Ma petite soeur : Prologue

1.7KReport
Ma petite soeur : Prologue

Ceci est un prologue à une série d'histoires pleines d'espoir que j'écrirai dans le futur.
Si vous voulez juste vous branler, ce prologue n'est probablement pas pour vous, mais si vous êtes intéressé par un scénario, veuillez lire et commenter/revoir.
Merci.









Ma petite soeur : le prologue



Je me suis réveillé au son familier de ma petite sœur, Stacy, riant alors qu'elle grimpait dans mon lit, elle avait dix ans et était mignonne comme l'enfer, elle avait un joli nez boutonné, un petit visage doux et des cheveux auburn qui encadraient magnifiquement son visage .

Je l'ai attrapée par la taille et l'ai retournée, j'ai joué avec elle facilement à cause de sa très petite taille et de son poids insouciant.
Je m'entraîne régulièrement et j'ai développé un ensemble musculaire impressionnant à l'âge de 16 ans.
Je mesurais 6 pieds 2 pouces et j'étais beaucoup plus grand que n'importe quel membre de ma famille.
J'avais obtenu ma taille de mon père qui s'est enfui avant ma naissance et n'est revenu que pour baiser ma mère et mettre ma petite soeur dans son ventre.

"Soyez prudent avec elle." ma mère a dit de la porte, "Je vais travailler maintenant Jack", "occupe-toi d'elle, prépare-lui un déjeuner et un dîner, je serai à la maison tard ce soir."
"d'accord maman." dis-je avant de recommencer à chatouiller ma sœur jusqu'à ce qui ne peut être décrit que comme une crise de rire.

Je l'ai attrapée et l'ai posée sur moi, elle était assise droite, chaque jambe à côté de moi, me chevauchant en position de cow-girl si ce n'était pour les couvertures qui étaient tirées jusqu'à ma taille.
Elle portait un joli vieux tee-shirt blanc à moi et une petite culotte en coton blanc. Je l'ai examinée en entendant ma mère claquer la porte en partant. Elle s'est assise sur moi sans se soucier du monde, traçant silencieusement le contour de mon pack de six et de mon nombril.

Elle a poussé mon nombril aussi fort qu'elle le pouvait avec ses petits doigts, faisant un petit "boop" en le faisant.
J'ai riposté en l'attrapant et en la jetant à côté de moi, j'ai arraché sa petite chemise pour révéler son petit corps prépubère.
Elle était très mince et avait de petits mamelons gonflés, pas de seins pour faire quoi que ce soit.

Elle était complètement nue à l'exception d'une petite culotte.
J'ai précédé de lui piquer le nombril plusieurs fois et de la chatouiller sans relâche. Elle lutta pour s'éloigner tout en riant bêtement. Elle réussissait car je n'avais aucun effet de levier de la position dans laquelle j'étais alors je l'ai grimpée entre ses petites jambes pour l'empêcher de s'échapper,

Ma bite semi-dressée reposait sur sa culotte à travers la mienne, elle mesurait 8 pouces plein mât et 8 pouces et demi dans un bon jour.
J'ai dû bouger légèrement de haut en bas alors que ma bite frappait son ventre et son entrejambe.
Elle a arrêté de rire et a demandé ce que c'était, j'ai dit que ce n'était rien et je me suis déplacé au-dessus d'elle allongé à côté d'elle.
C'était une petite fille curieuse et elle n'accepterait pas un non comme réponse,
« Jack ? Qu'est-ce que c'était ? C'était là où ta chatte devrait être !
"Les hommes n'ont pas de fannys Stace ! Nous avons des willys." J'ai alors expliqué.

Je n'ai pas dit bite pour sauver son innocence, ce qui était étrange compte tenu de ce que je finirais par lui faire.

« Un zizi ? » demanda-t-elle.
« Ouais, on a des petites choses là où est ta chatte et c'est tout ce qui t'a giflé quand je me suis déplacé.
"Ce n'était pas petit, c'était gros et ça faisait mal" me complimenta-t-elle.
"Je suis désolé Stace, je vais essayer d'être prudent."

