L'érotisme des vampires

98Report
L'érotisme des vampires

Je suis seul et impuissant, en rentrant chez moi après un entraînement de softball tard dans la nuit. J'entends des pas me suivre, mais quand je me retourne, il n'y a rien. J'ai peur de commencer à bouger plus vite. Entendant toujours des pas, je prends un raccourci, descendant une rue latérale. Cette rue latérale n'a pas de lampadaires, il fait très sombre. J'entends les pas se rapprocher. J'ai tellement peur. Je commence à courir.
J'ai l'impression qu'il y a quelqu'un qui me suit. J'ai l'impression qu'ils se rapprochent de moi. J'ai tellement peur, et comme il fait si noir, je trébuche sur une racine d'arbre. Au sol, je sens quelqu'un près de moi. Je sens leur main tomber sur la mienne, et je peux les sentir m'aider à me relever. Dans le clair de lune, je ne peux voir que le contour de la silhouette de cet homme. J'ai encore peur, ne sachant pas qui est cet homme, pensant que c'est lui qui me suit.
Après m'avoir aidée à me lever, il m'attrape et me serre fort. Un bras enroulé autour de ma taille, l'autre main serrée contre ma bouche. J'essaie d'échapper à son emprise, mais plus je lutte, plus son emprise se resserre sur moi. Je peux sentir son souffle sur mon cou, alors que j'essaie de crier et je ne peux pas. Je ferme les yeux en le sentant me mordre le cou. Ressentant toute la douleur, je m'évanouis sous son emprise.
…. Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé, ni où je suis. Tout ce que je sais, c'est que je suis nu, froid et enchaîné à un mur. Mes mains enchaînées au-dessus de ma tête, mes jambes enchaînées écartées, à quelques centimètres du sol. Je ressens le besoin de sang, un besoin que je n'avais jamais ressenti auparavant.
La pièce est si sombre, sombre comme l'était la rue, mais pourtant je vois bien. Je peux distinguer chaque petit détail dans la pièce. Je peux dire que je suis piégé dans un donjon, éclairé uniquement par des bougies. Pour l'instant je suis seul. En regardant autour de moi, je vois tellement d'appareils. Plus de chaînes, potences, menottes, tenues érotiques, colliers, laisses, pointes, attaches en cuir et un lit sur le côté de la pièce qui a un auvent fermé. Peut-être que je ne suis pas seul, mais je peux entendre tous les bruits et pourtant je ne peux pas entendre un battement de cœur.
Je regarde la flamme d'une bougie vaciller à travers la pièce. Perdue dans la flamme, je ne remarque même pas l'homme qui s'approche de moi. Il déplace sa main de mon cou, à ma poitrine, à mon nombril, à mon con, à mes cuisses. Je souris à son toucher. Il me regarde dans les yeux, voyant la soif, et sourit.
Il défait les chaînes de mes chevilles, puis me détache du mur, gardant mes mains enchaînées. Il me porte jusqu'au lit et m'allonge doucement. Il attache mes mains au dessus du lit. Il s'éloigne un instant, mais je vois son ombre se déshabiller à la lueur des bougies. Quand il revient, il est nu. Dans sa main, je vois un verre et ce qui ressemble à du sang dedans. Je le veux, je veux le boire. Il place le verre sur une table à côté du lit. Je le regarde.
Il me regarde ; Je ressens ses pensées dans mon esprit. Le sang est une récompense, si et seulement si je le laisse m'utiliser et qu'il aime ça.
Je reste immobile sur le lit, alors qu'il écarte mes jambes. Il prend mes chevilles et les attache au poteau du lit. Sa main remonte sur ma cuisse, j'adore le toucher. Il me regarde dans les yeux, et je sais qu'il ne faut pas faire de bruit.
Ses mains remontent dans mon con. J'aime la sensation de sa main là-bas. Il frotte mon clitoris jusqu'à ce que je sois mouillé. Une fois que je suis mouillé, il insère sa bite dans ma chatte. Je me mords la lèvre pour ne pas gémir. Il commence à pousser en moi alors que je mords ma lèvre plus fort.
Ses mains le long de mes hanches, se dirigent vers ma poitrine. Il commence à caresser ma poitrine en poussant plus fort en moi. Lorsque cela se produit, ma respiration est lourde. Lié, impuissant et utilisé, je suis comblé de bonheur.
Il continue de pousser en moi, poussant plus fort. Je le regarde et je vois ses crocs briller à la lueur des bougies. Ma respiration s'alourdit davantage. Je veux pouvoir gémir, exprimer ma satisfaction alors qu'il pousse en moi de plus en plus vite.
Poussant plus fort et plus vite en moi, je peux sentir qu'il va jouir. Qu'il apprécie ma torture. Ne me laissant même pas gémir, ressentir du plaisir avec lui. Il pousse plus fort; il ne peut plus pousser car je sens que ses couilles claquent contre mon con.
Je le sens, il jouit en moi. C'est si bon. Il jouit, et pourtant il pousse toujours en moi. En me regardant dans les yeux, je sais qu'il apprécie ma torture, comme il apprécie le regard de mon visage car je ne peux pas gémir, je ne peux pas jouir, je veux du sang. Il continue de me pousser et je deviens plus faible. Même si je voyais bien au début, tout devient plus sombre. Bientôt, tout est devenu noir et peu de temps après, je le sens pousser en moi, bien que je le sache. Je me suis évanoui de son pouvoir.
Des heures, ou du moins je pense plus tard, il est assis à côté de moi, me regardant. Il voit mes yeux s'ouvrir et commence à frotter ses mains le long de mon corps. Mon corps tremble à son contact, comme si mon corps voulait jouir, mais comme je suis sous son contrôle, je ne le fais pas. Il monte sur moi, toujours cloué au lit. Il pose ses lèvres sur mon cou. Il mord durement mon cou. Il casse la peau, et je peux le sentir boire mon sang. Il déplace ses lèvres le long de mon corps et jusqu'à mon mamelon gauche. Je le sens mordre, pas assez fort pour percer la peau. Je peux le sentir sucer mon mamelon. Son autre main frotte et pince mon mamelon droit. Ma respiration s'alourdit, car j'aime son toucher. Je sens du sang couler dans mon cou, c'est chaud et agréable.
Le temps passe et je peux sentir ses lèvres glisser sur ma poitrine. Il suce mon mamelon droit et pince mon mamelon gauche. Je sens son autre main le long de mon corps, jusqu'à ma chatte, alors que je sens ses doigts jouer avec moi. Mon corps veut jouir, mais je sais que non, mais contrairement à avant, il veut que je fasse du bruit alors que je commence à gémir. J'aime son toucher, car j'ai l'impression d'être à lui. Je suis à lui de contrôler et je suis à lui d'utiliser.
Il voit dans mes yeux que je me suis soumis à lui, complètement soumis à lui, et maintenant il est temps pour ma transformation finale. Il me mord le cou, absorbant mon sang. Il me libère du lit en gardant mon poignet en lambeaux ensemble. Je goûte enfin le sang sur mes lèvres, c'est si bon.
Il ne me dit rien et je sais ce qu'il veut. Je suis impuissant face à lui, car il est devenu mon supérieur, mon dominant, mon Maître. Je suis faible pour lui, faible pour ce qu'il veut, j'éprouve le besoin de lui plaire, de me soumettre. Il m'a fait sien, son esclave.
Le Maître me prend et m'habille avec des vêtements fins et élégants. Maître place un collier sur moi et attache une laisse. Le Maître me dit de m'agenouiller sur le sol, et je fais ce qu'il me dit, alors que mes genoux se plient et je tombe sur le sol devant le Maître. Maître s'habille d'un beau smoking et tire sur ma laisse, me tirant vers le haut.
Le Maître me conduit dehors, dans l'obscurité de la nuit. Le Maître m'a conduit dans une voiture, m'a fait asseoir et m'a attaché sur le siège. Maître attache la laisse, et je suis retenu dans le siège. Le Maître monte alors sur le siège du conducteur et dit : « Ce soir, vous ressentirez ce que je ressens, vous verrez ce que je vois et vous serez ce que je suis. Tu es à moi. Votre corps, votre âme et votre esprit sont tous à moi.
D'après les mots du Maître, je me sens faible, comme je le sais, je sais que je suis à lui. Je suis l'esclave du Maître et ce soir commence le reste de ma vie…..


