Mentorat Brandon 2

1KReport
Mentorat Brandon 2

MENTORAT BRANDON
Par Bob

Chapitre 2 : Mon rêve devient réalité !

Un coup à la porte - ENFIN !

Mon cœur battait depuis un certain temps et maintenant ce n'était pas différent. J'ai commencé à marcher pour répondre à la porte lorsque Dave a sauté de sa couchette et s'est précipité. Alors qu'il ouvrait la porte, j'ai vu Brandon debout dans le couloir.

"Hey Dave. Quoi de neuf?" la voix que j'attendais retentit.

"Pas grand-chose mec, je fais juste de la merde pour l'histoire", a été la réponse de Dave.

"Ouais, écoute ça. En fait, j'ai besoin de parler avec Bob de ma science. Il a M. Knop et je sais qu'il peut me donner quelques conseils." Wow, quelle ligne je me suis dit.

Dave a ouvert la porte plus grand et m'a montré debout près de la fenêtre. Je me demandais s'il pouvait voir l'anticipation dans ma voix, et encore moins la bite dure qui était très évidente dans mon pantalon. Il laissa Brandon entrer et retourna à son bureau.

"Salut Bob. Hé, peux-tu m'aider avec cette merde que j'ai pour la science. Knop me tue avec ce devoir."

"Bien sûr, Brandon," répondis-je en essayant de garder l'excitation hors de ma voix.

Comment le faisait-il ou n'était-il pas aussi excité que moi à propos de ce qui POURRAIT arriver sous peu. "Viens ici et je verrai ce que je peux faire pour toi," dis-je avec un sourire sournois que je sais qu'il a vu.

"Hey, pourrais-tu venir dans ma chambre. J'y ai laissé mes affaires. Je ne savais pas si tu serais là," dit-il sans hésitation. Mec, il était bon.

J'ai rassemblé mes livres (pour quoi je n'en ai AUCUNE idée) et j'ai marché vers lui. Sa chambre était au coin des enfants de ma chambre, il nous a donc fallu 5 secondes pour arriver à sa porte. Pour une raison quelconque, il avait fermé sa porte à clé et avait fouillé dans sa poche pour trouver la clé. MAINTENANT, il semblait un peu nerveux alors que ma tension artérielle augmentait en pensant être seul avec lui, dans sa chambre, près de son lit.

Lorsque la porte s'est ouverte, Brandon a reculé et m'a laissé entrer le premier. Il a suivi avec sa main droite sur la poignée de la porte et l'a refermée brusquement en entrant. De sa main gauche, il a attrapé mon bras et m'a fait pivoter lorsque j'ai entendu la porte claquer. Soudain, ses deux bras étaient autour de moi, me tenant près de lui alors que ses lèvres touchaient les miennes dans un baiser. Un petit baiser - très doux - qui m'a envoyé des frissons dans le dos.

Je laissai tomber mon carnet et plaçai mes bras autour des siens. Je n'allais pas le laisser être le seul à pouvoir tenir quelqu'un près de moi. Mon baiser pour lui était beaucoup plus profond, beaucoup plus passionné. Il n'a jamais résisté un peu et sa langue et la mienne ont recommencé à s'explorer l'une l'autre.

"Je ne sais pas ce qui t'a pris si longtemps pour venir, Bran. Je devenais fou en pensant que tu ne voudrais pas de moi ici."

"Oh, Bob, ça ne m'a JAMAIS traversé l'esprit," rétorqua-t-il. "J'ai dû lire une lettre de ma mère et ensuite l'appeler. Les choses deviennent folles à la maison."

"Oh, je suis désolé. Je ne voulais pas penser seulement à mon..."

Il m'a interrompu avec un baiser si doux que je n'ai jamais oublié le moment.

"Tu ne peux pas penser à toi plus que je n'ai pensé à toi ces 2 dernières heures," s'exclama-t-il. "En fait, plus que je n'ai pensé à toi ces 2 derniers mois, pour être honnête."

« Les deux derniers mois », pensai-je. Il pense à MOI depuis si longtemps. Condamner! Quelle perte de temps nous partageons là-dedans.

"Je suis content que nous l'ayons fait aussi", c'est tout ce que je pouvais dire.

Nous avons cessé de nous étreindre pendant un moment alors qu'il me tenait la main et m'entraînait plus loin dans la pièce. Comme son colocataire était parti pour le semestre en raison de problèmes familiaux, Brandon avait repris toute la pièce. Il était comme moi, je pouvais le voir. Ce n'était pas le plus gentil des gens, mais il semblait avoir un semblant d'ordre pour ses affaires.

