Alors cet homme m'a demandé de sortir Pt. 6

901Report
Alors cet homme m'a demandé de sortir Pt. 6

Alors cet homme m'a demandé de sortir

par Vanessa Evans

Partie 6

Nous avons continué à marcher et sommes arrivés à l'endroit où nous étions descendus du bus touristique et avons attendu le prochain. Quand il est arrivé, John est monté le premier et m'a conduit dans les escaliers. Nous étions devant des touristes japonais et ils nous ont suivis dans les escaliers. Je ne pouvais pas voir ce qui empêchait John de quitter les escaliers, mais je me suis tenu derrière et en dessous de lui pendant quelques secondes et j'étais sûr d'avoir entendu un obturateur d'appareil photo à quelques reprises et je me suis demandé si le Japonais derrière moi prenait des photos. de mes fesses et de ma chatte par derrière et en dessous de moi et j'ai senti une petite ruée vers l'humidité dans ma chatte alors que j'attendais que John bouge.

Le reste de la journée a été consacré à descendre du bus pour regarder une attraction, puis à monter dans un autre bus touristique pour continuer. Je suis sûr que certaines personnes ont dû voir mes fesses, ma chatte et mes seins pendant que je me déplaçais, mais je ne prêtais aucune attention aux autres personnes, juste John qui continuait à me tenir la main ou à mettre son bras autour de moi. Je pense que ce dernier était une démonstration d'affection, mais il se peut qu'il veuille relever un peu l'ourlet de ma robe.

Lorsque le bus touristique est revenu à notre point de départ, nous sommes descendus et sommes retournés à l'hôtel où John m'a enlevé ma robe dans l'ascenseur et j'ai dû marcher le long du couloir jusqu'à notre chambre en me demandant si quelqu'un sortirait de sa chambre et regarde moi. Ils ne l'ont pas fait.

John m'a dit que nous avions quelques heures avant de sortir pour la soirée, alors il a commandé des collations et du café au service d'étage et je me suis porté volontaire pour les laisser entrer à leur arrivée. J'étais nu, n'ayant pas pris la peine de mettre quoi que ce soit quand nous sommes arrivés dans la chambre. Nous regardions par la fenêtre, John se tenait à côté et derrière moi et tenait un de mes seins quand la sonnette a sonné et le gars a apporté le plateau en agissant comme si j'étais complètement habillé. John m'a dit plus tard que ces gars devaient voir des filles nues tout le temps, alors me voir n'était pas un problème pour lui.

Quand est venu le temps de me préparer pour sortir, j'ai demandé à John quelle robe je devais porter et il a choisi une de mes robes à la cheville.

"Allons-nous quelque part chic sommes-nous?" J'ai demandé.

"Le théâtre puis un restaurant." Jean a répondu.

"Je n'ai jamais été au théâtre avant."

"Eh bien, je veux te montrer à tous les amateurs de théâtre snob."

"Il n'y a pas que les snoots qui vont au théâtre à Londres, n'est-ce pas John?"

"Non, mais il y en aura quelques-uns et je veux qu'ils te voient dans cette robe."

Je me suis préparée puis j'ai mis la robe et je me suis immédiatement rappelée que quiconque me regardait serait capable de dire que je n'avais rien en dessous. Il est dos nu et le devant va de bretelles spaghetti autour de mon cou qui se rétrécissent en triangles qui couvrent à peine mes seins, puis ils continuent de descendre un peu plus large jusqu'à ce qu'ils se rejoignent à la taille très étroite. Je ne portais pas de collier mais je portais ma chaîne de mamelons plus lourde, elle était visible entre mes seins et elle était évidente à l'endroit où elle était attachée.

La partie jupe se compose de deux bandes de tissu qui vont de ma taille à mes chevilles. Le panneau arrière est de loin le plus large allant de chaque côté juste devant mes hanches. Le panneau avant est juste assez large pour rejoindre le panneau arrière au niveau de la ceinture et présente une énorme fente à l'avant allant de mes chevilles à mon pubis. Quand je suis debout, j'ai l'air à peu près couvert, mais quand je marche, mes jambes sont exposées jusqu'au pubis.

Et en ce qui concerne l'épaisseur et le poids du tissu, j'ai été étonné de la technologie pour rendre le tissu si fin, léger et transparent. Je pouvais clairement voir à la fois la forme et la couleur de mes mamelons, mes aréoles, les piercings et la chaîne qui reliait mes deux mamelons..

"Cela va être amusant." dis-je en me regardant dans le miroir.

Je me retournai et vis que John mettait un costume et un nœud papillon. Il avait l'air très intelligent.

Alors que nous marchions dans le couloir, j'ai dit :

"John, j'ai l'impression de ne rien porter."

"Bien, tu es superbe Jade, tu me rends vraiment fier."

"Et je t'aime aussi. Pensez-vous que nous aurons un problème avec moi comme ça ? »

"Non, je ne vois pas pourquoi, ce n'est pas comme si nous allions baiser au théâtre mais il y a des endroits à Londres où nous pourrions baiser sur scène, ça te dirait d'aller dans l'un de ceux-là ?"

"Tu veux dire que toi et moi baisons sur une scène avec plein de gens qui nous regardent ?"

"Ouais. Ce serait vraiment cool, non ? »

"Je n'en suis pas si sûr, c'est une chose que les gens me voient tous mais en me voyant te baiser, je vais devoir y penser."

"Nous pourrions commencer petit avec vous en train de vous masturber avec les gens qui regardent."

"Je pourrais faire ça."

"J'espérais que vous diriez cela parce que j'ai des plans pour vous après que vous ayez fait votre rénovation."

"J'essaie de ne pas y penser, je veux dire que je veux que ça se fasse mais je ne veux pas toute la douleur."

"Hé, tu ne sentiras rien jusqu'à ce que l'anesthésie se soit dissipée, puis nous continuerons avec du paracétamol, tout ira bien, fais-moi confiance."

"Oui, c'est pourquoi je suis ici."

En sortant du taxi, je me suis vraiment sentie nue, il y avait une légère brise et la robe soufflait partout et dans le taxi, la main de John a joué avec mon clitoris, m'amenant au point où je serais heureuse de sortir du taxi totalement nue.

Au théâtre, j'ai vu pas mal de gens me regarder et John a dit que toutes les femmes qui me regardaient étaient jalouses de moi et que les hommes qui me regardaient se demandaient ce que ce serait de me foutre la cervelle.

Je n'ai jamais été une grande fan des productions théâtrales, mais ce spectacle était correct même si cela a aidé John à avoir sa main entre mes jambes la plupart du temps, moi heureux d'avoir fourré quelques mouchoirs entre ma chatte et la robe pour absorber ce que je savais qui s'échapperait de moi.

Je me sentais bien en quittant le théâtre et si les lampadaires avaient été beaucoup plus lumineux, je suis sûr que quiconque marchant vers nous aurait pu voir ma fente alors que les mèches de tissu fin et léger flottaient derrière moi alors que nous marchions vers un autre très beau restaurant.

