Le monde d'un homme riche

481Report
Le monde d'un homme riche

C'est l'histoire d'un homme riche et de sa soif de jeunes femmes et des efforts qu'il fera pour satisfaire ses besoins, y compris la violence.

N'hésitez pas à commenter mes histoires. Tous les commentaires, positifs et négatifs, sont les bienvenus ou n'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires ou idées d'histoires à [email protected].

Le monde d’un homme riche

Il y a quelque chose d’assez spécial dans le fait d’être riche ! Je l'ai découvert un peu plus tard que je ne l'aurais souhaité, lorsque j'ai acheté un billet de loterie avec les derniers 2 £ que j'avais au monde. Ma femme était à la maison et nous vivions sur nos esprits, inquiets des factures qui franchissaient la porte et essayant de tous nos efforts de rester hors de l'eau. Pour cette raison, il y avait beaucoup de ressentiment dans la maison et, par conséquent, de telles disputes étaient monnaie courante au quotidien.

Il n’était donc pas surprenant que lorsque le billet de loterie s’est révélé être un jackpot unique avec une somme s’élevant à un peu moins de 10 millions de livres sterling, je ne suis pas resté longtemps avec elle. Ne vous méprenez pas, nous n'étions pas si malheureux, mais je connaissais notre mariage et suivais son cours et il était temps de chercher de nouveaux pâturages avec la moitié de mes gains. Je lui ai donné l'autre moitié et elle et moi nous sommes séparés.

Mais maintenant que je suis célibataire et riche, j’ai découvert que vous n’avez pas besoin de faire trop d’efforts et que les femmes (et certains hommes) afflueront autour de vous comme des chercheurs d’or qu’elles sont ! Mais cela ne vaut pas la peine de s’en préoccuper, à moins que ce ne soit juste une baise rapide que vous souhaitiez, et cela avec ou sans leur consentement. Mais un costume Armani dit toujours quelque chose, quel que soit l'apparence de la personne qui le porte. Cela prouve simplement que la plupart des femmes sont des slaps avides d’argent qui sont prêtes à tout pour quelques livres en banque !

Mardi

Et aujourd'hui, ce n'est clairement pas différent lorsque j'entre dans le café ? Je vois que le comptoir de restauration est à l'arrière du magasin. Je me dirige vers lui et ne peux manquer de remarquer la fille derrière le comptoir. Je l'ai déjà vue, à plusieurs reprises ! Je l'ai, faute d'un meilleur mot, traquée, comme un lion pourrait une gazelle attendant patiemment le bon moment pour bondir !

Elle a les yeux bleus, blonde et plantureuse et a environ 18 ans. Comme la plupart des filles de son âge, elle est habillée comme une tarte et je sais d'après ce look qu'elle a qu'elle sera parfaite pour ce dont j'ai besoin pendant que je serai en ville. Et parfait pour ce que je compte faire ce soir.

Il y a une autre fille qui semble avoir la vingtaine et qui fait du rangement en arrière-plan. Elle me jette un regard rapide et un sourire. Elle est aussi blonde, une blonde sale et c'est « sale » dans son apparence tout aussi salope que dans la couleur de ses cheveux. Mais malheureusement, pour elle, elle n’a pas de grosses cruches comme la fille au comptoir donc elle ne mérite ni mon attention ni mon intérêt. Mais la douce « fille du comptoir » a maintenant attiré mon attention avec ses cuisses nues en mini-jupe et son décolleté trop exposé poussé dans le chemisier rouge serré autour de ses gros seins. Mmmmmm. J'ai du mal à retenir mon excitation alors que mes yeux examinent chaque centimètre carré de son jeune corps voluptueux.

