Coucher de soleil hawaïen

115Report
Coucher de soleil hawaïen

Intro : Cette histoire a très peu de sexe. C'est plus une histoire d'amour. Donc, si cette pensée vous effraie, il serait préférable de conclure et de passer à une autre histoire. J'ai écrit un certain nombre d'histoires typiques pour ce site et je voulais écrire quelque chose d'un peu différent.


Chapitre 1

J'ai jeté un coup d'œil par la fenêtre vers la plage. L'herbe verte s'éloignait de la maison sur une centaine de pieds environ, pour être envahie par la plage de sable. C'était une journée calme et les vagues remontaient doucement le sable avant de retomber dans l'océan pour être repoussées par la vague suivante. Le soleil était toujours au-dessus de l'horizon. Il était presque temps, elle allait bientôt passer.

J'ai rempli un verre d'eau glacée et je suis sorti sur la terrasse. Il faisait très chaud ce soir et le ciel était clair avec seulement quelques nuages ​​dans le ciel lointain. J'avais mis deux chaises au milieu de la cour surplombant la plage plus tôt dans la journée et c'était là que je me dirigeais maintenant. La première fois que je l'avais remarquée, c'était il y a quatre jours. Chaque soir, elle faisait du jogging sur la plage, puis environ une demi-heure plus tard, elle revenait à pied en s'arrêtant tous les quelques mètres pour regarder le coucher du soleil. J'avais espéré qu'elle regarderait dans ma direction et qu'elle s'arrêterait peut-être pour parler un moment, mais jusqu'à présent, son attention était entièrement tournée vers les couchers de soleil.

Je m'assis sur la chaise et pris une gorgée d'eau fraîche. Je ne portais qu'un short et des sandales. Une légère brise soufflait de l'océan ; à peine perceptible sur ma peau. Je venais de me mettre à l'aise quand elle est apparue à ma gauche, faisant son jogging sur la plage. Elle était asiatique, chinoise je pensais, bien que je n'en sois pas sûr à cette distance. Ses cheveux noirs étaient attachés en queue de cheval pendant qu'elle courait et je les regardais rebondir d'un côté à l'autre pendant qu'elle courait. Quand elle est revenue, je savais qu'elle serait laissée tomber sur ses épaules.

J'ai vu son pas régulier la prendre rapidement devant moi. Ma main s'agitait sur le bras de ma chaise ; attendant qu'elle me jette un coup d'œil pour que je puisse lui faire signe. Sa silhouette était mince mais très en forme. J'étais assez près pour voir à quel point elle était belle. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour me dépasser et s'éloigner de moi ; jamais regarder mon chemin.

J'ai pris une autre gorgée d'eau et j'ai attendu. Elle reviendrait ; le soleil allait bientôt se coucher. Pendant que j'attendais, je me demandais d'où elle venait. J'avais vécu ici pendant près de dix ans et je ne l'avais jamais vue auparavant. Était-elle une touriste ? Est-ce qu'elle rendait visite à un ami ici sur la plage ? L'ami était-il un homme ? Était-elle déjà prise avant même que j'aie eu la chance de la rencontrer ? Elle était ici depuis au moins quatre jours. Partirait-elle bientôt ? Était-il déjà trop tard ?

Le soleil est tombé plus bas et un autre magnifique coucher de soleil hawaïen se préparait. J'ai regardé le soleil plonger suffisamment bas pour transformer le bas des quelques nuages ​​dans le ciel en un beau violet avec des nuances d'orange et de rouge alors qu'il commençait à tomber dans l'océan.

J'avais regardé le coucher du soleil pendant plusieurs minutes et je n'avais pas remarqué qu'elle était revenue. Juste au moment où le soleil disparaissait dans l'océan, je l'ai vue du coin de l'œil. Un léger mouvement de sa tête m'a donné l'impression qu'elle m'avait observé, mais lorsque j'ai levé la main pour lui faire signe, elle regardait clairement l'océan et n'a donné aucune indication qu'elle m'avait vu. J'ai baissé ma main sur mon côté; déçu de ne pas avoir attiré son attention.

Je l'ai regardée alors qu'elle se tenait là à regarder les vagues déferler sur la plage. Ses jambes avaient l'air soignées dans son short blanc ; coupe du jogging. Elle avait un petit cul serré et du léger angle qu'elle me faisait, j'ai bien regardé son profil. Ses seins étaient petits mais ils semblaient parfaits pour sa silhouette et sa stature ; elle semblait mesurer environ cinq pieds deux ou trois.

J'avais bousillé mon courage et j'étais sur le point de l'appeler quand elle a fait un pas et un autre a commencé à courir loin de moi. Elle n'avait fait que quelques pas lorsqu'elle tomba sur le sable en serrant son mollet. Elle s'étirait, essayant d'attraper son pied quand j'ai réalisé qu'elle avait une crampe. Je sautai de ma chaise et me précipitai pour l'aider. Je me suis agenouillé sur le sable et j'ai pris son pied dans mes mains et j'ai poussé sur le bas de ses pieds et de ses orteils pour remettre le pied à l'angle auquel il appartenait et étirer le muscle du mollet pour soulager la crampe.

Une fois que son pied allait bien, j'ai commencé à travailler légèrement sur le muscle de son mollet pour essayer de soulager la douleur. courir mes mains de son talon jusqu'à son genou, puis redescendre. Je levai les yeux pour la voir appuyée sur ses coudes, me regardant ; son visage ne me donnant aucune idée de ce qu'elle pensait. C'était la première fois que je la voyais de près. J'avais raison; elle était belle. Ses yeux avaient un regard plein d'humour en eux ; un éclat que j'ai aimé. Elle ne se moquait pas de moi ni ne souriait même, mais il semblait qu'elle était amusée par la situation.

Sa peau était si agréable sous mes doigts. Je ne voulais pas que le moment passe. Elle n'avait toujours rien dit, alors j'ai finalement demandé : « Ça va ? Elle commença à ouvrir la bouche mais la referma et ne dit rien, penchant juste un peu la tête sur le côté. Parlait-elle anglais ? "Mon nom est Paul. Comment tu t'appelles"? Elle m'a juste regardé et n'a pas répondu.

Décidant d'être courageux, j'ai pris une décision rapide. J'ai baissé sa jambe sur le sable et je me suis déplacé à ses côtés et je me suis mis à genoux. Je glissai un bras sous ses genoux et l'autre autour de son dos et me levai. Elle se sentait si légère dans mes bras. Alors que je me levais, elle passa ses bras autour de mon cou. Elle n'a rien dit mais je pouvais voir une question sur son visage.