Un grand portier nous a ouvert la porte et nous avons été accueillis par le maître d'hôtel dont je pouvais voir qu'il regardait ma poitrine. Je me suis demandé si le haut de la robe avait glissé d'un de mes seins et je ne l'avais pas remarqué car le tissu était si léger et fin mais je n'ai pas baissé les yeux. Si une mésange comme montrant alors elle montrait.

Quand nous sommes arrivés à notre table, j'ai fait deux choses, premièrement j'ai demandé au maître d'une autre serviette sans lui dire que je voulais la mettre sous ma chatte qui fuyait, et deuxièmement j'ai vérifié ma poitrine et j'ai vu qu'aucune mésange ne s'était échappée mais la glacière l'air extérieur avait rendu mes mamelons très durs et les petites tentes étaient aussi grandes que je ne les avais jamais vues.

Le repas était tout aussi bon que celui de la nuit précédente, sauf que je n'avais pas de vibromasseur en moi pour que John puisse jouer avec, même si j'ai vu le sommelier regarder mon pubis nu et le devant de ma fente quand il était remplir ma boisson.

Le trajet en taxi jusqu'à l'hôtel s'est déroulé sans incident, mais le portier de l'hôtel a dû voir ma fente alors que j'entrais dans l'hôtel avec la robe flottant derrière moi.

C'était une autre nuit de passion débridée avec les rideaux ouverts et les lumières allumées, je me demandais si quelqu'un nous regardait.

*****

J'ai fait bon usage du woody du matin de John en le chevauchant jusqu'à ce qu'il se réveille et il m'a facilement fait promettre de lui faire ça chaque fois que je me réveillais avant lui. C'était un autre petit-déjeuner servi en chambre avec le moi nu ouvrant la porte au gars. Après un rapide coup d'œil, le gars a ignoré ma nudité et pendant que nous mangions, John et moi avons discuté du manque d'intérêt des gars pour mon corps nu. Nous avons tous les deux proposé de nombreuses suggestions, dont une où John a suggéré qu'il y avait des caméras cachées dans chaque pièce et que le personnel les surveillait tout le temps, ils ont donc dû voir des milliers de femmes nues. John recula à l'idée de voir une femme nue de quatre-vingts ans.

Cette conversation m'a rappelé que John avait dit que nous pouvions faire des films pornos faits maison pour les télécharger sur des sites pornographiques. Quand je lui en ai parlé, il m'a dit que l'achat d'un bon appareil photo était maintenant passé en tête de sa liste de choses à faire ce jour-là. Bon pas tout à fait le haut de la liste, numéro deux mais comme il avait déjà fait le numéro un, me baiser, on pourrait dire que c'était le haut de la liste.

J'ai choisi une autre robe semi-transparente ultra courte à porter ce jour-là. À part prendre l'appareil photo, il n'y avait rien de prévu et ce devait être une journée de farniente à se promener et à faire tout ce qui nous passait par la tête. Comme John voulait un appareil photo, nous avons décidé de reprendre un taxi pour Oxford Street. Je savais que n'importe qui derrière moi pourrait voir mes fesses nues quand je monterais dans le taxi, mais je m'en fichais. John a de nouveau eu sa main entre mes jambes taquinant mon clitoris tout au long du court trajet et je me suis de nouveau demandé si les taxis londoniens avaient des caméras à l'arrière.

Il n'a pas fallu longtemps pour trouver un magasin d'appareils photo et John a passé des heures à regarder différents appareils photo et à discuter des avantages et des inconvénients de chacun avec le vendeur, il avait vraiment l'air de savoir de quoi il parlait. Quelques fois, je l'ai vu pointer un appareil photo vers moi et à chaque fois que je l'ai fait, je lui ai tiré la langue en doutant qu'il y ait une carte mémoire dans l'appareil photo.

Lorsque nous avons finalement quitté la boutique, John était satisfait de son nouvel appareil photo, me disant qu'il avait hâte de commencer à me photographier. Nous nous sommes promenés dans de nombreuses rues en regardant tout. Nous avons tous les deux décidé que nous n'aimerions pas vivre dans le centre de Londres.

Nous sommes tombés sur un café et en avons pris un chacun, à emporter, et avons continué à marcher. Lorsque nous sommes arrivés à la National Gallery, nous avons monté les marches sans avoir l'intention d'entrer, juste pour avoir une meilleure vue sur les environs. Nous nous sommes assis près du haut des marches et parlions de ce que nous pouvions voir quand John a dit qu'il avait une idée. Il a sorti son nouvel appareil photo et est descendu au bas des marches pour prendre quelques photos de moi alors que j'étais assis les pieds sur la marche en dessous de moi.

Ce n'est qu'après avoir pris un couple et qu'il a joint ses mains puis les a ouvertes en forme de «V» que j'ai réalisé qu'il prenait des photos de moi sous la jupe et quand j'ai baissé les yeux, j'ai réalisé que toute ma chatte était sur afficher sous le bon angle et même vers le haut des marches. Il voulait que j'ouvre un peu plus mes jambes, alors j'ai décidé de jouer un peu avec lui, en déplaçant mes pieds dans différentes positions et en ouvrant et fermant mes genoux pendant qu'il essayait d'obtenir la meilleure photo de ma chatte.

Je m'étais concentré à taquiner John et à ne pas prêter attention aux autres personnes autour quand j'ai réalisé qu'il y avait un autre homme avec un appareil photo se tenant à côté de John et prenant également des photos de moi, et il parlait à John. Je me demandais s'ils parlaient de moi en train de m'exposer. Cela avait été accidentel au début, mais une fois que j'ai réalisé que c'était en fait assez excitant.

Tout en taquinant John et l'autre homme, j'ai regardé les autres personnes assises sur les marches et j'ai vu que deux jeunes hommes regardaient également ma chatte. Cette démangeaison imaginaire près de mon clitoris a soudainement commencé alors je n'ai eu qu'à la gratter juste pour taquiner un peu plus mes voyeurs.

Au total, j'ai eu environ cinq bonnes minutes avant que John ne revienne et ne s'assied à côté de moi, moi quittant mes genoux et mes pieds légèrement écartés pour donner cet affichage "accidentel", ne sachant plus pour les voyeurs. Alors que nous faisions défiler les photos sur l'écran de l'appareil photo, je pouvais clairement voir mes lèvres. John regardait aussi et quand il a vu le premier plan qui montrait mes lèvres, il a zoomé dessus et a dit,

"Ceux-ci auront disparu à cette heure demain, c'est un bon travail que j'aie eu l'appareil photo aujourd'hui pour que je puisse avoir les images avant et après."

"Oui," répondis-je, "je me demande à quoi je ressemblerai."

"Comme tu l'as fait quand tu avais environ dix ans de moins." Jean a répondu.

"Je pense que j'aimerai ça, je ne me suis jamais habitué à mes rabats et j'ai toujours pensé que quand ma chatte devenait toute charnue, c'était juste de la graisse et que je mangeais trop."

"Eh bien, non pas que vous ayez besoin de perdre du poids, mais vous allez en perdre un peu demain."

"J'espère que ça guérira rapidement, j'aurai de vrais symptômes de sevrage sans que ta bite me baise."

