Toucher - Chapitre 2

182Report
Toucher - Chapitre 2

Toucher - Chapitre 2

Les choses se gâtèrent rapidement, Kelly et moi venions de faire l'amour ensemble sans vraiment savoir pourquoi nous l'avions fait. Était-ce parce que je suis tombé sur elle et qu'elle ne voulait pas m'arrêter ? Mais alors elle participait tout autant... Je n'arrivais pas à comprendre.

Nous avons essayé de nous parler juste après mais nous nous sentions tous les deux bizarres l'un avec l'autre, c'est pourquoi je ne l'avais jamais draguée auparavant, je savais que cela ruinerait notre amitié.

J'ai essayé de sortir de là aussi vite que possible sans avoir l'air d'un abruti complet. Je n'étais pas le genre de gars à faire ces choses et je ne voulais certainement pas commencer avec elle.

Je suis rentré chez moi dans un état second et je me suis rapidement dirigé vers ma chambre et je me suis effondré sur mon lit, me sentant mal à propos de tout cela, toute cette journée avait été étrange et déroutante.

Il y eut un léger coup à ma porte, je l'ignorai mais elle s'ouvrit lentement quand même. C'était Jessica, ma sœur jumelle.

« Hé John, tu vas bien ? demanda-t-elle de sa voix douce.

"Je vais bien, laisse-moi tranquille" répondis-je assez crûment. Je n'étais pas d'humeur à parler ou quelque chose comme ça, je voulais juste ramper dans un trou pendant un moment.

Elle est venue et s'est assise à côté de moi de toute façon, elle n'a jamais été du genre à faire comme je l'ai dit.

"Allez, quoi de neuf ? Ça ne peut pas être si grave" dit-elle avec un grand sourire pour tenter de me remonter le moral, généralement ce joli sourire me faisait fondre comme un glaçon au soleil mais pas aujourd'hui.

"Laisse tomber d'accord, je ne veux pas en parler" répondis-je à nouveau sur le même ton direct, je me détestais tellement en ce moment.

Je savais qu'elle n'abandonnerait pas, elle a placé sa main sur mon bras et je me suis assis pour la regarder. J'ai commencé à essayer d'expliquer mais ma tête s'est tournée sur le côté en un instant et j'ai senti une piqûre chaude sur ma joue, qu'est-ce qui vient de se passer ?

J'ai regardé Jess et elle avait un air de rage clairement visible en elle, elle venait de me gifler en plein visage.

"Je te déteste" cria-t-elle alors qu'elle sortait de la pièce en courant, claquant la porte derrière elle. Je me suis assis complètement abasourdi, mon esprit ne pouvait même pas traiter les pensées qui le traversaient. Y avait-il quelque chose qui n'allait pas chez moi ?

Je me suis assis en silence jusqu'à ce que maman m'appelle pour le dîner qui était une pizza car c'était notre anniversaire aujourd'hui, quand nous étions plus jeunes, nous l'avons toujours demandé le jour de notre anniversaire et c'est devenu en quelque sorte une tradition avant que nous le sachions.

Mon esprit essayait toujours de traiter la journée alors que je descendais tranquillement les escaliers, presque effrayé d'encourir à nouveau la colère de ma sœur. Nous avons toujours été proches, bien sûr il y a eu des bagarres ici et là comme toutes les familles. Une chose que notre mère nous a apprise était de ne jamais se frapper et nous nous en sommes très rarement fait. Je suis retourné à la cuisine pour le dîner et je me suis assis pour manger à la grande table près de la fenêtre qui laissait entrer le soleil couchant.

La conversation était légère et inintéressante pendant que nous mangions, Jess continuait de me regarder et de sourire mais je continuais à me détourner. Était-elle désolée de m'avoir frappé ? Ou juste jouer avec moi ? Je ne savais pas.

