Nudistes ont des relations sexuelles 2

867Report
Nudistes ont des relations sexuelles 2

Les nudistes ont des relations sexuelles - Partie 2

Ron se réveilla tôt et sauta du lit, impatient des événements de la journée. Il ne put s'empêcher de sourire à la différence dramatique que trois ans avaient faite. Il a rappelé avec un sourire comment il avait redouté d'aller au "Bare River Bend Nudist Resort" ce jour-là il y a trois ans. Il avait à peine treize ans à l'époque, mais maintenant à seize ans, avec un permis de conduire et une voiture, le monde serait différent - du moins il pensait et espérait que ce serait différent !

Le sourire de Ron s'agrandit encore en pensant à sa voiture, même si "voiture" n'en était pas vraiment une bonne description. L'automne dernier, son oncle avait pris sa retraite de son entreprise de réparation d'appareils électroménagers et avait donné à Ron l'un des véhicules de service. Il avait été spécialement aménagé pour répondre aux besoins uniques de l'oncle Jake. Les deux sièges avant étaient une configuration standard de fourgon Chevrolet à neuf passagers, mais à part cela, ils avaient été conçus sur mesure. Ron avait enlevé les tiroirs spécialement construits et les bacs à pièces, puis avait tapissé le sol et les deux côtés, jusqu'au toit. Il n'y avait pas de fenêtres car l'oncle Jake pensait que la camionnette était plus sûre si les gens ne pouvaient pas voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Ron a laissé le mur solide entre l'habitacle et la camionnette afin qu'il utilise les armoires et les tiroirs montés sur cette cloison pour les composants stéréo, ainsi que tout ce qu'il a décidé.

Le sol avait deux couches du tapis le plus épais disponible, puis un tapis moelleux par-dessus. Ainsi, le sol était extrêmement confortable, faisant un endroit agréable pour dormir quand lui et ses amis allaient camper. Bien sûr, cela servait à autre chose la seule fois où Kellie et lui s'étaient réunis pour un rendez-vous. Elle l'avait aidé à choisir le tapis, et c'était son idée de rendre le sol assez doux pour faire l'amour. Ensemble, ils avaient stocké les quelques armoires restantes avec tout ce dont ils avaient besoin, préservatifs, gelée spermicide, lubrifiant, etc. Bien qu'il soit entièrement approvisionné, il ne serait pas immédiatement évident pour l'observateur occasionnel. Ron avait modifié les tiroirs de manière à ce qu'un look décontracté ne révèle rien d'autre qu'un tiroir avec peu ou rien dedans, quelques livres, des bibelots, des commandes stéréo, etc. Cependant ; si l'on savait où appuyer sur le fond du tiroir, il s'inclinerait pour révéler l'espace sous le faux fond.

Ses parents étaient également heureux que Ron ait un moyen de transport car papa avait toujours ramené la voiture à la maison pendant la semaine, laissant le reste de la famille rester au complexe. Sa sœur, Julie, était partie à l'université et, à l'exception d'une visite par mois environ pendant l'été, elle n'était pas beaucoup à la station. Elle a commenté que même si elle aimait toujours venir à la station, elle n'était pas disposée à faire savoir que ses parents vivaient dans une station nudiste pendant l'été.

Alors qu'il se douchait et se préparait à conduire avec sa mère et son père jusqu'au complexe, il avait hâte de voir Kellie au quotidien. Après s'être essuyé et avoir étudié sa stature maintenant d'un mètre quatre-vingt, il était assez content de ce qu'il voyait. Il était devenu un joueur de football plutôt musclé, qui maintenait une moyenne A droite. Bien qu'il ne manquait pas d'opportunités pour les petites amies, il considérait toujours Kellie comme « sa fille » et elle l'appelait également « son homme ». Le simple fait de penser à Kellie a entraîné l'inévitable érection fière, et bientôt sa bite était à sa pleine gloire de sept pouces. En fait, c'était juste un peu moins de sept pouces, mais bon sang, tout le monde a probablement un peu exagéré, alors il a toujours pensé qu'il s'agissait de sept pouces. Il n'a pas fallu que quelques minutes pour apporter le soulagement dont il avait désespérément besoin, et il était heureux de décharger sa passion refoulée afin de pouvoir faire l'amour avec Kellie en quelques heures.

Alors qu'ils s'apprêtaient à partir, Julie arriva, essoufflée et excitée. Elle a expliqué qu'elle ne pouvait tout simplement pas manquer le jour de l'ouverture de la station et a décidé de passer le week-end avec la famille. Elle nous accompagnait à la station puis rentrait à la maison avec papa le dimanche soir. Quand elle a vu ma camionnette, elle a dit qu'elle monterait avec moi pour qu'elle puisse me rattraper, pensant qu'au camp je serais autrement occupée.

Pendant que nous roulions, Julie m'a jeté un coup d'œil et s'est exclamée: "Wow, Ronnie, je parie que tu dois battre les filles avec un club!"

J'ai en quelque sorte haussé les épaules et lui ai fait un sourire et j'ai répondu: "Hey Julie, merci pour le compliment, mais je parie que tu as aussi ta part d'offres, tu n'es pas une méchante nana toi-même."

Nous avons ri et échangé des compliments pendant quelques minutes quand Julie est devenue un peu plus sérieuse. "Ronnie, si j'amène un Ken au camp, tu penses que tu pourrais, eh bien, tu sais, en quelque sorte l'aider à s'intégrer, je veux dire, tu sais, il veut en quelque sorte venir, mais en quelque sorte ne veut pas pour. Tu sais à quel point il peut être timide.

"Sait-il que vous viendrez dans un complexe naturiste ?" demandai-je avec un sourire sur mon visage.

"Oui, il sait," répondit-elle, "et il va bien, je veux dire par là qu'il ne pense pas que je suis bizarre ou étrange, et il est prêt à essayer, mais il ne l'a jamais été, et pense qu'il sera gêné s'il a une érection. Tu peux comprendre ça !" dit-elle avec un petit rire.

"Eh bien, Julie, pourquoi ne lui apprends-tu pas comme tu m'as appris ?" demandai-je en la regardant du coin de l'œil.

"Eh bien, il est en fait très strict, son père est un prédicateur et il pense que nous ne devrions pas faire l'amour tant que nous ne sommes pas mariés. Je sais que c'est un peu inhabituel aujourd'hui, mais c'est plutôt rafraîchissant de ne pas avoir quelqu'un qui me tape dessus. Oh, nous faisons beaucoup, en fait, nous avons "tout fait sauf" et je peux vous dire qu'il est vraiment sexy et monté comme un étalon, mais il ne veut tout simplement pas avoir de relations sexuelles, du moins pas tant que nous ne sommes pas fiancés et c'est sûr que ça va s'arranger."

Nous avons roulé en silence pendant quelques minutes pendant que je réfléchissais à la situation, puis je me tournais à nouveau vers Julie. « Hé, comment a-t-il découvert que nous étions nudistes ? Nous avons fait très attention les fois où vous l'avez acheté chez lui pour une visite.

Julie rigola un peu et raconta l'histoire. Ils sortaient ensemble depuis plus d'un an et elle l'avait acheté à la maison deux fois. Maman, papa et moi l'avons aimé immédiatement et avons pensé que lui et Julie formaient un très beau couple. Un soir, Ken est venu la chercher à la maison Sorority, mais elle rentrait tard du travail. Julie sortait tout juste de la douche quand Ken est arrivé, alors elle a demandé à sa colocataire de lui demander de sortir son sac de la voiture car elle avait été si pressée qu'elle a oublié de l'apporter. Il a obtenu le sac, mais comme il a fermé la portière de la voiture, il a attrapé le côté du sac à main et a ouvert le loquet, renversant tout sur l'allée.

Ken a rapidement commencé à rassembler toutes les myriades d'articles que les filles portent dans leurs sacs à main. Il est venu à son portefeuille, qui était également tombé ouvert et avait de la poussière sur les photos et les cartes de crédit. Quand il est rentré dans la maison, il a décidé de tout essuyer, il a donc soigneusement glissé les différentes licences et cartes et les a délicatement essuyées. Il n'y prêtait pas beaucoup d'attention, à part un rapide coup d'œil pour voir qu'il les avait dépoussiérés quand il remarqua une carte blanche avec un cercle bleu qui disait "AANR Nude Recreation". En regardant de plus près, il pouvait voir les petits caractères tout en haut de la lecture, "Serving Family Social Nude Recreation Since 1931."