"Ce ne sera pas pour si longtemps mais je pourrai toujours te baiser le visage."

"Bien."

Nous avons fini de parcourir les photos que John avait prises, puis nos cafés se sont levés et sont descendus sur le sentier. En descendant, j'ai regardé les gens que j'avais vus en train de regarder ma chatte. L'un souriait et me regardait toujours et un autre rougissait quand nous avons établi un contact visuel. Je lui souris.

De là, nous nous sommes promenés un peu plus et sommes tombés sur le Hard Rock Cafe.

"Je me suis toujours demandé à quoi ressemblaient ces endroits." John a dit, allons voir et déjeunons.

Nous l'avons fait et même si la nourriture était bonne, John n'était pas si impressionné,

"Ne répond pas à tout le battage médiatique." Il a dit.

De là, nous sommes allés un peu plus loin sur la route jusqu'à Hyde Park pour nous éloigner de tout le bruit pendant un court moment. Je n'avais pas réalisé que c'était si grand. Nous sommes allés faire un tour sur le SolarShuttle et dans ma robe ultra courte avec moi ne croisant pas les jambes j'étais sûr que les hommes assis en face de moi pouvaient voir mon pubis fendu et chauve mais je m'en fichais, j'appréciais le calme relatif comme nous avons glissé sur le lac Serpentine avec John tenant ma main. Quand nous nous sommes assis, je m'attendais à moitié à ce qu'il passe son bras autour de mes épaules et que sa main descende et tienne un de mes seins, mais pour une raison quelconque, il ne l'a pas fait, peut-être était-ce à cause des enfants qui étaient sur le bateau.

Après le voyage en bateau, John a décidé que ce serait bien de s'allonger sur l'herbe et de profiter du soleil pendant un moment. Il a choisi une belle zone d'herbe à proximité d'un chemin très fréquenté et je me suis allongé avec mes pieds pointant vers le chemin. Au début, John était allongé à côté de moi et nous avons juste parlé et profité du soleil. Au bout d'un moment, John s'est levé sur ses coudes pour regarder autour de lui et une minute plus tard, il a dit :

"Jade, tu réalises qu'avec tes jambes non croisées et dans cette robe, les gens peuvent voir ta chatte ?"

"Je n'y avais pas vraiment pensé mais je suppose que tu as raison, tu penses que beaucoup de gens qui passent par là l'ont vu ?"

"Je n'ai aucune idée."

« Dois-je ouvrir un peu plus mes jambes ?

"Si vous voulez, mais pas trop loin, sinon les gens se rendront compte que vous le faites exprès."

"Hmm, oui, je suppose que dans un endroit comme celui-ci, je ne veux pas que ce soit autre chose qu'un accident, même si le soleil me fait du bien sur la chatte."

"Même si j'aimerais que tu sois complètement nu en ce moment, je suis sûr que nous ne nous en sortirons pas longtemps. Une personne misérable est obligée de téléphoner à la police. Mais pensez, avec vous qui avez besoin de vous détendre pendant une semaine ou deux, vous pouvez vous allonger sur une chaise longue à l'arrière de la maison et profiter du soleil là-bas.

"C'est-à-dire que s'il ne pleut pas, vous savez à quoi ressemble le temps anglais."

"J'ai commandé deux semaines de soleil glorieux rien que pour toi Jade. Hey, tu as envie d'une glace ? Je suis sûr qu'ils les ont vendus dans ce café là-bas.

"Ce serait bien, alors nous pourrions revenir ici et nous allonger à nouveau."

"Non, tu restes là Jade, je vais aller les chercher."

Alors que j'étais allongé seul, j'ai pensé à ma chance, à la façon dont ma vie avait changé d'un travail ennuyeux, vivant seul et me masturbant tous les quelques jours, à un travail bien rémunéré qui jusqu'à présent impliquait de ne rien faire. , de vivre dans une maison incroyable, d'avoir un petit ami qui me baise en moyenne quatre fois par jour et de devenir une nymphomane exhibitionniste et nudiste qui veut la bite de John en moi tout le temps. La vie ne pouvait pas être meilleure.



J'ai entendu ce qui ressemblait à au moins deux jeunes hommes qui parlaient, mais je n'ai pas ouvert les yeux pour regarder. Les voix sont devenues plus fortes et j'ai commencé à être capable de comprendre ce qu'ils disaient et ils parlaient de moi. Ils parlaient de ma chatte et de ce qu'ils aimeraient en faire, ce qui rendait ma chatte toute humide, ce que l'un des jeunes hommes a commenté.

Puis ils sont devenus silencieux et après quelques secondes, j'ai ouvert les yeux et me suis levé sur mes coudes et j'ai vu les trois jeunes hommes s'éloigner rapidement. Puis j'ai vu John s'approcher de moi de l'autre côté. Juste pour le taquiner un peu, j'ai ouvert mes jambes assez largement jusqu'à ce qu'il arrive juste à côté de moi.

"Pratant pour les affaires, petite coquine." John a dit, "combien facturez-vous?"

Je l'ai regardé et j'ai répondu.

"Pour une seule glace, VOUS pouvez faire ce que vous voulez de mon corps pendant les cent prochaines années."

"C'est une bonne affaire jeune fille, voici votre glace et quand vous aurez fini, j'aurai une chambre d'hôtel où je pourrai vous emmener et vous foutre la cervelle."

"C'est une bonne affaire monsieur, j'aurai fini ma glace dans environ cinq minutes, puis je suis à vous de faire ce que vous voulez avec mon corps."

John sourit et s'assit à côté de moi.

« Alors, avez-vous apprécié ces jeunes hommes qui regardent votre chatte Jade ? »

"Je ne savais pas qu'ils l'étaient au début. Ce n'est que lorsque l'un d'eux a dit à ses copains de regarder ma chatte humide que j'ai réalisé, alors je suis devenu plus humide.

"Ce doit être agréable d'être une fille et d'avoir la plupart du sexe opposé qui convoite votre corps."

"Eh bien, je ne me plains certainement pas."

"Tu sais que tu peux utiliser tes charmes et ton corps nu pour obtenir ce que tu veux, n'est-ce pas ?"

"Je le sais maintenant, mais j'ai déjà tout ce que je voudrais être assis juste à côté de moi."

"Tu sais aussi dire les bonnes choses jeune fille, allez, retournons à l'hôtel pour nous amuser un peu, puis mangeons au restaurant de l'hôtel ce soir. Ensuite, ce sera tôt le soir, nous devons être chez le chirurgien à 9 heures du matin.

« Ne me rappelle pas. Je suis toujours nerveux à ce sujet.

"Dans une semaine, vous vous regarderez dans un miroir et aimerez ce que vous voyez, je sais que je le ferai."

Nous avons fait exactement ce que John a dit et personne dans le restaurant de l'hôtel n'a sourcillé devant ma robe semi-transparente, ni devant l'antenne rose qui dépassait sous l'ourlet. John m'a taquiné tout au long du repas et je suis sûr que les serveurs ont dû penser que j'étais un malade mental évadé. Mais John me rendait nerveux encore et encore. Même quand il m'a emmené au sommet, il a commencé à gagner du terrain. J'ai vu pas mal de monde entrer dans le restaurant après nous et repartir avant nous.