Une fois en ville, Maître me prend en laisse pour le regarder se nourrir de jeunes femmes. Je n'ai pas le droit de détourner le regard; Je dois regarder avec toute mon attention. Le Maître peut voir que j'ai faim, et il m'en donne un vivant. Le Maître m'enseigne comment je dois nourrir, comment je dois détendre la victime dans ma prise, respirer doucement sur son cou, puis quand je peux entendre son cœur battre si vite, je dois mordre et mordre fort sur son cou. Je dois drainer leur vie, et prendre leur vie et leur pouvoir comme miens, et prendre leur pouvoir pour aider à servir le Maître. Maître regarde avec une grande quantité de désir dans ses yeux, alors que je prends mon premier repas.
Ma main le long de ses côtés, alors que je la tiens pressée contre moi et le mur. Je lui dis « Détends-toi, ce n'est pas si mal. Soyez calme, il n'y a aucune raison d'avoir peur. Je peux entendre son cœur battre plus vite, et j'aime ça. Je souffle sur son cou en entendant que son cœur ne peut pas battre plus vite. je lui mords le cou; Je mords fort sur son cou. Je peux sentir son sang chaud entrer dans ma bouche. Maître se branle, mon col, tirant mes lèvres du cou de la jeune femme.
Le Maître m'attire alors près de lui, alors que les femmes tombent par terre. Maître m'embrasse profondément, absorbant son sang, dans sa bouche. Le Maître tire ses lèvres des miennes et me regarde dans les yeux. Je sais que je ne devais pas boire le sang. Ce soir, c'était juste pour apprendre.
Maître a pris les jeunes femmes et l'a jetée dans la voiture. Le Maître m'a placé dans la voiture et nous sommes rentrés à la maison. Retour au donjon dans lequel j'ai appris à aimer et à avoir besoin.