Julie a remarqué que Ken était nerveux et nerveux tout au long du concert, et au lieu de sortir avec le reste de la bande pour un coca, il a suggéré qu'ils aillent faire un petit tour en voiture. Il s'arrêta au bord du lac éclairé par la lune et suggéra qu'ils s'assoient près du rivage et regardent la lumière de la lune scintiller sur l'eau. Finalement, Julie a exigé de savoir ce qui n'allait pas.

« Êtes-vous vraiment nudiste ? » demanda-t-il d'une voix tremblante.

"Pourquoi tu me poses une question comme ça ?" rétorqua Julie, sentant son cœur rater un battement.

"Parce que j'ai renversé votre sac à main et quand je l'ai ramassé, j'ai trouvé votre carte de membre AANR, et je ne comprends pas pourquoi vous auriez une carte de société nudiste à moins que vous ne soyez nudiste."

"Est-ce que ça aurait de l'importance si je l'étais", a demandé Julie, son estomac se sentant comme si elle avait avalé une énorme pierre.

"Je ne suis pas sûr," répondit Kenny, "Je veux dire, que font vraiment les nudistes, eh bien, je veux dire, eh bien, après tout, cela doit signifier que vous êtes nue avec d'autres personnes autour, et aussi jolie que vous êtes, tout le les hommes doivent le vouloir, eh bien vous savez.

"Oui, je sais, tu penses qu'être nu signifie automatiquement sexe. Eh bien, ce n'est tout simplement pas le cas, nous avons des règles très strictes, vous ne pouvez même pas vous serrer dans vos bras, sauf juste une seconde ou deux, personne ne veut que quelqu'un pense qu'il s'agit de sexe, il s'agit de profiter d'être nu et de ressentir le soleil et brise sur ta peau nue. Bien sûr, les nudistes ont des relations sexuelles quand et où cela est approprié, et je suppose que certains poussent un peu les règles, mais je n'ai jamais vu personne faire quoi que ce soit de proche du sexe dans les zones ouvertes de la station. Et en plus, je n'ai aucun problème avec un maillot de bain mouillé et collant, je m'égoutte juste ! répondit-elle en riant.

"Alors," répondit Ken, "vous vous promenez vraiment nu avec beaucoup d'autres personnes, hommes et femmes?"

«Oui, nous le faisons, et nous nageons, nous jouons à des jeux, nous nous promenons, nous lisons des livres, nous faisons tout ce que n'importe qui d'autre ferait dans un terrain de camping, sauf que nous le faisons nus. Alors, ramenez-moi à la maison et préparez le communiqué de presse », a déclaré Julie alors que les larmes commençaient à couler sur son visage.

"Je ne te ramène pas à la maison et je ne prépare pas de communiqué de presse parce que je n'ai rien entendu d'intéressant", a-t-il dit fermement en la prenant dans ses bras et en embrassant les larmes. « Tu ne penses pas vraiment que je te ferais ça, n'est-ce pas ? Parce que si vous le faites, j'ai bien peur d'être aussi blessé que vous !

Ils restèrent assis en silence pendant quelques instants, puis Julie se tourna vers lui en disant : "Je suis désolée, c'est juste qu'il y a tellement d'idées folles à propos des nudistes que nous ne laissons personne connaître "notre petit secret".

« Depuis combien de temps êtes-vous nudiste ? Ken a demandé.

"Eh bien," répondit Julie, "je suis née nue, tout comme vous, et nous avons passé la majeure partie de chaque été à la station, même quand j'étais bébé. Et au fait, il y a une chose que nous ne faisons pas nues.

"Qu'est ce que c'est?" Il a demandé.

"Nous ne faisons jamais frire du bacon nu!"

Après qu'ils se soient effondrés ensemble en riant, Ken la serra à nouveau dans ses bras et l'embrassa doucement. « Alors, pensez-vous que je pourrais visiter ? » Il a demandé

"Pourquoi, juste pour que tu puisses me voir nue?" demanda Julie d'une voix taquine. "Parce que si c'est tout ce que tu veux faire, je vais juste me déshabiller ici."

"Eh bien, bien sûr, je veux te voir nu, n'importe quel homme le ferait, mais en fait, je me souviens quand un groupe d'entre nous, les enfants, allaient au bac à sable chez Sam. Il n'y avait pas de routes là-bas et c'était entouré d'arbres. Nous faisions des trempettes maigres tout l'été, et j'ai vraiment aimé ça pour les raisons que vous venez de dire.

« Y avait-il des filles là-bas ? demanda Julie.

« Non, à cet âge-là, on ne voulait pas de filles, alors on les a toujours abandonnées. Mais un jour, Connie et Betty nous ont suivis, et dès que nous sommes entrés dans l'eau, ils ont volé tous nos vêtements et les ont cachés. Nous ne pouvions pas les trouver, alors comme l'église était juste à côté de la terre du fermier, j'ai été élu pour me faufiler par la porte arrière de l'église et obtenir les robes Jr. Choir pour tout le monde. J'ai pu le faire, mais maman m'a vu me faufiler par la porte arrière avec les robes et était là pour nous rencontrer quand nous sommes revenus. Quand toute la fumée s'est dissipée, nous n'avons plus jamais été autorisés à aller au bac à sable. Ce n'était pas parce que nous étions nus, papa a dit que nager avec un groupe de gars nus n'était pas grave, mais il a dit que le bac à sable était très profond et que c'était beaucoup trop dangereux. Je suppose que je pense que ce serait bien de revivre l'expérience du trempage maigre à nouveau.

"Alors, me voir nu n'a rien à voir avec ça?" demanda Julie avec un sourire.

Ken a en quelque sorte souri et a dit: "Eh bien, ça aussi."

Ron souriait lorsque Julie termina son histoire, puis lui assura qu'il serait heureux d'aider Ken, mais qu'il ne savait pas seulement quoi faire s'il ne voulait vraiment pas faire l'amour jusqu'à ce qu'ils soient mariés. Il faudrait qu'il y réfléchisse un peu. À peu près à ce moment-là, ils arrivèrent à la station et il conduisit la camionnette à un endroit auquel il avait pensé tout l'hiver. Julie lui jeta un coup d'œil et hocha la tête en signe d'approbation alors qu'ils sortaient de la camionnette.

"Personne ne peut voir la camionnette d'ici, ni de la zone sociale principale, ni de la zone de camping où se trouve la caravane de maman et papa", a-t-elle observé.

Ron hocha la tête en signe d'accord et commença à enlever ses vêtements. Julie fit de même, et alors que Ron ouvrait les portes arrière de la camionnette pour mettre ses vêtements à l'intérieur, Julie s'avança du côté passager. Ron le fixa un instant puis réalisa que Julie le fixait également.

"Euh, eh bien, je suppose que Ken va devoir faire un vrai travail avant de te voir nu s'il ne veut pas avoir d'érection," observa Ron, sentant sa bite se contracter avec le début de sa propre érection.

"Ouah!" s'est exclamée Julie, « Vous avez vraiment rempli cet hiver passé, et dans tous les bons endroits. Kellie doit avoir les mains pleines avec toi », a-t-elle dit avec un rire dans la voix.

"Hé, Julie, tu n'as aucune raison de t'effacer pour remplir", a-t-il commenté.

"Je peux voir que tu approuves," répondit Julie en regardant la bite de Ron qui était maintenant presque complètement dressée. "Vous devez vraiment faire attention à ne pas clouer Kellie au sol, cette chose pourrait la traverser complètement", s'est-elle exclamée.