Encore une fois, ma robe a été enlevée dès que nous sommes entrés dans l'ascenseur et j'ai tout oublié du lendemain jusqu'à ce que John m'ait réveillé avec sa bite glissant dedans et dehors de moi et moi éjaculant puis relaxant.

*****

Le plan était de prendre un taxi jusqu'à Harley Street, de faire les affaires, puis de revenir à l'hôtel en taxi pour ramener la voiture à la maison.

Lorsque nous sommes arrivés, deux autres femmes sont arrivées, l'une seule et l'autre avec un partenaire masculin et je me suis demandé combien de procédures le chirurgien subissait chaque jour, combien de chattes il changeait l'apparence.

Le réceptionniste a été le premier à me détendre en nous offrant un café et en me disant que le chirurgien avait fait des milliers d'interventions similaires et qu'il n'avait jamais eu une seule plainte. J'ai eu cette vision stupide d'un énorme tas de petites lèvres de femmes coupées et d'hommes qui se battaient pour jouer avec.

Nous avons été conduits dans une petite salle d'attente puis quelques minutes plus tard, nous avons été conduits dans la salle de consultation du chirurgien. Le chirurgien était un gars vraiment gentil et amical, assez vieux pour être mon père. Après une petite conversation amicale, il s'est mis au travail,

"D'accord, Mme Peterson, je vous ai demandé une labiaplastie, une hoodectomie et une procédure de monsplastie, n'est-ce pas ?"

Jean l'interrompit et dit :

"Serait-il également possible de poser un stérilet hormonal ?"

"C'est tout à fait possible mais j'ai besoin d'entendre le consentement de Mme Peterson, j'ai aussi besoin qu'elle signe des formulaires de consentement. S'agit-il de la procédure que vous voulez que j'effectue, Mme Peterson ? »

"Ils pourraient l'être si je savais ce qu'ils sont, pourriez-vous expliquer chacun en langage profane s'il vous plaît?"

"Bien sûr, une labiaplastie est une intervention chirurgicale visant à réduire la taille des petites lèvres, j'ai besoin de savoir quelle quantité vous souhaitez en retirer."

"Tout." J'ai répondu.

"D'accord, une hoodectomie est une chirurgie de réduction du capuchon clitoridien, combien voudriez-vous retirer ?"

"Je veux que mon clitoris soit visible tout le temps."

"Cela peut être fait, mais je dois vous avertir que le fait d'avoir votre clitoris exposé tout le temps peut vous amener à être constamment excité sexuellement."

"C'est ce que je veux."

« Assez juste, Monsplasty est une intervention chirurgicale qui élimine les tissus adipeux excessifs et le relâchement cutané de votre mons pubis et de vos grandes lèvres, est-ce ce que vous voulez ?

"Oui, je déteste pouvoir saisir des mains pleines de graisse sur mon pubis et mes lèvres, je veux qu'elles reviennent là où elles étaient il y a dix ans."

"Cette procédure n'inclut normalement pas les grandes lèvres, mais il n'y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas, si c'est ce que vous voulez ?"

"C'est."

"D'accord, enfin, un stérilet hormonal est un petit dispositif contraceptif installé dans votre utérus. La plupart des femmes ne le sentent pas et oublient souvent qu'il est là. Le type que je recommanderais est un contraceptif efficace pendant une dizaine d'années, puis il faut l'enlever et, si désiré, en mettre un autre. Il y a cependant un effet secondaire probable que vous aimerez ou non. La majorité des femmes avec un appareillage cessent d'avoir leurs règles, si cela devait arriver, cela serait-il un problème pour toi Jade ? »

"Est-ce qu'ils recommenceraient et serais-je encore capable de tomber enceinte quand il a été retiré?"

"Absolument Jade."

J'ai regardé John et j'ai dit :

"Non, je ne veux pas tomber enceinte, nous en discuterons lorsque le stérilet devra être remplacé."

Jean a souri.

"Alors, Mme Peterson, est-ce que ce sont les procédures dont vous avez besoin?"

"Oui, ils sont."

"Bien, encore une chose à discuter et c'est l'anesthésie, vous avez le choix entre locale ou générale, la plupart des femmes optent pour la locale, l'avantage étant que vous pouvez partir beaucoup plus rapidement."

J'ai regardé John puis j'ai dit :

"Eh bien, si la plupart des femmes optent pour le local, je le ferai aussi."

"Excellent, avant de commencer, je dois vous faire passer un examen gynécologique complet pour m'assurer que vous êtes en bonne santé et apte à ces procédures. Puis-je te demander d'aller derrière le paravent là-bas, d'enlever tous tes vêtements et de les mettre dans le panier, tu peux mettre la blouse médicale si tu veux puis venir monter sur la table d'examen. Voulez-vous que votre partenaire parte maintenant, nous avons une salle d'attente ? »

« Jean peut-il rester avec moi, s'il vous plaît ? »

"Bien sûr, mais pas dans la salle d'opération."

Je suis allé derrière le paravent et j'ai enlevé ma robe et mes chaussures, mais je ne me suis pas soucié de la robe. Je n'en voyais pas l'intérêt car l'homme allait voir et mettre la main sur toutes les bonnes parties de mon corps très bientôt et quelques secondes plus tard j'attendais d'être examiné. Le chirurgien m'a fait un examen très similaire à celui où j'étais allé chez mon médecin généraliste pour demander de prendre la pilule sauf qu'à la fin, le chirurgien a joué avec mon clitoris, ce qui m'a fait avoir un orgasme. Pendant qu'il faisait cela, il dit :

"Je dois juste m'assurer que tout fonctionne normalement avant de commencer les procédures."

J'ai regardé John alors que mon orgasme diminuait et j'ai vu qu'il souriait et j'ai pensé,

"John aime voir d'autres personnes me faire jouir, n'est-ce pas?"

Alors que je me remettais de mon high, j'ai dit,

« Alors, est-ce que je fonctionne normalement ? »

«Oui, Mme Peterson, vous le faites. Votre sensibilité est probablement un peu plus grande que la moyenne des femmes mais je suis sûre que cela vous rendra la vie un peu plus agréable. Maintenant, si vous souhaitez aller attendre dans notre salle d'attente, vous serez appelé lorsque nous serons prêts pour vous.

Je suis allé chercher le panier avec ma robe, mes chaussures et la blouse médicale dedans et John et moi avons quitté la pièce. John m'a enlevé le panier pour que je n'aie pas à le porter. Alors que nous parcourions la courte distance jusqu'à la salle d'attente, John a dit :

"Et tu n'as même pas mis la blouse médicale sur Jade, tu es devenu un vrai exhibitionniste."

J'y ai pensé et j'ai dû être d'accord avec lui. Alors que je suivais John dans la salle d'attente, j'ai vu trois autres femmes et deux hommes. L'une des femmes ne portait qu'une blouse médicale, mais toutes les autres portaient des vêtements de ville. Mon récent orgasme et ce que John avait dit m'ont fait plaisir de ne pas m'être soucié de la robe et j'ai senti ma chatte commencer à picoter.