Je me suis retiré dans ma chambre aussi vite que j'ai pu après avoir fini de manger sans demander à être excusé. Je me suis effondré sur mon lit et j'ai dû m'endormir, la prochaine chose que j'ai su, c'est que je me suis réveillé. Ma lampe de chevet était allumée et quelqu'un était assis à côté de moi.

« John, nous devons parler » murmura-t-elle, mes yeux se concentrant enfin sur Jess. Je me suis assis et l'ai regardée avec émerveillement, "qu'est-ce que c'est ?" ai-je marmonné en réponse.

À ce moment-là, mes yeux ont glissé le long de son corps, sa forme succulente n'était couverte que par une chemise de nuit blanche serrée. J'ai immédiatement commencé à avoir des pensées impures, c'était ma sœur, ma sœur jumelle mais elle était si belle et sexy que c'était comme si le plus grand artiste du monde avait peint sa chemise de nuit en travers de ses courbes. J'ai réalisé qu'elle m'avait parlé pendant tout ce temps et que je n'avais prêté aucune attention à ses paroles. Sa main s'est accrochée à mon bras comme un moyen de me faire remarquer, cela m'a fait sortir de mon étourdissement alimenté par la luxure alors que nos yeux se croisaient.

Dans la seconde suivante, nous nous embrassions, le genre de baiser chaud et lourd que les amants partagent. Mes bras se sont enroulés autour de son corps et l'ont tirée vers le bas sur le lit tout en se mettant sur elle. Nos langues se sont rencontrées et se sont saluées chaleureusement, chacune essayant de se surpasser.

Ses mains se glissèrent autour de moi comme elles l'avaient fait le matin même et m'attirèrent fermement. Pendant ce temps, mes propres mains glissaient sur son corps, sentant chaque parcelle de chair exposée, sentant chaque courbe parfaite. Elle gémit quand elle sentit ma bite raide grincer dans sa chatte, même à travers mon short, j'étais sûr qu'elle pouvait sentir sa longueur contre elle.

J'ai rompu notre baiser et j'ai regardé dans son décolleté, ces seins souples mais fermes qui me tourmentaient tous les jours m'appelaient avec leur chant de sirène. Mes mains s'y sont fermement accrochées, les écrasant ensemble, les rendant encore plus belles qu'avant, je n'ai pas pu y résister. Ils se sentaient si bien dans mes mains, si doux et beaux, je devais les avoir.

J'ai baissé la tête vers eux et j'ai embrassé chaque partie de leur chair exposée avant de griffer le tissu pour les libérer. Je me suis légèrement levé pour admirer toute la scène interdite, son beau visage aux yeux bleus profonds me suppliant d'avoir mon chemin avec elle, ses 34D nus avec les mamelons roses doux qui attendaient d'être sucés.

Qu'est-ce que je foutais ?!

J'ai basculé en arrière, me jetant à mi-hauteur de la pièce, qu'avais-je fait ?

Nous nous sommes regardés pendant ce qui semblait être l'éternité elle-même jusqu'à ce qu'elle bouge très lentement, écartant ses jambes et me montrant tout, elle n'avait rien en dessous. Ma mâchoire a chuté.

Ici, j'avais tout ce que j'avais toujours voulu, ma magnifique sœur jumelle sur mon lit, les seins exposés, la chatte mouillée pour moi. Je ne pouvais pas le faire.

J'ai fui la pièce.

Le lendemain matin m'a terrifié, j'étais finalement retourné dans ma chambre vide dans la nuit pour essayer de dormir mais je n'en ai trouvé aucun. Je n'arrêtais pas de passer en revue les événements de mon anniversaire, j'ai couché avec Kelly l'une de mes meilleures amies cet après-midi-là sans me dire un mot pour commencer. Puis ce soir-là, la même chose s'est presque produite avec ma sœur jumelle Jessica, encore une fois sans même le demander. Que se passait-il ici ?

