L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

58Report
L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : "Désolé  je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas"

J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis, une main tapant à Jess l'autre tenant ma bite, je lui ai écrit:

"Ne t'inquiète pas, je me suis endormi aussi, et je pensais que tu n'aimais pas les films d'action. Tout ce sang et ces tirs... "

"Eh bien, je ne le fais pas, mais je suis si gentil avec mon grand frère" sa réponse me fit sourire.

« Va dormir, idiot » la taquinais-je comme au bon vieux temps quand elle avait les cheveux courts et portait mes chemises à l'école et agissait comme si elle était mon petit frère. C'était une phase avant que la puberté ne la frappe.

"Bonne nuit Mikey"

"Bonne nuit Jessy"

****

L'alarme m'a réveillé à 8h30, j'ai fait ma routine matinale, faire du jogging autour du pâté de maisons, 10 minutes, aller directement à la douche, petit-déjeuner léger, aller au travail. Ouverture de la librairie à 9h et publication d'une annonce sur quelques sites internet à la recherche d'un employé. J'ai placé une version imprimée de l'annonce sur ma fenêtre. Aucune qualification particulière n'était requise : femme, organisée, travailleuse, désireuse d'apprendre, etc.

Ma librairie fonctionnait depuis un an maintenant et elle était idéalement située, avec beaucoup de touristes, à proximité de l'aéroport et de la gare routière principale, ce qui m'a permis de gagner très bien. Aussi, comme je l'ai mentionné plus tôt, j'aimais les livres ; donc les vendre et rencontrer souvent des personnes partageant les mêmes idées était un travail de rêve pour moi. Mais ce dont j'avais besoin, c'était de repos, et comme je gagnais extrêmement bien, j'ai décidé de trouver une personne pour travailler avec moi, un employé qui travaillera avec moi par roulement.

La journée a bien commencé, j'ai vendu quelques livres, quelques souvenirs, tout en lisant un livre, et j'ai adoré ma vie. Vers 11h, j'ai fait une pause et je suis allé manger qc. Quand je suis revenu, alors que je m'approchais de la librairie, j'ai remarqué une femme devant elle qui attendait. Jeans serrés, beau cul, blondinette, cheveux châtain clair, talons hauts, bonne posture, ... alors que je m'approchais d'elle, j'ai réalisé que c'était Jessy quand elle s'est retournée et a souri en disant bonjour, j'ai souri en retour dit bonjour et a demandé "qu'est-ce que tu fais ici? N'es-tu pas censé être à l'école?"

"J'ai eu une conversation avec papa et maman ce matin, et ça s'est plutôt bien passé, en fait... * elle se retourne * qu'en penses-tu ? Suis-je assez féminine pour ta petite compagnie ?" Elle m'a regardé par-dessus son épaule alors qu'elle attendait une réponse... je me suis moqué d'elle pendant un moment, puis je me suis rapproché rapidement et j'ai pris un câlin en riant et en lui souriant. J'ai déverrouillé la porte et en tant que gentleman, je l'ai autorisée à entrer. J'ai enlevé l'annonce de la fenêtre et Jessy s'est applaudie et s'est précipitée sur moi en me sautant dans les bras en me serrant fort avec ses mains et ses jambes pendant que je riais... nous a rendus heureux tous les deux. J'ai embrassé sa joue et j'ai tenu ses jambes pour que nous ne tombions pas. Elle m'a lâché dans une minute et a dit "Alors, patron, quelle sera ma première mission ?" J'ai encore ri en lui disant de se mettre à l'aise. Elle m'a donné sa veste et je l'ai mise sur la chaise. Nous avons eu une petite conversation, je lui ai demandé de nous faire du café et de regarder pendant que je servais quelques clients. Elle a fait ce que je lui ai dit en regardant d'un côté alors que je vendais un livre à une vieille dame. Elle a vite compris que ce n'était pas une science et nous avons aimé travailler ensemble.

