L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

1.2KReport
L'amour est tout ce qui compte pt2 - Nouvel employé, vieilles habitudes

J'étais à la maison en train de déverrouiller la porte, d'entrer dans mon appartement quand mon portable a sonné, j'ai mis la main dans ma poche pour le prendre et vérifier qui c'était à cette heure, Jessy. Le message disait : "Désolé  je vous dois, la prochaine fois que vous pourrez choisir un film. Peut-être en choisir un avec plus d'action, pour que je ne m'endorme pas"

J'ai souri au message et je me suis déshabillé pour me coucher, je me suis brossé les dents et suis allé à la toillete en tirant ma bite et en visant avec mes yeux endormis, une main tapant à Jess l'autre tenant ma bite, je lui ai écrit:

"Ne t'inquiète pas, je me suis endormi aussi, et je pensais que tu n'aimais pas les films d'action. Tout ce sang et ces tirs... "

"Eh bien, je ne le fais pas, mais je suis si gentil avec mon grand frère" sa réponse me fit sourire.

« Va dormir, idiot » la taquinais-je comme au bon vieux temps quand elle avait les cheveux courts et portait mes chemises à l'école et agissait comme si elle était mon petit frère. C'était une phase avant que la puberté ne la frappe.

"Bonne nuit Mikey"

"Bonne nuit Jessy"

****

L'alarme m'a réveillé à 8h30, j'ai fait ma routine matinale, faire du jogging autour du pâté de maisons, 10 minutes, aller directement à la douche, petit-déjeuner léger, aller au travail. Ouverture de la librairie à 9h et publication d'une annonce sur quelques sites internet à la recherche d'un employé. J'ai placé une version imprimée de l'annonce sur ma fenêtre. Aucune qualification particulière n'était requise : femme, organisée, travailleuse, désireuse d'apprendre, etc.

Ma librairie fonctionnait depuis un an maintenant et elle était idéalement située, avec beaucoup de touristes, à proximité de l'aéroport et de la gare routière principale, ce qui m'a permis de gagner très bien. Aussi, comme je l'ai mentionné plus tôt, j'aimais les livres ; donc les vendre et rencontrer souvent des personnes partageant les mêmes idées était un travail de rêve pour moi. Mais ce dont j'avais besoin, c'était de repos, et comme je gagnais extrêmement bien, j'ai décidé de trouver une personne pour travailler avec moi, un employé qui travaillera avec moi par roulement.

La journée a bien commencé, j'ai vendu quelques livres, quelques souvenirs, tout en lisant un livre, et j'ai adoré ma vie. Vers 11h, j'ai fait une pause et je suis allé manger qc. Quand je suis revenu, alors que je m'approchais de la librairie, j'ai remarqué une femme devant elle qui attendait. Jeans serrés, beau cul, blondinette, cheveux châtain clair, talons hauts, bonne posture, ... alors que je m'approchais d'elle, j'ai réalisé que c'était Jessy quand elle s'est retournée et a souri en disant bonjour, j'ai souri en retour dit bonjour et a demandé "qu'est-ce que tu fais ici? N'es-tu pas censé être à l'école?"

"J'ai eu une conversation avec papa et maman ce matin, et ça s'est plutôt bien passé, en fait... * elle se retourne * qu'en penses-tu ? Suis-je assez féminine pour ta petite compagnie ?" Elle m'a regardé par-dessus son épaule alors qu'elle attendait une réponse... je me suis moqué d'elle pendant un moment, puis je me suis rapproché rapidement et j'ai pris un câlin en riant et en lui souriant. J'ai déverrouillé la porte et en tant que gentleman, je l'ai autorisée à entrer. J'ai enlevé l'annonce de la fenêtre et Jessy s'est applaudie et s'est précipitée sur moi en me sautant dans les bras en me serrant fort avec ses mains et ses jambes pendant que je riais... nous a rendus heureux tous les deux. J'ai embrassé sa joue et j'ai tenu ses jambes pour que nous ne tombions pas. Elle m'a lâché dans une minute et a dit "Alors, patron, quelle sera ma première mission ?" J'ai encore ri en lui disant de se mettre à l'aise. Elle m'a donné sa veste et je l'ai mise sur la chaise. Nous avons eu une petite conversation, je lui ai demandé de nous faire du café et de regarder pendant que je servais quelques clients. Elle a fait ce que je lui ai dit en regardant d'un côté alors que je vendais un livre à une vieille dame. Elle a vite compris que ce n'était pas une science et nous avons aimé travailler ensemble.

Vers 14h, le téléphone a sonné, maman... je me suis souvenu de la nuit dernière, je n'arrivais toujours pas à croire que maman avait ça en elle... : "Hé bébé, comment ça marche ? As-tu viré quelqu'un aujourd'hui ?" Elle a plaisanté en sachant que Jessy csn l'entendait.