Maman m'a appelé pour le petit-déjeuner comme elle le faisait toujours, comment pourrais-je à nouveau vivre ma vie normalement ? Comment pourrais-je les affronter après ce que j'avais fait ? Après ce que j'avais failli faire ? Je me dirigeai vers la cuisine et me dirigeai instantanément vers ma nourriture, sans prendre le temps de regarder autour de moi. J'ai gardé la tête baissée et mangé rapidement, je pouvais sentir Jess entrer dans la pièce, je ne pouvais même pas me résoudre à la regarder. Je savais que tout ce que je verrais serait l'image d'elle écartant ses jambes pour moi sur mon lit.

Je me suis préparé et je me suis dirigé vers la porte sans même un au revoir, j'ai marché si vite que mes jambes me faisaient mal mais je devais juste m'éloigner de cette maison. J'ai maintenu mon rythme rapide jusqu'à ce que je me souvienne exactement où j'allais, jusqu'à Kelly.

J'ai levé les yeux pour la première fois depuis que j'avais commencé à marcher, ils étaient là, elle était là. La revoir m'a instantanément rappelé tous les souvenirs d'hier, c'était tout ce que je pouvais imaginer en la regardant. Je me suis approché d'eux alors que mon rythme ralentissait, je n'arrêtais pas de me poser question après question. S'attendait-elle à plus maintenant ? Qu'étais-je censé dire ? Comment étais-je censé agir ? Ian et Ash savaient-ils ?

J'ai manqué de temps et de marches alors que j'étais à moins de quelques mètres d'eux, ils m'ont souri et m'ont salué, mes yeux verrouillés sur ceux de Kelly, ce qui m'a donné un regard que je ne pouvais pas tout à fait traduire. Pour autant que je sache, elle ne savait pas trop quoi faire que moi.

Nous avons marché jusqu'à l'université comme nous l'avions fait hier, nous avons discuté ensemble même si Kelly et moi nous sommes à peine dit un mot. Je savais que ça ruinerait notre amitié, maintenant nous ne savons plus quoi faire en compagnie l'un de l'autre. Nous avions besoin de discuter rapidement mais les nerfs prenaient le dessus sur moi, comment pourrais-je commencer ma phrase ?

Les cours passaient sans trop y prêter attention, c'était jusqu'à l'Art, de loin ma partie préférée de la journée. Non seulement j'étais bon dans ce domaine et mon premier choix lorsque j'ai décidé de venir ici, mais la vue était exceptionnelle. La vue étant la belle femme qui nous a enseigné, Mme Abigail Wilson, qui était assez cool pour nous laisser l'appeler Abby.

Abby était la plus jeune enseignante du collège et avait l'apparence pour le prouver, les traits du visage ressemblant à des mannequins et couverts de taches de rousseur avec les longs cheveux roux qui tombaient en cascade, les yeux verts qui transperçaient votre cœur à chaque fois qu'elle établissait un contact visuel. Son corps était celui d'une déesse absolument sans défaut et elle avait tout, la peau parfaite, le cul parfait, la poignée parfaite de seins. N'importe quel homme sur terre s'inclinerait devant elle si elle le leur demandait avec un sourire.

Mon esprit a finalement erré de Kelly à Abby, elle était la seule chose qui aurait pu le faire. Cependant, je n'écoutais toujours pas la leçon, tout ce à quoi je pensais était de la mettre nue et de me débrouiller avec elle, je devenais assez excitée au moment où elle m'a sorti de mon étourdissement. Juste au moment où je pensais aux choses sales que je pouvais entendre de ces grandes lèvres rouges.

« Et qu'avons-nous ici, monsieur Blake ? » sa voix résonna dans toute la classe alors qu'elle posait une main sur mon épaule et me regardait vers la page blanche. Je pouvais sentir sa main trembler légèrement alors qu'elle parlait à nouveau "parle-moi après le cours s'il te plaît". J'ai commencé à dessiner aussi vite que j'ai pu.

