Le Gang Bang de Jenny

461Report
Le Gang Bang de Jenny

Le Gang Bang de Jenny


Re-bonjour Cathy. J'ai promis que si j'obtenais une réponse, je soumettrais certaines de mes histoires ELG originales. En fait, j'ai été un peu surpris des réponses favorables. Je pensais que mes histoires intéresseraient plus les filles que les garçons et que la plupart des lecteurs étaient des garçons. Je me demande s'il existe un moyen de trier les votes par sexe ?

Quoi qu'il en soit, ces quatre articles que j'ai initialement écrits il y a environ trois ans sont probablement encore plus orientés vers les filles. Je n'entre probablement pas autant dans les détails génitaux que les hommes. Et la première sur le costume que Kendra porte à une fête n'intéressera probablement pas beaucoup les gars, à part le fait qu'elle est nue. Quand je les ai relus hier soir et que j'ai apporté quelques modifications, j'ai remarqué que je semble avoir cette fixation sur le sexe anal. Probablement parce que je ne l'ai jamais fait. Pour l'instant, ce n'est qu'un de mes fantasmes.

J'ai reçu un e-mail d'un gars qui se fait appeler JonJ me demandant plus de détails sur moi-même. Cela semble drôle car je ne suis pas vraiment très intéressant. Ni particulièrement attrayant, ce qui explique probablement pourquoi j'ai une imagination si débordante. Si j'étais le genre de fille qui s'intéressait à Don Juan, j'irais probablement à des soirées nudistes au lieu d'écrire sur des soirées imaginaires. Quoi qu’il en soit, j’ai essayé de réfléchir à ce que je pourrais dire sans compromettre ma vie privée. Encore une fois, pas de noms de famille ou quoi que ce soit du genre.

J'ai vingt-quatre ans. J'ai passé deux ans dans un collège communautaire de quatre ans, ce qui signifie que je n'ai pas obtenu de diplôme. J'aurais étudié l'anglais, donc un diplôme de quatre ans n'aurait pas fait une grande différence sur le marché du travail. J'étais dans la moyenne, pas du genre à qui ils accordent des bourses d'encouragement.

Les quatre entrées suivantes proviennent de quatre femmes différentes : Kendra, son amie Angelica, Laura, la mère d'Angelica, et une autre amie Jenny. Kendra et Angelica sont, selon Laura et Jenny, toutes les deux belles. Angelica est occasionnellement payée pour devenir mannequin. À ce stade de sa carrière, elle n'a eu des relations sexuelles qu'en "public" lors d'une fête où la plupart des filles le faisaient également à tour de rôle. Laura a la cinquantaine et décrit la seule liaison qu'elle a eue ces dernières années. Son amant n'est plus aussi jeune qu'avant, donc il n'y a pas autant de gymnastique qu'elle le souhaiterait. Jenny est une aspirante. Elle est probablement beaucoup plus attirante que moi, mais pas à la hauteur des deux premières. C'est elle qui se porte volontaire pour poser gratuitement pour un club photo et se faire gangbanger - d'où le titre.


-------------------------------------------------- ---



------------ 1. Les costumes de Kendra



J'ai cette tenue qu'un gars m'a achetée pour lui porter. Mais nous nous sommes vite séparés et j'ai décidé de le porter lors de ma prochaine soirée costumée pour célébrer notre séparation. Il avait essayé d'être possessif, ce que je ne tolérerais pas. Quoi qu'il en soit, porter cette chose était une façon de prouver que je suis libre de m'exposer à qui je veux. Bien sûr, Frank ne connaissait même pas la fille qui organisait la fête, donc personne d'autre que moi ne savait qu'il y avait quelque chose de spécial dans la tenue, à part qu'elle était plutôt chic. Le fait qu’il montre ouvertement mes seins et mon entrejambe n’était pas spécial. Au moment où la fête commençait, toutes les filles présentes exhibaient une chatte nue. Environ la moitié des filles ne se souciaient même pas de costumes autres que leurs costumes d'anniversaire. Avant l’ère du SIDA, disons à la fin des années 70, cela aurait probablement été une orgie. Ma génération, cependant, doit trouver d’autres moyens d’être exotique, car aucune fille intelligente n’est prête à laisser un groupe d’étrangers la baiser lors d’une fête.

Le costume que je décris a la forme d'un maillot de bain une pièce étriqué dont le milieu est retiré. Le décolleté plongeant en "V" descend jusqu'à mon entrejambe et remonte jusqu'à ma fanny. Ce qui reste ne couvre même pas mes tétons. Le but de tout teaser est de souligner ce qu’il ne couvre pas. Celui-ci encourage un homme, lorsqu'il me regarde, à scruter jusqu'aux lèvres de ma chatte. Les côtés de l'ouverture sont décorés de perles qui deviennent progressivement plus élaborées jusqu'à ce que les sangles encadrant mon pubis soient vraiment époustouflantes. Parfois, lorsque vous êtes nue, comme dans un camp de nudistes ou lors de ces soirées, les gars ne prêtent pas assez attention à l'exposition que vous proposez. Ce qui est dommage puisque c'est pour ça que tu te promènes nu. Cette œuvre d’art aide.

J'ai aussi une sorte de costume de bas de bikini. C'est beaucoup plus simple que le V profond, juste une touche de classe. Imaginez un bikini string étriqué qui ressemble à un papillon en dentelle devant. Retirez la sangle d'entrejambe pour qu'il ne reste plus qu'une petite décoration sur le bas de votre ventre qui se termine au-dessus de votre pubis. Avec une touche de ciment en caoutchouc, le matériau fin adhère à votre peau et ressemble plus à un tatouage de papillon bleu clair qu'à du tissu. Bien sûr, cela me laisse complètement nu. En fait, cela ne couvre rien, il ajoute juste un peu de surbrillance à la nudité féminine que l'on attend lors d'une « fête de chattes ». Angelina me l'a emprunté pour la même fête. C'est un peu de peluche subtile qui convient mieux à un corps mince comme le mien qu'à une bombe sexy comme Angelina. Lors des soirées nudistes, les petites filles comme moi sont plus belles que nous en vêtements. Dans un pull moulant qui marche dans la rue, Angelina est plutôt KO. Mais à peau nue, mes seins de taille B délicatement courbés reçoivent soudainement l'attention qu'ils méritent. Certes, Angelina est également plutôt sexy dans son costume d'anniversaire. Sa taille n’est que de quelques centimètres plus grande que la mienne.

