Lit la baby-sitter Ch 01

26Report
Lit la baby-sitter Ch 01

LA LITERIE DE LA BABYSITTER

Résumé : Une voisine lesbienne utilise Internet pour séduire sa baby-sitter innocente.

Remarque : bien que publiée en septembre 2010, cette histoire a été entièrement réécrite en octobre 2012.

Note 2 : Merci à MAB7991 et LaRacasse pour l'édition.



LA LITERIE DE LA BABYSITTER
Je m `appelle Megan. Je suis une femme célibataire de 35 ans avec un enfant de deux ans.

Jenny était la baby-sitter parfaite. Elle va dans une école privée et porte toujours la jupe à carreaux et les nylons jusqu'aux genoux (j'ai trouvé intéressant qu'elle porte des nylons jusqu'aux genoux et non des chaussettes comme la plupart des filles). Elle porte toujours ses cheveux châtain foncé en nattes ou en tresse et ses lunettes la font ressembler à une nerd ou à une geek, quel que soit le terme que vous préférez. Quoi qu'il en soit, Jenny était en terminale au lycée et avait eu 18 ans il y a quelques mois quand j'ai commencé à remarquer qu'elle vérifiait souvent mes longues jambes et mes gros seins. Ses regards constants m'ont fait me demander si elle était peut-être lesbienne ou au moins curieuse et a décidé de le découvrir.

Maintenant, je dois préciser que je suis informaticien et qu'un plan de séduction m'est pratiquement tombé dessus. Jenny a mentionné pendant qu'elle gardait un soir que son ordinateur fonctionnait lentement. Jenny m'a demandé si je voulais le regarder pour elle; Je lui ai dit que je le ferais, mais cela prendrait quelques jours.

Quelques jours plus tard, après avoir effectué une maintenance informatique de routine, son ordinateur fonctionnait aussi vite que lorsqu'il était neuf. Curieux de savoir ce qu'elle faisait en ligne, j'ai cherché dans son historique de recherche et j'ai appris qu'elle adorait un site appelé Literotica, un site d'histoires érotiques. En approfondissant son histoire, je pouvais dire qu'elle lisait principalement du porno lesbien et qu'ils suivaient principalement un format similaire de jeunes séduits par des plus âgés, de jeunes soumis. Mes soupçons étaient justes; elle était pour le moins curieuse d'être avec une femme, mais bien trop timide pour faire quoi que ce soit à ce sujet. Étant une personnalité dominante, des dizaines d'idées coquines ont rebondi dans ma tête. J'ai installé un système de suivi qui m'a donné accès à toute sa navigation sur Internet avant de lui rendre l'ordinateur quelques jours plus tard.

J'ai appelé Jenny pour lui dire que j'avais réparé son ordinateur. Elle est venue vêtue d'une adorable robe d'été à fleurs et j'étais toujours en train de planifier sa séduction. Je lui ai posé quelques questions, mais je l'ai d'abord félicitée.

« Jenny, tu es absolument adorable », la complimentai-je en posant ma main sur son épaule nue.

"Merci," murmura-t-elle, manifestement pas habituée à être remarquée. Même si elle était très jolie, elle ne le savait pas. Son style, ou son absence, cachait sa véritable beauté naturelle.

"As tu un petit ami?" demandai-je en retirant ma main. Une séduction réussie nécessite de lire la proie et de savoir s'il faut aller vite ou lentement et ce n'était certainement pas une séduction de type wham-bam-thank-you-ma'am.

"Non," dit-elle, incapable de me regarder dans les yeux.

"Vraiment!" dis-je en agissant surpris. « Tu es une si belle jeune femme, Jenny. Je ne peux pas croire que les garçons ne font pas la queue pour sortir avec toi.

"Je n'ai même jamais eu de rendez-vous", a-t-elle admis.

Je n'arrive pas à croire que, ai-je dit, tu es bien trop jolie pour avoir déjà eu trois ou quatre petits amis.

"Eh bien, je ne suis même pas sûr de vouloir sortir avec quelqu'un."

"Eh bien, ils sont épuisants", ai-je plaisanté.

Elle gloussa : « C'est ce que j'entends.

"Alors tu n'as jamais eu de petit ami. Et une petite amie ? demandai-je, ouvrant la porte au plan déjà en train de se formuler dans ma tête.

Le visage de Jenny était d'un rouge flamboyant ; elle n'était pas habituée à de tels compliments ou, comme je l'espérais. embarrassée à cause de son attirance pour les femmes. Elle a bégayé: "W-w-quoi? N-n-non, je..."

"Je plaisantais, Jenny," je l'ai sauvée, ma main allant à nouveau à son bras fugacement. "Bien qu'il n'y ait rien de mal à aimer les filles", après une longue pause, j'ai ajouté, en m'appuyant à nouveau sur le réseau complexe de séduction que je créais, "je le fais".

"Vous faites ce que?" demanda Jenny, ses yeux soudainement grands.

"Je ne sors qu'avec des femmes maintenant", ai-je admis, ajoutant, "après que cet abruti d'un ex-mari m'a quitté, Max et moi, j'ai décidé de changer de direction et cela a été une très bonne décision."

« V-v-tu es lesbienne ? Jenny balbutia, ses yeux clairement abasourdis par cette information.

« Vous ne saviez pas ? J'ai demandé.

"N-n-non," dit-elle, son visage le plus rouge possible.

"Désolé, si cela te met mal à l'aise," dis-je.

« Non, non, ça va », répondit-elle.

"Je trouve," dis-je dans l'espoir d'éveiller sa curiosité, "que seules les femmes comprennent ce dont les femmes ont besoin." Après une pause, j'ai plaisanté en lui tendant son ordinateur: «Eh bien, c'est probablement trop d'informations pour votre catégorie. Voici votre ordinateur, il fonctionne aussi bien que le jour où vous l'avez acheté. »

"Merci," dit-elle, l'esprit clairement ailleurs. "Combien je vous dois?"

« Que diriez-vous d'un baby-sitting gratuit un jour ? J'ai demandé.

"Bien sûr, n'importe quand, Mme Cameron," dit-elle.

Une fois qu'elle fut partie, je souris à notre conversation et au potentiel.

*****

Au cours des trois jours suivants, j'ai beaucoup appris sur elle. Elle allait toujours sur un site Web de musique et jouait de la musique en ligne tout en surfant. Ensuite, elle vérifiait toujours ses e-mails et avait son programme de chat MSN activé. Elle se rendait ensuite sur un site de conseils pour adolescents, lisait toutes les nouvelles questions et leur donnait souvent des conseils ou se contentait de commenter. Après cela, cela variait en cherchant des sites d'auteurs, en faisant des recherches pour les devoirs, etc. Mais elle terminait toujours la nuit en allant sur www.literotica.com et en lisant des histoires de sexe. Elle commençait toujours par les histoires les plus récentes, puis recherchait des histoires de sexe lesbien. Parfois, elle cliquait sur les titres, d'autres fois, elle utilisait le moteur de recherche pour rechercher des mots tels que : soumission, soumise, obéir, écolière, etc. Le nouveau jouet du professeur », « Bashful Betty » et le plus intéressant « Séduire la baby-sitter ». Il m'est apparu clairement qu'elle était une soumise à la recherche de quelqu'un pour la dominer. J'ai décidé de lui envoyer un message au sujet de quelques conseils qu'elle a donnés sur la question de relâcher la pression. La question était « Comment relâchez-vous le stress ? » Elle a répondu « Toutes les filles sont différentes. Et bien que je puisse donner des conseils sur presque tous les sujets académiques, je n'ai jamais été en mesure d'évacuer mon stress.

J'ai envoyé un mail qui disait :
Bonjour, je suis désolé de vous avoir envoyé un e-mail personnellement. Mais après avoir lu votre réponse, j'ai pensé que je devais vous répondre personnellement. J'ai beaucoup d'expérience pour aider les gens à évacuer le stress. Je dois vous dire que mon traitement est très peu orthodoxe et vous devez être très honnête avec moi si vous voulez une véritable libération. J'adore Mégane.