Nous l'avons laissé là, je me suis levé, j'ai pris une douche, j'ai donné un bain à Stacy et je l'ai également habillée.
Nous avons pris le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner en faisant de petites choses pour passer le temps entre les deux.

Ma mère était rentrée à la maison et s'était immédiatement douchée et pomponnée.
"Je sors ce soir et je reste avec un ami" dit-elle en entrant dans le salon en mettant des créoles.
Sortir et rester avec un ami était la façon dont ma mère disait qu'elle prévoyait de boire beaucoup et de se prostituer à n'importe quel mec au hasard.

Ma petite sœur était endormie nichée dans mes bras et ce depuis un certain temps.
« Prends soin de ta sœur, ferme la porte et je reviens demain. elle est partie immédiatement après.

J'ai porté ma petite sœur dans sa chambre rose et je l'ai allongée sur son lit.
J'ai commencé à la déshabiller et j'ai continué jusqu'à ce qu'elle ne porte plus que sa culotte, mon esprit est revenu à elle ce matin quand j'ai giflé son entrejambe avec ma bite et commencé à tracer sa culotte ici et là.
Je pouvais sentir le contour des petites lèvres de sa chatte et son cul prononcé à travers ses jambes.
Je me suis arrêté, réalisant ce que je faisais, j'ai tiré les couvertures sur elle et je suis allé me ​​coucher.

J'ai été réveillé par ma petite soeur agenouillée sur mon lit me poussant légèrement et chuchotant mon nom.
« Jack, Jack !
"...u.. Hein ? Quoi ?"
"J'ai fait un cauchemar... j'ai vraiment peur"
Je me suis assis et j'ai réalisé immédiatement qu'elle était pétrifiée, qu'elle tremblait.
« Oh mon dieu ; Ok... Tu veux dormir avec moi ? » J'ai demandé.
"Voulez-vous me garder en sécurité?" elle n'avait pas besoin de réponse comme avant moi, elle était sous mes couvertures nichée contre ma poitrine.
Nous sommes restés allongés comme ça pendant un moment, puis elle s'est retournée en me tournant le dos.
Nous sommes restés allongés normalement pendant quelques instants, puis elle a commencé à enfoncer son cul dans ma bite et à serrer ma main contre sa poitrine, ou plus précisément ses seins inexistants.
J'ai commencé à devenir dur car tous les deux instants, elle bougeait son cul d'un côté à l'autre, faisant secouer ma bite.
"mmm..." elle laissa échapper un léger gémissement.
Mon pénis a grossi et a commencé à glisser entre ses jambes, très vite ma bite reposait horizontalement contre sa chatte.
"Qu'est-ce que c'est!" dit-elle alarmée alors qu'elle serrait les cuisses et s'éloignait soudainement, me branlant à moitié.
"C'est bon!" Je l'ai attrapée et l'ai arrêtée de se tortiller.
« C'est mon coco… je veux dire Willy.
"Ce n'est pas ton zizi !" dit-elle d'un ton très confus.
"Qu'est-ce que tu veux dire !? Bien sûr que ça l'est !" dis-je fortement.
"Mais c'est vraiment dur, ce matin c'était plutôt doux !"
"Ça change Stace."
"Que veux-tu dire?" demanda-t-elle, confuse.

Elle était maintenant assise, appuyée sur ses bras.
Je me suis aussi assis; J'ai allumé ma lampe de chevet, bien qu'il y ait eu une petite quantité de lumière émise par la pauvre lampe, nous avons tous les deux grimacé à cause de la nouvelle introduction de lumière dans la pièce.
"Qu'est-ce que tu veux dire par ça change ? et pourquoi as-tu appelé ça un coc avant?"

"Pour commencer, c'est Cock, d'accord ? Et c'est ce que les adultes appellent un zizi."
"Est-ce qu'il y a aussi un nom d'adulte pour ma chatte ?" elle a demandé avec enthousiasme
"Oui", je soupire, "nous appelons ça une chatte"
"Wow, Pussssy..." dit-elle avec une expression sexuelle involontaire.
"Ouais"
"Alors, comment est-ce que ta, ... bite ..., grossit"
"Eh bien ... Quand un homme est excité avec une femme qu'il aime, sa bite devient grosse." J'essaie de l'expliquer du mieux que je peux.
"Pourquoi?" demande-t-elle, me mettant dans une position inconfortable.

