Visiter le médecin

84Report
Visiter le médecin

Note de l'auteur : Salut tout le monde, c'est ma première histoire de sexe donc tout retour serait grandement apprécié. Merci d'avoir lu!

Je détestais aller chez le médecin. Je n'ai jamais fait confiance à ces gars-là. Ils pensent qu’ils savent tout, mais le plus souvent, ils ne le savent pas ! J’avais évité l’intervention chirurgicale de notre médecin de famille pendant des années. Cependant, cette infection pulmonaire ne disparaissait pas d’elle-même et j’ai réalisé que j’allais avoir besoin de médicaments sur ordonnance.

"Mlle Jones, je ne vous ai pas vue depuis des années", accueille le Dr Adams alors que j'entre dans son cabinet. "Comme tu as… grandi" ajoute-t-il avec précaution en s'éclaircissant la gorge. Aujourd’hui âgé de 21 ans, je n’avais pas rendu visite au Dr Adams depuis le milieu de mon adolescence. J'étais assez mince à l'époque et ma silhouette est depuis devenue celle d'une femme, courbée avec une large poitrine et des hanches galbées, clairement visibles à travers mon t-shirt à encolure dégagée et mon jean. Le Dr Adams est au début de la quarantaine ; un homme grand et séduisant, mais pas vraiment mon genre. Autant que je sache, il est toujours marié. Alors que je m'assois, je crois croiser le regard du Dr Adams fixé sur ce qui semble être bien en dessous de mon décolleté, mais lorsque je lève la tête, il établit immédiatement un contact visuel. Je veux sortir d'ici le plus vite possible. Sans tarder, je décris mes symptômes de ce que je suppose être une infection pulmonaire.

Le Dr Adams n’est cependant pas entièrement convaincu. Typique! Il dit qu'il aimerait m'examiner et me demande de m'allonger sur le lit. J'obéis à contrecœur, pensant que cela est complètement inutile. Je m'allonge sur le dos tandis que le Dr Adams s'approche de moi. Il semble s'attarder à côté de moi un bon moment avant de sortir son stéthoscope qu'il me dit qu'il va utiliser pour examiner ma poitrine. Il le place soigneusement sous mon décolleté, restant très silencieux alors qu'il plane au-dessus de moi. Allongé là, allongé sur le lit, je n'entends rien d'autre que le bruit de sa respiration alors qu'il déplace lentement le stéthoscope sur ma poitrine. Je me demande s’il respire toujours aussi fort.

Il commence à glisser le morceau de poitrine sous l'encolure de mon t-shirt, poussant le tissu vers le haut. Je lui lance un regard interrogateur et il bouge en s'éclaircissant la gorge. "Je vais devoir vous demander de retirer votre t-shirt s'il vous plaît, Miss Jones." Voyant que je ne suis pas vraiment en mesure de refuser, je remonte mon t-shirt par-dessus ma tête, ne me laissant que mon jean bleu clair et mon soutien-gorge blanc. Je me rallonge et sens le sang affluer sur mes joues tandis que mes seins débordent sur le haut de mon soutien-gorge. Le médecin poursuit son examen, déplaçant désormais son stéthoscope sur le dessus de mes seins. Je le sens l'enfoncer doucement dans ma chair, se rapprochant de plus en plus de mon soutien-gorge. Il place une main juste au-dessus de mon sein gauche et masse doucement chaque zone tout en déplaçant lentement le stéthoscope. Atteignant enfin la chair de ma poitrine, ses doigts effleurent parfaitement mon soutien-gorge. Son toucher est si doux… J'avale. Toute cette situation me rend assez tendue.