Je lui demande son nom en commandant un sandwich.
« Trish ! » Elle me sourit en retour et je remarque ses jeunes lèvres pleines peintes en rouge qui seront parfaites pour ce que j'ai prévu.
"Quel âge? Tu as l'air trop jeune pour travailler ! J'explore diablement.
"Awe merci Monsieur!" Elle sourit. « En fait, je viens d’avoir 18 ans ! J'ai un travail mais c'est juste pour gagner de l'argent de poche ! Elle explique avec un sourire alors qu'elle revient chercher mon café et je regarde ses jambes nues menant à la jupe courte en tartan. Elle discute facilement avec moi pendant qu'elle prépare mon sandwich. Je peux voir qu'elle me surveille.
"Et toi? Qu’est-ce qui vous amène dans la Ville ? Elle sourit alors qu'elle finit de préparer mon déjeuner.
"Je fais juste une croisière!" Je souris. "Je cherche tout ce qui pourrait m'intéresser!"
"Cool!" Elle sourit en prenant mon argent et en me rendant la monnaie. « Et avez-vous déjà trouvé quelque chose qui vous intéresse ? »
"Quelque chose ou n'importe qui?" Je souris gentiment. "Certes, je pense que j'ai peut-être trouvé quelqu'un maintenant!" Je vois ses joues rougir alors qu'elle sourit et retourne au comptoir.

Je sais que j'ai au moins 30 ans de plus qu'elle et que je suis d'une couleur différente avec ma peau olive italienne, mais je peux voir qu'elle semblait juste fascinée par mon apparence, et sans aucun doute par mon argent. Comme tous les autres donc ! Je suis assez vieux pour être son putain de père, pour l'amour de Dieu ! Soit ça, soit c'est juste une putain de tapeuse, qui s'étouffe pour une bite bien dure et une baise vraiment hard ! Eh bien, cela peut s'arranger !

Elle s'approche et commence à essuyer quelques tables.
"Petit ami?" J'enquête plus loin pendant que l'autre femme nettoie le sol.
"Non, il a déconné alors je l'ai largué !" Elle me sourit gentiment avec un scintillement certain dans les yeux.
"À quelle heure finissez-vous?" Je demande ostensiblement.
"7!"
Je vérifie ma montre. « Je te verrai à 7 heures alors ? Un verre avant de rentrer à la maison ?
« Ah oui ! Cool!" Dit-elle en souriant avec un signe de tête de son joli visage.

Je la vois debout devant l'entrée du café à 7 heures. La jupe courte en tartan, le décolleté rouge moulant et les talons la font ressembler à une pute alors que je m'arrête dans la Mercedes ! Je m'en fous ! Mais voici la triste vérité, je sais qu’elle doit avoir un fantasme sur une nuit merveilleusement romantique avec un riche Italien plus âgé, mais ce ne sera pas comme ça ce soir.

Une fois dans la voiture, je peux dire qu'elle est beaucoup moins habituée en termes d'hommes et de rendez-vous.
"Je pensais qu'on irait à mon hôtel!" Je souris en m'éloignant doucement du café ? "D'accord!" Elle sourit.
Je commence à la reconduire à mon hôtel et après un petit verre dans un bar devant lequel nous passons, elle ne semble pas se plaindre. En fait, elle relève sa jupe plus haut alors qu'elle s'assoit et parle de trucs d'adolescents merdiques. Comme si je me souciais de ce qu'elle dit ! Elle est ici pour une seule et unique raison. Je ne l'ai pas regardée depuis des lustres et je me suis branlé en pensant à ce que je vais faire d'elle pour me soucier de ce qu'elle a à me dire maintenant. Il est maintenant temps d'agir et je peux dire qu'elle veut une bonne baise avec un homme riche !

J'arrive dans Great Victoria Street et m'arrête devant l'hôtel Europa et un concierge m'ouvre la porte. Je lui jette ma clé et l'escorte dans le grand hall.
"Bonsoir Monsieur!" » sourit la jolie réceptionniste. Encore des seins pas assez gros ! Je hoche la tête en retour.
"Où est le bar?" » demande-t-elle timidement.
«J'ai de l'alcool dans ma chambre!» Dis-je fermement en attrapant son bras et en l'escortant directement dans l'ascenseur. Elle me regarde pendant que l'ascenseur monte. Je baisse les yeux et je souris.
"Qu'allons nous faire?" Demande-t-elle en me regardant. "Dans ta chambre… je veux dire?"
Je la regarde avec un air sournois et la pousse vers l'arrière de l'ascenseur en me penchant vers elle, voyant ses seins charnus écrasés contre mon corps.
« Tu sais déjà ce que je vais faire ! Je vais donner le putain de ta vie, Trish ! » Je ronronne. "Et il est trop tard pour reculer !" Je regarde avec une excitation croissante alors qu'une expression de choc et d'inquiétude traverse son visage.