Les cinq personnes présentes dans cette pièce me regardaient alors que je m'asseyais sur l'une des chaises, John assis à côté de moi. Je n'ai pas croisé les jambes comme le font la plupart des femmes, en fait je me suis assise les genoux écartés sans faire d'effort conscient pour le faire. Au bout de quelques secondes, John murmura :

"Ces trois femmes se demandent si elles devront aussi attendre ici nues."

J'ai ri un peu mais je n'ai rien dit."

Il s'est passé dix bonnes minutes avant que je sois appelé et à ce moment-là, deux autres jeunes femmes accompagnées d'hommes sont entrées. Il commençait à y avoir un peu de monde et j'étais la seule à être nue. Avant que je sois appelé, une autre jeune femme a été appelée et elle est partie en laissant son partenaire masculin tout seul, mais tout le temps avant que je sois appelé, l'homme me regardait.

Mes mamelons étaient durs comme de la pierre et picotaient, ma chatte fuyait un peu et mon clitoris était sorti et picotait. Quand j'ai pensé à mon clitoris, j'ai pensé,

"Eh bien, vous ne pourrez pas vous cacher plus longtemps, vous serez là pour que tout le monde puisse le voir tout le temps."

Je me demandais s'il y avait une drogue ou quelque chose qui la rendrait engorgée et dure tout le temps, quelque chose comme le viagra pour les femmes ? J'ai pris note mentalement d'en parler à John car j'étais sûr que l'idée lui plairait.

"Mme Jade Peterson." J'ai entendu dire la jeune réceptionniste.

J'étais un peu surpris car je réfléchissais encore à des moyens de garder mon clitoris engorgé et dur tout le temps.

"Oh, oui, c'est moi." dis-je et je me levai.

Je me tournai pour regarder John et il articula les mots,

"Je t'aime."

Il a serré ma main et j'ai commencé à marcher vers la réceptionniste qui a agi comme si c'était un événement quotidien pour les filles de se promener totalement nues. J'ai été conduit dans une pièce très blanche et stérile avec une table médicale, semblable à celle que John m'avait achetée, quelques petites tables avec des instruments dessus, une collection de petites machines avec des moniteurs attachés et trois personnes là-dedans. J'ai reconnu le chirurgien mais pas l'autre homme ni la femme.

"Détendez-vous Mme Peterson, cela ne vous fera pas de mal et avant que vous ne vous en rendiez compte, vous sortirez d'ici. Puis-je vous appeler Jade ? Mme Peterson a l'air si formelle, vous pouvez m'appeler Donald.

"Bien sûr Donald."

"D'accord Jade. Montez sur la table et Mary attachera quelques objets à vos bras et vous fera quelques injections autour de votre vulve, elles se sentiront comme de petites piqûres. Pouvez-vous lever vos jambes dans les étriers pour moi s'il vous plaît. Le travail de Trevor est simple, tout ce qu'il a à faire est de surveiller vos signes vitaux qui doivent rester constants ou peut-être nous montrer que vous vous détendez davantage dès que vous vous rendez compte que vous ne ressentez rien.

J'ai soulevé mes jambes sur les étriers et les ai sentis tellement écartés que j'étais sûr qu'ils pourraient voir que j'étais mouillé après avoir été excité dans la salle d'attente. J'ai vu Mary passer entre mes jambes puis j'ai senti des doigts sur une de mes lèvres puis une petite piqûre, puis la même chose sur l'autre lèvre puis plus rien. Je me suis souri en pensant qu'ils auraient pu avoir cinquante hommes pour me gangbanger tout de suite et je n'aurais rien ressenti, puis j'ai pensé que je ne serais pas capable de jouir donc le gangbang était inutile .

« Alors, d'où viens-tu, Jade ? » a demandé Donald.

C'était le début d'une conversation qui a duré ce qui a semblé être quelques heures, et ce n'était que de petites discussions inutiles. J'ai vite réalisé que c'était pour me distraire de ce que Donald me faisait, dont je ne pouvais rien voir, ce qui était probablement une bonne chose. Je ne dirais pas que je suis dégoûté mais une fille qui regarde sa chatte se faire découper n'est probablement pas une bonne idée, certainement pas pour moi, je ne sais pas ce que j'aurais fait si j'avais pu voir. J'en suis rapidement arrivé au point où je cherchais dans la pièce quelque chose pour me distraire, mais tout ce qu'il y avait, c'était Mary et Trevor qui se promenaient en faisant Dieu sait quoi.

Puis c'est Donald qui a dit,

"Voilà Jade, tout est fait, je vous suggère d'essayer d'éviter de vous regarder pendant quelques jours car tout le monde ne sera qu'un gros bleu et bien que les points de suture soient tous de mon mieux, ils pourraient vous alarmer un peu. Ne vous inquiétez pas pour les points de suture, ils vont simplement se dissoudre et tomber en quelques jours.

J'ai vu Trevor quitter la pièce et Mary détacher ce qu'elle avait mis sur moi puis elle a dit,

"Je vais chercher vos vêtements", et elle aussi a disparu.

«Bien Jade, suivi, quand tu prends un bain ou une douche, pas de frottement, de savon ou de serviette, juste des tapotements doux. L'anesthésie commencera à se dissiper dans environ une heure, la réceptionniste vous donnera un peu de paracétamol pour soulager la douleur, suivez les instructions sur la boîte puis je suggère à votre partenaire d'en acheter d'autres pour vous durer quelques jours. Si après une semaine, pour une raison inconnue, vous pensez que vous ne guérissez pas comme prévu, veuillez me téléphoner. Et n'allez pas faire de l'équitation ou du vélo tant que vous ne croyez pas être guéri à cent pour cent, certainement pas cet après-midi ou demain.

"Ha, vous n'avez rien à craindre à ce sujet." J'ai répondu.

"Je suis sûr que tu seras ravie des résultats Jade, tu paraissais dix ans plus jeune même étalée sur la table."

"Merci Donald." J'ai juste réussi à dire avant que Mary ne revienne avec mes vêtements.

Donald est parti et Mary m'a tendu ma robe que j'ai enfilée, puis elle m'a dit de la laisser mettre mes chaussures en disant :

"Pas de mouvements brusques ou d'étirement des jambes, dans n'importe quelle direction, juste une marche lente et douce jusqu'à ce que les choses commencent à guérir."

"Oui Marie."

Avec mes chaussures, Mary m'a lentement ramené à la réception où John attendait avec un grand sourire sur le visage.

"D'accord?" Jean a demandé.

"Je pense que oui, je suis toujours tout engourdi là-bas."

"Êtes-vous d'accord pour rester là pendant quelques minutes pendant que je m'installe?"

"Bien sûr, je me sens bien, bien jusqu'à ce que l'anesthésie se dissipe. As-tu du paracétamol ?

"Ils sont là." Dit la réceptionniste en tendant la boîte et la facture à John.

Quelques minutes plus tard, John me raccompagnait lentement hors de la porte d'entrée et vers un taxi qui attendait.