15 minutes plus tard, Jenny a répondu :
Merci pour cet email. J'apprécie vraiment cela. Je suis très curieux d'en savoir plus à ce sujet. Que dois-je faire ensuite ? J'adore Jenny.

Mon e-mail a essayé de creuser plus profondément et d'établir la confiance :
Quelles sont les choses qui vous stressent ?

Sa réponse n'est pas revenue pendant près d'une heure :
Beaucoup de choses. Je suppose que les choses habituelles au lycée : être populaire, avoir de bonnes notes, écrire des bourses d'études et avoir des relations, je suppose.

Essayant de creuser plus profondément, j'ai posé une question tout en rassurant qu'elle n'était pas différente de la plupart des adolescents :
Ce sont des stress très courants chez les adolescents. Est-ce que l'un d'entre eux cause un stress excessif?

Ce n'était que quelques secondes avant qu'elle ne réponde :
C'est juste difficile d'être soi-même au lycée, je suppose.

Après avoir construit une brève relation avec elle, j'ai essayé de la mettre en place pour mon plan :
"Si tu veux, je peux t'aider, mais j'ai besoin d'en savoir plus sur toi."

Sa réponse a été immédiate et clairement elle attendait son e-mail :
"Qu'avez-vous besoin de savoir?"

J'ai répondu par un avertissement, mettant en place ma toile de séduction, espérant qu'elle mordrait à l'hameçon :
Je vous enverrai un questionnaire, mais sachez que je pose des questions potentiellement gênantes. Ce n'est qu'en toute honnêteté que je pourrai vraiment vous aider avec plus que des conseils superficiels comme ceux que vous obtenez sur ce site pour adolescents.

Comme prévu, elle répondit presque aussitôt :
S'il vous plaît envoyez-moi l'enquête et je promets d'y répondre honnêtement.

Je lui ai dit que j'enverrais le questionnaire bientôt et j'ai passé une heure à réfléchir aux bonnes choses à demander. La séduction potentielle est une chose capricieuse et pourrait soit l'attirer, soit l'effrayer. Enfin, contente de mes questions je lui ai écrit :
« Chère douce Jenny, si tu es sérieusement intéressée, tu dois répondre aux questions suivantes. Vous devez être complètement honnête pour que mon traitement fonctionne. Si j'apprends que vous m'avez menti, j'arrêterai le traitement instantanément.

Après avoir vérifié mes questions, j'ai envoyé l'e-mail. Elle a répondu en quelques minutes.

Nom : Jenny
Âge : 18 ans
Couleur des yeux : Marron
Couleur des cheveux : Marron
Film préféré : Une promenade inoubliable
Groupe préféré : Tegan & Sara
Trois passions : lecture, écriture, cinéma
Quel est votre plus grand stress : entrer à Harvard.
Comment gérez-vous le stress : Musique, lecture
À quelle fréquence vous masturbez-vous : au moins une fois par jour, cela aussi libère du stress
Quand vous êtes-vous masturbé pour la dernière fois : Hier soir.
Pourquoi vous êtes-vous masturbé : c'est embarrassant, mais je fantasmais qu'une pom-pom girl de mon école me dise quoi faire. Elle ne reconnaît même pas que j'existe et elle est une garce pour tout le monde en dessous d'elle, mais je ne peux pas m'empêcher de penser à être dominée par elle.
Quel est ton fantasme le plus constant : Je fantasme aussi d'être séduit par une femme plus âgée qui m'apprend à plaire complètement à une femme.
Décrivez votre vie sexuelle : Mes doigts, je suis vierge.
Décrivez votre garçon et/ou fille idéal : Une femme plus âgée, puissante, compréhensive.
Qu'est ce que tu portes en ce moment? Je suis en pyjama rose.
Dernière question : Un secret que personne ne connaît à ton sujet : j'aime me masturber en portant des collants et sans sous-vêtements car j'aime la sensation soyeuse sur mes jambes et mon vagin. Je suppose que j'ai un fétichisme du nylon.


Les réponses de Jenny ont répondu à toutes mes questions et je savais qu'elle serait une proie facile. Mon prochain e-mail était le suivant :
Chère Jenny :
Merci d'avoir si bien répondu à toutes mes questions. Une telle honnêteté conduira à une guérison complète de vos problèmes de stress. Nous allons commencer le programme aujourd'hui. Mon tag msn est DrMeg. S'il vous plaît envoyez-moi un message dès que vous obtenez cela.

Quelques minutes plus tard, j'ai reçu un bip.
Jen78ph : Salut. C'est Jenny.

DrMeg : Salut Jenny. Comment vas-tu?

Jenny78ph : Bien.

DrMeg : Que signifie 78ph ?

Jenny78ph : 78 est un nombre aléatoire. Ph = collant.

DrMeg : Je vois. Où habites-tu? Je suis un américain vivant à Boston.

Jenny78ph : Pas question. J'habite à Boston aussi.

DrMeg : Très intéressant. Peut-être nous rencontrerons-nous un jour. Quoi qu'il en soit, vos réponses à mes questions ont clairement montré que vous manquiez de confiance en vous. Diriez-vous que c'est vrai

Jenny78ph : Je suppose que j'ai l'air moyen et que la plupart de mes camarades de classe me considèrent comme un nerd.

DrMeg : Je vois. La confiance commence par s'aimer soi-même. Par conséquent, je crois que votre apparence et ce que vous portez renforcent la confiance en soi.

Jeny78ph : Vraiment ???

DrMeg : Oui. Par exemple, je porte une jarretière et des bas en ce moment, avec une jupe et un pull moulant. Ceux-ci renforcent ma confiance car je reçois de nombreux regards d'autres hommes et femmes. Que portez-vous?

Jenny78ph : Juste un jean et un t-shirt.

DrMeg : Pourtant, vous aimez porter des nylons ?

Jenny78ph : Oui.

DrMeg : En ce moment, je veux que vous vous mettiez en nylon. Avez-vous des bas ou des nylons à hauteur de cuisse ?

Jenny78ph : Je n'ai que des collants. Que sont les hauts de cuisse?

DrMeg : Ce sont des bas avec un haut élastique pour les maintenir tout seuls autour de votre cuisse.

Jenny78ph : Oh, ma mère en a.

DrMeg : Pouvez-vous en trouver dans sa chambre ?

Jenny78ph : Oui, elle n'est pas à la maison.

DrMeg : Allez en mettre une paire, ma chérie.

Jenny78ph : Euh, d'accord. Je reviendrai dans quelques instants.

Environ 4 minutes plus tard.

Jenny78ph : Je suis de retour.

DrMeg : Que portez-vous maintenant ?

Jenny78ph : Des cuissardes beiges, une jupe longue et le même t-shirt.

DrMeg : Mieux. Maintenant, je veux que vous portiez une jupe suffisamment courte pour que les gens remarquent vos hauts de cuisse si vous êtes assis.

Jenny78ph : Maintenant ?

DrMeg : Oui, maintenant, ma chère.

Jenny78ph : D'accord… BRB !

Quelques minutes plus tard.

Jenny78ph : Je suis de retour et OMG, vous pouvez en effet voir le haut de ces choses avec cette jupe.

DrMeg : Bien. Tout dépend de votre perception. Vous devenez aux autres comment vous vous voyez.

Jenny78ph : Je ne veux pas être impolie, mais comment cela va-t-il m'aider à soulager mon stress ?

DrMeg : Le tout en temps voulu, ma chérie. Maintenant, je veux que tu te regardes dans le miroir. Que vois-tu?

Jenny78ph : Euh, toujours moi, même si j'ai l'air plus sexy.

DrMeg : Aimez-vous le nouveau look ?

Jenny78ph : Oui.

