Ma vie secrète - Préface

242Report
Ma vie secrète - Préface

Ma vie secrète

PRÉFACE

J'ai commencé ces mémoires vers l'âge de vingt-cinq ans, ayant tenu depuis ma jeunesse un journal quelconque, ce qui peut-être par habitude m'a fait penser à consigner ma vie intérieure et secrète.

Quand je l'ai commencé, j'avais à peine lu un livre de débauche dont aucun, sauf Fanny Hill, ne me paraissait véridique : c'était le cas, et c'est encore le cas ; les autres, racontant des érotismes de recherche ou des pouvoirs copulatifs démesurés, des rebondissements, des astuces et des fantaisies étranges de la volupté mûrie et de l'obscénité philosophique, semblaient à mon ignorance relative comme des imaginations de débauche ou des inventions mensongères, indignes de foi ; bien que je sache maintenant, par expérience, qu'ils peuvent être assez vrais, aussi excentriques et improbables qu'ils puissent paraître aux non-initiés.

Fanny Hills était une expérience de femme. Écrit peut-être par une femme, il y avait des servantes écrites avec la même vérité ? Ce livre ne contient aucun mot de débauche ; mais les actes de débauche ont besoin d’éjaculations de débauche ; les expressions érotiques et savoureuses auxquelles même les plus chastes se livrent lorsque la cabane, ou l'amour, est en plein essor. J'ai donc décidé d'écrire ma vie privée librement quant aux faits et dans l'esprit des actes lubriques que j'avais commis ou dont j'avais été témoin ; il est donc écrit avec une vérité absolue et sans aucun égard pour ce que le monde appelle la décence. La décence et la volupté dans son acceptation la plus complète ne peuvent coexister, l'une tuerait l'autre, la poésie de la copulation que je n'ai expérimentée qu'avec quelques femmes, ce qui ne nous a cependant pas empêché, ni à moi, d'appeler un chat un chat.

Je l'ai commencé pour mon amusement; après de nombreuses années de chronique, j'en ai eu marre et j'ai arrêté. Une dizaine d'années plus tard, j'ai rencontré une femme avec qui ou avec ceux qu'elle m'a aidé à faire, j'ai fait, dit, vu et entendu à peu près tout ce qu'un homme et une femme peuvent faire avec leurs organes génitaux, et j'ai commencé à raconter ces événements, quand assez frais dans ma mémoire, une grande variété d'incidents s'étendant sur quatre ans ou plus. Puis je la perdis de vue, et mes amusements amoureux furent pour un moment plus simples, mais cette partie de mon histoire était complète.

Après un petit moment, je me mis au travail pour décrire les événements des années intermédiaires de ma jeunesse et de mon âge mûr, qui comprenaient la plupart de mes intrigues galantes et mes aventures d'un ordre fringant, mais pas les plus lascives des années ultérieures. Puis un désordre m'a fait sérieusement penser à brûler le tout. Mais n’aimant pas détruire mon travail, je l’ai mis de nouveau de côté pendant quelques années. Puis une autre maladie me donna de longs loisirs ininterrompus ; J'ai lu mon manuscrit*********** et complété quelques occurrences que j'avais oubliées mais que mon agenda m'a permis de remettre dans leur ordre. Cela expliquera la différence de style dans les lieux, que j'observe maintenant ; et répétition très inutile de délires voluptueux, que j'avais oubliés et que j'avais déjà décrits ; cela est cependant inévitable pour la copulation humaine, varier les incidents qui y conduisent comme vous le pouvez, est et doit être, à tout moment, à peu près la même affaire.

Puis, pour la première fois, j'ai pensé imprimer mon travail commencé plus de vingt ans auparavant, mais j'ai hésité. J'étais alors entré dans ma maturité, et jusqu'à la partie la plus lascive de ma vie, les événements étaient décousus et fragmentaires et mon amusement était de les décrire juste après qu'ils se soient produits. Le plus souvent, le lendemain, j'écrivais tout avec beaucoup de prolixité ; puisque je l'ai beaucoup abrégé.