Je sais qu'elle est trop jeune pour que les oiseaux et les abeilles parlent, mais si je ne lui dis pas, elle demandera à maman, et cela pourrait me causer toutes sortes de problèmes.

« Eh bien… Hum… Quand un homme aime une femme, sa queue devient dure… Alors il peut la mettre… dans sa chatte.
"tu veux dire à l'intérieur de mon trou de chatte !?" dit-elle choquée.
"c'est fou ! Ça ne rentrerait jamais en moi !"
"Je connais Stace, c'est parce que tu es trop jeune, ça grossira quand tu seras plus âgé, alors tu pourras l'intégrer."
"Ok, alors tu mets ta bite dans la chatte de maman ?" elle a demandé, ce qui m'a choqué.
"Quoi!? Non! Bien sûr que non, pourquoi demanderais-tu ça?"
"Eh bien, tu as dit que tu l'avais mis à l'intérieur d'une fille que tu aimes, tu aimes maman, n'est-ce pas?" demanda-t-elle innocemment.
"Pas de la même manière Stace. Quand j'ai dit que tu l'as mis dans une fille que tu aimes, je voulais dire une fille dont tu es tombé amoureux."
"tu ne m'aimes pas !?"
"bien sûr stace, mais..."
"Alors tu le mettrais en moi ?"

J'étais sur le point de dire non, je ne ferais jamais ça, mais ensuite j'ai regardé ma petite sœur, elle avait l'air si douce dans la pénombre.
Ses cheveux auburn éraflés sur son visage après le long sommeil qu'elle avait eu.
Son nez boutonné et ses yeux d'un bleu pur, des bassins de beauté tempérée.
De petites taches de rousseur parsemant son visage, et ses lèvres, d'un rose rougeâtre parfait qui semblait dire que j'avais tellement envie de t'embrasser.
Et c'est là que j'ai réalisé que j'avais regardé ma sœur examiner sa beauté pendant un petit moment et réalisé qu'elle était plus belle que n'importe quelle fille que j'ai vue.
Ma bite était dure comme de la pierre, lancinante, voulant, non, ayant besoin d'être en elle.
Mais je ne pouvais pas, pas maintenant du moins, elle est trop jeune pour comprendre.
Elle en parlerait à quelqu'un et pire je la blesserais terriblement.

Maintenant, je devrais dire pour mémoire, j'aime ma sœur plus que quiconque lit ceci ne pourrait le comprendre, et je ne la blesserais jamais, quelle qu'en soit la cause.

« Stace écoute, les frères et sœurs ne peuvent pas faire ça, c'est méchant.
« Mais je t'aime Jack !
"et je t'aime stace, dieu, tu ne peux pas comprendre!"
"Je ne suis pas un petit enfant ! Je ne peux pas comprendre parce que tu ne me le diras pas !" me crie-t-elle.
Elle croise les bras en colère et se détourne de moi.
J'attrape un de ses bras doux et doux et la tire légèrement vers moi, elle décroise ses bras instinctivement et me serre fort dans ses bras.
"Ecoute Stace, quand et un homme s'aiment d'une manière différente de l'amour familial, ils ont des relations sexuelles, c'est ainsi que naissent les bébés."
"mais et si je t'aime plus que l'amour de la famille?" dit-elle

Je n'ai pas répondu, nous nous sommes juste allongés là, nous serrant dans nos bras, nous nous sommes finalement allongés et nous nous sommes endormis.
Je me suis réveillé pour trouver quelque chose qui m'a choqué, ma sœur était complètement nue et avait retiré mon boxer pour révéler ma bite durcie le matin.
Elle poussait son vagin sur ma bite pour tenter d'avoir des relations sexuelles avec moi, échouant lamentablement car ma bite monstrueuse était bien trop grosse par rapport à son corps très prépubère.