DrMeg : Si vous vous aimez, tout le reste prend soin de lui-même.

Jenny78ph : Est-ce si simple ?

DrMeg : Oui, la confiance se construit en s'aimant d'abord et en étant à l'aise avec qui vous êtes.

Jenny78ph : Je suppose que j'ai toujours été peu sûre de la façon dont les autres me voient.

DrMeg : Testons ma théorie.

Jenny78ph : Comment ?

DrMeg : Vous me faites confiance ?

Jenny78ph : Pour une raison quelconque, oui.

DrMeg : Bien. Alors habillée exactement comme tu portes maintenant, je veux que tu ailles au centre commercial et que tu t'achètes tes propres paires de cuissardes. Si possible, procurez-vous les couleurs suivantes : noir, blanc, rose et moka.

Jenny78ph : Euh, d'accord, mais ils verront tous mes bas.

DrMeg : Oui, ils le feront. Ils verront la nouvelle Jenny.

Jenny78ph : Qu'ils vont <rires>

DrMeg : Pendant que vous êtes absent, faites attention si quelqu'un remarque le nouveau vous. Alors envoie-moi un message quand tu reviens.

Jenny78ph : Serez-vous en ligne ?

DrMeg : Peut-être. Mais restez en ligne si vous êtes chez vous et que nous sommes obligés de nous connecter.

Jenny78ph : D'accord.

J'ai regardé par la fenêtre et j'ai regardé; quelques minutes plus tard, quand elle est sortie, habillée comme indiqué et a sauté dans sa voiture. Elle était aussi obéissante et soumise que je le pensais.

3 heures plus tard.

Jenny78ph : Salut, je suis de retour.

Jenny78ph : J'ai obtenu toutes les couleurs que vous avez demandées et j'ai également acheté une paire rouge. Ils étaient en vente, achetez-en 6, obtenez-en un gratuitement. J'ai donc eu une paire noire supplémentaire et une paire beige aussi.

DrMeg : C'est formidable d'entendre que vous avez si bien réussi. Qu'avez-vous ressenti en sortant habillé comme ça ?

Jenny78ph : Super en fait. Au début, j'étais vraiment gêné, mais après avoir surmonté l'anxiété initiale, j'ai ressenti une ruée soudaine. Je me sentais sexy, quelque chose qui ne correspond généralement pas à ma perception de moi-même. Quelques garçons semblaient me remarquer et la vendeuse était super gentille en me complimentant sur mon achat.

DrMeg : Je vous l'ai dit, comment vous vous habillez, c'est ce que vous ressentez.

Jenny78ph : Je me suis quand même sentie un peu salope.

DrMeg : S'habiller sexy ne fait pas de vous une salope. Coucher avec un tas de gens vous rend salope. Donc je déduis de vos réponses au questionnaire que vous êtes lesbienne ?

Jenny78ph : Euh… je ne sais pas… mes fantasmes concernent les filles, mais je ne suis pas dégoûtée par les garçons.

DrMeg : Pourquoi les femmes plus âgées ?

Jenny78ph : Je n'en ai aucune idée. Je suis plus excité par eux. Ils semblent si sûrs d'eux. Si puissant.

DrMeg : Je vois. Les femmes plus âgées ont de l'expérience, contrairement aux garçons adolescents.

Jenny78ph : Je ne sais pas.

DrMeg : Cette pom-pom girl sur laquelle vous fantasmez. Est-elle lesbienne ?

Jenny78ph : Non, elle sort avec un garçon à l'université.

DrMeg : Je vois. J'ai une tâche pour vous ce soir.

Jenny78ph : D'accord.

DrMeg : Écrivez un bref fantasme sur vous et la pom-pom girl et envoyez-le moi par e-mail.

Jenny78ph : Euh, je ne suis pas sûre de pouvoir faire ça.

DrMeg : Il n'est pas nécessaire que ce soit du porno, juste un fantasme détaillé. Cela m'aidera à vous aider.

Jenny78ph : D'accord, je vais essayer.

DrMeg : Je dois aller aider un autre patient. Je te parlerai demain.

Jenny78ph : D'accord. : )

DrMeg : Bonne nuit, ma chère.

Jenny78ph : Bonne nuit.

Je me suis déconnecté et j'ai regardé ce qu'elle faisait en ligne. Elle est allée instantanément à Literotica et a recherché des histoires. Après environ 20 minutes, elle s'est déconnectée. Elle a lu une longue histoire intitulée "The Complete Submission" que j'ai également lue, qui était une histoire de soumission incroyable.

Le lendemain matin, j'ai trouvé un e-mail de Jenny. Elle était BEAUCOUP plus créative que je ne le pensais :
Je quittais l'école quand je me suis souvenu que j'avais laissé un livre dont j'avais besoin pour finir de lire dans ma salle de sport. Je suis entré dans la salle de sport et j'ai vu Karen nue en train de s'habiller. Elle m'a souri et m'a dit "Hey Jenny, pourquoi ne prends-tu pas une photo, ça dure plus longtemps."

J'étais choqué qu'elle connaisse mon nom. Je me suis excusé avec un bégaiement, mes joues devenant instantanément rouges, "S-s-désolé."

Elle a demandé: "En fait, Jenny, tu peux me rendre service."

"Bien sûr," ai-je demandé, juste excité qu'elle parlait avec moi.

« Viens ici », dit-elle en me faisant signe avec un sourire que je ne pouvais pas lire.

Je me suis approché et j'ai été stupéfait quand elle a dit: "Tu as vérifié mon corps tout le semestre, n'est-ce pas, Jenny?"

Mon visage rouge rubis maintenant, j'ai de nouveau bégayé, essayant de cacher ma culpabilité, "N-n-non, je n'ai pas."

« Ne mens pas », sourit-elle en posant sa main sur mon épaule. "Tu as littéralement bavé sur moi."

Son contact m'avait secoué et je ne pouvais même pas terminer une phrase rationnelle. "Euh, je, je veux dire, je..."

Elle a gentiment, mais fermement, poussé sur mes épaules et mes jambes ont cédé alors que je m'agenouillais. "Il faisait très chaud aujourd'hui, Jenny et les entraînements de cheerleading étaient épuisants. Je me sens tellement mal », a-t-elle dit, en insistant sur le mot sale.

Mon visage était directement devant son vagin et je le regardais perdu dans mes pensées.

« Par quoi commences-tu, Jenny ? » demanda-t-elle, son ton laissant entendre qu'elle savait exactement ce que je regardais.

Je me suis forcée à m'éloigner de son vagin et j'ai regardé au-delà de ses gros seins et dans ses yeux.

Souriant sciemment, elle a dit : « Mon vagin a besoin d'être nettoyé, pourquoi ne me le nettoyez-vous pas ?

J'ai feint de protester, "Euh, je-je-je ne suis pas lesbienne."

"Moi non plus. J'adore baiser les garçons. Mais les filles sont bien meilleures pour lécher la chatte », sourit-elle, attrapant ma tête et m'attirant dans son doux sexe.

Je n'ai donné aucune résistance alors que j'étais entraînée dans mon premier acte d'activité lesbienne. J'ai étendu ma langue et pris contact avec son vagin.

Elle gémit: "Est-ce que la petite Jenny aime ma chatte?"

J'ai bégayé, déjà accro, "O-o-oui."

J'ai léché lentement de haut en bas les lèvres de sa chatte vaginale, essayant de lui plaire et de savourer son goût unique et addictif. Après quelques minutes, je me suis concentré sur son clitoris qui a fait trembler ses jambes et elle a laissé échapper un gémissement fort.

"C'est ça mon animal de compagnie, lèche bien ma chatte", ordonna-t-elle.

Être appelé animal de compagnie a fait mouiller mon propre vagin et j'ai continué avec impatience à plaire à la plus belle fille que j'ai connue à l'école. J'ai fait tourbillonner ma langue autour de son clitoris, je l'ai aspiré dans ma bouche. J'étais accro à son goût unique et je n'ai jamais voulu que ce moment se termine.