J'avais une excellente mémoire de ma jeunesse, mais une merveilleuse mémoire en matière sexuelle. Les femmes étaient le plaisir de ma vie. J'adorais la chatte, mais aussi qui l'avait, j'aime la femme que j'ai baisée et pas seulement la chatte que j'ai baisée, et là il y a une grande différence. Je me souviens encore maintenant, à un degré qui m'étonne, du visage, de la couleur, de la stature, des cuisses, des fesses et du chant de presque toutes les femmes que j'ai eues, qui n'étaient pas de simples occasionnelles, et même de certaines qui l'étaient. Les vêtements qu'ils portaient, les maisons et les chambres dans lesquelles je les avais, étaient mentalement devant moi au moment où j'écrivais, la façon dont le lit et les meubles étaient placés, le côté de la pièce sur lequel se trouvaient les fenêtres, je m'en souvenais parfaitement ; et tous les événements importants que je peux fixer quant au temps, de manière suffisamment précise par référence à mon journal, dans lequel sont enregistrées les circonstances contemporaines de ma vie. Je me souviens aussi en grande partie de ce que nous avons dit et fait, et généralement de nos amusements de débauche. Là où je n’y suis pas parvenu, j’ai laissé la définition en blanc, plutôt que de tenter de rendre une histoire cohérente en triant ce qui était simplement probable. Je ne peux pas maintenant expliquer ma ligne de conduite, ni pourquoi j'ai fait cela ou dit que ma conduite semble étrange, insensée, absurde, très souvent, celle de certaines femmes tout aussi, mais je ne peux que dire ce qui s'est produit.

Dans quelques cas, j'ai, pour ce qui semble même très étrange, suggéré des raisons ou des causes ; mais seulement lorsque les faits semblent en eux-mêmes très improbables, mais n'ont rien exagéré volontairement. Quand j'ai cité le nombre de fois où j'ai baisé une femme dans ma jeunesse, je peux parfois me tromper, il est difficile d'être assez précis sur de tels points après un certain temps. Mais comme indiqué précédemment, dans de nombreux cas, les incidents ont été consignés quelques semaines et souvent quelques jours après leur survenance. Je n'essaie pas de me faire passer pour un Hercule en matière de copulation, il y a assez de fanfarons sur cette tête, beaucoup de rapports sexuels avec des femmes homosexuelles et des médecins, me font douter des prouesses merveilleuses en matière de coït dont parlent certains hommes.

J'ai une crainte à propos de la publicité, c'est celle d'avoir fait certaines choses par curiosité et par impulsion (aberrations passagères) sur lesquelles même les libertins déclarés peuvent crier fi. Il y en a beaucoup qui crieront contre ceux qui ont fait tout et pire que moi et d'habitude, mais crier sur les péchés des autres a toujours été une manière de cacher sa propre iniquité. Pourtant, c’est peut-être pour cette raison qu’aucun œil mortel autre que le mien ne verra cette histoire.

Les prénoms des serviteurs mentionnés sont généralement les vrais, les autres noms pour la plupart faux, quoique ressemblant phonétiquement aux vrais. Les initiales sont presque toujours les vraies. Dans la plupart des cas, les femmes qu’ils représentent sont mortes ou perdues pour moi. Les noms des rues et des maisons de bandit sont presque toujours corrects. La plupart des maisons mentionnées sont désormais fermées ou démolies, mais n'importe quel homme d'âge moyen en ville les reconnaîtrait. Lorsqu'une route, une maison, une pièce ou un jardin est décrit, la description est exactement vraie, même dans le cas d'un arbre, d'une chaise, d'un lit, d'un canapé, d'un pot de pisse. Le district est parfois mal indiqué, mais peu importe que Brompton soit remplacé par Hackney ou Camden Town par Walworth. Toutefois, là où les incidents l'exigent, les lieux de divertissement sont indiqués correctement. La Tour et les chambres Argyle, par exemple. Tout cela est fait pour éviter de faire souffrir certains, peut-être encore vivants, car je n'ai aucune méchanceté à satisfaire.