Je me suis retourné avec elle dans mes bras et j'ai en quelque sorte pointé du menton ma maison sur la plage et les deux chaises sur la pelouse. "Je vais juste t'emmener là-bas pour que tu puisses t'asseoir quelques minutes jusqu'à ce que tu te sentes mieux". Elle n'a toujours rien dit alors j'ai commencé à marcher dans le sable vers les chaises.

Alors que je marchais dans l'herbe, je me demandais comment je pouvais communiquer avec elle. Je voulais mieux la connaître. Mais à moins d'engager un interprète, comment pourrais-je même l'inviter à dîner ? Pendant que je la portais, elle a continué à me regarder sans parler. Je me sentais perdu en la regardant dans les yeux. J'étais tellement impressionné par elle que j'ai failli passer devant les chaises.

Je l'ai soigneusement abaissée dans l'une des chaises. Elle a pris l'eau glacée que j'offrais et a pris une gorgée. Je tournai légèrement l'autre chaise vers elle pour pouvoir la voir et m'assis. Nous étions tous les deux assis là alors qu'il s'assombrissait lentement, regardant les vagues et sirotant l'eau glacée. Quand je pensais qu'elle ne regardait pas, je me retournais pour la regarder. Je ne sais pas si j'avais déjà été aussi proche de quelqu'un d'aussi beau. Était-elle mariée ? Il n'y avait pas de bague à son doigt mais cela ne signifiait pas forcément quelque chose. Y avait-il un petit ami dans la maison d'où elle venait ou en Chine, ou d'où qu'elle vienne ?

Elle se tourna finalement pour regarder la maison. Le côté face à l'océan était tout en verre. Chaque panneau était une section coulissante en verre qui pouvait être ouverte pour laisser entrer la brise de l'océan. D'un côté de la maison se trouvait une piscine intérieure. Redondant avec l'océan juste là mais c'était agréable de nager parfois sans l'eau salée. C'était aussi agréable de s'asseoir dans le jacuzzi et de regarder les couchers de soleil. Rien que d'y penser, j'ai pensé à m'asseoir dans l'eau avec elle à mes côtés.

Puis elle a pointé la maison mais n'a rien dit. Pourquoi s'embêter, pensai-je. Je ne comprendrais pas ce qu'elle disait de toute façon. J'ai regardé la maison. J'ai pointé la maison puis moi-même. J'ai dit : "C'est ma maison". Après l'avoir dit, j'ai réalisé à quel point je parlais fort. Plus doux, me répétais-je ; "C'est ma maison".

Ce n'était pas ça cependant. Elle désigna la chaise sur laquelle elle était assise, puis pointa du doigt la maison. Oh, j'ai enfin compris. « Non, il n'y a personne d'autre. Je vis seul; Juste moi". Comment puis-je faire passer cela? J'ai en quelque sorte secoué mon doigt vers la deuxième chaise et pointé du doigt moi-même, ma chaise, puis à nouveau la maison. Je pensais qu'elle avait peut-être compris. Elle hocha la tête et regarda ensuite l'océan.

Bien plus tôt que prévu, elle s'est levée, m'a fait un petit signe de tête puis a commencé à courir facilement dans l'herbe. Elle était certainement une guérisseuse rapide. Elle était sur le sable avant que je me souvienne, "Comment t'appelles-tu" ? Quelques secondes plus tard, sans répondre, elle s'était déplacée autour des rochers à l'extrémité de la plage et était partie.


Chapitre 2

Le lendemain, j'ai fait le tour de mon quartier en essayant de l'apercevoir ; en espérant pouvoir trouver dans quelle maison elle logeait mais sans succès. Puis j'ai pataugé toute la journée en attendant que le soir arrive. Environ une heure avant l'heure à laquelle elle courrait habituellement, la pluie a commencé. Habituellement, quand il pleut à cette période de l'année, nous prenons une douche rapide pendant quelques minutes, mais cette fois, il pleut plus fort et il pleut régulièrement jusque tard dans la soirée. J'ai attendu près de la fenêtre, espérant, mais elle n'est pas apparue.

Le lendemain, j'ai refait le tour avec les mêmes résultats. Alors que la soirée approchait, je commençais à m'énerver. Il y avait plus que les quelques nuages ​​habituels dans le ciel mais il ne semblait pas qu'il pleuvrait à nouveau. Environ trente minutes avant qu'elle ne passe habituellement, je remplis un pichet d'eau glacée, attrapai deux verres et sortis et m'assis sur l'une des chaises pour être prêt.

La plage était assez privée, seul le propriétaire occasionnel l'utilisait habituellement et la plupart de mes voisins étaient des couples plus âgés. Je les voyais passer le matin et le soir, nous nous saluions et c'était à peu près tout. J'étais assis là à regarder les vagues s'écraser sur la plage. Les vagues étaient plus hautes que la normale aujourd'hui, probablement à cause de la tempête passagère que nous avons eue hier. J'aimais regarder l'eau mais mes yeux continuaient à se déplacer vers la gauche, vers les rochers que je savais qu'elle ferait courir si elle venait aujourd'hui.

Puis finalement, elle était là. Elle portait la même tenue; short blanc et t-shirt blanc. Le contraste de sa peau et de la tenue blanche était saisissant. Alors qu'elle courait vers ma partie de la plage, j'ai levé la main et fait signe mais sa tête ne s'est pas tournée. En une minute, elle m'avait dépassé et s'était éloignée hors de vue. Je me suis senti écrasé. Mais alors c'était idiot. Nous ne nous connaissons même pas. Tout ce que j'ai fait, c'est l'aider avec une crampe. Je me suis assis dans le fauteuil pour regarder le coucher du soleil venir. J'avais encore de l'espoir.

Alors que je regardais les vagues se briser sur la plage, toutes les minutes environ, je regardais vers la droite où elle devrait bientôt revenir. Il m'a semblé tôt quand je l'ai aperçue au loin. Elle marchait sur le sable juste au bord de l'eau. Les vagues déferlaient et roulaient sur la plage et sur ses pieds. Je pouvais voir qu'elle riait et frappait l'eau avec ses pieds. Son rire était si délicieux. Elle ressemblait et ressemblait à un enfant ayant le temps de sa vie.

Il était encore à quelques minutes du coucher du soleil. Elle continuerait probablement à marcher le long de la plage et s'arrêterait ailleurs lorsque le soleil tomberait dans l'océan. Je me suis levé et j'ai protégé mes yeux du soleil pour mieux la voir. En regardant ses jambes, je pouvais encore sentir le contact de sa peau sur mes doigts ; la douceur soyeuse, la force en dessous.