Certaines filles ne portent que des bijoux, qui semblent toujours inclure une chaîne de taille en or. Mais généralement, ce n'est qu'une tenue impromptue. Beaucoup d’entre nous essaient de proposer quelque chose d’aussi révélateur mais d’un peu plus imaginatif. Le fait que mes mamelons soient presque cachés était inhabituel. Bien sûr, toute fille portant des inserts de téton, de ventre ou de vagin s'assure que ces anneaux, barres et perles sont parfaitement visibles. Sinon, pourquoi une fille s'en donnerait-elle la peine si elle ne profitait pas de chaque occasion pour se montrer ? J'ai un anneau de capuche en or, des perles de ventre et des croissants sur mes tétons. La chose la plus sexy à leur sujet, c'est qu'une fois que quelqu'un les voit ou même sait que je les ai, alors il sait aussi que je suis une exhibitionniste flagrante qui adore m'exhiber. (J'aime encore plus me faire baiser que me montrer. Mais le mieux, c'est de m'exhiber en me faisant baiser.)

De nombreuses tenues féminines lors des fêtes sont simplement transparentes. Il y avait des filles vêtues de robes transparentes sur toute la longueur, de bikinis, de poupées, de licols et de jupes, souvent avec des strings assortis tout aussi transparents. Une femme portait des bas en résille noir retenus par des lanières qui descendaient du bas de son licou en résille assorti. Le but de la tenue était que cela n'avait de sens que si vous vous promeniez sans rien couvrir votre chatte. En plus d'avoir l'air sexy, cela disait également au spectateur qu'il n'y avait rien de spontané dans son pubis nu. Elle et le fabricant l’avaient imaginée debout, nue, à la fête. Le but de ces soirées est que les trous d'amour d'une femme doivent non seulement être visibles mais également mis en valeur pour le plaisir d'être exposés. Les cordes G transparentes sont souvent inexistantes, simplement des contours comme des cadres.




--------------------------------- 2. La réponse d'Angélique



J'adore Kendra. Vraiment je le fais ! Surtout avec ma tête entre ses cuisses. Mais parfois, elle me fait bien plus mal qu'un doigt dans le cul. Mais bon, je ne me souviens pas qu'un doigt dans le cul ait jamais été une douleur.

Donc tout d’abord, nous sommes à la fois attirantes et sexy. Mais je ne suis pas une vache comme elle me décrit. Mes seins sont plus gros que les siens mais ils ne s'affaissent pas et je n'ai pas besoin de soutien-gorge pour les maintenir. Ma taille n’est pas non plus « seulement quelques centimètres plus grande » que la sienne. C'est la même taille : 24 pouces. Ce qui veut dire, par définition, que j'ai une silhouette plus sexy qu'elle. C'est pour ça qu'elle essaie de prétendre que ma taille est plus grosse. Il est vrai que les filles à petite poitrine attirent beaucoup plus l'attention lors des soirées nudistes qu'elles ne le font habituellement en pull ample. Et les saggers ne sont pas si attrayants sans leurs soutiens-gorge de maintien. Mais bébé, je n'en fais pas partie ! Mes seins sont aussi fermes et galbés que ceux de Kendra, bien qu'ils soient plus gros. Mettez-nous les uns à côté des autres dans un concours de beauté nudiste et voyons qui obtient le plus de votes ! Les mecs deviennent fous de mes seins et même les autres filles admettent qu'elles sont belles.

Pour en revenir à ce concours, j'aimerais faire quelques commentaires. Je l'ai fait. Kendra n'était pas là, donc elle ne faisait pas partie des autres concurrents. Je ne pense pas qu'ils aient même décerné un gagnant, mais nous avons tous les quatre adoré faire toutes les poses qu'ils suggéraient. Je pense que c'était surtout juste une excuse pour faire des choses comme se pencher et s'écarter. Peut-on juger de la beauté d'une fille en regardant l'intérieur de son vagin ou de son anus tenu ouvert à la vue de tous ? Ou est-ce qu'un homme profite simplement de son érection ? D’ailleurs, je pense que j’étais plus excité de me tenir ouvert à leur inspection qu’ils ne m’inspectaient. Bien sûr, cela ne fait que nous amener à la question sans réponse : est-ce que les gars aiment me baiser autant que j'aime me faire baiser ? J'en doute mais comment peut-on le savoir ?

Pour continuer : j’adore être exhibitionniste. Il est probable que n’importe quelle femme ayant des glandes saines le serait sans l’endoctrinement culturel. Je pense que nos gènes sont simplement programmés de cette façon, et la civilisation passe beaucoup de temps à prétendre le contraire ou à s'assurer que nous ne faisons rien à ce sujet. La société occidentale traverse actuellement une période de légère honnêteté. Mais regardez presque partout ailleurs. Et ailleurs aussi. Ma grand-mère aurait été délicieusement horrifiée à l’idée de porter un bikini. Les mannequins français du début des années cinquante refusèrent de le faire et durent embaucher des prostituées. Pourtant, les petites-filles de ces mêmes femmes sont plus susceptibles d’accepter une invitation à une plage nudiste publique que de la refuser. Et ces filles savent que la principale raison pour laquelle la plage est nudiste est qu'elles peuvent montrer leurs organes génitaux là où toute une plage pleine de mecs peut les regarder. Ils adorent l'idée !

Mais est-ce que je ressens un picotement plus intense en portant mon micro sur une plage publique que mon arrière-grand-mère lorsqu'elle a « accidentellement » montré sa cheville nue ? Possiblement pas. C'était une période étrange. La cheville nue d'une femme était à la hauteur de la suggestivité, tandis qu'en même temps son « bussom » tombait du haut de sa robe. J'ai lu une fois une histoire de fiction dans laquelle la seule forme d'indécence était d'afficher son nombril. Les parties génitales et les tétons nus étaient parfaitement acceptables et n'avaient aucune valeur pour tintiller les hommes. Bien sûr, quand il s'agit de faire l'amour, les lèvres de votre chatte sont l'endroit où il a inséré son membre. Mais tu as aussi utilisé ta bouche pour l'embrasser. Et ils ne vous ont pas non plus obligé à couvrir ces lèvres. Si vous vouliez acquérir une certaine réputation et peut-être être arrêté, laissez simplement ce patch du nombril glisser un peu ! Cela semble ridicule, mais une cheville modestement couverte aussi.