« Alors, c'était comment ? » Jean a demandé.

"Je ne sais pas, je n'en ai jamais vu et je n'y ai pas jeté un coup d'œil."

"Je vais te ramener à la maison, puis nous allons jeter un coup d'œil."

John a tenu ma main pendant le court trajet, puis il m'a aidé à sortir du taxi, je ne me souciais pas de la hauteur de ma robe sur mes fesses lorsque je suis sorti. Une fois sorti, je suis resté là pendant que John parlait au portier et quelques minutes plus tard, la voiture de John est apparue et le portier faisait rouler notre valise à l'arrière de la voiture.

John m'a dit de garder mes jambes jointes et de le laisser me faire descendre dans la voiture, ce que j'ai fait et j'ai pensé,

"Eh bien c'est une première, monter dans la voiture de John et ne pas le laisser voir ma chatte, mais peut-être que c'est une bonne chose en ce moment, je parie que ce n'est pas une vue agréable."



John souleva mes jambes dans la voiture puis ferma la portière pendant que j'attachais la ceinture de sécurité.

Quelques minutes plus tard, nous étions dans les files d'attente du trafic en direction de la maison. Le couvercle était sur la voiture et je pense que l'anticipation de la douleur que je savais qu'elle allait venir a maîtrisé mon désir d'être vue et je voulais juste être à la maison au lit avec John me câlinant.

John had lowered the back of my seat and before we were out of London I was fast asleep, only waking up when I heard John’s car door shutting after he got out on his drive.

John reversed the process to get me out and as we slowly walked in I told him that I needed some of the paracetamol. Once through the front door John literally scooped me up and carried me upstairs to the bedroom where he took my dress off me and lifted me onto the bed before taking my shoes off.

As he pulled the duvet over me he said,

“You’re going to look good when you’ve healed Jade.”

“Can you get a mirror and let me look please?”

“No, you are staying there for a few days until some of the swelling and bruising goes.”

“That bad eh?” J'ai répondu.

“Nothing more that I would expect. You just stay there and relax. I’ll get the paracetamol and leave everything to me, I’ll be you personal servant for a few days getting you everything that you want, I’ll even carry you to the bathroom and wipe you butt for you.”

“I think that I’ll be able to manage that but thank you, but when will you spin me round on this bed so that my head is hanging off the side and you can fuck my throat?”

“Bloody hell Jade, every other woman that had gone through what you have just done wouldn’t even be thinking about sex. I knew I got the right girl, you’re a total nymphomaniac. No Jade, you’re staying exactly where you are for at least forty eight hours.”

“That’s your fault John, you got me started thinking about such things.”

“Are you complaining?”

“Absolutely …………………… NOT.”

“Right, paracetamol, bottle of water, your phone, the TV remote, They’ll all be here in a couple of minutes. Oh, and that TV can now get Netflix so you can watch those soppy, romantic films.”

“Can I invite my friends round?”

“In a couple of days. I’d stuff my cock into your mouth to stop you talking if you weren’t suffering, maybe I should put some handcuffs and a ball gag on you.”

“That sounds fun.”

“Shut up woman, your pain will be getting worse if I don’t get that paracetamol. I’m going.”

John went and came back a few minutes later with everything that he’d promised and I quickly took a couple of paracetamol then closed my eyes.

“Phone me if you need anything. I won’t be far away.”

I didn’t think that I was tired but I started watching a movie and the next thing that I knew was John sitting on the bed next to me and the movie had finished.

“How are you doing girl with a pussy that I don’t recognise.” John said.

“Have you been looking at my pussy while I was asleep?”

“Yes, but I’ve done that before.”

“You’ve fucked me while I was asleep before today and I loved it, when I woke up that is.”

“So did I Jade. Now, how are you, are you hungry, can I get you anything, do you want carrying to the bathroom?”

“Actually nurse, I need a pee and I’m a but hungry.”

“I hope that you’re not expecting me to put on a nurse’s uniform, I don’t think a short skirt would suit me and I haven’t got the boobs for the job.”

“I can just imagine you in a short skirt with your balls hanging below the hem John.”

“Not going to happen Jade, come on, I’ll carry you to the bathroom, do you want me to wipe you as well? Although it had better be just a gentle pat for a few days.”

I didn’t realise just how many and which muscles a girl uses when she sits on the toilet and pees but it was a little painful and I was glad that John was there to help me.

“Can you pass me that little mirror please John?” I said when I finally got to my feet.

“Nope, no mirrors until you start healing.”

“I’ve probably started healing already.”

“I hope so, but it’s still no, I’ll brush your hair for you.”

“Wow John, you really should have become a nurse.”

“It doesn’t pay enough for me. Come on, back to bed.”

John carried me back to bed and asked if pizza would be okay to eat.

“Yes, but don’t let Harry come up here, I don’t want him to see me like this.”

“There’s nothing wrong with the way you look Jade, you look great, but okay, I’ll keep you locked away for a couple of days.”

About forty five minutes later John was sat on the bed beside me as we ate the pizza then later he cuddled up to me with one of his hands on one of my tits as we went to sleep.

*****

The next morning was the first one that I didn’t get fucked either just before or just after I’d woken up. What I did get put inside me was a couple of paracetamol then a drink of water that John had left on the bedside cabinet for me.

As I waited for the paracetamol to kick in I lay there. My legs had been spread ever since John had put me there the previous day and I got curious to know what my new pussy felt like so I gently explored with my fingers. My pubis felt different, not as padded, then my fingers went to my clit and I discovered that where it had been covered by the hood there was nothing covering it. When I touched the end of it I felt it swell and go hard.

“This is going to give me a lot of pleasure very easily.”

I thought as I let my fingers rub the end of it from side to side being careful not to touch my reduced size hood. In spite of the pain, or maybe because of it, it didn’t take long for me to have an orgasm.

“Well that still works just fine.” I thought as I came down from my high.

My fingers gently went lower. Where I had had meaty lips there hardly enough to put in a sandwich and I really wanted to look at them. A little later I gently felt for my flaps but couldn’t find any. Just then John walked into the bedroom carrying a tray.

“Good morning Jade, I heard you cumming, you be careful girl, we don’t want to have to go back to London to get you stitched up again. Pull yourself up and get some of this inside you.”

“Can I give you a blowjob please, you’re missing out at the moment and I don’t like that.”

“Don’t you worry about me Jade, I’m just fine, I can wait until you’re all healed.”

“But I don’t want to wait John, I want you inside me somewhere.”

“Eat your breakfast then we’ll see how much pain you’re in. Phone or text me when your done.”

I did and when John came back I’d put the tray to the side of the bed and shuffled myself round so that my head was hanging over the side of the bed and the duvet was pushed off me so that John could see my whole naked body.

“Jeez Jade, you really are a nymphomaniac.”

John said as he unfastened his trousers. Seconds later his cock was in my throat.

Some of John’s cum went down my throat and the rest of it went over my face and chest. Then he carried me to the shower and we shared the space as we showered, John carefully washing all around my pussy. Then after he dried me John carried me back to bed where I spent the rest of the day.