La cloche a sonné pour le déjeuner et tout le monde s'est précipité, cependant, je me suis lentement dirigé vers le bureau à l'avant. Abby me regardait droit dans les yeux alors que nous restions silencieux pendant un moment. Je n'ai pas pu m'empêcher de l'examiner un peu. Son chemisier ne cachait en rien la forme de ses seins, pas plus que sa jupe courte ne cachait ces longues jambes lisses.

« Alors John, on dirait que tu as du mal à te concentrer dans ma leçon aujourd'hui, c'est vraiment dommage, tu es un garçon brillant et je détesterais que tu prennes du retard. sa voix était si pure que chaque syllabe sonnait comme un chant d'ange. "Vous devrez être puni".

Elle se leva du bureau et se dirigea vers la porte, je pouvais voir ses mains jouer avec la poignée et j'aurais juré l'avoir entendue se verrouiller. Elle s'est glissée vers moi avec ses hanches se balançant d'un côté à l'autre d'une manière presque séduisante, qu'est-ce qu'elle faisait ?

« Abby, qu'est-ce que tu es… » J'ai essayé de lui demander mais elle a placé un doigt sur mes lèvres et a murmuré un « chut ». « Je vais te punir de ne pas avoir fait attention, tant que cela reste entre nous, quoi qu'il en soit. » Sa voix avait maintenant un ton séduisant que je n'avais jamais entendu auparavant.

« Maintenant, asseyez-vous et prenez-le comme un homme, je ne veux pas entendre un mot de votre part. » Dit-elle d'une voix beaucoup plus sérieuse tout en appuyant contre ma poitrine jusqu'à ce que je m'assoie sur le bord du bureau.

Je sentis son excitation brute alors que mon sourire sexy traversait ses lèvres, ses mains glissaient le long de mon corps, agrippant mes muscles. Ses mains atteignirent ma ceinture et la défirent lentement, taquinant mon membre qui se raidissait en prenant son temps. Avec la braguette de mon short défait, elle a attrapé ma bite qui a durci instantanément, elle a mis sa bouche à mon oreille alors qu'elle bougeait sa main de haut en bas à un rythme angoissant.

"Mmm mauvais garçon, tu te fais raidir la grosse bite par ton professeur qui te punit" murmura-t-elle à peine dans mon oreille avant de la lécher et de mordiller mon lobe d'oreille. Cela m'a envoyé un choc électrique dans la tête qui n'a fait que me réchauffer, je voulais l'entendre me parler encore plus méchamment.

"Tu aimes être puni, n'est-ce pas? Tu aimes ça, n'est-ce pas? Eh bien maintenant il est temps pour la vraie chose bébé" ses mots m'ont de nouveau chuchoté à l'oreille alors qu'elle tombait à genoux devant moi.

Ses mains ont rapidement tiré ma bite à travers la braguette de mon boxer, ses mains douces sentant tous les sept pouces. Je pouvais voir ses yeux l'examiner pendant un instant, presque comme si elle l'évaluait. J'ai vite compris pourquoi, elle a tout avalé dans sa gorge. Et je pensais que les compétences en deepthroat de Kelly étaient bonnes.

La bouche et la gorge d'Abby étaient complètement différentes, c'était absolument paradisiaque. J'avais l'impression que sa gorge s'accrochait à moi et me massait partout, c'était chaud, humide et de plus en plus humide. Elle releva la tête, à bout de souffle, elle était là depuis si longtemps. La salive a enduit toute ma hampe qu'elle a ensuite frottée à l'aide des deux mains tout en me regardant dans les yeux avec un regard sale sur son visage.

Pour être honnête, je ne savais pas grand-chose d'elle sur le plan personnel, mais je n'aurais jamais pu prédire qu'elle ferait cela un jour et avec autant d'empressement aussi. Elle a recommencé à s'empaler la gorge sur ma bite lisse, sa salive chaude a coulé et a commencé à s'imprégner de mon boxer. Tous les muscles de mon corps se sont tendus pour m'empêcher de jouir alors que je gémis peut-être trop fort.