L'ascenseur s'arrête et la porte s'ouvre directement sur mon appartement penthouse. J'entre dans la pièce et je la regarde. "Eh bien, tu le veux ou pas?" J'exige et je la regarde sortir de l'ascenseur vers moi.

La porte de l'ascenseur se ferme et elle ne semble pas trop se plaindre du manque de romantisme lorsque je l'attrape et commence à lui sucer la langue dans un baiser profond et dur. Ce qui la fait faire une pause, juste un instant, c'est sa réaction lorsque je lui force la main sur le renflement de mon pantalon et qu'elle sent enfin le contour de mon énorme bite italienne. Ma bite en érection mesure près de 10 pouces de long et est presque aussi épaisse que mon poignet. Même flasque, il est si gros que je dois avoir un pantalon spécialement adapté pour éviter que cela ne soit si évident.

Et je sais que cette petite pute n'aura jamais rien vu d'aussi gros, mais de toute façon, on s'en fout de ce qu'elle ressent !

La seule femme que j’ai jamais vraiment aimée, ma première petite amie n’a pas pu m’accommoder. Au moment le plus blessant de notre mariage, elle m'a traité de monstre. Un monstre? Un putain de monstre ? Une violente gifle s'ensuit et elle le mérite pour son insolence. Elle ne m'a plus jamais traité de monstre ni aucun autre nom !

Mais depuis, j’ai une forte association avec le sexe et la douleur et je m’en fous de qui je baise car elle est sur le point de le découvrir !

En fait, je prends plaisir à déchirer son chemisier malgré ses douces protestations, puis à serrer ses jeunes gros seins si fort qu'ils lui font mal avant de la pousser vers la chaise et de me tenir au-dessus d'elle. Je peux voir un mélange de peur et d'excitation dans ses yeux alors que je la force à manipuler mon manche, puis à l'enfoncer dans sa jeune bouche quelque peu réticente.
"Prends-le, salope!" Je grogne.
Ses yeux bleus sont larmoyants alors qu'elle tente de m'empêcher de lui faire une gorge profonde alors qu'elle s'étouffe et s'étouffe avec ma grosse bite. Je m'en fiche alors que je le lui enfonce dans la gorge. Je pense que c'est probablement un soulagement pour elle lorsque je le retire et que je force ses cuisses à écarter. Elle a peut-être déjà sucé des bites, mais certainement rien de comparable à ma bite !

Malgré la douleur que je lui ai déjà infligée, sa chatte est mouillée et prête pour une vraie baise. Clairement pas vierge ! Je lui enfonce ma grosse bite dure et elle halète. J'attrape ses gros seins avec mes mains et en forçant mes hanches vers l'avant, je les pousse plus fort et plus vite dans et hors de son trou serré. Je l'entends crier de douleur mais ses hanches repoussent pour rencontrer les miennes donc elle apprécie clairement ça ! Se faire remplir par un vrai homme, et riche en plus. C'est mieux que ce que j'espérais, normalement la résistance est trop forte et je dois utiliser plus de force. Mais ses ongles s'enfoncent dans mon dos pendant qu'elle jouit, puis jouit à nouveau. J'ai enfoncé ma grosse bite dure au fond d'elle et finalement je tire plusieurs jets de sperme en elle. Je m'effondre sur elle et reste allongé là pendant un moment. Finalement, alors que mon cœur ralentit, je m'en vais. Ma bite molle glisse hors de sa chatte détrempée et elle soupire.

« Il y a de l’argent dans mon portefeuille. Prends-en autant que tu veux et va te faire foutre ! » Je dis.
Je la regarde s'habiller et sortir une poignée de billets de mon portefeuille.
"Au revoir alors." Dit-elle en sortant de ma chambre d'hôtel et en entrant dans l'ascenseur.

Mercredi

Trish est au comptoir du café Gain. J'attends dans la voiture jusqu'à ce que je la voie sortir et traverser la route à ses côtés.
"Montez!" J'ordonne et sans hésitation elle obéit. Elle sait ce qui est bon pour elle ou du moins elle pense qu’elle sera à nouveau payée.