J’ai mystifié les affaires de famille, mais si je dis que j’ai eu dix cousins ​​alors que je n’en avais que six, ou que la maison d’une tante était dans le Surrey au lieu de Sent, ou dans le Lancashire, cela rompt le droit et n’a pas d’importance pour le lecteur. Mais mes actes avec l'homme et la femme sont aussi vrais que l'évangile. Si je dis que j'ai vu, ou fait, qu'avec un cousin, homme ou femme, c'était avec un cousin et non une simple connaissance ; si c'était avec un serviteur, c'était avec un serviteur ; si c'est avec une simple connaissance, c'est également vrai. Et si je dis que j'ai eu cette femme et que j'ai fait ceci ou cela avec elle, ou ressenti ou fait autre chose avec un homme, qu'il y ait un mot de mensonge, sauf quant au lieu où les incidents se sont produits. Mais même ceux-là sont pour la plupart correctement donnés ; ceci est censé être une histoire vraie et non un mensonge.

DEUXIÈME PRÉFACE

Quelques années se sont écoulées depuis que j'ai écrit ce qui précède, et il n'est pas imprimé. Depuis, j'ai traversé des phases anormales de vie amoureuse, j'ai fait et vu des choses, j'ai eu des goûts et des envies qui, il y a des années, je pensais être des rêves de fous érotiques ; tout cela est décrit, le manu*********** est devenu une masse ingérable ; est-ce que ça peut, ça peut être imprimé ? Que dira-t-on ou pensera-t-on de moi, que deviendra le manu********** s'il est retrouvé quand je serai mort ? Mieux vaut détruire le tout, il a rempli son rôle en m'amusant, maintenant qu'il s'enflamme !

J'ai lu mon manuscrit*********** jusqu'au bout ; quels souvenirs j'avais en fait oublié certains des premiers ; à quel point ce détail me frappe lorsque je lis mes premières expériences ; s'il n'avait pas été écrit, il n'aurait jamais pu l'être maintenant ; est-ce que quelqu'un d'autre que moi a fidèlement fait un tel disque ? Ce serait un péché de brûler tout cela, quoi qu'en dise la société, ce n'est qu'un récit de la vie humaine, peut-être de la vie quotidienne de milliers de personnes, si l'on pouvait en avoir la confession.

Ce qui me frappe de curieux en le lisant, c'est la monotonie du parcours que j'ai suivi envers les femmes qui n'étaient pas de la classe gay ; cela a été aussi similaire et répétitif que la baise elle-même ; est-ce que tous les hommes agissent ainsi, est-ce que chaque homme embrasse, cajole, fait des allusions cochonnes, puis parle de manière paillarde, palpe, sent ses doigts, attaque et gagne, exactement comme je l'ai fait ? Est-ce que chaque femme s'offusque, dit « non », puis « oh ! » rougit, se met en colère, refuse, ferme ses cuisses, après lutte, les ouvre et cède à sa convoitise comme les miennes l'ont fait ? Un conclave de whares disant la vérité et de prêtres romains pourrait seul trancher la question. Tous les hommes ont-ils eu ces étranges lâchetés qui m'ont ravi tard dans la vie, même si au début leur idée me révoltait ? Je ne pourrai jamais le savoir ; mon expérience, si elle est imprimée, pourrait permettre à d'autres de comparer ce que je ne peux pas faire.

Doit-il être brûlé ou imprimé ? Combien d’années se sont écoulées dans cette indécision ? Pourquoi avoir peur ? C'est le bien des autres et non le mien s'il est préservé.

A CONTINUÉ

-------------------------

Remarques;

1. Lors de ma visite à Londres pour mes études où nous avions une vieille maison ancestrale, je suis tombé sur un trésor familial. Entre autres choses, j'ai également trouvé une montagne de livres, de journaux intimes et de notes dans le trésor qui contenait des livres classiques, séculaires, érotiques, des romans et des magazines probablement collectés par mes ancêtres. Ils sont tous intemporels et précieux. C’est une lecture incontournable pour tous les amateurs d’érotisme.