« Pas encore, maman ; mais... » J'ai fait une pause pendant un moment, maman a ri de l'autre côté alors que je souriais à Jessy qui attendait d'entendre ce qu'il fallait dire « ... j'ai demandé une femme dans l'espoir d'attirer plus de clients masculins . Celui-ci est boutonné au maximum, je pense en fait qu'elle ne peut pas respirer correctement dans cette chemise. Elle a un très beau cul. " Jessy m'a poignardé avec son regard acéré alors que maman commençait à rire maintenant de l'autre côté en réalisant que je taquinais Jessy puis j'ai demandé à maman comment elle et papa et comment les affaires avaient encore un peu peur que Jess puisse me jeter quelque chose maman a parlé:

"C'est bien bébé comme d'habitude, plus que bien, papa a trouvé peu de nouveaux travailleurs, il se plaint tout le temps en disant qu'ils ne sont pas aussi bons que toi mais c'est juste lui. Il a récemment terminé un nouveau projet et pour celui-ci il essaie de nouvelles idées ,... " maman parlait toujours mais j'ai été distrait par Jessy qui a agi en colère, elle s'est approchée rapidement et s'est tenue à une distance de 3 pieds devant moi... j'ai pensé à un coup de poing ou à qc alors j'ai souri et reculé ... mais elle ne s'est pas balancée, au lieu de cela, elle s'est rapprochée à nouveau à une distance de 2 pieds et m'a regardé dans les yeux avec son visage sérieux ... maman parle toujours, mon sourire s'estompe progressivement et mes yeux suivent les actions de mes sœurs ... elle l'a soulevée les mains jusqu'à son cou, déboutonné le haut de sa chemise, lentement, en me regardant dans les yeux... puis un autre... et un autre... alors que mon sourire disparaissait, le décolleté de ma soeur apparaissait lentement mais sûrement devant moi... maman parlait mais je n'écoutais pas du tout non... j'étais à peu près sans voix quand Jessy baissa les mains et m'a demandé, avec, à moi, encore une confiance inconnue dans sa voix

"Est-ce mieux, patron? Est-ce que ça a l'air assez bien pour moi de garder mon travail, ou..." Jessy me taquina, elle s'arrêta brièvement alors que ses mains atteignaient le bouton suivant et mon cœur pompait le sang si fort là où il ne devrait pas " ... avez-vous besoin d'en voir plus ?" Elle attendait ma réponse alors que je regardais les yeux grands ouverts, maman s'arrêta de parler réalisant que je ne l'écoutais pas, elle entendit Jessy et demanda "Mike ? Êtes-vous là ? Tout va bien ?" elle avait l'air ennuyée alors que je regardais Jessy et commençait à bégayer alors que j'essayais de faire fonctionner ma voix... "Oui... je veux dire..." Jess déboutonna un autre bouton, son soutien-gorge commençait à devenir visible, décolleté plus ouverte alors que de l'autre côté maman a réagi " oh Dieu merci, ne me fais pas peur comme ça..."

Alors j'ai éclaté "Non, je voulais dire non !! .." Jessy m'a souri tout en tenant le bouton suivant dans ses doigts, elle m'a demandé "êtes-vous sûr grand frère? Est-ce que cela signifie que mon patron est satisfait de mes compétences?" Puis j'ai entendu maman de l'autre côté " Quoi ? Non ? Quelque chose ne va pas ? Vous allez bien tous les deux ? Qu'est-ce qui se passe Michael ? " Maman devenait agacée et en colère, raisonnable

Jessy me taquinait avec son doigt caressant ses lèvres suçant celle du milieu caressant son cou jusqu'à sa clavicule allant de plus en plus bas... et plus bas...

"Maman tout va bien, quelque chose s'est passé et je t'ai rappelé"

J'ai presque crié au téléphone, j'ai raccroché maman et j'ai regardé Jessy ne sachant pas quoi dire ou faire, puis j'ai entendu à nouveau sa voix être bien trop confiante à mon goût...

« Eh bien, patron ? Embauché ? Renvoyé ? Employé du mois ? »

Un autre bouton apparaît alors que son soutien-gorge sort, noir et rouge, de beaux seins assez gros et assez gros cachés sous ce morceau de tissu à l'allure chaude... je m'avance lentement, regardant Jessy dans les yeux, passant de son délicieux décolleté à elle les yeux se rapprochant encore plus, voyant d'où je me tenais, ses poumons fonctionnaient parfaitement bien sous ces beautés, elle était tendue, elle attendait ma réaction et alors que je lui tendais la main, nous sommes tous les deux devenus verts lorsque qn est entré dans la librairie, Jessy est rapidement passé derrière moi se réparant pendant que je la couvrais, saluant le client et lui offrant mon aide, dès qu'il a acheté le livre qu'il voulait et a fermé la porte, Jessy a commencé à rire aux éclats. . .