Nous ne parlons pas cette fois pendant le voyage et avons à peine franchi la porte de l'hôtel 10 minutes avant que j'enlève son jean moulant, exposant un string rose pailleté. Son haut prend un peu plus de temps mais elle fond sous mon charme lorsque je lui dis à quel point ses seins sont gros et succulents. C'est drôle, je ne leur ai pas vraiment prêté attention hier, mais maintenant je le fais et en réalité, ils sont énormes et gros avec de gros tétons roses. Ils sont parfaits à mes yeux. Une grosse vache avec de gros mamelles grasses prêtes pour la traite.

Je la tiens fermement par les cheveux, ma salope blonde adolescente nue aux gros seins et lui enfonce à nouveau ma grosse bite dure dans la gorge. Elle se tord et se tord en essayant de s'éloigner de moi avec des larmes coulant sur ses joues alors qu'elle s'étouffe, mais j'enfonce simplement ma bite plus profondément dans sa gorge. "Arrête de pleurer et suce-la, salope!"

Ce n’est pas une excuse. Elle devait savoir à quoi s'attendre avant de remonter dans la voiture ! Marre de ses gémissements, je la gifle fort au visage pour lui donner de quoi pleurer !

Après plusieurs minutes, je retire mon énorme érection de sa bouche. Elle halète bruyamment pour respirer. Je la repousse sur le lit et écarte ses jambes. Ses yeux sont ouverts et elle regarde ma grosse bite.
"Oh non!" Elle plaide soudainement. "Ça fait mal!"
"Oh oui, salope!" Je la corrige ! "C'est censé faire mal!" J'enfonce à nouveau ma bite dans sa petite chatte serrée. Elle pleure à nouveau et sent la paume de ma main sur son visage avec une autre gifle. Elle pleure toujours et ses gros seins rebondissent comme de la gelée pendant que je la baise fort. Parfait!

Ce que le petit connard ne réalise pas, c'est que ses sanglots ne font que m'exciter davantage. Elle continue d'essayer de me repousser mais je suis beaucoup plus fort que et une fois que j'ai étiré sa jeune chatte au-delà de toute croyance, je tire enfin ma charge au plus profond de moi.

Elle est pratiquement inconsciente au moment où je fais glisser mon long outil hors de sa pauvre petite chatte maltraitée. Elle s'allonge sur le lit, les yeux fermés et les jambes écartées. Un mélange de mon sperme et du sien suinte de son trou et je profite de ce moment pour prendre quelques photos. Plus pour l'album ! Dans les deux derniers, une épaisse boule de sperme blanc coule d'elle et coule sur le lit, ce qui rend ce moment encore plus spécial.

Je pense la garder assez longtemps pour une autre baise mais elle ne réagit pas et j'ai le sentiment que ce sera comme baiser un ivrogne. Et cela ne l’attire pas, malgré son joli corps rebondi et tout en courbes. Alors je l'emmène dans ma voiture et je te ramène au café en lui lançant 500 £. Les lumières sont éteintes et la ville semble endormie.

Mais le plus pathétique, c'est qu'elle me demande en fait si je la reverrai ! Oh, putain, c'est vrai, je le ferai, putain de petite pute, je réprimande !


Jeudi

Juste pour le plaisir pervers, je passe au café Gain vers 19 heures. La fille aînée est introuvable. Juste la petite salope Trish qui fait le ménage avant de fermer. Il y a une femme d’âge moyen qui boit du café et qui a l’air énervée par la vie. Je porte un jean qui fait ressortir mon monstre. Trish sourit et je commande un café. Je reste à regarder la femme. Probablement dans la trentaine et maigre. Elle n’a pas l’air terrible et je peux littéralement se lécher les lèvres alors qu’elle regarde le serpent dans mon jean. Je regarde ta misérable petite tasse et je commence à m'exciter.

Ignorant Trish, je me dirige vers elle et discute brièvement. Je suppose que Liz, elle me donne son nom presque trop vite, est la femme du propriétaire du magasin.
Je ne perds pas de temps. "Alors Liz, j'ai remarqué que tu me regardais!"
Je la vois rougir légèrement mais elle me fait un sourire effronté.
« Voudriez-vous faire plus que regarder ?
Elle semble un peu surprise par le défi, mais ne se laisse pas décourager.
"Trish, tu peux finir maintenant. Vous fermez à clé en sortant !
L'air blessée, elle jette un bref coup d'œil vers moi et son patron. Je lui fais un petit signe tandis que Liz me conduit vers l'arrière-salle. Trish essaie de sourire en poussant sa grosse petite poitrine comme si cela ferait une différence dans ce que je m'apprête à faire.