Soudain, sa main sur ma tête, elle a exigé: "Va te faire foutre, suce ma chatte, fais-moi jouir." Elle a tiré ma tête plus profondément dans son vagin et a commencé à bouger son corps sur mon visage. Étant toujours un plaisir pour les gens, je suis devenu un plaisir pour la chatte, léchant et suçant avec impatience alors que je pénétrais son vagin avec ma langue.

Ses gémissements ont augmenté et j'ai été bientôt récompensé avec le goût le plus doux que Dieu avait créé alors que son jus coulait d'elle sur ma langue, mes lèvres et mon visage. J'ai continué à étancher ma soif insatiable en voulant de plus en plus en me noyant dans ma soumission et dans sa perfection.

Une fois que son orgasme a suivi son cours, elle m'a regardé et a ordonné: "Déshabille-toi."

Je me levai et obéis, les mains tremblantes et commençai à déboutonner mon chemisier.

"Dépêche-toi, salope," dit-elle avec impatience.

J'obéis à nouveau, un mélange d'anticipation et d'appréhension se heurtant à mon esprit. Une fois nue, je ne me suis jamais sentie plus vulnérable alors qu'elle me regardait. Elle a commenté: "Pourquoi cachez-vous un si beau corps avec des vêtements aussi peu flatteurs."

Mon visage rougit à nouveau à un compliment de la fille sur laquelle j'avais fantasmé depuis toujours, la fille qui m'a fait reconsidérer ma sexualité. "Je-je-je ne sais pas."

"Tu ne sais pas à quel point tu es sexy, n'est-ce pas ?" demanda-t-elle en se dirigeant vers moi.

"Euh, je", balbutiait incapable d'achever une réflexion complète, se noyant dans les compliments et dans le désir d'être touché.

En me rejoignant, elle a demandé, son doigt se déplaçant lentement entre mes seins, "Voulez-vous que je mange votre chatte?"

"Oui," murmurai-je, presque inaudible.

«Pardon», a-t-elle demandé, son doigt glissant lentement vers mon mamelon droit en érection.

"Oui, s'il te plaît," gémis-je à son contact.

"Oui quoi?" demanda-t-elle, ses doigts pinçant mon mamelon.

"Aaaaah, s'il te plaît, lèche mon vagin," gémis-je en me donnant à elle.

"Vagin," rit-elle doucement, ses doigts serpentant vers mon autre mamelon. « Comment pouvez-vous appeler votre boîte de bonbons ? »

J'ai fait une pause, je n'ai presque jamais juré, mais ses doigts pinçant mon mamelon m'ont distrait et excité. "Ma chatte," gémis-je à nouveau, un mélange de plaisir et de douleur.

"Quoi d'autre?" demanda-t-elle, son doigt voyageant maintenant lentement vers le sud.

Voulant qu'elle me touche là, qu'elle me lèche, j'ai répondu: "Ma chatte, s'il te plaît, touche ma chatte."

"Bonne fille," gémit-elle, se penchant en avant et prenant mon sein dans sa bouche alors que son doigt traçait les lèvres humides de ma chatte.

Je tremblai et poussai un gémissement incontrôlable.

Elle m'a poussé sur le banc et s'est déplacé entre mes jambes tremblantes. En me regardant, elle a demandé: "Dis-moi ce que tu veux, mon animal de compagnie."

« Mange ma chatte », ai-je exigé. "Je dois venir tellement baaaaaad."

"Dis-moi que tu es une salope de lesbiennes", a-t-elle demandé en retour, effleurant mon clitoris avec sa langue.

Tout mon corps a tremblé d'un seul toucher et j'ai déclaré ma sexualité sans hésitation. "Je suis une salope de lesbiennes. J'adore lécher ta belle chatte et je serai ton esclave lesbienne qui se met à genoux n'importe quand, n'importe où pour avoir juste un avant-goût de ta perfection.

"Putain, c'est chaud," ronronna-t-elle, enfouissant son visage entre mes jambes. Alors que sa langue faisait de lents coups de pinceau sur ma chatte, ma respiration devint lourde. Habituellement, cela prend un certain temps à venir, mais en quelques minutes, je pouvais sentir l'éruption volcanique de la luxure bouillonner à l'intérieur.

"Oh mon Dieu, putain, ma chatte brûle", gémis-je, alors qu'elle glissait un doigt en moi.

Elle a accroché son doigt dans mon enfer et a commencé à tapoter sur mon point G.

J'ai eu spasme sur spasme comme un épileptique tandis que le volcan, endormi depuis la nuit des temps, bouillonnait. J'ai ressenti des feux d'artifice dans ma tête, des frissons dans tout mon corps et une euphorie que je ne savais pas possible lorsque mon orgasme a frappé.

"Aaaaaaaaaaaaaaaaaah, putain, putain, putain, putain, putain", ai-je crié, balbutiant de manière incohérente alors que mon cerveau devenait vide et que l'illumination sexuelle se déversait en moi.

Elle a retiré ses doigts de moi alors que l'orgasme sans fin continuait à travers mon corps. Elle se pencha et m'embrassa. Je pouvais goûter mon propre jus sur ses lèvres ; c'était si coquin, si doux et si naturel.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et elle rompit le baiser. En me regardant dans les yeux, elle a souri et a dit : « Tu comprends que tu es maintenant ma propriété. Vous serez notre petit plaisir de chatte de pom-pom girl. Comprenez vous?"

J'ai hoché la tête, sachant que je ferais n'importe quoi pour la goûter à nouveau, pour ressentir ce sentiment d'utopie que je venais de ressentir.

"Demain, tu vas devenir le plaisir personnel de l'équipe de cheerleading", a-t-elle promis.

"Oui, Maîtresse Karen," répondis-je.

Je ai été impressionné. Elle avait écrit un fantasme digne de Literotica et m'avait donné une pléthore d'informations sur son esprit jeune et soumis.

Cette nuit-là, elle était sur MSN clairement stressée par ce qu'elle m'avait envoyé.


Jenny78ph : Vous êtes là ?

Jenny78ph : Cette histoire était tellement embarrassante ; Je ne peux pas croire que je l'ai envoyé. J'ai été stressé à ce sujet toute la journée en pensant à ce que vous devez penser de moi.

J'ai attendu quelques minutes avant de répondre, ne voulant pas avoir l'air moi-même impatient.

DrMeg : Salut, ma chère. Il n'y a aucune raison d'avoir honte. La fantaisie est naturelle et constitue un excellent moyen de soulager le stress.

Jenny78ph : Vraiment ?

DrMeg : Bien sûr. Je fantasme aussi.

Jenny78ph : À propos ?

DrMeg : Beaucoup de choses. Votre fantasme m'a beaucoup excité et m'a beaucoup parlé de vous. J'ai apprécié à quel point le fantasme était réel, vous pourriez probablement écrire pour Literotica avec votre esprit méchant.

Jenny78ph : Vraiment ? OMG, je suis tellement gêné.

DrMeg : Oui vraiment. Mais ne sois pas gêné, sois fier. En écrivant votre fantasme, vous avez permis à vos frustrations refoulées de se libérer et à votre véritable désir sexuel de prendre vie. Je suppose que tu es descendu la nuit dernière après l'avoir écrit ?

Jenny78ph : Oui… deux fois.

DrMeg : J'ai donc beaucoup appris de votre fantasme, au fait.

Jenny78ph : Comme quoi ???

DrMeg : Vous êtes très intelligent, mais peu sûr de vous.

Jenny78ph : Vrai et vrai.

DrMeg: Vous stressez facilement et n'avez pas de véritable exutoire pour évacuer votre stress, donc je suppose que vous lisez ou regardez beaucoup de porno en ligne.

Jenny78ph : OMG ! <rougissant>

DrMeg : Ai-je tort ?