J'ai laissé tomber mes fesses sur la chaise et je l'ai regardée... elle avait ses boutons relevés, pas complètement mais assez pour que je puisse penser avec la bonne tête...

"Jessy boy, tu es tellement chiant" j'ai essayé de faire une blague, puis le téléphone a sonné à nouveau, j'ai répondu alors que Jessy verrouillait la porte et laissait tomber son cul serré sur mes genoux

J'ai parlé à maman alors que Jessy me serrait encore dans ses bras et m'embrassait

"Bonjour - Michael, tu me diras ce qu'il se passe là-bas ? - Rien maman, vraiment, tout va bien. Juste une situation spécifique avec des... personnes... " J'ai fait une pause en essayant de ne pas faire de bruits bizarres

"... ne t'inquiète pas maman, certaines personnes sont juste chiantes - Je sais bébé, parle-moi de ça - maman, nous sommes sur le point de le finir ici et de fermer le magasin, à la maison - Le tien ou le nôtre ?"

Maman m'a taquiné en plaisantant parce que j'ai récemment déménagé comme tu le sais déjà, Jessie a laissé un suçon sur mon cou pendant que j'essayais de donner un sens à mes mots

"Qu'est-ce qui est à moi, maman, et inversement, comment ça sonne? -Awww, bébé... ça sonne bien, à la maison, je t'aime, dis Jessy je l'aime aussi" J'ai regardé Jessy dans les yeux "Elle t'a entendu maman, à plus" elle a raccroché et j'ai abaissé le téléphone sur le bureau, j'ai serré Jessy autour de sa taille, je l'ai soulevée et je l'ai mise à côté du téléphone, j'ai regardé directement son décolleté en m'assurant qu'il n'y avait aucun doute sur quoi je pensais à... j'ai commencé à jouer avec les boutons... à déboutonner sa chemise, elle ne m'a pas arrêté, alors j'ai continué... la vie... je me suis rapproché entre les jambes de Jessys, elle les a verrouillées derrière moi et pendant que je regardais son soutien-gorge et ses seins partiellement cachés, j'ai murmuré comme si quelqu'un pouvait m'entendre " ils sont magnifiques, Jessy " elle m'a souri " je ne t'ai pas réalisé grandissent... et de la meilleure des manières", ai-je ajouté, puis elle a simplement demandé en chuchotant également "Tu le penses vraiment ?" J'ai hoché la tête alors que je nous regardais tous les deux en respirant fortement "Maman a plus gros .." elle a ajouté un peu tristement " Hey ... croyez-moi, elles sont merveilleuses " dis-je en les touchant à peine en sentant que ses tasses et j'ai embrassé ses lèvres "merci de me les avoir montrées à tout moment, patron, grand frère", a-t-elle répondu rapidement en souriant à nouveau alors que je regardais toujours ses seins et son soutien-gorge

« qui est-ce, patron ou grand frère ? » je lui ai demandé

"ce qui vous convient, vous pouvez choisir" répond-elle

"-lequel peut voir ça n'importe quand et n'importe où ?" ai-je demandé en baissant la tête jusqu'à son cou en embrassant doucement sa peau, en abaissant mes lèvres sur son décolleté et en touchant à peine son sein gauche avec mes lèvres je l'ai embrassée, c'était suffisant pour qu'elle gémisse la réponse et très fort

"DEUX MMM..."

puis je me suis arrêté, j'ai embrassé à nouveau ses lèvres en disant doucement "alors je peux être les deux pour toi", j'ai répondu et suggéré que nous rentrions à la maison. Elle n'était pas très heureuse à ce sujet, et moi non plus si je suis honnête, mais ce jeu de taquinerie est allé un peu trop loin et j'avais un peu peur de perdre ou de gagner, je ne sais pas ce que ce serait... aussi nous le savions était la meilleure idée, maman serait probablement inquiète si nous étions en retard.

Articles similaires

L'érotisme des vampires

Je suis seul et impuissant, en rentrant chez moi après un entraînement de softball tard dans la nuit. J'entends des pas me suivre, mais quand je me retourne, il n'y a rien. J'ai peur de commencer à bouger plus vite. Entendant toujours des pas, je prends un raccourci, descendant une rue latérale. Cette rue latérale n'a pas de lampadaires, il fait très sombre. J'entends les pas se rapprocher. J'ai tellement peur. Je commence à courir. J'ai l'impression qu'il y a quelqu'un qui me suit. J'ai l'impression qu'ils se rapprochent de moi. J'ai tellement peur, et comme il fait si noir, je...