Liz, la vieille vache excitée est partout sur moi dès que la porte se ferme derrière nous. Je suppose que son mari ne fait pas grand-chose pour s’occuper d’elle. Sa bouche est pressée contre la mienne et son corps osseux se frotte contre moi alors qu'elle attrape mon entrejambe.
« Il faudra faire attention à ne pas faire trop de bruit ! Elle chuchote. Puis elle s'exclame en repêchant ma bite. "Putain de merde!"
Je suis sûr que Trish peut entendre cela de l'autre côté de la porte et j'ai le fort sentiment qu'elle est probablement revenue pour écouter. Mais cette vieille salope de Liz ne perd pas de temps. Elle se met immédiatement à genoux et prend autant de bite que possible dans sa bouche. Je dois lui donner du crédit ; elle va bien mieux que la plupart. Mais à mesure que je grandis et que je deviens plus dur, elle commence aussi à avoir des haut-le-cœur.

Mais je ne pense pas à Liz. Mes pensées et celles qui me font bander si fort vont à ma petite salope aux gros seins Trish et à ses seins trop gonflés. Je parie qu'elle peut entendre les bruits de succion et d'étouffement bâclés de l'extérieur de la porte.

Et à mon insu, elle le peut et écoute. Et ses tétons sont durs et ses doigts remontent sous sa jupe courte et à l'intérieur de son string.

Liz s'interrompt soudainement et cherche de l'air. "Je veux que tu me baises!"
"Je ne baise pas sur commande, salope!" Je la brûle bruyamment en la traînant sur ses pieds, sachant très bien que Trish entendrait ça !

Je détache son jean et il tombe de ses hanches fines jusqu'au sol. Elle en sort alors qu'elle se détourne de moi et en même temps enlève sa culotte. J'ai commencé à penser que Liz avait déjà fait ça. Je vais bientôt lui montrer qu'elle n'a jamais fait quelque chose de pareil auparavant ! Elle se penche sur le bureau, les fesses face à moi et les jambes écartées. En me regardant par-dessus son épaule, elle siffle.
« Baise-moi ! Donne-moi cette grosse bite !

Elle sent ma main gifler fort, d'abord sur le côté de son visage, puis sur ses joues maigres. "J'ai dit que je ne baise pas sur commande!" Je répète.
"S'il vous plait, Monsieur?" Elle se corrige.
Ma bite est désormais dure comme de la pierre grâce à son expert en succion et je suis déterminé à lui donner ce que je veux ! J'enfonce la tête de ma bite dure, de la taille d'une prune, dans la chatte glissante par derrière. Je ne suis pas surpris de voir à quel point elle est mouillée ni par sa capacité à m'accommoder. Toutes ces vieilles scories sont les mêmes. Je suppose qu'elle a dû avoir quelques enfants en cours de route et je parierais également que pour son mari, elle doit se sentir plutôt lâche et négligée. Mais pour moi, c'est une bonne baise mais pas aussi serrée et timide que Trish !

Liz crie alors que je l'enfonce à mi-chemin d'un seul coup. Elle apprécie clairement ça et couine comme un cochon.
"Oh mon Dieu! Donne-moi cette grosse bite ! Donne le moi s'il te plaît!"
Bon sang, elle me supplie maintenant, cette sale salope.
Elle gémit et halète assez fort pour que je sois sûr que ma petite salope Trish en aura plein les oreilles.
Je prends un bon rythme avec elle et je sens ses jambes trembler pendant qu'elle jouit.

J'ai envisagé de me retirer et de lui mettre ma bite dans le cul, mais je suis sûr que cela déchirerait cette chienne maigre si je le faisais. Mais je veux un souvenir. Alors, pendant que je baise la vieille sorcière, je sors mon petit appareil photo numérique de la poche de ma chemise. Je prends plusieurs photos de ma grosse bite qui entre et sort d'elle puis pour faire bonne mesure, un court clip vidéo, avec du son. Et le son, à part le claquement de ma bite, c'est tout Liz qui couine comme un chien en chaleur. Pendant que je fais ça, elle jouit à nouveau. Je me rends compte que même si c'était amusant, il faudra bien que cela se termine un jour. Alors j'accélère le rythme et je commence vraiment à le lui enfoncer.