Thankfully, by the time John cuddled up to me that night I could feel the first signs that I was starting to heal.

The rest of the week followed a similar pattern except that by the Friday afternoon I was able to go to the bathroom on my own, and get a bit more adventurous with my clit. As we ate our delivered evening meal John suggested that I phone my friends and invite them over on the Saturday or the Sunday so I did and on the Sunday morning I put on a dress and slowly went downstairs to wait for Jenny and Rose.

When John opened the door to them he invited them in and led them into the lounge where I was waiting.

“Please forgive Jade for not getting up and coming to the door,” John said, “she’s had some surgery which I’m sure she will tell you all about. Can I get either of you a coffee or something stronger?”

John went off to the kitchen to make some coffee as Jenny said,

“You’ve got him well trained Jade. I half expecting you to be his slave.”

“Far from it Jenny, let me start at the beginning.”

I spent the next hour or so telling Jenny and Rose everything, even why I wasn’t jumping up and down with joy.

“You’ve had your pussy surgically altered?” Rose asked, “I thought that Female genital Mutilation was illegal.”

“It is, but cosmetic surgery isn’t and it’s a long way from FGM, this will enhance my pleasure whilst FGM is to deny girls their pleasure.”

“So can we see what you’ve had done Jade?” Jenny asked.

“Sure, I’m not the shy girl who’d never let even her friends see her naked before, I’ve been reborn. Can you help me get to my feet please, it still hurts when I strain my muscles.”

Both Jenny and Rose jumped to their feet and helped me up. As soon as I was on my feet my hands went to the hem of my dress and seconds later the dress was flying across the room to another chair.

“Wow Jade, you aren’t shy any more are you?”



“No, and you should see me when my personal trainer takes me jogging.”

“You go jogging naked?” Rose asked.

“No, I have my trainers on.”

“On the public roads?”

“Some of it is but it’s mainly through the woods.”



"Ouah. I hope the police don’t catch you.” Rose said.

“So what do you think ladies?” I asked as I spread my legs.

“Well for starters your pussy looks sore.” Jenny said.

“It is, but it’s getting better.”

“It’s difficult to say, I never saw your pussy in any detail before and all these stitches don’t help but I would say that you look like you did ten or twelve years ago, except that I doubt that your clit was that big then.”

“I’m not sure that I knew what a clit was ten or twelve years ago but I haven’t had a real good look myself yet, John says that I should wait until it’s a lot better.”

“He’s probably right, I can see what it will look like but it’s not a real pretty sight at the moment.”

“My clit still works, I’ve been rubbing one out for John each day and I think that it’s more sensitive than it was, I don’t know how that is possible but it does.”

“Maybe it’s because it’s out and looking for some action all the time, got nowhere to hide.”

“Maybe, hey, while I’m up can I show you around the house?”

“Can you walk okay?”

“If I take it slow, yes.”

I slowly started walking towards the door and Rose said,

“Aren’t you going to put your dress back on Jade?”

“Not much point, I don’t normally put any clothes on. You guys are honoured that I put a dress on when I knew that you were coming.”

“Wow, who are you girl?” Jenny said, “and what have you done with our friend Jade?”

“Ha, very funny Jenny, I’m still me, and still your friend, I hope, it’s just that I come to realise who the real me is.”

“Well if I was a lezzy I’d be all over you like a rash Jade.” Rose said. “You look good naked Jade.”

“Thank you, I think.” J'ai répondu.

I led my friends to the games room first and when Rose saw the medical table and the straps she said,

“You two aren’t into this fifty shaded thing are you, you know, bondage and the likes?”

“We’ve dabbled, it makes me feel so empowered.”

“Empowered? Wow, you really have changed Jade.” Jenny said.

“Yes I have Jenny, but I still want to be friends with you and Rose.”

“And we still want to be friends with you Jade, even if you do leave your clothes in a pub car park.”

“About that, did one of you retrieve my skirt and top?”

“We did,” Jenny said, I took them home and washed them, I was going to bring them today but I forgot. I guess that you’re not in a rush to get them back either.”

“You’re right Jenny. Now this room is John’s personal gym that he lets me use. My trainer makes me work hard in there. Hey, have you ever ridden a bike with the seat too high and with no knickers on? I’d really recommend trying it.”

"Pourquoi?" Rose said, “That sounds like hard work.”

“Think about it Rose, your bare pussy on a saddle and having to slide from side to side.”

“Oh yes, maybe I should go and get my old bike from my parents house.”

“Okay ladies, the next room is a lot bigger.”

I opened the door to the swimming pool room.

“Bloody hell Jade, how rich is John?” Jenny said.

“I have no idea. Fancy going for a swim?”

“We didn’t bring our bikinis.” Rose said.

“I don’t have a swimsuit either but I still go for a swim.”

“You mean you go skinny dipping?”

“Yes, and you can too, John won’t mind.”

“But he might come and see us.” Rose said.

“So what, he sees me like this all the time, it’s not like he’s going to rape you or anything, and besides. It’s alright for a man to see a girl naked..”

“What do you think Rose? Jenny asked.

“I’m game if you are Jenny.” Rose replied, “but what about you Jade?”

“A dip might do me good just so long as I have a shower afterwards, get rid of the chlorine. Come girls, get ‘em off.”

I left them to strip as I slowly walked to the pool then literally fell into the water trying to keep my legs straight. I’ve never tried to swim just using my arms and it was slow progress so I turned onto my back and floated as I watched Jenny and Rose finish stripping then come and jump in.

We messed about and talked for about fifteen minutes before Rose screamed, ducked down in the water pointing towards the door. I looked as saw John coming in. He walked to the side of the pool and said,

“Make sure that you get rinsed off properly Jade, the chlorine might not be good on your wounds.”

“Can we use the shower in the main bedroom please John?” J'ai demandé.

“Of course you can, you don’t need to ask Jade.”

John turned and walked out and I turned to look at Jenny and Rose. Rose was up to her neck in the water but Jenny was standing up which meant that her tits were above the water line.

“Rose,” I said, “it’s okay for men to see you naked, you have a great body, you have no reason to be ashamed.”

“So you wouldn’t mind John seeing me naked Jade.” Rose replied.

“Not at all, it’s natural for men to see girls naked, it’s not like we’re threatening or anything.”



“Yeah,” Jenny added, “we haven’t got a big hard cock wanting to fuck girls all the time.”

“True,” I said, “but I wouldn’t mind if John wanted to fuck either if you, you’re both more beautiful than I am.”

“That’s just not true Jade, you are a gorgeous young woman and now that you have that really cute little pussy any man in his right mind would want to fuck you.”

“Well John does and I think that some of his friends want to fuck me as well.”

“And you’d let them Jade?” Rose asked.

“If John wants me to, yes, and I wouldn’t be mad if he fucked either, or both of you. It would be me who he came back to.”

“Wow Jade,” Jenny said, “an exhibitionist, a nymphomaniac and a swinger. You really have changed Jade.”

“It’s the real me that has just come out of the closet. I’m really happy now.”



“Good for you girl,” Rose said, “and you really wouldn’t mind if John saw us naked and fucked us?”

“No, not at all.”