Jenny78ph : Non, je lis beaucoup en ligne.

DrMeg : Beaucoup de quoi ?

Jenny78ph : Du porno, principalement du porno lesbien.

DrMeg : Et je suppose que c'est du porno lesbien où une personne en séduit une autre.

Jenny78ph : Oui <rougissant>

DrMeg: et je suppose aussi que c'est une femme où une femme domine et contrôle une autre.

Jenny78ph : Suis-je si transparente ?

DrMeg : Et vous êtes le soumis, parce qu'après avoir été nerveux et stressé à l'école ou au travail, vous voulez simplement lâcher prise et qu'on vous dise quoi faire.

Jenny78ph : OMG, oui ! <rougissement mortifié>

DrMeg : Doigtez-vous pour moi, ma chère.

Jenny78ph : Oui, madame.

DrMeg : Bonne fille. Il est maintenant temps de passer à la prochaine étape de votre traitement. Voulez-vous qu'une maîtresse en ligne vous guide dans votre tentative de découvrir votre vraie sexualité ?

Jenny78ph : Oui !!!!!!!!!

DrMeg : Et vous obéirez à mes instructions sans hésitation ?

Jenny78ph : oui, madame.

DrMeg : Vous n'avez pas appelé cette pom-pom girl Maîtresse ?

Jenny78ph : Désolée, oui Maîtresse, j'obéirai à TOUTES les instructions.

DrMeg : Maintenant, glissez deux doigts dans votre douce chatte et venez chercher Maîtresse Megan.

DrMeg : Viens maintenant, mon animal de compagnie.

DrMeg : Maintenant !!!

Jenny78ph : Kkkkkk, Comiiiiiiiiiiii !!!!

À ce moment précis, j'ai décroché le téléphone qui a appelé son numéro de portable. Étonnamment, elle l'a décroché à la quatrième sonnerie. Sa respiration était étouffée et il était évident qu'elle avait obéi à mes instructions.

"Salut, Mme Cameron," dit-elle, sa voix rauque.

"Vous ok?" ai-je demandé, bien que je sache exactement pourquoi elle respirait ainsi.

"Désolé, je viens de finir de m'entraîner", a-t-elle couvert de manière impressionnante.

"Je déteste demander à la dernière minute, mais j'ai désespérément besoin d'une baby-sitter ce soir", ai-je dit, ajoutant: "Avez-vous une chance d'être un cher et de venir?" J'ai secoué la tête quand j'ai réalisé que j'avais utilisé le mot "cher". Heureusement, elle n'a pas fait la corrélation que sa voisine Megan et la maîtresse en ligne étaient une seule et même personne.

Par son hésitation, je pouvais dire qu'elle ne voulait pas, elle voulait continuer à discuter avec moi. J'ai donc envoyé un message rapide.

DrMeg : Désolé, mais je dois y aller. Nous poursuivrons notre conversation demain, est-ce clair, ma chère ?

Au téléphone, j'ai supplié: "Désolé, Jenny, mais je suis tellement désespéré, s'il te plaît, je te paierai le double."

"Bien sûr, bien sûr", a déclaré Jenny, comme d'habitude, elle ne peut pas dire non, les gens se font plaisir, sacrifiant toujours son temps pour aider les autres.

"Vous êtes une bouée de sauvetage," dis-je avec reconnaissance. « Pouvez-vous être ici dans une heure ? »

« Bien sûr, Mme Cameron », acquiesça-t-elle.

« Vous pouvez m'appeler Megan », ai-je dit, laissant tomber un autre indice de ma double identité.

Jenny a dit: "OK, Megan, je serai là à huit heures."

"Huit, c'est génial", ai-je plaisanté, avant d'ajouter, "A bientôt."

J'ai raccroché et j'ai vu que Jenny avait poursuivi notre cyberconversation.

Jenny78ph : Ça va, je dois aller garder mon voisin dans une heure.

DrMeg : Amusant. Je sors tout de suite. J'ai rendez-vous avec ma copine.

Jenny78ph : Comme une amie qui est une fille ou une "petite amie".

DrMeg : Honnêtement, elle est une de mes esclaves. J'ai quelques femmes qui me servent sexuellement.

Jenny78ph : ???

DrMeg : Je plaisante.

Jenny78ph : Ah.

DrMeg : En fait, voulez-vous connaître un de mes secrets ?

Jenny78ph : Oui.

DrMeg : Je ne plaisantais pas. J'ai une femme qui vient ce soir et que je vais utiliser pour évacuer mon stress. Lorsque vous serez prêt et plus confiant, vous pourrez également évacuer votre stress par le sexe.

Jenny78ph : Je ne suis pas sûre d'être un jour aussi confiante.

DrMeg : Je promets que nous trouverons votre endroit heureux. Vous avez déjà commencé la transition.

Jenny78ph : D'accord.

DrMeg : Je veux que vous fassiez quelque chose pour moi.

Jenny78ph : Bien sûr.

DrMeg : Lorsque vous allez faire du babysitting, je veux que vous portiez la jupe la plus courte que vous ayez et des cuissardes assorties.

Jenny78ph : Pour faire du baby-sitting ?

DrMeg : Oui. Allez-vous faire ce que je dis ?

Jenny78ph : Oui, désolée de vous avoir posé des questions.

DrMeg : C'est bon. Je dois aller me raser pour ce soir. Rasez-vous votre endroit spécial?

Jenny78ph : Je le coupe.

DrMeg : Assurez-vous qu'il est bien taillé avant de sortir ce soir.

Jenny78ph : D'accord.

DrMeg : Je dois y aller. Je te parlerai plus tard demain.

Jenny78ph : Ok, merci… Au revoir.

Je me suis préparé pour mon faux rendez-vous. Je sortirais pendant environ une heure pour que mon plan se concrétise. J'étais vêtue d'une jupe en cuir noir, de bas beiges et d'un chemisier rouge. Jenny est arrivée vêtue d'une de ses jupes d'école à carreaux, de hauts de cuisse moka et de son chemisier d'école blanc. On pouvait clairement voir qu'elle portait des cuissardes.

"Wow, tu es très adorable, Jenny," la complimentai-je. "Avez-vous un rendez-vous tard dans la nuit?"

"Merci Mlle Cameron. Tu es jolie aussi et non, j'essayais juste quelque chose de nouveau et je n'ai pas eu le temps de changer.

"Eh bien, ça marche vraiment," dis-je en serrant doucement son épaule. "J'ai un rendez-vous galant. Max est déjà endormi, vous pouvez donc regarder un DVD si vous le souhaitez. Je pense que vous aimerez le DVD dans la machine, c'est un grand film.

« Ok, amusez-vous », a-t-elle dit avec sa pétillante habitude.

"Oh, je le ferai", ai-je dit très timidement.

Après mon départ, je me suis rendu dans un magasin pour adultes à proximité et j'ai acheté un nouveau gode-ceinture plus petit que j'espérais utiliser sur ma jolie baby-sitter plus tard ce soir. Après avoir pris une bouchée rapide à manger, je suis rentré chez moi et me suis faufilé par la porte arrière silencieuse comme une souris.

De la cuisine, j'ai vérifié ma baby-sitter.

Elle était sur le canapé, les jambes ouvertes et sa main supposée se faire plaisir alors qu'elle regardait une scène de moi baisant la chatte d'une jolie étudiante de 21 ans que j'ai séduite il y a quelque temps. La fille, une douce joueuse de volley-ball soumise nommée Allison, criait "Oui maîtresse, baise-moi, frappe ma chatte serrée." J'ai laissé la scène se dérouler pendant quelques minutes et assez longtemps pour entendre les doux gémissements de Jenny avant de décider qu'il était temps pour moi de «rentrer chez moi». Je me suis faufilé par la porte arrière et suis entré par la porte d'entrée. Je l'ai fermé silencieusement pour éviter de surprendre ma baby-sitter en pleine auto-plaisir. Les sons du DVD résonnaient dans toute la maison : « Oui maîtresse, frappez-moi, j'arrive. Quand je suis entré, Jenny s'est précipitée pour se couvrir, mais n'a pas pu à temps.