Elle marchait lentement le long de la plage, donnant toujours des coups de pied dans les vagues, riant en marchant. Quand elle fut à ma hauteur, elle s'arrêta et regarda vers le soleil. Il restait encore vingt ou trente minutes avant que le coucher du soleil ne commence. Elle serait loin d'ici quand elle s'arrêterait enfin de marcher pour le regarder. Mon cœur a commencé à couler.

Elle se tourna pour me regarder et je levai rapidement la main pour lui faire signe. Elle regarda l'eau puis de nouveau vers moi pendant un moment avant de commencer à marcher lentement vers moi. Quand elle s'est levée vers moi, j'ai dit: "Je sais que tu ne comprends pas ce que je dis, mais voudrais-tu t'asseoir avec moi et regarder le coucher du soleil". Je pointai les chaises du doigt puis lui tendis un verre. Elle se tenait debout pendant que je lui versais son verre puis s'assit.

Nous restâmes assis là pendant l'heure qui suivit, sans parler, sirotant l'eau glacée et regardant le soleil se coucher lentement ; une autre belle journée au paradis. Toutes les quelques minutes, je tournais la tête juste assez pour pouvoir regarder son visage, l'angle exotique de ses yeux, les cheveux noirs tombant en cascade sur ses épaules, la jambe que j'avais touchée la veille. Nos chaises n'étaient qu'à quelques centimètres l'une de l'autre ; nos bras se touchant presque, reposant sur les accoudoirs de la chaise.

J'avais de nouveau tourné mon attention vers la mer quand j'ai senti un léger effleurement sur mon avant-bras. Je me tournai pour voir ses doigts se toucher à peine posés sur mon bras. Je levai les yeux pour la voir debout. Quand j'ai commencé à me lever, elle a déplacé sa main vers mon épaule pour m'arrêter. Je me suis assis là quand elle s'est retournée et a commencé à courir loin de moi. Je suis resté assis là encore une heure après sa disparition, pensant à elle et au contact de ses doigts sur mon bras.


chapitre 3

En début de soirée le lendemain, je me sentais comme un élève de huitième année. M'aimait-elle ? Viendrait-elle aujourd'hui ? Arrêterait-elle ? Si j'avais quelqu'un, je pouvais passer une note pour lui poser des questions, je le ferais.

J'ai fait de la limonade et je l'ai emportée dehors avec moi. Quand j'ai atteint les chaises, j'ai placé la limonade sur la table et j'ai pris la chaise sur laquelle elle s'était assise et je l'ai rapprochée de la mienne. Quelques minutes plus tard, je me suis levé, j'ai regardé les chaises, puis j'ai remis les siennes là où elles se trouvaient à l'origine. Puis, quelques minutes plus tard, je tendis la main et rapprochai à nouveau sa chaise.

J'étais toujours assis là quand elle est apparue. Quand elle a atteint le point le plus proche de moi, elle a regardé dans ma direction. Je levai le bras et lui fis signe. Elle a hoché la tête vers moi et a ensuite continué à courir sur la plage. J'ai bu de la limonade et j'ai attendu son retour.

Cela a pris beaucoup plus de temps cette fois. Le soleil déclinait déjà et elle n'était pas encore revenue. Elle n'avait jamais pris autant de temps auparavant. Je commençais à penser qu'elle avait pris un autre chemin et ne revenait pas par la plage quand elle était là ; marcher lentement sur la plage au lieu de faire du jogging. Habituellement, quand elle passait, toute son attention était tournée vers le coucher du soleil. Cette fois, elle marchait vers moi et ne prêtait aucune attention au coucher de soleil derrière elle ; son attention était sur moi.

Pendant qu'elle continuait à marcher vers moi, je lui ai versé un verre de limonade et l'ai posé sur la table devant moi près de sa chaise. Alors qu'elle s'approchait, nos yeux se touchaient mais aucun de nous ne dit quoi que ce soit. Elle est venue, a pris la limonade et s'est assise à côté de moi et a pris une gorgée. Nos bras sur les bras de nos chaises ; si près que la peau de mon bras picotait alors que je me souvenais de son contact la nuit précédente.

Dans les minutes qui suivirent, le coucher du soleil prit fin mais elle ne partit pas. Nous avons continué à nous asseoir avec juste le bruit des vagues qui remontaient la plage pour nous tenir compagnie, nous prenant tous les deux de temps en temps une gorgée de notre boisson.

je l'ai vu le premier; un surfeur à notre droite. Il était juste assis sur sa planche, attendant une vague. Je déplaçai ma main vers la sienne pour attirer son attention et le lui montrer. Elle a dû mal comprendre ce que je faisais. Elle tourna sa main et saisit ma main; nos doigts entrelacés. Alors qu'elle tournait la tête pour me regarder, j'oubliais le surfeur. Tout ce que je pouvais voir, c'était son sourire.

Je ne sais pas combien de temps nous nous sommes assis main dans la main ; mon avant-bras reposant sur le sien, nos doigts se déplaçant de temps en temps, le bout des doigts s'explorant. Sa main était juste dans la mienne. J'ai aimé la force en elle; comment elle m'a retenu la main. Elle n'a pas simplement laissé ses doigts reposer là dans les miens.

Il faisait assez sombre et la lune était sortie quand je l'entendis soupirer et me tournai pour la regarder. Ses yeux étaient fermés ; sa tête appuyée contre le dossier de la chaise. Pendant que je regardais son visage, elle a apporté son autre main et l'a posée sur ma main tenant la sienne. La nuit s'était un peu refroidie et sa main était chaude sur la mienne. Je me demandais comment son corps se sentirait pressé contre le mien ; mes bras enroulés autour d'elle.

Puis sans un mot, elle lâcha ma main et se leva. Je ne voulais pas que la soirée se termine si tôt. Que pouvais-je faire pour qu'elle reste plus longtemps ? J'ai regardé la maison et j'ai eu une idée. J'ai fait un mouvement de nage avec mes mains. "Voulez-vous piquer une tête dans la piscine" ?

Elle regarda mes mains pendant un moment puis leva les yeux vers moi et secoua la tête. Elle a pointé vers le côté gauche de la plage où elle disparaissait chaque nuit. Elle a levé une main et l'a mise derrière mon cou et a tiré ma tête vers le bas pour qu'elle puisse m'embrasser sur la joue. Avant que je puisse me remettre de ma surprise, elle s'était retournée et se déplaçait rapidement sur l'herbe jusqu'à la plage. Je l'ai regardée au clair de lune jusqu'à ce que je ne puisse plus la voir.


Chapitre 4

Il a fallu des heures pour s'endormir cette nuit-là. Je restai allongé dans mon lit en pensant à la sensation de sa main dans la mienne, à ses doigts et au contact de ses lèvres sur ma joue. Était-ce pour rien? Allait-elle disparaître aussi vite qu'elle était arrivée ? D'où vient-elle? Pourquoi était-elle ici ? Toutes ces questions et plus, tourbillonnant dans mon esprit, aucune n'a répondu, alors que j'essayais de m'endormir.