“Well I wouldn’t mind if he wanted to fuck me.” Jenny said.

We messed about in the water for a bit more then Rose asked,

“Can we get out now please?”

“Sure, we can use the shower in the main bedroom, there’s plenty of space and plenty of towels in there.”

“How do we get there?” Rose asked.

“Just follow me.” J'ai répondu.

I couldn’t get out the way that I normally do, jump up at the side and swing a leg up onto the side so I had to go to the steps and slowly climb out although I found it easier than I expected, maybe I was getting better quicker than I expected. I led my two naked friends our of the pool area and up the stairs, all three of us dripping water. I was secretly hoping that John would come out of his room and see my two friend in all their glory but he didn’t and we made it to the bathroom without being seen.

We talked as we took it in turns in the shower then got dried. The Jenny said,

“Shit, we left our clothes by the pool.”

“We’ll just have to go and get them then,” I said, “but we’ll have to leave the towels in the hamper here.”

“Are you just trying to get us to walk through the house naked Jade?”

“Yes, are you complaining?”

“I guess not, he is sort of cute.” Jenny said.

I wasn’t at all worried that John would fancy Jenny, or Rose, he had committed himself way too much to me, but as we walked downstairs I thought,

“John has told me that he would like to see me being fucked by other men, so maybe it would be okay for him to fuck Jenny or Rose, or both, but I would like to watch.”

Anyway, we made it back to the pool area and Jenny and Rose got dressed then we went back to the lounge, After talking for a while Rose said that they should be leaving and I got up on my own and it didn’t hurt much.

“I’m getting better.” I thought as I led them to the front door.

As they passed me to get to Jenny’s car I stepped outside. As Rose turned to wave goodbye she shouted,

“Get inside you exhibitionist.”

I smiled, waved back and thought,

“Yes I am.”

I went upstairs, still slowly, and went into John’s work room. He was talking to someone, on his phone I presumed, and when I went up to him he motioned for me to sit on his lap. After a couple of minutes of him talking about something that I didn’t understand, John squeezed my thigh and said,

“Kyle, this is Jade, my new PA.”

"Quoi?" J'ai dit.

“Hi there Jade, nice to meet you, you look great.”

“What?! You can see me Kyle? Oh, oh hi Kyle.”

“Yes I can see you Jade and John, you’ve got a real looker there, I’m jealous.”

As Kyle was saying that John clicked on a minimised window and up popped two windows on top of a mass of numbers, one window presumably of Kyle and the other one with the naked me sat on John’s lap. Kyle could see my little tits and me bare down to my thighs but because I saw sat, not my pussy.

“Jade has just had some cosmetic surgery on her pussy Kyle, it’s healing nicely, would you like to see it?”

John didn’t wait for an answer, he pushed with his feet and the chair wheeled back.

“Stand up and show Kyle Jade.”

I looked at John and felt my pussy get wet and tingle. Then I stood up, standing with my feet shoulder width apart.

“Zoom in on that mate. It’s still a bit bruised and sore but you’ll see what it’s going to be like.”

“I am John, I am, and I have to say that I’m impressed. Jade, you are gorgeous. John you are one lucky bastard. I hope that you don’t mind me taking a few screen grabs.”

“Not at all mate, but be quick, I’ve got another call waiting.”

“Turn around for Kyle Jade, let him see that cute little butt of yours.”

I did, and wondered if it was just screen grabs that Kyle was taking and not recording a video, not that I minded. After a minute or so John said,

“Got to go mate, talk soon.”

He clicked a couple of things on the PC then turned and pulled me back onto his lap.

“My friends have gone.”

“Did you tell them that they can come back anytime that they want?”

“Yes, and I told them that it was okay for them to be naked like me when you are around.”

“And what did they say to that?”

“They asked me if it was okay for you to fuck them. I said that it was.”

“Good girl, now more importantly, how’s your pussy, does it still hurt as much?”

“No, I’m down to one paracetamol and I can walk around much easier. Can I have a look at it now?”

“Let’s go to the bedroom and have a good look at it.”

We did, me spreading my legs quite wide and surprisingly not making my pussy hurt. John got down between my legs and had a good look then said,

“Coming along nicely, don’t move.”

John went and got his new camera then took a few photographs of my pussy with me like that, and up on my hands and knees with my knees quite wide apart. Then we went to the huge TV in the lounge where he plugged the camera’s memory card into a slot and up on the screen came my pussy, a good ten times the real life size.

We sat on the sofa and looked at every square millimetre of my pussy.

“Wow,” I said, “I’ve never seen my pussy like that before. Look, that little mark there, is that where a stitch has dissolved?”

“Yes, I’m sure that there was one there when I had a good look yesterday. All the swelling looks to have just about gone so that’s just about what it’s going to look like from now on, are you happy with the results?”

“I will be when you can start fucking me again.”

“Patience my love, it won’t be much longer.”

“I was touching it when I was in the pool earlier and it feels so different, like it did when I first realised that I could have some fun playing down there.”

“What about your clit? It looks bigger than it was but I don’t suppose that it is, it’s probably because it’s out there all the time now, whenever I look at your pussy now I’ve got two things that I see first, your hole and your clit, I don’t know which I like the most, your clit or your hole. The whole lot is so inviting.”

“And in a few days you can do whatever you want with it. I thought the same about my clit as well, it feels bigger but that’s probably for the reason you mentioned. I’m looking forward to having lots of accidental touches that make me cum when I’m not expecting it.”

John turned to look at me and gave me a long passionate kiss. One of his hands went to a tit and played with the nipple then drifted down to my pussy.

“I’ll be gentle.” he said as his fingers found my clit.

And he was, gently toying with my clit and leaving the rest of my pussy alone. He easily played long enough to make me cum and when I returned to normal I said.

“That was amazing, thank you John, I was starting to get withdrawal symptoms.”



“So was I.” John replied as I pushed him onto his back and unfastened his jeans.

“At least I can have you in my mouth.” I said as I gave him his second blowjob of the day, the first one being before we got out of bed.

As we cuddled in bed that night John said,

“Do you really want me to fuck Jenny and Rose Jade?”

“Why not, you’ve said that you want other men to fuck me.”

“Only if I’m watching, but don’t Jenny and Rose have boyfriends?”

“Yes, but what they don’t know about can’t harm them.”

“And they’d be okay with that?”

"Probablement. I’d have to ask them again just to make sure but they certainly seemed keen on the idea this afternoon.”

*****

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Le Baiser Partie #3

Cela fait quelques semaines de ce qui s'est passé sur le canapé cette nuit-là, moi et ma jeune fille se frottant et s'embrassant jusqu'à l'orgasme. J'ai remarqué qu'à chaque occasion qu'elle pouvait avoir, elle essayait de me voir nue, sortant de la douche, s'habillant dans la chambre, se changeant pour aller nager, etc. Je savais que je devais lui parler de ce qui s'était passé et lui dire que ce n'était qu'un coup de foudre et que cela ne devrait plus jamais se reproduire. Je n'arrêtais pas de me souvenir de ce baiser sensuel chaud que nous avions eu et je...

904 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.