Son lit était à moitié fait, tandis que l'autre lit servait de commode supplémentaire. Tous ses vêtements, propres je suppose, étaient pliés sur le lit. Beaucoup plus facile d'accès lorsque je cours pour aller en classe après un réveil tardif, pensai-je. Au-dessus de son bureau se trouvait une affiche d'une lutte de style gréco-romain. Je n'avais aucune idée de qui c'était, mais je dois admettre qu'ils étaient très sexy.

Alors que mes yeux se déplaçaient vers le coin de la pièce, je pouvais voir qu'il avait un ensemble de poids libres allongé sur le sol. Je me suis avancé et je les ai ramassés.

"Hmm, devrions-nous voir si nous pouvons continuer ce que nous avons commencé dans la salle de musculation," offris-je avec un très large sourire sur mon visage.

Il me regarda avec un sourire encore plus grand que le mien et se dirigea vers moi. "Bien sûr," dit-il alors que sa main agrippait fermement mon entrejambe.

J'ai posé les poids et, comme j'étais juste à côté de son lit, je l'ai attrapé par les épaules et me suis penché jusqu'à ce que je sois à moitié assis sur le matelas, ma hanche droite et mon épaule portant NOTRE poids alors que nous tombions dans les bras l'un de l'autre. J'étais là, avec le garçon sur lequel je fantasmais, le tenant sur moi alors qu'il massait mon pénis et mes testicules si doucement qu'il me conduisait au bord du gouffre.

Alors que nous nous installions sur le lit, j'ai commencé à me retourner et j'ai coincé sa main dans mon aine alors que je m'allongeais sur lui. Je n'avais jamais été aussi détendu et pourtant aussi excité. Je bougeai sa main pour sentir ma virilité contre la sienne. Nos bras parcouraient le corps de l'autre comme une tempête de vent traversant les arbres. Nous étions pris dans un moment très sensuel qu'aucun de nous ne voulait mettre fin.

Il m'a regardé profondément dans les yeux avec ces magnifiques yeux bleus qui me transperçaient à chaque clignement. "Bob, je ne sais pas. Je n'ai jamais fait plus que me branler en pensant à un autre gars," chuchota-t-il. « Je sais ce que je veux, mais… », at-il grimpé. "Mais je sais que je veux être avec toi d'une manière très spéciale."

C'est tout ce que j'avais vraiment besoin d'entendre. Je l'ai de nouveau embrassé profondément. Ma main caressait maintenant ses cheveux blonds tout en douceur. Ma langue, étant immergée dans sa bouche, m'a fait savoir ce qu'il voulait.

"Brandon," dis-je. "Laisse moi t'aimer."

Je n'avais pas besoin de réponse de sa part. Son corps m'a tout dit. Il s'est présenté à moi comme s'il avait crié "PRENEZ-MOI! MAINTENANT ET POUR TOUJOURS." Voici l'agresseur dans le vestiaire, maintenant il se soumettait à moi. Me demandant avec chaque centimètre de son être de l'aimer.

Je n'avais jamais eu besoin que quelqu'un me demande quoi que ce soit deux fois, et je n'allais certainement pas le faire à ce stade. J'ai chevauché les hanches de Brandon alors que je me levais de notre plaisir couché. Comme je l'ai fait, j'ai commencé à soulever son T-shirt au-dessus de sa tête. Il n'a pas résisté --- car j'étais certain qu'il ne le ferait pas - et m'a aidé à le monter et à le retirer. Il jeta la chemise au sol alors qu'il s'efforçait de se relever pour m'embrasser. Étant tellement plus lourd que lui et placé à un endroit très stratégique, il trouva cela difficile, mais réussit un instant.

Alors qu'il terminait son petit bisou sur les lèvres, je plaçai ma main sur sa poitrine et le repoussai vers le lit. Mes mains, caressant toujours le côté de sa tête, le rassurant que tout allait bien. Il était là, torse nu. Je me penchai et embrassai à nouveau Brandon. J'étais sûr qu'il pouvait sentir ma bite tendue sur sa cuisse car elle éclatait pour sortir de mon short. Après nous être embrassés, j'ai pris ma langue et l'ai glissée jusqu'à son mamelon droit.