Le jour suivant a progressé comme la veille de Noël jusqu'à un enfant de dix ans. Je pensais que le soir ne viendrait jamais. J'étais dans mon fauteuil avec un pichet de limonade une heure avant l'heure à laquelle elle arrivait habituellement. Je ne voulais pas courir le risque qu'elle passe plus tôt.

Mais son temps est venu et passé sans aucun signe d'elle. Aurait-elle pu passer avant que je sorte ? J'ai commencé à regarder chaque direction, une minute à la fois ; ma tête oscillant d'avant en arrière. Peut-être qu'elle a décidé de ne pas courir aujourd'hui. Peut-être que son petit ami s'est présenté.

Le soleil était à une dizaine de minutes de se coucher lorsqu'il apparut à ma gauche ; marchant, pas en faisant du jogging, à travers le sable vers moi. Je suis resté là, à l'attendre. Elle portait sa tenue habituelle mais portait également un petit sac en plastique blanc à la main ; le genre que vous obtenez habituellement dans les magasins de vêtements. Elle s'est approchée à quelques centimètres de moi et a levé les yeux vers mon visage. Ses lèvres scintillaient à la lumière et j'eus l'envie soudaine de l'embrasser. Elle regarda autour de moi et montra la maison. Je n'étais pas sûr de ce qu'elle voulait et la question a dû se lire sur mon visage. Elle ouvrit le sac et me le tendit pour que je puisse voir à l'intérieur. On aurait dit qu'il y avait un maillot de bain à l'intérieur ; un bikini.

J'ai hoché la tête et lui ai souri et j'ai été récompensé par un beau sourire en retour. J'ai pris sa main dans la mienne et nous avons marché jusqu'à la maison. Je lui ai montré où elle pouvait se changer et je me suis occupé d'ouvrir les portes coulissantes pour que la brise de l'océan puisse entrer et que nous puissions entendre les vagues. J'ai regardé le jacuzzi et la piscine. Laquelle voudrait-elle ? J'ai choisi la piscine et j'ai sauté pour l'attendre.

Quand elle est sortie, j'ai été de nouveau frappé par sa beauté. Elle m'a vu dans la piscine qu'elle a traversée avec un sourire qui a juste illuminé son visage. Je me sentais chaud partout en sachant que ce sourire était pour moi. Son bikini lui allait à merveille. C'était noir, une couleur inhabituelle mais ça lui allait bien, presque érotique, comme des sous-vêtements noirs. Les fonds étaient très serrés; forme ajustée sur elle mais le haut était un peu trop grand.

J'étais au fond de la piscine ; l'eau me montait au menton. Elle m'a regardé puis a commencé à se déplacer vers l'autre bout de la piscine; l'extrémité la moins profonde. Je lui ai fait signe de me rejoindre mais elle a fait un mouvement de nage avec ses mains et a secoué la tête. J'ai été surpris; elle ne sait pas nager.

Je me suis déplacé de quelques pieds dans l'eau moins profonde pour accéder à l'échelle de la piscine. Maintenant, l'eau est juste arrivée au milieu de ma poitrine. Je lui fis signe de venir vers moi. "Je sais que tu ne comprends pas, mais viens ici et je vais t'aider". Elle m'a regardé et a de nouveau secoué la tête sans enthousiasme, mais elle ne s'est pas rapprochée de l'autre bout de la piscine. Je lui fis à nouveau signe avec mes mains de se rapprocher.

Finalement, elle s'est déplacée vers l'échelle et je me suis déplacé vers le bas et j'ai tendu mes mains pour lui montrer que je la tiendrais quand elle descendrait. Elle se retourna et commença prudemment à descendre l'échelle. Quand elle était à mi-chemin, j'ai mis mes mains sur ses hanches pour lui faire savoir que je l'avais. Tandis qu'elle descendait, j'eus le temps de la regarder ; sa taille fine, sa colonne vertébrale, la ficelle de son bikini un peu trop lâche dans son dos.

Quand elle fut à peu près jusqu'à la taille dans l'eau, elle se tourna avec une main tenant toujours l'échelle et me sauta en quelque sorte; ses bras me saisissant par le cou et ses jambes entourant ma taille. Elle ne plaisantait pas. Elle ne savait pas nager.

J'ai souri et j'ai essayé de ne pas rire; Je ne voulais pas qu'elle pense que je me moquais de sa peur. Mais ensuite, avec ses bras et ses jambes enroulés autour de moi, il était difficile de ne pas sourire. "Tu es en sécurité. Je t'ai eu. Je ne te laisserai pas partir". J'ai essayé de garder ma voix calme et apaisante. Elle ne comprenait peut-être pas mais je voulais avoir l'air rassurant. Sa tête avait été pressée contre la mienne mais maintenant elle se recula un peu pour me regarder et desserra un peu sa prise autour de mon cou. Son sourire était contagieux. Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire aussi.

J'ai fait quelques petits pas au milieu de la piscine. Quand elle fut ce que je faisais, elle resserra sa prise et le sourire glissa un peu. "C'est bon. Je ne te laisserai pas partir". Au cours des minutes qui ont suivi, j'ai travaillé pour qu'elle se détache de moi et j'ai essayé d'expliquer ce que je voulais qu'elle fasse en lui montrant du mieux que je pouvais avec mes mains. J'essayais de lui faire apprendre à flotter dans l'eau. Cela lui donnerait une certaine confiance. Lui apprendre à nager prendrait beaucoup plus de temps, mais cela aiderait à faire un petit pas.

J'ai finalement pu mettre mes mains sous ses cuisses et son dos pour qu'elle puisse s'allonger à plat sur l'eau. Alors qu'elle essayait une fois de plus, mes yeux continuaient de dériver vers le haut de son costume. Le haut était trop grand et je pouvais parfois voir ses seins. C'était tellement déconcertant. Elle riait et s'amusait. Je ne voulais pas qu'elle me surprenne en train de regarder et pense que j'étais une sorte de lâche. Mais ses seins étaient si beaux. Alors qu'ils étaient petits, j'ai ressenti le désir de les tenir dans mes mains, en la caressant. Je pouvais me sentir remuer rien qu'en y pensant. Je devais me concentrer pour l'aider à le faire disparaître.