D'une certaine manière, c'est déprimant de penser que je pourrais être blasée en faisant des choses comme ce concours de beauté et qu'il n'y aurait plus rien de plus extrême à faire pour m'exciter moi-même et mes petits amis. J'essaie toujours d'imaginer autre chose, quelque chose de tellement extrême que j'hésiterais à le faire. Mais je suppose qu’exposer mes entrailles est à peu près aussi ouvert physiquement qu’une fille peut l’être. Eh bien, je suppose que je pourrais me faire baiser en public. En fait, je l'ai fait. Pas vraiment en public, mais il y avait beaucoup de monde à la fête qui regardait. Malheureusement, je n'étais pas la seule fille à vouloir le faire, ni la première ni la dernière ce soir-là à y prendre part. Une fille a même réussi à rencontrer deux partenaires et nous a donné une démo graphique d'une fille en train de se faire baiser - le vrai genre avec l'un dans la chatte et l'autre dans la chatte. La fille avant elle avait éliminé le flic. Un arrière tout en faisant une pipe à l'autre gars. Je ne considère pas une double fin comme une distraction, que ce soit en la faisant ou en la regardant. Quand un mec est dans votre chatte et que vous en sentez un autre envahir votre rectum, c'est une véritable révélation. Cependant, je ne l'ai fait qu'en privé. Un jour, j'aimerais aussi le faire avec un groupe qui me surveille.

Alors, quel fantasme puis-je imaginer ? Esclavage? Serait-ce mieux en privé où je serais impuissant si mon amant décidait de faire plus que ce que j'avais prévu ? Ou serait-ce plus amusant d'être là avec un large public regardant ma délicieuse humiliation. Je pense que c'est ça. Humiliation. Laisser les gens vous voir si impuissant et vulnérable, des gens qui savent qui vous êtes et qui savent que vous avez permis que cela vous arrive. Dépouillé de toute dignité, comble de l'exhibitionnisme, attaché là, ma personnalité nue comme l'intérieur de ma chatte. Et toutes les filles du public mouraient d’envie de changer de place avec moi. Je ne demande pas pourquoi nous aimons nous dégrader en nous exposant physiquement et mentalement. J'essaie seulement de faire de mon mieux pour me vautrer dans le plaisir que cela me procure.

Savez-vous que la plupart des femmes ne peuvent pas avoir une liaison sans vouloir s'en vanter ? Au final, ils sont généralement plus discrets que leurs amants. Mais le dynamisme est là. Les gars veulent se vanter de leur conquête. Les filles veulent se vanter d'avoir été conquises. En fin de compte, c'est la seule vraie raison d'être sur cette planète. Si tu ne te fais pas baiser, à quoi bon naître ? Parfois, je me vois comme ce grand vagin ouvert. Tout le reste n'est que du découpage. Un joli visage ? Juste un moyen d'attirer les hommes. Et que voulons-nous d’eux ? Pourquoi leurs connards, bien sûr. Dans nos chattes ! Même le sexe anal n’est qu’un délicieux aparté. Bien sûr, j’adore ça et les gars aussi. Mais je ne me contenterai jamais du sexe anal. Si le mec ne m'avait jamais baisé la chatte, je serais tout aussi insatisfaite du sexe anal uniquement que des baisers. Mes jambes, mes seins, ma silhouette ? J'aime le fait que les hommes me trouvent sexy en partie et dans son ensemble. Mais au final, j'aime être aimé parce que je m'attends à ce que ça me fasse baiser. Grandir, devenir jolie, puis sexy, sortir avec quelqu'un, se caresser, peut-être se marier, sont autant de préliminaires possibles. Tomber enceinte, avoir des bébés, vieillir sont les conséquences. Quel dommage qu'il y ait eu des femmes qui sont mortes vieilles filles et qui n'ont pas compris l'essentiel : se faire baiser au milieu de l'histoire !

En fait, j'aimerais rendre le milieu aussi grand que possible. J'ai demandé à un garçon de me faire éclater la cerise le plus tôt possible. Et j'espère qu'un mec me baise encore la semaine avant ma mort.

Alors j'aime me faire baiser. J'aime tout ce qui va avec, comme les choses exotiques qui n'arrivent pas souvent. Combien de femmes ont déjà profité d’un viol délicieux ? Pas moi. Peut-être que cela n’arrive jamais, mais beaucoup d’entre nous fantasment à ce sujet. Dans "Fantastics", ils ont écrit une chanson à ce sujet. Il s’est avéré que c’était exactement ce dont la fille avait besoin. Pas très PC. Mais alors, qui décide de ce qu'est un PC ? Les féministes sont pour la plupart ce que j'appellerais des antiféministes, des femmes qui détestent les hommes et qui ne veulent pas que nous aimions être des femmes. Ma définition de profiter de ma féminité est de m'abandonner complètement aux plaisirs des hommes. Rien n’est jamais très amusant sans répondre au plaisir masculin. Se faire baiser par un homme est ma définition distillée du plaisir.


--------------------------------- 3. La maman d'Angélica [Laura P]

Ma fille et ses amies ont donc créé un club d'écriture pour filles. J'en ai déjà entendu parler. Certains d’entre eux essaient de publier leurs articles. Mais je pense que la plupart ne vont pas au-delà de la masturbation littéraire. Je ne suis pas contre la masturbation. Quand on n'a pas d'amant, c'est le meilleur ami d'une fille. Au fil des années, je l'ai même généralement préféré aux relations sexuelles avec d'autres femmes. Mais pas les hommes. Donne-moi une bite dure n'importe quel jour. Ou même un soft, juste quelqu'un qui en a un. Je ne sais pas pourquoi, mais les doigts d'un homme qui me touchent m'excitent plus que ceux d'une femme. Je sais que les filles savent mieux manger la chatte. Mais savoir que c'est un homme qui me met la langue ou qui me mordille les tétons m'excite. Si une femme fait cela, je ferme toujours les yeux et j'essaie de faire comme si c'était un homme.

J'ai rompu avec le père d'Angie il y a environ dix ans. Ce n'était pas une question de sexe, car nous avions tous les deux des liaisons depuis longtemps auparavant. Il a commencé à courir après quelques jeunes poussins. Une fois que j’ai commencé à dire à mes amis masculins que j’étais disponible, je n’ai eu aucune difficulté à trouver mes propres amants. Une belle fille, même dans la quarantaine, peut généralement avoir tous les amants qu’elle veut. Bert et moi en avons plaisanté. Parfois, nous nous baisions même, en souvenir du bon vieux temps.

Lorsqu’il a commencé à séduire les femmes de son âge, son succès a presque égalé le mien. Mais au bout d’un moment, il a complètement perdu tout intérêt pour moi, alors je l’ai mis dehors. Ce n’était pas que je n’en recevais pas beaucoup. Mais la plupart des nuits, je dormais dans le lit à côté de lui. Et c'est frustrant d'être si proche d'un homme qui ne veut pas te toucher. Ce qui l'a vraiment convaincu, c'est quand il a commencé à passer trop de soirées avec Carol Burke. Elle était divorcée, quelques années plus âgée que moi, pas aussi sexy et, selon un amant commun, pas aussi douée au lit. Mais elle n'était pas moi, et Bert ne voulait que de la variété, n'importe quel morceau de queue tant qu'elle n'était pas moi ! Alors je lui ai dit qu'il était temps de se séparer.