Liz a perdu le contrôle et jouit à nouveau, mais cette fois, alors que je sens le canal de sa chatte se resserrer autour de mon sexe, je jouis avec elle. Et juste pour le plaisir, je glisse pendant que je tire ma dernière giclée en lui couvrant le cul de mon sperme. J'en prends une photo avec une partie qui coule le long de sa jambe. Encore un pour l'album !

Liz récupère assez rapidement. Elle prend des Kleenex et s'essuie. Puis elle commence à s'habiller presque aussi vite qu'elle s'était déshabillée. Elle est prête à partir avant que j'aie réussi à remettre ma bite dans mon pantalon. Elle me donne un rapide bisou sur la joue puis ouvre la porte.

Trish essaie de donner l'impression qu'elle remplit une étagère alors que nous sortons du café.

Vendredi

"Montez!" Je commande alors qu'elle marche dans la rue.
Vous obéissez.
"Putain, à qui parlais-tu?" J'exige de savoir alors que je me gare dans une aire de stationnement et que j'attrape ses cheveux avec force en tournant son visage vers le mien. Ma bite durcit immédiatement sous ma colère et surtout quand je vois ses tétons durcir dans son débardeur blanc moulant sans soutien-gorge.
"Chouette!" Je souris. "Il est temps de s'amuser davantage alors!"

Nous nous arrêtons devant l'hôtel et elle sait où se trouve ma chambre ! Les larmes coulent sur ses joues alors que je la pousse dans la pièce et elle remarque un homme encore plus âgé assis dans un coin.
"Est-ce la salope dont tu me parlais?" » Demande-t-il sans quitter des yeux les seins bombés de Trish qui se battent pour tenter de sortir de son haut.
J'acquiesce.
"Et est-ce qu'elle se comporte?"
"Parfois!" Je réponds.
« Alors attachez-la à la chaise ! » Il commande et je fais exactement ce qu'il demande !

Il se tient au-dessus d'elle et elle le regarde avec peur. Ses mains sont liées derrière son dos et à la chaise. Sa jupe courte montre à nouveau ses cuisses nues et son haut moulant est bombé avec des seins nus en dessous qui n'attendent que d'être utilisés et abusés.
"Bonne fille!" Il ronronne.
Elle regarde le vieil Italien et baisse les yeux sur son entrejambe, voyant le renflement de son pantalon grandir. Il s'agenouille devant elle et ses vieilles mains fanées remontent directement sur sa courte jupe noire et elle sent ses doigts tirer sur sa culotte alors qu'il la baisse avec précaution. Il les enlève en même temps en enlevant ses talons et en écartant ses cuisses.

Je m'assois dans un coin de la pièce et regarde l'action se dérouler sans rien dire.

Plaçant son genou entre le sien, il jette un coup d'œil à sa chatte serrée et frotte deux doigts sur sa fente. "Beau!" Il dit. “Jeune et frais et parfait!”
Il la tire vers l'avant sur le siège jusqu'à ce que ses fesses soient au bord. Debout, il baisse son jean et son boxer, révélant sa bite déjà bien dure. Il est plus petit que le mien mais reste dur. En le déplaçant vers son visage, il le porte à ses lèvres. Elle me regarde tout en gardant la bouche fermement fermée et en essayant de bouger la tête. Une ferme gifle de la part de l'homme sur son visage encourage Trish à ouvrir les lèvres.

Elle sent la tête de sa bite glisser sur ses lèvres et dans sa bouche chaude et humide. Il se penche vers elle et commence à se déformer les hanches pendant qu'il lui baise la bouche. Elle s'étouffe et s'étouffe mais parvient à le sucer comme indiqué.
"Ouais, lèche-le comme une sucette!" Dit-il entre gémissements et gémissements.