"Hmm, si cela ne vous dérange pas, Miss Jones, je vais devoir vous demander d'enlever votre jean et vos sous-vêtements", dit froidement le Dr Adams, "J'ai ici des découvertes très curieuses qui m'obligent à examiner d'autres parties de votre corps." ajoute-t-il d'un ton neutre. Je ne peux pas croire ça ! Je veux juste ma prescription d’antibiotiques et fous le camp d’ici. « Est-ce vraiment nécessaire, docteur ? Je demande. "J'en ai bien peur, ce serait extrêmement négligent de ma part d'ignorer ces symptômes." « Quels symptômes ? » Je demande. "Laisse-moi juste examiner ta moitié inférieure et je pourrai tout te dire" répond-il calmement avec un sourire. Je me lève et ouvre mon jean en le tirant sur mes hanches et en le laissant tomber au sol. J'enlève ensuite ma culotte, révélant ma chatte rasée. Ne portant que mon soutien-gorge, je me repositionne maladroitement sur le lit.
Le Dr Adams lorgne sans vergogne mon corps et je rougis abondamment. Il y avait un air sinistre dans ces yeux brillants. Je pense vraiment que je devrais arrêter ça maintenant, mais comment ?

Le Dr Adams pose doucement ses mains sur mes jambes et les écarte. Je ferme les yeux et j'espère juste que ce sera bientôt fini. Il passe le bout de ses doigts sur l'intérieur de ma cuisse jusqu'à ce qu'ils atteignent ma chatte. Sondant doucement ses doigts entre les lèvres de ma chatte, il frotte la chair environnante en mouvements circulaires, examinant soigneusement chaque centimètre. Il remonte lentement, massant la chair entourant mon clitoris. Ses doigts sont incroyables et ils font leur effet sur mon corps, ma chatte se réchauffant. Puis la pensée me vient, il va bien sûr remarquer l'humidité qui se forme entre mes jambes… Mon visage brille d'embarras alors que je prie pour qu'il ne remarque pas ma réaction. Mais je n’arrive pas à comprendre exactement ce qui se passe ici. Une partie de moi pense que tout cela pourrait être une procédure standard, mais je ne peux m'empêcher de penser que tout cela est très inapproprié. Je prie juste pour que ce soit bientôt fini.

Le Dr Adams passe maintenant son doigt sur mon clitoris et j'ai du mal à me contenir en réaction aux sensations accablantes. Il glisse deux doigts vers ma chatte et je le sens frotter doucement autour de l'entrée, recouvrant ses doigts du jus de ma chatte. Il frotte ses doigts trempés autour de mon trou, de haut en bas de ma fente, effleurant doucement mon clitoris et me forçant à laisser échapper un léger gémissement. "Oh merde", je pense, "J'espère qu'il n'a pas entendu ça." Avant que je m'en rende compte, il place le stéthoscope sur mon clitoris, mon corps tout entier sursautant en réaction à la sensation de fraîcheur de l'acier sur mon pic palpitant. Je ne peux plus cacher mon excitation maintenant alors qu'il écoute mon sang couler, jaillir vers mes régions inférieures. En appliquant une pression avec le stéthoscope, il glisse ensuite un doigt en moi. J'ai le souffle coupé et je gémis alors qu'il en insère une seconde, frottant mes parois vaginales du bout des doigts. Alors que je sens ses doigts glisser dans mon humidité, une pensée me vient alors à l'esprit : ne devrait-il pas porter des gants pour ce genre d'examen ?

J'ouvre les yeux… La bite du Dr Adams est sortie, passant à travers son pantalon ouvert et s'éloignant hardiment de son corps. Je regarde avec choc sa bite déchaînée alors que j'accepte enfin ce qui se passe - le Dr Adams profite de moi ! Je ne vais pas rester et le laisser abuser de mon corps de cette manière, mais alors que je sens sa bite dure frôler ma cuisse, mon moral chute et je ne peux pas me résoudre à résister. La respiration du Dr Adams devient plus rapide et plus lourde à mesure que ses doigts s'aventurent plus profondément en moi, écoutant toujours mon excitation intérieure. Puis je reviens à la réalité : je ne vais plus laisser ce pervers me violer. Je jette immédiatement mes jambes du lit, retirant les doigts du médecin de ma chatte mouillée, mais avant que je parvienne à me lever, il attrape mes épaules et me repousse avec force sur le lit.