Oh, il a sauté ! Ce n'était pas tant par surprise que par le toucher doux qu'il recevait. J'ai fait tourbillonner ma langue autour de son mamelon droit alors que je ramenais lentement mes jambes vers ses chevilles. J'ai tracé une ligne droite entre ses mamelons avec ma langue d'avant en arrière, tourbillon après tourbillon. Ses yeux étaient maintenant fermés, alors je savais que quelque chose n'allait pas.

Je descendis lentement de son ventre jusqu'à son nombril. Je pouvais dire par la réaction initiale de Brandon qu'il n'était pas chatouilleux, mais extrêmement sensible. Alors que je jouais avec ses mamelons et sa poitrine, mes mains glissaient dans l'élastique de son short. Ils avaient pratiquement été arrachés de ses hanches et couvraient juste le cours principal de toute cette action. Je pouvais sentir par la pression de sa queue sur ma poitrine qu'il était prêt à tout ce qui pourrait arriver.

J'étais au paradis. J'étais ici avec un garçon... non, HOMME... c'était l'objet de mon amour. OU, était-ce de la luxure ? Je croyais vraiment que ce n'était pas seulement les pensées lubriques dont j'avais rêvé au cours des dernières semaines. Je me sentais vraiment proche de Brandon. Plus proche que n'importe quelle autre personne avec qui j'avais été. Même si nous venions de nous rencontrer l'après-midi passé, je sentais que je le connaissais et qu'il faisait partie de ma vie depuis toujours.

Ses mains étaient maintenant à l'arrière de ma tête, la massant alors qu'il passait ses doigts dans mes cheveux. Ma langue parcourait son corps, voulant engloutir sa virilité. Je pouvais sentir le musc qu'il émettait et j'ai réalisé qu'il était si doux, -- si réel.

Enfin, j'étais là. J'ai essayé de lever la tête pour regarder dans les yeux de Brandon, mais il a maintenu la pression, ce qui a rendu la tâche très difficile. C'est alors que j'ai su ce qu'il voulait et que je n'allais pas refuser. Je savais que c'était ce que je voulais, aussi --- OH tellement ! Je pouvais sentir la pulsation de sa queue alors que ma joue se pressait contre elle.

Je déplaçai lentement ma bouche vers le bas de son bas-ventre et je ne fus pas surpris de voir un gland luisant alors qu'il suintait si généreusement du liquide pré-éjaculatoire. Je pris ma langue et léchai une ou deux gouttes. Ma première exposition au sexe avec ce magnifique garçon a été de goûter ses jus qui étaient si sucrés qu'ils avaient le goût du miel directement de la ruche.

J'ai pris ma langue et bordé lentement la tête de sa queue. C'était mon premier vrai regard sur lui et c'était fantastique. Il était semi-épais et 7 "d'acier dur était maintenant placé devant moi. J'ai léché le manche de haut en bas, le faisant briller avec le mélange de salive et de liquide pré-éjaculatoire.

En arrivant à ses couilles, je n'ai pas pu m'empêcher de les prendre dans ma bouche et de les rouler. Il était si parfait, MÊME dans ce domaine. Chaque testicule était ferme et sa réaction était atypique de tout ce que j'avais jamais vécu. Au fur et à mesure que je plaçais chacun dans ma bouche, il riait --- OUI, rigolait. Ce serait un son doux, mais qui à partir de ce moment-là, quand j'ai entendu m'a fait réaliser
qu'il prenait plaisir à ce que je faisais,

J'ai de nouveau remonté le puits jusqu'à la tête de cette merveilleuse créature. J'ai roulé la tête de sa bite dans ma bouche pendant quelques secondes, souhaitant que ce soit pour toujours. Pendant tout ce temps, Brandon avait ses mains sur ma tête, mais maintenant, il tirait plutôt que de me caresser les cheveux. C'était une sensation très agréable pour moi, même si cela faisait mal à certains.

Enfin, il était temps de prendre TOUT de lui. J'ai glissé la tête de sa bite sur ma palette pendant que ma langue léchait le "V" sur le dessous. Je me suis assis sur mes coudes, ma langue guidant le dessous de sa queue profondément dans ma bouche. Je pouvais sentir le sang se précipiter dans ses veines alors que cette bite déjà dure devenait encore plus dure. Lentement, il s'est déplacé vers le fond de ma gorge, puis légèrement vers le bas de l'œsophage.