Elle a finalement compris et flottait sur l'eau. Elle ferma les yeux et laissa sa tête reposer dans l'eau ; ses longs cheveux s'écartant d'elle. J'ai progressivement retiré mes mains de son soutien et je l'ai laissée flotter là. Elle a dû flotter toute seule dans l'eau pendant environ une minute avant de finalement réaliser que je ne la soutenais pas. Elle laissa échapper un petit cri de joie et se plia rapidement à la taille et coula sous l'eau. Je l'ai immédiatement attrapée et soulevée. J'avais peur que tous nos progrès soient gâchés, mais quand je l'ai relevée, elle riait. Je l'avais soulevée haut pour la sortir de l'eau ; sa taille était au même niveau que ma poitrine. Quand je l'ai regardée, j'ai réalisé que le dunk ou mon soulèvement soudain d'elle avait fait remonter son haut de bikini, exposant ses deux seins. Elle me regarda mais ne fit aucun mouvement pour ajuster son haut.

J'ai commencé à la baisser pour que ses seins ne soient pas sur mon visage. J'avais à peine commencé qu'elle laissa échapper un "ooh" et pointa par-dessus mon épaule derrière moi. Je me tournai avec elle toujours dans mes bras pour regarder. Le coucher de soleil était en cours et il faisait beau ce soir. Je l'ai manoeuvrée pour qu'elle me tourne le dos et j'ai eu mes bras autour de sa taille, la tenant fermement contre moi pour qu'elle ne coule pas dans l'eau et j'ai fait plusieurs pas vers la partie peu profonde pour qu'elle puisse se tenir debout toute seule. Je l'ai lâchée pour qu'elle puisse se tenir debout mais elle ne s'est pas éloignée et s'est en fait appuyée contre moi. Avec cet encouragement, je remis mes bras autour de sa taille. Nous sommes restés là à regarder les couleurs changer alors que le soleil se couchait lentement.

Lorsque le coucher du soleil fut enfin terminé, aucun de nous ne bougea. Ses mains étaient jointes sur les miennes. Je ne voulais pas que le moment se termine. J'étais prêt à rester là avec elle dans mes bras aussi longtemps qu'elle était prête à me laisser faire. Je pouvais sentir ses doigts bouger paresseusement sur les miens; ses doigts traçant la longueur de mes doigts du haut de mes paumes jusqu'au bout de mes doigts.

Je la sentis finalement remuer et je retirai mes bras de sa taille alors qu'elle se retournait pour me faire face. Son haut de bikini était maintenant remis en place. Elle s'est rapprochée pour me faire face; son corps touchant presque le mien; un centimètre nous séparait. Nous sommes restés là un moment avec elle regardant dans mon visage. Quand ses lèvres s'entrouvrirent légèrement, je ne pus m'en empêcher et je me penchai et l'embrassai légèrement sur les lèvres. Ils étaient cool contre les miens. Avant que je puisse reculer pour voir comment elle réagirait, elle passa ses bras autour de mon cou et m'embrassa en retour. Ses lèvres étaient douces et chaudes maintenant. Nous avons continué pendant plusieurs minutes. Un long baiser suivi de se regarder dans les yeux, puis de s'embrasser avidement à nouveau.

À un moment donné, je ne savais pas trop quand, j'avais déplacé mes bras de sa taille et je l'avais soulevée de ses pieds, la serrant contre moi. Alors que nous continuions à nous embrasser, je sentis sa langue effleurer ma lèvre supérieure. J'ai ouvert la bouche et nous avons commencé à toucher doucement nos langues l'une contre l'autre.

Finalement, elle retira ses bras de mon cou et tourna la tête pour regarder à l'extérieur. Il faisait complètement noir maintenant. Je ne sais pas combien de temps nous étions restés là dans la piscine à nous tenir l'un l'autre et à nous embrasser. Elle s'est retournée vers moi puis s'est pointée du doigt puis vers la plage en disant "Allez". Je détestais que la soirée se termine, mais au moins le seul mot d'anglais qu'elle connaissait n'était pas "Non".

La portant une fois de plus, je me dirigeai vers l'échelle de la piscine et la regardai ensuite en sortir. Je suis resté où j'étais et je l'ai regardée alors qu'elle rassemblait les quelques vêtements qu'elle avait apportés et les enfilait par-dessus son bikini. Puis elle m'a dit au revoir très lentement et elle est partie. Je suis rapidement sorti de la piscine mais je ne pouvais pas la voir s'éloigner dans le noir. je me tenais toujours là; penser à elle. En pensant à la sensation de son corps pressé contre le mien, à la forme de ses seins et au contact de ses lèvres sur les miennes. Elle avait de gros mamelons que j'avais envie de toucher pour voir comment elle réagirait; son dos se cambrerait-il de plaisir, je me demandais. Encore une fois, il m'a fallu des heures avant de m'endormir.


Chapitre 5

Le lendemain semblait durer une éternité. J'ai fait quelques papiers et vérifié l'horloge. J'ai rangé la maison et vérifié l'horloge. J'ai essayé de lire un livre mais j'ai continué à perdre ma place alors que je regardais l'horloge et que mon esprit vagabondait. J'ai nagé des longueurs pendant un certain temps dans un effort pour diminuer la tension et peu à peu les heures se sont écoulées.

Quand le soir approcha enfin, j'étais dehors avec mon pichet de limonade avec deux heures d'avance ; Je ne pouvais tout simplement plus attendre dans la maison. De plus, elle pourrait venir plus tôt pour une autre leçon de natation.

J'étais assis là en sirotant de la limonade essayant de calmer ma nervosité grandissante car elle n'apparaissait pas. Je devais continuellement me rappeler que j'étais en avance ; qu'elle n'était venue que bien plus tard. La glace dans le pichet a fini par fondre et j'ai dû retourner dans la maison et faire un autre pichet tout en gardant un œil par la fenêtre pour elle.

Environ une heure avant le coucher du soleil, elle est apparue, tôt pour elle, marchant calmement autour des rochers et sur la plage. Elle n'était pas habillée comme d'habitude, en short et t-shirt. Elle portait une simple robe d'été de couleur pêche, qui pendait droite et lâche sur elle; retenu par des bretelles spaghetti sur ses épaules et portant des sandales aux pieds. Ses cheveux étaient attachés sur sa tête, laissant ses épaules et son cou nus. Elle ne portait pas de sac cette fois-ci, il semblait donc qu'il n'y aurait pas de deuxième leçon de natation.

Elle s'est approchée de l'endroit où j'étais assis et s'est assise à côté de moi comme si elle avait fait ça toute notre vie. Je versai un verre de limonade et le lui tendis. Elle a pris le verre d'une main puis a pris ma main de l'autre. Nous nous sommes assis là, attendant tranquillement le coucher du soleil, sirotant nos boissons, nous tenant la main, nos doigts s'explorant parfois sans jamais dire un mot. De temps en temps, je la regardais et la regardais jusqu'à ce qu'elle se retourne pour me voir et sourit.