Je lui crie de me lâcher, luttant sous son emprise. Ignorant mes protestations, il grimpe sur moi, son poids me plaquant au lit. Il chevauche mes jambes et saisit mes poignets dans une main, les maintenant au-dessus de ma tête. Son autre main m'attrape fermement par la mâchoire, m'obligeant à regarder dans sa direction alors que son corps plane au-dessus du mien. "Tu n'iras nulle part tant que j'en aurai fini avec toi, jeune femme." Je crie de frustration mais avant que je m'en rende compte, il serre fermement ses lèvres sur les miennes, étouffant mes cris. Il sonde ma langue profondément dans ma bouche, suçant fort mes lèvres tout en poussant sa main sous le bonnet de mon soutien-gorge, le démontant de mes seins. Sa grande main les tâtonne et les prend l'un après l'autre avant de la remonter jusqu'à ma gorge et de la serrer fermement. "Si tu n'arrêtes pas de pleurnicher, j'ai quelques choses dans ce bureau qui le feront pour toi", m'aboie-t-il. Mon cœur bat la chamade avec un mélange de peur, d’excitation, d’humiliation et d’excitation. J'abandonne à contrecœur mes protestations, craignant ce qu'il pourrait me faire, les larmes me montant aux yeux face à mon sentiment d'impuissance. Il lâche ma gorge et je halete en remplissant mes poumons d'air. Il ramène ensuite sa main sur ma chatte maintenant trempée.

"Ne fais pas semblant que tu n'en veux pas, salope" sourit-il, enveloppant ses doigts dans mon jus et les levant pour me le montrer. Je me sentais désespérément vulnérable, incapable de cacher ou de nier mon état d'excitation évident. "Oh mais il a raison" je pense. Je le veux, je veux qu'il me maltraite, qu'il utilise mon corps comme il le veut pour satisfaire son désir pervers. Je veux qu'il enfonce sa bite au fond de ma chatte et je veux qu'il viole cette chatte, qu'il viole sa patiente sur son lit d'examen avec autant de respect qu'un ragdoll. Mais voici notre médecin de famille, quelqu'un qui est censé être professionnel et digne de confiance, qui m'a violé de la manière la plus grossière possible. J'étais dégoûté ! Mais j'étais excité.

Le Dr Adams écarte mes jambes et se positionne entre elles, le souffle court et lourd. Toujours entièrement habillé avec son outil dur sortant de son pantalon de costume, il presse sa bite nue contre l'entrée de ma chatte et je ne peux m'empêcher de gémir de plaisir à travers mes sanglots silencieux. Il fait courir la tête de sa bite de haut en bas dans ma fente, jouant avec les lèvres de ma chatte avant de les traverser et, d'un seul coup, enfonce ses six pouces dans ma chatte serrée. S'appuyant sur ses mains, il fait pivoter ses hanches en frottant durement son entrejambe contre le mien, grognant à chaque mouvement qu'il fait. Il s'abaisse sur moi, sa poitrine appuyant fortement contre moi alors que le bas de son corps commence son assaut sur le mien. Épinglant mes poignets d'une main et attrapant mon cou par l'autre, il enfonce sa bite dans et hors de ma chatte. Sa tête positionnée au-dessus de mon épaule, il gémit bruyamment dans mon oreille entre des respirations lourdes et irrégulières.

Profondément perturbé mais très excité, mon corps balance involontairement ses hanches pour le rencontrer alors que sa queue s'écrase sur moi encore et encore. Il se retire soudainement et attrape mon corps de manière agressive, me tirant vers le haut et me poussant sur le ventre, me demandant fermement de me mettre à quatre pattes. Il me donne une fessée violente et le soulève en l'air. Accroupi sur mon dos, il pénètre dans ma chatte par derrière. Il me baise le cul vite et fort, grognant et gémissant tout en faisant entrer et sortir sa bite. Ses mains descendent en dessous, mutilant mes seins, mon soutien-gorge pendant toujours au-dessus de ma poitrine. Il passe brutalement ses mains sur tout mon corps, plaçant ses doigts sur ma chatte avant de m'attraper par les hanches, prenant plus de contrôle, me pompant plus vite et plus profondément. Perdue dans une frénésie sexuelle, j’ai abandonné ma honte et me suis livrée à mon violeur.