Sa passion était écrite sur son visage, cela m'a donné envie de la coincer sur le bureau et de tout lui faire. Je venais juste de le penser alors qu'elle se levait et s'allongeait sur le bureau tout en relevant sa jupe et en me montrant sa culotte en dentelle noire. Son humidité était clairement visible.

J'étais tout à fait prêt à lui sauter dessus et à ravager son corps, mais mon esprit semblait devoir s'arrêter et demander. Pourquoi Abby faisait-elle exactement ce que je pensais ? Elle n'était pas le genre de personne à faire ça, j'en étais certain.

Alors pourquoi?

J'ai pensé arrêter ça avant qu'on se fasse prendre, elle perdrait tout si c'était exposé. J'ai légèrement touché sa cuisse lisse, ce qui a fait se redresser son corps, comme si elle était revenue dans le monde réel.

Elle repoussa ma main assez rapidement tout en lissant sa jupe, cachant une fois de plus sa culotte.

« Tu ferais mieux d'y aller John, s'il te plaît, ne parle de ça à personne, pour moi d'accord ? elle m'a supplié avec le visage le plus triste que je l'aie jamais vue faire. Tout ce que je pouvais faire était de hocher la tête pendant que je remettais ma bite encore dure et humide dans mon boxer. J'ai fermé mon short et me suis précipité hors de la pièce, directement dans les toilettes pour hommes, juste pour trouver un miroir pour pouvoir me regarder.

Je me suis regardé pendant ce qui m'a semblé être des heures et des heures, Kelly... Abby... Jessica... les avais-je toutes manipulées ? Et si oui, comment ?

À suivre...

Articles similaires

Le compagnon du champion 12

La fin de l'été dans le Menthino était une période chargée. Kaarthen se retrouva dans la gigantesque salle des cartes du palais. L'étage entier était une image en mouvement en temps réel de Menthino, des échelles sur rouleaux et des tables à cartes sur roues étaient le long des murs. Marcos était vêtu de façon presque décontractée d'une chemise en soie vert foncé et d'un pantalon Safi noir. La reine et deux princesses, Saliss l'aînée et Ruegin, écoutaient avec elle les plans annuels de migration des vastes plaines inondables vers Cardin. Trois Hjordis en Safi noir avec leurs cheveux relevés en...

314 Des vues

Likes 0

Le père de mon ami 8

Le lendemain, c'était normal comme d'habitude. J'allais à l'école avec Jeanette et nous étudiions dans sa chambre après les salles, mais bien sûr, nous avions tous les deux quelque chose en tête qui serait classé sous « Coquine » si vous voyez ce que je veux dire. « Est-ce que vous vous êtes vraiment masturbé pendant que vous nous regardiez ? » J'ai demandé. Oui, il faisait vraiment chaud. Je veux dire qu'il te labourait comme un fou. Je suis surpris que les voisins ne nous râlent pas en ce moment. Je veux dire en te regardant, je n'aurais aucune idée que tu gémissais...

304 Des vues

Likes 0

Oiseaux brisés, Partie 37, Un espace dans le temps / Épilogue

Partie 37 Un espace dans le temps Épilogue L'hélicoptère d'urgence a crié toute la nuit. Michael, Jennifer, Beth et Kat étaient à bord. Le docteur que Jennifer avait de garde n'avait pas pu venir. Il était ivre. La livraison a commencé normalement. Puis Kat a commencé à saigner abondamment. Barbara avait déjà vu ça. Elle a fait des suggestions que Jennifer a immédiatement mises en œuvre, apprenant à quel point l'expérience OB/GYN et néonatale de Barbara était devenue précieuse. Barbara est restée en arrière compte tenu de l'état et du stress de Jan. La terreur s'empara du harem. Ils s'assirent autour...