Angie et ses sœurs avaient alors grandi, alors pourquoi maintenir la fiction ? Alors il a emménagé dans un appartement, puis il est mort. C'était un simple accident de voiture et ce n'était même pas de sa faute. Quand je suis allée aux funérailles, j'ai réalisé que j'aimais toujours ce gars. Mais je savais que je n'aurais aucune difficulté à vivre sans lui puisque je l'étais déjà. Je n'ai pas été en deuil très longtemps. Le problème était qu'il avait tellement d'assurance que j'étais maintenant riche et que je devais commencer à me méfier des chasseurs de fortune. Même certains de mes anciens amants semblaient soudainement commencer à parler de mariage. C'était un peu comme gagner à la loterie. Tous les organismes de bienfaisance de la ville semblaient savoir combien il m'avait laissé. J'avais été aisé auparavant, donc cette aubaine n'était qu'un fardeau.

Finalement, j'ai déménagé en ville, près de mes filles et loin de la communauté dortoir où tout le monde me connaissait et voulait quelque chose. Le problème, c’est que je devais également laisser derrière moi mes deux amis masculins. Mais j'étais déterminé à ne jamais prendre un autre amant à moins d'être sûr que mon argent n'était pas la raison pour laquelle il voulait me baiser. J'avais cinquante-deux ans. Eh bien, à une ou trois reprises, j'ai dit à mes filles que quand on vieillit, c'est bien d'avoir beaucoup de bons souvenirs sur lesquels se reposer. Alors semez cette avoine, et au diable les puritains ! J'ai mon lot de souvenirs agréables, même si la plupart d'entre eux portent au moins dix ans de poussière. Mais il reste encore de l'espoir pour un ajout occasionnel.

La façon dont j’ai rencontré Harold est une histoire en soi. Disons d'emblée qu'il ne sait toujours pas que je suis riche, et qu'il est au moins aisé. C’est peut-être sexiste ou démodé, mais je le laisse toujours payer pour tout. Une partie de mon camouflage est un appartement modeste. Je peux m'en offrir un bien plus sophistiqué sans raison valable, juste plus d'entretien. L'endroit est une maison lorsque je ne voyage pas et dispose d'un lit king-size. Si jamais je ramène deux amants, nous pourrons dormir ensemble confortablement. Bien sûr, on peut baiser n'importe où, comme par terre. Et six personnes pourraient facilement avoir des relations sexuelles en groupe sur ce lit.

Pendant plusieurs années après avoir déménagé à New York, je n'ai eu aucun amant. Pas de réguliers. En fait, j'ai engagé un gigilo une fois pour un défi et j'ai trouvé l'expérience assez surprenante. Mon esprit ne se connectait pas du tout. Cet homme souhaitait être payé et ne pas utiliser mon corps pour son plaisir, qui est toujours ma principale source de plaisir. Il avait environ vingt-cinq ans de moins que moi et me considérait sûrement comme rien de plus qu'un travail. Peut-être pas aussi fastidieux que certains car j’ai toujours un corps athlétique. Mais il n’y a eu aucun contact mental. D'un autre côté, ce type était un professionnel et savait exciter le corps d'une femme. Il a utilisé mes réponses pour me faire jouir rapidement et fréquemment et finalement je lui ai demandé d'arrêter. Mon corps était épuisé. Mais je n’ai eu qu’à peu près le même plaisir qu’une fille en regardant un film porno. J'ai besoin d'hommes qui ont besoin de moi. En dehors de cela, mes souvenirs de ma jeunesse sont bien plus divertissants que cette expérience plus récente avec un pro.

Harold n'est pas vraiment entré dans ma vie. Il le touche juste un peu, ce qui rend les choses plutôt romantiques. Je l'ai rencontré dans ce camp de l'ouest du Massachusetts où Angie et Kendra allaient beaucoup. Mais maintenant, ils s'amusent encore plus en faisant des soirées nudistes et du porno. Eh bien, j'ai toujours dit à Angie de vivre une vie dont on se souviendra, même si on finit par en avoir un peu honte. En fait, elle marche plus du côté sauvage que je ne l'aurais recommandé, mais je pense qu'elle se sent très à l'aise avec sa sexualité habituelle. Tant qu'elle n'est pas blessée, tout ce que je peux dire c'est : tant mieux pour elle ! Si j'étais jeune et jolie, je pense que je la rejoindrais. Mais à mon âge, les camps sont un bien meilleur choix.

D'une part, personne ne s'en soucie si vous êtes vieux, ou même laid, ou les deux. Il y a là des femmes de vingt, voire trente ans de plus que moi. Je ne suis pas moche, et les messieurs de mon âge ne me trouvent pas vieille. Bien sûr, les filles comme ma fille font tourner toutes les têtes. Mais Harold semblait heureux de regarder mon corps nu. Je pense que le fait d'avoir plus de cinquante ans, mais d'avoir toujours une silhouette, l'a ravi. Certains gars comme Harold aiment baiser les femmes attirantes mais sont rebutés par les jeunes. Il a dit qu'une fois, il avait couché avec une fille dont le père était plus jeune que lui et cela lui faisait se sentir comme un vieil homme sale, même si la fille l'avait séduit.

Le camp se trouve au bout d'un long chemin de terre et s'étend sur plus de cent acres au sommet d'une colline. Ils n'ont pas à se soucier de la vie privée. Pas de portail ni de clôture, juste de la distance. Lorsque vous arrivez en voiture, vous êtes sur le système de l'honneur pour vous présenter au bureau et payer vos frais. Il y a peut-être eu des réglementations concernant le trop grand nombre de célibataires d'autrefois, mais les personnes qui le gèrent aujourd'hui n'en ont jamais mentionné. Ils ont quelques règles qui sont appliquées. Pas de maillots de bain, nudité totale aux abords de la piscine, pas de chemises de nuit ni de négligés, sauf lors des fêtes. Je pense qu'une femme qui fait sa première fois n'est pas obligée de se déshabiller immédiatement. Mais après quelques minutes, tout le monde se déshabille parce que vous vous démarquez si vous ne le faites pas. S’il fait frais le soir, les gens portent des vêtements dehors.