J'ai regardé la télévision, un sourire narquois sur le visage et j'ai dit une fausse surprise : "Oups, ce n'était pas le film que vous étiez censé voir."

Elle a bégayé, s'est excusée et m'a supplié "Je-je-je suis tellement désolée, Miss Cameron. P-p-p-s'il te plaît, ne le dis pas à ma mère.

Ses joues rouges étaient à la fois la culpabilité indéniable de ce qu'elle faisait et pourtant aussi la honte qui accompagnait le fait d'être prise dans une position aussi compromettante. "Ça va, ma chérie, la masturbation est naturelle."

"Je-je-je suis tellement, tellement, tellement désolée", a poursuivi Jenny, son embarras si mignon pour moi.

"En fait, le fait que vous vous masturbiez devant une vidéo de moi et de ma soumise Allison est assez flatteur", pensai-je. « Qu'est-ce qui t'a excité ? »

"Je-je-je ne sais pas", a-t-elle répondu, clairement dépassée par la conversation.

« Était-ce moi avec un gode-ceinture ? demandai-je en m'approchant. "Ou était-ce Allison en train de se faire baiser?" demandai-je en jurant devant elle pour la première fois. Lorsque je l'ai atteinte, ma main a pris la sienne dans la mienne et je l'ai tirée vers le haut et lui ai demandé: "Ou voudriez-vous que ce soit vous à quatre pattes qui se fasse baiser par ma grosse bite à ceinture?"

Sa bouche s'ouvrit et elle resta sans voix. Sa bouche se mit à parler, mais aucun mot ne sortit. Ajoutant à sa confusion, je me penchai et l'embrassai. Au début, c'était doux et doux, mais une fois qu'elle a répondu, timide au début, j'ai utilisé ma langue pour écarter ses lèvres. Elle a de nouveau répondu et nos langues ont dansé dans la bouche de l'autre. L'urgence du baiser augmenta lorsque mes mains glissèrent le long de sa taille et sous sa jupe. The background noise of Allison coming enhanced the intensity of our kiss.

I finally broke the kiss and asked, “What does my Jenny78ph want?”

“Pardon?” she asked, the words not immediately connecting with the reality.

My hand traced her pussy lips on top of her very wet panties. “Hmmmm, you are very wet, Jenny78 pantyhose.”

She let out a soft moan from my touch. “H-h-how do you know my MSN name?”

“Oh, Jenny, Jenny, Jenny. Have you not figured it out?” I smiled, my finger tapping her protruding clit.

Her breathing increased, and my finger was clearly causing her to be so distracted she could not make the obvious correlation.

Finally, I asked, “What is my first name, Jenny?”

“M-M-Megan,” she moaned. I watched her face and her lips as she moaned with desire. It was so adorably cute as the light bulb came on and her face went to astonishment. She asked, her words came out stunted as my finger continued putting pressure on her clit, “Oh, um, wait, oh my God, are you DrMeg?”

“The one and only,” I purred, as my finger slipped underneath her soiled panties.

“I-I can’t believe it,” she said, still clearly bewildered by my revelation.

“Yes, my dear and I am about to relive all your stress and confirm all your curiosities,” I confirmed, my finger now between, but not in, her wet pussy lips.

“But how?” she asked, clearly overwhelmed by this new knowledge.

“I always thought you were sexy, shy but sexy. When I fixed your computer I searched for clues and saw the sites you usually frequent,” I explained, before adding with a playful smile. “By the way, for future reference you should erase your daily history so people like your Mom or conniving neighbors don’t learn all your secrets.”

“Aaaaaaah,” she gasped as my finger slowly penetrated her fevered pussy.

“Jenny it is all right. You are a lesbian and submissive; I am a lesbian and dominant,” I explained.

Jenny still trying to get the whole ordeal straight in her mind stood there in a sexual trance. Her mind trying to process the bizarre reality that was currently happening while her body begged for the attention it had long craved.

“Jenny, I know exactly what you need.”I said gently, “even if you don’t. You are submissive and a people pleaser, as your naughty story clearly showed. You want to explore your sexuality but don’t know how to even start. I am here to help you, Jenny.”

Jenny looked me directly in my eyes. I smiled. She looked tentative, yet I knew she had already made up her mind.

“If you want Jenny, I will teach you how to be a good submissive pet and how to pleasure a woman properly and in return be pleasured,” I continued, my finger now deep in her just lingering inside her warmth.

“Please,” she whispered.

“Please what?” I asked, my mouth leaning into her ear.

“Please, don’t stop,” she again whispered, such words difficult for her to say.

“Please don’t stop what?” I questioned, pushing her deeper into admitting her desires and needs. I responded by moving my finger ever so slowly in her.

“P-p-please, don’t stop fingering me,” she admitted, her breathing getting heavier.

“Do you want to come?” I asked, nibbling on her ear.

“God, yes,” she moaned.

“I do need to make something very clear, my dear,” I whispered, my tongue darting in and out of her ear.

“Whaaaat?” she asked, clearly distracted by my finger in her pussy and my tongue in her ear.

“If you want we will make love today. I will take you to new levels of euphoria you have only imagined. You will taste your first pussy and I will fuck you,” I explained. Suddenly I wondered if she was a virgin. I asked, “Jenny, are you a virgin?”

“Yes,” she admitted, as if such a declaration was something to be ashamed of.

“It’s ok, Jenny,” I soothed. “It is nothing to be ashamed of. You are confused about your sexuality, and tonight I will help you discover your true sexuality.”

“Kkkkkk,” she whimpered, my finger causing her great pleasure, a constant teasing distraction.

“But if you submit to me tonight, I will expect you to be my submissive. If you agree, you must obey every order I give without hesitation. I do not tolerate disobedience. I know what you need and crave, but I expect unconditional loyalty in return.”I explained, my finger touching, ever so briefly, her g-spot. Her legs trembled and I added, assuming her true submissive nature would take over, “If you do not want to submit to me, if you are not ready to agree to my terms, you may leave. We will pretend this never happened, I will still pay you for the night and you will be free to continue to babysit Max if you are comfortable with knowing what you now know.”

Her mind was clearly processing all my terms, all my words and all the things I was doing to her body. If there was an internal struggle between good girl Jenny and sexually curious Jenny it was a short one.

Going for broke, confident I had read her right, I said, backing up a few feet to admire her, “My sweet dear Jenny, it is time. If you are want me to become your mistress you simply need to undress for me.”

Jenny’s eyes never left mine as she obeyed my order instantly and started to unbutton her blouse. Her hands trembled slightly, but slowly she tossed her blouse on the floor. Her small, perky breasts peaked out from her white lace bra.

“You are very beautiful Jenny,” I encouraged. “Please take off the skirt.”

Jenny obeyed sliding the skirt down her stocking clad legs. She was now in front of me in her bra, white panties and mocha thigh highs. I looked down and saw her toenails were painted purple. She looked so adorable and good enough to eat.

I walked back to her and as my hand touched her skin she shivered. She looked pleadingly into my eyes, secretly begging for me to please her. I moved in for a kiss so soft, just brushing her tender lips. I then moved to her ear. I nibbled on her ear lobe, my hot breath flowing into her ear. She quivered and let out a soft moan. I then whispered, “Jenny.”

She whispered back, almost inaudible, “Yes.”

“Are you ready?”

“Yes.”