356 Des vues

Likes 1

Famille d'accueil Chapitre 9

Salut les gars, désolé pour le temps que ça fait. J'espère que vous apprécierez ^_^ Les mêmes notes s'appliquent. Il s'agit d'une œuvre de FICTION tout semblant d'événements réels est entièrement une coïncidence. Si vous avez moins de 18 ans (ou 21 selon l'endroit où vous vous trouvez) ou s'il est illégal pour vous de lire ceci pour quelque raison que ce soit, ou si les relations sexuelles entre garçons/hommes vous offensent de quelque manière que ce soit, veuillez ne pas lire. sinon profitez-en ! _______________________________________________________________________________ Chapitre 9 Positif. Ce seul mot est resté dans la tête des garçons le reste...

316 Des vues

Likes 0

Nourrir les jeunes

Norm avait le sentiment qu'elle savait qu'il la harcelait et cela le rendait prudent. Voulait-elle se faire violer ? Elle ne ressemblait pas au leurre typique de la police avec la façon dont elle était habillée. La salope s'habillait un peu bizarrement en fait ; un trench-coat ample, un large chapeau souple et des lunettes de soleil surdimensionnées. Non, pas un flic mais… eh bien, Norm espérait qu'elle n'était pas travesti. L'homme d'âge moyen devait rentrer au bureau pour une réunion importante et il ne voulait pas être en retard. Mais parfois, ces pulsions prenaient le dessus et il devait agir en...

276 Des vues

Likes 1

L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : Désolé :( je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis...

306 Des vues

Likes 0

journal d'une femme au foyer. partie un.

Se marier a causé beaucoup de stress dans nos vies. Rick refuse de me laisser travailler, et même avec une nouvelle maison en ville (dans un quartier à faible revenu) et des factures qui s'accumulent, il refuse de bouger. Cela nuit à notre relation et nous met à rude épreuve émotionnellement et sexuellement. Il travaille constamment. Le stress rend difficile pour lui d'être affectueux. Vous voyez où cela va. Je suis une bonne fille. Et une bonne épouse. J'ai essayé pendant des semaines de le satisfaire. Chaque matin, je l'ai sucé à sec. Quand il est rentré tard, j'ai mis mes...

314 Des vues

Likes 1

Ma première fois avec Cindy

L'histoire: Sur le chemin du retour de l'hôpital, après avoir déposé ma femme pour une opération du dos très sérieuse, Cindy, me disait comment elle allait faire toutes les choses que maman faisait dans la maison, comme faire la vaisselle et faire la lessive et ça elle s'occupera de son papa comme maman le fait. C'était dit dans une sorte de murmure doux et elle avait sa main sur mon bras, me touchant doucement et me regardant dans les yeux. J'ai senti un frémissement dans mon pantalon et j'ai regardé les jambes galbées de Cindy et la petite minijupe qu'elle portait...

245 Des vues

Likes 0

Qu'as-tu fait à Jessica

J'ai lentement ouvert les yeux et j'ai vu une belle fille dormir à côté de moi. Sa peau douce et pâle, ses beaux yeux, ses lèvres juteuses, ses tétons mous, ses tétons juteux me faisaient sentir à quel point j'ai de la chance de l'avoir. Je me souviens encore de notre relation avant elle. quitté la maison. Nous n'avons jamais eu de relation de type frère-sœur. On ne parlait jamais beaucoup. Elle était occupée dans son monde et moi dans mon monde. Elle avait 8 ans de plus que moi. Je n'ai donc pas aimé l'idée de rester chez mes sœurs...

313 Des vues

Likes 0

DOUX SOPHIE !!

Sophie est l'enfant unique de mes voisins, c'est une douce jeune fille de 13 ans, mais il y a toujours eu quelque chose en elle qui m'a fait la regarder différemment des autres petites filles. Peut-être ses cheveux blonds bouclés, son joli petit visage, ses jambes lisses ou le fait qu'elle a une jolie petite paire de seins en herbe. Eh bien, tout a commencé un samedi, je me suis assis dans mon jardin à profiter du soleil et mes voisins étaient aussi dehors. Je n'ai pas l'habitude d'écouter les conversations des autres mais je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre que...

122 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.