Un après-midi ensoleillé, assis au bord de la piscine, j'ai engagé une conversation avec l'homme à côté de moi. Au bout d'un moment, j'avais besoin de m'étirer, et l'heure de ma promenade était terminée, alors je l'ai invité à me rejoindre. Seul, je me promène habituellement dans les parties peuplées du terrain. Les courts de volley-ball et de tennis, les aires de pique-nique, les piscines, les saunas, les bains publics et les salles communautaires sont suffisamment espacés pour que vous puissiez marcher plusieurs kilomètres en visitant simplement toutes les installations. J'aime faire ça et regarder tous les gens avec désinvolture. Il y a quelque chose à voir tout le monde nu. Tout ce que vous voyez, ce sont eux, pas ce qu’ils portent aujourd’hui. Les gens sont sympathiques et veulent se présenter. Vous rencontrez rapidement la plupart de la centaine de personnes qui se présentent la plupart des week-ends d'été. L’autre raison pour laquelle j’aime rester là où se trouvent les gens est que peut-être que certains me regardent. La nudité ne sert à rien quand on est tout seul.

Il y a des sentiers qui mènent dans les bois et serpentent sur des kilomètres sans quitter la propriété. Des groupes les utilisent parfois mais pas très souvent, sauf ceux proches qui sont herbeux et tondus. Ce sont pour la plupart la largeur du tracteur de Jon, à l'exception des petits vallons qu'il entretient, des endroits idéaux pour un rendez-vous amoureux ou même simplement un pique-nique privé. Sans même en discuter, Harold et moi nous sommes dirigés vers l'allée herbeuse la plus proche disparaissant dans les bois.

Il y a quelque chose d'excitant à être nu et soudain seul avec un mec qui vous attire. Les hommes ne semblent jamais avoir d'érection en public. Mais quand un mec me regarde et sourit, je peux sentir l'excitation dans mon clitoris. À la seconde où nous étions seuls, mon clitoris réclamait de l'attention. Cela faisait plusieurs années, donc j'étais à la fois excitée et nerveuse, et j'avais très peur que l'attirance ne soit pas réciproque. Je ne vois rien de plus pathétique qu'une vieille femme essayant de se jeter sur un homme désintéressé. Je ne voulais ni m'embarrasser, du moins pas de cette façon, ni détruire une amitié potentielle.

Embarras est un drôle de mot. Je l'utilise beaucoup pour indiquer deux situations presque opposées. L’autre type d’embarras est le type amusant. Imaginez Angie surprise "avec son pantalon baissé". Angie est jeune et belle et ce type d'embarras est quelque chose dont elle a évidemment envie. Toute femme exhibitionniste adore être embarrassée de cette façon. Angie aime se laisser régulièrement baiser par des inconnus devant beaucoup de monde et de caméras. Mais il n’y aurait rien d’agréable à m’offrir à un homme et à être rejeté.

Harold et moi portions tous les deux les serviettes habituelles, la mienne dans un sac à bandoulière avec de petits objets comme de la crème solaire, des petites factures pour les distributeurs automatiques, un miroir, du rouge à lèvres et des caoutchoucs. Je n'avais plus mes règles, mais il y a le problème de santé, et aussi, certaines habitudes disparaissent lentement. Au moins, j'avais arrêté de transporter des Tampax. La dernière fois que j'avais eu un amant, il y avait encore, en théorie, la possibilité de tomber enceinte. Je n'avais pas encore découvert à quoi ressemblait le sexe après la ménopause.

Harold portait une ceinture avec une pochette qui ne pouvait contenir que quelques petits billets. Il portait des baskets, mais pas de chaussettes. Je portais des sandales très délicates. Sur Angie, on aurait pu les qualifier de sexy. Mais chez elle, presque tout est sexy, surtout rien. Quoi qu'il en soit, comme les chaussures étaient la seule chose que je portais, je voulais qu'elles soient attrayantes, pas seulement des baskets blanches, ce qui aurait eu plus de sens. Mais j’ai de bons pieds et je peux facilement marcher pieds nus sur des kilomètres. J'ai aussi de bonnes jambes. J'avais des seins bien galbés, mais aujourd'hui, mes jambes sont mon meilleur atout. Si vous dites quelque chose de gentil sur mes seins, comme s'ils ne s'affaissent pas ou s'ils sont beaux, il y a toujours ce qualificatif compris : "pour une femme de cinquante ans". Heureusement, Harold semblait aimer mes seins.

Nous avons parcouru plusieurs de ces agréables espaces ouverts avant de nous installer dans l'un d'entre eux. Je n'étais pas fatigué, et je ne pense pas qu'Harold l'était non plus. Mais nous semblions tous les deux vouloir profiter de notre intimité. La serviette d'Harold était assez grande pour nous deux, alors j'ai laissé la mienne dans le sac. En plus, cela nous donnait une excuse pour nous asseoir les uns à côté des autres. Très proche. Je n'avais pas touché un homme avec ma peau nue depuis la dernière fois que je m'étais fait baiser, des années plus tôt. À cette époque, je venais soit dans ce camp, soit dans celui de Floride, environ trois douzaines de fois, et je m'exposais à des centaines d'hommes différents. Peut-être des milliers, car la station balnéaire de Floride est beaucoup plus grande. Pourtant, ils ne nous prêtent guère attention, sauf ceux avec qui vous discutez. Angie attirait beaucoup d'attention, mais je doute que ce soit aussi excitant que la cuisse nue d'Harold touchant la mienne.

"Harold, quel âge avais-tu la première fois que tu es allé jusqu'au bout ?" Je me fichais de savoir quelle serait sa réponse. Je voulais juste commencer à parler de sexe. "Pensez-vous que c'est mieux quand on est jeune ou quand on est plus expérimenté ?"

Harold mit du temps à aborder le sujet. J'ai ensuite parlé du sexe anal, de la chance que j'avais d'avoir pour la première fois une baiseuse de Fanny talentueuse, de sorte que dès le début, je savais que cela pouvait être bon pour la fille. C'était en quelque sorte vrai, mais je simplifiais. Je voulais juste laisser entendre que j'étais prêt à faire à peu près tout ce qu'il voulait. Je ne voulais pas particulièrement de sexe anal. En fait, au fil des années, c’était devenu moins confortable. Probablement le vieillissement de mon connard. Comme tout le reste, cela ne s’étire plus aussi facilement maintenant. Je savais cependant que si Harold voulait du sexe anal, je le lui donnerais, qu'il soit bon ou non. J'avais vraiment désespérément besoin d'amour après quelques années sans amour.

« Savez-vous pourquoi la plupart des femmes, et certainement la plupart des femmes ici, sont exhibitionnistes ?

Bien sûr, il ne le savait pas vraiment. Moi non plus, même si je suppose que c'est biologique. La plupart du temps, je sais que c'est un fait.