À ce moment, Kellie est arrivée en courant sur le sentier et s'est dirigée vers l'espace de stationnement isolé. Ron a essayé de garder sa serviette positionnée de manière à ce que son érection ne soit pas si évidente tout en essayant de comprendre comment il allait serrer Kellie dans ses bras. C'était comme s'il ne l'avait pas vue depuis un an, alors qu'en fait cela ne faisait qu'un peu plus d'un mois. Kellie se précipita vers Ron et se lança sur lui. Il n'avait pas d'autre choix que de laisser tomber la serviette et de la rattraper dans les airs. Kellie enroula ses jambes autour de la taille de Ron et pressa ses seins contre sa poitrine tout en rencontrant ses lèvres dans un baiser tendre mais passionné.

"Salut Kellie", s'exclama Julie en se retournant pour laisser les deux enfants déchaînés par les hormones en privé.

"Salut, Julie," répondit Kellie en se blottissant contre Ron.

Ron pouvait voir que Julie partait, alors il se retourna simplement avec Kellie accrochée à lui et abaissa son joli petit cul sur le sol recouvert de moquette de la camionnette, puis la repoussa en rampant et ferma les portes derrière eux.

"Wow, c'est tellement chouette", a chuchoté Kellie en regardant autour d'elle.

Ron fouilla dans l'un des tiroirs et sortit les choses dont ils avaient besoin, tendant les inserts spermicides à Kellie et déchirant un paquet de préservatifs. Kellie lui sourit avec une passion débridée apparaissant sur son visage et fit un court travail en insérant l'article de forme triangulaire pendant que Ron roulait sur un préservatif.

"Je suis tellement mouillée que je ne pense pas que nous aurons besoin de KY," murmura Kellie à bout de souffle en se blottissant contre la poitrine de Ron. "Et, il me semble que vous êtes également prêt."

Ron roula sur Kellie, content de s'être branlé ce matin-là, espérant que cela lui donnerait de l'endurance, mais il doutait que ce soit autant qu'il le voulait. En un instant, il s'était glissé dans Kellie et avait senti ses couilles gifler son petit cul ferme. Ils se sont accrochés l'un à l'autre pendant plusieurs secondes, savourant la sensation de leurs corps alors qu'ils fondaient ensemble. Puis Ron a commencé à bouger lentement et taquinant ses hanches, en appuyant vers le haut pour faire pression sur le clitoris de Kellie. Kellie a répondu en remuant son cul d'avant en arrière, savourant la friction dans sa chatte et son clitoris. Il ne fallut pas longtemps avant que Ron n'accélère ses mouvements et ne tarde à claquer sa bite dans Kellie comme s'il essayait de ramper derrière. Bien trop tôt, son sperme est sorti de son sexe en ébullition, se sentant comme s'il était expulsé par une série d'explosions de roquettes.

Ils se sont effondrés ensemble, se câlinant et chuchotant leur amour l'un pour l'autre, et flottant avec l'euphorie de leurs orgasmes mutuels. Il ne fallut pas plus de quinze minutes avant que Ron ne dise qu'il était prêt pour un peu plus d'amour. Il a commencé par embrasser son chemin du front de Kellie jusqu'à ses pieds, puis à l'intérieur de ses jambes, jusqu'à ce qu'il atteigne ses lèvres humides. Il n'avait pas envie de glisser sa langue en elle car l'insert Norform avait fondu et le goût n'était pas si agréable, mais il a réussi à retourner sa langue sur le clitoris de Kellie à quelques reprises. À présent, sa bite se sentait comme si elle était prête à déchirer le préservatif, et il glissa passionnément vers Kellie, sentant sa bite glisser jusqu'à la maison comme si elle était appelée par une force irrésistible, l'attirant. Soudain, il réalisa qu'il pouvait sentir la chatte de Kellie s'ouvrir et se fermer comme si elle l'attirait réellement.

« Où as-tu appris à faire ça ? Il a demandé.

"J'ai trouvé l'un des livres sexuels de maman et j'ai étudié et pratiqué l'exercice de Kegel", a-t-elle dit, "tu l'aimes?"

"Mec, c'est le plus grand sentiment depuis la première fois que nous l'avons fait", s'est-il exclamé.

Kellie a eu deux orgasmes de plus en plus satisfaisants lorsque Ron a senti qu'il ne pouvait plus se retenir et a commencé à la pilonner aussi fort qu'il le pouvait. Une fois de plus, son sperme a explosé dans le tube de lancement et sans le préservatif, il était sûr qu'il aurait été injecté de force directement dans le col de l'utérus de Kellie. Ils se sont effondrés ensemble et ont dérivé dans un sommeil satisfait.

Ils ont été réveillés par des coups frappés aux portes et en entendant Kerrie et Nancy leur crier de sortir. Après avoir dit qu'ils seraient sortis dans une minute, ils ont rapidement attrapé des lingettes pour bébé et nettoyé un peu, puis après avoir tout sécurisé dans un sac poubelle en plastique dans l'un des tiroirs, ils ont ouvert les portes. Kerrie et Nancy ont sauté dedans, s'exclamant à quel point la camionnette était belle. Ils ont tous les deux testé le tapis en s'allongeant et en rebondissant un peu.

"Pas mal", songea Kerrie, "et avec les ressorts, je parie que vous avez fait une belle balade !"

"J'espère que les amortisseurs n'ont pas pris trop de coups", a observé Nancy.

"Arrête déjà," s'exclama Kellie, "Je t'ai dit de rester à l'écart jusqu'à ce que nous arrivions au lac," grogna-t-elle.

"Nous ne pensions pas que vous seriez en bas avant la nuit", a ri Kerrie, "alors nous avons décidé de venir vous réveiller."

Ils marchèrent ensemble vers le lac. Pendant qu'ils marchaient, Ron ne put s'empêcher de remarquer que Kerrie et Nancy avaient tous les deux de plus gros seins. En fait, les deux étaient plus gros que Kellie, et Nancy avait en fait un peu d'affaissement. Ron aimait toujours ceux de Kellie, ils n'étaient pas si grands, mais s'adaptaient très bien à sa silhouette, se démarquaient fièrement et même s'ils rebondissaient un peu, ils ne s'affaissaient pas. De plus, les mamelons devenaient vraiment durs quand ils faisaient l'amour, et parfois il pouvait dire quand elle était prête rien qu'en regardant à quel point ses mamelons se détachaient fièrement.

Quand ils sont arrivés au lac, Ron a remarqué six filles qui ne lui semblaient pas familières. Au deuxième coup d'œil, ils semblaient quelque peu familiers, mais il ne pouvait pas tout à fait les situer. Il a interrogé Kellie à leur sujet, et elle a dit qu'ils étaient tous ici l'année dernière, tous avaient treize ans, mais il ne les avait tout simplement pas remarqués l'année dernière parce qu'ils étaient encore de petits parasites à poitrine plate. Ron a observé que même s'ils étaient encore de petits parasites, ils n'avaient certainement pas la poitrine plate ! Ils allaient de petites bosses de la taille d'un citron à une taille A complète. Pas mal, pensa Ron, alors qu'il prenait note de garder un œil sur leur développement au cours de l'été. Pas mal du tout! Tout à coup, il s'aperçut que deux des filles chuchotaient entre elles et lui lançaient des petits regards furtifs, ou plutôt sa bite. Le simple fait de savoir qu'ils jetaient un coup d'œil sur sa bite provoquait une agitation qui lui faisait savoir qu'il serait bientôt hors de contrôle. Lâchant sa serviette, il plongea dans le lac.

À l'instant où il toucha l'eau, il réalisa pourquoi personne d'autre ne nageait dans le lac et que tout le monde était autour de la piscine chauffée. Il faisait un froid glacial, si froid qu'il en avait le souffle coupé. D'un autre côté, cela s'est immédiatement occupé de son autre problème, alors il a souri au choc alors qu'il s'habituait lentement au froid, puis a taquiné les filles sur le fait de rester sur le rivage. Réalisant que personne n'allait le rejoindre, il sortit finalement, se sécha sur la serviette et s'allongea au soleil pour se réchauffer.

Kellie posa sa serviette à côté de lui, et Nancy et Kerrie firent de même. Bientôt, ils rattrapèrent les événements de l'hiver. Nancy et Kerrie avaient maintenant des amis garçons depuis plusieurs mois et expliquaient avec enthousiasme à la bande à quel point ils étaient spéciaux. Ron a demandé si les garçons savaient qu'ils passaient l'été dans un complexe naturiste. Kerrie a dit que Jimmy ne savait pas, et elle prenait toutes les mesures pour s'assurer qu'il ne le découvre pas, car il pourrait être un peu bavard. Nancy a admis qu'elle l'avait dit à Bill une nuit, et il semblait être d'accord avec ça. En fait, il avait même demandé s'il pouvait lui rendre visite un jour.