Vers 14h, le téléphone a sonné, maman... je me suis souvenu de la nuit dernière, je n'arrivais toujours pas à croire que maman avait ça en elle... : "Hé bébé, comment ça marche ? As-tu viré quelqu'un aujourd'hui ?" Elle a plaisanté en sachant que Jessy csn l'entendait.

« Pas encore, maman ; mais... » J'ai fait une pause pendant un moment, maman a ri de l'autre côté alors que je souriais à Jessy qui attendait d'entendre ce qu'il fallait dire « ... j'ai demandé une femme dans l'espoir d'attirer plus de clients masculins . Celui-ci est boutonné au maximum, je pense en fait qu'elle ne peut pas respirer correctement dans cette chemise. Elle a un très beau cul. " Jessy m'a poignardé avec son regard acéré alors que maman commençait à rire maintenant de l'autre côté en réalisant que je taquinais Jessy puis j'ai demandé à maman comment elle et papa et comment les affaires avaient encore un peu peur que Jess puisse me jeter quelque chose maman a parlé:

"C'est bien bébé comme d'habitude, plus que bien, papa a trouvé peu de nouveaux travailleurs, il se plaint tout le temps en disant qu'ils ne sont pas aussi bons que toi mais c'est juste lui. Il a récemment terminé un nouveau projet et pour celui-ci il essaie de nouvelles idées ,... " maman parlait toujours mais j'ai été distrait par Jessy qui a agi en colère, elle s'est approchée rapidement et s'est tenue à une distance de 3 pieds devant moi... j'ai pensé à un coup de poing ou à qc alors j'ai souri et reculé ... mais elle ne s'est pas balancée, au lieu de cela, elle s'est rapprochée à nouveau à une distance de 2 pieds et m'a regardé dans les yeux avec son visage sérieux ... maman parle toujours, mon sourire s'estompe progressivement et mes yeux suivent les actions de mes sœurs ... elle l'a soulevée les mains jusqu'à son cou, déboutonné le haut de sa chemise, lentement, en me regardant dans les yeux... puis un autre... et un autre... alors que mon sourire disparaissait, le décolleté de ma soeur apparaissait lentement mais sûrement devant moi... maman parlait mais je n'écoutais pas du tout non... j'étais à peu près sans voix quand Jessy baissa les mains et m'a demandé, avec, à moi, encore une confiance inconnue dans sa voix

"Est-ce mieux, patron? Est-ce que ça a l'air assez bien pour moi de garder mon travail, ou..." Jessy me taquina, elle s'arrêta brièvement alors que ses mains atteignaient le bouton suivant et mon cœur pompait le sang si fort là où il ne devrait pas " ... avez-vous besoin d'en voir plus ?" Elle attendait ma réponse alors que je regardais les yeux grands ouverts, maman s'arrêta de parler réalisant que je ne l'écoutais pas, elle entendit Jessy et demanda "Mike ? Êtes-vous là ? Tout va bien ?" elle avait l'air ennuyée alors que je regardais Jessy et commençait à bégayer alors que j'essayais de faire fonctionner ma voix... "Oui... je veux dire..." Jess déboutonna un autre bouton, son soutien-gorge commençait à devenir visible, décolleté plus ouverte alors que de l'autre côté maman a réagi " oh Dieu merci, ne me fais pas peur comme ça..."

Alors j'ai éclaté "Non, je voulais dire non !! .." Jessy m'a souri tout en tenant le bouton suivant dans ses doigts, elle m'a demandé "êtes-vous sûr grand frère? Est-ce que cela signifie que mon patron est satisfait de mes compétences?" Puis j'ai entendu maman de l'autre côté " Quoi ? Non ? Quelque chose ne va pas ? Vous allez bien tous les deux ? Qu'est-ce qui se passe Michael ? " Maman devenait agacée et en colère, raisonnable

Jessy me taquinait avec son doigt caressant ses lèvres suçant celle du milieu caressant son cou jusqu'à sa clavicule allant de plus en plus bas... et plus bas...