Mon corps palpitant de désir, je gémis de plaisir pendant que mon médecin me baise par derrière. Il me donne une fessée, et encore plus fort, et je suis au bord de l'extase. Ses gémissements deviennent plus forts, ses poussées plus violentes et mon corps explose en orgasme, ma chatte palpitant fort autour de sa grosse bite. Je gémis et halete lourdement, parvenant à peine à rester à genoux et je ne suis soutenu que par la poigne serrée du Dr Adams sur mes hanches. Il les claque à nouveau plus vite, ses profonds gémissements se transforment en un gémissement et il sort de ma chatte juste à temps pour tirer sa charge. « Aa_aah ! Mmmmm!” Il grogne et halète de manière incontrôlable alors qu'il éjacule sur tout mon dos, certains tombant sur mes épaules et dans mes cheveux.

Il prend quelques instants pour reprendre son souffle avant de s'éclaircir la gorge et de se réajuster. La réalité retombe et à nouveau les montagnes russes des émotions reviennent, cette fois principalement l'humiliation et le dégoût. Pourtant, une partie de moi ne regrette pas du tout ce qui vient de se passer. Je sors un mouchoir de ma poche qui absorbe à peine la mare de sperme sur mon dos et remets rapidement mes vêtements. "Seulement une infection pulmonaire après tout, Miss Jones", sourit le Dr Adams en me tendant une ordonnance. Oh comme il m'exaspère. Je lui arrache le morceau de papier des mains et, sans plus attendre, je sors. La réceptionniste au bout du couloir me fait un sourire complice alors que je m'approche de l'entrée principale. "Qu'est ce que ça veut dire?!" Je me demande, mon visage se réchauffant de mortification et je me précipite vers la porte, jurant de ne plus jamais consulter le médecin ! … Ou, pas du moins jusqu’à ma prochaine « période du mois »…

Articles similaires

Harry Potter Adventures : Chapitre 5 - Double problème

Cette histoire ne reflète pas les attitudes ou les personnages de la série Harry Potter, ni n'a aucune affiliation avec l'auteur. Chapitre 5 Novembre arriva à Poudlard et avec lui vint même de la pluie et même quelques flocons de neige. C'était la dernière semaine de novembre et il ne restait que quinze jours avant le début des vacances de Noël. Ron commença à sentir sa mauvaise humeur revenir. Un mois s'était écoulé depuis qu'il s'était amusé avec Lavande et ils sortaient ensemble depuis. Même si le sexe était incroyable, ils n'avaient pas vraiment grand-chose en commun et Ron avait commencé...

361 Des vues

Likes 0

Ma mère et ma fille de rêve

Introduction Je m'appelle Will Chapman. Je suis un étudiant de 19 ans, 5'8 et 160 livres avec des cheveux bruns courts et des yeux marron foncé. J'ai toujours eu des problèmes avec les filles de mon âge. Ce n'était pas que je n'étais pas beau ; c'est parce que, malgré mes 19 ans, j'avais l'air d'avoir 14 ans. Chaque fois que je sortais avec mes amis, les gens que nous rencontrions me demandaient souvent si j'étais le petit frère de quelqu'un. Les filles disaient toujours que j'étais «mignonne», ce qui me rendait complètement folle. Inutile de dire que j'ai eu du...

2K Des vues

Likes 0

LA DIGUE

Oh mon Dieu, ça fait du bien, gémit Lauren, tandis qu'Alexandra enfouit sa bouche dans sa chatte chaude et blanche, tu fais ça si bien, je t'aime tellement !!! Mmmmmmm, répondit Alex, ne voulant pas retirer sa bouche de la chatte mouillée de son amant !!! Lauren et Alexandra, amantes depuis un an et colocataires depuis six mois six mois, toutes deux à vingt-deux ans, amoureuses pour la première fois de leur vie et avides l'une de l'autre comme seuls de jeunes amants peuvent l'être ! Lauren s'est cambrée tout en enfonçant son entrejambe dans la bouche de son amant, se...