2. Parmi la collection susmentionnée, présentant un récit étonnant publié pour la première fois en 1888, My Secret Life, de "Walter", se trouve le mémoire d'un gentleman.

3. Le livre My Secret Life a été écrit par « Walter ». L'identité de "Walter" est inconnue. donc les auteurs originaux sont morts depuis longtemps ou inconnus.

4. My Secret Life, de « Walter », est le mémoire d'un homme décrivant le développement sexuel et les expériences de l'auteur dans l'Angleterre victorienne. Il fut d'abord publié dans une édition privée de onze volumes, aux frais de l'auteur, dont un index imparfait, paru sur sept ans à partir de 1888 environ.

5. L'ouvrage comprend 11 volumes contenant un total de 184 chapitres en dehors de l'introduction et de la préface.

----------------------------

Articles similaires

Skyrim : Les Aventures de Carthalo Partie 1

Carthalo lui caressa la joue, sentant sa peau lisse et froide et repoussant les cheveux noirs de jais de ses yeux. Lydia, dit-il, sa voix graveleuse portée à un murmure à son oreille détends-toi. Ce n'est pas un autre fardeau pour toi. il dégrafa sa chemise et elle frissonna légèrement au toucher. Ce n'est pas un ordre de votre Thane. ses mains fortes la soulevèrent par la taille et il la porta jusqu'au lit. Les planches craquèrent alors qu'il la portait dans les escaliers de Breezehome. Il l'allongea doucement sur le lit et commença à l'embrasser dans le cou, en disant...

1.7K Des vues

Likes 0

Charles aide sa mère à ressentir à nouveau du plaisir Chapitre 7

Mots de l'auteur : Bonjour à tous merci d'avoir lu mon histoire jusqu'à présent, il m'est venu à l'attention d'un lecteur très honnête que mon histoire est devenue très ennuyeuse, je suis désolé si vous vous sentez comme ça, sur mon autre forum je n'ai jamais vraiment eu quelqu'un le dire moi cela donc je n'y ai jamais pensé. De plus, certains d'entre vous remarquent peut-être des erreurs de grammaire et d'orthographe, d'autres sont simplement par erreur, je ne suis pas un écrivain professionnel et l'écriture ne fait pas partie de ma description de poste, vous ne verrez donc pas grand-chose...

529 Des vues

Likes 0

Sexe au téléphone avec Patricia

Alors que je conduisais récemment vers ma prochaine destination de voyage d'affaires, j'ai pensé à la lettre chaude que ma belle épouse avait envoyée à mon dernier emplacement. Ma femme Patricia est une magnifique brune avec de beaux seins 35D, un cul chaud et des cuisses assorties ! La lettre disait: Mon cher amant, Je pense tellement à toi en ce moment... J'ai mal aux reins. Je viens de faire quelque chose de coquin et de sexy... J'espère que ça vous plaira ! J'ai rasé TOUS les poils de ma chatte. Oh, bébé ! Puis je suis allé sous la douche et...

411 Des vues

Likes 0

Nouveaux départs - Pt 4 Ch 03

Zut! Pas de sexe dans celui-ci du tout! Juste un tas de gens qui parlent! chapitre 3 Quelqu'un est entré dans le trou de ver de la grotte de Lisa ? demanda Alicia, les yeux écarquillés de surprise. Qui était-ce? Quelqu'un que nous connaissons? Non, répondit Jake. « Une fille enceinte du Canada et son petit ami. La fille a affirmé avoir rencontré Beth une fois, évidemment. Et Beth l'a initiée. Beth c'était il y a longtemps, Jake, a déclaré Frank. « Vous voulez dire qu'elle est une longue vie ? Comme nous? Ouais! Elle et son petit ami », a répondu...