"Maman tout va bien, quelque chose s'est passé et je t'ai rappelé"

J'ai presque crié au téléphone, j'ai raccroché maman et j'ai regardé Jessy ne sachant pas quoi dire ou faire, puis j'ai entendu à nouveau sa voix être bien trop confiante à mon goût...

« Eh bien, patron ? Embauché ? Renvoyé ? Employé du mois ? »

Un autre bouton apparaît alors que son soutien-gorge sort, noir et rouge, de beaux seins assez gros et assez gros cachés sous ce morceau de tissu à l'allure chaude... je m'avance lentement, regardant Jessy dans les yeux, passant de son délicieux décolleté à elle les yeux se rapprochant encore plus, voyant d'où je me tenais, ses poumons fonctionnaient parfaitement bien sous ces beautés, elle était tendue, elle attendait ma réaction et alors que je lui tendais la main, nous sommes tous les deux devenus verts lorsque qn est entré dans la librairie, Jessy est rapidement passé derrière moi se réparant pendant que je la couvrais, saluant le client et lui offrant mon aide, dès qu'il a acheté le livre qu'il voulait et a fermé la porte, Jessy a commencé à rire aux éclats. . .

J'ai laissé tomber mes fesses sur la chaise et je l'ai regardée... elle avait ses boutons relevés, pas complètement mais assez pour que je puisse penser avec la bonne tête...

"Jessy boy, tu es tellement chiant" j'ai essayé de faire une blague, puis le téléphone a sonné à nouveau, j'ai répondu alors que Jessy verrouillait la porte et laissait tomber son cul serré sur mes genoux

J'ai parlé à maman alors que Jessy me serrait encore dans ses bras et m'embrassait

"Bonjour - Michael, tu me diras ce qu'il se passe là-bas ? - Rien maman, vraiment, tout va bien. Juste une situation spécifique avec des... personnes... " J'ai fait une pause en essayant de ne pas faire de bruits bizarres

"... ne t'inquiète pas maman, certaines personnes sont juste chiantes - Je sais bébé, parle-moi de ça - maman, nous sommes sur le point de le finir ici et de fermer le magasin, à la maison - Le tien ou le nôtre ?"

Maman m'a taquiné en plaisantant parce que j'ai récemment déménagé comme tu le sais déjà, Jessie a laissé un suçon sur mon cou pendant que j'essayais de donner un sens à mes mots

"Qu'est-ce qui est à moi, maman, et inversement, comment ça sonne? -Awww, bébé... ça sonne bien, à la maison, je t'aime, dis Jessy je l'aime aussi" J'ai regardé Jessy dans les yeux "Elle t'a entendu maman, à plus" elle a raccroché et j'ai abaissé le téléphone sur le bureau, j'ai serré Jessy autour de sa taille, je l'ai soulevée et je l'ai mise à côté du téléphone, j'ai regardé directement son décolleté en m'assurant qu'il n'y avait aucun doute sur quoi je pensais à... j'ai commencé à jouer avec les boutons... à déboutonner sa chemise, elle ne m'a pas arrêté, alors j'ai continué... la vie... je me suis rapproché entre les jambes de Jessys, elle les a verrouillées derrière moi et pendant que je regardais son soutien-gorge et ses seins partiellement cachés, j'ai murmuré comme si quelqu'un pouvait m'entendre " ils sont magnifiques, Jessy " elle m'a souri " je ne t'ai pas réalisé grandissent... et de la meilleure des manières", ai-je ajouté, puis elle a simplement demandé en chuchotant également "Tu le penses vraiment ?" J'ai hoché la tête alors que je nous regardais tous les deux en respirant fortement "Maman a plus gros .." elle a ajouté un peu tristement " Hey ... croyez-moi, elles sont merveilleuses " dis-je en les touchant à peine en sentant que ses tasses et j'ai embrassé ses lèvres "merci de me les avoir montrées à tout moment, patron, grand frère", a-t-elle répondu rapidement en souriant à nouveau alors que je regardais toujours ses seins et son soutien-gorge