"Que pensez-vous qu'il se passerait sa première fois?" demanda Ron.

"Aussi excité que Billy soit tout le temps, il devra probablement passer toute la journée dans le lac, et espère qu'il fait vraiment froid !" s'exclama-t-elle. "Il est tellement excité, je veux dire comme s'il était vraiment excité."

« À quel point est-il excité ? demandèrent Kerrie et Kellie en même temps.

"Bien sûr", a répondu Nancy, "Vous voulez juste savoir si nous l'avons fait", a-t-elle dit avec un sourire. "Eh bien, nous ne l'avons pas fait, mais quand il viendra ici et verra toutes les filles nues, il va devenir complètement fou.

« Alors, pourquoi ne l'as-tu pas fait ? Ce n'est pas comme si vous ne l'aviez jamais fait auparavant », a observé Kerrie en jetant un coup d'œil à Ron.

"Oh, je ne sais pas avec certitude, je ne voulais pas juste le faire avec lui la première fois sur le siège arrière, et avec trois frères et sœurs chez nous, et deux chez lui, nous ne pouvions pas fais-le dans notre lit. Je voulais juste que ce soit dans un endroit spécial à un moment spécial, et que je ne sois pas pressé de faire une chose effrayante », a-t-elle répondu.

Kerrie hocha la tête : "Nous ne l'avons pas fait non plus, à peu près pour les mêmes raisons, mais Nancy, si Billy vient ici, tu pourrais utiliser la camionnette de Ron, on dirait que ça pourrait être plutôt sympa pour la première fois", a-t-elle dit avec un regard interrogateur sur lui.

Ron hocha la tête, mais dit qu'ils devaient apporter leurs propres affaires et nettoyer après eux. "Vous pouvez même verrouiller les portes et personne ne peut voir à l'intérieur", a-t-il observé.

Le fait de parler de faire l'amour eut un effet prévisible sur Ron, et avant longtemps il essaya secrètement de creuser un trou dans le sable pour cacher son érection. Kellie a remarqué ses mouvements et a demandé ce qu'il essayait de faire. Ron ne répondit pas et roula sur le ventre pour cacher son érection montante. Quand il l'a fait, Kellie a commencé à le chatouiller, et avant que les autres filles ne pensent à ce qui se passait réellement, elles ont bondi et ont commencé à aider Kellie alors qu'elles le chatouillaient et le frappaient sans pitié. Finalement, incapable de résister à leur punition, Ron se retourna et essaya de s'asseoir, mais Nancy se laissa immédiatement tomber sur sa poitrine. Tout à coup, tout le monde est devenu très silencieux. Ron pouvait entendre le halètement collectif alors que sa bite entièrement dressée pointait vers le ciel.

"Ouah!" s'exclamèrent Nancy et Kerrie simultanément.

"Cummon, tu sais ce qui arrivera si quelqu'un nous voit," s'exclama Ron, "Laisse-moi monter!"

Nancy roula, et Ron s'assit rapidement et couvrit sa bite avec la serviette, se penchant pour mieux cacher la situation.

"On dirait que nous devrions tous aller dans le lac", a commenté Kerrie en se levant.

Après avoir tiré Kellie et Nancy vers le haut, elles formèrent toutes les trois une ligne du côté commun de Ron et commencèrent à se diriger vers le lac. Au bord, ils hésitèrent, se rappelant à quel point Ron avait dit que le lac était froid. En jetant un coup d'œil, ils purent voir que rien n'avait changé ; La bite de Ron était si dure qu'elle collait presque tout droit. Ron ne put s'empêcher de voir l'expression de Kerrie et eut l'impression qu'elle applaudissait en silence à quel point il était devenu grand. Après avoir discuté de la façon d'entrer dans l'eau, Ron a juste mis ses bras autour du groupe et les a tous poussés dans le lac. Les cris et les crachotements attendus remplissaient l'air alors qu'ils arrivaient. Les filles ne sont pas restées très longtemps dans l'eau, mais Ron a dit que c'était bien. En fait, il se gelait le cul, mais devait rester à l'intérieur pendant que l'eau froide faisait son travail. Peu de temps après, lui aussi est sorti et s'est essuyé.

Ils ont décidé d'aller se promener autour du lac et bientôt ils se sont mis à trottiner, à jeter de petits cailloux hors du sentier de randonnée et à s'amuser en général. Kellie et Nancy avancèrent, regardant quelques oiseaux voletant de branche en branche. Nancy a émis l'hypothèse que le cardinal aux couleurs vives essayait de séduire la femme aux couleurs plus calmes, ce à quoi Kellie a fait remarquer que c'était un homme pour vous. Kerrie emboîta le pas à Ron et leva les yeux vers lui comme si elle voulait dire quelque chose.

"Quoi?" a demandé à Ron

"Qu'est-ce que tu veux dire quoi?" demanda Kerrie avec un sourire.

"Qu'est-ce que tu veux dire, je peux dire que tu es sur le point d'éclater avec quelque chose que tu as peur de dire."

"Euh, eh bien, c'est juste que je ne t'avais pas vu dur depuis la fois où tu as fait Kellie et moi ce jour-là dans ta caravane. Je pensais que tu étais grand à l'époque, mais tu es BEAUCOUP plus grand maintenant, je ne pouvais pas croire que tu étais si grand, tu es beaucoup plus grand que Jimmy, et il a le même âge que toi.

"Je pensais que tu avais dit que tu ne l'avais pas fait avec Jimmy", a commenté Ron.

"Nous ne l'avons pas vraiment fait, mais j'ai vu sa bite à quelques reprises. Il a enlevé son pantalon un soir alors qu'il essayait de me faire le faire avec lui sur le siège arrière, mais je lui ai dit que je ne voulais tout simplement pas le faire là-bas alors j'ai commencé à le branler pendant qu'il jouait avec mon seins. Je l'avais laissé mettre son doigt en moi, mais il était brutal et ne se contentait pas de me toucher tendrement, alors je lui ai dit qu'il devait arrêter. Il ne voulait pas et c'est à ce moment-là que j'ai commencé à pomper sa bite très vite, mais dès qu'il est venu, il a juste voulu me ramener à la maison. J'étais vraiment en colère contre lui, il semble que tout ce qu'il voulait faire était pour sa propre satisfaction et ce que je voulais n'avait pas d'importance. Puis le lendemain, à l'école, j'ai entendu dire qu'il disait aux gars de l'équipe de football qu'il m'avait baisé. J'étais tellement en colère que je ne le laisserais pas me toucher pendant deux semaines ! J'ai aussi laissé passer le mot qu'il ne m'avait pas baisé, il ne pouvait pas le faire assez gros pour faire autre chose que se branler. Garçon était-il fou!

« Alors, c'était la fin ? » demanda Ron, "ou tu es encore sorti avec lui."

«Nous sortons toujours, mais je ne l'ai même pas laissé toucher mes seins pendant un mois entier. Un soir, il a dit qu'il était désolé et a dit aux gars qu'il avait seulement dit qu'il m'avait baisé parce qu'ils le taquinaient et que nous n'avions rien fait de plus que jouer sur le siège arrière. Alors, je lui ai pardonné. Il avait été vraiment gentil avec moi, alors nous nous sommes assis à nouveau sur le siège arrière et je l'ai laissé enlever ma chemise et mon soutien-gorge. Cette fois, il était doux, embrassant mes mamelons comme s'il se souciait vraiment de ce que je ressentais. Je le laissai mettre sa main sous ma jupe et faire glisser ma culotte vers le bas. Au début, il a été prudent et a en fait trouvé mon clitoris.