Je n'étais pas en colère, je savais maintenant que je voulais que cela se produise, mais je devais mettre un terme à cela.

"Qu'est-ce que tu fais Stace ?" J'ai dit doucement pour ne pas blesser ses sentiments
Elle a été choquée et décontenancée par mon réveil.
Elle s'est rapidement retirée, s'est retournée et s'est mise à pleurer.
Je la retournai et la serrai de nouveau contre moi.
La tête de ma bite reposait sur son nombril et son mont de chatte doux, minuscule et sans poils était poussé contre l'intérieur de ma cuisse.

« Stace, pourquoi as-tu fait ça ?
Elle resta silencieuse à l'exception de quelques cris étouffés.
"Allez Stace, je te promets que je ne me fâcherai pas contre toi"
"C'est... Eh bien... Je... Je t'aime vraiment."
"tu penses que c'est le cas maintenant Stace, mais tu ne penseras pas ça plus tard dans ta vie"
"Je t'aimerai, je t'aimerai toujours Jack, je veux que toi et moi ayons... des relations sexuelles et des bébés."
"Stace...!"
"Je sais que tu as dit que nous ne pouvions pas parce que c'est méchant...
"Ce n'est pas seulement la méchante Stace, je pourrais être enlevé à toi pour toujours et enfermé si quelqu'un voyait ou entendait parler de ça !"
... Alors on ne le dira à personne !"
"Quand tu seras plus grand, tu comprendras." Je l'ai embrassée sur la joue alors que j'avais l'intention d'en finir là, mais alors que je m'éloignais, elle a attrapé mon cou et m'a embrassé à fond.

Ses lèvres douces et veloutées se sont entrelacées avec les miennes et sa bouche s'est légèrement ouverte révélant le trésor de sa bouche, sa langue chaude est entrée dans ma bouche avec une expérience surprenante.
Je m'éloignai et la regardai, ses yeux innocents fixant les miens avec culpabilité et espoir.
Sans réfléchir, je l'ai embrassée à nouveau, cette fois en enroulant un bras autour de sa poitrine, la tirant vers moi tandis que mon autre main attrapait son cul dodu et le déplaçait vers ma bite, écrasant sa chatte contre ma jambe dans le processus.
Nos corps nus fusionnant ensemble, nous avons partagé le baiser le plus passionné que j'aie jamais connu avec une fille.

J'ai rompu notre baiser après une minute d'embrassement et j'ai commencé à lui parler tout en frottant lentement son corps de haut en bas avec ma main.
« C'est faux Stacy ! J'ai argumenté avec elle.
"Pourquoi!? Tu m'aimes et je t'aime, pourquoi est-ce mal? C'est si agréable et si bien."

J'ai essayé de trouver une raison plausible pour ne pas l'embrasser à nouveau, mais en vain. J'aimais vraiment ma sœur, et elle avait raison, pourquoi ne devrions-nous pas être ensemble ?

"Je te dirai ce que Stace, quand tu auras tes premières règles, je te demanderai ce que tu ressens encore pour moi, si tu m'aimes toujours... Nous serons ensemble..."

Articles similaires

Plaisir de la soirée pyjama_(0)

Si vous ne croyez pas au matériel des jeunes garçons, ce n'est pas une histoire pour vous. S'il vous plaît, faites-moi part de vos commentaires car c'est ma première histoire. Salut, je m'appelle Charlie. Je suis un garçon de 14 ans aux cheveux bruns. Je mesure 54 et je suis raisonnablement maigre. J'ai les yeux bleu-vert et je me suis toujours considéré comme hétéro, mais je fantasme de temps en temps sur les gars. Alors je vais vous raconter une petite histoire de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps..... C'était les vacances et je me détendais jusqu'à...