Une fois à la maison, le Maître m'a dépouillé de tous mes vêtements et m'a enchaîné au lit. Mes mains étaient liées au-dessus de ma tête et mes jambes attachées, largement écartées. La jeune femme était attachée au mur, elle était encore habillée, et du sang séché le long du cou. Maître s'est déshabillé et est monté sur moi. Le Maître m'a regardé, impuissant et sous son contrôle total. Maître m'a souri.
"Mon tout-petit, tu dois être utilisé quand je veux, pour tout ce que je veux, et cette femme est ta source de sang mais elle ne doit être utilisée que comme je le dis."
Faiblement je réponds : "Oui mon Maître."
Le Maître procède en me contrôlant, en me pénétrant. Le Maître a commencé à pousser plus fort en moi, et n'ayant plus de sang, plus de pouvoir, me sentant si faible, je m'évanouis. Maître, je le sais, continue de me chevaucher et durement. Allongé là, inconscient, je sens mon corps pris en charge par le Maître.
Enfin, je me sens complet, car j'ai donné tout de moi-même au Maître. Le Maître continue de m'utiliser à sa guise, faisant de moi ce qu'il veut, me contrôlant de toutes les manières. Je suis comme le veut le Maître, je suis comme le veut le Maître, je suis le Maître.

Articles similaires

Dans la famille (partie 5)_(1)

« Voulez-vous de la compagnie ? » Cam passa la tête sous la douche. Je la regardai à travers des yeux plissés alors que je retirais mes cheveux mouillés de mes yeux. La Belle au bois dormant est enfin debout. ai-je taquiné. Elle laissa échapper un petit rire et ouvrit la porte vitrée. Tu dois perdre la serviette tu sais. dis-je en regardant la serviette qu'elle serrait si fort contre son corps. Elle entra et jeta sa serviette par terre à l'extérieur. Il y avait de la vapeur dans la douche donc je ne pouvais pas vraiment la voir clairement, mais je pouvais la...

1.1K Des vues

Likes 0

Soumission de la mère - Chapitre 12

Alex Morgan regarda autour de son dortoir, la pièce dans laquelle il avait passé les dernières années. Il avait pas mal de bons souvenirs ici, mais il y en avait un qui était exceptionnel. Quand son ami George l'avait poussé à créer un profil pour l'application de rencontres. C'était là qu'il avait rencontré la femme qu'il aimait maintenant, qui se trouvait être sa mère. Quand il s'était pointé aujourd'hui, George était content de le voir. George était beaucoup moins heureux d'apprendre qu'Alex déménageait et allait terminer ses études en ligne. Qui va m'aider quand j'ai des problèmes avec les filles, a...

1.1K Des vues

Likes 0

Toucher - Chapitre 2

Toucher - Chapitre 2 Les choses se gâtèrent rapidement, Kelly et moi venions de faire l'amour ensemble sans vraiment savoir pourquoi nous l'avions fait. Était-ce parce que je suis tombé sur elle et qu'elle ne voulait pas m'arrêter ? Mais alors elle participait tout autant... Je n'arrivais pas à comprendre. Nous avons essayé de nous parler juste après mais nous nous sentions tous les deux bizarres l'un avec l'autre, c'est pourquoi je ne l'avais jamais draguée auparavant, je savais que cela ruinerait notre amitié. J'ai essayé de sortir de là aussi vite que possible sans avoir l'air d'un abruti complet. Je...