"J'ai décidé de lui rendre la pareille alors j'ai ouvert son pantalon, j'ai sorti sa bite et j'ai commencé à jouer avec lui. J'ai même embrassé le bout de sa queue et léché autour de la tête, mais ensuite il a coincé son doigt en moi si fort que ça faisait mal alors je l'ai repoussé et j'ai commencé à remettre mes vêtements. Il s'est mis vraiment en colère et a dit que si je ne jouais pas au jeu, il dirait qu'il m'avait encore baisé. Je l'ai giflé très fort puis lui ai dit de regarder ma main. J'ai dit que si j'entendais ne serait-ce qu'un soupçon de lui racontant cette histoire, je dirais que lorsque je mettais ma main autour de sa bite, je ne pouvais même pas voir la pointe dépasser de mon poing. Il était tellement en colère qu'il ne m'a pas parlé pendant deux semaines, mais maintenant il veut se revoir. Je ne sais tout simplement pas, s'il découvrait un jour que je viens dans un complexe nudiste, je serais un jeu équitable pour tous les gars de l'équipe de football.

Ils marchèrent en silence pendant un moment, puis Ron prit la parole : "Si j'étais Jimmy, je pourrais vraiment te montrer à quel point un mec peut être gentil avec une fille."

Kerrie le regarda brusquement. « Es-tu en train de me dire que tu veux sortir avec moi ? elle a demandé. "Et Kellie?"

Ron s'arrêta brusquement, tirant Kerrie à côté de lui. "Non, je n'ai pas dit que je voulais sortir avec toi, eh bien, je ne veux pas dire que je n'aimerais pas sortir avec toi, tu es une belle fille et je t'aime bien, je l'ai toujours fait. Je dis juste que si tu étais ma petite amie et pas Kellie, je saurais comment te traiter gentiment et veiller à ce que tu passes aussi un bon moment. J'ai appris que faire l'amour, c'est plus que pousser sa bite dans une fille, et qu'une fille peut aussi s'amuser. C'est tout."

Kerrie est restée silencieuse pendant quelques instants puis a dit: «J'aimerais être ta petite amie pour que tu puisses me montrer à quel point ce serait bien. Ça faisait mal quand on l'a fait cette fois-là, mais je voulais juste le faire, je n'ai pas vraiment pensé à être amoureux ou à ce que ça ferait."

"Tu n'as rien dit après que nous l'ayons fait", a commenté Ron. "Je me suis toujours demandé ce que vous en pensiez et si vous l'aimiez."

"Je suppose que je n'y ai pas vraiment réfléchi, nous avions toujours fait des choses ensemble depuis si longtemps et quand j'ai su que toi et Kellie l'aviez fait, j'étais jaloux et je voulais juste pouvoir dire que je l'avais fait avec toi aussi. Nancy ressentait la même chose, nous ne le voyions pas tellement comme faire l'amour ou être amoureux, c'était juste quelque chose que Kellie avait fait et que nous n'avions pas fait, donc cela semblait naturel d'essayer d'avoir la même expérience . Quant à ce que ça faisait, ça faisait mal comme l'enfer pendant une minute, puis c'était vraiment plein mais je n'ai rien ressenti de spécial à part savoir que ça te faisait du bien. Le lendemain, j'avais mal et j'ai dû faire attention à ce que maman ne comprenne pas ce que nous avions fait. Je ne l'ai pas fait depuis que vous et moi l'avons fait il y a trois ans, je suppose que je voulais que ce soit spécial et j'attends quelqu'un de spécial.

« Savez-vous si Nancy l'a encore fait ? » demanda Ron.

"Elle dit qu'elle l'a fait plusieurs fois l'année dernière avec un gars qui jouait avec elle. Ils étaient censés être un couple marié avec un adolescent tapageur dans la pièce de théâtre de l'école. Naturellement, l'une des scènes comprenait un baiser mais aucun d'eux n'avait beaucoup d'expérience et cela semblait vraiment gênant, alors le réalisateur a suggéré qu'ils s'entraînent quelques fois en privé pour rendre la scène plus naturelle. Alors, ils sont restés après l'école et se sont retrouvés dans la salle des accessoires pour s'entraîner. Au bout d'un moment, ils ont compris mais ont décidé de continuer à s'entraîner. Bientôt, il sentit ses seins puis ses mains sous son chemisier et peu de temps après, elle était seins nus. Avant qu'ils aient fini, ils avaient utilisé l'un des lits à d'autres fins que pour dormir. Ils l'ont fait une fois de plus, mais ensuite Nancy a raté ses règles, ou du moins a pensé qu'elle en avait eu. Avec trois jours de retard, elle lui a dit qu'elle pensait qu'elle était enceinte. Il a prétendu qu'il devait s'agir de quelqu'un d'autre et est parti. Elle était dévastée. Elle ne pensait pas qu'ils étaient amoureux ou qu'ils allaient se marier, elle pensait juste qu'il l'aiderait à sortir de cette situation. Heureusement, elle a eu ses règles quelques jours plus tard. Quand elle lui a dit qu'elle n'était pas enceinte, il a voulu refaire l'amour, mais elle lui a dit de se faire foutre, elle n'avait pas besoin de quelqu'un qui l'abandonnerait au premier signe de problème. Maintenant, elle est en couple avec Billy, et il a l'air d'être un gars vraiment sympa.

À peu près à ce moment-là, Nancy et Kellie leur ont crié de se rattraper, ce fut donc la fin de la conversation. As the four of them walked around the lake, sharing how their winter had gone, Kellie stopped and said that she had something to tell everyone.

“I am not going to be spending the whole week here every day like we have for as long as I can remember. I talked Mom and Dad into letting me get a car, but now I have to pay for my own insurance and some of the cost. Dad is helping, but he says that if I want more freedom, I have to take more responsibility. So, I have a job that means I have to ten hours a day, Monday through Thursday then I have Friday, Saturday and Sunday off and come up here.”

Ron was stunned. He too had a car and expenses and had thought of getting a summer job. He actually did work part time during school and had saved up enough money so that he and Kellie could spend the entire summer together. Now this! In some ways, he felt betrayed. Never-the-less, he decided to make the best of it, so wished Kellie well, saying that at least they would have the weekends together.

On Sunday night, Kellie left to get home so she could be at work on time Monday morning. After hanging out with Nancy and Kerrie Monday morning, he told his folks that he was going to go into the local town for a while and if she needed anything at the grocery store he would pick it up for her. Kerrie and Nancy asked if they could go along. After getting dressed, they started for town. As they looked around for a bit, they happened by a video arcade advertising for weekend help. Without really intending to apply for a job, they went in to inquire about the positions. The owner said that the arcade was going great, but he just couldn’t keep up with it by himself. Both he and his wife, along with two daughter’s-in-law were working seven days a week, and wanted to get some relief. Before long, they had accepted part time jobs, working six hours Friday afternoons, and twelve hours Saturday and Sunday. In addition, all the food they wanted to eat while working, they just couldn’t take any home. Ron would drive them all to work in his van. The only problem is that Ron and Kellie would only see each other from Thursday evening to Friday afternoon. Still, it was too good an opportunity to pass up.

Predictably, Kellie was furious and accused Ron and the girls of doing this to spite her. No amount of reasoning made any difference, so after spending a miserable Thursday evening, Ron hoped that Kellie would be in a better mood Friday morning. He waited by the van for her usual morning visit, but she didn’t show up. Later, Nancy and Kerrie said that Kellie told them she had some shopping to do and left early Friday morning saying she would be back sometime Friday night.

“I guess that tells me where I stand,” said Ron with a regretful look on his face.

“Don’t worry,” Nancy replied, she’ll get over it. “Besides, she isn’t feeling too good right now, if you know what I mean.”

“Uh, Oh, OK,” grunted Ron and let the matter slide.

The work on Friday night was busy, but didn’t hold a candle to Saturday and Sunday. They were on a constant run, serving refreshments to rowdy kids, making change, and showing new-comers how to play the various games. In addition, Ron soon learned that his computer experience allowed him to resolve some game problems that cropped up from time to time. By Sunday night, they were ready for some rest! Even though they saw Kellie driving out of the parking lot as they drove in, she didn’t stop for more than a second, saying she had to hurry home.

“I think we just got the brush off,” commented Nancy wryly. “Wonder why she is still so huffy, she’s the one who bailed out first.”