Il était profond maintenant - assez profond pour que les muscles de ma gorge commencent à masser la tête de sa queue. Je l'ai gardé là pendant un certain temps en travaillant la tête car ma main avait maintenant le contrôle complet de ses globes d'homme. J'ai massé ses couilles pendant que je travaillais sa bite dans et hors du fond de ma gorge. Je pouvais entendre sa respiration devenir lourde et rapide. Je savais, par expérience, qu'il était sur le point de
décharger. J'ai pensé arrêter et faire durer ça pour nous deux, mais je savais que ce serait cruel. De plus, nous avions tout le temps du monde et j'étais sûr que je pourrais le ramener à ce point.

Comme je travaillais plus vite et plus régulièrement, je savais que ce n'était qu'une question de temps. Je voulais qu'il jouisse en moi --- laissez-moi boire son jus. Ses couilles se soulevaient et je savais qu'elles étaient prêtes à me présenter le nectar que je cherchais.

Soudain, une douleur me traversa la tête. C'était comme si j'avais enfoncé mon doigt dans une prise électrique et que mes cheveux se dressaient sur les nerfs. Brandon m'arrachait les cheveux. Il me forçait à m'éloigner de lui avant que je puisse l'amener à un orgasme électrisant.

"Quoi? Pourquoi m'as-tu tiré les cheveux," criai-je, réalisant soudain ce qui se passait.

Il était à bout de souffle et a dit : "Non, pas encore ! Je veux que NOUS découvrions ensemble notre amour."

J'ai soudain réalisé que c'était définitivement plus que de la luxure. Que ce que Brandon et moi avons eu n'était peut-être pas encore de l'amour, mais plus qu'une simple rencontre sexuelle. C'était un sentiment que nous avions tous les deux l'un envers l'autre qui voulait s'assurer que chacun de nous plaisait à l'autre.

Il s'est assis dans le lit en prenant son bel outil d'amour loin de là où il avait été --- dans ma bouche. Il m'a fait un signe de la main en disant : « Viens ici ma chérie. Laisse-moi te prendre totalement.

Alors que je me dirigeais vers lui, sa main attrapa mon short, qui était toujours collé à mon corps dans la sueur - à l'exception de ce qui pointait directement vers son corps. Il a pris la ceinture et l'a tirée vers le bas, faisant un mouvement de tête vers le haut en me disant de me lever pour qu'il puisse l'enlever complètement.

Alors qu'ils descendaient vers mes chevilles, je pris chaque pied et sortis de mon short. Ma bite était si dure que je ne pensais pas pouvoir le supporter plus longtemps. Il enleva son short, qui était toujours autour de ses chevilles et ouvrit grand les bras. Je me suis allongé sur lui, nos bites se pressant l'une contre l'autre pendant que nous nous étreignions. Nos hanches commencèrent à bouger à l'unisson alors que nous nous embrassions à nouveau.

Brandon m'a poussé vers le haut et vers lui. Il se tourna, gardant le contact avec ma poitrine, mon ventre et mon aine avec sa bouche. Il a regardé ma bite dure pour la deuxième fois et a dit: "Oh, mec, tu es magnifique!" Nous avons ri un court instant puis il a commencé à me lécher comme je le faisais. Oh, c'était si bon !

Nous sommes instinctivement passés à la position traditionnelle "69". Il a commencé à sucer lentement pendant que je faisais de même. Mes couilles étaient prêtes à exploser, mais je savais que je voulais que ça dure. Ma bouche et la sienne bougeaient en synchronisation sur nos organes génitaux assortis. Alors que nous commencions à nous rapprocher d'un double point culminant, notre mouvement a commencé à devenir de plus en plus rapide.

Comme si nous pouvions lire dans les pensées de l'autre, nous avons ralenti. Je me tournai pour être au-dessus de Brandon en train de baiser sa bouche alors que je le suçais de plus en plus fort. Le son était assourdissant tellement c'était silencieux. Nous avons tous les deux apprécié le goût et l'action auxquels nous nous associons. Je pouvais entendre les battements de son cœur, bien que je sois sûr que c'était la pulsation des veines épaisses de sa queue.

Soudain, j'ai senti les muscles des jambes de Brandon se tendre. Je pouvais sentir ses hanches monter sous ma bouche. Même si nous n'avions jamais été ensemble, je savais que cela ne pouvait signifier qu'une chose. J'avais retenu mon propre orgasme et réalisais maintenant que je pouvais lâcher prise et me partager avec lui.

