a rien perdu de sa noirceur. Je suis allongé là entouré de mes quatre amants, inquiet de ce qu'aujourd'hui va apporter. Dans trois heures, Sara a rendez-vous avec un nouveau médecin. Une heure plus tard, sa nouvelle voiture sera livrée à la maison. Je voulais vraiment que Sara sorte de la maison, mais ce n'est pas ce que j'avais en tête. Mes yeux se sont adaptés au peu de lumière que la ville apporte et filtre dans la pièce. Sara et Little...

1K Des vues

Likes 0

Infirmière gentille/Infirmière méchante

Note de l'auteur : J'ai dû retirer l'histoire de Pizza Boy parce que je l'ai finalement étoffée et vendue à un éditeur. Ils voulaient une publication exclusive pour l'histoire, elle a donc dû être retirée d'ici. Ce sera probablement la dernière fois que je tire une histoire pour un éditeur, mais je n'avais pas le choix cette fois-ci. Cherchez-le sur Amazon bientôt. Pendant ce temps : Je pose mes premières réflexions pour une histoire « Nurse Nasty » ici pour voir quel genre de réponse je reçois du merveilleux lectorat sur ce site. Si j'obtiens de bons commentaires, je terminerai l'histoire...

927 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.