« qui est-ce, patron ou grand frère ? » je lui ai demandé

"ce qui vous convient, vous pouvez choisir" répond-elle

"-lequel peut voir ça n'importe quand et n'importe où ?" ai-je demandé en baissant la tête jusqu'à son cou en embrassant doucement sa peau, en abaissant mes lèvres sur son décolleté et en touchant à peine son sein gauche avec mes lèvres je l'ai embrassée, c'était suffisant pour qu'elle gémisse la réponse et très fort

"DEUX MMM..."

puis je me suis arrêté, j'ai embrassé à nouveau ses lèvres en disant doucement "alors je peux être les deux pour toi", j'ai répondu et suggéré que nous rentrions à la maison. Elle n'était pas très heureuse à ce sujet, et moi non plus si je suis honnête, mais ce jeu de taquinerie est allé un peu trop loin et j'avais un peu peur de perdre ou de gagner, je ne sais pas ce que ce serait... aussi nous le savions était la meilleure idée, maman serait probablement inquiète si nous étions en retard.

Articles similaires

Nourrir les jeunes

Norm avait le sentiment qu'elle savait qu'il la harcelait et cela le rendait prudent. Voulait-elle se faire violer ? Elle ne ressemblait pas au leurre typique de la police avec la façon dont elle était habillée. La salope s'habillait un peu bizarrement en fait ; un trench-coat ample, un large chapeau souple et des lunettes de soleil surdimensionnées. Non, pas un flic mais… eh bien, Norm espérait qu'elle n'était pas travesti. L'homme d'âge moyen devait rentrer au bureau pour une réunion importante et il ne voulait pas être en retard. Mais parfois, ces pulsions prenaient le dessus et il devait agir en...

41 Des vues

Likes 1

Court, Sexy et doux : 2- Une explosion de Passion

Laissez encore des commentaires !! Espérons que vous apprécierez :) Chapitre 2: « Putain... j'avais oublié que Gloria venait aujourd'hui. Ça craint d'avoir des amis parfois gémit Beth, posant ses mains sur les épaules de Jericho et voyant ses yeux se poser sur sa poitrine. Elle aimait l'attention et elle savait qu'elle avait l'air bien pour une petite personne. Débarrassez-vous d'elle, je veux jouer supplia Jericho, mettant sa main sous sa chemise de nuit et frottant sa chatte à travers sa culotte, qu'il sentait mouillée, le faisant sourire jusqu'aux oreilles. «Croyez-moi... moi aussi. Habille-toi, mais dans... quelque chose de lâche, je...

65 Des vues

Likes 0

journal d'une femme au foyer. partie un.

Se marier a causé beaucoup de stress dans nos vies. Rick refuse de me laisser travailler, et même avec une nouvelle maison en ville (dans un quartier à faible revenu) et des factures qui s'accumulent, il refuse de bouger. Cela nuit à notre relation et nous met à rude épreuve émotionnellement et sexuellement. Il travaille constamment. Le stress rend difficile pour lui d'être affectueux. Vous voyez où cela va. Je suis une bonne fille. Et une bonne épouse. J'ai essayé pendant des semaines de le satisfaire. Chaque matin, je l'ai sucé à sec. Quand il est rentré tard, j'ai mis mes...

65 Des vues

Likes 1

Le père de mon ami 8

Le lendemain, c'était normal comme d'habitude. J'allais à l'école avec Jeanette et nous étudiions dans sa chambre après les salles, mais bien sûr, nous avions tous les deux quelque chose en tête qui serait classé sous « Coquine » si vous voyez ce que je veux dire. « Est-ce que vous vous êtes vraiment masturbé pendant que vous nous regardiez ? » J'ai demandé. Oui, il faisait vraiment chaud. Je veux dire qu'il te labourait comme un fou. Je suis surpris que les voisins ne nous râlent pas en ce moment. Je veux dire en te regardant, je n'aurais aucune idée que tu gémissais...