"Les femmes viennent dans les camps naturistes parce qu'elles veulent s'exposer. Les hommes viennent pour diverses raisons. Je suis sûr que l'une des plus importantes est de voir les femmes s'exposer. Une fois que vous l'avez fait, déshabillez-vous devant des dizaines d'hommes étranges. le plaisir devient vite addictif. Alors que l'endoctrinement culturel nous oblige à tenir nos jambes fermées autour de la piscine, nous préférons les écarter et garder nos chattes ouvertes. Je découvre que j'ai appris à aimer m'exposer de presque toutes les manières. Je vous le dis des choses sur moi parce que je veux que tu me voies nue. J'aime te montrer ma chatte et mon anus, ainsi que mes pensées, mes secrets et mes désirs. Puis-je vous dire quelque chose d'encore plus personnel ?"

Comment pouvait-il dire non sans savoir ce que je voulais dire ? C'est le pari parfait.

"Je prends un peu de risques en te disant ça. J'ai rêvé de coucher avec toi. Là, une fille ne peut pas s'exposer beaucoup plus que ça."

Alors Harold a fait ce qui était évident. Seul un caduque, un célibataire ou quelqu'un sans couilles aurait refusé. Ou quelqu'un avec d'autres engagements. Pour une femme de mon âge, j'ai un joli corps. Au-dessous du cou, je pourrais passer pour une femme un peu plus jeune. Harold est un guerrier saisonnier. Quand il est à l’entraînement, il a l’air plutôt bien. Le reste du temps, il ressemble à une patate de canapé, même s'il est en meilleure forme qu'il n'y paraît. Malgré sa bonne condition physique et le fait qu'il paraisse plus jeune que son âge, il lui manque l'endurance de sa jeunesse. Et cela le dérange. J'ai essayé de lui dire qu'avoir une bite bien dure pendant une heure n'est pas ce que la plupart d'entre nous recherchent chez un amant. Au moins, ce n’est pas la seule chose, et peut-être pas si haut sur la liste non plus. Je préférerais que mon amoureux ait une bonne endurance. Mais je peux tout aussi bien baver sur un mec avec de bons préliminaires,

Tous mes discours sur le sexe anal avaient pour but de stimuler le jus d'Harold. Je ne cherchais pas spécialement à me faire enculer. Je voulais juste lui dire que j'étais disponible et assez libéral dans ce que j'autorisais. Et mes jacas ont eu des résultats. Harold ne pouvait cacher le fait qu'il tremblait. Je ne le laisserais pas non plus. Mais j'ai réalisé plus tard que parler de sexe anal l'avait un peu mis en retard. Autant il fantasmait de recommencer dans le sexe d'une fille, autant il craignait, avec son endurance réduite, que pour lui, le sexe anal appartienne au même passé que mes règles. Mais quand je l'ai vu assis là, l'air mal à l'aise, c'était surtout pour la raison habituelle.

Jusqu’à présent, Harold n’a pas encore manifesté le désir de mettre sa queue dans mon anus. Mais il me baise assez régulièrement. Et je ne suis jamais très surprise quand je sens son doigt se glisser dans ma chatte. En fait, j'aimerais avoir des relations sexuelles avec Harold bien plus qu'il ne pourrait le faire. Tant qu'il ne me faisait pas vraiment de mal, je pourrais probablement survivre à n'importe quel homme, même à un étalon d'une vingtaine d'années. Mais je n'ai pas besoin de beaucoup de rapports vaginaux, juste assez pour me rappeler que mon amant est vraiment mon amant. Le reste du temps, j'aime être touchée ou même simplement proche d'un homme avec qui j'ai partagé des intimités.

Harold n'a pas facilement une érection et a du mal à la maintenir. Je considère que c'est mon travail de l'aider.


--------------------------------- 4. Le gang-bang de Jenny


Hé, j'aime vraiment ça, surtout lire ce que la mère d'Angie a écrit. Kendra a eu l'idée, ou du moins l'a commencée avec son propre petit essai sur les costumes lors d'une soirée nudiste. Elle l'a tapé, en a tiré quelques exemplaires et en a mis un dans son plus récent album de photos de fête qu'elle conserve. Les images ne sont pas restreintes. Kendra porte des costumes nus parce qu'elle veut que les hommes la regardent, donc elle n'a jamais dit à un homme de ne pas regarder les photos. En fait, elle laisse de côté les albums où ses rendez-vous peuvent difficilement les manquer.

Je doute que quiconque ait pris cet essai comme un défi. Mais Angie a décidé d'écrire une réfutation sur sa silhouette. Mais après quelques paragraphes, elle entra dans toute cette philosophie féminine.

Laura, la mère d'Angie, a décidé de compiler un recueil en commençant par ce que Kendra a écrit et celui d'Angie. Puis Laura a écrit celle-là à propos de son nouvel amant. I'm hoping she'll tell us more about him and other men in her life. It's wonderful to think that I could still be enjoying sex and dating when I'm her age.

Anyway, Laura has this free web page. "Free" means the provider tacks on a lot of advertising. She jumps ship occassionally, and keeps mirror copies both on her home machine and on a competitor's server. Nominally, if you go to her home page, it's about a hiking trip she took one year and a canoe trip the next. But if you click in a blank place between two pictures, you enter another page where you get access to these compositions. You probably know it if you're reading this. I wouldn't be surprised if there are other places you can click to get to other sections. But that's Laura's business. Angie says her mom got the idea for this hidden section when she read rules for a free web site that prohibited "blind" references. Laura likes breaking rules, even if she has to do some research to figure out what the rule means.

One of the first sites offering free web pages was geocities, back around 1995. They had rules, like no pornography, no blind references. But the rules are mostly for show and almost impossible to enforce if violations can't be detected by machine. Geo had about twelve employees and several million contributors. I doubt they made any attempt at all to manually search for rule breakers. About the only thing they did was offer an e-mail drop box for viewers to report violations. Whether anyone bothered is doubtful. But at least it looked like they were trying to keep the sites clean. If you want to host a hidden porno site or anything you want to keep private, you use blind references, burried pages that aren't accessible from visible html pointers on the public pages. Anyway, the worst thing a provider ever does is erase the site. Most people have a mirror copy of everything somewhere else anyhow, so no big deal.

Also, the sites make money selling advertisement flags. You get a free page, but also a lot of spam. Free e-mail works the same way. In 1995, geocities wasn't the only provider, and five years later they had hundreds of competitors, maybe thousands. These people want your business and don't go out of their way to alienate you. So no one stops you from breaking the rules if you don't make a big deal about it. My guess is that Laura's blind reference pages will go unnoticed and/or ignored. So it's a great way for girls like us to let our hair down and open our pussies, at least in print.