Et une fois de plus je me suis demandé comment on pouvait bouger d'ici sans pouvoir se parler. Mais c'était quelque chose que je ne voulais pas encore affronter alors je l'ai repoussé au fond de ma tête.

Le coucher de soleil est enfin arrivé puis est passé bien trop vite. Il s'assombrit alors que nous étions assis là, main dans la main. Je pense qu'aucun de nous ne voulait que la soirée se termine mais elle a été la première à bouger. Elle lâcha ma main et se leva. Je me levai rapidement et lui fis face. Quand elle ne s'est pas éloignée, je me suis penché et j'ai doucement embrassé ses lèvres une fois, puis je me suis redressé. Elle est restée là sans bouger pendant un long moment, me regardant simplement dans les yeux. Puis, sans un mot, elle a pris ma main dans la sienne et a commencé à marcher vers la maison.

Nous avons traversé le patio et traversé la partie ouverte du mur jusqu'à la piscine. Je pensais qu'elle devait mettre son bikini sous la robe. Elle va rester un moment et je peux essayer de lui apprendre à nager un peu plus. Mais ensuite, elle m'a surpris en passant juste devant la piscine et dans le salon. Elle s'arrêta un instant et regarda autour d'elle avant de se diriger vers un couloir avec moi toujours à sa suite. Maintenant j'étais confus; elle doit avoir besoin d'utiliser la salle de bain et j'ai commencé à le signaler, mais elle est passée juste devant et est passée par la porte ouverte au bout du couloir dans ma chambre. Une lampe à côté du lit était allumée, éclairant la pièce. J'étais soudain content d'avoir nettoyé la maison.

Je pensais savoir ce qui allait se passer, mais je ne savais pas quoi faire à ce sujet. Je l'aimais bien, je l'aimais bien, peut-être plus, mais nous n'avions même pas encore eu de conversation. Je voulais ça mais je voulais aussi plus que ça. Est-ce que cela aiderait ou blesserait ?

Au moment où ces pensées traversaient ma tête, elle s'était retournée, avait retiré une longue épingle de ses cheveux, la laissant tomber sur ses épaules, et s'était déplacée dans mes bras. Nous sommes restés là à nous embrasser; doucement au début, explorant les lèvres et le visage de l'autre, puis devenant lentement plus féroce, plus affamé. Elle était sur la pointe des pieds, ses bras enroulés autour de mon cou. Je la serrai contre moi, mes mains se déplaçant du bas de son dos jusqu'à ses épaules et redescendant ; sentir ses côtes sous mes doigts, ses omoplates. Je me suis penché et j'ai embrassé ses épaules et j'ai remonté le long de son cou. J'embrassai son oreille et la sentis frissonner dans mes bras.

Lorsque nous nous sommes finalement arrêtés pour prendre l'air, elle a retiré ses mains de mon cou et s'est éloignée de moi. Nous sommes restés là à nous regarder dans les yeux pendant plusieurs secondes. Puis elle tendit une main et retira la bretelle spaghetti de son épaule et la laissa tomber le long de son bras. Elle a continué à regarder mon visage pendant qu'elle tendait la main et tirait l'autre sangle et la laissait tomber. Elle secoua un peu son corps et la robe d'été tomba à ses pieds. La seule chose qu'elle portait était une paire de culottes couleur pêche.

Je l'ai regardée; elle était parfaite. Ses gros seins pointés vers moi, ses gros mamelons bien dressés, le flair de ses hanches, son ventre plat, la culotte disparaissant dans l'espace entre ses jambes.

J'ai commencé à tendre la main vers elle, à la toucher, mais elle a tendu la main pour m'arrêter. Ah, c'est vrai. Je tendis la main pour déboutonner ma chemise mais elle retira rapidement ma main et la poussa à mes côtés. Pendant que je regardais, elle s'est approchée et a lentement déboutonné ma chemise, puis l'a retirée de mes bras et l'a jetée sur le sol à côté de sa robe. Quand elle a attrapé mon short pour le baisser, je suis devenue nerveuse. Je savais que j'étais déjà dur et je me demandais ce qu'elle penserait quand elle le verrait. Mais elle n'a pas réagi quand j'ai été soudainement libéré de mon short ; dur et tendu, touchant son ventre alors qu'elle se tenait près de moi. Elle jeta mon short sur le côté puis me prit la main.

Nous nous sommes approchés et nous nous sommes déplacés au milieu du lit et nous nous sommes allongés sur le côté face à face. Au début, nous nous sommes simplement regardés dans les yeux. I put a hand on her hip and slowly moved it up her side and then gently touched the bottom of one of her breasts. It felt soft and smooth and firm all at the same time. I let my hand run over the top of it and then continued moving up to caress her neck before pulling her head to me so I could kiss her.

We had kissed for just a moment when I felt her hand tug at mine, pulling it back down to her breast. I caressed it softly but then felt her hand push down on mine. She wanted me to use a firmer touch. I squeezed her breast firmly and felt her lean into me and sigh. As I moved to the other breast I felt one of her hands move between us to take me in her grip. Her fingers moved slowly up and down my shaft, squeezing and stroking me; grabbing me tight at the base and pulling my erection against her.

I pulled my lips from hers and moved my head down to kiss to bottom of her breasts, between them, to the sides, but not the nipples. I kept repeating this until finally she took my head in both of her hands and tugged on me until my mouth was against one of her nipples. I open my lips and let the nipple slide into my mouth and began running my tongue around and over it. And then I moved over to the other nipple to do the same.

As her breathing became heavier I slowly began kissing my way down her stomach. I slid down off the bottom of the bed and then came back up between her legs kissing the inside of her thighs, first one side and then the other, slowly getting higher. When I got to the crease at the top of her thigh I felt her thighs tighten against my shoulders. I looked up at her. She had a look of excitement, surprise, even concern on her face as she looked down at me.

I watched her face as I kissed the bottom of her mound and then slowly moved lower until I could gently tug with my lips on one of hers. I watched as the look of surprise and concern became softer and her eyes partially closed. I ran my tongue over the right side and then the left; feeling the texture of her, tasting her. As I slid my tongue between her lips I felt her hips lift up off the bed. I moved an inch higher and let my tongue move along each side of her clitoris without actually touching it. Over and over I repeated that until finally I let my tongue glance against her clitoris, circling it and then move away. I moved back and let my tongue work around it again and then just a little tease of a touch. As I started to move away again she groaned and took my head in her hands and pulled me back. I began slowly, using the broad sweep of my tongue over her clitoris followed by little flicks across it. Her thighs began squeezing against my shoulders then opening wider; her knees up in the air. I moved my arms under her legs and up to her chest; first cupping her breasts in my hands and then running my fingers over her nipples.