63 Des vues

Likes 0

La luxure 3

Encore une fois, je terminais la nuit en me masturbant après avoir été extrêmement excitée à cause des aventures de ma fille. Aujourd'hui avait été une journée folle, et je ne pouvais pas croire ce qui s'était passé après avoir calmé mes pensées excitées avec un orgasme. Je me suis endormi comme un ange après ça. Le matin, je me suis réveillé tôt et j'ai préparé le petit déjeuner. Quand les enfants sont descendus, je leur ai servi des céréales et j'ai attrapé la banane que ma fille avait mise dans son cul la veille et je l'ai donnée à mon...

60 Des vues

Likes 0

Juste comme il est - Partie 3

Le lendemain matin, Stuie s'est réveillé du bruit de sa mère se préparant pour la journée. Il réfléchissait toujours à ce qu'il devait porter pour attirer l'attention d'une sœur dont il n'était toujours pas sûr. Il a choisi de porter son débardeur ajusté rouge vif et une paire de shorts de triathlon ajustés, souvent portés pour la pratique de la lutte, qui accentueraient son paquet et ses petits pains. Il ne pouvait pas trouver une paire complète de sandales ou de tongs facilement disponibles, donc les pieds nus feraient très bien l'affaire. Il passa devant les pièces de la maison jusqu'à...

66 Des vues

Likes 0

Famille d'accueil Chapitre 9

Salut les gars, désolé pour le temps que ça fait. J'espère que vous apprécierez ^_^ Les mêmes notes s'appliquent. Il s'agit d'une œuvre de FICTION tout semblant d'événements réels est entièrement une coïncidence. Si vous avez moins de 18 ans (ou 21 selon l'endroit où vous vous trouvez) ou s'il est illégal pour vous de lire ceci pour quelque raison que ce soit, ou si les relations sexuelles entre garçons/hommes vous offensent de quelque manière que ce soit, veuillez ne pas lire. sinon profitez-en ! _______________________________________________________________________________ Chapitre 9 Positif. Ce seul mot est resté dans la tête des garçons le reste...

63 Des vues

Likes 0

Qu'as-tu fait à Jessica

J'ai lentement ouvert les yeux et j'ai vu une belle fille dormir à côté de moi. Sa peau douce et pâle, ses beaux yeux, ses lèvres juteuses, ses tétons mous, ses tétons juteux me faisaient sentir à quel point j'ai de la chance de l'avoir. Je me souviens encore de notre relation avant elle. quitté la maison. Nous n'avons jamais eu de relation de type frère-sœur. On ne parlait jamais beaucoup. Elle était occupée dans son monde et moi dans mon monde. Elle avait 8 ans de plus que moi. Je n'ai donc pas aimé l'idée de rester chez mes sœurs...

62 Des vues

Likes 0

Le compagnon du champion 12

La fin de l'été dans le Menthino était une période chargée. Kaarthen se retrouva dans la gigantesque salle des cartes du palais. L'étage entier était une image en mouvement en temps réel de Menthino, des échelles sur rouleaux et des tables à cartes sur roues étaient le long des murs. Marcos était vêtu de façon presque décontractée d'une chemise en soie vert foncé et d'un pantalon Safi noir. La reine et deux princesses, Saliss l'aînée et Ruegin, écoutaient avec elle les plans annuels de migration des vastes plaines inondables vers Cardin. Trois Hjordis en Safi noir avec leurs cheveux relevés en...

67 Des vues

Likes 0

Oiseaux brisés, Partie 37, Un espace dans le temps / Épilogue

Partie 37 Un espace dans le temps Épilogue L'hélicoptère d'urgence a crié toute la nuit. Michael, Jennifer, Beth et Kat étaient à bord. Le docteur que Jennifer avait de garde n'avait pas pu venir. Il était ivre. La livraison a commencé normalement. Puis Kat a commencé à saigner abondamment. Barbara avait déjà vu ça. Elle a fait des suggestions que Jennifer a immédiatement mises en œuvre, apprenant à quel point l'expérience OB/GYN et néonatale de Barbara était devenue précieuse. Barbara est restée en arrière compte tenu de l'état et du stress de Jan. La terreur s'empara du harem. Ils s'assirent autour...

112 Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.