307 Des vues

Likes 0

Leçons de la basse-cour, partie IV

Bobby entra la première dans la douche avec son nouveau mari juste derrière elle. Junior se blottit contre elle par derrière et passa ses bras autour de ses épaules, la serrant dans ses bras de la manière la plus affectueuse. Ils étaient mariés depuis moins d'un jour et il lui avait déclaré son amour tant de fois et de tant de manières. Il adorait absolument sa jeune épouse et maintenant plus que jamais, il allait s'assurer que rien ne lui arrive car, après tout, elle portait son enfant. Ils se sont mariés ce matin-là chez lui pour que leur bébé porte...

307 Des vues

Likes 0

Première minuterie_(0)

**c'est un fantasme. Ouais. un fantasme. euh hein.** Je suis allé chez Walmart et je regardais les nouveaux DVD et jeux. alors que j'étais là, un enfant est venu et a commencé à jouer à un jeu. il avait environ 11 ou 12 ans. Je ne suis pas toujours attiré par les gars beaucoup plus jeunes que moi, mais ce gamin était vraiment sexy. On aurait dit un petit garçon skateur avec son short ample. il était un peu plus petit que moi, blond aux yeux marrons. pendant que je le regardais, il n'arrêtait pas d'ajuster son entrejambe. je devenais dur...

160 Des vues

Likes 0

Quelque chose de plus, partie 2_(1)

Il s'agit du deuxième chapitre d'une série. Assurez-vous de lire la première partie en premier ! Après le désastre avec Matt, je ne savais pas avec qui sortir ensuite. Je voulais toujours un vrai homme en moi malgré la qualité de Tina avec le gode. D'un autre côté, j'avais un peu dépassé mon stade passif et je voulais baiser du cul. Je me fichais de savoir à qui il appartenait… La semaine a passé vite et j'ai pensé que j'irais chez « Eric's », l'un de mes clubs préférés samedi soir et que j'irais chercher qui je pourrais. À ce stade, je...

140 Des vues

Likes 0

Nos vacances libératrices - partie 1

Alice et moi étions en vacances ensemble depuis plusieurs années. Deux fois par an, nous allions en Europe pendant une semaine pour profiter du soleil, car aucun de nos partenaires n'appréciait la chaleur. Nous avions tous les deux un travail trépidant et appréciions la détente que pouvaient offrir des vacances entre filles. J'étais une grande brune, avec de bons os, une grosse poitrine, je suppose qu'on m'appellerait amazonienne en termes de structure corporelle. Alice était petite, très blonde, avec une jolie paire de seins mais très fine et délicate. Nous avons toujours ri ensemble, détendus dans notre peau et à l'aise...

137 Des vues

Likes 0

Maison hantée : Partie III

Kelly était allée rendre visite à sa mère pour la semaine, me laissant préparer la maison pour nos premiers invités payants. Comme par hasard, l'auberge serait pleine ce week-end. Une réservation de dernière minute des cinq chambres du deuxième étage garantie par une réunion de famille. J'avais réussi à nettoyer la maison en profondeur mercredi soir, me souvenant de quelque chose que Kelly et moi avions laissé dans le grenier. En entrant dans la pièce au coucher du soleil, j'ai ressenti ce picotement trop familier dans mes reins. En baissant les yeux, j'ai vu mon pénis se soulever et se raidir...

134 Des vues

Likes 0

Le compagnon du champion 12

La fin de l'été dans le Menthino était une période chargée. Kaarthen se retrouva dans la gigantesque salle des cartes du palais. L'étage entier était une image en mouvement en temps réel de Menthino, des échelles sur rouleaux et des tables à cartes sur roues étaient le long des murs. Marcos était vêtu de façon presque décontractée d'une chemise en soie vert foncé et d'un pantalon Safi noir. La reine et deux princesses, Saliss l'aînée et Ruegin, écoutaient avec elle les plans annuels de migration des vastes plaines inondables vers Cardin. Trois Hjordis en Safi noir avec leurs cheveux relevés en...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.