426 Des vues

Likes 0

Mais chérie, ce n'était qu'une danse, l'histoire de Linda

Suite à; Mais chérie, ce n'était qu'une danse. Linda raconte son histoire à un ami. Remarque : Il n'y a pas de sexe dans cette histoire À tous les lecteurs qui ont demandé qu'on réponde aux questions, merci. Mais chérie, ce n'était qu'une danse La suite Un autre hiver de Chicago était l'histoire. Aujourd'hui était le premier vrai jour de printemps. Alors que Linda sortait, elle pouvait sentir l'air frais et propre du matin. Elle se souvient du bruit de la pluie printanière sur le toit alors qu'elle et son mari faisaient l'amour la nuit précédente et comment cela ajoutait à...

854 Des vues

Likes 0

Première fois que je partage ma femme

Eh bien, je ne sais vraiment pas comment commencer cette histoire, alors sautons directement dedans. C'est une vraie histoire vraie qui s'est produite et maintenant je la partage avec vous tous. Une fois que vous avez fini de lire cette histoire et que vous êtes intéressé par des photos ou des vidéos, veuillez m'envoyer un e-mail à [email protected]. Ainsi, mon histoire a commencé environ 2 ans après mon mariage. Mais avant d'entrer dans les gros détails, laissez-moi vous parler de nous. Je m'appelle Ethan et je suis un homme hispanique de 25 ans et ma femme Angelina est une femme hispanique...

796 Des vues

Likes 0

Fête du regard

Londres est une ville agréable à vivre, surtout si vous êtes un étudiant qui va à l'université et qui aime faire la fête. Ce n’est pas nouveau et tout le monde le sait. Ainsi que tous les propriétaires. Avec leurs prix fous, on demande une chambre, il est parfois difficile pour les étudiants de garder la tête hors de l'eau surtout si leurs parents ne sont pas de Knightsbridge par exemple. Mais comme toujours, il y a quelques exceptions. En dehors du centre-ville, à quelques kilomètres au nord de Westminster, se trouvent en fait plusieurs maisons qui, disons, « sortent de...

450 Des vues

Likes 0

Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente. Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012. Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition. LA LITERIE DE LA BABYSITTER Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans. Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des...

1.2K Des vues

Likes 0

Secrets à huis clos

J'ai toujours eu un faible pour les hommes plus âgés. J'ai toujours aimé l'idée d'en avoir un pour moi, mais je n'ai jamais pu trouver quelqu'un qui sortirait avec une femme plus jeune. C'était jusqu'à ce que je rencontre Jonathon. Jon a travaillé dans un magasin de violons, fabriquant et vendant son travail. Il n'était ni grand, ni petit. Il avait une belle carrure et un beau visage. Jon travaillait le jour où je suis venu dans son magasin. Je lui ai demandé de me faire visiter les lieux. Il a arrêté son travail et m'a fait faire le tour du...

854 Des vues

Likes 0

Adorateur de bite - Partie 8

Adorateur de coq - Partie 8 Ainsi, à l'été 1994, j'ai décidé de déménager dans une petite ville appelée Alcolu, en Caroline du Sud, où vivait un homme qui avait une quarantaine d'années et il semblait être tout ce que je pouvais désirer. Il m'a dit qu'il avait du travail pour moi, ce qui était super. Il était très romantique dans ses lettres et ses conversations téléphoniques et mon cœur palpitait. Mes parents se demandaient si c'était la bonne décision, mais malgré cela, ils m'ont organisé une fête de départ avec toute ma famille et mes amis là-bas pour célébrer ma...

2K Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

1.1K Des vues

Likes 0

Nos vacances libératrices - partie 1

Alice et moi étions en vacances ensemble depuis plusieurs années. Deux fois par an, nous allions en Europe pendant une semaine pour profiter du soleil, car aucun de nos partenaires n'appréciait la chaleur. Nous avions tous les deux un travail trépidant et appréciions la détente que pouvaient offrir des vacances entre filles. J'étais une grande brune, avec de bons os, une grosse poitrine, je suppose qu'on m'appellerait amazonienne en termes de structure corporelle. Alice était petite, très blonde, avec une jolie paire de seins mais très fine et délicate. Nous avons toujours ri ensemble, détendus dans notre peau et à l'aise...

430 Des vues

Likes 0

...

318 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.