"Bob, Oh, Bob! Je te veux tellement," pouvais-je entendre d'une voix marmonnante. Ce n'est jamais facile de parler avec la bouche bourrée de chair chaude et dure. Je pouvais sentir ses couilles se dresser comme les miennes. Il ne faudrait pas longtemps avant que nous partagions nos émotions refoulées et notre sperme. Oh, comme j'avais rêvé de ce moment. Comment je voulais faire partie de lui comme il voulait faire partie de moi. Non, nous n'étions pas UN, pour l'instant, mais je savais que ce n'était qu'une question de temps. Jusqu'à ce que cela arrive, je serais plus
plus qu'heureux de prendre sa semence en moi.

"Je jouis," entendis-je faiblement. Mais, je n'avais certainement pas besoin qu'il me le dise. Je pouvais sentir les giclées de chaleur frapper le fond de ma gorge. Après le premier coup, je n'ai pas pu me retenir et lâcher prise. Nous étions tous les deux en train de drainer nos couilles l'un dans l'autre. Son sperme doux et épais coulait tellement dans ma bouche que je ne pouvais pas tout avaler comme je l'avais voulu. Certains coulaient de ma bouche sur ses poils pubiens blonds et je sentais froidement l'odeur "virile" que j'aimais tant.

Je pouvais me sentir pomper profondément dans sa gorge et je pouvais dire qu'il avalait fébrilement pour suivre le jaillissement qui s'était accumulé en moi. J'ai commencé à rouler sur le côté, épuisé. J'ai laissé sa bite tomber sur son ventre, à moitié dure maintenant et j'ai juste regardé avec étonnement sa beauté.

Alors que j'étais allongé là dans un état de bonheur, j'ai réalisé que Brandon avait toujours ma bite dans sa bouche. Il suçait tout si doucement. Je ne pouvais pas croire qu'il essayait de prendre jusqu'à la dernière goutte. Ou? Était-il?

Sa succion devint plus intense, plus rapide. Il essayait encore de me faire bander ! Il n'avait PAS fini de vouloir faire partie de moi ! Il s'assurait que je restais excité pour un autre tour !

Comment ce charmant garçon allongé à côté de moi avec ma bite dans la bouche a-t-il pu ne JAMAIS avoir été avec un autre homme auparavant ? Sa technique était celle d'un maître. Il m'avait totalement sous son contrôle, à la fois physiquement et mentalement. Il ne jouait pas du tout à des jeux, il aimait juste être avec moi et m'aimer.

"Oh, Brandon, arrête !" murmurai-je. "Je ne peux pas continuer, pas encore."

J'ai réalisé ma faible tentative de mettre fin à cette session. Je ne le voulais vraiment pas, mais je sentais que les choses allaient trop vite. Alors que j'étais allongé là, je pouvais voir qu'il se relevait. Il me demandait physiquement de continuer à lui plaire comme il me plaisait.

« Oh, l'enfer ! » Je pensais. "Je ne peux pas résister à cette opportunité d'être avec l'homme de mes rêves." Tandis que ces mots défilaient dans ma tête, je me penchai et repris Brandon dans ma bouche. Cette fois, j'ai mis mes mains autour de ses fesses et je l'ai rapproché de moi. J'ai soudainement trouvé mes doigts courir le long de sa fissure. L'un trouvant sa bouche d'égout qui semblait m'attirer plus près et
plus proche. C'était comme s'il voulait que je joue avec son trou. J'ai instinctivement frotté et commencé à l'insérer en lui.

Je ne pouvais pas croire que 3 heures avant cela, nous n'avions JAMAIS passé de temps ensemble en dehors du terrain de football. Que nous étions au mieux des connaissances, mais maintenant je savais que nous étions amants à distance depuis pas mal de temps. Je sais que je désirais Brandon et il était évident qu'il ressentait la même chose envers moi.

Alors que nous étions allongés là à nous sucer avec excitation, je ne pouvais pas m'empêcher de penser que bientôt, très bientôt, nous serions au cœur d'un autre épisode passionné de notre nouvelle relation.

Articles similaires

Famille d'accueil Chapitre 9

Salut les gars, désolé pour le temps que ça fait. J'espère que vous apprécierez ^_^ Les mêmes notes s'appliquent. Il s'agit d'une œuvre de FICTION tout semblant d'événements réels est entièrement une coïncidence. Si vous avez moins de 18 ans (ou 21 selon l'endroit où vous vous trouvez) ou s'il est illégal pour vous de lire ceci pour quelque raison que ce soit, ou si les relations sexuelles entre garçons/hommes vous offensent de quelque manière que ce soit, veuillez ne pas lire. sinon profitez-en ! _______________________________________________________________________________ Chapitre 9 Positif. Ce seul mot est resté dans la tête des garçons le reste...