893 Des vues

Likes 0

Seul à Tokyo avec deux chiots

Je m'appelle Junjio. J'ai 34 ans et je vis seul dans un petit appartement à Tokyo. Beaucoup de journées passent vite, à travailler, puis les soirées sont lentes et ennuyeuses. Je suis seul depuis longtemps, sans vraie famille à proximité, ni contact avec des amis ou un petit ami depuis quelques années maintenant. C'est comme ça pour beaucoup de citadins du Japon moderne. C'est devenu si mauvais pour moi que je me suis retrouvé à devenir fou, à avoir toutes sortes de pensées étranges, à me perdre dans mon propre espace pendant des lustres, et finalement j'ai acheté un animal domestique...

866 Des vues

Likes 0

Le début de la fin_(0)

Elle inspira lentement et profondément et mordit ses lèvres rouge cerise pulpeuses. « Comment ai-je pu me lancer là-dedans ? » elle pensait. Ses doux cheveux blonds sales pendaient sur ses yeux verts angéliques. Julia attrapa son téléphone et l'ouvrit. Elle a lu le message encore et encore. Retrouvez-moi au parc à moins que vous ne vouliez être connu comme la pute de la ville - Chris Son cœur battait maintenant. Juste à ce moment, un autre message est arrivé. Julia, si tu ne quittes pas la maison dans cinq minutes, maman et papa vont être très en colère contre toi... bien sûr, je...

775 Des vues

Likes 0

Leçons de la basse-cour, partie IV

Bobby entra la première dans la douche avec son nouveau mari juste derrière elle. Junior se blottit contre elle par derrière et passa ses bras autour de ses épaules, la serrant dans ses bras de la manière la plus affectueuse. Ils étaient mariés depuis moins d'un jour et il lui avait déclaré son amour tant de fois et de tant de manières. Il adorait absolument sa jeune épouse et maintenant plus que jamais, il allait s'assurer que rien ne lui arrive car, après tout, elle portait son enfant. Ils se sont mariés ce matin-là chez lui pour que leur bébé porte...

399 Des vues

Likes 0

Qu'il pleuve - 4

Pour la première fois en une semaine, quand je me suis réveillé, j'avais l'impression d'avoir eu la même chose avec les femmes au lit de la nuit précédente. Quand je les ai secoués un peu, ils se sont juste blottis un peu plus près et ne se sont pas réveillés. J'ai pensé que tant qu'ils voulaient presser leur chair chaude de fille contre moi, autant en profiter et j'ai fermé les yeux. Quand je me suis réveillé, c'était avec une paire de lèvres sur ma bite et une autre paire sur mes testicules. Ils faisaient un travail formidable et en quelques...

423 Des vues

Likes 0

Mon premier petit ami 3

En bas, Sam a mis de la musique sur la chaîne stéréo du salon et m'a dit de danser pour lui. Il s'est assis sur le canapé, les jambes écartées et les mains dans l'entrejambe pendant que je trébuchais en essayant de danser. Ce n’était pas facile avec les talons aiguilles, sur la moquette et plusieurs fois j’ai failli perdre l’équilibre et tomber. Chaque fois que je trébuchais, le sourire de mon demi-frère apparaissait un peu. De temps en temps, il me disait de faire quelque chose comme : « Frotte-toi les seins et montre-moi quelle pute tu es » ou...

322 Des vues

Likes 0

Oiseaux brisés, Partie 37, Un espace dans le temps / Épilogue

Partie 37 Un espace dans le temps Épilogue L'hélicoptère d'urgence a crié toute la nuit. Michael, Jennifer, Beth et Kat étaient à bord. Le docteur que Jennifer avait de garde n'avait pas pu venir. Il était ivre. La livraison a commencé normalement. Puis Kat a commencé à saigner abondamment. Barbara avait déjà vu ça. Elle a fait des suggestions que Jennifer a immédiatement mises en œuvre, apprenant à quel point l'expérience OB/GYN et néonatale de Barbara était devenue précieuse. Barbara est restée en arrière compte tenu de l'état et du stress de Jan. La terreur s'empara du harem. Ils s'assirent autour...

2K Des vues

Likes 1

L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : Désolé :( je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.