Monday morning they all slept in, and when Ron awoke, he was confronted with his usual morning hard on. Before dealing with it, he began thinking of meeting Kellie at the van for some relief. Then realized that this was going to be the ultimate “Do it yourself job.” After unloading his pent up load, he took a leisurely shower and sauntered down to the common area with a book, planning to read for a while then go swimming. He selected a spot well away from the noisy crowd and settled back in the lounger and picked up his book. As he was reading, he noticed that two of the six girls he saw the opening day of camp were back, along with three boys. He judged that the boys ranged from about eleven to perhaps thirteen. One of them still had the little boy cock, while the other two were definitely well on the way to maturity. He smiled as he recalled the day three years ago when he first had to deal with an unruly cock with a mind of its own.

Gradually, Ron felt the tension of the past three days drain away and lowered his book for a moment. Without realizing it, he drifted off and was soon dreaming a kaleidoscope of jumbled images. Before long, the dreams became erotic and soon he was slamming his cock into a beautiful cheer-leader right on the fifty yard line of the football field. He could hear people cheering him on as he pumped harder and harder. Suddenly, he was on the one yard line, and somehow knew that if he just pumped a little harder he could make a goal and win the game. The cheering got louder and louder until in a shuddering frenzy, he shot his load. At that instant, the cheering turned into subdued giggles and his eyes flew open.

In an instant, he summed up several things. He had a raging erection, with fresh hot cum splattered all over his belly and book. If that weren’t bad enough, the two girls were standing about six feet away, obviously having seen the entire show. Ron sprang up and ran for the lake, diving in and swimming with strong strokes all the way to the other side. There he climbed out and disappeared onto the path around the lake. He walked for perhaps fifteen minutes when he sensed that he wasn’t alone. Glancing around to see what had caused the feeling, he slowly turned from side to side. Not seeing anything, he started walking again, when suddenly he heard a rustling sound and the two girls ran out of the trees grabbing his hands.

“What do you think you are doing?” demanded Ron.

“Nothing,” smirked the older one, who said her name was Karen. “We just wanted to be sure you were OK, you ran off so fast we didn’t get a chance to say hello,” she said with a big grin. “Why did you run away, it was just getting interesting.”

“Yeah, tell us what the dream was about,” chided the younger named Michelle. “It must have been pretty good to make all that happen. And, what did happen, we’ve never seen anything like that before!”

“Go away and leave me alone,” he snapped, “it’s none of your business what happened, some things are private.”

“Not when you do it where everyone can see you,” stated Karen with a sassy smirk. And besides, we’ve seen you with your cock sticking up before, so don’t pretend it never happens!”

“When did you see me,” demanded Ron. “Have you guys been spying on me?”

“Oh, we were playing around up in the trees a couple of years ago and we saw you and Kellie kissing. Then we saw you put your hands on her tits and then you got on top of her and put your cock in her bottom and bounced up and down for a while. When Kellie started groaning, we got scared and ran away, but we came back a few times after that.

“Oh shit!” exclaimed Ron. “Did you tell anyone what you saw?”

“Of course not Ronnie, we didn’t want you to get in trouble. You were always nice to us in the swimming pool, helping us do flips in the water and boosting us out of the pool. Besides, we kind of liked watching and if we told, we wouldn’t get to watch again.”

“You mean you watched Kellie and me making love!” Ron groaned. “How many times did you do that?”

“Probably only about eight or ten times,” said Michelle as some red colored her cheeks. “We thought we were the only ones who knew, but one time we saw Julie going by, and sometimes Nancy and Kerrie would take a peek and we didn’t want to get caught watching. But, we did watch enough times to know that it looks like a lot of fun,” she giggled.

“We liked watching Kellie play with your cock more than when you put it in her. We could see more when she was rubbing it and kissing it than we could when you hid it inside of her.”

With all their talk and descriptions, Ron’s cock began to twitch and he realized it would soon be completely out of control. He looked desperately for somewhere to go, when Michelle started to giggle. “Hey look Karen, its happening right now.”

In a moment Ron was fully erect and the girls were staring as if they were trying to bore holes.

“You girls got to get out of here and leave me alone,” he whispered. “If someone comes along we will all be in big trouble, and I will probably be banned from the resort forever.”

“No one is going to come along, we got guards to watch for anyone. They will start hollering for Suzie to come out, the game is over,” responded Karen.

“So, what do you think you are going to do?” asked Ron with a sinking feeling that was rapidly turning to passion.

“We want to touch it and see what it is like when it is hard, and we want to watch the white stuff squirt out,” responded Michelle calmly. “We only got to look at it from about fifteen feet away.”

With that, she made a fumbling grab at his cock and began to explore. Ron’s knees felt weak and he sank down onto the blanket of leaves by the trail. Soon both Karen and Michelle were squatted down beside him, taking turns feeling his cock and balls. Before long, he knew that it wouldn’t take much for him to shoot his load, so he showed them how to stroke his cock until his cum spurted out, spilling onto their hands and tits. Some of it even hit Karen on the face and began sliding down toward her lips. Perhaps it was instinctive, but she slid her tongue out and touched the dripping goo then licked it off. Michelle was watching intently then asked what it tasted like.

“It doesn’t taste bad, I knew it wouldn’t or Kellie wouldn’t have let him shoot it into her mouth that time,” she observed. “Why don’t you lick some of it off your chest,” she suggested.

Michelle took a little dollop of cum off her right breast and tentatively touched her tongue to it, then sucked her finger clean. “Not bad,” she observed, “I wonder what it would taste like straight from the source,” said in a wondering voice.

With that, she quickly bent down and took Ron’s cock in her mouth and began to suck. Ron could feel his cock being drained as Michelle increased the sucking. Pretty soon, her tongue was swirling around the head of his cock then she bean to bob her head up and down, taking his cock all the way to the back of here throat. Although he had just shot off less than ten minutes before, he could feel his balls starting to stir. He knew it wouldn’t be a big shot, but even so he wanted to warn Michelle what was going to happen.

“Michelle, if you don’t stop right now, I am going to cum in your mouth,” he gasped. Michelle didn’t even slow down, in fact she speeded up, and moments later, Ron released a minimal load of white sticky goo into Michelle’s mouth. She coughed a little but swallowed the small load like a trooper as Ron flopped down on his back. Within moments, his cock was limp. Michelle wiped her mouth on her towel saying that it tasted kind of good.

Karen watched for a moment then said, “Next time I get to do it first. How long do we have to wait before you can do it again?” demanda-t-elle avec impatience.

“Not before tomorrow morning,” grunted Ron.

“Good, we will wait for you in the place where you and Kellie always did it,” she commented as if it were all settled. “See you then.” With that, they scampered off, leaving Ron to ponder how the hell he was going to deal with this.

The next morning Ron met Kerrie and Nancy after breakfast. After some hesitation, he filled them in on what had happened and what he should do. The girls expressed disappointment that they had chosen to take a nap instead of being there. Ron said that it probably wouldn’t make any difference, sooner or later the girls would have figured out a way to make it happen. The rest of the discussion was how to deal with the situation that now existed.

After much debate Nancy spoke up, “you know for me it wasn’t so much that I wanted to have sex with Ron, I just wanted to see if sex was all that everyone was making it out to be. After we did it that time, it wasn’t such a big deal and for me it was over until I found the guy that I really wanted to make love to, not just have sex.”

“Oh,” said Ron putting on a hurt look, “you didn’t like it with me and so you haven’t done it again.”

“Come on, Ron, you know I didn’t mean that you weren’t gentle and caring with me or that it wasn’t nice doing it with you, its just that I found out it wasn’t the big deal the other girls said it would be. I did it again last year but the guy turned out to be a real jerk who just wanted to brag. I am glad I did it with you first, but don’t want to do it again unless it is someone I really love and want to do something more to show it.”

“You mean someone like Billy?” said Ron with a big grin.

“Well, uh, well yes,” replied Nancy with a little smile.

Ron thought for a moment then said, “So what’s your point Nancy?”

“Just this, give them what they want and they will probably feel like I did and leave you alone.”

“I’m not so sure about that,” he replied thoughtfully. “What happens if they really like it and follow me all over?”

“Would that be so bad?” Kerrie mused.