Se sentant plus en confiance, elle passe sa langue autour de sa queue en en prenant de plus en plus dans sa bouche. Elle peut le sentir se pousser contre elle en retenant ses cheveux blonds pour qu'il puisse voir ce qu'il fait. L'adrénaline du vieil homme, qui ne s'est pas amusé autant depuis très longtemps, augmente maintenant alors qu'il pompe littéralement sa longue bite dure dans et hors de la bouche de la salope. La repoussant, il grimpe sur la chaise et lui attrape la tête.
« S'il vous plaît, ne faites pas ça, s'il vous plaît ! Je n’en peux plus ! » Elle supplie.
Il l'ignore en mettant sa main entre ses jambes pour les séparer mais elle se bat à nouveau. Il perd patience avec elle maintenant et tendant les deux mains vers le bas, il écarte ses jambes. Rapidement, il se repositionne à genoux entre ses cuisses et enfonce sa bite en elle, la faisant crier. Se poussant d'avant en arrière contre ses protestations et de plus en plus excité sachant qu'elle n'en veut pas et que je regarde, il commence à la baiser fort et profondément.

Ses protestations futiles commencent à s'atténuer maintenant et son corps prend le dessus et adore cette invasion alors qu'elle se cambre en poussant ses seins gonflés vers l'avant, toujours à l'intérieur du haut moulant. Elle laisse soudainement échapper un orgasme fracassant et elle peut sentir son jus se libérer, étouffant la vieille bite en elle. Il peut le sentir aussi car elle s'y met vraiment et son corps attaché commence à bouger avec le sien. En se retirant, il place soudainement sa tête entre ses jambes, lapant tout son jus. Elle se tortille littéralement à nouveau, mais cette fois avec plaisir, essayant de frotter et d'écraser sa chatte sur son visage.

Il tend la main, lui détache la main et la pousse sur le lit.
"Mets-toi à genoux putain!" Il exige et avec un mélange de peur et d'excitation, elle obéit. Soulevant sa jupe sur ses fesses, elle tend la main avec sa main contre sa jambe pour l'encourager maintenant. Il se glisse facilement en elle et commence à la pomper aussi fort qu'il peut, ses gémissements le faisant la baiser encore plus fort. Il éjacule soudainement avec force dans sa jeune chatte déjà luisante, mais sa bite est toujours dure à cause de ses années passées à rêver seulement de baiser une adolescente aux gros seins. Il déplace sa bite vers l'entrée de son trou du cul serré. Je peux voir d'où je suis assis qu'elle n'aime pas ça et essaie de soulever tes fesses pour que sa bite glisse à nouveau dans sa chatte. Après quelques poussées, il revient vers ses fesses en poussant doucement le bout. Elle pousse un petit cri alors qu'il s'enfonce encore plus.

"Non s'il te plaît, pas ça!" Elle supplie.
"Eh bien, c'est moi, ou Franco, et tu sais à quel point sa bite est grosse!". Il lui répond en grondant et elle sent sa main se poser violemment sur ses fesses ! »
Sa bite lui brûle maintenant le cul et c'est bien plus de douleur que de plaisir au moins pour elle, mais il s'en fiche alors que je le regarde violer son tendre jeune trou du cul. Ses muscles veulent le repousser à nouveau mais il se bat contre eux en poussant sa bite de plus en plus loin en elle. Bientôt, elle peut sentir ses couilles claquer contre sa chatte. Il maintient sa position avant qu'elle ne le sente sortir à nouveau sa bite. La douleur est toujours là et elle commence à se demander si elle apprendra un jour à apprécier cela alors que cela ressemble à de la torture. Et elle le sent repousser sa bite alors qu'elle crie à nouveau. Les larmes lui viennent aux yeux. Il retire finalement sa bite de son cul et la remet dans sa chatte.

Je suis maintenant incroyablement excitée et je sais que malgré ses protestations, elle apprécie ça. Son jeune corps voluptueux dans le haut moulant et nu jusqu'au bout est incroyable et je peux voir qu'elle essaie de donner autant de bien qu'on lui donne. Mais la vue de son cul tendu pour combattre la bite de ce mec est presque trop pour moi et j'ai failli jouir dans mon pantalon.

Il jouit à nouveau et lui tire profondément avant de la pousser vers le lit. Sans hésitation il se lève, me remercie et s'habille avant de quitter la pièce.