2K Des vues

Likes 0

Qu'as-tu fait à Jessica

J'ai lentement ouvert les yeux et j'ai vu une belle fille dormir à côté de moi. Sa peau douce et pâle, ses beaux yeux, ses lèvres juteuses, ses tétons mous, ses tétons juteux me faisaient sentir à quel point j'ai de la chance de l'avoir. Je me souviens encore de notre relation avant elle. quitté la maison. Nous n'avons jamais eu de relation de type frère-sœur. On ne parlait jamais beaucoup. Elle était occupée dans son monde et moi dans mon monde. Elle avait 8 ans de plus que moi. Je n'ai donc pas aimé l'idée de rester chez mes sœurs...

1.9K Des vues

Likes 0

Le compagnon du champion 12

La fin de l'été dans le Menthino était une période chargée. Kaarthen se retrouva dans la gigantesque salle des cartes du palais. L'étage entier était une image en mouvement en temps réel de Menthino, des échelles sur rouleaux et des tables à cartes sur roues étaient le long des murs. Marcos était vêtu de façon presque décontractée d'une chemise en soie vert foncé et d'un pantalon Safi noir. La reine et deux princesses, Saliss l'aînée et Ruegin, écoutaient avec elle les plans annuels de migration des vastes plaines inondables vers Cardin. Trois Hjordis en Safi noir avec leurs cheveux relevés en...

2K Des vues

Likes 0

L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : Désolé :( je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis...

1.9K Des vues

Likes 0

Le père de mon ami 8

Le lendemain, c'était normal comme d'habitude. J'allais à l'école avec Jeanette et nous étudiions dans sa chambre après les salles, mais bien sûr, nous avions tous les deux quelque chose en tête qui serait classé sous « Coquine » si vous voyez ce que je veux dire. « Est-ce que vous vous êtes vraiment masturbé pendant que vous nous regardiez ? » J'ai demandé. Oui, il faisait vraiment chaud. Je veux dire qu'il te labourait comme un fou. Je suis surpris que les voisins ne nous râlent pas en ce moment. Je veux dire en te regardant, je n'aurais aucune idée que tu gémissais...

1.9K Des vues

Likes 0

journal d'une femme au foyer. partie un.

Se marier a causé beaucoup de stress dans nos vies. Rick refuse de me laisser travailler, et même avec une nouvelle maison en ville (dans un quartier à faible revenu) et des factures qui s'accumulent, il refuse de bouger. Cela nuit à notre relation et nous met à rude épreuve émotionnellement et sexuellement. Il travaille constamment. Le stress rend difficile pour lui d'être affectueux. Vous voyez où cela va. Je suis une bonne fille. Et une bonne épouse. J'ai essayé pendant des semaines de le satisfaire. Chaque matin, je l'ai sucé à sec. Quand il est rentré tard, j'ai mis mes...

1.9K Des vues

Likes 1

La luxure 3

Encore une fois, je terminais la nuit en me masturbant après avoir été extrêmement excitée à cause des aventures de ma fille. Aujourd'hui avait été une journée folle, et je ne pouvais pas croire ce qui s'était passé après avoir calmé mes pensées excitées avec un orgasme. Je me suis endormi comme un ange après ça. Le matin, je me suis réveillé tôt et j'ai préparé le petit déjeuner. Quand les enfants sont descendus, je leur ai servi des céréales et j'ai attrapé la banane que ma fille avait mise dans son cul la veille et je l'ai donnée à mon...

2K Des vues

Likes 0

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

1.9K Des vues

Likes 0

Grand garçon 1

BigBoy 1 modifier 2 À la fin des années 70, après avoir divorcé de ma deuxième femme, j'ai commencé à frapper la scène de la fête à nouveau.. J'ai rencontré cette femme dans un bar une nuit décidé d'aller chez moi. En chemin, nous sommes passés devant une librairie pour adultes, Elle m'a demandé si j'y étais déjà allé et bien sûr j'ai dit oui parce que le la propriétaire était une cliente et une amie. Elle a dit qu'elle ne l'avait jamais été parce que elle était trop timide pour y aller toute seule.. Je lui ai proposé de l'accompagner...

2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.