“On the one hand, it sounds too good to be true, but I’m not so sure that I feel a lot different than you do Nancy. I mean it was fun to do it with you guys, especially your first time. I really wanted you to like it and of course it was new and exciting for me, and I wasn’t worried about you running to your Dad and blaming me for taking your virginity. But, I am older now and while I still really like doing it I’m not sure I want to have two thirteen year olds in love with me. What if they get mad and tell their parents, I could really get in trouble.”

Nancy was about to agree when Karen and Michelle crawled into the special place. After glaring at Kerrie and Nancy for a moment, Karen turned to Ron and gave him a big smile. He could tell that she was pushing her chest out to make her tits look as big as possible. A quick look at Michelle said she was doing the same thing. A moment later he felt his cock stir and before long, his second brain took over his thinking. Glancing at Nancy, she got the message and took Kerrie’s hand pulling her out of the hideout. Karen immediately moved toward Ron with a seductive smile as she knelt down in front of him.

Tentatively she stuck her tongue out and swiped Ron’s cock. Seeing it jump she smiled and moved even closer. Opening her mouth wide, she took the tip into her warm wet mouth and began sucking. Ron knew he couldn’t last long, and began to sink down. Karen followed taking even more cock into her mouth. Ron decided to just let it happen and soon he felt the first sensation followed by a huge spurt of cum, then another and another. Karen gagged and coughed, pulling her head back.

“You didn’t warn me,” she complained.

“You were the one who said she wanted to be first,” Ron replied when he got his voice back. “If you want to be first you need to be ready for the result of your wish.”

“But you still could have at least warned me,” Karen sulked.

Ron decided to push the point, so replied, “Well, you are the one who insisted on coming here and who insisted on being first, so I just assumed you knew what you were doing.”

“Would you show us how to keep from getting pregnant?” asked Karen shyly.

“Simple,” replied Ron, “Keep your legs together!”

“You mean “Just say no, but what if I don’t want to just say no, what if I want to know what it’s like, the older girls say it’s really fantastic and they can’t wait to do it again,” exclaimed Michelle. “And besides, I know about condoms, Mom told me, and even showed me one like they use when she doesn’t want it to be so messy. So, don’t preach at me!”

By now Ron’s cock was taking over his brain, so he suggested that they go to his van just down the road. He told Michelle to go first and make sure no one was looking and crawl into the back doors. Then, Karen was to go and if no one had noticed she was to get in the front. When he heard the door slam, he would follow.

Michelle jumped up and scampered out before they had a chance to say another word. Moments later Ron could hear the door close and Karen turned to leave.

“Why the front and not in the back,” she asked.

“I don’t really want an audience,” shrugged Ron.

“Well, I’ve already seen you do it with Kellie, so I’m getting in the back!”

With that, she was off before Ron could object. Shortly he heard the door close, and with a stroke of his cock for good luck, he followed. Once inside the van, he closed and locked the door then tested it to be sure it was really locked.

By now, his cock was totally in control of his brain and he wasted little time getting the necessary protection from the cabinet. Michelle looked a bit puzzled by the Norforms, but after a brief explanation, she quickly slipped one in while Ron rolled a condom over his pounding cock. Michelle felt his condom covered cock which only raised the desire to an even higher level. Pushing Michelle back, he moved between her legs and moved his KY covered cock to her virgin pussy. Moving still closer, he pushed her legs a little further apart, then suggested that she bend her knees a bit and let them fall apart.

Michelle seemed to be an eager student, so Ron gently pushed forward. He felt his cock head slip easily past the labia until it encountered some resistance. He told Michelle to take a deep breath and let it out. As she did, Ron could feel her pussy relax a little, so he pressed in a tiny bit deeper, all the while watching Michelle’s face for signs of pain. She had a strange kind of excited look in her eyes then took another deep breath and let it out. As Ron pushed forward, she jerked her hips up to meet his thrust and he sank all the way in.

Michelle gave a surprised squeak of pain then broke into a big smile. “Is it in, is it in?” elle a chuchoté.

“Hell yes it’s in,” exclaimed Kathy as she angled for a better look, “You took the whole thing the first time!”

“Wow, it feels so good, I’m ready for you to move,” Michelle said breathlessly.

With that, Ron pulled back a little then pressed forward. After a couple of times, Michelle started to move with him and before long they were rocking so hard that Karen could feel the whole van move. Ron knew he couldn’t last too long with Michelle’s tight pussy gripping his cock and he also knew she probably wouldn’t come her first time, so he just pressed forward, slamming his cock in to full depth.

Suddenly Michelle wrapped her legs around his waist and began kicking his ass and whimpering, “do it, do it, do it hard!”

Ron shot his load so hard that he thought his ass hole was going to blow out and splatter all over the ceiling of the van. Slowly the feeling subsided and he slowly collapsed on Michelle, rolling her onto her side while keeping his cock firmly planted in her pussy. They were both panting as if they had just run an Olympic race in record time. After about five minutes, Ron felt his cock slip out and Michelle rolled away.

“That was as good as all the girls said,” she said with wonder in her voice. “I can’t wait to do it again!”

“Not until I have a turn,” exclaimed Karen as she unwrapped a Norforms and inserted it into her vagina. She handed Ron a condom and lubed her pussy with KY.

Ron said he would have to wait for a while, but Michelle said she could help. She pulled the used condom off and wrapped it in a paper towel, then knelt beside Ron and took his limp cock in her mouth. After a couple of experimental licks, she sucked him all the way in and began to alternately suck and blow, sliding his limp cock in and out of her mouth. Before long, she couldn’t go all the way to his balls as his cock was responding. Moments later, he was once again at full mast. Michelle awkwardly rolled a new condom on and Karen said she was ready.

Seeing that Karen had lubed herself generously, Ron rolled into position and after a couple of fumbling attempts, found the right place. Moving forward, he was amazed when he just slid in without any resistance. Realizing that she would have no pain from a torn hymen, he began gentle thrusting. Karen didn’t respond very much so he just kept thrusting, knowing that he could continue for some time. He was puzzled when Karen just lay there letting him do everything.

“Don’t you like it?” Il a demandé.

“Karen didn’t respond audibly, just nodded her head a little.

Ron speeded up his thrusting in order to finish as it was obvious that Karen wasn’t getting anything out of the experience. After he came, he immediately rolled off and lay quietly waiting for Karen to make some comment or reaction.

Finally she said, “Well, I guess that’s that.”

“Didn’t you like it?” asked Michelle.

“It was OK, I don’t see what the big deal is,” replied Karen. “At least now I can say I’ve done it.”

“Didn’t you fell anything at all?” asked Michelle with a puzzled look, “I felt like I was just on the edge of something spectacular and wanted it to go on and on.”

“I just wanted it to be over,” replied Karen. “Now let’s go and take a shower.”

With that, she used a baby wipe to clean the KY off her pussy and urged Michelle to hurry up.

“Why don’t you go ahead,” urged Michelle, I want to rest for a while, that really took something out of me.”

Karen shrugged and hopped out of the van, jogging off down the path.

“When can we do it again!” exclaimed Michelle, “that was awesome!”

Ron smiled, and said, “I’m glad you liked it, but why don’t you see how you feel tomorrow before you think about doing it again?

“I don’t have to think about it,” Michelle replied solemnly, “I want to make love with you!”

They made small talk for a while then Michelle quietly left, leaving Ron to ponder what had happened. He had made love to two more virgins, although he wasn’t that sure if Karen was really a virgin or not. No question about Michelle though, and man was she responsive for her first time. Again, he wondered about Karen’s lack of enthusiasm and total absence of participation in the event. After cleaning the van and making sure nothing was left that would let anyone know what had happened, he slipped out and went to the common area.

Nancy and Kerrie joined in a few minutes. “Well, how did it go?” asked Kerrie.

Ron briefly described what had taken place, expressing concern that Michelle wasn’t going to be deterred in the least. Kerrie seemed a bit concerned with his observation, but didn’t comment. Still Ron had a feeling that she wasn’t happy with his report.