Je jette de l'argent sur le lit. "Prenez un taxi pour rentrer chez vous et revenez ici demain à 20 heures!" Je commande.

Elle a l'air épuisée alors qu'elle s'allonge face contre terre sur le lit. Son maquillage est gâché par les larmes sur ses joues et elle se demande comment elle a pu se retrouver dans ce pétrin. Puis, une fois que je suis parti, elle s'assoit et compte l'argent avec un sourire aux lèvres.

Samedi

On frappe doucement à la porte à 6 heures et je l'ouvre pour la voir debout là avec un sac à la main.
Je lui permets d'entrer. "A quoi sert le sac ?" J'exige de savoir.
"Bien!" Elle me regarde nerveusement. «Je pensais……………..euh……………..J'ai dit à mes parents que je passais une soirée pyjama ce soir chez un ami!» Elle me regarde d'un air penaud alors que je fronce les sourcils. "Est-ce que tout va bien?"

Je m'éloigne d'elle en regardant la façon dont elle est habillée, dans une robe blanche moulante à col licou, des bas blancs et des talons blancs. Je souris en ouvrant ma robe de chambre pour exposer ma bite dure et palpitante. "Parfait!" Je souris. "Vous savez ce qu'il faut faire!"

Articles similaires

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

426 Des vues

Likes 0

Première fois que je partage ma femme

Eh bien, je ne sais vraiment pas comment commencer cette histoire, alors sautons directement dedans. C'est une vraie histoire vraie qui s'est produite et maintenant je la partage avec vous tous. Une fois que vous avez fini de lire cette histoire et que vous êtes intéressé par des photos ou des vidéos, veuillez m'envoyer un e-mail à [email protected]. Ainsi, mon histoire a commencé environ 2 ans après mon mariage. Mais avant d'entrer dans les gros détails, laissez-moi vous parler de nous. Je m'appelle Ethan et je suis un homme hispanique de 25 ans et ma femme Angelina est une femme hispanique...

796 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

450 Des vues

Likes 0

Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente. Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012. Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition. LA LITERIE DE LA BABYSITTER Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans. Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des...

1.2K Des vues

Likes 0

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

855 Des vues

Likes 0

Secrets à huis clos

J'ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés. J'ai toujours aimé l'idée d'en avoir un pour moi, mais je n'ai jamais pu trouver quelqu'un qui sortirait avec une femme plus jeune. C'était jusqu'à ce que je rencontre Jonathon. Jon a travaillé dans un magasin de violons, fabriquant et vendant son travail. Il n'était ni grand, ni petit. Il avait une belle carrure et un beau visage. Jon travaillait le jour où je suis venu dans son magasin. Je lui ai demandé de me faire visiter les lieux. Il a arrêté son travail et m'a fait faire le tour du...

854 Des vues

Likes 0

...

318 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1.1K Des vues

Likes 0

Le père protecteur de Sara, partie 9

Le père protecteur de Sara partie 9 Tôt le matin, je me réveille juste avant l'aube, le ciel oriental n'a rien perdu de sa noirceur. Je suis allongé là entouré de mes quatre amants, inquiet de ce qu'aujourd'hui va apporter. Dans trois heures, Sara a rendez-vous avec un nouveau médecin. Une heure plus tard, sa nouvelle voiture sera livrée à la maison. Je voulais vraiment que Sara sorte de la maison, mais ce n'est pas ce que j'avais en tête. Mes yeux se sont adaptés au peu de lumière que la ville apporte et filtre dans la pièce. Sara et Little...

1K Des vues

Likes 0

Infirmière gentille/Infirmière méchante

Note de l'auteur : J'ai dû retirer l'histoire de Pizza Boy parce que je l'ai finalement étoffée et vendue à un éditeur. Ils voulaient une publication exclusive pour l'histoire, elle a donc dû être retirée d'ici. Ce sera probablement la dernière fois que je tire une histoire pour un éditeur, mais je n'avais pas le choix cette fois-ci. Cherchez-le sur Amazon bientôt. Pendant ce temps : Je pose mes premières réflexions pour une histoire « Nurse Nasty » ici pour voir quel genre de réponse je reçois du merveilleux lectorat sur ce site. Si j'obtiens de bons commentaires, je terminerai l'histoire...

927 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.