It was barely a minute later when I heard her let out a little cry. I kept my tongue on her clitoris and looked up into her face. She was looking down at me with a surprised look on her face, her mouth open. Then suddenly her hips began bucking up against me as her orgasm began. Her thighs squeezed tightly against my shoulders. I could feel her lips move beneath mine as the spasms began deep inside of her.

When she was finished she spread her legs wider once again and reached down to my head and tugged on me to get me to come up to her. I was more than ready. As I moved up on my hands and knees until I could kiss her I felt her arms move down to my waist pulling me against her. I could feel my erection pushing into her stomach. I pulled away from our kiss as I felt her hand move between us to grab me. I looked down between our bodies as she pushed me down between her legs.

As she pulled her hand away I lowered myself onto her. I carefully thrust my hips forward. She was so wet I slipped right inside her. Not knowing if this was her first time or not I stopped just with the head inside of her. I held there just for a moment and then felt her hands on my butt pulling at me, trying to get me deeper in her. It was all the encouragement I needed. I thrust forward. She was so wet I slid into her until our bodies were flush in one stroke. It felt so good in her I couldn’t control myself; I pulled back a bit and thrust hard into her again. With each push into her I could feel her excitement build, her breathing become more ragged. I slipped my hands beneath her hips to pull her tighter to me; thrusting harder and faster into her. I could feel her push up against me as I thrust into her; pulling back until I would almost fall out of her and then push back as deep as I could get in her.

I wanted to slow down, make it last longer but I couldn’t; I was to close. The excitement of our two bodies rubbing against each other was just too much. With one last push into her I felt the tingle begin in me; spreading down to my toes and up to the top of my head. Then a moment later I was cumming in her, filling her; each spurt from me given with a push against her, trying to be as deep in her as I could.

We lay there for a moment, me still on top of her; beads of sweat dripping from our bodies onto the bed, our breathing slowly trying to return to normal. I shifted some of my weight onto my knees and arms. I slipped an arm under her back and then rolled off of her onto my side, pulling her with me. She lay there in my arms, her head on my shoulder, neither of us speaking, both of us still breathing a bit hard.

After several minutes I heard her breathing gradually get slower and steadier. I lay there as she fell asleep on my shoulder, our arms wrapped around each other. At first her body would twitch against me every minute or so as she fell deeper into sleep. I lay there holding her to me, amazed at the evening, but so happy she was lying here in my arms.

I don’t know when I fell asleep. I was trying to stay awake. I wanted to keep holding her; feel her against me. But at some point the strenuous activity took its toll and I drifted off.

It was still in the middle of the night when I woke to find her lying on top of me; her head on my chest. I thought she was asleep but she felt my movement and looked up at me. When she saw I was awake she kissed my chest, then my neck and finally my lips. They were soft kisses, not the frantic, urgent kisses of earlier in the night. I didn’t realize I was already hard until she pushed back against me and I slid into her again.

I lay there while she slowly raised and lowered her hips against me; letting me come almost completely out of her and then pushing herself back against me to get me deep into her again. We did that for several minutes before she put her hands on my chest and rose up into a sitting position on me. She sat there, impaled on me, the two of us not moving, just looking at each other. And then I felt her squeeze me. It felt so good it made me move up against her. She smiled and squeezed me again, and then again.

I reached up and moved my hands across her breasts, cupping them, rubbing her nipples. She stopped squeezing me and began slowly rocking her hips on me, back and forth, never taking her eyes off my face. On one sweep with my hands I rubbed across her stomach and she moaned and pushed down hard against me. I found a spot she likes.

I began alternating, rubbing her breasts and then her stomach. She began rocking harder on me. In just minutes her face tightened, a look of almost pain crossed her face and then she jerked her hips on me, I felt her nails sink into my chest. Her vagina went into spasm around me. It felt so tight, like she had me in her fist. I watched her as she closed her eyes tight and moan, only to open them for a moment, look at me, and then close them again. After about thirty seconds she collapsed on my chest gasping for air.

When she had recovered sufficiently she began moving back against me. I had been on the edge watching her and it took me just a few minutes before I came again. When I had finished we lay there, her head on my chest, my arms wrapped around her.

I don’t know who fell asleep first this time. I only know that when I woke there was light coming in through the window and I was alone in bed. I turned on my side and saw her across the room. She had her panties on and was pulling the sundress down over her head. With a little shake of her hips she had it on and in place. Her hair was a bit disheveled and she began to comb it with her fingers. She was beautiful even in the morning.

She slipped her sandals on her feet and then walked over to the bed and sat on the edge. I reached out to take her hand in mine. What could I say to her that she would understand? How could I tell her I thought I was in love with her? Did she love me or was this just a lark? She reached out with her other hand and brushed my hair back out of my eyes. We sat there for a moment just looking at each other; her other hand against my cheek.

I knew she wouldn’t understand but I needed to tell her anyway. I looked up into her eyes and said, “I love you”.

She looked at me for several seconds and then a big smile appeared on her face. She said, “I love you too. I have to go now but I’ll be back at sunset”.

My mouth fell open. I was speechless. She spoke perfect English. Not even a trace of an accent. Before I could say anything else she got up and was out the door. I flung the sheet aside, got up and quickly put on a pair of shorts. By the time I got to the patio she was halfway across the grass. I watched her walking quickly away just for a moment before I was able to get out a weak sounding “What, how”?

At the edge of the grass she stopped and turned to look back at me. She waved and called back to me, “My name is Sara”. She smiled, turned, and hurried away. I could hear her laugh, the same as the one when she was kicking her feet in the surf, as she walked across the sand.

Once she was out of sight I returned to the house to take a shower and get ready for tonight’s sunset.


Epilogue

As Sara walked across the sand she thought of the things she still needed to accomplish in the next couple of hours. A final cleanup of the house was in order. It was really nice of her friends to loan her their rental house for the week. She still needed to get a couple of presents for her children but she could do that on the way to the airport. And she still needed to get packed.

She followed the path as it turned to the left away from the beach and went up a slight rise to the house where she was staying. She paused and looked back. From here she could just see over the rise and watched as Paul walked back into his house. She wished her husband were more like Don; a bit leaner, a bit taller, a few years younger and better in bed. What a coincidence, their having the same first name. She smiled and went on into the house and closed the door behind her.