I moved down her neck, giving gentle soft kisses. I got to her breasts and unhooked her bra. I licked, nibbled and sucked on her perky firm breasts. I teased her nipples; I splattered her with butterfly kisses. Her breathing again increased in desire. My tongue slid down her belly. I reached her panties and slowly, seductively, slid them off. Without instructions she lifted her foot to allow them to fall to the floor. The ripe young lesbian-to-be stood before me naked, except for a pair of thigh high stockings. I gave her one gentle lick on her newly trimmed pussy and allowed my tongue to roam down her left leg. I lifted her foot to my mouth and took each delicate toe into my mouth. Her breathing got heavier. I moved back up to her delicious pussy and gave her one more long, wide lick, before sliding down her right leg and replicated the toe sucking. I moved up, kissing behind her knee, her mid thigh, her clit, up her belly and then her lips. She eagerly kissed me back, moaning in my mouth with a new determined hunger.

I broke the kiss, reached for her hand and led her to my bedroom. I laid her on my bed and kissed her again. Our tongues twisted and turned, danced and twirled. I moved back down and asked, “Does my dear want her pussy licked?”

“Yes,” she moaned.

“Tell me what you want, my pet,” I purred, my hot breath on her pussy.

“I want you to lick me,” she moaned.

“Where?” I asked, again pushing her to say the words.

“My pussy, please lick my pussy Megan,” she pleaded, an intense desperation in her voice which was adorably sexy.

“Good girl,” I purred and leaned forward to lick her virgin pussy. Her nectar was so sweet and she was already dripping wet. I knew her first orgasm would come quick as her moans implied she was already close to climatic bliss. I licked her with long, wide strokes and her moaning increased. I could tell her orgasm was imminent as I took her swollen clit in my mouth and sucked it in.

She screamed, “Oooooooo myyyyyyyyyy god.”

Her orgasm quaked through her and the shy, reserved babysitter came sexually alive. As she writhed and screamed from her first real sexual orgasm, I continued pleasing her, already attempting to build a second orgasm in my new pet even as the first one had not yet subsided. I continued licking, sucking and nibbling her clit, while I slid a finger inside her warm hole and pumped it in and out. Jenny screamed, “Oh my god, don’t stop, yes, yes, it feels so good.”

I continued to heat her up, get her revved for more and after a few more minutes of licking and fingering, I suddenly stood up.

She whimpered, “Noooooo.”

“Get on all fours,” I ordered, adding, “And don’t you dare touch your cunt, is that understood?”

“Kkkk,” she moaned, obeying the order and clearly desperate to come again.

I went downstairs; pulled out the new strap-on I had bought for this very occasion and returned to a hungry suddenly insatiable teenager.

Once back in the room, I slipped out of my outfit, while my babysitter watched on with bated breath. Like Jenny, I was soon naked except for my stockings. I asked, “Does my pet babysitter want to get fucked?”

“So bad,” she answered, staring at the cock in my hand.

I put the harness on and sauntered over to her. “Has Jenny ever sucked a cock?”

“No,” she said, shaking her head.

“Does she want to suck mine?” I asked, my cock now directly in front of her.

“Yes, ma’am,” she answered.

“When we are alone, I am your Mistress, Jenny. Is that understood? You do want a Mistress, don’t you?” J'ai demandé.

The hesitation was brief before she responded as expected, “Yes, I understand, Mistress Megan.”

“Good girl,” I purred, knowing that a true submissive lives and breathes for compliments. “Now suck my cock, my pet.”

She leaned forward and took my plastic cock in her mouth. Watching my cute, shy, sweet teenage babysitter slowly bobbing up and down on my cock was one of the hottest moments of my life. Anytime I have turned a straight girl, or pulled a bi-curious girl into the world of lesbian submission I get a joy and sense of accomplishment I cannot explain. I don’t do it just for the personal pleasure (although that is very rewarding too), I do it to liberate young woman from the sexual expectations that hold them back. Jenny wanted to be a lesbian, Jenny is submissive and I just pushed her over the edge to discover her true nature, to accept her true sexuality. Jenny started slow, but soon was moving faster and I briefly imagined she would be a great cocksucker if she was ever to try to play the straight card.

Finally, I pulled my cock out of her perfect mouth and asked, “Jenny, my pet, are you ready for your mistress to fuck you.”

She looked me straight in the eye and surprised me for the first time. “Please, fuck me mistress. I need your cock in me so fucking bad,” she begged, her foul language so out of character.

I joined her on the bed and moved behind her. I rubbed my cock up and down her pussy lips and was again surprised when she moved back taking my cock inside her.

“You naughty little slut,” I quipped playfully.

“Oh God,” she moaned, “Please fuck me Mistress.”

Never one to deny such a request, I put my hands on her hips and began to slowly slide my cock in and out of her sweet pussy.

She was so drenched, my cock filled her completely and as I started pumping in and out she began to get animated. The shy, reserved nerd, begged, “Fuck me, harder, harder. Fill my pussy completely. Make me your whore.”

Watching her complete transformation was so hot and I again obliged my body thrusting into her. Her body got involved too and she began meeting my thrusts, attempting to get my cock deeper inside her.

As her moans increased, I demanded, “Your pussy is a cunt, my slut. Beg for me to fuck your tight cunt.”

“Oh God, Mistress, pound my cunt with your cock, it feels sooooo good,” she moaned.

We continued fucking for a few more minutes, sweat pouring off of both of us as our bodies collided and became one.

Finally, her breathing was undeniable and she screamed, “I’m coming again, Mistress, oh my God, oh my God, yes, yes, fuuuuuuuuck.”

She collapsed forward and I continued pumping her pussy from a new deeper angle. Her orgasm clearly was giving quiver after quiver of pleasure as I slowed my fucking and watched her, my cock buried deep inside my no longer a virgin babysitter.

Finally, I pulled out of her beautiful cunt, took my shiny with her juice cock off and went and got a couple of glasses of water. I returned and she had not moved an inch. I handed my exhausted pet a glass of water and sitting up she downed the whole glass. She looked me straight in the eye and said, “Let me please you. I want to please you.”

Joining her on my bed, I smiled and promised, “Jenny. You will be pleasing me many, many times. Now crawl between my legs and please your Mistress.”

Eagerly, Jenny repositioned herself and crawled between my stocking-clad legs. She looked at my completely shaved pussy, my pussy lips slightly wet and my swollen clit with the awe of an innocent virgin.

“Go ahead, my pet,” I purred, “Lick Mistress’s cunt.”

She actually smiled and again surprised me. “I have wanted to do this for a long time.”

“Do what, lick pussy?” J'ai demandé.

“No, lick your pussy, Mistress,” she answered, admitting, “I have fantasized about you for forever.”

It was my turn to be surprised. “Really?” I asked, suddenly not completely in control.

“Really, really,” she smiled, leaning forward and extending her tongue. I moaned on contact, my pretty babysitter between my legs licking me so sexy. For a pussy licking rookie, she was very good. She licked, she sucked, she probed with her finger. She was like an explorer trying to taste, search and learn about every aspect of my cunt.

After a few minutes of her eager tongue, I was close and moaned, “I’m close, my pet slut, sooooo close.”

She took my clit in her mouth and put intense pressure on it and began shaking her head from left to right. This was something I had never experienced and I began breathing heavy, my own orgasm now imminent. “Oh, yes, Jenny, fuck that is so good, more, more.”

Out of the blue, she surprised me yet again as she slid a finger in my ass. It triggered the explosion of my orgasm and I flooded my juices all over my adorable cute babysitter’s face. “Oh fuck, you nasty sluuuuuuut, I’m comiiiiiing.”

She continued teasing my ass, sucking on my clit and fingering my pussy while my orgasm waved through me. The intensity of the orgasm more powerful than usual, I finally had to push her away. “Fuck, that was amazing, my pet,” I whimpered, as I closed my legs and allowed the last of the orgasm to pulse through.

She moved up and leaned beside me smiling like a kid on Christmas morning. “I read that last move in a story online.”

I laughed. “Well, keep reading that was amazing.”

She asked, her smile fading to serious, “Does it always feel this amazing?”

“It can. Although you should understand, that I was very gentle with you tonight. I won’t always be,“ I warned.