1K Des vues

Likes 0

Première fois_(3)

C'était au printemps 1999 et j'étais en terminale au lycée, je venais d'avoir dix-huit ans. J'étais dans l'équipe de volley-ball, en bonne forme physique et prêt à affronter le monde. Nous venions de gagner notre premier match et après un discours d'encouragement de l'entraîneur Azzerelli, il nous a envoyé aux douches. Je m'étais souvent retrouvé excité dans les douches après l'entraînement pendant que je regardais les autres se doucher. Je les regardais comme j'avais la tête sous le jet d'eau, donc ce n'était pas évident. OU alors j'ai pensé. L'une des filles de mon équipe était plutôt sexy, mais ne semblait...

649 Des vues

Likes 0

LA FILLE VAMPIRE 2

Angelina a couru de toutes ses forces après avoir atterri au sol. Il était 3h30 du matin. Le soleil se lèvera à 5 heures et elle doit rentrer chez elle aussi vite que possible. Elle regarda Michelle. Elle voulait cette fille depuis qu'elle l'avait vue jeter un coup d'œil sur Abilene. L'odeur de sa douce chatte flottait avec elle, la rendant follement excitée. Après une demi-heure à esquiver des bâtiments, des carrefours et des ruelles, Angelina est finalement arrivée chez elle. Elle se dirigea rapidement vers le portail, qui s'ouvrit tout seul, sachant que la maîtresse de maison était arrivée. Elle...

213 Des vues

Likes 0

Chalet 13 – Partie 1

Cette histoire parle d'une femme qui choisit de vivre son fantasme sexuel pour un rapport sexuel forcé anonyme, à l'insu de son mari. Si vous n'aimez pas ce type d'histoire, ou quelqu'un qui aime faire des commentaires désobligeants anonymes, sautez cette histoire. J'apprécie les messages privés qui fournissent des commentaires et/ou des idées constructifs... REMARQUES : Aux fins de cette histoire, le géosexing est défini comme une variante du géocaching, dans laquelle les hommes et les femmes utilisent le système de positionnement global (GPS) pour désigner ou rechercher des lieux dans lesquels avoir des relations sexuelles avec une personne consentante. Il ne...

889 Des vues

Likes 1

Stéphanie - Juste quand les choses ont changé Pt. 2

Alors que je marchais jusqu'au manoir, la nuit dernière n'arrêtait pas de jouer dans ma tête. Je voulais juste rencontrer le chien, alors je me suis laissé entrer dans le chenil. Puis avant que je m'en rende compte, il m'avait assommé et me reniflait. Puis il a déchiré ma culotte et a commencé à me lécher la chatte, me poussant à l'orgasme contre mon gré. Quand j'ai pensé qu'il avait fini, il a sauté sur mon dos et m'a violée. Mais le pire, c'est quand je me suis laissé aller et que j'ai commencé à en profiter. Je me suis réveillé...

1K Des vues

Likes 0

Découvrir que je suis gay partie 3

Alors quelques jours plus tard, après avoir rompu avec Lizzy, je m'habituais à l'idée d'être à nouveau célibataire. Quand j'étais à l'université en cours avec McKenzie, il a commencé à s'asseoir à côté de moi et a dit Est-ce que Lizzy et toi avez rompu parce que je vous ai embrassé? J'ai regardé McKenzie et j'ai dit Non, la raison pour laquelle Lizzy et moi avons rompu, c'est parce que j'aimais t'embrasser. Après avoir dit que je me suis levé de mon siège, j'ai ramassé mon sac et je suis allé sortir de la leçon pendant que je marchais, mon professeur...

982 Des vues

Likes 0

Réunion excitée (partie 5)

(Voici la dernière partie écrite jusqu'à présent, je posterai le reste quand j'y arriverai.) Mes bras enroulés autour d'elle, je tenais son corps près du mien alors que nos deux orgasmes diminuaient. Je pouvais sentir son cœur battre plus lentement contre ma poitrine et sa respiration contre mon cou prendre progressivement un rythme normal. Elle se blottit contre le creux de mon cou et embrassa mon épaule. Un bras tenant toujours son corps, j'ai passé mes doigts dans ses longs cheveux et j'ai embrassé le haut de sa tête. Elle a ensuite levé la tête, embrassant mon cou et j'ai embrassé...

745 Des vues

Likes 0

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

715 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.