Articles similaires

L'érotisme des vampires

Je suis seul et impuissant, en rentrant chez moi après un entraînement de softball tard dans la nuit. J'entends des pas me suivre, mais quand je me retourne, il n'y a rien. J'ai peur de commencer à bouger plus vite. Entendant toujours des pas, je prends un raccourci, descendant une rue latérale. Cette rue latérale n'a pas de lampadaires, il fait très sombre. J'entends les pas se rapprocher. J'ai tellement peur. Je commence à courir. J'ai l'impression qu'il y a quelqu'un qui me suit. J'ai l'impression qu'ils se rapprochent de moi. J'ai tellement peur, et comme il fait si noir, je...

96 Des vues

Likes 0

Dans la famille (partie 5)_(1)

« Voulez-vous de la compagnie ? » Cam passa la tête sous la douche. Je la regardai à travers des yeux plissés alors que je retirais mes cheveux mouillés de mes yeux. La Belle au bois dormant est enfin debout. ai-je taquiné. Elle laissa échapper un petit rire et ouvrit la porte vitrée. Tu dois perdre la serviette tu sais. dis-je en regardant la serviette qu'elle serrait si fort contre son corps. Elle entra et jeta sa serviette par terre à l'extérieur. Il y avait de la vapeur dans la douche donc je ne pouvais pas vraiment la voir clairement, mais je pouvais la...

1.1K Des vues

Likes 0

Soumission de la mère - Chapitre 12

Alex Morgan regarda autour de son dortoir, la pièce dans laquelle il avait passé les dernières années. Il avait pas mal de bons souvenirs ici, mais il y en avait un qui était exceptionnel. Quand son ami George l'avait poussé à créer un profil pour l'application de rencontres. C'était là qu'il avait rencontré la femme qu'il aimait maintenant, qui se trouvait être sa mère. Quand il s'était pointé aujourd'hui, George était content de le voir. George était beaucoup moins heureux d'apprendre qu'Alex déménageait et allait terminer ses études en ligne. Qui va m'aider quand j'ai des problèmes avec les filles, a...

1.1K Des vues

Likes 0

Toucher - Chapitre 2

Toucher - Chapitre 2 Les choses se gâtèrent rapidement, Kelly et moi venions de faire l'amour ensemble sans vraiment savoir pourquoi nous l'avions fait. Était-ce parce que je suis tombé sur elle et qu'elle ne voulait pas m'arrêter ? Mais alors elle participait tout autant... Je n'arrivais pas à comprendre. Nous avons essayé de nous parler juste après mais nous nous sentions tous les deux bizarres l'un avec l'autre, c'est pourquoi je ne l'avais jamais draguée auparavant, je savais que cela ruinerait notre amitié. J'ai essayé de sortir de là aussi vite que possible sans avoir l'air d'un abruti complet. Je...

1K Des vues

Likes 0

Première fois_(3)

C'était au printemps 1999 et j'étais en terminale au lycée, je venais d'avoir dix-huit ans. J'étais dans l'équipe de volley-ball, en bonne forme physique et prêt à affronter le monde. Nous venions de gagner notre premier match et après un discours d'encouragement de l'entraîneur Azzerelli, il nous a envoyé aux douches. Je m'étais souvent retrouvé excité dans les douches après l'entraînement pendant que je regardais les autres se doucher. Je les regardais comme j'avais la tête sous le jet d'eau, donc ce n'était pas évident. OU alors j'ai pensé. L'une des filles de mon équipe était plutôt sexy, mais ne semblait...

649 Des vues

Likes 0

Ce n'est plus un fantasme

La strip-teaseuse a écarté ses jambes juste devant mon visage et dans la lueur du club miteux, j'ai pu distinguer un petit filet de jus à l'entrée de sa chatte. J'aurais aimé qu'elle se répande pour moi, mais elle regardait le gros ouvrier du bâtiment à côté de moi. C'était une soirée amateur au club de strip-tease local et le gars qui faisait couler sa chatte était l'un des «juges du public». Je suis resté pour la fille suivante mais j'étais tellement excitée que je n'en pouvais plus. Je me dirigeai vers le bar avec ma main dans ma poche essayant...

147 Des vues

Likes 0

LA FILLE VAMPIRE 2

Angelina a couru de toutes ses forces après avoir atterri au sol. Il était 3h30 du matin. Le soleil se lèvera à 5 heures et elle doit rentrer chez elle aussi vite que possible. Elle regarda Michelle. Elle voulait cette fille depuis qu'elle l'avait vue jeter un coup d'œil sur Abilene. L'odeur de sa douce chatte flottait avec elle, la rendant follement excitée. Après une demi-heure à esquiver des bâtiments, des carrefours et des ruelles, Angelina est finalement arrivée chez elle. Elle se dirigea rapidement vers le portail, qui s'ouvrit tout seul, sachant que la maîtresse de maison était arrivée. Elle...

213 Des vues

Likes 0

Chalet 13 – Partie 1

Cette histoire parle d'une femme qui choisit de vivre son fantasme sexuel pour un rapport sexuel forcé anonyme, à l'insu de son mari. Si vous n'aimez pas ce type d'histoire, ou quelqu'un qui aime faire des commentaires désobligeants anonymes, sautez cette histoire. J'apprécie les messages privés qui fournissent des commentaires et/ou des idées constructifs... REMARQUES : Aux fins de cette histoire, le géosexing est défini comme une variante du géocaching, dans laquelle les hommes et les femmes utilisent le système de positionnement global (GPS) pour désigner ou rechercher des lieux dans lesquels avoir des relations sexuelles avec une personne consentante. Il ne...

889 Des vues

Likes 1

Stéphanie - Juste quand les choses ont changé Pt. 2

Alors que je marchais jusqu'au manoir, la nuit dernière n'arrêtait pas de jouer dans ma tête. Je voulais juste rencontrer le chien, alors je me suis laissé entrer dans le chenil. Puis avant que je m'en rende compte, il m'avait assommé et me reniflait. Puis il a déchiré ma culotte et a commencé à me lécher la chatte, me poussant à l'orgasme contre mon gré. Quand j'ai pensé qu'il avait fini, il a sauté sur mon dos et m'a violée. Mais le pire, c'est quand je me suis laissé aller et que j'ai commencé à en profiter. Je me suis réveillé...

1K Des vues

Likes 0

Découvrir que je suis gay partie 3

Alors quelques jours plus tard, après avoir rompu avec Lizzy, je m'habituais à l'idée d'être à nouveau célibataire. Quand j'étais à l'université en cours avec McKenzie, il a commencé à s'asseoir à côté de moi et a dit Est-ce que Lizzy et toi avez rompu parce que je vous ai embrassé? J'ai regardé McKenzie et j'ai dit Non, la raison pour laquelle Lizzy et moi avons rompu, c'est parce que j'aimais t'embrasser. Après avoir dit que je me suis levé de mon siège, j'ai ramassé mon sac et je suis allé sortir de la leçon pendant que je marchais, mon professeur...

982 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.