96 Des vues

Likes 0

Dans la famille (partie 5)_(1)

« Voulez-vous de la compagnie ? » Cam passa la tête sous la douche. Je la regardai à travers des yeux plissés alors que je retirais mes cheveux mouillés de mes yeux. La Belle au bois dormant est enfin debout. ai-je taquiné. Elle laissa échapper un petit rire et ouvrit la porte vitrée. Tu dois perdre la serviette tu sais. dis-je en regardant la serviette qu'elle serrait si fort contre son corps. Elle entra et jeta sa serviette par terre à l'extérieur. Il y avait de la vapeur dans la douche donc je ne pouvais pas vraiment la voir clairement, mais je pouvais la...

1.1K Des vues

Likes 0

Soumission de la mère - Chapitre 12

Alex Morgan regarda autour de son dortoir, la pièce dans laquelle il avait passé les dernières années. Il avait pas mal de bons souvenirs ici, mais il y en avait un qui était exceptionnel. Quand son ami George l'avait poussé à créer un profil pour l'application de rencontres. C'était là qu'il avait rencontré la femme qu'il aimait maintenant, qui se trouvait être sa mère. Quand il s'était pointé aujourd'hui, George était content de le voir. George était beaucoup moins heureux d'apprendre qu'Alex déménageait et allait terminer ses études en ligne. Qui va m'aider quand j'ai des problèmes avec les filles, a...

1.1K Des vues

Likes 0

Toucher - Chapitre 2

Toucher - Chapitre 2 Les choses se gâtèrent rapidement, Kelly et moi venions de faire l'amour ensemble sans vraiment savoir pourquoi nous l'avions fait. Était-ce parce que je suis tombé sur elle et qu'elle ne voulait pas m'arrêter ? Mais alors elle participait tout autant... Je n'arrivais pas à comprendre. Nous avons essayé de nous parler juste après mais nous nous sentions tous les deux bizarres l'un avec l'autre, c'est pourquoi je ne l'avais jamais draguée auparavant, je savais que cela ruinerait notre amitié. J'ai essayé de sortir de là aussi vite que possible sans avoir l'air d'un abruti complet. Je...

1K Des vues

Likes 0

Première fois_(3)

C'était au printemps 1999 et j'étais en terminale au lycée, je venais d'avoir dix-huit ans. J'étais dans l'équipe de volley-ball, en bonne forme physique et prêt à affronter le monde. Nous venions de gagner notre premier match et après un discours d'encouragement de l'entraîneur Azzerelli, il nous a envoyé aux douches. Je m'étais souvent retrouvé excité dans les douches après l'entraînement pendant que je regardais les autres se doucher. Je les regardais comme j'avais la tête sous le jet d'eau, donc ce n'était pas évident. OU alors j'ai pensé. L'une des filles de mon équipe était plutôt sexy, mais ne semblait...

649 Des vues

Likes 0

Mentorat Brandon 2

MENTORAT BRANDON Par Bob Chapitre 2 : Mon rêve devient réalité ! Un coup à la porte - ENFIN ! Mon cœur battait depuis un certain temps et maintenant ce n'était pas différent. J'ai commencé à marcher pour répondre à la porte lorsque Dave a sauté de sa couchette et s'est précipité. Alors qu'il ouvrait la porte, j'ai vu Brandon debout dans le couloir. Hey Dave. Quoi de neuf? la voix que j'attendais retentit. Pas grand-chose mec, je fais juste de la merde pour l'histoire, a été la réponse de Dave. Ouais, écoute ça. En fait, j'ai besoin de parler avec...

195 Des vues

Likes 0

La vie d'un Playboy Chapitre 10

CHAPITRE 10 Je n'ai pas duré longtemps sur le marché libre une fois que l'école a repris. Littéralement, mon premier jour de retour dans le domaine universitaire, j'ai été proposé cinq fois par plusieurs très jolies filles. J'étais un grand homme sur le campus, avec une bonne réputation après avoir couché plus que ma juste part de belles femmes. Alors que beaucoup s'étaient éloignés de moi par peur de ma petite amie Ice Queen, maintenant que Kaia était partie, j'étais de nouveau libre. Mais mon temps avec Kaia m'avait aussi gâté. J'avais eu une magnifique petite amie bisexuelle qui était disposée...

165 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

147 Des vues

Likes 0

Découvrir que je suis gay partie 3

Alors quelques jours plus tard, après avoir rompu avec Lizzy, je m'habituais à l'idée d'être à nouveau célibataire. Quand j'étais à l'université en cours avec McKenzie, il a commencé à s'asseoir à côté de moi et a dit Est-ce que Lizzy et toi avez rompu parce que je vous ai embrassé? J'ai regardé McKenzie et j'ai dit Non, la raison pour laquelle Lizzy et moi avons rompu, c'est parce que j'aimais t'embrasser. Après avoir dit que je me suis levé de mon siège, j'ai ramassé mon sac et je suis allé sortir de la leçon pendant que je marchais, mon professeur...

981 Des vues

Likes 0

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

714 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.