Perhaps some day we'll even chance posting a gallery of open pussy pictures. Our own naturally. But it would probably be better to do it somewhere else with another provider, so there would be less risk of this site being shut down. Maybe I'll do it myself and Laura can put a link to me. Of course, I'd like her help setting the site up. Come to think of it, most of us have done some porno type posing, at least with boyfriends. Some like Angie and I have done it for groups, in her case professionally. She could probably come up with a hundred good pictures of herself featuring her open pussy. But if you don't already have a porfolio, think of the fun you could have with this perfect excuse!

Anyway, for now I'd like to write about something especially naughty, and publish it here. One reason is because I really enjoyed it when it happened, and I want to keep the memory fresh. The other is this exhibitionist thing. Telling people about it is like flashing my open pussy at a guy. I just love exposing myself.

So maybe I'm not the model quality beauty Angie is. Kendra's pretty much up there as well. But I'm just the girl next door - good figure, not great, freckles, a couple of unattractive beauty marks, and eyes a bit too far apart. Anyway, my hair's my worst feature. I grow it long because it's supposed to be sexy, and I do think the guys like my hair long in spite of the fact that it doesn't have much body. I'm basicly your skinny, hippy, flower child, who'd like to think of herself as a potential porn star.

I have this boyfriend, one of several regular lovers, who belongs to a photo club. I think the guys are even a little interested in cameras and pictures. Their regular activity is hiring a model to pose for them. They discovered early on that they could hire really beautiful girls who expect to pose naked for next to nothing. Most of these girls end up eventually masturbating to fill in the two hours. All Phil has to do after about an hour of bend overs and pussy spreads is let the girl choose her own poses for the remaining hour. By then she's probably so horny that she can't think of anything else. Split among ten or more, it's really very little per guy for an intimate strip show. These girls are exhibitionists and like a medium large audience.

These girls turned out to be both cheap and easy to find, once the club got a reputation for really existing. Most of the girls actually contact Phil asking for a turn after they've heard about it from another girlfriend. They know the pay's low, that they will pose naked, and even get a chance to masturbate with a dozen guys watching. And not get gang raped. I suspect some of them have mixed feelings about that last fact. But it's nice to know you have control over the intercourse option. Phil says the club's rule is no sex with a model the night of the shoot. If one of the members wants to date her, or hire her as a prostitute at a later time, that's the girl's business. The no sex rule is mostly to make it easier to hire subsequent models. I can just imagine one girl telling her girlfriend:

"It was absolutely wonderful. I paraded around naked the whole evening and no one even touched me, even after watching me play around with my dildos in both places. It was really a gas. Have you ever had the chance to masturbate with a bunch of guys watching and not gotten fucked almost before you can pull your toy out? Of course, it was a little frustrating. But I'm not sure I'd want to do it with that many strangers."

So Phil tells me about these sessions when we get together for sex. His pictures are all digital, but he runs off hard copies of the better ones. I always look through his most recent album to see the latest girls who have posed for him. Usually, he turns on the computer and shows me the pictures he's kept only on soft copy. The bad stuff has been simply erased, so what's left, about ten times as many poses as what he's made prints of, are all still quite good. My definition of good seems to also be Phil's, a nice smile, a natural pose, exposed crotch, and nicely displayed tits. There are usually a few where the girl still has some clothes on, but he doesn't waste photo paper on them no matter how good she looks. I think Phil likes showing off his photography almost as much as he likes fucking me, eventhough he's always telling me how great I am in bed.

Actually, I'd better be great in bed, because I couldn't hold a candle to any of these girls he hires to pose for the club. Maybe Angie would rate up there, and Kendra would make the cut. But I wouldn't. I once offered to pose for them for free but the money wasn't important, which was why he didn't jump at my offer. Then I asked if the club was open to girls. I wasn't that interested in taking pictures, but thought I'd like the show. Phil was more comfortable with that idea. The club wasn't really a club at all, just something Phil organized. He paid the girls with his personal check and collected cash from the guys who showed up, kind of like splitting the bill for lunch.

So it was really up to Phil. Still he asked around a bit before inviting me to the next session. For cover, I blew the dust off my old 35mm, and actually ran off a few rolls. I also paid my share of the model's fee - $8. Cheaper than the lunch I'd compared it to. I think the girl was a little surprised when she saw me there. But when I was just as enthusiastic as the guys about watching her masturbate she relaxed and really started enjoying herself. At one point she suggested that, if the guys wanted, she'd let me play with her and stick the dildos inside her. After an hour and a half and fifteen minutes of masturbating, she was probably just looking for something different to fill the last half hour. Not that she seemed ready to quit, but more like she wanted to get fucked, and seemed to think that the rules should allow another girl to do it.

No one suggested that girl-girl sex should be prohibited, and I was obviously cool with the idea. So when I asked if they wanted me to take my clothes off as well, they supported the idea. Both ideas. I wasn't the beauty of the professional, but guys don't say no when I offer to undress either. Well it wasn't long before we were doing the full lez bit. I'm not a lez, and I don't think she was either. But we both loved giving the guys a show even if it was shoving something up the other one's ass. By the time we were done the guys were cheering and wanted to refund my eight dollars. As if that made any difference! Even the hundred the other girl was getting was hardly her reason for being there.

Anyway, all the guys that had been there that night, which was most of the regulars, had seen me naked and doing the sex thing. My face and hair are merely attractive. I average better in my birthday suit. And I definitely have the right attitude. Reina and I were both sporting bare pussies, so we even matched in the pictures of us rubbing, or working opposite ends of a two ended dildo. A funny thing about those is they really feel good when you both have your end completely inside and your lips are touching. But, like in porno where the guy's dick is always only half or less inside you, for the camera they wanted to see our pussy lips with about a foot of unused dildo between our crotches. Well, I was up on the table to give the guys a show, and Reina was even getting paid, so we compromised, giving ourselves a good pussy kiss for several minutes, then pulling apart so the guys could see and photograph what was going on. Reina and I found ourselves playing a game: see who's cunt could hang on to the most shaft when we pulled apart.

I don't know who first suggested it. But of course, Phil remembered my original offer. Maybe he now realized I was more sporting than he'd imagined. There are a lot of girls who regularly fuck their current boyfriend but consider themselves as moral as a monogynous housewife. I call them Puritans. There are some girls who will pose nude for art classes and act like they're virgins. In my experience, however, most nude models are at least as promiscous as the average and much more liberal than the Puritans. But there's no guarentee that a nudist model is particularly wild. Nor do art classes insist on beauties like Phil's photo club. The organizer is usually looking simply for variety. Some times they even do men. The few times I've done it, everyone seemed quite pleased. Anyway, what Phil suggested was a staged gang bang.