After swimming for a while, then playing volleyball with some of the adults, they all decided to join Kerrie at her trailer for hotdogs and Cokes. After lunch, Michelle and Karen arrived back at the common area at the same time Ron, Nancy and Kerrie came in. Michelle seemed to be moving a bit carefully, while Karen just acted as if nothing special had happened that morning. As Ron watched Michelle, it was more obvious that she was in some amount of pain, walking only when necessary and taking a great deal of care when sitting down. Ron was glad that he didn’t have to experience a torn hymen!

The younger girls stayed to themselves for the next few days. Ron was looking forward to seeing Kellie Thursday night when she was scheduled to return to the resort. Cependant; when she did drive in, it was obvious that she was avoiding not only Nancy and Kerrie, but Ron in particular. Try as he may, Ron couldn’t get a moment alone with her. Finally he gave it up, thinking he would see her in the morning.

The next morning, nothing had changed; Kellie was absolutely cold and distant to Ron. She did spend a little time with Nancy, but avoided Kerrie. Ron decided not to play her game, and got the new book he wanted to read and settled down in the common area. After lunch, they got ready for work. As they drove to town, Ron asked if they knew what was happening, why Kellie was acting the way she did.

“I’m not sure, but I think she met some guy,” commented Nancy. “She also thinks you have eyes for Kerrie.”

Ron didn’t comment, but did glance at Kerrie. He noted that her face was tinged with red. OK, he didn’t have any hold on Kellie, and certainly wasn’t going to make a fool of himself by pretending she owed him anything. He did like her and had for several years, but he also knew that at their ages, emotions and maturity changed things. He prepared

Articles similaires

Amusant avec Steve II

Seul à la maison Cela fait environ quatre mois que Mark et moi nous amusons dans les vestiaires, et nous avons décidé qu'il serait préférable que personne ne découvre nos activités, alors nous y voilà, en train de saisir toutes les occasions possibles d'être ensemble. Ce week-end particulier, ma mère et mon père seront absents tout le samedi, alors j'ai demandé à Mark de venir, mes parents n'ont pas de problème avec Mark mais ils nous surveillent toujours toutes les dix minutes, il est donc impossible de devenons un peu fous avec lui, nous nous asseyons normalement sur mon lit face...

2.1K Des vues

Likes 0

Circonstances variables partie 2

Avis de non-responsabilité : je ne possède pas de Pokémon, aucun personnage ni Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note de l'auteur : Merci à toutes les personnes qui ont lu le premier chapitre. Ce chapitre a été beaucoup plus long que ce à quoi je m'attendais. Prendre plaisir! ––––––––– « Cher Nicolas, C'est ta sœur, Julien ! J'ai envoyé cette lettre par Taillow parce que c'était plus rapide, et pour te féliciter d'avoir passé la Pokemon Academy ! Papa dit que tu as été horrible aux examens…’ Je n'ai pas...

2K Des vues

Likes 0

Le dernier espoir blanc (Chapitre 1)

C'est une histoire fictive sur le fait de devenir président de notre pays. Cela correspond en quelque sorte à notre histoire et à notre chronologie. Le premier chapitre traite du développement du personnage principal Quelques informations sur moi avant d'aller trop loin dans l'histoire. Je m'appelle Stewart Thomas Whitteman. Je m'appelle par mon deuxième prénom et tout le monde m'appelle Tom. Je déteste le nom de Stewart. C'était le nom de l'oncle préféré de ma mère. Je suis né le 5 mai 1955. Je mesure 6 pieds 2 pouces, pèse 210 livres, j'ai les cheveux et les yeux bruns. Je m'entraîne...

1.9K Des vues

Likes 0

Moi et M. Bill ! Partie 4 : L'ancien club de strip-tease

Partie 4 : Moi et M. Bill ! L'ancien club de strip-tease Bill ramassa ma tenue et m'aida à me lever. Je pense qu'une bonne douche chaude et une autre boisson énergisante s'imposent pour toi. Dit-il en me guidant sur mes jambes encore tremblantes jusqu'à l'arrière du camion. Là, il a tapé un code dans la porte qui a ouvert l'arrière du camion et nous sommes entrés dans le salon. Alors que j'enlevais mes bottes et ma culotte, Bill ouvrit la douche pour moi. « Mon Dieu, ces garçons t'ont bien travaillé, n'est-ce pas ? Ils l'ont fait. C'était une première...

1.8K Des vues

Likes 1

Chute céleste - Chapitre 5-6

Chapitre cinq Extraits du passé L'immortalité, idée éblouissante ! Qui t'a imaginé le premier ! Était-ce quelque joyeux bourgeois de Nuremberg, qui, un bonnet de nuit sur la tête et une pipe en argile blanche à la bouche, s'asseyait devant sa porte par une agréable soirée d'été et réfléchissait dans tout son confort, qu'il serait tout à fait agréable, si, avec une pipe inextinguible et un souffle sans fin, il pourrait ainsi végéter pendant une éternité bénie ? Ou était-ce un amant qui, dans les bras de sa bien-aimée, pensait la pensée d'immortalité, et cela parce qu'il ne pouvait rien penser...

1.6K Des vues

Likes 0

ONe Lucky Bastard (édité et réécrit)

Un bâtard chanceux prt 1 Salut les gens c'est ma première histoire. J'ai pensé que ce serait bien de commencer à écrire d'un vrai point de vue afro-américain. Dites-moi ce que vous pensez tous à la fois positif et négatif. De plus, cela va être environ une histoire en huit ou neuf parties, regardez simplement les rebondissements. Je dois être le bâtard le plus chanceux du monde. Je venais d'avoir 18 ans quand j'ai perdu ma virginité avec une fille de 26 ans. Au moment de ma dernière année au lycée, j'avais eu des relations sexuelles plus de 30 fois et...

1K Des vues

Likes 0

L'été de Brooke_(1)

Au lycée, je n'ai jamais été la grande star ou le clown de la classe, ou vraiment quoi que ce soit. J'ai glissé au milieu de tout et n'ai jamais été remarqué par personne à part quelques amis. Les femmes ont été incluses car je n'ai jamais eu de personnalité ou de corps remarquable. Il y avait une fille, Brooke, j'aurais bien aimé la câliner autant que je voulais la baiser. Elle avait une personnalité électrique et le corps qui allait avec. D'une manière ou d'une autre, nous avons formé une relation improbable, bien sûr, étant l'idiot que j'étais, je voulais...

1.1K Des vues

Likes 0

Noémi

Je l'ai vue pour la première fois en rentrant du travail un soir et j'ai été frappé par sa beauté; aussi grande que moi avec de grandes jambes qui allaient jusqu'au sol, un certain quelque chose dans sa façon de marcher qui dégageait une attitude de « ne pas faire de prisonnier » ; des cheveux courts mais impertinents qui avaient la couleur d'un sou brillant et un visage large avec des yeux vert émeraude qui voyaient tout. Alors que nous marchions l'un vers l'autre, je la regardais et ces yeux m'ont surpris en train de le faire. Je l'ai complimentée...

985 Des vues

Likes 0

Ma première anale

Je savais qu'il serait toujours en colère contre moi. J'ai rencontré mon ex, Gage, qui était le meilleur ami de Danny à l'université, pendant ma pause déjeuner et nous avons déjeuné ensemble. Nous avons parlé du travail, de la famille et du passé. Il m'a dit que je lui manquais et m'a demandé quand Danny et moi allions rompre pour qu'il puisse m'avoir à nouveau. Puis il a poursuivi en me disant qu'il enviait Danny parce que Dan avait eu ma cerise. Je lui ai dit combien j'aimais Danny et que personne ne me rendrait aussi heureuse que Danny. Danny a...

946 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact, The Tyrants' Daughter Chapitre 7 : Sister in the Stocks

Le pacte du diable, la fille des tyrans par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Chapitre sept : Sœur dans les actions Remarque : Merci à b0b d'avoir lu ceci ! Dimanche 29 mai 2072 – Chasity « Chase » Glassner – Sacramento, Californie Je me sentais tellement mieux quand je me suis réveillée à côté de Sœur Stella le lendemain matin, la lumière du soleil pénétrant à travers notre fenêtre. La nuit dernière avait été magique. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écarter les cheveux blond clair de sa joue. Je me penchai pour l'embrasser et l'embrasser. Nous sentions la chatte chaude, ce merveilleux musc...

876 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.