“I understand. I want you to dominate me. I want you to treat me like a slut,” she answered, the words out of her sweet lips seeming so sinfully delicious. “All my fantasies are of being treated like a slut. Being forced to do things I would never do on my own.”

“You are going to make a great slave,” I comforted back, kissing her again. Once the tender kiss was broken, I look at the clock and realize it has been almost two hours. I kiss her again and said, “You understand that I will share you with friends. I will take you to places you have not even imagined.”

Her eyes went big, but she replied like a good submissive. “I understand and eagerly await what you have in store for me.”

I got on all fours and said, deciding to test her utter loyalty, “Lick my asshole.”

“Yes mistress,” she replied, crawling behind my ass. She pulled my ass cheeks apart and after a brief hesitation leaned forward and began licking my dark dime. Such an eager submissive, she worked hard to slip her tongue deep inside my ass. Her eagerness to please was so fucking adorable and sexy.

Her submission keeping me horny, I ordered, “On your back, my pussy pleaser.”

She again obeyed and I straddled her face. Without instruction, she licked my pussy and time stood still as my new pet pleasured me. Finally, a second orgasm was building and I began rubbing my pussy all over her sweet face until I came, flooding her face again with my cum.

Getting off of her, I smiled and said, “You look absolutely adorable with your face shiny with cunt cum.”

“Thanks, Mistress,” she replied, like a good girl.

“Wait here,” I ordered and returned a minute later with my camera. “Let’s take a picture to remember this special day.”

I thought she may balk on this suggestion, but instead sat up and posed. I snapped a few pictures of her cunt cum covered face, her make-up smeared.

Putting the camera down, I came over to the bed and said, “It is getting late.”

She looked at the clock and sighed. “I suppose it is.”

“Are you free tomorrow?” J'ai demandé.

Excited, like a girl being asked out by a boy she was crushing on, she said, “Yes, yes.”

“Well, I am going to take you out for a makeover tomorrow,” I smiled.

“Where?” elle a demandé.

I just shrugged and said, “You’ll see, but wear the same thing you did today.”

“Yes mistress, “she said, standing up.

She got dressed, I kissed her one last time and she went home.

My head spinning with naughty possibilities, I smiled to myself. ‘Tomorrow was going to be fun’….


THE END…

Articles similaires

Le compagnon du champion 12

La fin de l'été dans le Menthino était une période chargée. Kaarthen se retrouva dans la gigantesque salle des cartes du palais. L'étage entier était une image en mouvement en temps réel de Menthino, des échelles sur rouleaux et des tables à cartes sur roues étaient le long des murs. Marcos était vêtu de façon presque décontractée d'une chemise en soie vert foncé et d'un pantalon Safi noir. La reine et deux princesses, Saliss l'aînée et Ruegin, écoutaient avec elle les plans annuels de migration des vastes plaines inondables vers Cardin. Trois Hjordis en Safi noir avec leurs cheveux relevés en...

1.1K Des vues

Likes 0

La luxure 3

Encore une fois, je terminais la nuit en me masturbant après avoir été extrêmement excitée à cause des aventures de ma fille. Aujourd'hui avait été une journée folle, et je ne pouvais pas croire ce qui s'était passé après avoir calmé mes pensées excitées avec un orgasme. Je me suis endormi comme un ange après ça. Le matin, je me suis réveillé tôt et j'ai préparé le petit déjeuner. Quand les enfants sont descendus, je leur ai servi des céréales et j'ai attrapé la banane que ma fille avait mise dans son cul la veille et je l'ai donnée à mon...

1K Des vues

Likes 0

Dans la famille (partie 5)_(1)

« Voulez-vous de la compagnie ? » Cam passa la tête sous la douche. Je la regardai à travers des yeux plissés alors que je retirais mes cheveux mouillés de mes yeux. La Belle au bois dormant est enfin debout. ai-je taquiné. Elle laissa échapper un petit rire et ouvrit la porte vitrée. Tu dois perdre la serviette tu sais. dis-je en regardant la serviette qu'elle serrait si fort contre son corps. Elle entra et jeta sa serviette par terre à l'extérieur. Il y avait de la vapeur dans la douche donc je ne pouvais pas vraiment la voir clairement, mais je pouvais la...

910 Des vues

Likes 0

Ma fascination a conduit à la réalité.

Mon mari Daniel et moi (Gina) étions mariés depuis environ cinq ans. Nous avions une vie sexuelle active même avant notre mariage. Mais ça s'est intensifié après le mariage. J'avais utilisé des jouets sexuels avant notre rencontre et il était excité quand il l'a découvert. Nous sommes passés au jeu costumé. Il aimait que je sois habillée en infirmière sexy. J'aimais me déguiser en Maîtresse et me faire obéir. Les jeux sont devenus plus fous au fil du temps. La chose Dom est devenue plus agressive. J'ai commencé à me demander d'où il tirait tous ces jeux sauvages. Il a commencé...

677 Des vues

Likes 0

Deux semaines avec Horas - Chapitre 2

J'attrape ma femme avec le chien de mon frère. En colère au début, je commence à comprendre l'attirance. Après qu'Horas ait de nouveau servi Cathy et que j'aie eu mon tour, nous nous sommes dirigés vers la douche. Cathy était tellement câblée et elle s'est accrochée à moi, m'a embrassé et m'a remercié. Je pouvais dire qu'elle aimait vraiment Horas. Je pouvais voir pourquoi. Il était tout en force brute, une grosse bite épaisse et une langue bien entraînée. Brian et Leena l'avaient visiblement bien entraîné. J'étais très reconnaissant que Leena n'ait pas dit à mon frère que Cathy était aussi...

722 Des vues

Likes 0

Quiproquo

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>PARTIE 1 : L'entretien >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Luke se tient dans l'ascenseur et monte au dernier étage de la Salesforce Tower. Il a son café à la main portant son sac à dos sur une épaule. Il fixe son reflet sur la porte de l'ascenseur. Il se tient à 6'0 vêtu de son look décontracté d'affaires habituel. Il a un pantalon argenté adapté à sa carrure avec une chemise boutonnée bleue rentrée et une paire de chaussures noires. L'ascenseur sonne et la porte s'ouvre. Il se dirige dans un couloir et dans la suite de l'entreprise pour laquelle il travaille. Luke ouvre...

625 Des vues

Likes 0

Réunion excitée (partie 5)

(Voici la dernière partie écrite jusqu'à présent, je posterai le reste quand j'y arriverai.) Mes bras enroulés autour d'elle, je tenais son corps près du mien alors que nos deux orgasmes diminuaient. Je pouvais sentir son cœur battre plus lentement contre ma poitrine et sa respiration contre mon cou prendre progressivement un rythme normal. Elle se blottit contre le creux de mon cou et embrassa mon épaule. Un bras tenant toujours son corps, j'ai passé mes doigts dans ses longs cheveux et j'ai embrassé le haut de sa tête. Elle a ensuite levé la tête, embrassant mon cou et j'ai embrassé...

599 Des vues

Likes 0

Oiseaux brisés, Partie 37, Un espace dans le temps / Épilogue

Partie 37 Un espace dans le temps Épilogue L'hélicoptère d'urgence a crié toute la nuit. Michael, Jennifer, Beth et Kat étaient à bord. Le docteur que Jennifer avait de garde n'avait pas pu venir. Il était ivre. La livraison a commencé normalement. Puis Kat a commencé à saigner abondamment. Barbara avait déjà vu ça. Elle a fait des suggestions que Jennifer a immédiatement mises en œuvre, apprenant à quel point l'expérience OB/GYN et néonatale de Barbara était devenue précieuse. Barbara est restée en arrière compte tenu de l'état et du stress de Jan. La terreur s'empara du harem. Ils s'assirent autour...

1.1K Des vues

Likes 1

L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : Désolé :( je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis...

1K Des vues

Likes 0

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

999 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.