The tentative plan was that I'd get naked, maybe slowly with much help. There would always be a lot of guys around me, sometimes fully clothed to highlight my nudity, sometimes naked, surrounding me with erections. The idea was to make it look like every one of them was taking a turn fucking me, while no part of the rest of my body was going unmolested. Phil explained that as long as the men changed places, it would look like they were passing me around. While in reality, it only had to ever be Phil actually fucking me. In most pictures you hardly ever see the man's face, often not much more than his dick where it's stuck inside the girl.

"Well, you'll have to decide on one other guy we can trust my pussy to. After all, you can't provide both dicks for a picture of me getting DP'd."

Phil knew what double penetration was, but had never heard it referred to by just the initials. Anyway, when he finally realized what I was saying he was surprised about three things. First, that I'd allow anal sex. He'd never asked so I'd never offered it, though I'd done it with other lovers. Second, that I'd have sex with a stranger, and expected him to pick which one. Third, that I'd do it with both of them at the same time. Fourth, that I'd allow myself to be stretched that way. Fifth, that I'd do it with all those other guys watching. Did I say three?

After hiring girls to get naked for about a year, Phil still didn't seem to realize that the girls were doing it almost entirely for their own amusement. So he also didn't realize that once a girl's taken the plunge and gotten addicted to exposing herself, there's no end to how much she wants to do it, only the practical limits of her body. If it were possible to get four guys into your crotch at once, there'd be some of us trying to fit two dicks in each hole with a lot of people taking pictures. I bet if Phil hired a girl to pose naked and then asked her to keep her clothes on, it would upset her.

Nobody wanted to substitute orgy night for the next regular modelling session. Besides, they'd already made arrangements with the girl. So it was decided that we'd do it on a Wednesday. Most of these guys either did normal dating or were married. As long as the sessions didn't involve them in sex, their significant others didn't seem to mind. Maybe they didn't even know that the sessions always involved a beautiful, naked female. There were three guys who were willing [willing?] to fuck me, and willing to get themselves tested. It was also suggested that Phil and I should offer similar proof. So, after all five of us went to the trouble, I didn't feel it right to tell two of these prospective lovers that I wouldn't honor their efforts. I discovered that four lovers with a dozen other guys watching is just about the perfect gang bang!

In the porno mags, they often have another naked girl doing girl things to the victim with her lips and toys. But that's just to dress up the foreplay with another naked female body. When Phil made his usual story book of the session he spliced in a few pictures taken previously of Reina and me, making it look like she'd been there also. In those pictures, with the guys all standing around, you don't notice that none of them are actually touching either of us when she's visible.

The night of my solo they sure were. Most of the time, most of them were touching me, and only a few taking turns taking pictures. At one point I had Phil's dick in my ass, and three guys in my pussy. Of course they only had a finger each inside, but even that's a stretch.

They started this activity to see if it was possible for four guys to each get some appendage inside one of my lower orifices and actually photograph the event. Some of the time I wanted to suggest we just try it first. But once they began, I usually lost all objective opinions. A dick and three fingers at once is even more a turn on than it is a challenge! And that's mostly because it involves so many guys fucking me at once.

There was a technical problem with the four guy penetration. While I remember trying, as instructed, to look backwards and smile at the camera, with four male bodies surrounding my privates, I couldn't see past them. In the picture you can't see my face at all. I do have a few freckles between my two openings, so I can prove it's me by showing you other pictures where you can see both my pretty smile and my perineum together. In fact, a bunch are classic DP where I'm bent forward over the guy in my pussy while the guy in my anus is bent to one side trying not to block the camera's view of my crotch and my face. The ones I like best are when I'm smiling, letting the camera know how happy I am. In others, I'm doing this surprised act, as directed, making it look like my stretching was sudden and unexpected.

I think we must have done this pose even more than the number of pictures implies. As I recall, every one of my four lovers took a turn in each place. That's twelve possible combinitions, and it seemed like they'd tried every one. But I certainly wasn't keeping track. Most of the time I hardly knew which two of the four guys were fucking me and quickly didn't care. As long as they kept using lube, I just enjoyed it!

But that's jumping to the end before I've savored some of the beautiful "opening" scenes. Shit, the best picture has to be one where I'm up in the air about waist high with so many guys holding so many parts of my body that I have no chance of falling. You can tell by my smile that I'm not even thinking about that or anything other than the fingers holding open my two orifices. Those fingers were supplied by four different men. But while I was very much aware of my much helped exposure, I can still remember the delightful feel of male hands touching me everywhere, thighs, breasts, buns, even arms, feet, calves, and some guy supporting my head. There were sixteen men there and about fourteen partially in the picture. Could a girl want more foreplay than that?

When they were doing the "Open Jenny" stuff, with all those guys touching and holding me, the men were all still dressed, and I was contrastingly bare naked. There was a lot of this stuff, basicly just me posed in the usual porno ways with a lot of male background and varying degrees of male "help". Does a girl look sexier wide open or with a guy reaching around, pinching her nipples? I love feeling a guy reaching underneath and cupping my pubes in his hand. But it does sort of block the camera's view of me. Porno is all about things like that. What feels sexy often doesn't photograph well. What connects well in video doesn't show continuity in stills. A still of a dick in a pussy might as well be a medical illustration without seeing the girl's face or at least more of her body. But in video they can pan back and forth so that when you start from her crotch getting stuffed and pan up over her belly and tits to her face, there's no question that this girl with the pretty smile is really getting dicked.

At my orgy they weren't doing video. Most of the questions about which was better were solved in the usually way, do both. But there was a tendency away from any solo poses. They did enough of that every month with girls prettier than me. So in most pictures there are male appendages touching me, usually all over me. Before the fucking began, there was a period when the guys all got naked and tried to overwhelm me with erections. I remember once when I had a dick in my mouth, one in each hand, others touching my torso about as close together as the guys could crowd, when I felt each of my feet grabbed, and pressed against an erection. I never saw a picture of that. Probably no one bothered. Who wants a picture of my feet?

I wonder what it would feel like to rub the bottom of my foot on my lover's erection? At the time I was only aware that it was happening. I could hardly savor the experience and was much more aware of the erection I was sitting on, pressed up between my buns. There was also this one guy who had the annoying habit of pinching my nipples exactly the right amount. It felt delightfully like being reduced to a sex machine. Pinch - orgasm - squirt cume. It made it hard to appreciate the penis pressed between my buns.

Some girls need foreplay to get in the mood for the surrender that follows. Pas moi. Foreplay is just another nice part of sex. But I'm ready for penetration before I can get my clothes off, even starting with just a G-string! One thing nice about being photographed being "seduced" was that I enjoyed more foreplay that night than I would have thought possible. Because I'm such as easy lay, guys who know me tend to cut quickly to the chase.

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.